Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Presentation SENCHA

Réduire
X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

    Re : Presentation SENCHA

    Puis le lendemain, lorsque je tente une petite ouverture pour en discuter : " A t'écouter, on dirait que tu te prends pour un alcoolique !" " Tu ne l'es pas, puisque tu arrives à ne pas boire...".
    ah oui quand même
    Rien de grave en soi, mais je crois que je dois l'accompagner dans ce deuil, celui d'une perte pour elle d'une partie de moi, cette partie "festive" que nous partagions. La plus drôle. Il me faudra du temps pour lui faire redécouvrir l'autre partie de moi, la plus importante, celle d'un homme redevenu intègre et intéressant sans alcool. Elle se rendra compte des bénéfices de ce changement, mais il nous faudra du temps pour apprécier cette nouvelle page qui s'écrit, car en y repensant, elle ne me connait sobre que depuis peu.
    mais oui je crois que tu tapes très juste bonne continuation l'important c'est que toi tu n'oublie pas
    arrêt avec soins pour moi, le 18 février 2014

    Commentaire


      Re : Presentation SENCHA

      Envoyé par brise de mer
      Il faut du temps à notre entourage pour comprendre. Certains n’y arrivent jamais. C’est leur pb.
      Le tien, c’est ta vie.
      +1 rien à ajouter NIKEL

      Commentaire


        Re : Presentation SENCHA

        Merci pour vos retours.

        J'ai dit ne plus compter en jours, mais 40 est un chiffre rond, alors je m'envoies toutes mes félicitations .

        Bonne journée à toutes et tous.

        Commentaire


          Re : Presentation SENCHA

          Envoyé par SENCHA
          Merci pour vos retours.

          J'ai dit ne plus compter en jours, mais 40 est un chiffre rond, alors je m'envoies toutes mes félicitations .

          Bonne journée à toutes et tous.
          Bonjour SENCHA

          Ben tu as raison, on est jamais mieux servi que par soi meme

          Néanmoins reçois mes félicitations

          Bisou en prime

          Commentaire


            Re : Presentation SENCHA

            De passage rapide, juste pour vous souhaiter le meilleur pour 2018.

            Et le dictons du jour :

            2018, une année sans cuite.


            La tête un peu en vrac ce matin, à cause du RHUM...E.

            Premier réveillon sans alcool depuis...1990 environ.

            BJAT

            Commentaire


              Re : Presentation SENCHA

              Envoyé par SENCHA
              Premier réveillon sans alcool depuis...1990 environ.
              BJAT
              Depuis environ... Dix ans de plus en ce qui me concerne. Qu'est ce que c'est bien !

              Commentaire


                Re : Presentation SENCHA

                Envoyé par SENCHA
                2018, une année sans cuite.
                Excellent !
                Et, maintenant,...


                Bonne année à toi et retourne couver ton rhume.

                Dernière modification par Al!ce, 01/01/2018, 12h14.
                Un truc que j'ai compris : ça. Un autre, plus intéressant :
                "Those who don't believe in magic will never find it." Lewis Carroll

                Commentaire


                  Re : Presentation SENCHA

                  Envoyé par SENCHA
                  De passage rapide, juste pour vous souhaiter le meilleur pour 2018.

                  Et le dictons du jour :

                  2018, une année sans cuite.


                  La tête un peu en vrac ce matin, à cause du RHUM...E.

                  Premier réveillon sans alcool depuis...1990 environ.

                  BJAT
                  une bonne année a toi Sancha, soigne bien ton rhube, et une grosse "bise"
                  Dernière modification par pépite*, 01/01/2018, 21h09.

                  Commentaire


                    Re : Presentation SENCHA

                    Le rhume s'éloigne un peu, les amis viennent de rentrer chez eux...on fait toujours ça sur 24 heures...Vous imaginez donc un peu dans quel état je finis habituellement...

                    Mais pas cette fois, et comme tu le dis Patalo, c'est vachement bien !
                    Enfin, surtout l'après-fête.

                    Pour ce qui est de la fête, on va mettre la composante rhume dans le panier, il faut apprendre à la vivre différemment. Pas l'alcool qui me manque, vraiment pas, même pas un début d'envie (ce que j'ai du mal à croire) mais c'est à la fois moins délirant (les délires justement), plus intéressant (les discussions), un poil plus triste, un poil plus calme. Le temps s'écoule plus doucement, mais aussi plus longuement...Et c'est long parfois. Et c'est un poil lourdingue aussi.Il faut apprendre à être différent, pour soi, mais aussi pour les autres. C'est d'autant plus difficile que, dans mon cas, j'ai jamais em...der personne, jamais eu de prise de bec, de coup de gueule, lorsque j'étais à 4 gr. Par contre j'étais plus déluré et plus drôle, plus dans le mouv'.
                    Mais, comme mes amis sont des amis, des vrais et de longue date (25 ans d'amitié et de beuverie aussi), il n'y a bien entendu aucun reproche. Juste des questions et de ma part quelques débuts d'explications. Et puis pour finir, les discussions que nous avons eu, ce coup-ci je devrais m'en souvenir en intégralité. Personne ne pourra me dire :
                    - Mais tu te souviens plus, on en a parlé à nouvel an...
                    - Ou bien : "ça tiens toujours pour samedi, on vient pour quelle heure ???"
                    - ...

                    Voilà pour le constat du WE.

                    Et puis là, j'ai juste la patate .

                    Bonne nuit les petits

                    Commentaire


                      Re : Presentation SENCHA

                      Envoyé par SENCHA
                      Bonjour à toutes et à tous, merci par avance de m’accueillir parmi vous. Voilà bien des années que j’observe ces lieux par le trou de la serrure, pensant que jamais je n’aurais « besoin » d’en franchir le seuil. A chacun ses démons, le mien porte un nom tristement célèbre par ici…
                      Même si l’alcoolisme peut être, à mon avis, plus ou moins « dur », plus ou moins marqué en fonction des individus, plus ou moins présent dans la vie de chacun , il n’en reste que le schéma neurophysiologique de la dépendance est le même et je vous remercie grandement pour cette section du site « l’alcool n’est pas un problème… » qui permet de mettre des mots sur les mécanismes inhérents à cette maladie et l’action exercée sur les neurotransmetteurs, je comprends bien mieux maintenant la difficulté à revenir à une consommation raisonnée et raisonnable ; je comprends mieux pourquoi trêve après trêve, il en faut toujours plus.


                      Pour ma présentation et ma petite histoire, je vais essayer de faire simple, histoire de ne pas trop vous saouler.

                      La quarantaine entamée, marié, des enfants presque tous majeurs aujourd'hui et heureux « en famille ».


                      Ces 25 dernières années sont passées vite et lorsque je me pose parfois, j’ai l’impression de n’avoir pas pris le temps de faire grand-chose, mais ce n’est qu’une impression, car en me retournant vraiment, je me rends compte que le rythme auquel ce sont succédés les évènements, les décisions, les charges de travail, les joies et les ennuis…cela n’a pas été un long fleuve tranquille, loin de là. La vie a été dense. Et peut-être, sans chercher d’excuses, ni d’explication, je me dis que tout cela n’est peut-être pas étranger au manque de prise de conscience qui m’a fait défaut et qui m’amène aujourd’hui en ces lieux de discussion. Car dans le gros bouillon, lorsque l’on surnage, si l’on ne se raccroche pas à une bouée, on coule. L’alcool est doucement devenu cette bouée, sans que je m’en aperçoive ; une bouée qui peu à peu s’est transformé en île au milieu de la tourmente, une île ou chaque soir je m’abrutis, je m’engourdis pour mieux supporter, pour mieux oublier, sans que cela soit volontaire ni conscient, mais j’en fais le constat aujourd’hui.


                      Je bois de l’alcool depuis l’âge de 14/15 ans. D’une consommation festive et occasionnelle au tout début, je suis rapidement passé dans les toutes premières années à une consommation en soirée et entre amis, plusieurs fois par mois, qui me donnait l’ivresse. Puis au fur et à mesure que les années passèrent, j’ai consommé de l’alcool tous les soirs, 2 ou 3 verres, de la bière, du vin, puis plus tard 3 ou 4 verres…jusqu’à il y a peu et depuis quelques années maintenant, 5 ou 6 verres quand tout va bien et 8 ou 9 de plus en plus fréquemment de 19h00 à 22 h00... Je ne vous parle pas des samedis soirs ou des dimanches avec les amis ou cela peut être multiplié par 2. L’alcool toujours et toujours plus, avec de plus en plus de mal à me restreindre, la spirale m’emporte et les verres s’enchaînent et je ne compte plus…


                      La seule chance que j’ai, en dehors d’être encore en « bonne santé » (j’espère), c’est de ne pas boire en journée, de ne pas en avoir besoin. Vraiment pas, aucune envie, je n'y pense même pas. Mais quand vient le soir, après la fatigue accumulée de la journée…la première chose que je fais quand je rentre, c’est de prendre l’apéro. Ma petite récompense, une détente nécessaire. Mais je n’arrive plus à m’arrêter à 2 ou 3 verres. Et quand bien même lorsque j’y arrive sur quelques jours de semaine, le week-end cette bonne résolution est vite oubliée.



                      Je ne conduis jamais lorsque j’ai bu, même les lendemains de beuverie et je m’arrange toujours pour ne pas avoir à prendre le volant lorsqu’un repas en famille ou entre amis est organisé. Soit je dors sur place, soit on me conduit, je prends les transports en commun…et si je n’ai pas d’autre choix, je ne bois pas. Mais ce n’est pas avec beaucoup d’enthousiasme, vous l’imaginez bien.


                      Deux fois par an je fais une trêve d’alcool de 15 jours, depuis de nombreuses années. Les 2 premiers jours sont assez faciles, le troisième soir est toujours le plus difficile, mais après je maîtrise. Ces trêves ont pour but de me faire croire que je ne suis pas alcoolodépendant . Mais je crois que c’est faux. En 2012, j’ai même « tenu » 4 semaines. Mais à chaque fois, plus ou moins rapidement, ma consommation redécolle et, le temps passé me le prouve, elle a toujours finie par augmenter un peu.




                      J’en suis donc à un stade où je me suis rendu compte, et mes lectures récentes sur ce site me permettent d’y voir une explication, qu’il est difficile d’essayer de revenir à une consommation occasionnelle et raisonnable. Que pour beaucoup d’entre nous, les alcooliques, seul l’abstinence est une solution viable. Je ne l’ai pas encore accepté. Je suis actuellement dans une de mes trêves annuelles commencée depuis…ce matin… et si j’avoue n’avoir pas encore fait l’acceptation de l’abstinence, le fait de comprendre mieux le mécanisme de cette foutue molécule dans notre cerveau va je l’espère m’aider à mieux faire face et à l’envisager comme unique solution.


                      Vous l'aurez peut-être compris en me lisant, même si je ne me considère pas comme gravement atteint, j'ai pris conscience de "l'attachement" de mon cerveau à cette molécule et du mauvais chemin qui commence à se dessiner et sur lequel je n'ai pas envie de continuer à m'engager.


                      Je ne prends pas mon inscription sur ce groupe de discussion comme une thérapie, mais comme un outil supplémentaire à ma motivation.



                      Nous sommes à 5 semaines des fêtes de fin d’année, c’est pour moi le moment de calmer le jeux, même si je me vois mal passer les repas de fête sans une goutte d’alcool, mais pourquoi pas, il y a un début à tout.


                      Merci à ceux qui m’ont lu.
                      Bonne année
                      Ton pseudo sonne japonais.

                      Commentaire


                        Re : Presentation SENCHA

                        Bonjour Sencha, te plains pas tu as encore des amis super pour ce 1er l'an sobre quand je buvais je devenais miss Hyde il me reste 2 amis fidéles, les autres n'étaient pas heureux que j'arrête, en plus réellement, pour te dire depuis 3 ans un soi disant très bon ami m'appelle tous les ans au moins une fois, on discute, on parle de se revoir, je dis toujours à un moment ou un autre, cette année ça fait un an, l'année suivante 2 ans sans alcool, là terminer plus de nouvelle tu peux être fière de toi, bravo et bonne continuation
                        arrêt avec soins pour moi, le 18 février 2014

                        Commentaire


                          Re : Presentation SENCHA

                          Salut la compagnie .

                          Début de la huitième semaine.

                          C'est pas que j'ai forcément envie de compter le temps qui passe, ce n'est plus, pas, un objectif, la durée. Une fois la machine bien lancée, il ne faut pas vouloir battre des records de temps, cela ne rime plus à rien, puisque l'on vise l'éternité. Par contre, il faut garder la machine bien huilée, au "jour le jour". Mais je continuerai à venir poster ici régulièrement, comme le Petit Poucet laisse des cailloux sur son chemin. Lui c'était pour pouvoir revenir en arrière, retrouver son chemin, moi c'est pour ne pas perdre la mémoire, ne pas oublier d'où je suis parti, continuer à avancer et garder le cap. La thérapie par l'écriture.

                          " Elle (il) en aura besoin plus tard, comme des cailloux dans sa mémoire"
                          (vive Michel)

                          Prochain objectif, si l'on peut dire, ne plus penser à la situation. Pour le moment, je pense tous les jours à l'abstinence, au fait que j'ai pris cette décision. Je n'ai pas envie d'alcool, mais plusieurs fois dans la journée, je pense à ma nouvelle vie (sans).
                          Il m'arrive aussi, lorsque je me sers à boire, lorsque je mange, d'avoir cette pensée fugace, de ce que j'aurais bu avant. Pas l'envie d'y retourner, nullement, mais juste une "comparaison" l'espace de quelques secondes. Je sais bien que je n'ai aucun pouvoir d'action là-dessus, mais je me dis que ça pourrait être bien de...je ne sais pas trop comment le formuler, on va dire de prendre plus de recul.

                          Sinon, il y a vraiment quelque chose qui m'étonne. Peut-être est-ce dû à ma personnalité. C'est vrai que dans les choses qui me caractérisent, il y en a une en particulier, "j'ai en horreur le fait que l'on m'oblige à faire quelque chose". Je ne sais donc pas si ce paramètre rentre en ligne de compte, mais la situation que je craignais le plus, c'est de devoir affronter l'alcool "en groupe". J'avais peur que les repas, les soirées entre amis, soient difficiles et me mettent durement à l'épreuve devant mon choix de m'abstenir de boire de l'alcool. Et bien non, de voir les autres boire ne me pose pas de souci, pour le moment. J'en suis le premier surpris. J'essaie de comprendre, parce que j'aime bien comprendre, les victoires et les échecs sont fait pour être compris, mais j'ai pas encore d'explication. D'abord j'ai cru à une fierté exacerbée, je me suis dit :"t'as pris une décision rendue publique, peut-être ton égo en souffrirait de perdre pied". Mais non, autant je n'aime pas que l'on me force à faire quelque chose (que j'aime ou pas), autant je me fous de ce que pensent les autres à ce sujet, je fais ça pour moi avant tout. Prochaine "étape, épreuve" dans le genre, les barbecues entre amis. L'ambiance est encore différente, mais j'espère le vivre aussi sereinement. Motivé, mais sur mes gardes.
                          Voilà un peu où j'en suis dans mes réflexions du moment.

                          BJAT

                          Commentaire


                            Re : Presentation SENCHA

                            Début de la dixième semaine et je continue à semer mes petits cailloux sur ce fil.

                            Je suis dans un phase un peu plus difficile. Toujours pas de craquage, ni de besoin d'alcool. Mais des petites voix intérieures qui tentent de me faire oublier d'où je viens.

                            L'alcool est très présent autour de moi en ce moment, dîner, anniversaire..., et presque à chaque fois je l'entends cette petite voix. Elle ne me dit pas clairement : "Vas-y, lâche-toi, prends un verre, tu risques rien, juste un petit ".
                            Non, c'est pas si direct. C'est plus mesquin. Elle me dit : "Je suis sûr que tu n'y risquerais rien si un jour, une fois, à l'occasion, tu prendrais un verre...".
                            Et puis une petite nostalgie, samedi soir...les dernières bières de fin de soirée, une bonne Pils pleine d'amertume...rien de grave, juste une pensée fugace.
                            A quelques autres moments de fatigue ou de stress, j'ai aussi eu le souvenir de l'effet apaisant des premiers verres...

                            Sur mes gardes plus que jamais, j'espère que toutes ces pensées vont s'assagir, car je suis prêt à faire front, je ne reprendrais pas le premier verre.

                            Commentaire


                              Re : Presentation SENCHA

                              Salut Sencha, il faut que tu t'accroches, j'ai aussi eu un coup de moins bien autour des 3 mois, apparemment c'est un cap à risque. Je pense qu'il ne faut pas sous estimer ces petites voix, ça m'apparaît comme un signal d'avertissement, comme il est souvent répété, "l'alcool ne résout pas tous les problèmes, cela dit l'eau non plus. Trois mois c'est peut être le cap où on s'est sevré et où il faut commencer le travail personnel. L'addiction est surement venu combler un vide, as-tu déjà réfléchi sur ce que cela pourrait être ?
                              Bon courage pour la suite, tu tiens le bon bout

                              Commentaire


                                Re : Presentation SENCHA

                                Envoyé par SENCHA

                                Je me méfiais et je me méfie toujours beaucoup de "mon" cerveau et de sa capacité, dans le temps, à oublier. A essayer de me faire oublier. Je sais qu'il me faudra toujours garder cette veilleuse allumée, pour ne pas retourner un jour sur le chemin du premier verre. Ceci est bien acté en moi et je le vis sereinement.
                                Oui Sencha, c'est capital de bien garder en ta conscience que ... ta conscience ( ) oubliera, et particulièrement à des moments à risque, tout ce que tu sais et a déjà expérimenté en ce qui concerne les effets nocifs de l'alcool sur toi.

                                À l'inverse de ta conscience, tes cellules corporelles gardent le souvenir de l'alcool qui les a imprégnées et seront toujours en manque (décroissant).

                                Tes raisons inconscientes de boire inventeront de nouvelles "bonnes raisons" conscientes de boire.
                                Mais celles-ci seront en réalité prétextes pour réaliser des buts inconscients comme te faire du mal, faire du mal à ton entourage, dissoudre tes problèmes, te fondre dans ton environnement.


                                Mais ce que je n'imaginais pas, c'est que ce piège peut venir des autres. Eux aussi sont en capacité de vous tenir ce discours. Mon épouse (...)
                                La grande majorité des non addicts ne comprend pas le comportement des addicts, ce qui est normal puisque le comportement des addicts est objectivement absurde.

                                Madame ma mère et ma psychanalyste m'ont tenu le même discours que ta femme. Ne te fais pas piéger. Quelles que soient ses raisons, inconscientes ou pas, de te pousser à reboire " un peu" avec plaisir, c'est SON problème. Et quel que soit le plaisir que ça lui ferait, ce plaisir ne vaut pas l'abandon de l'un de tes biens les plus précieux.


                                il faut également rester vigilant aux autres. Garder à l'esprit que même si ils nous soutiennent, ils ne sont pas dans le même bateau. Que l'abstinence c'est comme une navigation en solitaire, on l'entreprend pour soi, qu'il faut bien garder à l'esprit le cap que l'on s'est fixé et faire attention au chant des sirènes. Le soutien de ses proches est important, c'est un peu les sponsors du navigateur, mais le marin reste seul au milieu de l'océan, seul avec sa décision d'entamer la traversée. Il a plein d'outils à bord dont il se doit d'user pour ne pas changer ce cap, éviter les tempêtes ou en sortir, mais il demeure seul maître à bord.
                                Oui et jolie cette nouvelle allégorie marine.
                                J'ajoute que même lorsque l'on est sagement accompagné, conseillé et soutenu, ça ne suffit jamais à long terme. Il est suicidaire, enfin en tout cas auto-évidant et terriblement risqué de négliger son noyau propre unique de personnalité et de s'abandonner au profit de qqn d'autre, d'un groupe, ou d'une puissance supérieure bienveillante, forcément imaginaire, qui n'existe nulle part, ni en soi ni ailleurs.

                                Chacun a simplement en lui son unique et vulgaire noyau propre qu'il ignore souvent.
                                Qui est sa puissance, effectivement supérieure, pourrait-on dire, mais alors, non à qui que ce soit ou à quoi que soit d'extérieur, mais supérieure, uniquement, à l'intérieur de soi, à tous ceux, qu'il a rencontrés, intériorisés et éventuellement inventés et invités en tant que puissances illusoirement supérieures et pas toujours bienveillantes.
                                Dernière modification par Ronald, 22/01/2018, 15h18.
                                "What a Wonderful World" Louis Armstrong

                                Commentaire

                                Chargement...
                                X