Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Demain et après-demain : journées à risques

Réduire
X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

    Demain et après-demain : journées à risques

    Bonjour,

    Juste ce petit message pour chercher un peu de soutien, et surtout laisser une trace inscrite sur les réseaux afin peut-être de m'auto-accompagner.
    Demain et après-demain, je pars en déplacement pour une réunion décisive dans une situation pro extrêmement compliquée.
    En sevrage depuis 8 jours (plus de 20 an d'alcoolisme avec abstinences/rechutes - mes cycles de saisons d'alcool).

    Le sevrage se passe très bien, sous benzodiazepine. Je ne ressens aucun manque, pas d'envie. Mais je travaille de chez moi, c'est plus simple (même s'il y a de l'alcool à la maison, mais je n'en ai aucune envie.)

    Par contre, les déplacements sont toujours les déclencheurs de rechute.
    Là, il ne faut pas. Pour moi déjà, pour mon avenir pro ensuite.

    Alors oui, j'emporterais une boisson que j'apprécie pour tenter de contrer le craving qui sera immanquablement là.
    Mais je connais le cerveau et ses capacités inégalées de persuasion.

    Je ne sais pourquoi j'écris. Une trace peut-être, une sorte de carnet. Mettre en dehors du cerveau ce qui demain y aura disparu.
    Globalement, je n'ai que 4 moment à risques : Changement à l'aller, trajet gare lieu de rdv ; et le lendemain trajet lieu de rdv gare, puis changement à nouveau.

    4. C'est énorme.


    #2
    Bonjour et bienvenue.

    D'après ce que tu décris, ce sont les bistrots, tes risques, pas un repas d'affaire...

    Dans le sac à dos, grande bouteille d'eau, un soda ou deux, bonbecs' et de quoi grignoter un peu plus (compote à boire, voire crème de marrons à boire, pain frais, pommes). Ajoute une revue que tu puisses parcourir et laisser à la demande, éventuellement un bon bouquin pour un moment plus long (ou un craving plus costaud).

    Un petit tour d'internet pour voir la météo et les coins où tu pourrais aller marcher un peu, musarder. À côté des gares, il y a beaucoup de piétons, toujours. S'il fait beau, les petites robes peuvent être de sortie et le soleil est un ami, si l'on se place bien. Il n'y a aucun mal à regarder passer les jolies filles et ça distrait bien, mieux que de rentrer dans un rade plus ou moins glauque...

    Ajuste évidemment en fonction de tes goûts, habitudes et de ce que tu sais de tes motivations à aller à l'abreuvoir. Tant que je ne bois rien, je ne risque rien, c'est une règle que tu connais sans doute...

    Courage, ça va aller.

    fred
    fred

    Commentaire


      #3
      Envoyé par TheDrunkWithNoName Voir le message
      (...)
      Juste ce petit message pour chercher un peu de soutien, et surtout laisser une trace inscrite sur les réseaux afin peut-être de m'auto-accompagner.
      Demain et après-demain, je pars en déplacement pour une réunion décisive dans une situation pro extrêmement compliquée.
      En sevrage depuis 8 jours (plus de 20 an d'alcoolisme avec abstinences/rechutes - mes cycles de saisons d'alcool).

      Le sevrage se passe très bien, sous benzodiazepine. Je ne ressens aucun manque, pas d'envie. Mais je travaille de chez moi, c'est plus simple (même s'il y a de l'alcool à la maison, mais je n'en ai aucune envie.)

      Par contre, les déplacements sont toujours les déclencheurs de rechute.
      Là, il ne faut pas. Pour moi déjà, pour mon avenir pro ensuite.

      Alors oui, j'emporterais une boisson que j'apprécie pour tenter de contrer le craving qui sera immanquablement là.
      Mais je connais le cerveau et ses capacités inégalées de persuasion.


      Pas ton cerveau dans sa totalité, mais seulement une partie, celle qui te veut du mal.
      Et si tu activais celle qui te veut du bien ?


      Envoyé par TheDrunkWithNoName Voir le message
      Je ne sais pourquoi j'écris. Une trace peut-être, une sorte de carnet. Mettre en dehors du cerveau ce qui demain y aura disparu.
      Globalement, je n'ai que 4 moments à risques : Changement à l'aller, trajet gare lieu de rdv ; et le lendemain trajet lieu de rdv gare, puis changement à nouveau.

      4. C'est énorme.

      Oui, énorme et super : 4 occasions de vaincre pour la part de toi qui te veut du bien !

      A elle, à toi, de faire en sorte que, après après-demain tu ne rougisses pas de celui que tu auras été demain et après-demain.
      Que tu en sois même fier. A juste titre. Et en sois renforcé. Forcément.
      Et que soit vaincu, ces deux jours, l'ennemi internalisé et matérialisé par l'alcool.

      Ce qui le tue, c'est de ne pas le regarder, le mépriser, passer à côté, le laisser en plan !
      Bon non combat, THEDRUNK (je t'appelle par ton prénom !






      "What a Wonderful World" Louis Armstrong

      Commentaire


        #4
        Merci de votre accueil!

        @rur@lcoolique : Justement pas les bistrot. Je suis ce que j'appelle un buveur arpenteur (sauf à la maison). C'est à dire que je bois le plus souvent en marchant, des canettes de bière forte. J'ai beau être dans mes 36 ans, c'est l'alcool de rue qui m'a apporté cette habitude. Boire et flâner. C'est pour cela d'ailleurs que ce sont des déplacements à risque, je dois changer de gare. En général, je saute l'étape métro et préfère marcher une bonne heure en buvant. C'est cela qu'il va falloir hésiter.
        Ton conseil est bon, c'est que tu ne connais pas mes habitudes car je n'en ai rien dit

        Ronald : C'est exactement cela, j'essaie de le voir comme un challenge, 4 raisons d'avoir réussi. Là c'est le cerveau positif qui parle, demain y'aura baston de neurones
        Et tu as totalement raison, même si c'est encore fragile, instable. Si à mon retour vendredi, j'ai réussi, la fierté sera décuplée, la détermination renforcée.

        Faut que ça marche!!
        Dernière modification par TheDrunkWithNoName, 17/04/2019, 15h19.

        Commentaire


          #5
          Salut,

          Sodas et sucres me semblent indispensables (il y a beaucoup de sucre dans l'alcool ; je me prends encore des "races" aux Haribo). J'étais beaucoup en mouvement au début de mon abstinence (entrée dans des boutiques, expos, etc.). Je ne tenais pas en place.

          C'est drôle parce que j'étais aussi un buveur ambulant. J'avais fini par appeler ça le "street drinking". Même pas pour des raisons d'argent (j'optais moi pour la 16 en 50cl). Parfois en sortant du boulot, je me calais sur un banc. Je m'y sentais mieux qu'en terrasse de café. J'avais tout un parcours comme ça, d'épiceries en bancs.

          Je me suis souvent interrogé sur ce mode de conso, par rapport aux buveurs sociaux. Vertige du shoot soliitaire à la manière des toxs ? Fuite / épuisement par rapport au monde social ?

          Bon courage l'ami, on attend de tes news.

          Commentaire


            #6
            Je n'ai jamais vraiment su non plus, cet attrait pour la marche ivre. Cela n'a jamais été vraiment non plus pour des raisons d'argent.
            Pas bête le paquet de becs, ça plus la canette de boisson énergisante, ce sera parfait.

            Commentaire


              #7
              Coucou, tu sais quoi je penserai à toi demain, c'est on se prépare mentalement, on emmène ses provisions, tu vas y arriver ca se passe pas mal, bonne soirée
              arrêt avec soins pour moi, le 18 février 2014

              Commentaire


                #8
                Une de mes premières situations à risque avait été la voiture bar, en déplacement... J'ai remplacé la bière par un coca, quand je trouve le voyage trop long.
                Pis honnêtement, picoler dans la rue, c'est mauvais genre !
                J'ai reçu il y a peu un mec en entretien au boulot, un début d'après midi... Douce haleine de coyote à base de clope et de pinard... Ca donne pas très envie de bosser avec.
                Bref, dans ton contexte, que de bonnes raisons pour être fier de toi dans deux jours en ayant contourné l'obstacle!

                Commentaire


                  #9
                  Vous êtes tellement adorables!!
                  Le trajet est en cours, j'avais oublié, à l'aller j'avais 2 correspondances! Je viens de passer la première, je me suis rendu dans mon petit supermarché habituel, suis passé avec dédain devant les bières, acheté des canettes de boisson énergétique, suis retourné à la gare en sirotant ce goût sucré et acide (je me demande comment je peux aimer ce truc ).
                  AUCUNE ENVIE.
                  Etape 1 : check!

                  To be continued...

                  Commentaire


                    #10
                    2e correspondance. 1h cette fois-ci. Plus dangereux.
                    Je me suis installé dans un starbucks et ai commandé un café tellement grand qu'il me faudra au moins l'heure pour le terminer. Aucune envie pour le moment, le drunk brain n'essaie même pas d'entrer en parlementation. Ça va le faire !

                    Commentaire


                      #11
                      Envoyé par TheDrunkWithNoName Voir le message
                      2e correspondance. 1h cette fois-ci. Plus dangereux.
                      Je me suis installé dans un starbucks et ai commandé un café tellement grand qu'il me faudra au moins l'heure pour le terminer. Aucune envie pour le moment, le drunk brain n'essaie même pas d'entrer en parlementation. Ça va le faire !
                      +
                      "What a Wonderful World" Louis Armstrong

                      Commentaire


                        #12
                        Bonjour et BRAVO ! Reste déterminé. Tu sais pourquoi tu as fait le choix de ne plus boire.

                        À ta place je serais allée voir un médecin et retrouvée en arrêt.

                        Au fond si tu ne l'as pas fait, c'est que tu t'es fait confiance. Sois bon pour toi et donne raison à cette confiance Déjà deux donc plus que trois, ça va le faire! Apparemment c'est chaud au boulot mais tu auras les idées claires pour participer et ça ça n'a pas de prix non plus!

                        Belle journée, il fait beau profite!

                        Commentaire


                          #13
                          Envoyé par rur@lcoolique
                          À côté des gares, il y a beaucoup de piétons, toujours. S'il fait beau, les petites robes peuvent être de sortie [...] Il n'y a aucun mal à regarder passer les jolies filles et ça distrait bien, mieux que de rentrer dans un rade plus ou moins glauque...
                          Non mais t'es sérieux

                          Commentaire


                            #14
                            Mina10 : j'ai rdv avec un médecin addicto dans une semaine (je suis en désert médical, j'ai eu un rdv il y a 10 jours mais avec un médiateur social car rien d'autre de dispo.) Je vois un psychiatre vendredi également mais très loin de chez moi. Car je cumule avec d'autres troubles. Je suis en automédication aux benzodiazépines - pas par choix mais par nécessité sinon c'était delirium (déjà vécu)

                            La question de l'arrêt ne peut se poser, je suis un indépendant et ce déplacement est un peu la dernière chance de voir mon projet aboutir. Sinon je perds tt. Et j'ai déjà perdu beaucoup (pour d'autres raisons)

                            Je n'ai pas relevé la remarque sur les filles et je m'en excuse, je n'en avais pas la force et je ne souhaitais pas que cela soit le lieu pour faire de l'éducation sur les comportements sexistes. Je te remercie de l'avoir fait.

                            Mais en effet si des personnes n'apprécie pas les personnes bisexuelles, féministes, d'ultra-gauche et pro-migrant, je serais pas le bon compagnon

                            Commentaire


                              #15
                              Envoyé par TheDrunkWithNoName
                              La question de l'arrêt ne peut se poser, je suis un indépendant et ce déplacement est un peu la dernière chance de voir mon projet aboutir. Sinon je perds tt. Et j'ai déjà perdu beaucoup (pour d'autres raisons)
                              Ok pas d'arrêt, et pour l'instant tu n'as pas à t'en repentir

                              L'aboutissement de ce projet sera peut-être un premier accomplissement consécutif à l'arrêt et dont tu pourras être fier. Et il y en aura d'autres !

                              Désert médical c'est dur mais tu as l'air de faire ce qu'il faut. Les rdv pris c'est très bien. L'automédication c'est dangereux essaie peut-être d'en parler avec un médecin peut-être par téléphone (moi avant un rdv j'ai déjà eu des conseils par tel)

                              Pour le reste tu as raison ce n'est pas le lieu. Je ne pouvais pas ne pas relever. Mais toi tu n'as aucune excuse à présenter.

                              Commentaire

                              Unconfigured Ad Widget

                              Réduire
                              Chargement...
                              X