Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Sober Spring : objectif 0 alcool pendant 3 mois

Réduire
X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

    #31
    Bonjour, je reviens après quelques jours bien occupés.
    Pour mon week-end de sorties, pas de problème. J'ai tenu facilement.

    Petit dérapage récent cependant : pour une raison personnelle, je n'ai pas voulu refuser une pinte de bière. Pas à ce moment là, pas avec cette personne là. J'ai donc bu une pinte de bière, que je regrette. Mon seul écart en un mois, mais ça me fait vraiment chier. Bon, la bonne nouvelle c'est que je n'ai pas ressenti de symptôme de sevrage à la suite de ça, pas de manque le soir ni la journée suivante, mais ça m'énerve quand même.
    Sinon, j'ai refusé tout le reste, le vin à table, les apéros, le digestif offert au resto laissé sur la table...

    C'est dingue toutes ces tentations, quand on y pense. Sinon l'alcool ne me manque pas plus que ça, c'est quand même très positif. Malgré cet écart, je considère dans ma tête que je n'ai pas bu une goutte depuis un mois, psychologiquement ça me fait chier de remettre les compteurs à zéro même si ce compteur est débile et qu'il n'engage que moi, de toute façon. C'est une manière comme une autre de passer chaque 24h, et je ne veux pas le remettre à zéro. Je n'ai donc pas bu une goutte depuis un mois, ce soir

    Commentaire


      #32
      Bonnes nouvelles donc
      C'est râlant cet écart mais sans importance finalement SI et seulement SI te souvenir d'avoir bu une bière sans conséquences à court terme ne te serve pas de prétexte pour en reprendre une une autre fois
      et puis deux
      et puis.... jusqu'en enfer

      c'est du moins le scénario qui fut mien il y a longtemps

      le seul risque zéro
      c'est le zéro alcool
      "What a Wonderful World" Louis Armstrong

      Commentaire


        #33
        Hello Flocao,
        Hello les cloches, les œufs et l'agneau pascal,

        Je suis passé par ici...

        Bises big barbecue et bibendum chamallow

        Commentaire


          #34
          D'accord avec vous deux !

          Ronald : peu de risques me connaissant, je suis plutôt du genre "tout ou rien". Si je me remets à boire, je boirai tous les jours, je le sais. C'est mon problème avec l'alcool, mais c'est aussi ce qui peut me sauver, je pense.

          Indianamou : oui, tu as raison. En refusant une bière, je m'imaginais devoir me lancer ensuite dans une explication dont j'avais pas envie à ce moment là et dans ce contexte là. Avec le recul c'est un peu débile, il suffisait de dire non merci et de passer à autre chose. J'apprends. Ca va le faire

          Commentaire


            #35
            Hello ! Comme déjà dit dans le topic de Fred, le week-end a été un peu compliqué pour moi suite à mon arrêt de l'alcool.

            Je recevais des très proches (famille) tout le week-end. Le truc, c'est qu'en arrivant, j'ai eu droit à un beau cadeau : une très bonne bouteille d'alcool fort pour l'apéro.
            Quand j'ai annoncé que je ne buvais pas en ce moment, ça a été un peu la douche froide en face de moi. Incompréhension totale. "Non mais tu vas quand même au moins la goûter avec moi ???" "Non mais si, goûte au moins !". "Et demain au resto, je vais pas trinquer tout seul quand même ???".

            Tout le week-end, j'ai eu des questions et des réflexions par-ci par-là, du type : "c'est pas marrant de déguster tout seul", "pourquoi tu ne bois pas en ce moment ?", "et ça va durer combien de temps ?", "j'te sers un pastis ?", "un peu de vin rouge par dessus le coca ?", "tu veux même pas un petit verre, t'es sûr ??? (au resto). Là tu peux prendre un petit verre quand même, fais-toi plaisir", "c'est vrai que y'a des calories dans l'alcool, si tu fais attention à ta ligne... mais bon de là à ne plus boire du tout !", etc etc etc...
            A tous les repas, avant, après...

            Evidemment, ça m'a un peu saoulé (au sens figuré). Bizarrement, je ne pensais pas que ce serait ces proches là qui me fatigueraient le plus. Pour le moment ça s'est bien passé avec tous les autres, mais là ça m'a clairement gavé sur 3 jours. J'espère que ça ne se reproduira pas...

            Sinon, ce week-end j'ai ouvert des bouteilles, apéro, pinard... j'ai servi, j'ai senti... aucune envie ! Aucun manque. Sincèrement, je ne pensais pas que ce serait si "facile" pour moi au niveau tentation après un mois seulement. Autant les débuts j'avais des grosses envies, c'était parfois difficile, autant là je rêve plus d'un jus bien frais en rentrant de balade que d'un bon verre de pinard. Et autant au début mon corps le ressentait, autant là j'ai l'impression que c'est bien moins présent. Physiologiquement donc, ça se passe très bien j'ai l'impression. Je compense avec plein de boissons sans alcool, du sucre, des bons petits-dejs. Je suis hyper content. Ai-je déjà passé un gros cap ?

            Après y'a l'aspect psychologique. Aujourd'hui je me disais "putain toute ta vie sans alcool, c'est possible ? T'adores tellement le champagne, le vin, le whisky, t'es sûr de te priver de ces goûts là ? Et ton plaisir ? Et si là t'es bien physiquement et que t'arrives à gérer physiquement, pourquoi tu pourrais pas boire quelques verres durant les week-ends ?"
            Bref aujourd'hui un peu dur dans la tête, j'étais fatigué physiquement et psychologiquement. Là après un bon repas ça va mieux. Demain avec la reprise du boulot et la routine on n'en parlera plus, j'espère.

            Commentaire


              #36
              Pfuitttt ! Chapeau ! Dans un tel environnement t'as réussi un fameux test !
              Oui tu as passé un cap, tu peux le dire.

              Et ne t'impose pas de ne pas boire d'alcool tout le reste de ta vie : avant que tu n'accèdes à un palier de clarté et d'aisance nouvelles, ce genre de promesse a toutes les chances de se terminer par un parjure.
              "What a Wonderful World" Louis Armstrong

              Commentaire


                #37
                'lut !

                Chapeau, ça a dû être particulièrement lourd à subir. Quant au désir psychologique, il faudra se poser la question après avoir bien nettoyé à fond corps et esprit, du moins c'est comme ça que je le vois. Et pour ma part je crains que ça ne soit pas avant... longtemps !!!

                Bravo en tout cas et courage pour la suite
                fred

                Commentaire


                  #38
                  Merci ! Oui vous avez raison, c'était d'ailleurs le but de ma démarche et le titre de mon topic "0 alcool pendant 3 mois", et on fera un bilan après tout ça.
                  On ne peut pas empêcher le cerveau de travailler et de se poser des questions, mais avançons jour après jour. Step by step.
                  Allez, prêt pour une bonne nuit de sommeil !

                  Commentaire


                    #39
                    Bien joué.
                    Examen réussi. Tes proches vont s'habituer...

                    Commentaire


                      #40
                      Coucou , les copains de beuveries sont dépités, j'ai eu droit à la meme un mois aprés etre sortie de cure, j'ai couupé les ponts, la prochaine explique lui que ça t'empeche pas de trinquer, bravo en tous cas
                      arrêt avec soins pour moi, le 18 février 2014

                      Commentaire


                        #41
                        C'est ce que je lui ai répondu pour le resto : "si je vais trinquer pas de problème, avec du jus d'orange". La réponse fut évidente : "non mais c'est pas pareil". Et l'autre à côté qui aquiesce : "ah non c'est pas pareil..."

                        Et j'ai oublié la meilleure des questions : "et ça te manque pas ?". J'ai répondu "absolument pas"

                        Bref, passons

                        Commentaire


                          #42
                          A noter que, sans mon tout petit craquage de la semaine dernière, je pense que j'aurais craquer ce week-end (et que ça aurait été bien pire, j'aurais beaucoup plus bu sur la durée du week-end à mon avis).

                          Ça a été un mal pour un bien, un signe qui m'a permis de refuser le premier verre de dégustation de la superbe bouteille en cadeau (très dur à refuser et à expliquer que je ne buvais pas en ce moment, j'ai mis 15 minutes à cogiter "est-ce que je goûte, je goûte pas ?") avant de me lancer, de refuser le premier verre et donc de persévérer plus facilement tout le week-end.

                          Si j'avais pris le premier... Malgré le contexte très difficile, je m'en suis tiré et je suis hyper content maintenant.
                          Merci à vous en tout cas.

                          Commentaire


                            #43
                            Envoyé par Flocao Voir le message
                            A noter que, sans mon tout petit craquage de la semaine dernière, je pense que j'aurais craquer ce week-end (et que ça aurait été bien pire, j'aurais beaucoup plus bu sur la durée du week-end à mon avis).
                            Peut-être.
                            J'ai déjà eu cette impression lors de débuts pénibles et cahotiques de nouvelle abstinence :
                            La tension devenait insoutenable ET VU QUE JE NE TROUVAIS PAS D'AUTRE MOYEN DE L'ATTÉNUER, un verre me permettait de ne pas exploser plus tard dans le genre d'occasion que tu nous a décrite.


                            "What a Wonderful World" Louis Armstrong

                            Commentaire


                              #44
                              Envoyé par Flocao Voir le message
                              C'est ce que je lui ai répondu pour le resto : "si je vais trinquer pas de problème, avec du jus d'orange". La réponse fut évidente : "non mais c'est pas pareil". Et l'autre à côté qui aquiesce : "ah non c'est pas pareil..."

                              Et j'ai oublié la meilleure des questions : "et ça te manque pas ?". J'ai répondu "absolument pas"

                              Bref, passons
                              Ah ben non c'est pas pareil, si en plus tu nous montres qu'on peut se très bien passer d'alcool, qu'est ce qui nous reste comme prétexte pour picoler ???

                              Commentaire


                                #45
                                Bonsoir à tous, je reviens donner des nouvelles.
                                Toujours pas d'alcool, 6 semaines maintenant, une semaine sans encombres et sans envie particulière de ce côté là. Restos et soirées entre collègues et en famille, à l'eau, pas de problème !

                                Par contre, depuis deux bonnes semaines, je me sens fatigué. J'ai même eu quelques troubles de la vision (en me levant trop rapidement de ma chaise, par exemple).
                                J'ai fait un bilan sanguin et tout est dans la norme sauf les plaquettes un peu basses, pas mal en dessous de la norme en tout cas.

                                Savez-vous si cela peut avoir un lien quelconque avec l'alcool ? Et la fatigue que je ressens récemment ?

                                Commentaire

                                Unconfigured Ad Widget

                                Réduire
                                Chargement...
                                X