Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Journal d'une désintox

Réduire
X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

    Journal d'une désintox

    Hello à vous, qui passez par ici

    Suite à ma présentation, j'ouvre ce petit fil perso.

    Citation:
    Posté par Ricco101
    Bonsoir à tous.

    Eric, 41 ans, Liégeois, drogué à la clope depuis 1989 ...
    Voilà, en une phrase tout est dit, c'est si simple.

    J'ai arrêté plusieurs fois, ... et recommencé autant de fois.
    Patch, gomme, zyban, NTB, arrêt net, ...etc, je crois avoir quasi tout testé.
    Avec succès, à chaque fois, avec des durées d'abstinence variées.

    Là, je sorts de chez le toubib, avec une ordonnance en mains (Champix), et une épée de Damoclès sur la tête, une grosse ...
    Bon, s'il me fallait un pied au c.. pour arrêter, là je l'ai !

    Pourquoi écrire ici ?
    Pour me faire un journal, avoir quelque chose à lire quand Nico va me faire déguster, me susurrer insidieusement sa tentation à l'oreille, quand ma volonté fléchira, quand j'aurai envie d'envoyer tout péter !

    Ok, début du traitement demain 07h30.
    Ça va pas être coton.
    L'ennemi est fourbe et tenace.
    Y aura des larmes, du sang et des coups bas !

    Tchuss, je vais aller me revoir "Le pari"



    Le but de ce petit journal :

    Outre le déjà dit, faire un reporting de mon plan de bataille, de mes sensations, mes humeurs, mes idées (loufoques ou pas ), mes convictions, ... bref, de partager avec vous cette expérience, avec peut-être le secret espoir d'en inspirer d'autres ? Qui sait ?

    Pourquoi arrêter ?

    Question stupide, non ?
    Des raisons de stopper, j'en ai des cartons pleins.

    La vraie question devrait plutôt être "pourquoi continuer ?"
    Là, j'ai beau me creuser la cervelle et être doté d'une mauvaise foi à toute épreuve, des raisons valables, je n'en trouve strictement aucune
    C'est le blême avec les addictions ... pas besoin de raison ...

    Plan de bataille :

    Je dévelloperai plus tard le pourquoi du comment, mais le glaive que j'utiliserai pour définitivement terrasser le dragon s'appele Champix.
    J'ai beaucoup lu à son sujet, du bon et du moins bon.
    En accord avec mon toubib, et en bonne connaissance de mon corps, une posologie adaptée sera la seule différence par rapport au traitement standard.

    Conviction :

    Je ne "crois" pas, ou je ne "pense" pas que je vais y arriver.
    Je sais que je vais y arriver


    Tchuss
    17/09/2010

    #2
    Re : Journal d'une désintox

    Bonjour Ricco,

    bonne idée ce journal

    je ne connais le Champix que de réputation mais plusieurs l'ont employé avec succès.

    " volonté " ? peut-être...motivation et détermination en tout cas

    Tchuss
    un peu alsacienne l'expression pour un liégeois

    Commentaire


      #3
      Re : Journal d'une désintox

      Day 1 J-7

      Bon, ça commence bien ...

      Panne d'oreiller, levé à la méga-bourre, médoc oublié sur la table de la cuisine, c'est rapé pour le prendre à 7h30

      Retour éclair à la maison, premier comprimé à 0,5 mg pris à 12h20

      Humeur : On est vendredi donc ...

      Santé : Bronchite, sinusite -> merci Marlboro ! Pfff pourquoi j'ai mon bureau au premier étage ? 20 marches d'escalier, et je souffle déjà comme une vieille forge ...

      Plan de bataille : L'arrêt est prévu vendredi prochain au réveil.
      - C'est la journée potentiellement la moins stressante de la semaine au boulot.
      - D'expérience, je sais que si la première journée est "facile", la seconde et la troisième journée d'abstinence sont nettement moins agréables. Autant que ça se passe loin du bureau, ça m'évitera d'accrocher le premier cass-c... au porte-manteau !
      - Le délai moyen pour rincer son sang de la nicotine résiduelle est de quatre à cinq jours. En buvant un maximum de flotte, on peut gagner facilement une journée. Ca devrait pouvoir le faire pour le lundi suivant.


      Envoyé par Dica

      un peu alsacienne l'expression pour un liégeois
      Hello, Dica

      Depuis Les Inconnus, ça s'est pas mal internationnalisé comme expression

      Mais bon, si t'insistes, je veux bien écrire mes posts en langue de noss binamé Tchantchès, mais entre Djus-d’La-Mouse et outre-Quiévrain, faudra prévoir quelques sous-titres

      Tchuss
      17/09/2010

      Commentaire


        #4
        Retour d'expérience (1)

        Ce n'est donc pas la première fois que je stoppe la clope.
        Ci-après, mon avis personnel sur les différentes méthodes utilisées dans ce but :

        1) L'arrêt sec
        A la dure, comme les vrais mecs

        Méthode que j'ai utilisée en 1986, moment où je suis entré à l'école militaire.
        Pas eu trop le choix des armes, d'ailleurs, le tabac étant totalement interdit dans l'enceinte de l'école et étant en internat dans la dite enceinte
        A decharge, je ne me considérais pas comme un "vrai" fumeur à l'époque, plutôt un occasionnel.
        C'est aussi celle qui me laisse le souvenir le moins virulent.

        A la lecture du livre d'Alan Carr, je comprends que c'est sans doute la plus efficace et la plus rapide des méthodes, mais la plus dure aussi.
        Je reste admiratif des personnes qui ont pris cette voie après des années de tabagisme.
        Il faut soit une volonté de fer, soit une obligation impérieuse pour réussir à vaincre cette peur panique de l'arrêt.

        Bref, trois ans d'école, trois ans d'abstinence.
        Reprise en 1989, et là, pour de bon, et évidemment, pour une raison à la c.. (Blonde, 85-60-85, fumeuse ...)

        Fin des années 80, 20 ans, jeune et insouciant.
        C'était une autre époque, la publicité pour le tabac était partout, le cowboy Marlboro était encore vivant, le paquet coutait 1€25, ma moto etait aux couleurs de Lucky Strike, l'aventure, c'était le Camel Trophy, mouais, fumer était limite "claaaasse"
        17/09/2010

        Commentaire


          #5
          Re : Journal d'une désintox

          A la dure ou avec de l'aide, peu importe, seul le résultat est important. Avec la défume, faut aussi apprendre à être humble ... Pas facile à admettre peut-être mais c'est comme ça. Elle dirige et notre seul salut est de dire STOP ! Courage, tu vas y arriver. Bonne soirée.
          Défumée depuis le 1er novembre 2009.
          Il n'est jamais trop tard pour bien faire.
          Merci à tout le forum pour le soutien.

          Commentaire


            #6
            Retour d'expériences (2)

            Le manque d'humilité face à la force pernicieuse de cette drogue, c'est justement ce qui m'a fait craquer après chaque arrêt.
            T'as bien mis le doigt là où ça fait mal

            C'est aussi la raison pour laquelle je couche par écrit ma relation avec cette vieille compagne, pour pouvoir me relire quand je serai down et ainsi apprendre de mes erreurs.
            Egalement, en condensant ces expériences, je peux expliquer pourquoi j'ai choisi le Champix.

            2) Le Zyban

            Petit bond en avant dans le temps jusqu'en 2001.
            La vie à tourné, et me voilà marié à une non fumeuse, et papa d'une adorable petite fille.
            Le statut social du tabac a bien évolué en dix ans. Interdiction dans les endroits public, trains, avions, interdiction de la pub, ...etc
            Idem à la maison, pas question d'enfumer bébé !
            En parallèle, je subis un vrai harcellement familial, quasi en continu pour me faire stopper.
            Ok, c'est bon, j'abandonne, j'arrête la clope, non pas par envie, mais pour avoir la paix !!!

            Le produit qui fait le buzz en 2001, c'est le Zyban. Un produit magique, y a même pas besoin d'arrêter, tu prends le cachet et ça se fait quasi tout seul !
            Cool, non ?

            Avec la bénédiction du toubib, et surtout son ordonnance, je me lance.
            Ok, la pub n'est pas mensongère, au bout du cinquième jour, abstinence totale
            Quoique, la réalité est quelque peu différente : En fait, j'ai pas vraiment stoppé, j'étais tellement aux fraises avec ce médoc que j'en oubliais carrément de fumer !
            Le blême, c'est que j'oubliais aussi tout le reste ...
            J'ai des souvenirs confus de cette époque. Une anecdote : Une escabelle, une mesure à réaliser, une table avec un bloc et un bic. Je monte sur l'escabelle, je mesure, je redescends à la table pour noter la mesure sur le bloc ... trou noir ! Je remonte, re-mesure, redescend ... idem Six fois, je suis remonté sur cette put... d'escabelle !!!!
            Sur la route, un vrai danger public ! Manque d'attention, me gourais sans cesse de route, l'impression que ma voiture avait l'encombrement d'un semi-remorque, ...etc
            Le traitement à été suspendu au bout de la seconde semaine, à la demande de mes proches, tellement je disjonctais.

            Enfin, au moins, je ne fumais plus

            J'ai ressentis pas mal de manque sur les deux premiers mois d'abstinence, puis un espacement de plus en plus long des crises, avec une appréciable diminution de leurs intensités, jusqu'à cette poussée beaucoup plus forte, peu après l'anniversaire des 6 mois.
            Là, j'en ai repris une, juste une petite, une toute petite ...
            Moins d'une semaine plus tard, zou, retour au paquet par jour !

            Rétrospectivement, je crois que l'erreur provient de la non-préparation de cette défume.
            Déjà à la base, la motivation n'était pas la bonne. J'arrêtais pas pour moi, mais pour faire plaisir à d'autres personnes.
            Le sentiment général lors de l'abstinence était plus une privation qu'une libération.
            Mais les enseignements de cette expérience me seront précieux pour les tentatives suivantes.
            17/09/2010

            Commentaire


              #7
              Re : Journal d'une désintox

              Bonne journée Ricco. Moi, je tenais un "cahier de défume" et cela m'a beaucoup aidé. J'y ai même écrit une lettre de rupture à la clope (ridicule ? et fumer c'est pas ridicule ???). Pendant 45 ans, je me suis "cachée" derrière mon rideau de fumée. Il fallait que ça s'arrête un jour. Oui ça été douloureux, oui j'ai pleuré mais tu ne peux t'imaginer à quel point j'apprécie enfin ma liberté. Bonne route sur le chemin de la défume.
              Dernière modification par arganoma, 11/09/2010, 08h27.
              Défumée depuis le 1er novembre 2009.
              Il n'est jamais trop tard pour bien faire.
              Merci à tout le forum pour le soutien.

              Commentaire


                #8
                Re : Journal d'une désintox

                salut Ricco
                bonne idée d'écrire, tu verras ton évolution
                j'ai arrêté plusieurs fois, et je crois que celle ci est la bonne, j'ai préparé l'arrêt, j'ai réfléchi à mes motivations et j'ai beaucoup lu sur ce forum les parcours des uns et des autres. La détermination doit être forte et même si au début on n'ose à peine y croire, petit à petit ça se renforce. Pour moi, c'est le fait de me rendre compte que la clope menait le jeu et finissait par me rendre esclave - d'un bout de papier- qui m'a rendue combattive . 8 mois plus tard, je n'ai pas du tout de manque , je ne compense pas non plus avec la nourriture, et je me sens beaucoup, beaucoup mieux!
                arrêt le 5/01/10
                "THIS, is a three- patch problem..."

                Commentaire


                  #9
                  Re : Journal d'une désintox

                  Il est bien, ton journal, Ricco

                  Il contient plein d'éléments, tu as connu le zyban, moi aussi, je l'ai arrêté pour les mêmes raisons que toi, sauf que tant qu'à arrêter le zyban, et tant qu'à faire, j'ai refumé de suite à l'époque

                  Ce qui me frappe c'est que tu aies tenu 6 mois après, pour moi, il n'y a rien à voir entre le zyban et le fait que tu aies refumé (et il me semble que c'est ce que tu dis d'ailleurs, tu t'es arrêté pour quelqu'un d'autre, pas pour toi).

                  Tu as pris l'arrêt comme une privation, je reste convaincu que c'en est une, en même temps qu'une libération, il faut être prêt pour les 2, c'est le coup de la balance avec ses plateaux.

                  La privation disparaît, plus tard, quand on a assumé l'arrêt et qu'on s'est reconstruit sans la clope, ça, c'est à toi de le découvrir.

                  Je n'ai aucun avis sur le champix, juste une sorte de méfiance, car on lui a prêté les mêmes vertus qu'au zyban avec les mêmes excès, mais ça n'a pas grande importance, l'important, c'est qu'il aide au début. Lui ou autre chose.

                  Accroche toi

                  Commentaire


                    #10
                    Re : Journal d'une désintox

                    Je ne me suis pas préparée à la défume.

                    Mon dernier arrêt tient au fait que la boite de ZYBAN valait 100 Euros.

                    Une fois de plus mon médecin m'a donné l'ordre d'arrêter la clope, avec ordonnance d'un produit quasi miracle!!

                    La petite pharmacie où je me sers, n'avait pas ce produit en réserve.....commande donc pour le lendemain!!

                    Je vais chercher la commande, convaincue que le Zyban rejoindrait l'armoire à pharmacie, et vieillirait tranquillement !

                    c'est le prix qui a déclenché cette dernière défume.

                    C'est donc sans préparation mentale que j'ai commencé le traitement, 1/jour pendant 3 semaines!

                    Je n'ai ressenti que des nausées, mais violentes!

                    Voilà j'ai cessé le traitement et en même temps les clopes.

                    C'est ma 4e défume!

                    Ca tient depuis bientôt 6 ans !


                    Bien faire et laisser dire
                    Gaby!

                    Commentaire


                      #11
                      Re : Journal d'une désintox

                      Très sympa ton petit fil, bon courage Ricco

                      Commentaire


                        #12
                        Re : Journal d'une désintox

                        Envoyé par gabrielle elise


                        Je vais chercher la commande, convaincue que le Zyban rejoindrait l'armoire à pharmacie, et vieillirait tranquillement !

                        c'est le prix qui a déclenché cette dernière défume.

                        Le mien a rejoint ladite armoire

                        Je l'ai refilé après à ma tabacologue, me disant que quelqu'un en aurait l'usage

                        Commentaire


                          #13
                          Re : Journal d'une désintox

                          BOn courage ricco!
                          Arret de l'alcool le 29/07/08 Rechute mars 2014 Reprise abstinence le 28/04/2014
                          Arret de la clope le 01/02/09 à 23h

                          Commentaire


                            #14
                            Re : Journal d'une désintox

                            Moi, avec le Zyban, aucun effet mais grande aide avec le Champix.
                            Défumée depuis le 1er novembre 2009.
                            Il n'est jamais trop tard pour bien faire.
                            Merci à tout le forum pour le soutien.

                            Commentaire


                              #15
                              Re : Journal d'une désintox

                              Envoyé par Goulbert le prude
                              Le mien a rejoint ladite armoire

                              Je l'ai refilé après à ma tabacologue, me disant que quelqu'un en aurait l'usage
                              J'ai filé le reste à mon voisin qui commençait une défume!! total 6 ans après : il fume toujours!!
                              Bien faire et laisser dire
                              Gaby!

                              Commentaire

                              Unconfigured Ad Widget

                              Réduire
                              Chargement...
                              X