Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Le livre noir de la psychanalyse

Réduire
X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Avatar de « Invité »
    Invité a répondu
    Re : Non-Efficacité de la psychanalyse

    Envoyé par Pandore
    Je me demande bien ce que tu crois savoir de mes "raisonnements" sur cette question. Nous nous connaissons, par hasard ? ou bien tu serais en train de me faire ce qu'on appelle un procès d'intention (auquel cas tu ne serais pas le premier à le faire sur ce forum ).

    Puisque vous êtes plusieurs à être très impatients de savoir ce que je pense : je ne pense pas du tout que les effets des psychothérapies d'inspiration analytique ne soient pas évaluables. Tout est évaluable, à condition de choisir des méthodes d'évaluation appropriées. Personnellement, je pense que pour évaluer les effets de ces psychothérapies, il faut des méthodes d'évaluation très fines, qualitatives, et aussi étudier en détail des biographies complètes de patients. Ces études coûtent très cher, il ne reste plus aux patients qu'à attendre les généreux mécènes qui voudront bien les financer

    Nul doute que dans l'état actuel de délabrement de la psychiatrie, ils se bousculent au portillon.

    Salutations.
    Un des problèmes est que la psychanalyse est devenue une branche de la philosophie, en tous cas elle est parfois enseignée comme telle.

    Les courants philosophiques créent souvent des chapelles, les exemples sont nombreux. les idéologies ne se pretent pas à une analyse scientifique.

    Il y a d'un coté une démarche scientifique qui cherche à comprendre les mécanismes biologiques et qui produit des résultats selon des méthodes vérifiables. Malheureusement ce sont souvent des mécanismes de base qui sont étudiées, par exemple les fonctions des neurotransmetteurs.

    D'un autre coté il a été démontré que l'effet de psychotérapies qui avaient eu un effet positif sur des patients pouvait etre mesuré comme celui des médicaments au moyen de méthodes telles que l'imagerie médicale.

    Il n'y a à priori rien d'étonnant à ce que la psychanalyse agisse au niveau de la biologie meme si c'est par des mécanismes inconnus pour l'instant.

    Aux etats unis certains psychanalystes dialoguent avec des biologistes pour essayer de combler le fossé qui sépare les concepts psychanalytiques et les études biologiques. Pourquoi ne serait ce pas possible en france ?

    Laisser un commentaire:


  • Pandore
    a répondu
    Re : Le Livre Noir de la Psychanalyse

    Envoyé par pahad
    En suivant le même raisonnement que Pandore (et que les psychanalystes).
    Je me demande bien ce que tu crois savoir de mes "raisonnements" sur cette question. Nous nous connaissons, par hasard ? ou bien tu serais en train de me faire ce qu'on appelle un procès d'intention (auquel cas tu ne serais pas le premier à le faire sur ce forum ).

    Puisque vous êtes plusieurs à être très impatients de savoir ce que je pense : je ne pense pas du tout que les effets des psychothérapies d'inspiration analytique ne soient pas évaluables. Tout est évaluable, à condition de choisir des méthodes d'évaluation appropriées. Personnellement, je pense que pour évaluer les effets de ces psychothérapies, il faut des méthodes d'évaluation très fines, qualitatives, et aussi étudier en détail des biographies complètes de patients. Ces études coûtent très cher, il ne reste plus aux patients qu'à attendre les généreux mécènes qui voudront bien les financer

    Nul doute que dans l'état actuel de délabrement de la psychiatrie, ils se bousculent au portillon.

    Salutations.
    Dernière modification par Pandore, 08/11/2005, 22h00.

    Laisser un commentaire:


  • pahad
    a répondu
    Non-Efficacité de la psychanalyse

    Envoyé par Pandore
    Ce n'est pas parce qu'on considère que la violence irrationnelle véhiculée par ce thème de discussion peut-être néfaste aux malades psychiques, qu'on est forcément un "adepte" de la psychanalyse.
    Certes, mais la question de l'efficacité de la psychanalyse et de l'évaluation de son efficacité suivant les maladies psychiques est très importante. Refuser tout débat au nom d'une "haine" supposée et d'une non-mesurabilité de principe est obscurantiste. Tous les médicaments sont obligatoirement évalués par des essais cliniques, tenant compte de l'effet placebo (EBM). Les pratiques psychothérapiques peuvent aussi être évaluées sur des groupes de maladies.

    Les médicaments ont un effet variable suivant les malades. La métabolisation ne se fait pas de la même manière suivant les individus. En suivant le même raisonnement que Pandore (et que les psychanalystes), on pourrait en déduire qu'il est interdit de discuter de l'efficacité des médicaments sous prétexte que l'on trouble la confiance du malade envers son médecin et donc que l'on compromet l'alliance thérapeutique nécessaire.

    Laisser un commentaire:


  • Pandore
    a répondu
    Re : Le livre noir de la psychanalyse

    Bonsoir,
    Envoyé par Eric37
    "Les personnes en souffrance en cours d'analyse pourraient être destabilisées à la lecture de ce qui suit" Ce raisonnement est spécieux et paradoxal ! Nous pourrions en suivant cette logique dire que les cancéreux qui choisissent de ce faire soigner par des magnétiseurs risquent d'être déstabilisés par les discours de ceux critiquant le charlatanisme. En fait ce genre d'arguments illustre parfaitement le caractère sectaire et anti-scientifique des adeptes de la psychanalyse.
    Ce n'est pas parce qu'on considère que la violence irrationnelle véhiculée par ce thème de discussion peut-être néfaste aux malades psychiques, qu'on est forcément un "adepte" de la psychanalyse.

    Sur le forum "Arrêter l'alcool", les discussions autour du bien-fondé de la méthode et des convictions des Alcooliques Anonymes ne sont pas les bienvenues, et sur le forum "Schizophrénie", il n'est pas toléré de mettre en cause la nécessité du traitement par neuroleptiques.

    La présente discussion mélange à peu près tout sur le sujet de la psychanalyse, de la cure-type menée à ses frais par le pékin lambda, aux références à la théorie psychanalytique utilisées dans la psychiatrie quotidienne la plus banale, et personne, aucun psychiatre ni psychanalyste, n'est présent dans cette discussion pour apporter un quelconque élément de réflexion ou pour essayer d'enseigner quoi que ce soit d'intelligible sur ce sujet.

    Si c'est ça l'objectivité et la rationalié, je préfère rester dans ma subjectivité, c'est certain.

    Laisser un commentaire:


  • Avatar de « Invité »
    Invité a répondu
    Re : Le livre noir de la psychanalyse

    "Les personnes en souffrance en cours d'analyse pourraient être destabilisées à la lecture de ce qui suit" Ce raisonnement est spécieux et paradoxal ! Nous pourrions en suivant cette logique dire que les cancéreux qui choisissent de ce faire soigner par des magnétiseurs risquent d'être déstabilisés par les discours de ceux critiquant le charlatanisme. En fait ce genre d'arguments illustre parfaitement le caractère sectaire et anti-scientifique des adeptes de la psychanalyse.
    Envoyé par d_dupagne
    Le débat sur la psychanalyse né avec le rapport bloqué par le ministre et amplifié par la sortie du "livre noir de la psychanalyse" donne lieu à des débats enflammés.

    Les modératrices du forum Santé-Psy n'ont pas souhaité que ce débat se poursuive sur leur forum et ont très bien expliqué pourquoi

    Je trouve leur arguments intelligents et tout à fait justifiés, notamment sur le fait que les querelles d'écoles n'ont rien à voir avec le forum d'échanges de vécus qu'elles sont souhaité créer et modérer. Je souhaite néanmoins qu'un débat critique sur ce sujet important puisse trouver sa place sur Atoute et je propose à ceux qui sont intéressés que ce débat ait lieu ici.

    Merci de rester courtois dans vos propos, d'éviter l'agressivité et d'essayer de comprendre le point de vue de l'autre avant de lui répondre.

    Les personnes en souffrance en cours d'analyse pourraient être destabilisées à la lecture de ce qui suit, je leur conseille de ne pas se jeter dans la lecture de ce débat sans réfléchir au préalable.

    Laisser un commentaire:


  • pahad
    a répondu
    Knock et l'équilibre de la sécu

    Envoyé par Pandore
    Dans un futur assez proche, il n'y aura plus suffisamment de psychiatres pour assurer les soins psychiatriques (diminution prévue de 30 à 40 % du nombre de psychiatres d'ici 2025 - source http://www.sante.gouv.fr/drees/etude...-pdf/er352.pdf ).
    .
    Jusqu'ou la psychiatrie peut-elle soigner ?

    Si l'on considére que la psychanalyse est un soin médical, il faudrait prévoir les conséquences. Comme la psychanalyse peut être utile à tout le monde en analysant les conflits inconscients, il faudrait prévoir plusieurs séances par semaine pendant un temps indéfini. On n'est plus loin du docteur Knock.

    Il y a une limite financière aux désirs des clients. Ce qui est considéré comme nécessaire par certains bobos des 9 premiers arrondissements de Paris, ne peut être considéré comme une nécessité de santé publique ! La psychiatrie publique ne peut, et ne doit en priorité, se consacrer qu'aux pathologies graves et donc, pour cela, suivre des évaluations réalisées publiquement, comme celles de l'INSERM. Et là, l'utilité de la psychanalyse sur les pathologies les plus graves, ( autisme, schizophrénies, dépressions mélancoliques répétitives, etc..) est nulle.

    En face quelle est la situation des psychiatres francais actuels ? La très grande majorité ont été formés dans un contexte de psychanalyse dominante et ne considérent les psychotropes que comme une triste nécessité, qu'ils distribuent trop largement et sans discernement. Nécessité à laquelle, ils sont d'ailleurs très peu et très mal formés dans des services hospitaliers mélangeant toutes les pathologies. Ils votent avec leurs pieds pour délaisser le plus vite possible l'hopital, dont les pathologies graves et urgentes les rébutent. (Beaucoup de postes hospitaliers sont ou vacants ou remplis par des médecins d'origine étrangére, à la formation variable). Ils vont en ville exercer en libéral à l'exercice plus confortable et ou ils voient beaucoup moins de cas de critiques et ou ils peuvent pratiquer confortablement l'analyse dans leur fauteuil avec des patients récurrents .

    Former plus de psychiatres, mais pourquoi ? C'est la question centrale à laquelle il faut répondre. Tant que la psychiatrie n'aura pas fait le ménage, elle n'aura droit qu'à une homéopathie budgétaire, écartelée qu'elle est entre des paradigmes différents.

    Jusqu'ou la psychiatrie peut-elle soigner ?

    Laisser un commentaire:


  • pahad
    a répondu
    20 000 lieues sous les mères ...

    Deux arguments sont souvent entendus en défense de la psychanalyse, la contribution à la connaissance personnelle et le caractère fondamental du traitement, par opposition aux médicaments (béquille ou camisole) et à la psycho-éducation (dressage pavlovien). Voir, par exemple, les posts de Pandore.

    Ces arguments sont analysés en terme de mode d'emploi du traitement de la maladie et de métaphore explicative nécessaire pour le patient.

    -----------------------------------------

    A1. Une certaine analyse_du/retour_sur_le passé est utile pour comprendre son édification initiale, en termes d'entités/relations/priorités, et non de recherche de coupables

    Oui, tout à fait d'accord. Mais poussons abruptement le raisonnement. Une analyse est surtout importante en ce qu'elle doit permettre d'accepter que les parents ont le droit d'être aussi cons qu'on a pu l'être soi-même. Bref de dépasser le stade de l'adolescence.
    Certain(es) le trouvent tout seul, par intuition, pour d'autres il faut de long raisonnements (voire une analyse ou une auto-analyse).

    -------------------------------------------------------------------

    A2. La psycho-éducation est une couche surajoutée, dont l'objectif ne semble pas être d'atteindre des profondeurs suffisantes pour envisager une consolidation des fondations de l'édifice initial

    Une psycho-éducation donne de bons réflexes (le calendrier de l'humeur par exemple) et oblige à se poser les bonnes questions. C'est une aide essentielle pour démarrer, comme toute démarche pédagogique. Le côté "groupe" et les petits psychodrames aident aussi, par leur côté ludique, à faire passer des messages difficiles en ayant une certaine distance (difficiles pas intellectuelement, en terme de conflits affectifs). On peut pas tout redécouvrir tout seul, même avec l'aide d'un bon forum :-)

    Pour le côté superficiel des choses opposé à la psychologie des profondeurs supposé être durable, je suis très dubitatif en termes d'efficacité et de compréhension. Le bipolaire a des problèmes quotidiens criants (voire hurlants) et la psycho-education lui permet d'avoir des points de départ et des solutions pour maîtriser le probléme. Pour apprendre à multiplier, apprendre par coeur une table de multiplication et un mode opératoire est plus efficace et plus rapide que de comprendre la "base 10" du calcul avec les sacs de bille en terre et les sacs de billes en verre, chaque bille en verre valant 10 billes en terre.

    Il n'est pas nécessaire de comprendre comment marche la "base 10" pour s'en servir. Il n'est pas nécessaire de comprendre comment marche un ordinateur (la "base 2"), un navigateur ou le protocole http pour communiquer sur ce forum. Il n'est pas nécessaire de comprendre comme marche les protocoles GSM pour se servir d'un mobile. Il n'est pas nécessaire de comprendre comment marche un moteur à explosion pour se servir d'une voiture. Il n'est pas nécessaire de comprendre comment marche un poste de télévision, les 625 lignes, entrelacé ou non-entrelacé, pour regarder la télévision. Il n'est pas nécessaire de savoir comment marche une locomotive pour rendre un train. Il n'est pas nécessaire de savoir comment agit l'acide acetyl-salicilique pour prendre une aspirine quand on a mal aux dents. Il n'est pas nécessaire de savoir comment marche un ascenseur pour appuyer sur le bouton du 6ème étage. Il n'est pas nécessaire de savoir comment marche un moteur à réaction, un radar et un système de positionnement géographique pour prendre un avion.

    Excusez-moi d'être un peu long, mais l'antienne tcc=pavlovisation est vraiment de la propagande dans le monde actuel. Je me contrefiche de savoir comment l'ascenseur marche du moment qu'en appuyant sur le bouton 6, je me retrouverai au 6ème étage. Si je connais les protocoles GSM (portable) et http, tcp, ftp et icmp c'est principalement par intérêt personnel et non pour une quelquonque maîtrise des incidents si internet ou le portable ne marche pas. Je me fiche de savoir comment marche ma voiture du moment qu'elle marche et que je ne confond pas l'accélerateur et le frein. Il est aussi indispensable, pour une bonne vie en société, que j'aie le réflexe pavlovien de m'arrêter au feu rouge et de ne pas dépasser la ligne jaune (blanche).

    Qu'est-ce qu'il me faut pour me servir d'un portable, d'internet, d'un tableur, d'un ascenseur, d'une voiture etc.. que faut-il finalement our un objet que je connais pas ? Deux choses : un mode d'emploi (style recette de cuisine) et une métaphore explicative.

    Le mode d'emploi permet de relier des commandes à des actions désirées et de la manière la plus simpliste possible. Moins il y a de texte explicatif et mieux c'est. C'est une approche boîte noire, comme pour une voiture. J'appuie sur l'accélérateur cela avance plus vite, j'appuie sur le frein cela avance moins vite, je tourne le volant, cela fait virer la voiture. Pour une voiture, comme on évolue dans un sytème complexe de routes encombrées, il est nécessaire d'apprendre une signalisation et beaucoup de règles.

    Une bonne métaphore aide à comprendre un phénoméne complexe. Ecrire une lettre et ecrire un mail. remplir une feuille de calcul et utiliser un tableur. Utiliser un portable ou un téléphone fixe. Utiliser une voiture ou utiliser une carriole (d'ailleurs on emploie toujours le terme de chevaux pour indiquer la puissance d'une voiture).

    Pour une maladie, le (bon) médecin doit indiquer le mode d'emploi et employer la métaphore adéquate. Les modes d'emplois des médicaments sont de très mauvais exemples de mode d'emploi, car ils sont obscursis par des préoccupations légales sans intérêt pour le malade, par exemple une liste exhaustive de tous les effets secondaires pour protéger le fabricant en cas de décés, ou pire d'invalidité, du client. C'est comme si était obligatoirement livré avec un ordinateur un manuel de maintenance avec la liste de tous les codes erreurs du système d'exploitation et leur signification.

    La métaphore implicite pour un traitement est celle de la pilule magique. J'ai une maladie (ou ce qui est ressenti comme tel) et le docteur ( le mage) me fournit le reméde qui me guérit. Si cela ne marche pas, soit il ne m'a pas donné la bonne pilule magique et je vais lui en redemander une autre, soit le change de mage (pardon de docteur).

    La métaphore adéquate pour une longue maladie, comme le trouble bipolaire, est plus difficile à trouver. J'emploie le terme de "maladie métabolique" pour expliquer l'analogie avec la conduite à tenir en cas d'hypertension, de trouble thyroidien ou de diabéte. Tous ces troubles sont des déréglements persistants d'un système interne de régulation, le débit de la circulation sanguine ou il faut une certaine pression pour que le sang circule, la secrétion de la TSH pour réguler la température corporelle quelle que soit la température ambiante et l'activité corporelle, le taux nécessaire de sucre dans le sang.

    guérison ou stabilisation

    Pour trouver une métaphore la plus précise possible, je pencherais vers un déréglement du sytème de régulation de la thyroide. Avec un système de sur-régulation agissant sur le niveau de base de l'activité. Le sytème de régulation de la température corporelle a des paramètres réglés sur le long terme. On ne s'adapte pas au climal tropical humide, au climat sibérien ou à une attitude de 4000m en 24 heures. Il y a un système de recalage des paramètres sur le long teme. La thyroide jouerait, à court terme, toujours son rôle de régulation de la température, mais le système de recalage se déréglerait periodiquement et mettrait un certain temps (un cycle exaltation-dépression) pour atteindre son équilibre. Mais c'est juste une amorce de débat.

    Les groupes de psycho-éducation pour les bipolaires (la psycho-éducation utilise des techniques TCC) donnent le mode d'emploi du trouble bipolaire. Comme le bipolaire évolue dans un environnement complexe, le mode d'emploi réduit à la feuille d'ordonnance, même complétée par 20mn d'entretien, ne suffit pas. Il est extrêment utile de lui faire suivre une séance d'auto-école pour faire face aux difficultés du monde réel. Une autre analogie est celle de l'enseignement en alternance ou un étudiant passe une partie de son temps en situation de travail et une autre partie dans une position d'étudiant.

    groupes de psycho-education

    La formule "20 000 lieues sous les mères" résume seulement la profondeur ou la longueur de l'obscurantisme psychanalytique
    Dernière modification par pahad, 05/11/2005, 00h23.

    Laisser un commentaire:


  • François
    a répondu
    Re : Le livre noir de la psychanalyse

    Envoyé par fabrice763
    Je serai donc sous l'amprise de mon psychanalyste... manipulé...conditionné ? C'est ce que les études nous disent..!! Mince alors..!!
    Bonjour,

    Ce n'est pas ce qu'a dit Nausica, en aucune manière. Votre psychanalyste peut tout a fait être inconscient (et ignorant) de cet état de faits.

    Nausica a seulement fait mention d'un sujet de recherche, de nombreuses fois vérifié et validé (cf. Joule & Beauvois - http://tinyurl.com/auxcl ou Guéguen - http://tinyurl.com/bqjrh ), en psychologie sociale : la théorie de l'engagement, qui stipule que l'on tend à rationaliser un acte, un comportement, d'autant plus que celui-ci a un coût important en terme de temps, d'argent, etc... Mais ce ne sont pas les seules variables, le caractère public et gratuit (dans le sens que personne ne vous y a forcé, ni payé pour le faire) de l'acte entrent aussi en ligne de compte. Or, la psychanalyse, avec ses interminables analyses et leur coût exorbitant, entre parfaitement dans le cadre de cette théorie. Il est donc normal, et facilement vérifiable, que les clients rationalisent au maximum leur engagement, couteux en temps et en argent, lors de leur "entrée" et (long) passage en analyse, même si celui-ci ne leur a servi à rien.

    Cette rationalisation permet en outre de réduire toute dissonance génératrice d'un état de stress psychologique. Vous pouvez vous-même vérifier cette théorie en écoutant vos connaissances rationaliser toute dépense inutile qu'ils ont pu faire, en tentant au maximum de la justifier. Ailleurs, on appelle ça le "sophisme du Concorde" http://www.sceptiques.qc.ca/SD/sunkcost.html qui en est une variante, mais reste tout aussi irrationnelle.


    Envoyé par fabrice763
    TOUS MANIPULES,TOUS MANIPULATEURS
    J'ai lu ce livre deux fois (mais ce n'est pas le meilleur sur le sujet) , il aborde justement cette théorie, mais de loin.

    Envoyé par fabrice763
    Vous avez l'air, ou plutôt les théories que vous citez, de mieux savoir que moi si je suis dans l'érreur ... seriez vous en train d'essayer de me manipuler..!!!!??? Non ... pas vous ... quand même... pas les théories scientifiquement prouvées..!!!???
    Rien ne vous dit que vous ne vous seriez pas aussi bien senti à parler à votre concierge de la même façon qu'à votre psychanalyste, 1 heure par jour (en supposant qu'elle soit disponible et d'accord), comme d'autres se sentent bien mieux après avoir parlé à leur voyante ou leur astrologue, et ce régulièrement. Bien qu'un élément risquerait de fausser le résultat d'une telle thérapie : sa gratuité.
    Dernière modification par François, 04/11/2005, 14h24.

    Laisser un commentaire:


  • Avatar de « Invité »
    Invité a répondu
    Re : Le livre noir de la psychanalyse

    Envoyé par Nausica
    Ce n'est pas vous personnellement que je critique, ni votre démarche à vous, mais votre raisonnement. Je sais bien que c'est "objectivement" difficile voire impossible de procéder comme je le dis, donc votre opinion sur cette thérapeutique n'est qu'une opinion. Tout comme mon expérience de celle-ci. Tant mieux pour vous si ça a marché!

    Il y a eu des études de faites sur la conviction qu'on a de l'efficacité d'un traitement qui serait proportionnel aux efforts qu'on a faits pour l'obtenir. Ou plus précisément: on est engagé dans une voie et on fait tout pour la poursuivre plutôt que de reconnaître que l'on se trompe.

    C'est la théorie de l'engagement:
    http://1libertaire.free.fr/Soumission09.html
    http://www.dokimos.ca/co261.htm
    Je serai donc sous l'amprise de mon psychanalyste... manipulé...conditionné ? C'est ce que les études nous disent..!! Mince alors..!!
    Mais ma petite dame, c'est bien en lui en parlant de ça (mon sentiment d'être manipulé) que j'ariverai à m'en détacher, de cette manipulation.. et puis moi... je ne le manipule pas des fois pour qu'il me dise ce que j'ai envie d'entendre ??? et vous, vous ne manipuler personne en essayant de me convaincre que je me voile la face?
    Et vous, n'êtes vous manipulé par personne?

    TOUS MANIPULES,TOUS MANIPULATEURS, Jean-Marie Abgrall, First, 12/02/2003.

    Vous avez l'air, ou plutôt les théories que vous citez, de mieux savoir que moi si je suis dans l'érreur ... seriez vous en train d'essayer de me manipuler..!!!!??? Non ... pas vous ... quand même... pas les théories scientifiquement prouvées..!!!???

    "...donc votre opinion sur cette thérapeutique n'est qu'une opinion."

    Tout à fait, la votre ausssi d'ailleurs..!!

    Laisser un commentaire:


  • pahad
    a répondu
    Re : Le livre noir de la psychanalyse

    Envoyé par fabrice763
    Avez vous déjà rencontré des personnes ayant faient un travail psychanalytique pour qui cela a été profitable? A la lecture de vos remarques, je ne pense pas.
    Effectivement. et c'est pour cela que je ne généralise pas, comme vous le faites, en précisant qu'il faut en discuter pathologie par pathologie. Pour avoir dans mon entourage une personne atteinte de troubles bipolaires et en fréquenter beaucoup dans les groupes de soutien, je n'ai vu aucun bipolaire guéri ou amélioré par la psychanalyse. Par contre, que de temps et d'argent gâché.

    Je regrette que vous refusiez ce débat indispensable pour les malades, leur famille et pour tous les citoyens. Je constate aussi que la plupart des psychanalystes refusent également ce débat.

    Laisser un commentaire:


  • Apokrif
    a répondu
    Re : Le livre noir de la psychanalyse

    Envoyé par Pandore
    Pour assurer les soins psychiatriques, les pouvoirs publics devront alors se tourner vers d'autres professionnels de santé, comme les psychologues, pour assurer les psychothérapie des personnes les plus démunies, par exemple sur prescription des psychiatres.
    http://www.web.ordre.medecin.fr/rapport/psychologue.pdf :

    « A l’image des Etats-Unis d’Amérique, les psychologues désirent obtenir la possibilité d’être indépendants, de pouvoir établir des diagnostics, de prescrire des traitements psychothérapiques, voire de prescrire des traitements psychotropes dans le cadre de manifestations anxieuses.»

    Laisser un commentaire:


  • Nausica
    a répondu
    Re : Le livre noir de la psychanalyse

    Envoyé par fabrice763
    Je doute fort que vous auriez pu évaluer obectivement la souffrance dans la quelle je me trouvais il y a 10ans lorsque j'ai fais la démarche d'allé voire un psychanalyste.

    On évalu objectivement des faits quand on peut les quantifier. Quand on fait une evaluation qualitative, on ne la fait qu'a partir de critères totalement subjectifs, lié à des valeurs personnelles ... la souffrance fait partie de ces choses que seul le souffrant peu evaluer.. pourquoi voulez-vous l'evaluer à sa place?? Sommes nous pas les seuls à pouvoir évaluer l'apport notre travail sur notre personne?

    "Car j'imagine bien que toutes ces personnes, après des années de souffrances à tourner et retourner le couteau dans leurs plaies, à dépenser des fortunes pour raconter ce qu'elles racontent à leur psychanalyste, ne diront pas volontiers que ça n'a servi à rien."

    Pouquoi dire que ça n'a servi à rien si ça m'a permis de faire face durablement à des situations qui me bloquaient dans la vie?

    Personne ne m'a forcé à allé 3 fois par semaine chez mon psy..!!!
    Ce n'est pas vous personnellement que je critique, ni votre démarche à vous, mais votre raisonnement. Je sais bien que c'est "objectivement" difficile voire impossible de procéder comme je le dis, donc votre opinion sur cette thérapeutique n'est qu'une opinion. Tout comme mon expérience de celle-ci. Tant mieux pour vous si ça a marché!

    Il y a eu des études de faites sur la conviction qu'on a de l'efficacité d'un traitement qui serait proportionnel aux efforts qu'on a faits pour l'obtenir. Ou plus précisément: on est engagé dans une voie et on fait tout pour la poursuivre plutôt que de reconnaître que l'on se trompe.

    C'est la théorie de l'engagement:
    http://1libertaire.free.fr/Soumission09.html
    http://www.dokimos.ca/co261.htm
    Dernière modification par Nausica, 01/11/2005, 22h04.

    Laisser un commentaire:


  • Avatar de « Invité »
    Invité a répondu
    Re : Le livre noir de la psychanalyse

    Envoyé par Nausica
    Bonjour

    le tout est de savoir comment on évalue tout ceci objectivement. Car j'imagine bien que toutes ces personnes, après des années de souffrances à tourner et retourner le couteau dans leurs plaies, à dépenser des fortunes pour raconter ce qu'elles racontent à leur psychanalyste, ne diront pas volontiers que ça n'a servi à rien. C'est très difficile!
    Je doute fort que vous auriez pu évaluer obectivement la souffrance dans la quelle je me trouvais il y a 10ans lorsque j'ai fais la démarche d'allé voire un psychanalyste.

    On évalu objectivement des faits quand on peut les quantifier. Quand on fait une evaluation qualitative, on ne la fait qu'a partir de critères totalement subjectifs, lié à des valeurs personnelles ... la souffrance fait partie de ces choses que seul le souffrant peu evaluer.. pourquoi voulez-vous l'evaluer à sa place?? Sommes nous pas les seuls à pouvoir évaluer l'apport notre travail sur notre personne?

    "Car j'imagine bien que toutes ces personnes, après des années de souffrances à tourner et retourner le couteau dans leurs plaies, à dépenser des fortunes pour raconter ce qu'elles racontent à leur psychanalyste, ne diront pas volontiers que ça n'a servi à rien."

    Pouquoi dire que ça n'a servi à rien si ça m'a permis de faire face durablement à des situations qui me bloquaient dans la vie?

    Personne ne m'a forcé à allé 3 fois par semaine chez mon psy..!!!

    Laisser un commentaire:


  • Nausica
    a répondu
    Re : Le livre noir de la psychanalyse

    Envoyé par fabrice763
    Enfin bref..... Avez vous déjà rencontré des personnes ayant faient un travail psychanalytique pour qui cela a été profitable?
    Bonjour

    le tout est de savoir comment on évalue tout ceci objectivement. Car j'imagine bien que toutes ces personnes, après des années de souffrances à tourner et retourner le couteau dans leurs plaies, à dépenser des fortunes pour raconter ce qu'elles racontent à leur psychanalyste, ne diront pas volontiers que ça n'a servi à rien. C'est très difficile!

    Laisser un commentaire:


  • Avatar de « Invité »
    Invité a répondu
    Re : Le livre noir de la psychanalyse

    Envoyé par pahad
    Cet article ne fait que reprendre l'antienne, ressassée ad nauseam par les psychanalistes, de l'opposition entre "camisole chimique" et liberté de l'individu, le soi-disant "enjeu de société". La question de fond, extrêmement simple, est la psychanalyse est-elle efficace dans quelle psychopathologie et dans quelle proportion ?

    Le refus d'ouvrir le débat de fond en le noyant par le haut, "le débat de société", et par le bas, l'insulte , style "On veut voler le sac de la vieille dame", est vraiment remarquable..
    Monsieur ou Madame

    "La question de fond, extrêmement simple, est la psychanalyse est-elle efficace dans quelle psychopathologie et dans quelle proportion ?"

    Avez vous déjà rencontré des personnes ayant faient un travail psychanalytique pour qui cela a été profitable? A la lecture de vos remarques, je ne pense pas.
    Pour ma part, oui, un bon paquet, en commencant par moi.
    Je ne pense donc pas que ce soit à vous d'insinuer des éléments de réponse négatifs concernant l'efficacité de la psychanalyse.
    Même si il n'y a qu'une seule personne sur terre pour qui cela à été profitable (ce que je ne crois pas) et bien c'est toujours ça de gagné!
    Je pense donc que vos proportions ne regardent que ceux qui ont peur de la psychanalyse et qui veulent la faire disparaitre au profit des T.C.C.. Derrière tout ça..? Argent, pouvoir, domination... mais certainement pas une histoire d'efficacité. L'efficacité devient un des arguments pour discréditer et par la même une tentative de ridiculiser les personnes qui vont chez les psy.
    Enfin bref..... Avez vous déjà rencontré des personnes ayant faient un travail psychanalytique pour qui cela a été profitable?

    Laisser un commentaire:

Unconfigured Ad Widget

Réduire
Chargement...
X