Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Borderline V

Réduire
X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

    #31
    Re : Borderline V

    Envoyé par Castor
    Bonsoir Prima,

    je n'accepte pas cette idée.

    Je te lis depuis un certain temps. Tu as été adoptée. Tu as donc subi un abandon. Ta mère adoptive était dépressive ou je ne sais plus...

    Tu ne crois pas que tu as vécu suffisament de choses qui t'ont fait mal pour qu'il en reste des traces ?

    Moi, je ne crois pas que la souffrance vient de nulle part comme cela.

    Castor
    Bonsoir Castor

    Oui j'ai subi un abandon, mais je vais quand même pas en faire un fromage à vie !
    J'y pense rarement, parce que j'y ai déja tellement pensé...et ce qui est fou c'est que j'ai l'impression d'avoir réglé ça, parce que je pense avoir compris et pardonné.

    J'ai déja tellement à faire avec le présent que je ne veux pas me complaire dans le passé. Pas dans ce passé, en tout cas.

    C'est si vieux, tout ça...il y a prescription.

    Je pense que ma dépression est endogène parce qu'elle ne s'accompagne pas nécessairement d'idées noires : c'est devenu un état familier, tellement intégré que les symptômes me semblent plus physiques que mentaux. Et qu'elle n'a pas de cause dans le présent et le passé proche.

    Mais peut être que je me trompe de terme

    Désolée si je suis bavarde, en ce moment, mais ça sort, ça sort...direction imprimante et psy !

    Il y a autre chose, du même acabit qui me trotte en ce moment : la psy TCC m'a aussi diagnostiquée bipolaire. Je vais pas non plus en faire un fromage, mais je me questionne sur les up et les downs.

    Dites moi si ce questionnement vous semble stérile, mais je pense que les up apparaissent pour cacher un état dépressif, la déperso aussi. Les down seraient la "victoire" de l'état dépressif. Ca passe, je rechute, et hop un autre up.

    Ca ressemble à ça chez vous ?

    Vous savez quoi ? Je vais me coucher

    La peur n'évite pas le danger.








    Commentaire


      #32
      Re : Borderline V

      Bonne nuit Prima,

      tu auras ce message à ton réveil.

      Oui tu as bien compris ton passé et je te comprends de ne pas vouloir y laisser le pouvoir de te pourrir la vie.

      Tu l'as compris... mais probablement pas tout à fait intégré. Je veux dire que lorsque nous vivons quelque chose de trop dure... on met en place des mécanismes de défense... qu'on ne "désinstalle" pas nécéssairement lorsque la situation est comprise. Je veux dire que ce n'est pas nécéssairement parcequ'on rationnalise que le coeur suit...

      Tu débats pour te sentir en vie... vivante. Je soulève une hypothèse, mais est-ce à ce besoin qui te pousse à la défonce?
      Le sentiment de rejet que tu repousse... le repousses-tu par dissociation ou déperso?

      Je soulève ces question car ce sont mes moteurs à moi. On a pas le même vécu... donc pas nécéssairement vrai pour toi.

      Ta fatigue vient-elle de l'épuisement dûe à cette lutte perpétuelle?

      Tu sais que je t'aime fort hein ma belle?

      Minouchette
      Un pas à la fois...

      Commentaire


        #33
        Re : Borderline V

        Envoyé par Prima

        ... mais je me questionne sur les up et les downs.

        Dites moi si ce questionnement vous semble stérile, mais je pense que les up apparaissent pour cacher un état dépressif, la déperso aussi. Les down seraient la "victoire" de l'état dépressif. Ca passe, je rechute, et hop un autre up.

        Ca ressemble à ça chez vous ?

        Vous savez quoi ? Je vais me coucher

        OUI, OUI, OUI !

        Cette phrase décrit parfaitement ce que j'ai vécu pendant 23 ans !

        Tu as mis en mots ce que j'ai vécu si longtemps.

        Merci. Ca soulage de se savoir comprise et de savoir que l'on est pas seule,
        ( pas extraterrestre.)

        Alors toutes ces étiquettes : bi-po, névrose d'angoisse, d'abandon, cyclothimie, TPL, etc...

        C'est de la souffrance et de la lutte contre le vide, le néant qui nous habite. La peur de tomber !

        On est au coeur du trouble les filles. À nous toute, on va s'en sortir. A force que chacune et Mok, mettent son vécu, ses réalisations, ses réactions, on va comprendre, apprendre, accepter, mieux vivre.

        Ce soir je suis pleine d'espoir.

        Bisous Atoute et Mok
        Liza

        Commentaire


          #34
          Re : Borderline V

          Envoyé par minouchette

          ...lorsque nous vivons quelque chose de trop dure... on met en place des mécanismes de défense... qu'on ne "désinstalle" pas nécéssairement lorsque la situation est comprise. Je veux dire que ce n'est pas nécéssairement parce qu'on rationnalise que le coeur suit...

          Minouchette
          TOUT À FAIT Minouchette.

          Tu nous fais avancer pas possible. Tu me fais penser à une torpille humaine, ma belle. Et c'est un compliment !

          Tu fonces, tu défonces , tu te défonces et tu avances. Et tu nous aides toutes et tous à avancer dans ton sillage belle Minouche.

          Tes phrases, tes mots ; sont des pilliers sur lesquels on peut s'appuyer.

          Ca sert à ça d'être hypersensible et hyper-brillante : Tu as la générosité de partager.

          J'ai le goût de dire combien je me trouve privilégiée d'être ici, parmi vous, à lire, à m'exprimer, à évoluer.

          Vous êtes ma vraie famille de trippes, de sang et de galère.

          Bisous
          Liza

          Commentaire


            #35
            Re : Borderline V

            Envoyé par Lizanov
            TOUT À FAIT Minouchette.

            Tu nous fais avancer pas possible. Tu me fais penser à une torpille humaine, ma belle. Et c'est un compliment !

            Tu fonces, tu défonces , tu te défonces et tu avances. Et tu nous aides toutes et tous à avancer dans ton sillage belle Minouche.

            Tes phrases, tes mots ; sont des pilliers sur lesquels on peut s'appuyer.

            Ca sert à ça d'être hypersensible et hyper-brillante : Tu as la générosité de partager.

            J'ai le goût de dire combien je me trouve privilégiée d'être ici, parmi vous, à lire, à m'exprimer, à évoluer.

            Vous êtes ma vraie famille de trippes, de sang et de galère.

            Bisous
            Liza
            Bonjour ma belle Liza,

            je tiens à dire que je me sens aussi privilégiée d'être avec vous... vous me faites avancer chacune à votre façon. Toi tu es si douce et tellement gentille

            Je tiens beaucoup à toi,
            Je tiens beaucoup à vous tous et toutes...

            Je peux te dire Liza, que tu es très chaleureuse, ton sens de l'humour nous fais tous tordre à un moment ou un autre...

            Tu as une façon de dire les choses que tu sous-estime peut-être mais c'est toi la gardienne du Temple... tu te souviens

            Tu es un peu le ciment qui nous unis toutes...

            Gros câlin Liza!
            Minouchette
            Un pas à la fois...

            Commentaire


              #36
              Re : Borderline V

              Je veux simplement vous dire que je suis très heureuse d'être tombé sur ce forum!! C'est bon de vous lire, réconfortant... Cela me donne du courage pour aller de l'avant!! En vous lisant je me sens beaucoup moins seule... Wow! enfin un endroit où l'entraide existe...
              Merci à toute, je vous aime déjà

              Commentaire


                #37
                Re : Borderline V

                Envoyé par Castor
                Oui, mais pas seule. Il faut se faire accompagner pour se confronter aux blessures de notre enfance.

                Ce que Chamallow propose, je ne dis pas non, mais... pas seul. Faire remonter tous ses souvenirs et ses émotions sans psy, je trouve cela dangereux.

                Castor
                bonjour castor
                j'ai proposé des moyens à ma mesure: très tôt ( j'ai un souvenir précis : j'avais environ cinq ans ) j'ai senti que je devais renoncer à l'amour de ma mère, mon père était "terrifiant" alcoolo-parano,
                mon enfance c'est être transparente aux yeux de mon père, et essayer de plaire à ma mère, qui n'est jamais satisfaite, et pratique l'humiliation publique. je passe beaucoup de temps dehors, et seule, puis les livres. . .une muraille de livres. . . ce que je veux amener, c'est l'absolu manque de confiance en qui que ce soit, homme ou femme. .

                j'ai initié un travail thérapeutique, quand j'ai arrêté de boire, il y a deux ans, seule encore, comme le tabac, victoires dont je ne suis pas peu fière, et que je me ressers régulièrement, quand le doute de ma propre valeur me trouble

                pendant longtemps je me suis demandé pourquoi je n'avais rien fait avant, je m'en suis même voulue: je n'en étais pas capable, tout simplement
                pétrie d'orgueil aussi, je pensais je n'avais besoin de personne pour m'en sortir.
                de fait, j'ose maintenant demander de l'aide, dire que je ne vais pas bien, exprimer un ressenti, une émotion, j'apprends à recevoir, j'apprends à accepter de ne pas être vue, aussi. . j'avais un temps renoncé aux soins,
                je me disais que ça ne valait pas la peine, j'ai changé d'avis, et je fais le nécessaire pour continuer le mieux possible: j'ai le goût de la lumière, c'est droit devant, vers l'est

                Commentaire


                  #38
                  Re : Borderline V

                  Envoyé par minouchette
                  Je sais ce que tu veux dire Castor, mais parfois les souvenirs remontent sans qu'on y puisse rien, et se battre contre... en ce qui me concerne, m'épuise et augmente mon sentiment d'impuissance.

                  Je suis d'accord que seule, ce n'est pas l'idéal, mais une personne qui nous aime peut tout aussi bien nous appuyer. J'ai trouvé ici sur le forum, de même qu'en la personne de mon conjoint beaucoup de force pour surmonter tout ça.

                  Je me sens plus forte maintenant... le support psychologique, je n'y avait pas accès... on fait avec ce qu'on a, et je crois que les souvenirs reviennent en proportion de ce qui peut être affronté... je ne dis pas que ça se fait en toute facilité. Mais le support peut venir de toute personne de confiance.

                  Le soir de ma cassure, c'est mon chum qui était avec moi. Il se sentait impuissant, il ne savait pas réellement quoi faire, mais il a fait ce qu'il fallait. Il m'a supporté, est resté à mes côté, même si ce fut un spectacle atroce à regarder. Il m'a aimé et m'aime toujours...

                  C'est tout ce qu'il fallait, il m'a empêché de me détester en me démontrant de l'amour et de l'affection... me passait la main dans les cheveux, me lavait le dos pendant que je pleurait.

                  On ne choisit pas nos moyens... on fait avec... c'est tout. Pour moi c'est beaucoup plus dur de tout contenir, je me sens alors le cul posé sur une bombe... j'ai peur qu'elle n'explose. Je ne peux alors qu'essayer d'en comprendre le mécanisme pour pouvoir la désamorcer...

                  Je comprends bien ton inquiétude...
                  Je ne te critique pas... loin de là.

                  Mais parfois on a pas le choix... c'est tout... on y peut rien.

                  Minouchette
                  bonjour minouchette
                  ce que tu exprimes, de cette cassure, avec à tes côtés ton chum présent attentif, aimant, un peu dépassé me renvoie à ce que j'ai vécu cet été,
                  la boule de feu , la souffrance que je montre pour la première fois, à mon entourage: l'incompréhension totale , le doute, d'abord, le refus de voir, la peur dans les yeux,

                  j'ai vécu la dissociation un peu seule, je ne comprenais pas ce qui m'arrivait, je sentais qu'il y avait du monde autour de moi, des hésitations, et puis je suis revenue, doucement, et j'ai pu constater que l'on s'était adapté à la situation, je me voulais forte, apte à faire face à tout

                  je sais que je peux compter sur mes proches, en cas de défaillance. . par moment, j'ai des doutes, je l'oublie, mais c'est bien réel, et c'est bon. .
                  quelle meilleure preuve d'amour peut te donner ton chum, que sa présence à tes côtés dans ces moments là?

                  et puis, ce retour d'amour , c'est le germe d'une petite pousse que nous nous devons de faire grandir, comme nous le pouvons: l'estime de soi
                  tu es aimée pour ce que tu es, je le suis aussi
                  nous le sommes toutes et tous

                  Commentaire


                    #39
                    Re : Borderline V

                    bonjour prima, ton sentiment sur la dépersonnalisation et les phases up et down m'ont mises sur une piste, cette histoire de dépression, avec des dates assez précises, les troubles du sommeil, qui en sont un signe manifeste, merci pour ça
                    prima, j'ignorais une partie de ton histoire. . ça te rend encore plus précieuse, et plus chère à mes yeux: je te vois mieux encore. .
                    ta pétulance, ton endurance et ton goût pour la vie, et tout ce que tu mets en place pour aller mieux font augurer d'un beau demain pour toi
                    j'ai confiance pour toi, marche, avance à ta mesure,
                    merci pour ces partages, et cette vision d'ensemble, cette touche personnelle, que tu sais avoir pour chacune
                    aime toi comme tu sais aimer les autres, souris à ton miroir, regarde comme tu es belle
                    tu fais à trente ans ce que je fais à cinquante: tu vois le gain de temps?

                    Commentaire


                      #40
                      Re : La TCC de Prima

                      Envoyé par Castor
                      Bonsoir Bouh,

                      Puis-je te demander si tu as été adoptée ?

                      Lorsque ma fille a été hospitalisée après sa TS, il y avait dans son service une bonne proportion de jeunes adoptés.

                      Castor
                      Bonjour à tous.

                      non Castor... je n'ai pas été adoptée.. j'ai été abbandonnée par mes parents de façon lente et vicieuse... je te donne un exemple: quand j'ai eu mes gros problèmes... je me suis retrouvée à la rue avec mon chien.. j'ai tel à mon papa j'avais 24 ans.. je lui ai expliqué que toute mes affaires était dans ma voiture.. que je n'avais nul part ou aller.. j'étais à 10minutes de chez lui.. il m'a poliment répondu qu'il ne pouvait pas m'héberger pour X raisons.. je l'ai remercié tout de même.. peu m'importais car je savais au moment ou j'avais composé son numéro qu'il me dirait non.. mais l'espoir fait vivre.

                      Alors je dirais que le pire ce n'est pas ça.. le pire c'est qu'il ne m'a pas rappelé le soir pour savoir si j'allais bien.. ni le lendemain.. ni dans la semaine.. bref.. il ne m'a jamais rappelé.. ah si une année après.. pour mon anniversaire...

                      en bref.. ce qui me fait souffrir.. c'est qu'il fait style il m'aime.. mais il ne m'aime pas.. il s'en fiche de moi! ça fait tellement mal de savoir que mon papa ne m'aime plus comme avant... de savoir que sa femme est plus importante à ses yeux que moi! je ne saurais vous expliquer ma douleur!

                      Je sais que tout mes problèmes viennent de mes parents.. du départ de ma maman à mes 4 ans du remariage de mon père à mes 6 ans.. du déchirement de mon demi-frère enlevé lui aussi par sa maman.. etc..

                      Mais ce que je ne comprends pas.. c'est qu'aujourd'hui je vais bien.. je veux dire.. mon homme est là.. sa famille m'aime et m'a donné une place énorme dans leur vie.. alors pourquoi? pourquoi dans ma tête traine toujours cette grosse envie d'être aimé par ma famille? pourquoi je n'arrive pas à abbadonner cette idée?? ça me rend folle!

                      Qu'ils soient là ou non.. ils me feront toujours souffrir.. ils m'accompagnent dans ma vie.. alors qu'ils m'ont abbandonné! je suis consciente de tout ça.. mais je suis incapable de tourner cette foutue page!

                      Je torture mon homme par ma peur d'être à nouveau abbandonné. je passe mon temps à douter sur ma vie... sur son amour... sur mon avenir...

                      sincèrement je n'en peux plus! alors oui quelque chose s'est brisé en moi parce que je doute de m'en sortir un jour! alors à quoi bon? je devrais me torturer jusqu'à quand?

                      Je vous remercie à tous pour tout ce que vous m'apportez! pour me répondre encore malgré que je sois si défaitiste! de croire en moi.. pour moi! de me comprendre! je ne sais pas ce que je ferais sans vous!

                      en ce moment c'est pas la forme.. je n'arrive pas à centrer mes idées.. je devais faire des courses hier.. impossible.. quand je suis rentré dans le magasin.. je ne trouvais rien.. je tournais en vain dans les rayons.. çA ne m'ai jamais arrivé! je suis vraiment perdue! perdue. j'ai mal et j'ai peur mais en fait je m'en fiche! enfin non je veux dire je m'en fiche pas.. mais j'aimerais changer j'en ai marre de tourner en rond.. de croire avoir changé mais qu'à la moindre faille.. bahm tout revient! et + fort parfois!

                      j'aimerais me coucher dans mon lit.. et me réveiller quand j'irais mieux ou alors jamais! peu m'importe! mais là j'ai tellement mal! je comprends meme pas pourquoi j'ai mal! je suis vraiment nul je crois!

                      Commentaire


                        #41
                        Re : Borderline V

                        tiens c'est drôle.. je suis au travail là comme toute les semaines.. et je viens d'avoir un cri dans ma tête...

                        "ne me laisse pas seule" voilà ce qu'elle a crier!

                        c'est quoi?

                        non mais me dites pas là que je vire complètement tarré...

                        Commentaire


                          #42
                          Re : Borderline V

                          Bonjour,
                          Ce matin je suis désespéré et énérvé contre moi, je me dis que c'est à cause du fait que je ne travaille pas que je m'en veux ainsi, mais je ne sais pas si c'est ça, le résultat est le même (déséspéré) car je me rend compte que oui je n'aurais pas l'amour ainsi et c'est tout à fait normal, je suis en colère.

                          Commentaire


                            #43
                            Re : Borderline V

                            Bon la crise semble s'être tassée, voire être passée.
                            Mais je n'y suis pas pour grand chose ; cette fois, c'est lui a su agir en fonction, bravo à toi mon chéri..
                            Car oui, j'étais bien partie, décidée à devancer mes comportements odieux..
                            Envoyé par Prima
                            Tu vas lui dire que tu te sens devenir odieuse, et que ça fait partie du "truc" ? Je trouve ça bien, à double titre :
                            - tu anticipes suffisament pour sentir venir le (alors qu'avant tu te faisais avoir par la crise, non ? Enfin, moi c'était mon cas)
                            Ben là, j'ai senti venir la crise, je savais ce qu'il fallait faire, mais je n'ai pas eu l'envie de le faire, je voulais provoquer sa colère, le pousser à me rejeter..
                            - tu le formes en lui expliquant comment tu fonctionnes. Il va tâtonner, certainement, au début, et puis il va gérer sa douce furie

                            Mais je n'ai pas su. Au contraire, je l'ai harcelé lundi soir... Jusqu'à ce qu'il me cède (venir se coucher alors qu'i était sans sommeil)...
                            Et franchement, il a bien fait, car je le cherchais. S'il n'était pas venu, nous retombions encore dans une belle crise de violence à son égard.
                            Crise qui passe, mais qui risque de laisser des traces au fil du temps.
                            Et le lendemain, la colère était plus faible mais encore là, amère et éloignante.
                            On avait des rendez-vous le mardi matin. Je suis rentrée avant.
                            Et à son retour, l'amertume était au comble. Je ne le supportais plus.. Et suis allée me coucher, à moitié ivre de rage sourde.

                            Bon j'étais aussi fracassée de fatigue (très peu et très mauvais sommeil), et visiblement, le manque de sommeil me rend méchante et agressive.

                            A mon réveil 2h plus tard, le soulagement..
                            Lui qui n'avait rien fait la veille alors qu'en congé, ben là, avant d'aller bosser le soir, il avait étendu le linge, balayé le sol et fait la terrasse, la vaisselle, et rangé notre pagaille..


                            Ce n'est pas que je veuille un larbin, mais pour moi, ce sont des petites choses, que je n'avais même pas eu l'envie de lui demander (et que je lui reprochais), qui, faites de lui-même, sont pour moi de jolies preuves de respect et d'amour.

                            Je suis très fière de lui !

                            Mais je dois quand même apprendre à limiter les effets de mes crises si je ne veux pas l'épuiser et l'écoeurer petit à petit..
                            ------------------------------------------------------
                            C'était les chroniques Mariennes... Merci aux fidèles lecteurs/trices... La suite dans votre prochain numéro...

                            -----------------------------------------------------------
                            Bon courage à toutes celles et ceux dont je lis le désespoir ou le vide au fond d'eux...

                            Je m'en vais aider mon amie qui est à bout. Heureusement, elle craque le jour où j'ai retrouvé mon intégrité et peux être toute à elle.
                            Dernière modification par Milaine2, 30/01/2008, 12h11.
                            La tolérance n'est pas une concession que je fais à l'autre, mais la reconnaissance de principe qu'une part de la vérité m'échappe -Paul Ricoeur

                            Commentaire


                              #44
                              Re : Borderline V

                              Bonjour à tous

                              en lisant Milaine j'avais envie de crier ma joie de ne plus avoir de crises comme celles ci grace a l'Abilify

                              oh! médicament miracle qui dans mon cas me stabilise tellement
                              reste a soigner la dépression mais c'est déjà tellement bien

                              courage milaine si je comprend bien tu n'es plus sous traitement pour avoir un pitit alors il faut prendre patience et limiter les crises si tu les vois venir moi je partais crier toute ma haine dans ma voiture dans un coin isolé et ça marchais pas mal

                              bises

                              Commentaire


                                #45
                                Re : Borderline V

                                Mok.. tu ne vas pas recommencer hein!!!

                                allez courage!!! te laisses pas sombrer à nouveau!

                                Milaine.. c'est drôle comme je ressents ton vécu comme l'ayant moi même vécu! pffff ces foutues crises.. ce qu'on leur fait subir!!! cette ombre qui plâne au dessus du couple pendant des heures voir des jours.. cette ombre qui nous fait encore plus de mal..

                                ça me fait mal de dire ça.. mais çA me fait du bien de voir que je ne suis pas la seule.. le soucis est que j'ai découvert mon mal profond il y a peu... et je ne sais pas si mon homme saura tenir encore longtemps!

                                Hier soir c'était son anniversaire.. j'étais mal.. j'ai jouer ma comédie.. mais à un moment je n'en pouvais plus.. et je lui ai balancer mon fameux: "je sais que tu vas me trouver stupide mais.. je sens que tu ne m'aimes plus.."

                                Il a soufflé très fort.. à écarter ses bras en grand.. et m'a dit: "viens la ma chérie.. bien sur que Je t'aime.. qu'est-ce qui te fait encore pensé comme çA ce soir?" tout en me cajolant... pendant que je sanglotais...

                                alors tout est allé mieux l'espace de quelque minute.. mais une demie heure après.. je continuais ma crise.. je faisais la moue.. je me suis arrêter de vivre.. j'ai pleurer.. j'ai douter... j'ai fait à manger dans la détresse la plus totale...

                                et puis tout s'est calmé vers 10h30 quand nous avons rigoler sur le "willy waller" sur le net... et tout allait mieux.. et puis ce matin je me réveil avec ce sac si lourd.. avec ce doute si profond.. à me dire qu'il ne m'aime plus cette fois.. mais j'ai souris.. je lui ai souhaiter une bonne journée.. et je suis partie.. comme si tout allait si bien!

                                Mais pourquoi?! je suis si triste le coeur nouée par la tristesse c'est affeux!

                                Commentaire

                                Chargement...
                                X