Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Conjoint démuni

Réduire
X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

    #16
    Envoyé par renais-sance Voir le message
    Il y a aussi une autre approche plus récente, grâce à des médicaments "miracle" (Baclofène, Selincro...) : schématiquement on augmente les doses jusqu'à ce que le besoin d'alcool ne se fasse plus sentir.
    J'ai un ami qui dit avoir la vie sauve grâce au baclophène employé à l'inverse :
    Il ne voulait pas aller en cure pour raison professionnelle et il n'arrivait pas à tenir plus d'une paire de jours dans sa Nème tentative de sevrage.

    Le baclophène, pris en petites doses dégressives, qu'il a diminuées de lui-même, comme il le sentait, jusque zéro, lui a permis d'entamer avec succès une abstinence à long terme, maintenant il est dans sa cinquième année de sobriété, je crois !
    Il raconte que sans le baclophène il serait foutu !!!

    là-d'sus c'est ptèt l'effet placebo (?)

    "What a Wonderful World" Louis Armstrong

    Commentaire


      #17
      Bonjour et merci à tous pour vos retours,

      Désolé j'ai été quelques peu pris et je n'ai pas pu reprendre de suite le fil de la discussion.

      Oui maintenant que vous me le dites, après réflexion la réduction de la consommation est sans doute la meilleure stratégie, plutot de l'arrêt complet. Je n'y avait pas pensé du tout en fait...

      Pour ce qui est du Baclofène, malheureusement ma femme ne souhaite pas prendre ce traitement. Elle pense que les effets secondaires seraient néfastes pour son efficience et son efficacité sur son poste de travail. Peut-être lui faudra connaître quelques rechutes pour qu'elle se décide à commencer ce traitement, et peut-être envisagera t-telle de se mettre en arrêt de travail pour se sortir de là, et prendre du recul par rapport à son métier.

      Pour le moment j'ai l'impression que sa consommation est "acceptable" quant aux effets visibles pour les proches. Elle se donne du mal pour maîtriser sa consommation. Peut-être est-elle trop accoutumée à ce produit. J'ai peur que cela n'évolue toujours vers plus de consommation du produit.

      J'apprends malgré tout à m'attendre à une reprise inopinée de la consommation. Comme on dit "s'attendre au pire permet de ne pas être déçu"...

      Commentaire


        #18
        Non Tambour !
        Le baclophène a des effets indésirables seulement quand il est absorbé en doses croissantes et surtout jusqu'aux doses qu'on me décrit parfois comme démentielles telles que prescrites par certains "grands" addictologues.

        Certainement pas dans le cas qui a merveilleusement fonctionné avec mon ami pour lever le caractère juste insoutenable du manque pendant la première période de 10 jours ou 3 semaines, pas plus en tout cas, avec ZÉRO alcool.

        Après pour lui tout s'est déroulé non pas très facilement mais de manière parfaitement maîtrisable.
        Faut dire que c'est qqn qui a de la volonté.

        On dit toujours qu'il faut plutôt de la bonne volonté mais je suis persuadé que sans une volonté de fer on ne sort pas d'une addiction sévère, on éclaire pas le monde faux forgé par le passé archaïque dans lequel l'addiction s'inscrit et on ne démonte pas les ressorts qui la sous-tendent.

        Je répète qu'il a commencé par la dose minimale, qu'il a diminué au prorata de la baisse de l'attraction et qu'après 4 ou 5 semaines grand maximum je crois il s'est passé de tout médicament et de tout alcool sans difficulté insurmontable.
        C'était il y a environ 5 ans et me semble que c'est ad vitam.

        Donc aucun problème de baisse d'efficacité au travail pour ta femme.
        Ça c'est garanti.
        Et très vite ce sera tout le contraire qu'elle produira : un accroissement sans précédent et tendanciel de son efficience.

        Parle lui de ça.
        Si ça l'intéresse envoie moi un mp et je contacte l'ami en question pour en savoir plus et connaître le nom du médecin intelligent et raisonnable qui l'a guidé.
        "What a Wonderful World" Louis Armstrong

        Commentaire


          #19
          Hello Tambour,

          Pour ce que j'ai compris du baclofène, sa posologie (quantité et durée) est trés variable selon les sujets. C'est un traitement 'à la carte', déterminé au fil des semaines entre médecin et patient. De même, les effets secondaires sont très variables : certains les ressentent à très faible dose, d'autres aucunement à haute dose. Certains l'utilisent à court terme, d'autres ad vitam (ce qui est problématique je trouve). Le savoir-faire du médecin est capital dans l'entreprise, il me semble.

          Commentaire

          Unconfigured Ad Widget

          Réduire
          Chargement...
          X