Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

Réduire
X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

    Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

    Envoyé par Minou8
    Mais je ne suis pas le premier a etre l'objet de censure a tout va.
    Donc Minou semble appartenir à la gente masculine
    Le courage est une chose qui s'organise, qui vit et qui meurt, qu'il faut entretenir comme les fusils.

    André Malraux

    Commentaire


      Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

      Envoyé par minou8
      Avec les...(censuré) ....tu risque pas d'etre censuré...

      Mais je ne suis pas le premier a etre l'objet de censure a tout va.


      Et je suis d'accord avec le terme de dictature.

      de meme :


      C'est pas de moi

      C'est sur atoute.
      Hé Mimine...

      Le Dr Ashton a un beau lien dont tu devrais prendre connaissance...

      Un extrait..

      Vivre avec des symptômes de sevrage prolongés. Plusieurs personnes ont mentionné leur peur que certains symptômes puissent être permanents, dont elles ne guériraient pas complètement, surtout des symptômes associés au fonctionnement cognitif comme la mémoire et le raisonnement en plus des autres problèmes comme la douleur musculaire et les problèmes gastro-intestinaux.
      Vous pouvez être réassuré. Tout tend à prouver que les symptômes diminuent régulièrement presque toujours après le sevrage même si parfois une période assez longue peut être nécessaire, voire plusieurs années dans certains cas. La majorité des gens voient une diminution marquée avec le temps, habituellement loin des symptômes endurés au début du sevrage et qui vont presque tous disparaître. Toutes les études démontrent une grande amélioration dans les fonctions cognitives et tous les symptômes physiques. Même si les études n'ont pas dépassé une année, les résultats suggèrent une amélioration continue. Il n'y a absolument aucune évidence qui démontre que les benzodiazépines peuvent causer des dommages permanents au cerveau, au système nerveux ou à tout notre organisme.
      Les gens qui doivent endurer des symptômes prolongés peuvent s'aider en prenant soin d'eux. Par exemple, ils peuvent:
      1. Faire de l'exercice physique: L'exercice physique améliore la circulation sanguine par tout l'organisme, incluant le cerveau. Il faut trouver ce que l'on aime, commencer doucement et augmenter au fur et à mesure que l'on s'améliore. De plus, il faut s'exercer régulièrement car l'amélioration de tout notre organisme aide à combattre la dépression, à diminuer la fatigue et à obtenir une meilleure forme physique.
      2. Activer leur cerveau: Il faut utiliser son cerveau en appliquant des méthodes qui améliorent l'efficacité de celui-ci: faire des listes, faire des mots croisés, et surtout trouver ce qui nous dérange le plus car nous pouvons toujours améliorer une situation dérangeante temporairement. Cette manière de fonctionner permet de compenser pour les manques cognitifs temporaires.
      3. Augmenter son intérêt: Chercher à apprendre quelque chose de nouveau qui oblige le cerveau à travailler en augmentant la motivation et l'intérêt pour autre chose tout en vous distrayant de vos symptômes.
      4. Se calmer: Il faut surtout éviter de s'en faire. S'inquiéter, avoir peur et être nerveux augmente les symptômes de sevrage. Plusieurs de ces symptômes sont dus à l'anxiété seulement et non à des problèmes au cerveau ou du système nerveux. Les gens qui ont peur du sevrage ont parfois une plus grande intensité de symptômes que ceux pour qui le sevrage se vit au fur et à mesure des jours sans s'en faire et qui ont confiance dans leur guérison.
      As-tu fait ces choses pour t'aider... Tu cites souvent ce Docteur...

      J'ai lu son lien car j'ai de très bonnes connaissances pharmacologiques... de physiologie, de psychologie... et je prends une médication...

      D'après son site... elle parle de possibilité. Mais pas de majorité...

      Faut relativiser Mimine!

      M.
      Un pas à la fois...

      Commentaire


        Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

        Envoyé par ravel
        Donc Minou semble appartenir à la gente masculine

        Toi... tu a fait des études de médecine... ... au minimum...


        mais :...????
        Dernière modification par minou8, 01/02/2008, 01h27.

        Commentaire


          Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

          Envoyé par minou8
          L'atarax (comme le theralene qui est un neuroleptique) est un antihistaminique et n'est pas une benzos (je n'ai jamais dis le contraire !) mais provoque egalement de la dependance. C'est donc bien passé d'une dependance a une autre.
          Les conseils du professeur Asthon sont : un sevrage lent sans passé par une autre molécule.

          Il est beaucoup plus difficile d'effectuer un sevrage aux benzodiazépines qu'a l'alcool ou a l'héroïne.
          En fait le Dr Ashton, préconise les AD pour limiter la dépression reliée au sevrage

          Extrait:
          LES MÉDICAMENTS SUPPLÉMENTAIRES DURANT LE SEVRAGE D'UNE BENZODIAZÉPINE

          Cependant, il existe des drogues qui peuvent contrôler des symptômes particuliers du sevrage et qui demandent à être considérées dans certaines situations bien que non recommandables pour un usage régulier. Habituellement, elles ne seront administrées que temporairement mais elles peuvent parfois faciliter une situation difficile et permettre au patient de poursuivre le programme de sevrage.
          Les antidépresseurs. Les antidépresseurs sont les drogues les plus importantes à ajouter durant un sevrage. Comme mentionné auparavant, la dépression peut devenir un problème réel au cours du sevrage et peut parfois être si sévère, qu'elle peut poser un risque de suicide, bien que ce soit rare lors d'une diminution lente et progressive. Comme dans toute dépression, la dépression lors du sevrage réagit aux médicaments antidépresseurs et est probablement causée par les mêmes modifications chimiques du cerveau. Ensemble, les antidépresseurs "ancienne mode" (doxepine [Sinéquan], amitriptyline [Elavil]) et les inhibiteurs du rebond de la sérotonine sélective (SSRIs; fluoxétine [Prozac], paroxétine [Paxil, Déroxat]) peuvent être effectifs et un médicament antidépresseur peut être prescrit si la dépression est sévère. Il existe une école de pensée, surtout parmi les anciens ex-utilisateurs des tranquillisants, qui est opposée à l'absorption de d'autres médicaments pendant le sevrage. Mais on a enregistré des suicides lors de plusieurs essais cliniques du sevrage d'une benzodiazépine. Si une dépression est diagnostiquée sévère au cours du sevrage d'une benzodiazépine comme dans toute autre situation, cela serait de la folie de ne pas la traiter.

          Faut faire tes devoirs mieux que ça... Le Docteur Ashton n'en sera pas contente si tu continues à lui faire dire des conneries
          Un pas à la fois...

          Commentaire


            Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

            Le Dr Ashton a un beau lien dont tu devrais prendre connaissance...
            Ah bon...tu crois ?

            Commentaire


              Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

              Envoyé par minou8
              ...

              En ce qui te concerne je te conseil (sans être médecin ni 'avoir aucune formation médical) un sevrage lent, plus tot tu l'entreprendras moins celui-ci sera difficile et moins ce sera long en cas de syndrome prolongé.
              Pour t'aider dans cette démarche, il y a un manuel qui devrait bien t'informer, c'est le manuel du professeur Ashton :
              http://www.benzo.org.uk/freman/bzcha03.htm

              ...
              Je tire mes extraits d'un lien que tu as emmené ici, n'oublies pas...
              Un pas à la fois...

              Commentaire


                Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                Ça y'est ... silence sur la ligne?
                Un pas à la fois...

                Commentaire


                  Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                  Envoyé par minouchette
                  En fait le Dr Ashton, préconise les AD pour limiter la dépression reliée au sevrage

                  Extrait:
                  LES MÉDICAMENTS SUPPLÉMENTAIRES DURANT LE SEVRAGE D'UNE BENZODIAZÉPINE

                  Cependant, il existe des drogues qui peuvent contrôler des symptômes particuliers du sevrage et qui demandent à être considérées dans certaines situations bien que non recommandables pour un usage régulier. Habituellement, elles ne seront administrées que temporairement mais elles peuvent parfois faciliter une situation difficile et permettre au patient de poursuivre le programme de sevrage.
                  Les antidépresseurs. Les antidépresseurs sont les drogues les plus importantes à ajouter durant un sevrage. Comme mentionné auparavant, la dépression peut devenir un problème réel au cours du sevrage et peut parfois être si sévère, qu'elle peut poser un risque de suicide, bien que ce soit rare lors d'une diminution lente et progressive. Comme dans toute dépression, la dépression lors du sevrage réagit aux médicaments antidépresseurs et est probablement causée par les mêmes modifications chimiques du cerveau. Ensemble, les antidépresseurs "ancienne mode" (doxepine [Sinéquan], amitriptyline [Elavil]) et les inhibiteurs du rebond de la sérotonine sélective (SSRIs; fluoxétine [Prozac], paroxétine [Paxil, Déroxat]) peuvent être effectifs et un médicament antidépresseur peut être prescrit si la dépression est sévère. Il existe une école de pensée, surtout parmi les anciens ex-utilisateurs des tranquillisants, qui est opposée à l'absorption de d'autres médicaments pendant le sevrage. Mais on a enregistré des suicides lors de plusieurs essais cliniques du sevrage d'une benzodiazépine. Si une dépression est diagnostiquée sévère au cours du sevrage d'une benzodiazépine comme dans toute autre situation, cela serait de la folie de ne pas la traiter.

                  Faut faire tes devoirs mieux que ça... Le Docteur Ashton n'en sera pas contente si tu continues à lui faire dire des conneries
                  salut m...aboule


                  La professeure Asthon force mon admiration et doit avoir plus de ... (boules) que toute la communauté médicale française réunie.

                  La traduction de madelon est exellente (encore une autre victime d'un syndrome prolongé de sevrage aux benzodiazépines).

                  Mais... mets toi a jour dans tes lectures sur les benzodiazépines...cela serait bien...

                  Cette traduction est une bible pour le sevrage mais elle date... et d'autres informations... et d'autres sources egalement, ont fait evolué les choses...

                  De plus, on sait maintenant que les antidepresseurs sont une vaste escrocrie, que ceux ci, en particulier les IRS, n'ont jamais agit sur la depression et elle ne pouvait pas le savoir au moment de l'ecriture de son manuel)


                  par exemple :


                  l'avis du fabriquant de l'antidepresseur ISRS Prosac :



                  "Considérant les avantages et les risques, nous pensons que cette préparation est totalement inadaptés pour le traitement de la dépression."


                  '- 25 mai 1984 la communication de Lilly Lilly US de Bad Homburg par B v.Keitz contenant une traduction non officielle d'un commentaire reçu des soins médicaux sur la Fluoxétine Application à la réglementation allemande.



                  traduction google du site du professeur david Healy
                  http://translate.google.com/translate?u=http://www.healyprozac.com/&langpair=en|fr&hl=fr&ie=UTF-8&oe=UTF-8&prev=/language_tools
                  orginal en anglais :
                  http://www.healyprozac.com/



                  ou

                  antidépresseur
                  http://cid-c74a0cfabf3a4232.spaces.live.com/


                  mais ce n'est pas le sujet ici.





                  Je rappel que la professeure Asthon est a la retraite depuis...au moins.

                  Elle continue malgres tout son combat...

                  Chapeau professeure!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! !!!!!!! et bravo!!!!!!!!!!!!!! vous etes une femme formidable!!!!!!!!!

                  On n'en a pas une seule (ni un seul d'ailleurs) en France !

                  Ceux que l'on a se batte pour empoisonné le plus possible...et ils sont tous CHAMPIONS DU MONDE TOUTE CATEGORIE INEGALABLE (personne ne peut les battre, ils ont 1000% d'avance)!!!!!!
                  Pour une fois qu'on est champion du monde...c'est pas la gloire !
                  Dernière modification par minou8, 03/02/2008, 05h42.

                  Commentaire


                    Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                    Envoyé par minou8
                    salut m...aboule


                    La professeure Asthon force mon admiration et doit avoir plus de ... (boules) que toute la communauté médicale française réunie.

                    La traduction de madelon est exellente (encore une victime d'un syndrome prolongé de sevrage aux benzodiazépines).

                    Mais... mets toi a jour dans tes lectures sur les benzodiazépines...cela serait bien...

                    Cette traduction est une bible pour le sevrage mais elle date... et d'autres informations... et d'autres sources egalement, ont fait evolué les choses...

                    Je rappel que la professeure Asthon est a la retraite depuis...au moins.

                    Elle continue malgres tout son combat...

                    Chapeau professeure!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! !!!!!!! et bravo!!!!!!!!!!!!!! vous etes une femme formidable!!!!!!!!!

                    On n'en a pas une seule (ni un seul d'ailleurs) en France !

                    Ceux que l'on a se batte pour empoisonné le plus possible...et ils sont tous CHAMPIONS DU MONDE TOUTE CATEGORIE INEGALABLE (personne ne peut les battre, il ont 1000% d'avance)!!!!!!
                    Pour une fois qu'on est champion du monde...c'est pas la gloire !
                    Mais as-tu suivi ses conseils pour t'aider... Je n'ai jamais dis qu'elle était conne... mais je voulais juste te montrer que même elle ne croit pas à tes pseudo-arguments... ne t'en déplaise...

                    M.
                    Un pas à la fois...

                    Commentaire


                      Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                      Envoyé par minouchette
                      Mais as-tu suivi ses conseils pour t'aider... Je n'ai jamais dis qu'elle était conne... mais je voulais juste te montrer que même elle ne croit pas à tes pseudo-arguments... ne t'en déplaise...

                      M.
                      salut maboule

                      J'ai fait surtout la connerie de ma vie (je ne connaissais pas Asthon) :

                      J'AI FAIT CONFIANCE AUX MEDECINS !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

                      et j'ai suivie leurs conseils a la lettre !

                      J'admet qu'il faut etre vraiment con : tu peus charger maboule c'est tout bon !!!!!!




                      NE FAITES JAMAIS CONFIANCE A UN MEDECIN !!!
                      Dernière modification par minou8, 01/02/2008, 05h09.

                      Commentaire


                        Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                        3 semaines que je prend du deroxat et presque plus de lexomil

                        les IRS fonctionne mimou8

                        vive les AD et les benzo

                        Commentaire


                          Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                          Envoyé par météore
                          3 semaines que je prend du deroxat et presque plus de lexomil

                          les IRS fonctionne mimou8

                          vive les AD et les benzo
                          Bonjour Meteore, oui, c'est ce que je me tue à dire à Minou, mais il a une lecture selective, nos messages encourageants, il fait comme s'ils n'existaient pas !

                          Commentaire


                            Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                            Envoyé par minou8
                            Mais ou qu'es t'y... ou qu'es t'y...



                            En France les "goulags" ont étés externalisés il y a de nombreuses années.
                            Et bien Minou, c'est à moi que tu ne réponds plus maintenant ? Tu ne veux pas expliquer c'est quoi pour toi, un "goulag" externalisé ?

                            Commentaire


                              Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                              Envoyé par Laurie
                              Bonjour Meteore, oui, c'est ce que je me tue à dire à Minou, mais il a une lecture selective, nos messages encourageants, il fait comme s'ils n'existaient pas !
                              Exactement ! C'est également ce que je lui disais hier mais elle a ignoré mon message
                              Ondine,
                              Modératrice "très patiente" de Santé-Psy.

                              "Science sans conscience n'est que ruine de l' âme."

                              Commentaire


                                Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                                Envoyé par minou8
                                On n'en a pas une seule (ni un seul d'ailleurs) en France !
                                alors pourquoi écrivais-tu le 2 octobre 2007
                                02/10/2007, 08h29 #12
                                minou8
                                syndrome prolongé sevrage



                                Date d'inscription: avril 2006
                                Localisation: est
                                Messages: 141


                                Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                                Le 1 octobre 2007 va faire date en France.
                                Un professeur de médecine français m'a déclare "Je vais vous aidez à faire reconnaître en France le syndrome prolongé de sevrage aux benzodiazépines, cela ne devrait pas posé de problême" "ainsi que les pratiques "....." dont vous avez été la victime"


                                Le courage est une chose qui s'organise, qui vit et qui meurt, qu'il faut entretenir comme les fusils.

                                André Malraux

                                Commentaire

                                Unconfigured Ad Widget

                                Réduire
                                Chargement...
                                X