Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Viol par un médecin quand j'étais mineure

Réduire
X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

    Viol par un médecin quand j'étais mineure

    Bonjour,

    Adolescente, j'ai consulté plusieurs médecins pour maigrir, poussée par mes parents, j'avais quelques kilos en trop mais rien de dramatique. A 16 ans, alors qu'il mesurait le tour de ma cuisse, j'ai senti la main du médecin se poser sur moi de façon anormale et j'ai senti tout mon corps se figer, je voyais ce qui se passait comme un observateur extérieur Je me souviens qu'il m' a ensuite allongée sur la table d'examen, j'avais mes règles, il a retiré le tampon en disant que ça tombait bien comme ça on n’avait pas besoin de contraception. Après un rapport rapide, il continué la consultation, sans toutefois me faire payer d'honoraires et en me disant que je pouvais le rappeler si je voulais. En rentrant, j'ai donné à ma mère la feuille de soins et le chèque que je n'avais pas utilisé, elle était surprise mais je suis restée silencieuse. Sur le moment, j'étais incapable de mettre des mots là dessus. J'y suis arrivée après des années de thérapie et bien des détours. C'était à Paris, au cœur de la rive gauche, il y a plus de 30 ans. Je sens que cet épisode continue de me plomber et d'affecter toutes mes relations et j'ai besoin d'aller plus loin que d'en parler avec un thérapeute.
    J'ai découvert ce forum tout récemment à l'occasion du procès Beaupin,
    J'espère que vous pourrez m'aider.

    #2
    Bonjour,

    Je comprends tout à fait que ce viol continue à vous affecter. On ne vaut plus rien après un viol, une agression sexuelle, si personne n'est là pour soutenir et réparer de suite.
    Que faire après 30 ans ? Peut-être écrire au Conseil de l'Ordre des Médecins et leur faire part de votre témoignage. Le simple fait de dénoncer ce viol peut vous aider, est-ce qu'il exerce encore ?
    Je trouve votre témoignage pour le conseil intéressant. Il montre bien, qu'en général, les femmes ne parlent pas, ne dénoncent pas dans ces cas là. Il montre aussi à quel point ces médecins pervers, abuseurs, violeurs font des dégâts terribles.
    Voici le lien de la pétition que nous avons lancé pour obtenir un article interdisant les relations sexuelles médecin/patient.e. Le conseil a répondu en protégeant la liberté sexuelle du médecin dans un premier temps. Dans un second, il était plus "compréhensif", plus à l'écoute.
    Si vous décidez de faire un courrier ou de porter plainte, il faudra l'adresser au conseil de l'ordre départemental et le double au conseil de l'ordre national.
    Prenez le temps de la réflexion, je sais que ce n'est pas facile.


    Les signataires de cette pétition demandent l'ajout au Code de Déontologie Médicale d'un article interdisant explicitement aux médecins toute relation sexuelle avec les patient(e)s dont ils assurent le suivi.
    "Rien n'est plus fort qu'une idée dont l'heure est venue "
    Victor Hugo
    "Même si vous êtes seul et que personne ne vous suit, défendez toujours ce qui vous parait juste"
    Abbé Pierre

    Commentaire


      #3
      Merci de votre réponse. Je suis repassée quelques fois devant le cabinet et la dernière fois, la plaque avait disparu, je viens de regarder sur les pages jaunes et je ne le retrouve pas, je pense donc qu'il n'exerce plus, je ne trouve pas non plus sur l'annuaire du conseil de l'ordre Je vais prendre le temps de laisser décanter. C'était un premier pas immense d'écrire sur ce forum et d'y lire des histoires bien pire que la mienne.

      Commentaire


        #4
        Envoyé par Artémisia Voir le message
        Bonjour,

        Je comprends tout à fait que ce viol continue à vous affecter. On ne vaut plus rien après un viol, une agression sexuelle, si personne n'est là pour soutenir et réparer de suite.
        Que faire après 30 ans ? Peut-être écrire au Conseil de l'Ordre des Médecins et leur faire part de votre témoignage. Le simple fait de dénoncer ce viol peut vous aider, est-ce qu'il exerce encore ?
        Je trouve votre témoignage pour le conseil intéressant. Il montre bien, qu'en général, les femmes ne parlent pas, ne dénoncent pas dans ces cas là. Il montre aussi à quel point ces médecins pervers, abuseurs, violeurs font des dégâts terribles.
        Voici le lien de la pétition que nous avons lancé pour obtenir un article interdisant les relations sexuelles médecin/patient.e. Le conseil a répondu en protégeant la liberté sexuelle du médecin dans un premier temps. Dans un second, il était plus "compréhensif", plus à l'écoute.
        Si vous décidez de faire un courrier ou de porter plainte, il faudra l'adresser au conseil de l'ordre départemental et le double au conseil de l'ordre national.
        Prenez le temps de la réflexion, je sais que ce n'est pas facile.

        Bonjour,

        Encore merci Artemisia pour votre réponse, je peux sentir concrètement que j'ai plus d'énergie pour avancer. Il me semble effectivement qu'un courrier au conseil de l'ordre est une bonne solution. J'aimerai comprendre un peu mieux comment cela se passe, savez vous où je peux trouver des informations?

        Commentaire


          #5
          Bonjour,

          Voici un lien qui vous renseignera sur la procédure. Je préconise d'envoyer le double du courrier au Conseil National,certaines plaintes se sont "volatilisées", c'est une précaution.
          je pense que ça peut vous aider de poser un acte, même si c'est tardivement.
          "Rien n'est plus fort qu'une idée dont l'heure est venue "
          Victor Hugo
          "Même si vous êtes seul et que personne ne vous suit, défendez toujours ce qui vous parait juste"
          Abbé Pierre

          Commentaire


            #6
            Bonjour,
            Je sens que j'ai besoin d 'être accompagnée dans cette démarche et je viens de prendre contact avec une association de victimes. Après une longue attente téléphonique, ils m'ont indiqué qu'ils me rappelleraient quand il y aura un rendez vous possible, environ 2 mois.
            Je vous tiendrai au courant. Merci de vos réponses et des témoignages, c'est très aidant.

            Commentaire


              #7
              Bonsoir,eeC'est une bonne idée de vous faire accompagner. Deux mois d'attente,c'est long mais les associations sont débordées depuis Mee too, les victimes osent parler, sont mieux informées.
              Oui, c'est vraiment important de trouver de l'aide, des témoignages. De savoir que l'on n'est pas seule à vivre ou avoir vécu cette épreuve.
              Un livre vient d'être publié "silence sous la blouse", une enquête d'une journaliste, Cécile Andrzejewski, sur les agressions dans le milieu hospitalier, c'est un des pires.
              Elle évoque la pétition Hippocrate et les abus sur patientes.Ce ne sont pas des cas si rares, contrairement à ce que l'on pourrait penser.
              "Rien n'est plus fort qu'une idée dont l'heure est venue "
              Victor Hugo
              "Même si vous êtes seul et que personne ne vous suit, défendez toujours ce qui vous parait juste"
              Abbé Pierre

              Commentaire

              Unconfigured Ad Widget

              Réduire
              Chargement...
              X