Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Ça y est c est reparti, je veux vraiment arrêter

Réduire
X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

    Ça y est c est reparti, je veux vraiment arrêter

    Bonjour à tous,

    Ça y est me voila de retour avec cette fois ci en plus de la prise de conscience de ce que ça provoque chez moi, de mon problème une envie de m’en sortir avec cette fois ci peut être de l’aide.

    Je ne me vois pas en parler avec mon entourage même si franchement au fil du temps je pense qu’ils ont pris conscience que j’ai un problème (le nombre de fois ou je les avis appellés ivre, a ne même plus savoir ce que j’ai dis et a m’en souvenir...) personne ne m’en a parlé et quand j’ai qlques fois essayé d’aborder la chose ils sont passés à côté, minimisant la chose voulant « éviter » le sujet...
    Apres je ne leur en veux pas, bien évidemment mes mechanismes pour éviter que mon entourage prenne conscience de l’ampleur de la chose sont bien rodés et je bois seule ! Tous les soirs, seule... Enfin tout ça pour dire que je ne me vois pas forcément m’en sortir seule...

    Je me suis pas mal isolé avec cette prison dans laquelle je me suis toute seule enfermée et d’ici peu je serais mutée dans une autre région ou je ne connais personne... Tout cela et ce que j’ai lu m’encourage a peut être pousser la porte d’une réunion des A.A... La prochaine proche de chez moi et vendredi d’ici la je verrais j’aurais le temps de voir comment je me sent...

    En attendant c’est mon second jour sans alcool et ça me titille j’avoue...
    Je suis très consciente de mal que cela me ferait néanmoins c’est la première fois ou je ne bois pas depuis deux jours et où je suis très angoissé....
    Je me fais des films à bâtons rompus, que tout le monde a vu mon comportement, que les gens savent et j’ai vraiment honte....
    Je n’ose même plus sortir de chez moi, de peur que mes voisins aient pris conscience de qqchose ou alors que je croiserais qqn ...

    Bon voila mon petit mot du jour, je l’ai fait dans le but de « m’ouvir » je veux m’en sortir, j’ai peur et honte et sincèrement je veux passer à autre choses reprendre ma vie ou elle étais avant que je m’enfonce dans cette prison... Parler à des gens, apprendre à surmonter mes peurs !

    Depuis un moment déjà je lis des posts sur le forum ça m’a déjà pas mal aidé, dans mes réflexions et ma démarche...
    Donc je me lance et je met le mien j’essayerais de l’alimenter cela va t il peut être m’aider, nous aider . Bon courage à toutes et tous et merci de m’avoir lu jusqu’au bout.


    #2
    Bienvenue.

    Les trucs habituels car il faut tromper ET le corps ET la cervelle pour quitter la spirale infernale.

    Ensuite, il y a le travail de fond, sur les raisons cachées, qui prend beaucoup de temps et pour lequel l'alcool est un frein. Un faux pas est toujours possible mais ne fait pas forcément une rechute, si tu t'appliques à essayer, chaque jour, de ne pas prendre la premier verre, afin de désamorcer la pompe. Un petit objectif "presque" facile à atteindre

    Bon courage, car il en faut aussi.

    fred
    Dernière modification par rur@lcoolique, 17/03/2019, 13h40. Motif: android :/

    Commentaire


      #3
      Bonjour à toi,
      2 jours, c'est déjà un bon début. Mais tu arrêtes seule, sans aide médicamenteuse? Cela peut être compliqué sans aide, surtout si tu te sens angoissée, comme tu le dis. Peut être qu'il serait bien que tu te fasses prescrire des anxiolytiques pour une courte durée, si tu buvais pas mal, cela évite aussi les accidents de sevrage, lesquels ne sont pas à prendre à la légère. Moi aussi, je buvais la plupart du temps seule, en société, j'arrivais plus à me contrôler. C'était pour moi l'alcool-défonce en solitaire, pour m'anesthésier.
      Bon courage et ne reste pas seule. Reviens ici et prends rendez-vous avec ton médecin si c'est trop compliqué

      Commentaire


        #4
        Un peu la même trajectoire que toi. Alcoolisme de plus en plus solitaire. Abstinent depuis plus d'un an apres cure et post cure. C'est très - trop ? - compliqué d'en sortir seuls pour certains. Va consulter un généraliste si tu as de 'bonnes' habitudes de consommation (1 bouteille par soir par exemple) et des angoisses. Il existe des traitements ponctuels pour pallier ça. Moi aussi j'étais paniquè à l'idee de ce que les autres pouvaient savoir. On finit par assumer et se concentrer sur cet objectif vital : l'abstinence. Au diable les qu'en dira t'on... Et entoure toi de gens sobres ou ouverts à cette problématique, ça aide beaucoup, médecins, psys, groupes de parole. Tiens le cap, je crois qu'il n'en existe pas d'autres pour nous.

        Commentaire


          #5
          Bonsoir,
          Tu crains que les gens ne sachent que tu as un problème avec l'alcool?
          Et puis même, s'il y a des gens qui ont repéré ton problème... Ceux qui t'aiment bien seront très heureux de te voir te sortir de là, et les autres on s'en fout.
          Ce que j'ai constaté quand j'ai arrêté, c'est qu'on se fait une montagne de ce que pensent les autres, alors qu'en fait la plupart des gens s'en fout, et tes proches sont contents pour toi que tu arrêtes.
          Donc tu arrêtes pour toi, et pour le reste ça ne pose pas de problème.
          Tout le monde sait que j'ai arrêté de consommer de l'alcool, et aujourd'hui j'ai nettement plus de messages positifs que d'incitations à picoler.
          Donc ta décision et ta santé d'abord, le reste suivra.

          Commentaire


            #6
            Bonsoir Minimiss,
            Allez courage, heure après heure, jour après jour ! N'hésite pas à venir discuter en cas de coup dur, on est là pour s'entraider !

            Commentaire


              #7
              Envoyé par rur@lcoolique Voir le message
              Bienvenue.

              Les trucs habituels car il faut tromper ET le corps ET la cervelle pour quitter la spirale infernale.

              Ensuite, il y a le travail de fond, sur les raisons cachées, qui prend beaucoup de temps et pour lequel l'alcool est un frein. Un faux pas est toujours possible mais ne fait pas forcément une rechute, si tu t'appliques à essayer, chaque jour, de ne pas prendre la premier verre, afin de désamorcer la pompe. Un petit objectif "presque" facile à atteindre

              Bon courage, car il en faut aussi.

              fred
              Merci de ton message, d’avoir pris le temps de répondre ????
              si tu as des « techniques » pour quitter cette spirale je serais preneuse.
              Ca y est j’ai tenu la journée est passée ????
              c’ets la première fois ou j’ai s’des Symptômes physiques liées à mon arrêt et quand aux angoisses dirons nous que je me suis engagé dans cette descente aux enfers en parallèle à des tca entre autre chose...
              donc pour mon entourage ma prise de poids liée à l’alco Les a surtout rassurer je suis enfin selon eux devenu « normale », ils se disent rassuré ...
              Le travail de fond avec un psy j’en suis certaine me ferais un énorme bien, après je suis en transition professionnelle et je vais d’ici début avril être muté dans une autre région où je ne connais personne et je me dis que peut être devrais je attendre d’etre Sur place pour entamer des démarches...
              Un psychologue à minima, en attendant je pensais aux réunions des AA la où je suis encore actuellement, je sais pas, je sais pas trop... où un psychiatre à vrai dire je ne connais pas la différence...

              en tout cas un grand merci de ton message,
              Bon courage à toi aussi, une journée de plus au compteur ????

              Commentaire


                #8
                Envoyé par Phronesis Voir le message
                Bonjour à toi,
                2 jours, c'est déjà un bon début. Mais tu arrêtes seule, sans aide médicamenteuse? Cela peut être compliqué sans aide, surtout si tu te sens angoissée, comme tu le dis. Peut être qu'il serait bien que tu te fasses prescrire des anxiolytiques pour une courte durée, si tu buvais pas mal, cela évite aussi les accidents de sevrage, lesquels ne sont pas à prendre à la légère. Moi aussi, je buvais la plupart du temps seule, en société, j'arrivais plus à me contrôler. C'était pour moi l'alcool-défonce en solitaire, pour m'anesthésier.
                Bon courage et ne reste pas seule. Reviens ici et prends rendez-vous avec ton médecin si c'est trop compliqué
                Merci de ta réponse, j’espere que pour ta part tu vas mieux...
                j’ai eu la « chance » d’avoir encore des restes d’alpeazolam car avant de tombé dans cette enfer actuel j’etais Suivi pour des tca important...
                l’alcool solitaire exactement ça et j’en veux plus pour ma part même si c’est compliqué ....
                j’aimerais me resocialiser, une chose après l’autre Dirons nous...
                après déménagement prévue loin pour début avril je me dis que je ne souhaite pas me livrer à mon médecin actuel, j’aimerais entamer mes démarches dans ma région d’adoption...
                A voir, en tout cas n’hesites Pas toi non plus à tenir informé, tu vas, on va s’en Sortir j’en suis persuadé et en plus tu l’as déjà prouvé ????

                Commentaire


                  #9
                  Bonsoir.
                  Oui, une journée correcte pour moi, merci
                  Regarde peut-être si tu as une ANPAA ou un CSAPA dans ton coin pour te faire aider sans attendre par des addicto. Ils sont très pro., multidisciplinaires, et ton dossier pourra te suivre lorsque tu déménageras.
                  Les trucs ? Boire beaucoup (eau), éventuellement sucré, avoir des bonbons à portée de main pour faire face à une envie soudaine, ne pas rester ventre vide surtout le matin, éviter les lieux "maudits", changer tes habitudes surtout pour les périodes/lieux où tu t'alcoolisait (rituels), t'occuper l'esprit pour ne pas ruminer, t'occuper les mains quand l'envie est trop obsédante, bref, ce sont des petits outils qui aident au quotidien à rester loin du verre.
                  Bon courage.
                  fred

                  Commentaire


                    #10
                    Bonsoir

                    Essaie de penser qu’aux moments pourris procurés par l’alcool et ce pour t’eloigner de ce liquide empoisonnant
                    Prends des boissons rafraîchissantes ! Que tu aimais boire auparavant
                    Fais toi plaisir ! Achete toi plein de boisson O alcool sympa
                    jus de fruits coupés avec une eau effervescente çà fait du bien crois moi !!

                    Commentaire


                      #11
                      Bonsoir Minimiss,
                      De mon côté, oui, ça va, je me dis pas que je recommence de zéro, mais que j'ai eu un accident avec cette cuite de samedi soir. J'en ai encore mal à la tête 48 heures après, donc pas du tout envie d'alcool.
                      Et toi de ton côté, tu termines ton 4ème jour si je compte bien? C'est bien que tu prennes un peu d'alprazolam, les 10 premiers jours sont assez coton. Ensuite, on est sevré mais il faut lutter contre l'envie d'un verre. Et ce n'est pas facile dans nos contrées où tout le monde boit.
                      A la différence de toi, ce n'est pas l'alcool qui m'a isolé (parfois, c'est pas mal pour la convivialité), mais plutôt l'abstinence. Je suis trop "jeune" dans mon arrêt pour supporter des longs diners conviviaux bien arrosés. En fait, c'est surtout cela mon problème en ce moment. Mais bon, j'imagine que cela va passer avec le temps, il arrivera peut être un jour où je n'aurais plus envie d'un verre même en voyant une bouteille de vin ouverte devant moi.
                      Oui, on va y arriver…

                      Commentaire

                      Unconfigured Ad Widget

                      Réduire
                      Chargement...
                      X