Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Nll Loi sur le Handicap et Handicap de Naissance

Réduire
X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

    Nll Loi sur le Handicap et Handicap de Naissance

    Je demande aux nombreuses personnes Handicapées de Naissance (Faute de prescription, Accident professionnel... ) de se manifester prés d'un parlementaire dés lors qu'elles sont nées dans les Années 1960- 1970 et dés lors qu'elles travaillent.
    La Nouvelle loi nous oublie complétement donnant un age de départ minima à notre Handicap.
    Je souleve le problème que toute personne née handicapée de naissance et ayant commencé une vie professionnelle à 18 Ans ne devait effectuer que 120 trimestres et être en possession d’une carte d’invalidité à 80 %.

    Expliquant même que le fait d’aller jusqu’à l’âge minima requis mettait Plusieurs problème en action.

    Commencez à travailler à l’âge de 18 Ans par exemple :
    a) - Vous devrez accomplir 37 Ans d’activité pour adhérer à un quelconque régime de Retraite, Soit 148 Trimestres d’activité.
    b) - L’Etat abonde de 40 Trimestres votre capital, vous obtenez alors 148 +40 = 188 Trimestres , Soit l’Equivalent de 47 Ans Travaillés , alors que l’on en exige 42 pour adhérer au régime Général.

    c) - On vous parle alors de 120 Trimestres, pour accéder à un quelconque régime de retraite , sous conditions d’invalidité à 80 %, et pire encore avoir eu un handicap à ou après 25 Ans , le Handicap vécu avant ne compte pas.

    On ne reconnaît par cette loi que le Handicapé qui a eu une partie de sa vie « normale », le handicapé congénital ou accidenté de la vie n’est jamais pris en compte :

    Est-ce une simple question de « Budget » de l’Assurance Maladie,

    N’avons-nous pas du payer les dettes par les souffrances physiques, morales (les humiliations sont diverses au cours de la vie scolaire, sociale ou professionnelle)

    Ne pourrions-nous pas demander l’amendement de texte en proposant l’abolition de la limite d’age minima pour la mise en retraite des Handicapés dés lors que les 120 Trimestres sont effectués.

    Je reste très attaché à cette question , Je suis à votre entière disposition pour toutes questions ou renseignements qui vous seraient nécessaires.

    Je vous remercie et vous prie d’agréer , Madame,Monsieur , mes salutations les plus disting



    Laurent MARGUERITE
    1 Rue Jean-Jacques ROUSSEAU

    appt. 56

    50000 SAINT-LO






    #2
    Re : Nll Loi sur le Handicap et Handicap de Naissance

    Bonjour,



    Bien que né en 1958, je me permets de vous apporter mon témoignage. Devenu infirme au cours des premiers mois de ma naissance a la grâce du médecin généraliste accoucheur, interne des hôpitaux de Paris, sous le couvert du Prf X, j'ai une grande expérience de l'inertie administrative dans l'application de la législation ou tout simplement dans le combat du pot de terre contre le pot de fer.



    Avant la "naissance" de l'institution administrative COTOREP l'infirme civil dépendait du ministère des anciens combattants ! (ne souriez pas)

    Début des années soixante, ma mère s'est battue comme une lionne pour m'obtenir une carte d'invalidité qui aurait due, selon la loi, mettre attribuée automatiquement, compte tenu de mon handicap, sur une simple demande. N'épiloguons pas ! Riche naissance ouvre les portes du paradis, Gueux le purgatoire t'attend ! Bref, grâce à sa combativité, il m'est attribué une carte d'invalidé de durée "permanente". J'insiste sur ce fait car primo mon infirmité ne peut pas, sans l'oeuvre d'un miracle divin, avoir de rémission et secundo de nos jours une carte d'invalidité doit être renouvelée tous les cinq ans. Poursuivons...

    Pour mon confort de vie, après consultation d'un chirurgien, il est décidé de m'amputer. Ce qui fut réalisé en mai 1971.



    Je fais une parenthèse sur l'évolution des droits associés à l'attribution d'une carte

    d'invalidité selon le taux d'invalidité reconnu.

    Après la perte de ma carte d'invalidité "permanente", bien après mon amputation, qui hélas ne mentionnait pas le taux de mon incapacité, j'ai donc effectué les démarches pour que me soit attribuée une nouvelle carte d'invalidité. Convocation, expertise devant une médecin de la COTOREP. A réception de la notification il m'est reconnu 65% d'invalidité. Les années passent ainsi que les notifications de la COTOREP qui revoie à la baisse mon taux d'incapacité sans qu'aucun médecin m'examine. De 65% je passe à 60%, puis de 60% à 55% pour arriver à 50% d'incapacité. J'admire les médecins de la COTOREP qui s'autorise, sans consulter le patient, à déterminer le taux d'incapacité. Merveilleux !

    Après avoir rejeté la dernière notification, les représentant de la sécurité social et de la

    COTOREP n'ont pas daignés se présenter à la commission paritaire organisée dans les locaux du CHU LAPEYRONIE de Montpellier pour participer à l'examen contradictoire que j'avais demandé.



    A ce jour je possède une carte d'invalidité (station debout pénible) au taux de 80% et une carte de Grand Infirme Civile (G.I.C.). Il faut continuer le combat !

    Honte à nos institutions qui n'hésitent pas à spolier des infirmes de leurs droits et à les

    priver d'emplois réservés (J'attends depuis trois ans une réponse de la mairie de La Ciotat).



    Que le service public ait le respect de la loi avant de l'imposer à ces concitoyens !



    Patrick Finoski

    Commentaire

    Chargement...
    X