Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Plus rien...

Réduire
X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

    Plus rien...

    de tout ça. Plus ni AA, ni vraiment débutant, ni complètement isolé...


    Bonsoir.

    Après mon bilan (p. 16), la suite va être moins tourmentée, normalement. Pour la sortie de l'alcool, c'est fait, reste maintenant à m'assurer de bonnes chances de ne pas y retourner, donc à m'occuper de mon b... intérieur, ma friche.

    Mon amie (abstinente) trouve que j'ai fait beaucoup de chemin en pas longtemps, mais c'est parce que la situation était vraiment critique, ce dernier semestre 2018. L'alternative était simple : sauver ma peau ou sombrer dans la déchéance en attendant un résultat plus radical encore. Qu'est-ce qui m'a poussé à chercher la survie plutôt que l'anéantissement ? Un très vieux fond d'optimisme, reste du temps de mon innocence, sans doute...

    Bref, je vous invite a continuer à papoter par ici, où je posterai encore trouvailles et réflexions, car ça me fait du bien d'écrire et de savoir que l'on se comprend, à demi mots.

    Prenez soin de vous, c'est un début indispensable.

    * @ll.

    fred
    Dernière modification par rur@lcoolique, 22/05/2019, 22h03.
    fred, pas d'avoine

    #2
    Hello rur@lcoolique,
    Hello les solides comme un chêne et les souples comme le roseau,

    Envoyé par rur@lcoolique
    Bref, je vous invite a continuer à papoter par ici, où je posterai encore trouvailles et réflexions, car ça me fait du bien d'écrire et de savoir que l'on se comprend, à demi mots.
    S'il n'y a plus rien, c'est que dans ce désordre, il commence à y avoir l'ordre, sans le pouvoir.

    Mais pas sans l'indispensable contradiction.

    Pour gagner sa réalité en perdant ses illusions.

    Et c'est parti pour 300, camarade!

    Bises on dit "héron", "héron", petit, pas "tapon".

    Commentaire


      #3
      Bonjour, hier au téléphone on parlait du père de ma fille, je ne l'ai pas vu depuis très longtemps ma fille m'a dit que sa dernière hospitalisation la psy lui a dit qu'il se tuer à petit feu, il a 46 ans il méconnaissable me disait ma fille, c'est exactement ça vivre ou se tuer à petit feu, c'est très triste je trouve, ça fait mal même, tu as choisi la vie comme nous tous ici, c'est vraiment bien , bonne journee
      arrêt avec soins pour moi, le 18 février 2014

      Commentaire


        #4
        Envoyé par Indianamou Voir le message
        Hello rur@lcoolique,
        Hello les solides comme un chêne et les souples comme le roseau,



        S'il n'y a plus rien, c'est que dans ce désordre, il commence à y avoir l'ordre, sans le pouvoir.

        Mais pas sans l'indispensable contradiction.

        Pour gagner sa réalité en perdant ses illusions.

        Et c'est parti pour 300, camarade!

        Bises on dit "héron", "héron", petit, pas "tapon".
        Pas mal pour commencer ici une saison 2 tronquée d'une saison 1 elle-même tronquée
        Vous remarquerez que je n'ai pas dit châtrée comme Notre-Dame

        "What a Wonderful World" Louis Armstrong

        Commentaire


          #5
          'lut !

          ' faut que je fasse faffe, je deviens franchement con, ces jours-ci. ' faut dire que je me suis pas mal entraîné, à l'insu de mon plein gré, certes, mais avec application. Il y a pas mal de petits mécanismes à l'œuvre, que je commence juste à entrevoir alors qu'ils conditionnent nettement mes comportements et même mes pensées.

          Ce n'est sans doute pas un hasard si j'ai retrouvé chez moi l'essentiel des "travers" de l'archétype d'alcoolo décrit par la littérature AA. ' pas envie par contre de les "corriger" avec tout le tralala culpabilité-pardon-volonté de dieu tel que je le conçoit sans comprendre ce qui est à l'œuvre, en coulisse.

          ' va falloir que j'écoute mieux, plus ou plutôt enfin mes ressentis et que je prenne le temps d'observer mes réactions. Puis de mettre tout ça en rapport avec ce que j'arrive péniblement à retrouver de ce que j'étais enfant, ado. puis adulte, dans les souvenirs un peu précis qui veulent bien émerger par moment.

          Grand moment d'analyse de comportements, ce matin en roulant dans la campagne, et quelques surprises : autonomie, autorité, règle, loi, logique, contrariété, aspirations, frustrations et refoulements, liberté et raison, distorsions cognitives et manipulations, ça embrasse un vaste domaine... Des petites briques pas forcément posées comme je le croyais, comme j'aurais pu, peut-être, si...

          Posé là en vrac.

          *@+
          fred, pas d'avoine

          Commentaire


            #6
            ouais, sentir consciemment ses ressentis à soi, c'est le premier pas… que n'ont jamais franchi des gens qui ont 30 ans d'abstinence !
            mais tenter de faire des pas différents en même temps c'est des pas pas possibles !!!

            D'abord le ressenti : je sens quoi, quelle émotion, quelle idée associée ?
            L'analyse vient APRES quand les associations se sont déroulées sans trop d'entraves, d'évacuation, de refoulement, de réduction en définitions.
            La raison s'applique après.

            Et faut accepter de ne JAMAIS pouvoir tout comprendre, ordonner, pondérer !
            Ce qui ne signifie pas renoncer à avancer, et faut distinguer, radicalement, avancer en pensée, et tourner en rond sous son crâne.
            Quand on se rend compte qu'on avance vraiment, c'en devient un bonheur qu'on est drôlement bien content de savoir qu'il n'y a pas de ligne d'arrivée, m^me avec la destruction des neurones ! Youp là boum !


            PS je pense que le titre du fil "plus rien…" ça n'encourage pas vraiment les passants à rentrer dans le magasin !
            "What a Wonderful World" Louis Armstrong

            Commentaire


              #7
              Coucou, c'est vraiment ca Ron , la relaxation nous aider à réécouter nos sens complètement oublier quand on picole avec les sens on a des émotions, bonne soirée
              arrêt avec soins pour moi, le 18 février 2014

              Commentaire


                #8
                'lut !

                Il s'agit d'abord, exactement comme pour le sevrage, d'apprendre à identifier mes états et/ou les indices qui annoncent un changement d'état afin de briser le cycle émotion/réaction conditionnée. Surtout que j'ai enfermé et nié mes émotions les plus intimes depuis plus de 40 ans, donc ma perception n'est pas très affûtée...

                Dans ces conditionnements, appris, il y a une petite parcelle de ce que je suis, au fond, et beaucoup d'acquis, dont je ne sais d'ailleurs pas lesquels sont toxiques ou peuvent être cultivés. Et, comme dans un jardin, la mauvaise herbe a aussi son utilité, même si elle n'est pas évidente au premier abord (au deuxième ras-bord non plus ). Tout ce qui va chambouler l'équilibre va nécessairement provoquer l'adaptation (incontrôlée, du moins par la conscience) vers un nouvel équilibre.

                Bref, sentir et ne pas réagir sans au moins prendre le recul de se voir réagir. Comprendre, tu as raison Ronald, ne sera pas possible pour tout et va demander du temps. Mais casser les automatismes, quitte à laisser quand-même faire, pour le moment, me paraît vital. Et urgent. Comme pour sortir du cycle de la picole (ou de la clope, coucou louva ).

                *@ll
                fred, pas d'avoine

                Commentaire


                  #9
                  Re.

                  D'aucuns se demanderont sûrement d'où me vient ma frénésie de ménage intérieur, alors que je sors à peine de la bouteille et commence juste à récupérer un peu (sommeil)... En fait, j'ai une vraie urgence, que j'avais déjà évoquée ici sans obtenir de réaction significative. L'arrêt de la picole a de grosses répercussions sur ma voix, qui est aussi mon principal outil de travail.

                  ​​​​​​​Une petite explication s'impose. Évacuons le "problème" de ne pas se reconnaître sur un enregistrement, c'est lié au fait que le micro ne prend que la voix aérienne. Les vibrations internes, perçues simultanément par l'oreille... interne !, ne sont pas enregistrables, donc la voix composite que l'on perçoit pour soi-même est différente de celle que les autres nous connaissent. C'est tout bête...

                  ​​​​​​​Non, le problème est double. L'irritation liée a l'ingurgitation d'alcools de toutes natures a disparu assez rapidement. J'ai donc perdu des graves qui étaient tout à fait artificiels et le passage est remonté. Pour un gars qui sera Tenor "quand il sera grand", c'est plutôt une bonne chose... Mais j'ai perdu l'essentiel de mes sensations, aussi, et ça c'est la m... car la voix est un instrument que l'on ne maîtrise que par la proprioception. C'est donc comme si je voulais marcher sans ressentir ni mes pieds ni mes muscles ni mes articulations :/

                  La deuxième face du problème est que la voix est un marqueur très puissant et particulièrement intime de la personnalité, de la singularité de l'individu. À tel point qu'il n'est pas rare d'avoir de grosses surprises, lorsque la voix se libère enfin, pour la première fois, en cours de chant. En fait, on ne choisit pas sa voix, pas plus que la couleur de ses yeux.

                  Naturellement, on met dans sa voix parlée tout un tas de choses, conscientes ou pas, qui participent de notre roman personnel (image que l'on veut donner/se donner...).
                  Comme j'essaie de me détacher d'influences toxiques que j'avais involontairement adoptées dans mon enfance, cette pétasse de voix me joue des tours : j'en change de façon totalement anarchique plusieurs fois par semaine, voire par jour, sans indice préalable. Avec à la clef des fatigues et des insuffisances aléatoires (emm... en plein milieu d'un chant ou pour faire travailler mes chorales).

                  Bref, ce n'était pas prévu quand j'ai posé la bouteille et depuis je rame. C'est en prime la meilleure période qui débute, avec les concerts de fin de saison.

                  ' faudrait que je me trouve un.e prof' de chant à qui je puisse dire de but en blanc que j'ai besoin de rechercher mes sensations car je viens d'arrêter de picoler. Fastoche, dans mon coin de campagne guère peuplée, à l'écart des grandes métropoles régionales.

                  Voili, voilou... *@ll.
                  fred, pas d'avoine

                  Commentaire


                    #10
                    Coucou , tu as oublié un truc la patience, c'est très important mais oui pourquoi pas à part te dire c'est génial d'avoir arreter, tu ne risques pas grand chose , bonne journée
                    arrêt avec soins pour moi, le 18 février 2014

                    Commentaire


                      #11
                      'lut !

                      "Descendre de vélo pour se regarder pédaler" n'est guère possible. Mais faire attention à ce que je ressens pour tourner rond, sans forcer, malgré les variations du relief, de la météo et de la forme, je m'y emploie depuis longtemps. Il suffirait peut-être de faire pareil pour tout ; les envies de picoler comme les colères, les coups de fatigue comme les dépressions... Parfois même la soquette se fait légère et la joie inonde, sans raison apparente, après un moment pénible.

                      Comme sur ma randonneuse, ne pas chercher à "maîtriser" tout ce qui se produit, mais observer, m'observer, sans cesser l'action pour autant. Essayer de m'adapter en temps presque réel -il y a toujours une latence, même minime, le temps de m'apercevoir que je sens "quelque chose"- et garder les "préceptes" de Vélocio à portée de comprenette. Ne pas pédaler par orgueil, surtout.

                      Ça doit pouvoir se faire pour ce qui se passe sous mon scalp, aussi. Juste pour me connecter avec ce que je suis, en propre ET par influence (coucou indi et Ron), maintenant que j'ai ouvert un peu les yeux (d'autres, c'est les fenêtres). Il y a nécessairement tout ce que j'ai en moi et ne maîtrise pas dans chacune de mes décisions, même les plus infimes, dérisoires, insignifiantes. Le sachant, je vais peut-être réussir à modifier un peu les équilibres, en prenant juste le temps de me regarder réagir et "décider". Tout comme la condition physique, ça ne va pas venir du jour au lendemain, je ne vais pas identifier mes forces et mes faiblesses (?) "comme ça" en claquant des doigts ou juste parce que je l'aurais tout soudain décidé.

                      Je m'en vais bricoler puis pédaler un peu, aujourd'hui enfin, avec ça dans la tête. Et plein d'autres choses à déplacer, dépoussiérer, trier, jeter ou pas encore, ou ça peut toujours servir...

                      *@ll
                      fred, pas d'avoine

                      Commentaire


                        #12
                        'lut !

                        Visite médicale du travail au CDG, ce matin. Pas dépaysé par rapport au privé, il y a quelques années de ça. La médecine du travail est réellement une parodie : 10' montre en main, ni pesé ni mesuré, test audio effectué par dessus la jambe alors que ça fait déjà quelques années que j'ai signalé une perte sur les médiums, à gauche, question sur la clope alors qu'il est marqué que je ne fume plus depuis 2000 et pas un mot sur l'alcool. J'avais pourtant amené mes analyses de fin janvier ET fin avril (suite à CSAPA), donc bien "ciblées", mais je n'ai eu droit qu'à un bref survol des chiffres et pas de question.

                        Tension : 12/7, c'est le seul examen que j'ai eu. 12.7 c'est effectivement le calibre que j'avais envie de monter sur trépied, dans la cour, avant de repartir. Bref, passons... il y en aura toujours qui sauront se trouver une planque. Et tant pis s'ils discréditent leurs collègues qui essaient de bosser avec sérieux.

                        En fait le secret du bonheur est simple : il suffit de s'en battre les c... avec bonne conscience.

                        *@ll
                        fred, pas d'avoine

                        Commentaire


                          #13
                          Coucou, c'est ca parce que j'ai amie qui a fait un burn-out, elle était tres soutenue, bonne journée
                          arrêt avec soins pour moi, le 18 février 2014

                          Commentaire


                            #14
                            Alors là je m'y retrouve bien. Pareil pour moi, visite il y a quelques mois... Juste une grande foutaise. Même en mettant les pieds dans le plat sur certains sujets de santé ou professionnels, on a tout éludé. Pourtant, on m'a fait cocher plein de cases dans un questionnaire avant la visite... Presque toutes dans le rouge ou l'orange ! Mais on s'en fout complètement. Un belle mascarade. De l'argent foutu en l'air.

                            Merci, à la prochaine...

                            Sencha

                            Commentaire


                              #15
                              'soir !

                              Grand tour de ma petite poignée de souvenirs, en grattant dans les coins pour essayer d'en exhumer d'autres. Pourquoi aujourd'hui (mardi) ? parce que la route et la météo s'y prêtaient, sans doute... Si je n'avais pas été si naïf, j'aurais pu voir plus tôt que je suis en réalité totalement égocentré ; j'avais même eu des avertissements que j'aurais dû comprendre. C'est un point commun qui ne m'était pas apparu jusque là, mais j'ai toujours tout fait pour être vu, accepté, apprécié... Aimé ?

                              Coïncidence avec le présent post, laissé inachevé hier soir, Indi et Sencha m'ont bien aidé à préciser d'où tout cela semble provenir. Pas forcément la cause, mais l'époque où j'ai pris le pli et la façon dont ça s'est fait. Je me revois très distinctement, à la récré, à la grande école... Avec concordance des temps, à quelques mois seulement, pour moi.

                              ​​​​​​​À ruminer, donc, pour meubler mon ennui routier...

                              *@ll



                              PS : liens dans le texte pour pouvoir retrouver le cheminement de mes idées, plus tard.
                              fred, pas d'avoine

                              Commentaire

                              Unconfigured Ad Widget

                              Réduire
                              Chargement...
                              X