Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Arrêt maladie grossesse

Réduire
X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

    Arrêt maladie grossesse

    Bonjour,

    Je suis enceinte et arrive bientôt au terme de mon troisième mois. Mon gynécologue m'a fait passer tous les tests, dont celui du CMV. Celui-ci s'est révélé négatif. Etant enseignante en maternelle, mon gynécologue m'a annoncé qu'il ne voulait pas prendre de risques et il m'a arrêtée. J'ai été fort surprise de cette décision. En effectuant des recherches, j'ai constaté d'une part qu'il y avait peu de recommandations quant au cmv (à part les mesures d'hygiène de base quand on est dans des structures collectives comme les écoles et les crèches), et encore moins de collègues qui étaient arrêtées pour cette raison (j'ai l'impression d'être la seule en France).
    Je ne vis pas très bien cet arrêt car je suis très investie dans mon travail, et j'ai l'impression qu'il n'est pas justifié, je ne me sens pas légitime. Mais d'un autre côté, il est difficile d'aller à l'encontre de l'avis de son médecin, surtout si par malheur il arrivait quelque chose.... J'ai l'impression d'être dans une impasse et je commence à déprimer, et je vous passe les détails sur les qu'en dira-t-on et autres jugements qui peuvent circuler à mon sujet. Le sujet est très tendu avec mon compagnon et ma famille pour qui il serait complètement insensé d'aller à l'encontre de cet arrêt. Je ne sais pas quoi faire.
    J'ai peur que la décision de mon gynécologue me retombe dessus si ma hiérarchie décide de me convoquer ou de faire un contrôle voyant que cet arrêt se prolonge jusqu'à mon congé maternité. Je suis complètement stressée et angoissée.
    Est-ce que la décision de mon gynécologue peut être remise en cause et me retomber dessus bien que ma seule faute, c'est d'avoir eu une sérologie négative et d'avoir suivi un arrêt?
    Est-ce qu'il est déjà arrivé à des enseignantes comme moi d'être arrêtées pour la même raison ou des raisons similaires?
    Je ne comprends pas trop l'hyper-vigilance de mon gynécologue comparé à ce que pratiquent d'autres médecins en matière d'arrêt. Mais une fois que le risque est discuté et que l'arrêt est décidé, c'est difficile d'aller à l'encontre de cette décision l'esprit tranquille, je suis angoissée (je ne lèche certes pas les larmes de mes élèves quand ils pleurent mais il est très difficile de contrôler les contacts avec eux : ils éternuent facilement sur nous, les nez coulent facilement, on se donnent facilement la main, on est en contact avec des objets de jeu qui ont été manipulés par eux... Bref, on ne peut pas forcément se laver les mains toutes les 10 minutes...)
    Merci de vos conseils et réponses

    #2
    Souvent je trouve excessives les précautions demandées par les médecins mais là il s'agit d'une grossesse, de l'avenir d'un enfant !
    Imaginez ce que vous pourriez ressentir si, après un nouveau test, vous deveniez positive. vous auriez droit à une amiosynthèse et vous risqueriez de vous voir proposer une interruption de grossesse !
    Si on vous convoque pour un contrôle médical, vous apporterez la motivation de votre gynécologue. Si vous êtes convoquée par un personnel non médical, on ne peut rien vous demander, c'est secret.
    Est-ce que la décision de mon gynécologue peut être remise en cause et me retomber dessus bien que ma seule faute, c'est d'avoir eu une sérologie négative et d'avoir suivi un arrêt? Où y a t'il une faute ?
    Qui que ce soit qui vous pose des questions, vous pouvez répondre que c'est personnel. Les gens sont souvent trop indiscrets !
    Francine
    La vie est belle quand on ne lui demande pas plus que ce qu'elle peut nous donner.

    Diagnostique fibromyalgie 01/2010.TDAH....
    Stop alcool 10 juin 1990
    Stop tabac janvier 2014

    Commentaire

    Unconfigured Ad Widget

    Réduire
    Chargement...
    X