Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Halitose réfractaire ! À LIRE (post-nasal drip, béance du cardia, RGO, LPR, gastroparésie)

Réduire
X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

    Halitose réfractaire ! À LIRE (post-nasal drip, béance du cardia, RGO, LPR, gastroparésie)

    Long post mais je pense que ça en vaut la peine !!!

    Etudiant en médecine, 23 ans, je pense avoir eu mauvaise haleine depuis mon enfance bien que je ne m'en rendais probablement pas compte.

    Quelques réactions ici et là mais rien qui ne me fit vraiment réaliser mon problème d'halitose chronique.

    Mon haleine empirant avec l'âge, j'ai simplement commencé à accorder plus d'attention à mon hygiène buccale, mâcher du chewing gum et commencé à me brosser la langue avec ma brosse à dent. Je n'étais toujours par réellement conscient de la chronicité du problème et de la gêne que cela pouvait occasionner.

    Malheureusement ma situation s'est péjorée l'année derrière signant le début d'un calvaire que bien trop de personnes connaissent sur ce forum. C'est à ce moment que rétrospectivement j'ai compris beaucoup de choses par rapport à mes intéractions avec les gens.

    Ce qui était un problème d'halitose chronique objectivable uniquement lorsque je parlais à une personne face à face à une certaine proximité s'est transformé en une odeur perceptible à l'expiration par le nez bouche fermée 2 mètres autour de moi assis en classe sur laquelle le chewing gum et autres bonbons n'avaient plus aucun effet et le brossage de dent un effet de 10 min. tout au plus.

    Je ne vais pas m'étalais sur les terribles implications psycho-sociales de l'halitose chronique (humiliation, embarras, faible estime de soi, analyse des moindre faits et gestes autour de soi, stratégies d'évitement, isolation sociale, changement de personalité, apnées, pensées sombres .. , etc.)


    Profil

    - 23 ans, homme
    - écoulement post-nasal constant depuis la plus jeune enfance (-> mucus en permanence dans la gorge)
    - langue blanche chargée depuis la plus jeune enfance
    - depuis quelques années régurgitation après les repas (sensation de remontée du bol alimentaire sans brûlures acides)
    - légère sensation d'acidité dans la gorge et le fond de la bouche
    - goût désagréable dans la bouche en permanence 5 min. après s'être brossé les dents et ++ après les repas
    - haleine fortement désagréable ce qui va de soi ..
    - depuis 1 an incessantes éructations qui perdure plusieurs heures après les repas
    - impression d'odeurs en lien avec mes repas qui remontent périodiquement après les repas
    - depuis 1 ballonement et sensation de plénitude après les repas

    Je suis arrivé à la conclusion que mon problème avait une composante buccale et digestive.

    Ce que j'ai essayé

    - le gratte-langue, diablement efficace pour retirer l'enduit lingual, mais effet très éphémère (mieux que rien), donc globalement utile à mon goût et appuyé par des études

    - dentifrice contenant du zinc, va complexer les avec les composés sulfurés volatiles et bloquer le métabolisme bactérien, efficace mais aussi temporaire, utile à mon goût et appuyé par des études

    - chewing gum, de par la salivation aide pendant 2 min. pour la composante buccale puis aggrave possiblement la situation

    - probiotiques oraux (streptoccus salivaires K12) qui visent à rétablir l'équilibre entre bonnes et mauvaises bactéries au niveau oro-pharyngé, pas fonctionné bien que prometteur, -> le traitement de la mauvaise haleine et celui de sa cause !

    - probiotiques intestinaux, effet positif sur la digestion mais pas sur la mauvaise haleine, en effet aucun lien au niveau pathophysiologique si quelqu'un pense le contraire je reste ouvert à un argumentaire cohérent..

    - (mars) IPP initialement pas fonctionné du fait du non-respect de la posologie à savoir les prendre 30 min. minimum avant le repas !!!!! . En effet les IPP sont absorbés au niveau intestinal, passent dans le sang puis vont inhiber la synthèse de pompes à protons au niveau de l'estomac réduisant la sécrétion acide gastrique tout cela requiert env. 30 min.

    - relever le lit et manger 4h avant le coucher, bénéfique mais ne règle pas le problème (relever le lit est avéré par les études..)

    - toute sorte de régimes, ce qui ne fonctionne absolument pas, on ne se débarrasse pas de l'halitose avec l'alimentation il faut arrêter avec ces discours qui mènent des personnes désespérées sur le chemin d'une énième déception ou à défaut je vous invite à mon expliquer la physiopathologie et à citer les études qui vont avec.

    Cependant, je pense qu'il est intéressant de noter que l'alimentation peut empirer un problème de mauvaise haleine, la mauvaise haleine d'origine buccale a la langue pour origine principale et plus particulièrement l'enduit lingual souvent blanchâtre qui s'y trouve, constitué de bactéries anaérobes à l'origine de composés sulfurés volatiles à l'origine de la mauvaise odeur. Le sucre et les protéines particulièrement les oeufs et les produits laitiers (contiennent acides aminés cystéine et méthionine contenant du souffre, souffre comme dans composé sulfurés volatiles, et en chimie organique il est dit des composés contenant du souffre qu'ils ont une odeur PESTILENTIELLE et c'est vrai j'ai pu le sentir aux cours) constituent un très bon substrat pour ces bactéries ce qui aggravent la mauvaise haleine.

    - le mucus résultant de l'écoulement post-nasal qui non seulement retient des particules de nourriture qui vont putréfier ou servir de substrat, constitue en lui-même un excellent substrat pour les bactéries anaérobes de la flore oro-pharyngée. J'ai donc essayé un spray nasal anticholinergique, spray nasal de corticostéroïdes, un spray de capsaïcine (substance active du piment) en vue de stopper le l'écoulement-post nasal.

    les corticoïdes et l'anticholinergique ont presque fait disparaître l'écoulement post-nasal, j'avais une langue un peu moins blanche mais j'avais toujours mauvaise haleine

    - (octobre) IPP en deuxième tentative en respectant la posologie, une grande amélioration au niveau de la composante buccale de l'haleine et de l'écoulement post-nasal, je ne me rappelais pas la dernière fois que j'ai eu un goût autant agréable dans la bouche, puis l'efficacité a diminué mais ça reste acceptable bien que je n'ai tout de même pas la confiance de parler face à face très proche et que les réactions à l'expiration assis à 2m demeurent du fait de la composante digestive. Sujet débattu parmi les gastro-entérologues avec plusieurs études contradictoires mais dans l'ensemble supportant le rôle des reflux gastro-oesophagiens dans l'halitose, de par mon expérience le reflux gastro-oesophagien et plus particulièrement l'effet de l'acide sur la flore bactérienne joue clairement un rôle dans l'halitose, peut être mon futur travail de master...


    Examens

    - bilan allergologique, totalement négatif (= ce n'est pas la cause de l'écoulement post-nasal, qui est une source de mauvaise haleine de par le mécanisme ci-dessus)

    - ORL, amygdales dépourvues de caséum (cause avérée de mauvaise haleine appuyé par de nombreuses études), irritation des cartilages aryténoïdes au niveau du larynx témoignant d'un reflux laryngo-pharyngé LPR (ce type de reflux explique l'écoulement post-nasal de par l'irritation des muqueuses au niveau laryngo-pharyngé et même nasal d'après l'ORL avec pour conséquence production de mucus à ces deux niveaux, il est avéré que les reflux acides peuvent être sous-forme gazeuse ce qui pourrait expliquer la composante nasal de l'irritation, il faut cependant garder à l'esprit que la pepsine joue également un rôle dans l'irritation des structures lors des reflux. En ce qui concerne la composante nasal, j'ai parlé de ça au prof de gastro-entérologie à l'uni qui a dit que bien que ce n'ait pas été décrit dans la littérature que ça pouvait constituer une piste, travail de master ? à voir ..

    - Gastro-entérologue (qui s'est par la suite révélé être incompétent), endoscopie avec biopsie Helicobacter Pylori négative (cause avérée de mauvaise haleine appuyée par de nombreuses études), béance du cardia (hypotonie du sphincter oesophagien inférieur) mais pas d'hernie hiatale (soi-disant), j'ai scruter TOUS les posts du forum faisant mention d'une hernie hiatale ou d'une béance du cardia et à mes yeux leur implication est indéniable dans la mauvaise haleine, cela est est reconnu à travers des études pour l'hernie hiatale, mais ce n'est bizarrement pas le cas pour la béance du cardia dont aucune mention n'est faite bien qu'une béance du cardia soit une cause évidente de reflux.

    - persuadé que les IPP ne fonctionnaient pas du tout et certain de la béance du cardia (qui plus est peut être congénitale = présent à la naissance, expliquant mon historique) comme cause de tous mes maux, je me décidais gentiment pour la chirurgie de reflux, une fundoplicature de Nissen, car même si les IPP fonctionnaient je n'ai aucune envie de les prendre toute ma vie, car la sécrétion gastrique à entre autre un effet bactéricide et sa suppression à hauteur de 90% expose au risque de pullulation bactérienne de l'intestin grêle (SIBO) et au syndrome du côlon irritable IBS, en plus du risque de fracture augmenté sur le long terme, entre autres..

    Par hasard dans mes recherches je tombe sur un article faisant état d'un pacemaker (ENDOSTIM) visant à stimuler le cardia, pour restaurer une pression normale du sphincter oesophagien inférieur. Opération nettement moins invasive que la fundoplicature de Nissen et n'altérant pas l'anatomie de l'estomac et de sa jonction avec l'oesophage en plus de présenter d'excellents résultats. Je contacte directement l'un des chirurgiens (hôpital universitaire) qui fait cette procédure. Toute opération requiert une minutieuse évaluation du risque opératoire, je dois faire une manométrie oesphagienne (étude des pressions dans l'oesophage pour jauger la motilité), un test de vidange gastrique et une pH métrie sur 24h.

    - manométrie oesophagienne normale, pas de de béance du cardia donc pression du sphincter normale et présence d'une hernie de 1cm non-significative par rapport à la symptomatologie (incompétence totale du gastro-entérologue, ce qui est bien triste au vu du fardeau qui accompagne la mauvaise haleine..)
    - pH métrie, reflux dans l'ensemble non-pathologique, exposition totale non qualificative pour une chirurgie de reflux
    - test de vidange gastrique, TRES importante rétention gastrique 37 min vs 20 min en moyenne pour le temps de demi-vie de vidange du repas en question (flocons d'avoie avec de l'eau), 0.29 contraction par min. vs 3 en moyenne, sur 10 min. cela fait 2.9 vs 30, pour mieux se représenter la sévérité de l'affection de la motilité gastrique ce qui démontre une GASTROPARéSIE, je vous invite à vous renseigner sur cette maladie, je vais pas en expliquer les détails ici, d'autres sites le font bien mieux que moi

    il s'agit donc d'une GASTROPARESIE qui en effet explique tous mes symptômes et particulièrement la composante digestive de l'odeur à l'expiration bouche fermée, rétrospectivement j'avais remarqué que à travers la réaction des gens autour de moi, l'odeur été pour eux à la limite du supportable probablement quand je consommais la veille des oeufs ou des produits laitiers probablement de par la putréfaction dans l'estomac, je vous laisse imaginer l'odeur qui s'en émanait bien que je n'en n'étais pas personnellement conscient comme c'est souvent le cas avec les odeurs personnels notre cerveau s'habituant à cet influx d'informations et l'écartant ne la jugeant pas importante. De plus la stase gastrique qui précisons le peut atteindre de nombreuses heures est également à l'origine de mes symptômes de reflux qui présentent une certaine acidité bien que moindre que dans une maladie de reflux, je n'ai jamais de brûlures par ex. . La cause principale de l'haleine buccale étant donc ces régurgitations relativement acide jusqu'au pharynx, je peux en effet corréler la sévérité des régurgitations et l'intensité de la mauvaise haleine. Quant à la composante acide des reflux le mécanisme selon lequel cela cause la mauvaise haleine n'est pas clair. Cependant, plusieurs études établissent clairement un lien entre ces deux entités et quelques unes infirment ce même lien.

    La gastroparésie est souvent peu symptômatique et on ne retrouve pas forcément de la nourriture dans l'estomac après le jeûne qui précède une endoscopie, car le temps de vidange gastrique varie d'un jour à l'autre restant tout de même fortement perturbé.

    Donc pour toutes les mauvaises haleines réfractaires sur suspicion de reflux, renseignez vous sur la GASTROPARéSIE, évaluer le bien fondé d'une mise en doute du résultat de l'endoscopie, la manométrie oesophagienne et la pH métrie étant le gold standard pour les reflux acides et de 2 faites vous une faveur et demander, obtener ! un test de vidange gastrique car on connait tous la souffrance autour de cette affection donc mettez la pression sur le corps médical et par dessus tout n'ayez pas peur de parler de ce problème aux médecins SVP.

    deux posts qui d'après moi présente un cas similaire

    https://forum.atoute.org/node/187999
    https://forum.atoute.org/node/135185


    Ayant certes identifié la cause indéniable de ma MH, la dompéridone ne marche pas pour l'instant -> toujours des réactions en cours à deux mètres bouche fermée, de plus les IPP diminuent l'absorption de la dompéridone alors que sans les IPP mon haleine est à nouveau à son paroxysme. Les implications sociales de ma situation actuelle ne permettant pas de me concentrer aux cours j'étudie à la maison par souci de productivité, on va continuer le combat tant qu'on en aura la force. La prochaine étape pour moi est la pyloroplastie dont je vais discuter des modalités avec le chirurgien lors de notre prochaine rencontre à 2 mois post début de la médication soit en janvier. La pyloroplastie vise à rétablir un temps de vidange gastrique normal et j'espère réduire les symptômes qui vont avec, plusieurs études montrent de très bon résultats pour cette procédure.

    post sur la gastroparésie

    https://forum.atoute.org/node/27817

    Donc voilà c'est un peu mon parcours, j'espère que ça pourra aider certaines personnes, j'ai moi-même beaucoup appris d'innombrables post un peu partout sur le web et surtout ici donc je me devais de contribuer, je suis dispo pour des questions, critiques, commentaires etc. ici ou en PM et aussi pour donner les liens des études (en anglais) dont je fais les louanges dans mon texte.

    Je posterai un compte-rendu de la suite de mes aventures suite à mes prochains rendez-vous.

    #2
    C'est un chef d'oeuvre Mdr,mais ta fait une opération beance de cardio mais ta toujours mauvaise haleine ?

    Commentaire


      #3
      Non, il s'est avéré que je n'avais pas de béance du cardia ce qui est une synonyme d'hypotonie du sphincter oesophagien inférieur, lors de la manométrie à haute résolution. En conséquent, je n'étais pas éligible pour une chirurgie de reflux qui plus est la pH métrie a montré une exposition totale acide dans l'oesophage qui reste dans la norme.

      *la dompéridone (motilium) est un procinétique, substanc visant à augmenter la motilité du tube digestif haut.

      Commentaire


        #4
        Salut Opiniâtre,

        Je tiens à te remercier du partage de ton expérience et de tes recherches. A force de traiter chaque possible cause individuellement, nous arriverons sûrement par trouver la ou les réelles causes de cette MH qui nous gâche tant la vie. J'aimerais te poser une question concernant la gastroparésie.

        Il y a quelques années, j'ai passé un test du tractus gastro-intestinal supérieur où j'ai bu a jeun un mélange devant un appareil de radiographie. Bilan du transit oeso-gastro-duodénal : absorption du produit sans difficulté, pas de régurgitation ; s'écoule normalement dans l’œsophage ; morphologie normale de l'estomac ; vidange gastrite assez lente. Je voudrai attirer ton attention sur ce dernier point : le simple fait d'avoir une vidange gastrite lente peut il être considéré comme avoir une gastroparésie ? Même si le docteur n'a aucunement fait mention de cette maladie, je me pose des questions.

        Je dois préciser que j'ai 25 ans et que j'ai subi deux opérations du type Nissen en raison d'une béance du cardia favorisée par une hernie hiatal. La deuxième opération date de début septembre. Malheureusement, la MH n'est pas parti, au contraire celle ci est revenue en force quelque temps après. J'ai réussi toutefois à diminuer fortement ma MH avec la prise de probiotiques contre le syndrome du colon irritable et couplé d'un régime santé (pas de gras, sucre raffiné, aliments irritants pour l'estomac...). Il faut savoir que l'haleine a mis environ une, voire une semaine et demie à se neutraliser après le début du régime. Je remarque que dès que je fais un écart, cette haleine revient avec force.

        Merci de ton aide en tout cas !

        Commentaire


          #5
          Churchess,

          Tu fais la mention d'un examen qui s'appelle " baryum swallow " où il faut avaler un liquide contenant du baryum, substance fortement radio-opaque en radiographie (l'os est par exemple lui aussi radio-opaque..), cela permet de monitorer en radiographie "vidéo" (sur le temps en opposition au cliché unique d'une radio du thorax par ex.) la fonction et la morphologie de l'OESOPHAGE, de même que celle de l'estomac mais dans une moindre mesure.

          Dans une moindre mesure car la fonction de l'estomac est bien MIEUX évaluer à travers un test de vidage gastrique qui est un examen de médecine nucléaire contenant une infime dose de radioactivité, l'émission de rayon à partir . Le temps de vidange est mieux évaluer, il est également possible d'évaluer l'amplitude des contractions de la musculature gastrique ainsi que le nombre de contraction par minute. On a donc un examen nettement plus sensible (la sensibilité = si j'ai la maladie quelle est le pourcentage de chance qu'elle soit détectée). Ceci dit, la manométrie est nettement plus sensible pour l'oesophage, mais bien plus désagréable et coûteux -> économie de la santé..

          Tu as fait la mention d'une vidange gastrique assez lente à cet examen, cela est FORTEMENT évocateur d'une gastroparésie, étant donné qu'on définit une gastroparésie comme un trouble de la motilité gastrique caractérisé par une vidange gastrique diminuée. Dans quel cadre as-tu effectué cet examen, en pré-OP avant la 1ère fundoplicature ? Il n'en a peut-être pas fait mention car on ne trouve que ce qu'on cherche.

          Sachant le lien entre cette affection et certaines manifestations de la MH et le fait que ton haleine s'améliore avec l'alimentation, ça pourrait être une piste à explorer. Qui plus est, les modifications alimentaires dont tu parles corresponde en partie à celles recommander dans le cadre d'une gastroparésie, à savoir entre autres, éviter les repas gras car il est avéré qu'ils retardent la vidange gastrique.



          Commentaire


            #6
            Bonjour à tous ! Bonne petite synthèse « Opiniâtre », tu résumes bien la complexité et les causes multi-factorielles de la M.H... Mais attention Beaucoup de gens ont des ralentissements de la vidange gastrique, beucoup de gens ont des reflux, beaucoup de gens ont des soucis de foie avec manque de bile, beaucoup de gens ont des moitiés d’estomac (opération) mais pourtant la plupart des gens n’ont pas de mauvaise haleines chroniques... Le vrai soucis est de comprendre quelle est la corrélation entre les reflux et la prolifération des bactéries anaérobies.. car se sont ces bactéries qui causent la mauvaise haleine..En tout cas je t’eucourage à persister dans ta volonté à chercher des solutions... amicalement, Jo.

            Commentaire

            Unconfigured Ad Widget

            Réduire
            Chargement...
            X