Annonce

Réduire
Aucune annonce.

résilience???

Réduire
X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

    résilience???

    Bonsoir

    Bonsoir à vous,
    définissions de la résilience
    et origine de ce terme
    Boris Cyrulnik : C'est l'aptitude d'un corps à résister aux pressions et à reprendre sa structure initiale. Ce terme est souvent employé par les sous-mariniers de Toulon, car il vient de la physique. En psychologie, la résilience est la capacité à vivre, à réussir, à se développer en dépit de l'adversité.
    On a le sentiment que ce terme ne s'applique qu'aux traumatisés profonds. Mais ne concerne-t-il pas chacun d'entre nous ?
    B.C : Les deux sont vrais. Je pense qu'on ne peut parler de traumatisme – et d'évolution résiliente – que si l'on a côtoyé la mort, si l'on a été agressé par la vie ou par les autres, ou encore si des personnes de notre entourage ont été en danger. Mais les processus qui permettent de reprendre son développement après un coup du sort nous concernent tous, car ils obligent à penser la vie en termes de devenir, d'évolution.

    D'ailleurs, environ une personne sur deux subit un traumatisme au cours de son existence, qu'il s'agisse d'un inceste, d'un viol, de la perte précoce d'un être cher, d'une maladie grave ou d'une guerre.


    Est-on résilient ou non résilient une fois pour toutes ?
    B.
    > > Selon Boris Cyrulnik,psychiâtre: lorsqu'on a été blessé dans sa vie,. La blessure
    > est enfouie, maîtrisée, transformée, mais elle ne guérit jamais
    > complètement.(extrait d'un article)


    on est
    > .....contraint de mettre en place, de tricoter un processus de résilience


    Ce qui m'amène a poser les questions suivantes
    Et si ce processus est rompu....,??????
    Est-ce que cela peut arriver???????
    Qu'arrivet-il à la personne si tel est le cas???
    Dépression nerveuse???
    Faut-il retricoter???recommencer a zéro
    D'avance, je vous remercie de m'aider à comprendre

    #2
    Re : résilience???

    En fait, je vais te donner mon opinion même si elle risque de choquer.

    La résilience est comme tu la dit: "l'aptitude d'un corps à résister aux pressions et à reprendre sa structure initiale". Je lis sur le forum depuis un bon bout et je remarque que pour vous tous, la résilience est quelque chose de positif et d'incontestable. Or, je voudrais insister sur le mot APTITUDE à reprendre sa structure initiale. Oui on peux avoir une bonne aptitude, mais une aptitude n'est pas nécessaire positive ni suffisante.

    J'ai parfois l'impression que les gens vont chercher dans le mot résilience l'illusion qu'ils vont s'en sortir, alors que rien ne peut nous faire dire si notre aptitude sera suffisante pour nous sortir de trouble.

    J'ignore ce qui arrive si le processus est rompu. Cependant, vite de même et dans le vif négativisme ds lequel je suis présentement, je serais tentée de dire d'ouvrir les yeux et tu va voir ce qui arrive. Parce qu'à mon avis, nous sommes à peut près tous, sur santé psy, des témoins vivants de se qui se produit quand ça arrête: des hommes qui se cherchent, sans vraiment d'espoir, sans raison de vivre et incertain de savoir s'ils veulent continuer. Voilà ce qui se passe lorsque la résilience ne suffit pas.
    TOUT ¨CA RESTE MON OPINION PERSONNELLE!

    Crois-tu vraiment qu'il est possible de recommencer à zéro? à moins d'être victime d'amnésie, il est impossible de revenir en arrière et de recommencer....
    Valérie
    "Je pleurais quans je vins au monde et chaque jour qui passe me montre pourquoi"

    Commentaire


      #3
      Re : résilience???

      Bonjour Fti et Valérie,

      Il manque un point essentiel dans ta brève (très brève) définition de la résilience :
      pour être résilient, pour que cette aptitude s'exprime, il fat que la personne rencontre sur son chemin ce qu'on appelle des tuteurs de résilience.
      "Pour Boris Cyrulnik, un des pionniers dans l’étude de la résilience, c’est dans le contact avec l’autre que se trouve le germe de la résilience. Même l’enfant le plus meurtri peut retrouver le goût de jouer à condition qu’il trouve sur son chemin ce que Cyrulnik appelle un tuteur de résilience soit, quelqu’un qui saura l’accueillir et le guider. En exprimant le récit de son malheur nous parvenons, d’abord à s’en distancier, éventuellement à l’exorciser. Mais comme le souligne Cyrulnik, « Il ne suffit pas de dire son malheur pour que tout soit réglé. La réaction de celui qui entend le secret imprègne un sentiment dans le psychisme de celui qui se confie. C’est pourquoi le secret révélé peut aussi bien provoquer un soulagement qu’une torture. » Les gens traversant une épreuve ont besoin d’un certain recul pour refaire leurs forces. Obliger quelqu’un à se dévoiler, la brusquer dans son rythme peut provoquer un second traumatisme, parfois pire que le premier. Pour qu’il y ait résilience, il doit y avoir accueil mais aussi respect du rythme de l’autre. Ainsi, le tuteur de résilience permet de se distancier momentanément de ses malheurs et de les envisager avec une autre perspective. "

      Et, je viens de réaliser une chose juste ce matin, grâce à vous deux ..
      (ilm'en afallu du temps, oui je sais.. Pourtant je ne suis pas blonde.. quique.. ! lol) :
      Atout peut servir de tuteur de résilience ou en tous procure une aide, un sas pour aller à la rencontre (inconsciente) de tuteurs..

      Ce doit être une des raisons qui font que l'idée de ce site m'émeut toujours chaque jour..

      Valérie : repartir à zéro ??
      Non, je ne crois pas bien sûr ! Mais repartir, ha ça oui !
      En ayant fait le tri dans nos bagages et entrevu une ou des destinations plaisantes...

      C'est bien ça la force de la résilience.. Elle ne fait pas oublier ou ne masque pas les traumatismes, elle permet de vivre avec, et dans les meilleurs des cas, de sublimer la souffrance vécue en l'"utlisant"
      - on travaille dans le domaine où l'on a été maltraité(e)(s)
      - on devient avocat
      - on fait du bénévolat
      - on écrit
      - on peint..

      On fait partager cette force trouvée, ou plutôt puisée au fond d'un nous que l'onne cconaissait pas encore en fait, et on la diffuse autour de nous de mille et une façon..

      Courage..

      Commentaire


        #4
        Re : résilience???

        Envoyé par Milaine
        Bonjour Fti et Valérie,

        Il manque un point essentiel dans ta brève (très brève) définition de la résilience :
        pour être résilient, pour que cette aptitude s'exprime, il fat que la personne rencontre sur son chemin ce qu'on appelle des tuteurs de résilience.
        "Pour Boris Cyrulnik, un des pionniers dans l’étude de la résilience, c’est dans le contact avec l’autre que se trouve le germe de la résilience. Même l’enfant le plus meurtri peut retrouver le goût de jouer à condition qu’il trouve sur son chemin ce que Cyrulnik appelle un tuteur de résilience soit, quelqu’un qui saura l’accueillir et le guider. En exprimant le récit de son malheur nous parvenons, d’abord à s’en distancier, éventuellement à l’exorciser. Mais comme le souligne Cyrulnik, « Il ne suffit pas de dire son malheur pour que tout soit réglé. La réaction de celui qui entend le secret imprègne un sentiment dans le psychisme de celui qui se confie. C’est pourquoi le secret révélé peut aussi bien provoquer un soulagement qu’une torture. » Les gens traversant une épreuve ont besoin d’un certain recul pour refaire leurs forces. Obliger quelqu’un à se dévoiler, la brusquer dans son rythme peut provoquer un second traumatisme, parfois pire que le premier. Pour qu’il y ait résilience, il doit y avoir accueil mais aussi respect du rythme de l’autre. Ainsi, le tuteur de résilience permet de se distancier momentanément de ses malheurs et de les envisager avec une autre perspective. "

        Et, je viens de réaliser une chose juste ce matin, grâce à vous deux ..
        (ilm'en afallu du temps, oui je sais.. Pourtant je ne suis pas blonde.. quique.. ! lol) :
        Atout peut servir de tuteur de résilience ou en tous procure une aide, un sas pour aller à la rencontre (inconsciente) de tuteurs..

        Ce doit être une des raisons qui font que l'idée de ce site m'émeut toujours chaque jour..

        Valérie : repartir à zéro ??
        Non, je ne crois pas bien sûr ! Mais repartir, ha ça oui !
        En ayant fait le tri dans nos bagages et entrevu une ou des destinations plaisantes...

        C'est bien ça la force de la résilience.. Elle ne fait pas oublier ou ne masque pas les traumatismes, elle permet de vivre avec, et dans les meilleurs des cas, de sublimer la souffrance vécue en l'"utlisant"
        - on travaille dans le domaine où l'on a été maltraité(e)(s)
        - on devient avocat
        - on fait du bénévolat
        - on écrit
        - on peint..

        On fait partager cette force trouvée, ou plutôt puisée au fond d'un nous que l'onne cconaissait pas encore en fait, et on la diffuse autour de nous de mille et une façon..

        Courage..
        Bonjour,

        J'ai lu Les nourritures affectives de Boris Cyrulnik. Ca m'a beaucoup plus.

        J'ai lu seulement le début de Un merveilleux malheur, car je l'ai trouvé trop porté sur les camps de concentration.

        Moi je donne au mot résilience un sens plus large. Il n'y a pas besoin de subir d'épreuve particulière pour être résilient. Pour moi la résilience est une sorte de force intérieure. Bien sûr elle se manifeste en cas d'épreuve douloureuse.

        Bien à vous. Sulpiride.

        Commentaire


          #5
          Re : résilience???

          Envoyé par sulpiride
          Bonjour,

          J'ai lu Les nourritures affectives de Boris Cyrulnik. Ca m'a beaucoup plus.

          J'ai lu seulement le début de Un merveilleux malheur, car je l'ai trouvé trop porté sur les camps de concentration.

          Moi je donne au mot résilience un sens plus large. Il n'y a pas besoin de subir d'épreuve particulière pour être résilient. Pour moi la résilience est une sorte de force intérieure. Bien sûr elle se manifeste en cas d'épreuve douloureuse.

          Bien à vous. Sulpiride.

          Salut Sulpiride,
          Je ne crois pas !!!! La résilience est un terme essentiellement appliquée aux enfants qui ont vécu un traumatisme de haut niveau (camps de concentration).

          Commentaire


            #6
            Re : résilience???

            Envoyé par alice-elicec
            Salut Sulpiride,
            Je ne crois pas !!!! La résilience est un terme essentiellement appliquée aux enfants qui ont vécu un traumatisme de haut niveau (camps de concentration).
            Bonjour Alice !

            Moi, je ne connaissais pas ce terme de "résilience" jusqu'a ce que Marcia une forumeuse m'en parle dans une de mes discussions. Mais, j'ai pas cru comprendre que ca ne s'appliquait pas qu'aux enfants ! Par contre, il faut avoir vécu des traumatismes comme tu le dis à Sulpriride et ses "traumatismes" peuvent etre la maladie, le deuil, le viol, la torture, la guerre... alors ca peut survenir à tout age, non ?

            Envoyé par Marcia
            Travaux de Boris Cyrulnik sur la notion de "Résilience"? La résilience est cette force que certains ont, en eux mêmes, de pouvoir se relever, re-naître après avoir vécu des choses extrêmement lourdes. Cyrulnik a écrit plusieurs bouquins là dessus.
            http://www.diplomatie.gouv.fr/label_...lnik/page.html
            Extrait :
            ... le concept de résilience, cette capacité à pouvoir surmonter les traumatismes psychiques et les blessures émotionnelles les plus graves : maladie, deuil, viol, torture, attentat, déportation, guerre... Autant de violences physiques et morales auxquelles des millions d’enfants, de femmes et d’hommes sont exposés dans le monde aujourd’hui.


            Dernière modification par cooki, 27/06/2006, 17h04.

            Commentaire


              #7
              Re : résilience???

              la resilience est connue depuis très longtemps (bien avant Cyrulnick) en mécanique, elle caractérise la resistance a la rupture d'un matériau sous l'effet d'un choc. Un matériau peu resilient (verre, fonte) casse sous le choc, un materiau très resilient se déforme mais ne rompt pas.

              Commentaire


                #8
                Re : résilience???

                Envoyé par alice-elicec
                Salut Sulpiride,
                Je ne crois pas !!!! La résilience est un terme essentiellement appliquée aux enfants qui ont vécu un traumatisme de haut niveau (camps de concentration).
                Bonsoir alice elicec

                En lisant le petit bout d'article, j'ai cru comprendre, que cela s'appliquait aussi aux adultes
                ci-dessous l'extrait
                Est-on résilient ou non résilient une fois pour toutes ?
                B.C : Il me semble que, lorsqu'on a été blessé dans sa vie, on est contraint de mettre en place, de tricoter un processus de résilience jusqu'à sa mort. La blessure est enfouie, maîtrisée, transformée, mais elle ne guérit jamais complètement
                Ils refusent leur rôle de victime passive, ont des rêves fous et de l'humour. Ces blessés de l'âme ont transformé leur souffrance en une rage de vivre. Boris Cyrulnik explique comment ils se défendent et se construisent.
                En France, Boris Cyrulnik a été le premier à s'y atteler. Dans son essai “Un merveilleux malheur”, il s'interrogeait sur les processus de réparation de soi inventés par les rescapés de l'horreur. Dans “Les Vilains Petits Canards”, qui vient de paraître aux éditions Odile Jacob, il montre comment ces processus se mettent en place dès les premiers jours de la vie et permettent de se reconstruire après la blessure.
                . En psychologie, la résilience est la capacité à vivre, à réussir, à se développer en dépit de l'adversité.
                Pourquoi vous êtes-vous intéressé à ce problème ?
                B.C : La vraie question est plutôt : pourquoi suis-je devenu psychiatre ? Enfant, en pensant à toutes les horreurs, à toutes les tragédies humaines, je me suis demandé : « Comment de telles choses sont-elles possibles ? Comment peut-on s'en sortir ? Comment agir pour que “ça” ne se reproduise pas ? Comment aider ceux qui ont souffert, qui souffrent ? »
                C'est pour répondre à ces interrogations qu'à l'âge de 10 ans, j'ai décidé de devenir psychiatre. Si j'avais été plus équilibré, je n'aurais jamais fait d'études de médecine et, a fortiori, de psychiatrie.

                En 1990, un peu avant sa mort, mon « maître », le psychiatre John Bowlby, déclarait dans un article : « Nous devons absolument développer les travaux sur la résilience, car nous pourrons alors observer directement la manière dont les processus d'évolution se mettent en place, et donc savoir comment mieux aider les enfants blessés. » Je l'ai suivi. Le mot « résilience », encore inconnu en France il y a peu, a, depuis, rencontré un vif succès. Dans un catalogue, j'ai même découvert récemment une publicité pour « les matelas résilients »…

                Quels sont les facteurs qui favorisent une évolution résiliente ?
                B.C : On en repère trois principaux :
                •le tempérament de l'enfant,
                • le milieu affectif dans lequel il baigne au cours des premières années,
                • un environnement soutenant ou non.

                A l'âge de 10 mois environ, l'enfant apprend une certaine manière de se faire aimer : par des sourires, en babillant, en cherchant les regards et les paroles des adultes. La réponse de ces derniers créera un attachement sécure. Aussi, même s'il arrive malheur à sa mère, le petit aura acquis un mode de conquête de l'autre. Enfin, dernier facteur : la présence d'un réseau relationnel extérieur qui peut soutenir l'enfant – d'autres enfants, des adultes rassurants.

                Toutefois, c'est à nuancer, car un enfant que son tempérament pourrait rendre résilient dans une société ou une famille particulière, ne le sera
                pas forcément dans une autre.
                Vous insistez sur le rôle du couple parental et de l'attachement maternel précoce dans la mise en place des processus de résilience. Que se passe-t-il pour les orphelins ?
                B.C : S'il y a ratage au cours des premières années, c'est quand même rejouable avec d'autres acteurs, plus tard. Ce sera certainement plus long, moins spontané, mais possible ! J'ai beaucoup travaillé avec les orphelins roumains de l'ère Ceausescu, abandonnés très tôt dans des institutions inhumaines. Quand on nous parlait de ces enfants, on nous disait : « Ce sont des monstres. »
                Je vous remercie pour vos aimables réponses

                .miki

                Commentaire


                  #9
                  Re : résilience???

                  Oui le terme existait déjà en physique mais c'est Cyrulnick qui l'a appliqué le premier en psychologie. Par ailleurs il est lui-même un rescapé des camps je crois (encore que je me trompe peut-être car ça fait de lui un très vieux alors que je croyais qu'il n'avait que la cinquantaine, enfin je me trompe peut-être).
                  D'autre part il a élaboré ce concept en regardant les enfants qui avaient vécu des traumatismes.
                  Cela n'empêche pas bien sûr d'élargir le terme à chaque situation traumatisante de l'adulte.
                  Mais il ne faut pas exagérer non plus. Un deuil, une maladie, etc., ce n'est pas la même chose que les camps de concentration !!!!!
                  Je dis ça car le mari de ma cousine se considérait comme un résilient d'avoir survécu à une dépression !!!! je pense au contraire que si dépression il y a eu c'est qu'il n'était pas très résilient.
                  D'autant que ce monsieur n'avait ni l'humour ni la créativité dont parle Cyrulnick.

                  Commentaire


                    #10
                    Re : résilience???

                    Envoyé par alice-elicec
                    Oui le terme existait déjà en physique mais c'est Cyrulnick qui l'a appliqué le premier en psychologie.
                    Bonjour Alice,

                    Sur l'origine du mot en psychologie, c'est par ici http://www.atoute.org/dcforum/DCForumID5/6127.html#8

                    Pandore

                    « Les mots sont des planches jetées sur des abîmes, avec lesquelles nous traversons l’espace d’une pensée...»
                    Paul Valéry



                    Commentaire


                      #11
                      Re : résilience???

                      Envoyé par Pandore
                      Bonjour Alice,

                      Sur l'origine du mot en psychologie, c'est par ici http://www.atoute.org/dcforum/DCForumID5/6127.html#8



                      D'accord !!!!
                      Peut-être alors que Cyrulnick s'est chargé de la médiatisation de ce terme.... auquel cas, il abuse un peu car dans l'esprit des gens comme moi, il en avait la paternité !!!

                      Commentaire


                        #12
                        Re : résilience???

                        Bonsoir,

                        Envoyé par alice-elicec
                        D'accord !!!!
                        Peut-être alors que Cyrulnick s'est chargé de la médiatisation de ce terme.... auquel cas, il abuse un peu car dans l'esprit des gens comme moi, il en avait la paternité !!!
                        Cyrulnik a toujours dit qu'il n'avait pas la paternité du terme
                        Il l'a théorisé et cela correspond en effet, au départ, à son expérience des camps et au fait que certains déportés, et pas d'autres, ont pu reprendre le cours de leur vie - continuer leur chemin avec une blessure qui restera mais qui est excentrée par rapport à la personne (la personne ne reste pas "fixée" dessus, elle l'a intégrée à sa vie).

                        C'est en lien avec toute la théorie du trauma qui ne concernait, au départ, que les situations de danger extrême qui comprenaient une menace de mort pour le sujet ou des personnes qui lui étaient proches (en France, ce sont les psychiatres militaires, comme Barois, qui ont théorisé cette notion de "traumatisme", maintenant mise un peu à toutes les sauces).

                        La question était donc: pourquoi eux et pas les autres? Et de rechercher des "facteurs de protection" chez les individus.

                        Au départ, on cherchait surtout des facteurs individuels (bonne estime de soi, capacité à élaborer, confiance dans les autres...).
                        Puis on s'est mis à découvrir aussi des facteurs familiaux - et on parle d'ailleurs maintenant de "résilience familiale" (climat d'affection, de support mutuel, bonne communication intrafamiliale...).
                        Et enfin, on a admis l'importance tout aussi grande des facteurs de soutien plus externes (milieux social plus ou moins favorable, conditions socio-économiques, personnes "aidantes" dans l'entourage: professeurs, amis, soignants...).

                        C'est donc la possibilité de trouver, mais aussi de tisser, tout un réseau d'aide autour de soi qui semble primordial, ce que je trouve très positif comme perspective.

                        Commentaire


                          #13
                          Re : résilience???

                          Envoyé par Winnie
                          Bonsoir,


                          .
                          Bonsoir à vous toutes et tous,

                          Je v ous rmercie por vos aimables réponses.

                          Bonne nuit,
                          Je me lève très tôt...
                          Dernière modification par fti/pte6yru, 27/06/2006, 21h08.

                          Commentaire


                            #14
                            Re : résilience???

                            Envoyé par Winnie
                            Bonsoir,


                            Cyrulnik a toujours dit qu'il n'avait pas la paternité du terme
                            Il l'a théorisé et cela correspond en effet, au départ, à son expérience des camps et au fait que certains déportés, et pas d'autres, ont pu reprendre le cours de leur vie - continuer leur chemin avec une blessure qui restera mais qui est excentrée par rapport à la personne (la personne ne reste pas "fixée" dessus, elle l'a intégrée à sa vie).

                            C'est en lien avec toute la théorie du trauma qui ne concernait, au départ, que les situations de danger extrême qui comprenaient une menace de mort pour le sujet ou des personnes qui lui étaient proches (en France, ce sont les psychiatres militaires, comme Barois, qui ont théorisé cette notion de "traumatisme", maintenant mise un peu à toutes les sauces).

                            La question était donc: pourquoi eux et pas les autres? Et de rechercher des "facteurs de protection" chez les individus.

                            Au départ, on cherchait surtout des facteurs individuels (bonne estime de soi, capacité à élaborer, confiance dans les autres...).
                            Puis on s'est mis à découvrir aussi des facteurs familiaux - et on parle d'ailleurs maintenant de "résilience familiale" (climat d'affection, de support mutuel, bonne communication intrafamiliale...).
                            Et enfin, on a admis l'importance tout aussi grande des facteurs de soutien plus externes (milieux social plus ou moins favorable, conditions socio-économiques, personnes "aidantes" dans l'entourage: professeurs, amis, soignants...).

                            C'est donc la possibilité de trouver, mais aussi de tisser, tout un réseau d'aide autour de soi qui semble primordial, ce que je trouve très positif comme perspective.

                            Très intéressant, merci de ce complément.

                            Commentaire


                              #15
                              Re : résilience???

                              Envoyé par alice-elicec
                              Très intéressant, merci de ce complément.
                              Bonjour,

                              Je repense aux traumatismes que certaines personnes dont moi ont.

                              Je remonte ce thème pas à la mode qui me parait plus adapté que d'autres sur les traumatismes, car il s'agit là de résilience qui me concerne et à laquelle j'aspire plus pleinement.
                              Je pense notamment au deuil de la vie que j'ai vécu jusqu'à là que je continue à faire, c'est assez long, mais j'avance.
                              Tout ça dans le but de la séparation de ma psy et de moi. Je ne sais pas combien il me reste à faire.

                              Que pensez-vous de cette conférence:
                              https://www.youtube.com/watch?v=rd13inJYbQk

                              Définition de l' EMDR:
                              http://www.emdr-france.org/web/quest-therapie-emdr/

                              Lien qui propose une séance d'EMDR:

                              https://www.youtube.com/watch?v=AxQMnpxNGTw

                              Il m'a aidé à associer les mots en repartant sur des traumas secondaires et donc m'a permis d'avancer et de retrouver indirectement les traumatismes que j'ai eu étant jeune et que j'avais refoulé.
                              Dernière modification par Gakoun, 07/01/2018, 12h10.

                              Commentaire

                              Chargement...
                              X