Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Tuer le temps

Réduire
X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

    #16
    Re : Tuer le temps

    Bonsoir.

    Envoyé par Zorg
    Et si d'aventure je disparais un peu du fofo, ça ne sera pas forcément par rechute: j'ai comme beaucoup de gens tendance à être plus loquace avec qq grammes dans le sang; et donc le côté renfermé est d'autant plus marqué si je bédave sans biberonner... Complètement à jeun j'sais pas, ça fait trop lgtps que j'ai pas essayé, on verra la semaine prochaine.
    Bah..., en même temps, si déjà tu arrêtes et bibine et fumette, sans anxios ni AD, en disant, pour la tonne de médocs, "oui, Docteur" au gentil Dcoteur, tu atteins un niveau de compétition ou tu peux aisément te classer en te fendant encore, en plus, de petites bafouilles sporadiques ici.
    Après tout..., quand les bornes sont franchies, il y a plus de limites !
    Et tu peux peut-être même devenir causant pété à l'H2O ou à l'O2, qui sait ?

    Bravo, en tout cas. Et garde le cap !
    Un truc que j'ai compris : ça. Un autre, plus intéressant :
    "Those who don't believe in magic will never find it." Lewis Carroll

    Commentaire


      #17
      Re : Tuer le temps

      Hello Zorg (de Barback?)

      Envoyé par Zorg
      Du coup valium + aotal + revia + bilan sanguin
      Pas d'inquiétude, c'est le p'tit cocktail de bienvenue pour t'éviter, on n'est jamais trop prudent en terre inconnue, un very bad trip façon delirium pas forcément si mince que ça d'ailleurs. Jamais goûté, et c'est tant mieux!

      Envoyé par Zorg
      Et si d'aventure je disparais un peu du fofo, ça ne sera pas forcément par rechute: j'ai comme beaucoup de gens tendance à être plus loquace avec qq grammes dans le sang; et donc le côté renfermé est d'autant plus marqué si je bédave sans biberonner... Complètement à jeun j'sais pas, ça fait trop lgtps que j'ai pas essayé, on verra la semaine prochaine.
      Tu fais comme tu veux man, et c'est bien ainsi, mais j't'aurais bien adopté virtuellement pour tout t'engluer façon SOS Fantôme d'ma collante humanité d'vieux con rev'nu tout.
      J'aurai pu t'faire écouter et p't-êt'e découvrir Java, Deluxe, et plus zencore.

      Et pourquoi pas me booster d'la fraîcheur d'ta jeunesse pour pas dégringoler dans l'trou trop vite, pour n'pas laisser le bonheur en paix, pour foutre le ver dans l'fruit une dernière fois, pour mettre d'la couleur à ma nuit... pour justement parler d'aut'e chose qu'des "grandes pensées sur les addictions" qu'tout l'monde connait ou s'engueuler pour des conneries.

      Holà, ohhh, tout doux Indi, tout doux.


      Envoyé par Zorg
      Ce qui fait d'ailleurs que quand le doc m'a demandé niveau moral comment ça va, j'ai répondu qqch comme "ça va je suis pas déprimé, juste agacé de recommencer tout ça".
      Une réflexion d'une profondeur de drôle de zèbre, ça!

      N't'occupe pas du moral, concentre-toi sur le mental, un mental de tennisman, un ace à la fois. Et pas de p'tit bras pour le jeu-set-et-match! C'est mon chouchou qui va êt'e content d'la métaphore (Ouais, que j't'explique : mon chouchou, c'est Ronald, un aut'e drôle de zèbre du fofo, tennis-addict-belge mais vach'ment fréquentable quand même!)


      Envoyé par Zorg
      Quoiqu'il en soit, déjà un pavé, mais un grand merci à tous pour vos messages, ça m'a mis du baume au cœur.

      La bise et bonne soirée
      Au plaisir de te lire à nouveau, et d'renifler l'envoutant parfum de "Baume du tigre" à plein tarin!

      Bises eucalyptus, camphre et clous d'girofle.


      Question poignée de porte.
      Y pointait vers quoi ton lien de signature/pied de post avant d'être mort?

      Commentaire


        #18
        Re : Tuer le temps

        Pwet!

        V'là les news, re-toubib ce matin avec les résultats d'analyse: "monsieur vous avez un bilan sanguin de vieux pour qq1 de 31 ans, glycémie + cholestérol... va falloir suivre ça"... Bah ouais ma bonne dame, c'pas vraiment une surprise et c'est bien pour ça que j'suis là.

        Enfin bon, ça y est, passé le cap de la 1ere semaine sans bibine, et fumé mon dernier spliff samedi: les choses sérieuses commencent.

        Du coup nouveau médoc dans la liste, seroplex, AD classique apparemment. Pas que je fasse des crises d'angoisse ou que je me sente anxieux, mais bon doit quand même y'en avoir quelques relents, un peu comme quand mon frère bouffe trop de chocolat, l'est pas malade mais l'odeur est persistante.

        Autre point qui montre qu'elle connait quand même son boulot: "bon et niveau tabac, sans parler d'arrêter, ça serait pas mal de ne pas augmenter les doses, vous qui parlez souvent de vase communiquant". Bien vu la bougresse, je clope comme un pompier, vais tester les fameuses vaporettes.

        Tu fais comme tu veux man, et c'est bien ainsi, mais j't'aurais bien adopté virtuellement pour tout t'engluer façon SOS Fantôme d'ma collante humanité d'vieux con rev'nu tout.
        J'aurai pu t'faire écouter et p't-êt'e découvrir Java, Deluxe, et plus zencore.

        Et pourquoi pas me booster d'la fraîcheur d'ta jeunesse pour pas dégringoler dans l'trou trop vite, pour n'pas laisser le bonheur en paix, pour foutre le ver dans l'fruit une dernière fois, pour mettre d'la couleur à ma nuit... pour justement parler d'aut'e chose qu'des "grandes pensées sur les addictions" qu'tout l'monde connait ou s'engueuler pour des conneries.

        Holà, ohhh, tout doux Indi, tout doux.
        Englues englues tant que tu veux, j'aime les bulles, même visqueuses, et si ça peut aider pour le p'tit coup de blues qui a l'air d'être en arrière plan de tes mots, bah j'en serais ravi.

        Et d'ailleurs ça colle avec mon avatar, la bulle, que j'vais changer puisque je commence doucement à mettre un pied dehors: il est temps de virer la bulle complète pour en mettre une à moitié explosée.

        Quant à la zik, Java j'accroche bien, y a un côté Svinkels en moins punk avec plus de références (j'ai tiqué sur Audiard, une phrase de brassens et un clin d’œil à la grande bouffe). Deluxe j'accroche moins, pas que j'aime pas mais c'est plus le genre de zik que je mettrais en arrière-plan pour faire aut chose sans vraiment écouter.

        Enfin, pour le lien mort de ma signature, ben je sais plus du tout! Après qq recherches je pense bien que c'était du Infectious Grooves: Good Times Are Out to Get You

        A changer aussi, mais là j'ai pas trop d'idée: Aretha Franklin - I'm drinking again, ouais bof peut-être pas non plus; Mano Solo - On boira de la bière, pas une bonne idée non plus, enfin tout Mano Solo c'pas une bonne idée, j'aime beaucoup mais dans le genre prends ton coup de cafard dans la gueule c'est violent.

        Vais essayer de trouver un son type "c'est cool la vie est belle même sobre" sans tomber dans le dégoulinant de bon sentiment, façon discours américain avec violon et trompette derrière. Ça me fera un début d'occupation en attendant de trouver une activité saine pour pas m'emmerder et tuer le temps autrement (sport bla bla bla...).

        Sur ce, je vais lire un peu les autres postes, et éventuellement essayer de participer. Donc plein de léchouilles affectueuses et courage à tous.

        Commentaire


          #19
          Re : Tuer le temps

          Bonjour par ici

          Envoyé par Zorg
          Vais essayer de trouver un son type "c'est cool la vie est belle même sobre" sans tomber dans le dégoulinant de bon sentiment, façon discours américain avec violon et trompette derrière. Ça me fera un début d'occupation en attendant de trouver une activité saine pour pas m'emmerder et tuer le temps autrement (sport bla bla bla...).
          Suggestion.
          Ok, c'est très léger, c'est vrai. Léger mais péchu.
          Il m'a fait beaucoup de bien, ce titre, à une époque. Je fais passer.
          Si ça ne convient pas, t'en chercheras d'autres, comme prévu. Pas grave.
          Si ça convient, tu pourras reprendre une activité saine direct, sans prétextes pour retarder ! ("sport bla bla bla..." Et tu me diras comment c'est : pas encore essayé )



          Et continue de tenir bon la barre.
          Un truc que j'ai compris : ça. Un autre, plus intéressant :
          "Those who don't believe in magic will never find it." Lewis Carroll

          Commentaire


            #20
            Re : Tuer le temps

            Salut le p'tit gars (et les z'aut'es),
            Salut les pisseuses,

            Ça fait sincèrement plaisir de te lire, et encore plus avec ce ton là.
            Je n'sais pas combien de temps je vais pouvoir me laisser croire que mes petits mots qui plus est virtuels, peuvent vraiment aider quelqu'un, combien de temps je vais pouvoir me convaincre que je ne n'écris pas juste pour tromper ma vacuité, mon illégitimité mais j'ai le désir de pousser l'bouchon plus loin, sans trop réfléchir ni projeter même si j'sais qu'ça reste délicat voire incompatible avec ma maudite façon d'appréhender le monde et surtout de l'interpréter. Mais, comme toi dans ta détox, j'veux mettre une confiante bonne volonté à écrire sans détour et sans arrière-pensée. Promis, juré!

            Ah, le con, j'étais tellement pris par mon réel et profond désir de sincérité, qu' j'viens d'cracher su' l'écran d'ma tablette. L'est toute dégueu, toute engluée maint'nant!

            Envoyé par Zorg
            les choses sérieuses commencent.
            Envoyé par Zorg
            Pas que je fasse des crises d'angoisse ou que je me sente anxieux, mais bon doit quand même y'en avoir quelques relents.
            C'est si tu n'flippais pas un peu devant ce champ des possibilités qui s'ouvre à toi que j'trouv'rais ça inquiétant.
            Sérieux, sérieux, c'est toi qui vois. Assidu, vigilant, appliqué ouais! Mais c'est peut-être aussi l'occaz d'apprendre à découvrir et à oser faire c'que ton enthousiasme souffle à ta vitalité, sans produit, sans matière!
            Pas évident, je l'sais bien, avec le balai dans l'cul qu'on s'enfile tout seul pour faire le gars bien, le gentil, le poli, le costaud qu'a un 'ros zizi et qui n'a peur de rien!

            Moi, tout m'fait peur. J'ai passé ma vie à m'proj'ter des trucs qu'j'allais pas réussir, des machins où j'allais échouer. Tout un tas d'conn'ries pour essayer de ressembler, pour adhérer contre mon gré, bref, pour m'empêcher d'me laisser aller à la vie.
            La tise c'était au choix l'anxiolitique qui m'permettait d'endurer, la compensation pour continuer, le boost d'une vie à la James Bond qui n’a même jamais besoin d'pisser.

            P'is un jour, marre de chier comme un canard à force d'évacuer cette amer-pression que j'me mettais en fait, tout seul, comme un con, tu sais, de ceux qui croient tout savoir, qui tranchent d'un avis péremptoire, qui jugent de ce qui est bon, mais oui, je sais qu'tu sais, marre de m'perdre dans mes différents paraître et mes trous noirs entonnoirs à reconnaissance et émotions, marre de courir après des illusions de perfection, marre de m'donner un mal de chien à vivre ma vie par procuration, bref, marre d'en avoir marre, j'ai décidé de r'prendre le guidon!

            Affronter à mains nues ma singularité. Oser et voir jusqu'où ça m'conduirait.

            Ben, j'ai toujours les fouettes. Mais au lieu d'faire carpette et d'me planquer derrière l'tire-bouchon, je prends du poil de la bête, de l'autonomie, de l'indépendance et j'fais mon bonhomme de ch'min.
            Semé de doutes et d'prises de tête mais c'est parc' que c'est comme ça que j'dois zêtre!

            Au point, qu'je sais même pas bien pourquoi j't'écris tout ça. Qu'c'est même pas d'toi dont je parle, mais de moi. Mais que p't-êt'e ça résonne ou raisonne dans ta tête. J'sais pas. Et effectiv'ment,
            Envoyé par Zorg
            ça peut aider pour le p'tit coup de blues qui a l'air d'être en arrière plan de tes mots
            Bon et pour finir car bientôt à court de batt'rie, mon p'tit r'monte pente à motiv' qui s'fait la paire

            Bises Michel Blanc et idées noires.
            Dernière modification par Indianamou, 05/12/2017, 00h40.

            Commentaire


              #21
              Re : Tuer le temps

              C'est insupportable à lire ce style d'écriture. Surtout venant de quelqu'un qui était agréablement surpris qu'un jeune puisse savoir écrire en plaçant correctement les "s" etc...

              Commentaire


                #22
                Re : Tuer le temps

                Envoyé par Tino
                C'est insupportable à lire ce style d'écriture. Surtout venant de quelqu'un qui était agréablement surpris qu'un jeune puisse savoir écrire en plaçant correctement les "s" etc...
                Hello Tino,
                C'est ton opinion et tu as le droit de l'avoir.

                Même si je ne comprends pas en quoi le "style" un rien cru et oral a quoi que ce soit à voir avec l'orthographe. Zorg est un grand garçon qui semble aimer Audiard plus que D'Ormesson, paix à son âme.

                Maint'nant, j'trouve qu'ta formulation sans bonjour ni au revoir est un tantinet provoc' et rentre-dans-l'lard. Me trompe-je?

                Bises verlan de banlieue et argot de comptoir.

                Commentaire


                  #23
                  Re : Tuer le temps

                  Envoyé par Indianamou
                  croire que mes petits mots qui plus est virtuels, peuvent vraiment aider quelqu'un,
                  Aucune importance de le croire ou pas. Si on le souhaite, ça peut sans doute, selon qui lit et comment lit et à quel moment lit.
                  Sinon, on s'éclaircit souvent un peu mieux soi-même.
                  si je ne n'écris pas juste pour tromper ma vacuité,
                  ça c'est le danger de s'enfoncer dans l'ouate de l'écriture comme dans celle de l'alcool, c'est atoute ou AA, qui deviennent alcool de substitution, oubli de sa pensée, de son savoir, sur soi, les autres, le fonctionnement du monde et de la société, sur la réalité du passé, du présent et de l'avenir prévisible.

                  dans mon illégitimité
                  et ça c'est le problème basique central de la plupart des alcooliques que je qualifierais des profondeurs lointaines : comment sans alcool ou autre moyen de quitter soi et le réel arriver à supporter son illégitimité, comment supporter de "savoir" qu'on est illégitime aux yeux de Dieu et de toute la création (Dieu étant le premier extérieur perçu à notre arrivée sur terre)
                  ?
                  Pour se sentir illégitime en ultime profondeur toute sa vie, il suffit d'avoir ressenti qu'on était pas le bienvenu sans remplir des fonctions projetées, qu'on était pas accueilli avec un amour inconditionnel, et après on risque de dézinguer tout le reste de son existence sans jamais savoir pourquoi !


                  Pas évident, je l'sais bien, avec le balai dans l'cul qu'on s'enfile tout seul pour faire le gars bien, le gentil, le poli, le costaud qu'a un 'ros zizi et qui n'a peur de rien!
                  ouais, on croit qu'on ne peut gagner son droit à être advenu, à être né, à déjà avoir existé et consommé que moyennant l'accomplissement des tâches pour lesquelles nos géniteurs nous ont mis sur terre, lesquelles ne correspondent pas nécessairement à notre nature, à nos désirs et à nos capacités !

                  Moi, tout m'fait peur. J'ai passé ma vie à m'proj'ter des trucs qu'j'allais pas réussir, des machins où j'allais échouer. Tout un tas d'conn'ries pour essayer de ressembler, pour adhérer contre mon gré, bref, pour m'empêcher d'me laisser aller à la vie.
                  Idem j'ai eu le choix pourtant de quitter le monde de mes divins géniteurs, mais j'ai choisi d'y rester vers l'adolescence, tout remis en cause à plat, religion, société, politique, sauf eux et leurs attentes à mon égard ou plutôt à mon encontre.
                  Foutu.
                  Car remplir la mission qui m'était dévolue équivalait à être et à exister quasiment comme l'antithèse de qui je suis.
                  Mission impossible.

                  La tise c'était au choix l'anxiolitique qui m'permettait d'endurer, la compensation pour continuer, le boost d'une vie à la James Bond qui n’a même jamais besoin d'pisser.
                  J'crois même que sans l'alcool, je me serais flingué entre le début de l'âge adulte et ma première psychanalyse API, après avoir choisi la pire voie, celle à l'opposé de ma vocation naturelle, pour devenir celui que voulait que je devienne mon papa Héros projetant sur moi à la fois toutes ses haines et ses délires de grandiosité et nourrir ma maman chérie de sa substance vitale, la souffrance : d'ailleurs, comme la dame a eu de bons enfants ayant fait de leurs vies des vallées de larmes, elle se dirige allègrement vers ses cent ans !

                  P'is un jour, marre de chier comme un canard à force d'évacuer cette amer-pression que j'me mettais en fait, tout seul, comme un con, tu sais, de ceux qui croient tout savoir, qui tranchent d'un avis péremptoire, qui jugent de ce qui est bon, mais oui, je sais qu'tu sais, marre de m'perdre dans mes différents paraître et mes trous noirs entonnoirs à reconnaissance et émotions, marre de courir après des illusions de perfection, marre de m'donner un mal de chien à vivre ma vie par procuration, bref, marre d'en avoir marre, j'ai décidé de r'prendre le guidon!
                  je l'dirais pas comme ça mais c'est exactement ça, c'est finalement moi tout seul qui me suis mis dans cette situation à la con, qui croyais tout savoir comme un con, qui courais après une disparition que je prenais pour un début d'apparition, dans un paraître au firmament qui est en fait aussi vain qu'un entonnoir à trou noir dans l'espoir de trouver la reconnaissance laissée à la naissance en refusant de savoir qu'elle ne fut jamais eue et dont on accepte pas que l'on ne l'aura jamais de quiconque et de quoi que ce soit à l'extérieur, et que c'est désormais uniquement de soi tout seul adulte à soi tout seul de tous les temps qu'on la reçoit, ou pas, maintenant ou jamais, point barre.

                  ce qui revient exactement à ça :

                  Affronter à mains nues ma singularité. Oser et voir jusqu'où ça m'conduirait.
                  Et let'go donc :

                  au lieu d'faire carpette et d'me planquer derrière l'tire-bouchon, je prends du poil de la bête, de l'autonomie, de l'indépendance et j'fais mon bonhomme de ch'min.
                  Semé de doutes et d'prises de tête mais c'est parc' que c'est comme ça que j'dois zêtre!
                  Non, c'est pas "parc'que c'est comme ça que j'dois zêtre", c'est parc'que c'est comme ça que je suis et que je ne veux plus être qui je ne suis pas, qui qu'on m'a fait croire que je devais être et qui que je ne serai jamais !
                  Ma vie n'a jamais été ma vie et ça suffit comme ça !!!

                  Au point, qu'je sais même pas bien pourquoi j't'écris tout ça. Qu'c'est même pas d'toi dont je parle, mais de moi. Mais que p't-êt'e ça résonne ou raisonne dans ta tête. J'sais pas. Et effectiv'ment,
                  j'sais pas non plus mais ça je l'sais !
                  Dernière modification par Ronald, 05/12/2017, 14h11.
                  "What a Wonderful World" Louis Armstrong

                  Commentaire


                    #24
                    Re : Tuer le temps

                    Éh Zorg, qu'est-ce tu chiottes, bondiou!

                    T'es pas v'nu m' souhaiter la bonne et nouvelle et m'promettre 2018 bisous.

                    Alors quoi qui dit, hein?
                    Quoi qui fait?

                    Commentaire


                      #25
                      Re : Tuer le temps

                      Coucou , je retrendrais 2 choses
                      C'est si tu n'flippais pas un peu devant ce champ des possibilités qui s'ouvre à toi que j'trouv'rais ça inquiétant.
                      Sérieux, sérieux, c'est toi qui vois. Assidu, vigilant, appliqué ouais! Mais c'est peut-être aussi l'occaz d'apprendre à découvrir et à oser faire c'que ton enthousiasme souffle à ta vitalité, sans produit, sans matière!
                      Pas évident, je l'sais bien, avec le balai dans l'cul qu'on s'enfile tout seul pour faire le gars bien, le gentil, le poli, le costaud qu'a un 'ros zizi et qui n'a peur de rien!
                      le mot découverte et oser sont les plus importants et
                      P'is un jour, marre de chier comme un canard à force d'évacuer cette amer-pression que j'me mettais en fait, tout seul, comme un con, tu sais, de ceux qui croient tout savoir, qui tranchent d'un avis péremptoire, qui jugent de ce qui est bon, mais oui, je sais qu'tu sais, marre de m'perdre dans mes différents paraître et mes trous noirs entonnoirs à reconnaissance et émotions, marre de courir après des illusions de perfection, marre de m'donner un mal de chien à vivre ma vie par procuration, bref, marre d'en avoir marre, j'ai décidé de r'prendre le guidon!
                      c'est vraiment là que les choses interressantes arrivent, pour ça qu'une seule route pour nous zéro alcool un jour après l'autre en tout cas super décision, bravo
                      arrêt avec soins pour moi, le 18 février 2014

                      Commentaire


                        #26
                        Re : Tuer le temps

                        Envoyé par Zorg
                        Bonsoir à tous,

                        Je me fais chier, vous racontez quoi? Perso je tues le temps en attendant demain soir: je voulais commencer le sevrage hier, mais pour la 1ere fois de ma vie j'ai eu peur, me suis dit que potentiellement ça pourrait être le 1er sevrage dangereux, que les derniers ont déjà montré des effets secondaires pas cool, qu'il vaut mieux pas être à mini 1h de route du plus proche contact.
                        Bonsoir Zorg,

                        J'essaye de prendre le temps de répondre aux nouveaux sur le forum mais je t'avoue qu'avec les fêtes de fin d'année, j'ai zappé quelques témoignages dont le tiens donc je vais rattraper mon retard

                        Tu soulignes que tu tues le temps néanmoins je te sens quand même préoccupé par ton problème avec l'alcool qui s'amplifie au fur et à mesure du temps.

                        Le sevrage devient dangereux à partir du moment ou tu es imbibé d'alcool de façon très excessive sur plusieurs jours ou semaines. Cela s'appelle le syndrome du sevrage d'alcool ou sous le nom plus connu du délirium tremens (du latin qui veut dire " sortir du sillon " ). A partir du moment ou tu souhaites commencer un sevrage après une forte alcoolisation, la meilleure manière est d'établir un suivi rapidement avec ton médecin ou addictologue.

                        Envoyé par Zorg
                        Je sais qu'il y aura pas de souci, j'ai du bédo pour jouer les AD, mais je préfère pas tenter le diable. Donc en attendant demain soir de squatter chez qq1 pour être un minimum safe, même si j'ai pas envie de boire, ça me saoul, sans mauvais jeux de mots, mais je bois....

                        Comme d'hab de la 8.6. Ca tue le temps, ça me permettra de dormir un minimum, ça fait catalyseur avec le shit, je sais que je vais tomber de sommeil avant de partir en coma éthylique, puis mine de rien ça me fait écrire tout ça.
                        - La 8.6 mélangé avec le bédo. Cela me rappelle mes vieux potes blédards alcoolique avec qui je partageais mes soirées autrefois sur Paname. Tu sembles mener une vie semée d'excès mais à côté tu as quand même une crainte du lendemain, une crainte de la défonce totale et du trou noir. La seule façon d'être safe, c'est d'arrêter les conneries. Tu en es conscient, c'est juste que tu te laisses vivre.


                        Envoyé par Zorg
                        Il est possible que j'ai oublié demain, que je ne me souvienne même plus de ces mots.... Mais je suis déjà venu ici il y a, selon les points de vue mais pour moi bien longtemps, et j'y reviens régulièrement, notamment quand mes démons sortent du panier et que j'essaye de me remémorer l'état d'esprit dans lequel j'étais en écrivant ces paroles.

                        On verra bien, peut-être que je lirai ce poste dans 10 ans en me disant que celui que je suis aujourd'hui n'a conscience de rien. Peut-être que je serai sobre depuis 10ans, aurai appris à vivre et s'amuser en étant sobre. Peut-être que non, et que ça me rendra malheureux, ou non, que je l'assumerai, vivrai bien avec tout en acceptant d'en crever. J'en sais rien. On verra bien....

                        Et désolé pour les états d'ame, ce poste n'attend pas de réponse, j'avais juste besoin d'écrire et vider un peu mon sac....

                        La bise et courage à tous!
                        - Oui c'est possible que demain soit un autre jour. C'est possible aussi qu'en venant sur le forum, tu es une appréhension du lendemain. C'est possible aussi qu'un jour il soit trop tard pour te prendre en main car l'alcool aura eu raison de toi. Alors, entre nous, si tu es ici, c'est que ta envie que tout cela cesse un jour non ? La défonce, au bout d'un certain temps, ça te ruine le moral, non ? Tu en as marre de toute cette merde au quotidien, non ? Alors n'attends pas qu'il soit trop tard car perso il y a bien mieux que la vie dans l'excès.

                        Nous ici, on ne peut pas changer pour toi, on ne peut que te montrer le chemin. Et quand je lis les messages de ton fil, c'est qu'il y a une prise de conscience derrière. Alors ne baisse pas les bras.

                        Bien à toi

                        Commentaire


                          #27
                          Bon, aller c'est parti. Je déterre le post, j'avais envie de venir, sais pas trop pourquoi, on verra après, puis maintenant que j’ai écrit tout ça, autant l’envoyer…

                          Mais forcément donc, je relis le dernier truc que j'ai écrit sur le forum, et cette 1ere réponse d’Indianamou qui m'avait foutu les larmes aux yeux et le fait quasi toujours aujourd'hui... :-)

                          Puis j'ai enchainé sur le message d'Al!ce.... Puis j’vois que j’avais déjà répondu que ça me touchait (oui j’avais zappé tout ce post)… puis j’vois encore tout plein de messages pleins de sens, des points de vues qui sont toujours aussi valables 2 ans après…

                          Faites chier les gens, j'avais un plan de rédaction en tête en me connectant ce soir, grand un grand deux grand trois avec introduction et conclusion… j'sais plus où donner de la tête maintenant.

                          Noooooon, c’est moi qui ai écrit tout ça ???!!!!? Bon, virgule oui il en faut une, lecture 2 ans après achevée par M3RO87.

                          «Alors, entre nous, si tu es ici, c'est que ta envie que tout cela cesse un jour non ? La défonce, au bout d'un certain temps, ça te ruine le moral, non ?»

                          Ben en fait tout est là : oui et non…. Parfois, ça dépend des jours, et de ma durée d’abstinence ?

                          Des fois je veux arrêter, d’autre fois non. C’est con hein on est d’accord, juste que voilà, quand je ne veux pas je change complètement de façon de penser ; vraiment, tout ce que j’ai de rationnel cherche une raison de se niquer la tête.

                          Et que je veuille ou non dépend des jours et du quotidien, du « niveau d’épanouissement » si je puis dire. Et le « niveau d’épanouissement » dépend de plein de facteur qu’on peut passer une (voir plusieurs) vies à chercher.

                          Mais sérieux, on n’est pas dans un monde de bisounours non plus.

                          Bref… Zorg tu t‘égares, à la base t’avais une idée de plan : relis tout ça et ajuste le texte, foutu pour foutu, écris …. !

                          Avant tout rappeler : le grand 1 va le démontrer mais partez du principe que j’aurai oublié ça demain matin et vais le (re)découvrir dans plusieurs années :-D

                          Donc :

                          1/ J’y tiens : ma putain de chronologie sur Atoute

                          30/12/2007 : 1er message, en route vers 22ans.

                          Msg suivant le lendemain sur une discussion intitulée « Etre avec les autres me fatigue !!!!! » ; c’est révélateur…

                          Là juste lire les dates….

                          03/01/2008
                          06/01/2008
                          27/11/2008
                          01/02/2009
                          23/11/2017

                          Today 19/02/2019

                          Ok, 12 ans plus tard ça donne quoi ?.........

                          J’arriverai pas à plus ce soir, avec un peu de chance je complète tout ça dans les jours à venir, sinon ben grosses bises et à dans quelques années tout le monde J
                          Si je m’y remets, une idée de la suite, à adapter :

                          2/ La suite de mes derniers messages
                          3/ Ce que je déduis de mes lectures sur Atoute
                          4/ Tu fais quoi après ?

                          Commentaire


                            #28
                            'lut !

                            Je lirai tout ça tout à l'heure mais juste en passant : je ne vais jamais mieux lorsque je sors d'une "anesthésie" et les problèmes ont plutôt empiré pendant que ma cervelle voguait fans les brumes de l'alcool. Je ne crois pas être lexseul dans ce cas.

                            Ça fait presque 15 ans que j'ai conscience d'avoir un problème avec l'alcool, mais je n'ai pris les choses en main que fin 2018. Tant que tu ne seras pas prêt à essayer pour de bon la vie sans, ben ce n'est pas la peine de chercher les freins.

                            Je te souhaite d'essayer de les trouver tant qu'il est temps.

                            fred
                            Dernière modification par rur@lcoolique, 19/02/2019, 21h40.

                            Commentaire


                              #29
                              Hello Zorg,
                              Hello celles et ceux qui y croient toujours et celles et ceux qui sont déjà résigné(e)s,

                              Welcome home, kid!

                              Envoyé par Zorg
                              Des fois je veux arrêter, d’autre fois non. C’est con hein on est d’accord, juste que voilà, quand je ne veux pas je change complètement de façon de penser ; vraiment, tout ce que j’ai de rationnel cherche une raison de se niquer la tête.
                              Classique!
                              Comme l'écrit Rur@lcoolique
                              Envoyé par rur@lcoolique
                              Tant que tu ne seras pas prêt à essayer pour de bon la vie sans, ben ce n'est pas la peine de chercher les freins.
                              C'est qu'à, 23 piges en 2007, ça nous fait 12 de mieux en 2019, soit 35 balais déjà sonnés ou à venir bientôt, juste un chouia plus vieux que mon ainée, mais bref, c'est qu'à 35 piges environ, tu n'en as pas encore eu assez marre d'en avoir marre!
                              Et si tu n'as pas été happy-happé par le raisonnable du "construire ensemble" avec lardons, baraque et tête dans l'guidon, c'est sûr et certain, qu'ça engage davantage à la fluctuation.

                              Quand t'es dans le train-train de l'échéance-d'emprunt-couche-culotte-caddy-du-sam'di-matin, tu entretiens souvent plus facil'ment le déni du "faut-bien-qu'je-vive-un-peu-quand-même" avec les copains du week-end, et les p'tits écarts après l'entraîn'ment ou "en amoureux" au resto qui donnent du pigment et du piment à la s'maine et la fatale question des limites et débordements de sa consommation se posera, si, si, car elle finit toujours par se poser, mais une dizaine d'années plus loin, en même temps que la première grosse remise en question du couple et de la place de chacun.

                              Au pire, si tout ça passe confortablement inaperçu, ça t'tombera inévitablement d'ssus à l'entrée du quinquagénat, tout simplement parc'que là, c'est le corps qui n'pourra plus!
                              Et quand le corps parle, plus moyen d'faire semblant et d'se défiler : faut passer à la caisse et parfois la note est salée.
                              Très salée!

                              Mais bon, t'en as 35, c'est toi qui choisis dans quel ordre tu veux mettre les p'tits bouts de la vie qui coule dans tes veines.
                              T'as grosso-modo, encore 20 bonnes années à pouvoir picoler sans que ça puisse trop prêter à conséquence.
                              Sauf pour ta longévité future.
                              Mais ça, c'est vrai, qu'on en prend souvent seulement conscience que lorsqu'une grosse alerte nous a rappelé à l'ordre.
                              Comme on s'aperçoit qu'on s'aimait quand il est trop tard.

                              Ou sauf si tu t'comportes en criminel inconscient via violence routière, conjugale ou ordinaire.

                              Mais bon, y'a aussi en majorité, mais j'peux m'tromper, pas mal d'alcoolos qui ont une certaine conscience citoyenne! Si, si!
                              Qui a dit, c'en est plein les syndicats, les partis, le sénat et l'assemblée.

                              Pas à l'Élysée, alors?
                              Bâ, non, hé! Sinon Maman Brigitte mettrait son "holà". C'est deux verres de millésimé dans la journée et pas plus, comme préconisé par l'OMS et le lobby viticole.

                              Donc, quand t'es empêtré dans la fange de ta culpabilité à n'rien n'avoir de mieux à faire de ta vie et/ou que t'as bien mal aux ch'veux d'la veille, tu aspires de toutes tes forces à arrêter, mais quand t'es gai comme un pinson, que les jupes des filles sont encore plus moulantes que l'année dernière, et que tu pètes la santé et la testostérone, t'as qu'une envie, te défoncer la tête comme un malade, histoire de rigoler de l'illusion de son immortalité en s'mettant torchon, chiffon, carpette.

                              Classique, réitère-je.
                              Ou alors, il y aurait une subtile nuance que je n'aurais pas saisi?

                              Du style...
                              Envoyé par Zorg
                              Et que je veuille ou non dépend des jours et du quotidien, du « niveau d’épanouissement » si je puis dire. Et le « niveau d’épanouissement » dépend de plein de facteur qu’on peut passer une (voir plusieurs) vies à chercher.
                              Grossière erreur, cette notion de "niveau d'épanouissement".
                              C'est, de mon point d'vue, en partie ça qui te fout d'dans.

                              Croire en une sur-vie où éplucher les oignons ou même une crise d'hémorroïdes s'rait super hilarant!

                              Ben, non, loupé.
                              C'est qu'il n'y a rien à chercher justement.
                              Et encore moins à attendre comme une pluie d'orage libératrice et bienfaisante.

                              Y'a que c'que tu pourras mettre dans ton assiette, dans tes chaussettes et dans ton pieu!

                              Ni non plus à atteindre, comme un Nirvana promis mais surtout projeté et idéalisé.
                              Parfois, je te l'accorde, à son insu de son plein gré.

                              Y'a juste ta vie à vivre.

                              Ni bien ni mal, tant qu'elle t'aide à traverser, sans trop y penser, les flots tumultueux qui te conduisent vers les chutes finales.
                              Aussi vrai qu'on peut tous supprimer les fils à la patte qui nous empêchent de nous envoler, on n'peut pas "dessiner" le ciel dans lequel on voudrait voler : il est. Point.
                              Et cette propension à un espoir conceptuel est irrémédiablement vaine.

                              Du concret, de l'action et du Boursin, bordel!

                              Je n'rêve pas d'un repas providentiel.
                              Je mange quand j'ai faim sachant que je n'aurai pour me rassasier, que ce que je me s'rai donné, seul, les moyens de pouvoir manger : parc'que je l'aurai préparé et parc'que je pourrai l'avaler.
                              Ni plus, ni moins!

                              Le reste n'est qu'influence, propagande, incidence et menu fretin.

                              Car, il faut t'y résoudre, tu cours tout seul pour écrire comme tu le dois l'ôde de ta petite vie à toi!
                              Ça, c'était mon p'tit clin d'œil à celle et celui qui postent de si talentueuses vieilleries sur le JAR en chansons!

                              Bises entre quatre yeux et à mi-temps.
                              Dernière modification par Indianamou, 20/02/2019, 07h51. Motif: J'me perds dans l'écheveau et les polishs de mes liens.

                              Commentaire


                                #30
                                Bonjour à tous,

                                Je voulais juste souligner cette phrase d'Indianamou :

                                "Aussi vrai qu'on peut tous supprimer les fils à la patte qui nous empêchent de nous envoler, on n'peut pas "dessiner" le ciel dans lequel on voudrait voler : il est. Point."

                                Joli !

                                Bises à tous.



                                Commentaire

                                Unconfigured Ad Widget

                                Réduire
                                Chargement...
                                X