Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Rapport de l’INSERM - désaveu du Ministre, réactions des professionnels

Réduire
X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

    Rapport de l’INSERM - désaveu du Ministre, réactions des professionnels

    Bonjour,

    réaction des usagers des psychothérapies à la décision du Ministre de la Santé Publique, Monsieur Douste-Blazy, de censurer le rapport de l'INSERM :


    http://vdrp.chez.tiscali.fr/Mythologie2.html


    Où le cher Ministre baisse encore la culotte...

    #2
    Re : Censure du rapport de l'INSERM, les usagers réagissent

    Bonjour François,

    Avant de lancer un débat, l'idéal serait que tu poses clairement le problème.

    Quelle décision a été prise par le Ministre ?

    De quelle censure s'agit-il ?

    Peux-tu nous donner l'information exacte, avec sa source ?

    Cordialement,

    Pandore
    Pandore

    « Les mots sont des planches jetées sur des abîmes, avec lesquelles nous traversons l’espace d’une pensée...»
    Paul Valéry



    Commentaire


      #3
      Re : Censure du rapport de l'INSERM

      Voilà l'article du Monde qui donne les sources de l'information :

      "Psys": l'Inserm se dit "choqué" par le désaveu du ministre

      LE MONDE | 09.02.05 | 14h13

      Balayée , enterrée. Le ministre de la santé ne veut plus entendre parler de l'expertise collective de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) consacrée à l'évaluation des psychothérapies. C'est devant ceux qui avaient le plus combattu ce travail de recherche - les psychanalystes du Forum des psys - que Philippe Douste-Blazy a annoncé, samedi 5 février, qu'il avait fait retirer du site Internet de son ministère ce rapport dont "le contenu et la promotion vous ont particulièrement offensés" (Le Monde du 8 février).

      De mémoire de chercheur, c'est la première fois qu'un ministre de la santé conteste une expertise collective menée pendant près de deux ans par un organisme public, l'Inserm, à la demande de la direction générale de la santé (DGS). Lors de sa publication, en février 2004, la DGS avait d'ailleurs reconnu qu'il s'agissait d'un "bon travail".

      "Je suis très étonnée et assez scandalisée par cette réaction. Nous avons travaillé comme d'habitude, en demandant à un groupe d'experts reconnus de mener une analyse critique rigoureuse de la littérature scientifique internationale consacrée à l'évaluation des psychothérapies", explique Jeanne Etiemble, directrice du centre d'expertise collective de l'Inserm.

      Les résultats de cette étude - qui montrent que les thérapies cognitivo-comportementale (TCC) sont celles qui ont le plus fait la preuve de leur efficacité - avaient heurté une partie de la profession (Le Monde du 26 février 2004). "Ce que nous avons surtout recommandé, c'est de promouvoir les évaluations", précise Olivier Canceil, psychiatre au centre hospitalier Sainte-Anne, à Paris, et membre du groupe d'experts de l'Inserm.

      Philippe Douste-Blazy a donc choisi de désavouer une expertise scientifique. En cette période de crise de la psychiatrie publique et de promesses ministérielles d'une nouvelle politique en faveur de la santé mentale, le ministre a préféré aller au-devant des critiques. "Dénigrer le rapport de l'Inserm, c'était le prix à payer pour que les plus contestataires de la profession ne polémiquent pas sur le plan santé mentale", décrypte un connaisseur du dossier.

      "En prenant cette position, le ministre ne rend pas service à la profession, estime Jeanne Etiemble. Il faut informer les professionnels de santé et les patients sur le bilan des connaissances et ouvrir l'offre de soins." "A moins de dire que la littérature scientifique internationale ne vaut rien, sur quoi se fonde le ministre pour critiquer le rapport ?", s'interroge le neuropsychiatre Jean Cottraux, l'un des experts de l'Inserm, qui se dit "choqué" par cette attaque.

      Sandrine Blanchard


      ARTICLE PARU DANS L'EDITION DU 10.02.05
      Dernière modification par Pandore, 14/02/2005, 16h41. Motif: mise en forme
      Pandore

      « Les mots sont des planches jetées sur des abîmes, avec lesquelles nous traversons l’espace d’une pensée...»
      Paul Valéry



      Commentaire


        #4
        Re : Censure du rapport de l'INSERM, les usagers réagissent

        Envoyé par Pandore
        Bonjour François,

        Avant de lancer un débat, l'idéal serait que tu poses clairement le problème.

        Quelle décision a été prise par le Ministre ?

        De quelle censure s'agit-il ?

        Peux-tu nous donner l'information exacte, avec sa source ?

        Cordialement,

        Pandore
        Bonjour Pandore,

        oui, désolé, je pensais que l'info était connue de tous et ai zappé cet élément primordial.

        Commentaire


          #5
          Re : Censure du rapport de l'INSERM, les usagers réagissent

          Ce n'est pas le seul élément que tu as zappé.

          Quand tu écris "les usagers des psychothérapies réagissent", as-tu vérifié à la source que les associations signataires du manifeste dont tu donnes le lien sont réellement des associations d'usagers au vrai sens du terme (c'est à dire exclusivement composées d'usagers) ?

          Attention aux manipulations de toutes espèces et de tous bords ! le dossier des psychothérapies est un dossier chaud-bouillant, les décrets d'application pour l'usage du titre de psychothérapeute ne sont pas encore sortis, et il y a de gros enjeux financiers à la clé de tout ce battage (comme par exemple le remboursement ou le non-remboursement par l'assurance maladie et les mutuelles de psychothérapies menées par des non-médecins).

          Pour conclure je rappelle que le la discussion Atoute complète sur le rapport de l'INSERM est en lecture ici : http://www.atoute.org/dcforum/DCForumID5/6797.html

          Cordialement,
          Pandore

          « Les mots sont des planches jetées sur des abîmes, avec lesquelles nous traversons l’espace d’une pensée...»
          Paul Valéry



          Commentaire


            #6
            Re : Censure du rapport de l'INSERM, les usagers réagissent

            Envoyé par Pandore
            Ce n'est pas le seul élément que tu as zappé.

            Quand tu écris "les usagers des psychothérapies réagissent", as-tu vérifié à la source que les associations signataires du manifeste dont tu donnes le lien sont réellement des associations d'usagers au vrai sens du terme (c'est à dire exclusivement composées d'usagers) ?

            Attention aux manipulations de toutes espèces et de tous bords ! le dossier des psychothérapies est un dossier chaud-bouillant, les décrets d'application pour l'usage du titre de psychothérapeute ne sont pas encore sortis, et il y a de gros enjeux financiers à la clé de tout ce battage (comme par exemple le remboursement ou le non-remboursement par l'assurance maladie et les mutuelles de psychothérapies menées par des non-médecins).

            Pour conclure je rappelle que le la discussion Atoute complète sur le rapport de l'INSERM est en lecture ici : http://www.atoute.org/dcforum/DCForumID5/6797.html

            Cordialement,
            Pour qui s'interesse un tant soit peu à la question psy connait ces associations (et était au courant de cette information). La manipulation n'est sans doute pas du coté qu'on croit, mais davantage venant du monde de la psychanalyse qui a réussit son coup de lobbying intensif.

            La France reste un des seuls pays faisant encore la part belle aux psychanalystes, alors que leur pratique n'a jamais fait la preuve de quoi que ce soit, et dont le créateur fut l'un des plus grand menteur du siècle dernier.

            Mais, tout comme pour la demande d'un non remboursement total de l'homéopathie par l'Académie de Médecine consciente qu'il s'agit d'une pratique d'un autre âge, Douste-Blazy agit en bon démago et politicard, mais pas en tant scientifique ni médecin, la rationnalité cédant une fois de plus devant le nombre (et les voix) sans apporter ne serait-ce que le début d'une critique sensée du rapport en question (il en était de même pour l'homéopathie).

            http://www.lemonde.fr/web/article/0,...-397432,0.html

            http://www.lemonde.fr/web/article/0,...-397170,0.html

            http://www.lefigaro.fr/sciences/20050209.FIG0376.html

            Bref, du grand n'importe quoi !

            Commentaire


              #7
              Re : Censure du rapport de l'INSERM, les usagers réagissent

              Bonsoir,

              François et vous tous ici.. lire à ce sujet un bouquin "scotchant" et fabuleusement documenté de Jacques Bénesteau : Mensonges Freudiens; histoire d'une désinformation séculaire chez Mardaga. A couper le souffle ! Que Douste ait osé faire fi du rapport de l'Inserm face aux lacaniens verbeux qui ne devraient plus avoir cours qu'en curiosité philosophique de terminale, est une honte totale qui signe encore cette fameuse "exception française" qu'on ferait bien de zapper une bonne fois pour toutes !
              Les thérapies cognitivo-comportementales sont et demeurent les véritables outils efficaces face aux grandes névroses de notre siècle sur-stressé et incapable de diagnostiquer des pathologies dont on découvrira l'origine biologique dans les années qui viennent...

              Les neuro-sciences en force !!

              Commentaire


                #8
                Re : Censure du rapport de l'INSERM, les usagers réagissent

                Bonjour Agnès,

                Envoyé par agnès
                Les thérapies cognitivo-comportementales sont et demeurent les véritables outils efficaces face aux grandes névroses de notre siècle sur-stressé et incapable de diagnostiquer des pathologies dont on découvrira l'origine biologique dans les années qui viennent...
                J'ai toujours eu du mal avec les propos extrémistes, que ce soit dans un sens ou dans l'autre.

                Nous sommes d'abord un tout, un corps et un esprit qui ne se dissocient pas. Une bonne majorité de pathologies psys, trouvent leur origine dans des causes pluralistes, de l'ordre du bio, psycho, social, etc. Une approche biologique des névroses, qui ne tiendrait pas du tout compte de l'aspect psycho, social, éducationnel, et de l'histoire personnelle de l'individu, c'est faire fausse route.

                Les approches de soins, dans les pathologies psys, comprennent de plus en plus une approche multi. Beaucoup de soins fournis, comprennent à la fois un traitement médicamenteux, lorsque nécéssaire (dans le traitement de plusieurs maladies mentales, les médicaments sont nécéssaires), ainsi qu'une approche psychothérapeutique (parfois comportementale, psychanalytique, systémique, ou autre).

                Balayer du revers de la main, toutes les théories et les thérapies d'origines psychanalytiques, c'est aussi exagéré, que de ne croire qu'à cela, que de ne jurer que par la psychanalyse.

                La journée où on balayera complètement de la carte les approches psychanalytiques, de même que si on ferait cela avec l'une ou l'autre des approches existantes, (comportementales, humanistes, etc.) je crois qu'on ne sera pas dans le progrès, mais dans la régression des connaissances, et dans la limitation des possibilités thérapeutiques.
                Aloès
                ex-modératrice de Santé Psy

                Commentaire


                  #9
                  Re : Censure du rapport de l'INSERM, les usagers réagissent

                  Bonjour à tous,


                  Aloès, je suis complètement d'accord avec toi sur le fond.


                  Concernant la forme, je précise que ce forum a pour vocation d'apporter des informations médicales à ceux qui cherchent une aide pour s'orienter dans leur parcours de soins.


                  Pour lancer une discussion, il est nécessaire de poser le débat clairement, avec éventuellement un petit historique, en remettant les liens d’anciennes discussions ou d’articles de presse.


                  Quand on veut apporter une information aux autres, il faut essayer de la rendre intelligible au plus grand nombre en faisant un texte clair, en exposant des faits de manière résumée. Il faut également veiller à citer les sources (site internet avec l'adresse précise, référence de livre avec auteur et éditeur). On peut prendre modèle par exemple sur le message de Luc ici http://www.atoute.org/n/forum/showpost.php?p=8181&postcount=1


                  Il est intéressant aussi d’éclairer les autres à partir de son vécu personnel et de son expérience d’une pathologie, en l’exposant de manière sensible, et en expliquant bien « d’où on parle », c'est-à-dire en quoi on est concerné par le sujet : est-ce que c’est notre histoire personnelle, l’histoire d’un proche, etc…


                  A partir de là, toutes les opinions sont recevables, mais encore faut-il que le lecteur qui arrive de but en blanc sur le forum sache de quoi il retourne.


                  Si ces consignes sur la forme ne sont pas respectées, ce forum ne sera qu’un forum « café du commerce » de plus, et ce n’est pas sa vocation : il y en a suffisamment sur internet.


                  Pour ceux qui souhaitent discuter de psychologie à bâtons rompus, je conseillerai plutôt d’autres forums :
                  http://forum.doctissimo.fr/psychologie/liste_categorie.htm
                  http://groups.google.fr/groups?hl=fr&lr=&ie=UTF-8&group=fr.sci.psychologie
                  http://groups.google.fr/groups?hl=fr&lr=&ie=UTF-8&group=fr.sci.psychanalyse


                  Cordialement,
                  Dernière modification par Pandore, 17/02/2005, 06h36. Motif: espaces en trop
                  Pandore

                  « Les mots sont des planches jetées sur des abîmes, avec lesquelles nous traversons l’espace d’une pensée...»
                  Paul Valéry



                  Commentaire


                    #10
                    Re : Censure du rapport de l'INSERM, les usagers réagissent

                    Envoyé par Aloes
                    Bonjour Agnès,

                    Bonjour,

                    La journée où on balayera complètement de la carte les approches psychanalytiques, de même que si on ferait cela avec l'une ou l'autre des approches existantes, (comportementales, humanistes, etc.) je crois qu'on ne sera pas dans le progrès, mais dans la régression des connaissances, et dans la limitation des possibilités thérapeutiques.
                    Je suis d'accord avec le fait que la violence des propos, d'un côté ou d'un autre ne fait pas avancer le débat, mais au contraire braque les partisans de l'un ou l'autre point de vue. Mais le fait est qu'un minimum de connaissance du sujet qu'on désire entretenir est nécessaire au risque de ne faire étalage que de truismes ou de propos gratuits et inutiles.

                    Des personnes comme Jacques Van Rillaer , par exemple, savent de quoi elles parlent pour avoir pratiqué la psychanalyse freudienne pendant 10 ans, en connaissent tous les tenants et les aboutissants, pour pouvoir en faire une critique fondée et argumentée dans ses livres, et l'avoir définitivement abandonnée.

                    Quiconque veut en savoir plus sur la psychanalyse, cherchera à en connaitre les fondements, et notamment celui qui est derrière, pour avoir un avis éclairé et comprendre qu'elle relève plus du mythe et du propos gratuit que de l'expérimentation. Cherchera à savoir où en est la recherche actuelle dans ce domaine (si elle existe). Mais dans ce petit monde, la critique est interdite au risque d'être taxé manu militari de "détracteur".

                    Enfin, comme le dit Agnés, sans doute maladroitement, la psychologie scientifique (scientifique ne veut pas dire "chimique", terme mal connu et souvent galvaudé par le public, les TCC sont une approche scientifique de la question psychologique) et les neurosciences sont un domaine neuf, qui commencent à devenir scientifiques et expérimentales. Or quand on voit le nombre de thérapies délirantes se réclamant du domaine "psy", on ne peut que faire une comparaison avec les pseudo-médecines pratiquées autrefois qui se réclamaient de la médecine il y a 100 ans, revendiquant une efficacité depuis balayée par l'expérimentation réelle et les nouvelles méthodes d'évaluation, et auxquelles personne de sensé ne reviendrait.
                    Dernière modification par François, 17/02/2005, 11h34. Motif: j'ai oublié de dire Bonjour, et Dr Dupagne va m'engueuler :-)

                    Commentaire


                      #11
                      Re : Censure du rapport de l'INSERM, les usagers réagissent

                      Envoyé par Pandore
                      Bonjour à tous,

                      Aloès, je suis complètement d'accord avec toi sur le fond.

                      Concernant la forme, je précise que ce forum a pour vocation d'apporter des informations médicales à ceux qui cherchent une aide pour s'orienter dans leur parcours de soins.
                      Bonjour,

                      Attention tout de même à l'aide que vous compter "apporter", car vous risquez fort de ne pas être plus compétent que moi pour pouvoir diagnostiquer et orienter qui que ce soit vers telle ou telle psychothérapie, surtout si vous ne la connaissez que superficiellement, et aussi parce que vous n'êtes pas médecin ni psychologue, ni en présence de votre interlocuteur, dans les conditions requises pour ce faire

                      Commentaire


                        #12
                        Re : Censure du rapport de l'INSERM, les usagers réagissent

                        Bonjour François,

                        Comme j'ai essayé de te l'expliquer dans mon précédent message, à défaut de nous apporter une information claire et concise, il serait au moins intéressant pour tous de savoir un peu "d'où tu parles".

                        Ici, sur Santé Psy, nous nous exprimons à partir de notre expérience personnelle, nous nous dévoilons beaucoup, à nos risques et périls... Il nous est agréable que les personnes qui postent expriment également un peu de leur vécu, sans quoi les discussions ne seront que des étalages de points de vue, sans réel échange.

                        Cordialement,
                        Pandore

                        « Les mots sont des planches jetées sur des abîmes, avec lesquelles nous traversons l’espace d’une pensée...»
                        Paul Valéry



                        Commentaire


                          #13
                          Re : Censure du rapport de l'INSERM, les usagers réagissent

                          Envoyé par Pandore
                          Bonjour François,

                          Comme j'ai essayé de te l'expliquer dans mon précédent message, à défaut de nous apporter une information claire et concise, il serait au moins intéressant pour tous de savoir un peu "d'où tu parles".
                          ... de mon bureau

                          Pour le reste, je considère qu'un témoignage de son vécu n'est que personnel, qu'il ne peut se généraliser à toute la communauté, et qu'il n'a pas vocation à le devenir. En conséquence, hormis son caractère plaisant, je n'en vois pas trop l'intérêt (sinon pour le psy formé qui connait son "sujet"), bien que je comprenne que certains en aient fortement besoin.

                          Un échange cependant est bien la confrontation de différents point de vue, un minimum argumentés, reposant si possible sur des faits.

                          Mais je crois comprendre que la charte de ce forum ne me conviendra pas s'il ne repose que sur des conjectures et des "expériences personnelles", sachant que vous même ne pourrez rien faire de ce matériau brut pour en tirer quoi que ce soit de derrière votre écran. Contrairement à la psychanalyse : on ne devient pas psychologue, ni compétent en psychologie, parce qu'on consulte ou parce que qu'on a consulté soi-même un psy.

                          Commentaire


                            #14
                            Re : Censure du rapport de l'INSERM, les usagers réagissent

                            Il est effectivement possible que ce forum ne te convienne pas. Il convient surtout soit à des personnes qui recherchent de l'aide, soit à ceux qui souhaitent communiquer leur expérience.

                            Il existe quantité d'autres forums sur internet, je suis certaine que tu pourras trouver facilement chaussure à son pied .

                            Cordialement,
                            Pandore

                            « Les mots sont des planches jetées sur des abîmes, avec lesquelles nous traversons l’espace d’une pensée...»
                            Paul Valéry



                            Commentaire


                              #15
                              Re : Censure du rapport de l'INSERM, les usagers réagissent

                              Bonjour à tous..

                              Revenons dans la ligne de mire, à savoir le sujet de la discussion sur la censure du rapport de l'inserm, et ne dissipons pas nos forces et nos énergies à des amertumes un peu débilitantes... Cela dit, Pandore, je ne vois pas en quoi le sujet même de ce topic pourrait éventuellement aider un éventuel usager puisqu'il est à mon sens plus politique que psycho/psychanalytique... Mais si l'état a désormais rompu ses liens avec l'église, c'était sans doute pour mieux tomber dans les bras d'une autre forme de croyance : le freudisme !
                              Il est hélàs incontournable en France et il n'est pas un politicien, aussi verreux soit-il, qui n'est pas son "conseiller" perso en la matière pour prendre la moindre des décisions. En l'occurence, Douste-Blazy qui déjeune chaque semaine avec Jacques Alain Miller bénéficie du meilleur d'entre eux et ça se voit !!
                              Le rapport de l'inserm était fondamental parce qu'il venait évaluer clairement l'EFFICACITE des psychothérapies, quelles qu'elles soient. Il s'est avéré que les psychothérapies d'inspiration freudienne n'avaient pas ou très peu d'efficacité voire même pouvaient être dangereuses dans de nombreux cas... Mais quand un pays élève la psychanalyse au rang de culture et de mode de pensée, comment peut-elle effacer les traces d'une telle méprise ?? En zappant tout bonnement l'objet du délit : exit le rapport qui fait désordre. J'ose simplement espérer que la pression des usagers et de leurs familles sera suffisamment puissante pour que lumière se fasse et que la France (et l'Argentine) ne soit pas la risée de tous les pays industrialisés qui ont tourné le dos aux sornettes viennoises depuis au moins 30 ans...
                              Bonne fin de journée à vous.

                              Commentaire

                              Unconfigured Ad Widget

                              Réduire
                              Chargement...
                              X