Annonce

Réduire
Aucune annonce.

La règle de la douleur

Réduire
X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

    La règle de la douleur

    Je me pose des questions sur la réglette à douleur.
    Pendant longtemps, comme les autres patients, j’ai subi la double peine soit la souffrance physique+la souffrance de l’indifférence à sa réalité.
    Il y a quelques années, on (à l’hosto) m’a sorti tout à coup la réglette magique avec pour consigne de déplacer le curseur.

    J’ai eu une réaction de rejet total face à l’objet et la démarche que je m’explique assez mal.
    Je vois bien la bonne volonté, la tentative, la politique même. Et le gars qui a fait le boulot n’était pas pire qu’un autre. Mais je l’ai ressenti pire que le déni antérieur, comme une manipulation psychologique perverse. Qu’en pensez-vous ?

    #2
    Re : La règle de la douleur

    Envoyé par Sybille
    Je me pose des questions sur la réglette à douleur.
    Pendant longtemps, comme les autres patients, j’ai subi la double peine soit la souffrance physique+la souffrance de l’indifférence à sa réalité.
    Il y a quelques années, on (à l’hosto) m’a sorti tout à coup la réglette magique avec pour consigne de déplacer le curseur.

    J’ai eu une réaction de rejet total face à l’objet et la démarche que je m’explique assez mal.
    Je vois bien la bonne volonté, la tentative, la politique même. Et le gars qui a fait le boulot n’était pas pire qu’un autre. Mais je l’ai ressenti pire que le déni antérieur, comme une manipulation psychologique perverse. Qu’en pensez-vous ?
    Bonjour,

    Rassurez-vous,cette attitude,qui consiste à vouloir immobiliser toutes les situations et tous les cas dans des cadres élaborés,des règles,des grilles,.. est absolument généralisée et ne concerne pas que la santé...
    Ce qui est amusant(je travaille actuellement en milieu hospitalier)c'est que tout ça prend bcp de temps à établir,et à contrôler en situation,puis à faire parvenir aux services compétents.
    On crée même des postes(médecins et IDE référents)pour tapoter sur le clavier et jaspiner à l'aide d'un nouveau dialecte,qui nécessite qques stages afin d'être bien utilisé.
    En cette période de restriction de postes,ça prend toute sa saveur...
    Je suppose que c'est destiné à donner l'illusion(à qui?)de gérer au mieux les situations.
    Il s'agit en tout cas d'une démarche résolument rationnelle,voire même scientifique.
    cath

    debout les crabes.. la mer monte !

    Commentaire


      #3
      Re : La règle de la douleur

      La règle permet simplement d'évaluer votre douleur qui est une valeur toujours subjective et donc d'adapter votre traitement.
      Bernard, kinésithérapeute
      www.somasimple.fr

      Commentaire


        #4
        Re : La règle de la douleur

        l'EVA (echelle visuelle analogique) est une méthode parmi d'autres pour évaluer la douleur. Elle ne convient pas à tout le monde et à toutes les situations.
        C'est la méthode la pus objective et la plus reproductible et elle est au centre du traitement de la douleur.
        Maintenent, elle nécessite des explications et un minimum d'écoute, sans ça, effectivement, elle peut être mal perçue

        Commentaire


          #5
          Re : La règle de la douleur

          Bonjour,
          Envoyé par Sybille

          Il y a quelques années, on (à l’hosto) m’a sorti tout à coup la réglette magique avec pour consigne de déplacer le curseur.

          J’ai eu une réaction de rejet total face à l’objet et la démarche que je m’explique assez mal.
          Ce que je comprends, mais peut-être que je me trompe, c'est que dans l'expression de la douleur il y a une part réaliste, une part de nous qui dit "docteur j'ai mal, faites quelque chose pour que cette douleur cesse", et une autre part qui s'approprie toute la somme des douleurs (douleurs physiques autant que psychiques) qu'on a en soi depuis toujours pour la crier. Cette partie-là voudrait être entendue, recevoir une consolation, partager son fardeau. Quand on lui présente une réglette... c'est une réponse technique, rationnelle, mais sans commune mesure avec ce qu'on voudrait exprimer à ce moment-là.
          Pandore

          « Les mots sont des planches jetées sur des abîmes, avec lesquelles nous traversons l’espace d’une pensée...»
          Paul Valéry



          Commentaire


            #6
            Re : La règle de la douleur

            ...
            Dernière modification par Claire, 06/03/2007, 19h14.

            Commentaire


              #7
              Re : La règle de la douleur

              Eh oui, c'est bien connu : la douleur, c'est dans la tête. Autrement dit : pensez à autre chose, ça ira mieux.
              La douleur est fabriquée dans le cerveau et c'est pour cette raison qu'elle est subjective. Elle est votre experience personnelle et un des moyens de partager votre experience est la règle.

              La douleur n'est pas un stimulus mais une réponse complexe élaborée et modulée par le cerveau.
              Bernard, kinésithérapeute
              www.somasimple.fr

              Commentaire


                #8
                Re : La règle de la douleur

                Bonjour,

                La "réglette à douleur" est une des choses qui m'énerve le plus. On explique ici ou là que l'on ne peut plus soigner la douleur sans cette règle.

                C'est idiot. Cette règle a été créée pour répondre à un besoin : pouvoir comparer la douleur d'un hôpital à un autre, d'un patient à un autre, d'un moment à un autre,dans le cadre de travaux scientifiques. Dans de tels travaux (évaluant par exemple l'efficacité de médicaments anti-douleur), il était indispensable de quantifier la douleur pour pouvoir faire des statistiques et des calculs d'efficacité.

                L'erreur est de croire que cette règle sert aussi à soigner les gens. Au contraire, cette mesure remplace le plus souvent le dialogue : "comment, ça va ? Le médicament vous a-t-il un peu soulagé ? Avez vous pu dormir ?

                Mais comme les centres anti-douleur, principal lieu d'expérimentation des médicaments antalgique, ont pris l'habitude d'utiliser cet outil, ils ont tenté de persuader tout le monde que la règle permettait de soigner mieux la douleur puisqu'eux, les spécialistes, l'utilisaient. C'est une aberration.

                De la même façon, on tente de nous convaincre qu'il faut utiliser une échelle de dépression pour savoir si quelqu'un est déprimé, ou une échelle de dépendance pour le tabac etc.

                Un soignant qui connaît son métier n'a pas besoin de ces outils qui réduisent l'humain à des chiffres.

                Mon fils, jeune étudiant en médecine, m'a parlé il y a deux jours de cette règle qu'on lui a remise dans le service de rhumatologie où il fait son stage. Il s'est senti mal à l'aise pour "mesurer" la douleur des patients comme on vérifie la pression des pneus et m'en a parlé spontanément.

                La règle qui lui avait été donnée comportait bien sûr le nom du laboratoire pharmaceutique qui avait offert les règles au service hospitalier.

                Nous vivons une époque moderne

                Commentaire


                  #9
                  Re : La règle de la douleur

                  En plus court, elle sert à mesurer mais ne soigne pas.
                  Bernard, kinésithérapeute
                  www.somasimple.fr

                  Commentaire


                    #10
                    Re : La règle de la douleur

                    ...
                    Dernière modification par Claire, 06/03/2007, 19h15.

                    Commentaire


                      #11
                      Re : La règle de la douleur

                      Envoyé par Claire
                      Cette réglette peut être imparfaite, elle peut être criticable, mais comparé au discours que je pointe plus haut, et que je trouve dangereux parce que la plupart ne vont pas plus loin que la première ligne, je la considère, personnellement, comme une avancée dans un changement long et difficile
                      La réglette c'est mieux que rien, c'est mieux que la bêtise, mais c'est moins bien qu'un médecin qui parle, qui écoute et qui s'intéresse à ce que vous dites.

                      La réglette désormais, c'est le stagiaire ou l'infirmière qui fait le tour des lits et qui fait un rapport au docteur qui ne se déplace même plus. Ou c'est le médecin qui mesure la douleur sans vous demander comment vous allez. C'est une régression.

                      Commentaire


                        #12
                        Re : La règle de la douleur

                        Je l’ai ressenti comme un gadget, presque insultant (pas si faux, d’après l’usage que vous en décrivez) et comme une fin de non-recevoir. Perverse, parce que cette fin de non recevoir répondait à une demande sollicitée, imposée même, et mise en scène.
                        Demander et ne rien recevoir, est une chose.
                        Ne rien demander et ne rien recevoir encore une autre.
                        Recevoir sans rien demander, c’est quasi impossible.
                        Mais être mis en situation de demande (on me tend cet objet donc je suis supposée souhaiter exprimer ma douleur ) pour se retrouver avec cet absurde machin en plastique dans les mains (fin de non-recevoir), c’est quand même drôlement tordu.
                        Mais « ça ne sert qu’à mesurer » dit- on . Mesurer quoi ?
                        Comment peut-on attendre de malades éperdus, concentrés pour survivre à la minute suivante, écrasés dans l’étau, à moitié fous de terreur, qu’ils soient aptes à évaluer leur état présent ou même qu’ils en aient le besoin ou l’envie ? N’est-ce pas ne rien connaître de la souffrance physique que d’imposer une telle démarche ?
                        S’agit-il alors (sous prétexte scientifique) de ne mesurer qu’une fausse idée de la douleur, vague notion aux prémisses flous qui fera l’affaire, pas besoin de s’appesantir ?
                        Ou, j’aurais tendance à le penser, d’en évacuer toute réalité par un geste propitiatoire ?
                        Geste bénéfique donc, au 1er chef, pour celui qui l’exécute.
                        En tous cas, je comprends qu’intuitivement les véritables soignants se sentent aussi agressés par cette mise en scène. Faites comme certains que j’ai connus qui, sortant l’objet de leur poche (protocole oblige), le rangeaient aussi sec en murmurant (public oblige), d’un clin d’œil : « Je ne vous ferais pas l’injure de… ». Du bon usage des mauvais outils !

                        Commentaire


                          #13
                          Re : La règle de la douleur

                          Cette réglette peut être imparfaite, elle peut être criticable, mais comparé au discours que je pointe plus haut, et que je trouve dangereux parce que la plupart ne vont pas plus loin que la première ligne, je la considère, personnellement, comme une avancée dans un changement long et difficile des mentalités. Et on est pas au bout de nos peines.

                          Cordialement
                          Claire
                          Regardez, Claire, ce qui est écrit sur la réglette, «un des moyens de partager » votre expérience personnelle de la douleur. C’est là qu’elle n’est pas du tout une avancée, mais un grotesque piège à c…, non ?
                          (PS : Je veux bien connaître les autres moyens ????).
                          Dernière modification par d_dupagne, 18/01/2007, 22h07.

                          Commentaire


                            #14
                            Re : La règle de la douleur

                            Envoyé par Claire
                            L'usage de cette règle est imposée par les protocoles ?
                            Rassurez moi, il est toujours possible au soignant de dialoguer en plus de sa réglette s'il le souhaite, non ?
                            Bonjour

                            Oui, on peut dialoguer en plus. Mais certains considèrent que l'on ne peut pas bien soigner la douleur sans règle, et c'est ça qui m'énerve.
                            Les recommandations officielles sont pourtant prudentes : http://www.sante.gouv.fr/htm/pointsu...ir/41-eval.htm

                            Commentaire


                              #15
                              Re : La règle de la douleur

                              Envoyé par Claire

                              Bon, on est quand même pas obligé de croire ce qui est écrit dessus. Moi, j'attends pas qu'on partage ma douleur, mais qu'on la soulage. Si certains n'ont pas l'humanité ou la carrure suffisante pour oser avoir un contact direct avec la douleur du malade, mais que la douleur est soulagée, c'est toujours ça.
                              La sédation de la douleur,avec les effets qui l'accompagnent,c'est vous qui la ressentez,au long des jours et des nuits,en fonction de votre activité et des évènements de tout ordre que vous vivez...
                              J'espère tout de même que le prescripteur se basera sur vos impressions et pas sur la règle...

                              Evidemment que ça ne remplace pas l'humanité mais ça, ce n'est pas prévu dans la formation. Si ?
                              Peut-on apprendre l'humanité dans une formation?
                              Une certaine forme de respect,de responsabilité,une façon de se conduire,oui.
                              Pour l'humanité,je n'ai pas trop la réponse..

                              (PS : Je veux bien connaître les autres moyens ????).

                              Chercher,ressentir cette douleur si subjective et si réelle,et croire,en dehors des périodes de découragement,qu'elle peut disparaître.
                              Après plus de huit ans d'une douleur absolument continue(névralgie symptomatique du trijumeau)le problème est résolu à 95%(sans règle..)mais au terme d'une longue et dure bataille!
                              Ca date de novembre 2006,et je trouve déjà que c'est normal!
                              Je vous souhaite de tout coeur la même chose...
                              cath

                              debout les crabes.. la mer monte !

                              Commentaire

                              Chargement...
                              X