Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Smoking out II

Réduire
X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

    Smoking out II

    Reprise et suite de http://www.atoute.org/dcforum/DCForumID12/1251.html

    Ce texte a été écrit initialement en 2002.

    Bonjour, Certains m'ont interrogé ici sur mon statut tabagique. Je vous devais une réponse, mais je manquais de temps ces dernières semaines pour rédiger ce texte et pour faire face à d'éventuelles questions. J'espère que ce témoignage supplémentaire constituera une aide pour certains.
    J'ai commencé à fumer à l'âge de 15 ans, bêtement, parce que je m'étais fabriqué une pipe avec un épi de maïs et un tube de bambou. J'étais alors très timide. Il me semble que le tabac m'a permis de m'affirmer. Ma consommation a vite augmenté, pour arriver à 2 paquets de Pall Mall sans filte par jour à la fin de mes études de médecine.
    La cigarette a toujours fait partie de ma vie ; j'ai déjà, en manque, fumé des mégots roulés dans un bout de papier journal. Mon Zippo était le prolongement de ma main. Je fumais trois cigarettes à la suite après mon café du matin. Le soir, avant de me coucher après avoir passé 2 ou 3 heures devant mon ordinateur, je pouvais compter une vingtaine de mégots dans mon cendrier. Au test de dépendance à la nicotine, j'avais la note maximale.

    J'ai arrêté 18 mois il y a 10 ans, et repris bêtement, avec la cigarette "pour voir". Tout vu. J'étais alors passé de 87 à 112 kg. Je mangeais quasiment sans m'arrêter. La reprise du tabac m'a fait redescendre à 93.
    Petit à petit, la bronchite chronique s'est installée. J'ai 45 ans, et depuis 5 ans, je tousse 6 mois par an, y compris la nuit. La moindre bronchite dure 1 mois, je tousse à en devenir aphone. Je crache tous les matins pour me nettoyer les bronches.
    Ma vie tourne beaucoup autour de la cigarette : je ne peux rien faire d'important sans fumer. Trouver le moment ou je vais fumer devient de plus en plus stressant, tant la vie du fumeur devient difficile partout avec des interdictions croissantes et parfois un peu sadiques. Je ne fume pas devant mes patients.

    J'ai tenté plusieurs fois d'arrêter de fumer depuis 4 ans, chaque fois à l'occasion d'une mauvaise bronchite.
    J'ai tout essayé : timbre, Prozac, Zyban. J'arrêtais un mois, puis je reprenais. Le Zyban me faisait dormir toute la journée (cette inversion d'effet doit être due à mon côté hyperactif). Lors de mon avant-dernier arrêt, j'étais dépressif et j'ai repris car je sentais que j'étais en danger.

    Cela ne m'empêchait pas d'aider mes patients à arrêter de fumer. Il m'était facile de me mettre à leur place... Cela ne m'a pas empêché non plus de créer ce forum, à l'occasion de la sortie du Zyban sur lequel j'avais fait une page d'informations détaillées.
    J'ai toujours eu l'impression que le fait que mon épouse fume était un frein total à mon arrêt. J'avais pensé trouver une solution en roulant mes cigarettes, mais j'ai fini par en fumer autant.
    Mes fils me trouvait pathétique et me le disait. J'avais honte de moi.
    Est-ce l'effet du forum ? Est-ce un mûrissement progressif de ma décision ? Toujours est-il que j'ai décidé d'arrêter de nouveau en décembre 2002. J'ai mis un timbre à 21 mg et je me suis lancé.
    Les premiers jours ont été douloureux, surtout quand je voyais mon épouse fumer le soir après le repas. Je fumais une cigarette par-ci par-là, sans grand plaisir sous timbre. J'ai alors repensé au conseil d'un confrère, et au fait que je fumais 30 cigarettes roulées (tabac Pall Mall rouge) par jour, soit une dose de nicotine considérable, équivalente à 3 paquets de cigarettes fortes par jour.
    J'ai alors fait ce que je ne peux vous recommander : j'ai doublé la dose en mettant 2 timbres à 21 mg. Mes oreilles bourdonnaient, j'étais un peu nauséeux, mais je n'avais plus envie de fumer. J'ai acheté des comprimés à la nicotine à tout hasard. J'ai du en prendre une douzaine en tout sur 15 jours. La brûlure infâme ressentie dans la bouche a participé à mon sevrage par l'association récompense_nicotine = punition_douleur.

    Le lendemain, j'ai mis un timbre à 21 et un timbre à 14 mg, idem pendant quelques jours, puis je suis descendu en une dizaine de jours à un timbre à 21 mg (gardé la nuit) pendant un mois. J'ai suivi avec un mois à 14 puis un mois à 7 mg.
    Mon sommeil était perturbé, j'étais un peu à l'ouest, mais je vivais cet arrêt dans une grande euphorie : je n'avais quasiment jamais envie de fumer, y compris en présence de fumeurs.
    Je ne prends plus aucun substitut depuis 2 mois. Une vague envie de fumer m'envahit 2 ou 3 fois par mois, elle est balayée en quelques secondes par l'évocation du souvenir de l'irritation laryngée, de la toux, de la bronchite chronique qui a totalement disparu aujourd'hui.
    J'ai l'intime conviction que le tabac est vraiment du passé pour moi. J'ai fait le deuil de la cigarette et je m'en porte bien. Beaucoup d'ex-fumeur m'avaient tenu ce discours "j'ai arrêté 10 fois, et la dernière a été la bonne". C'est exactement ce que je ressens actuellement.
    Le fait que mon épouse fume ne me gêne en rien.
    Si je n'ai besoin de faire aucun effort pour ne pas refumer, le poids est un problème important. J'avais initialement suivi un programme sportif régulier : 2 X 15 pompes par jour, 30 abdominaux, jogging 5 mn tous les jours et 30 mn le WE. Déplacements perso et pro à vélo.
    Cela m'avait permis de ne pas faire de gras (j'ai un peu grossi mais surtout du muscle). Malheureusement, j'ai voulu trop en faire et j'ai du arrêter pour des tendinites et un mal de dos. J'ai alors rapidement grossi et je suis passé de 94 à 104 kg. Je mange beaucoup trop mais j'aime ça .
    Je vais faire un peu de régime et reprendre le sport.

    Heureusement, prévoyant, cela fait 5 ans que j'achète tous mes vêtements une taille trop grands.
    Quand je vois les fumeurs au pieds des immeubles dans le rue, ou en sortant du métro, je ressens un mélange de compassion et de sentiment de supériorité

    ----- 22/10/2003-----

    Bonsoir,Pour être parfaitement honnête dans mon smoking-out, je dois vous donner le dernier épisode, d'autant qu'il s'agit d'un thème récurrent sur le forum.
    J'ai démarré plusieurs mois après mon arrêt une petite dépression, chose très inhabituelle chez moi.
    Un consultation chez un confrère (psy) et un peu de Prozac et me revoila sur pied Je continue sagement mon demi-Prozac.
    C'est une éventualité assez fréquente liée à deux mécanismes :
    - Les gros fumeurs sont parfois des dépressifs qui s'ignorent et qui se soignent à la nicotine.
    - La carence en nicotine et les restrictions alimentaires associées pour ne pas grossir créent un grand vide intérieur qu'il n'est pas toujours facile de remplir.

    ---------- 29 03 2004 ----------

    Bonjour,
    Des nouvelles du front,
    Envie de fumer : terminé. Les rares fois ou l'idée de fumer atteint mon cerveau conscient, c'est la peur et le souvenir de la bronchite chronique qui m'envahissent. Parfait .
    Dépression : terminé. Trois mois de Prozac et le soutien d'un confrère ont eu raison du redoutable blues du 3ème mois (après l'arrêt des timbres).
    Boulimie : en plein dedans. Je suis un ogre. Heureusement, la bicyclette me fait brûler au moins 2000 des 8000 calories que j'ingurgite tous les jours. Mais 110 Kg au lieu de 95, c'est lourd à porter. Tant pîs, il va falloir que j'entame bientôt un deuxième sevrage.
    En fait, j'ai l'impression qu'en ravalant ma frustration de ne pas fumer, j'ai refusé la moindre frustration vis-à-vis de la bouffe, et je ne supportais déjà pas bien avant. En attendant, je me suis acheté des vêtements à ma taille.
    Je vous tiens au courant.


    -------- 29 12 2006 ---------

    Bonjour

    L'envie de fumer m'effleure rarement : tous les 6 mois. Elle est très fugace et s'efface en un instant. Ma femme fume partout et je m'en fous.

    Je pèse 115 kg. J'ai décidé de maigrir en travaillant sur mon appétit comme si c'était une addiction. C'est impressionnant de voir ce que j'arrive à manger.

    Cela dit, comme au début de mon arrêt, si l'on m'apprend que je suis fichu et qu'il me reste 6 mois à vivre, je refume instantanément.

    Merci à ceux qui m'ont souhaité l'anniversaire de mes 4 ans.



    #2
    Re : Smoking out II

    merci pour ce témoignage qui ne m'apprend pas grand chose sauf que malgré la dépression, les rechutes, c'est possible ... j'y crois mais c'est encore mieux de l'entendre d'un ancien défumé !
    Pas le temps pour les regrets
    les erreurs n'appartiennent qu'à nous même
    né pour amener ma part de progrès.
    Si tu kiffes pas, t'écoutes pas et puis c'est tout .
    "Lunatic"

    Commentaire


      #3
      Re : Smoking out II

      Bonjour Docteur DUPAGNE, eh bien j'avais jamais lu (à tort) votre parcours, et je reste scotché ! je ne peux que vous dire BRAVO, bravo pour votre défume et bravo pour la création de ce forum. Je vous salue bien bas, chapeau Docteur !

      Commentaire


        #4
        Re : Smoking out II

        bonjour et respect merci pour ce forum et pour avoir raconté votre histoire c est toujours touchant a bientot

        toujours dans le doute .........





        Commentaire


          #5
          Re : Smoking out II

          Envoyé par d_dupagne
          [...] Ma femme fume partout et je m'en fous.
          Ça, c'est pas bien pour sa santé et son porte-monnaie... Mais si un jour sa détermination pour arrêter était suffisante, faites-moi signe. Je lui indiquerais l'adresse d'un forum qui pourrait l'aider.


          Dernière modification par Tataouine, 29/12/2006, 14h22.

          Commentaire


            #6
            Re : Smoking out II

            Merci Doc pour votre témoignage, en plus il me conforte dans l'idée qu'il faut faire attention à son alimentation très tôt dans la défume (si on le peut bien sûr) et essayer de contrôler la bouffe après avoir supprimé la clope.

            Comme je l'ai dit chez les zaccs, en ce moment c'est pas des envies de clopes que j'ai c'est des envies de chocolat et ça fait comme les pulsions clopesques !!!!

            Face à la roche, le ruisseau l'emporte toujours, non pas par la force mais par la persévérance. Jackson
            http://lajemy.over-blog.com

            C'était quand ? 17/10/2006

            Commentaire


              #7
              Re : Smoking out II

              Bonjour Doc
              Merci pour votre témoignage et pour avoir créer ce forum

              Commentaire


                #8
                Re : Smoking out II

                bonjour doc
                merci d'avoir eu l'idée du forum et de voir votre parcours nous montrebien qu'on est tous pareils avec la cigarette
                encore merci

                Commentaire


                  #9
                  Re : Smoking out II

                  Merci d'avoir refais monter votre témoignage Docteur, qui est criant de vérité

                  Commentaire


                    #10
                    Re : Smoking out II

                    juste merci et bravopeut etre que mon cas n'est pas désespéré
                    bonne continuation

                    Commentaire


                      #11
                      Re : Smoking out II

                      merci doc pour ce formidable outil de défume

                      Commentaire


                        #12
                        Re : Smoking out II

                        Cher Docteur,

                        Dans votre état des lieux, vous ne dites pas si vous avez poursuivi la pratique de la bicyclette ou d'un autre sport.
                        Avez-vous déjà essayé le jogging ? Sans être un spécialiste, j'ai choisi ce sport il y a cinq ans, afin de prendre soin de ma carcasse... J'étais également en surpoids, et il m'a suffi de quelques mois pour perdre un nombre de kilos conséquent, tout en tonifiant un corps devenu trop sédentaire...
                        Courir est ingrat les premières semaines, mais les résultats sont rapides et les progrès aussi, et très vite cela devient une drogue... Vous parlez de réduire votre appétit en le travaillant "comme une addiction", eh bien le jogging régulier pourrait bien en devenir une également, d'addiction, mais pour votre plus grand bien.

                        Commentaire


                          #13
                          Re : Smoking out II

                          Hello et bravo doc,

                          Bref globalement plus le temps passe et moins on a de choses à dire sur le sujet

                          Pour le quintal bien entamé, faites comme les membres de "sport et défume" qui maigrissent sans même s'en rendre compte
                          Corto

                          Commentaire


                            #14
                            Re : Smoking out II

                            cher Docteur,

                            je suis contente de vous avoir lu, je ne connaissais pas votre parcours( comme dirait DRUCKER) , et je vous salue bien bas, c est une reussite.

                            et bonne continuation

                            merci, et pourquoi votre femme ne se joint pas a nous? ??? le forum est une aide certaine, rien que de savoir qu on n est pas seule a en baver par moments

                            Commentaire


                              #15
                              Re : Smoking out II

                              Qui est ce d_dupagne qui ne poste presque jamais et que tout le monde connait ?


                              Bravo quand même, doc !

                              Commentaire

                              Unconfigured Ad Widget

                              Réduire
                              Chargement...
                              X