Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Refonder la médecine libérale.

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

    Refonder la médecine libérale.

    Bonjour,
    "Refonder la médecine libérale", serait-ce la fin du tunnel, l'espoir de faire progresser la médecine générale ?
    En tout cas, c'est la volonté de N. Sarkozy qui a "ordonné" un rapport d'états des lieux au CNOM.

    (...)
    Parmi les "orientations" suggérées au Dr Legman, qui devra rendre ses propositions "fin mars", Nicolas Sarkozy a notamment estimé qu'il fallait "simplifier la vie du praticien", "favoriser l'effort de formation des médecins", autoriser "la possibilité d'exercer dans des maisons de santé, des centres de soins ambulatoires" et "faciliter la mobilité des médecins".
    (...)
    Article sur le Monde.fr

    Je n'y vois là aucune allusion électorale après que Roselyne eût fâché les médecins (Le Monde : la colère des médecins libéraux), ce rapport a été "demandé" en urgence pour début mars.

    Tactique ou non, ce rapport pourra-il aider à faire renaître la médecine générale ?

    Terence
    Sans le savoir, Einstein était TDAH (ADHD), il trouvait l'école ennuyeuse. La société a peu changé, elle docilise médicalement.

    #2
    Re : Refonder la médecine libérale.

    Bonsoir,

    j'espére que le Dr Legmen saura dire que les médecins generalistes sont sous payés pour le service qu'ils rendent et que l'activité libérale bouffe littéralement la vie, des semaines de 60 heures et plus des astreintes en veux tu en voilà(semaine et WE),et c'est au bout du compte en fin de mois bien plus que le smic d'accord, mais rapportons ce revenus au temps passé. N'importe quel salarié en rigole. 10 ans d'étude pour ça ! rapportons aussi ce travail à notre retraite ... tout cet argent payé pour des quenouilles, l'asv est une escroquerie.

    Bien d'autres choses à dire sur la medecine de campagne qui sacrifie toute une famille.

    Personnellement j'ai décidé de vivre et de ne pas m'installer, vivre moins riche mais vivre ! j'ai donc dévissé ma plaque, le jeux n'en valait pas la chandelle.

    Refonder donc la medecine generale passe en premier lieu par payer plus les medecins generalistes, ce n'est pas la création des maisons médicales qui fera revenir des MG à la campagne.

    Cordialement

    Commentaire


      #3
      Re : Refonder la médecine libérale.

      Envoyé par pibi
      Bien d'autres choses à dire sur la medecine de campagne qui sacrifie toute une famille.
      Bonjour,
      Christian Saout (membre de cette commission) donnait déjà son point de vue à ces problèmes de localités. Ici une de ses réponses, à des questions diverses (le monde), chacun appréciera :

      [b]Oups : Pourquoi ne pas contraindre les médecins à passer au moins leurs premières années dans les zones les plus "désertiques" médicalement parlant ?
      (C.S) : Eh bien je ne sais pas. En fait, si, je sais, car cette discussion, on l'a eu l'année dernière, aux états-généraux de l'organisation des soins (EGOS) et les médecins nous ont expliqué qu'ils n'étaient pas comme les autres. Que certes, leurs études étaient payées par l'Etat, mais qu'on n'avait pas le droit de leur imposer d'aller dans un endroit donné. Chacun appréciera.

      Terence
      Dernière modification par Terence, 12/02/2010, 09h57.
      Sans le savoir, Einstein était TDAH (ADHD), il trouvait l'école ennuyeuse. La société a peu changé, elle docilise médicalement.

      Commentaire


        #4
        Re : Refonder la médecine libérale.

        Bonsoir,
        Au détour d'un blog, celui d'Alain Clergeot, un médecin de formation qui travaille dans l'industrie pharmaceutique, (c'est pour dire!), je lisais que les maisons de santé étaient la principale alternative à ce jeu du "quitte ou double" dans ce refondement de la médecine. Rien de nouveau, rien d'original.

        Ce n'est sans doute pas l'originalité que l'on souhaite à travers cette nouvelle mission, mais simplement des solutions à des problèmes qui nous concernent tous, aussi bien patients que médecins.

        Cette mission est peut-être en deça des attentes des patients, car les problèmes de la "Santé" ne sont pas qu'une affaire de "médecins". Mais ils sont au front. Ils sont au premier aux rendez-vous lorsque l'on a bobo. Le soir, lorsque leurs cabinets sont fermés, nous engorgeons les urgences des hôpitaux pour une entorse qui remonte à deux semaines... Les médecins ne peuvent pas tout, et heureusement que le vétérinaire existe, auquel cas, les nausées de Felix finirait avec sa boîte de Friskies comme paquet témoin aux urgences. Comme vous l'avez compris à ce jeu de la bobologie, refonder la médecine doit aussi prendre en compte une réalité sociale qui est tous la nôtre au quotidien.

        Personnellement, j'aurai souhaité une mission de plus grande envergure, non limitée par de quelconques attentes électorales, dans le but principal de véritablement améliorer la réalité du patient et celle du médecin (l'une implique l'autre).

        Les voeux (ou futures décisions) du Président N.S orientent vers "une mobilité des médecins". Qu'est ce que cela veut-il dire ? Un médecin peut-il être mobile ?

        En rebonds, je lisais le blog, cette histoire, de ce jeune médecin, qui se passe de tous commentaires :
        (...) Il y a 30 ans lorsqu’il y avait 1 médecin pour 1000 habitants, mon père était généraliste en campagne. Il était disponible 24 heures sur 24, il était réveillé toutes les nuits pour des visites. Il s’était associé, ce qui lui permettait de prendre un dimanche de repos tous les 15 jours…

        (...)

        Ce type d’exercice, je le connais pour le pratiquer régulièrement en remplacement. Pendant des périodes de 2 semaines, je remplace un généraliste travaillant “à l’ancienne”. Je vois des patients de 8 h à 23 h avec juste 10 minutes pour manger, je reste joignable toute la nuit, je travaille les samedis entiers et dimanches. Ces semaines de remplacements sont fatiguantes mais exaltantes. Inutile de vous dire que je ne vois pas mes enfants pendant ces remplacements.


        Jamais une fois installé je ne travaillerai comme ça. Je ne rêve pas des 35 h, mais j’espère trouver un mode d’exercice raisonnable qui me permette d’être suffisamment présent pour ma famille.
        (...)
        Là voilà notre réalité en tant que patient, disposer d'un médecin 24h/ 24h, 7 jours sur 7. Notre entorse que nous avons eu il y a deux semaines ne peut plus attendre, c'est ce soir, cette nuit à 23H, c'est tout de suite, parce que nous avons décidé de notre urgence. Dommage, le cabinet du médecin est fermé. Appelons le, c'est tout de même le médecin de famille. S'il ne répond pas, il faut aller aux urgences. Nous avons vu notre entorse gonflée entre 21H13 et 21H27, c'est urgent.

        Je suis peu partisan à l'augmentation finançière des médecins comme seule solution à ces problèmes de santé. Le problème de disponibilité resterait entier. Veillons à éviter le burn-out. Le fait de l'augmenter nous donnerait le privilège de croire qu'en étant mieux payé, nous avons tous droits sur sa disponibilité.

        Qu'impose la mobilité du médecin ? Serait-ce un médecin disponible continuellement au service du patient, encore un 24/24 ? Parmi nos problèmes de santé, peut-on s'attendre à ce que le médecin soit entouré de plus d'infirmières mobiles comme le propose certains ? Cela supposerait augmenter le nombre d'infimières.

        Je crois finalement que la réalité est telle que chaque patient souhaite aujourd'hui une santé plus personnalisée.
        Alors pourquoi ne pas voir la solution autrement, c'est à dire de revoir un peu ce système de santé en créant par exemple des unités mobiles qui feraient le lien entre le patient et le médecin, voire les hôpitaux. C'est une économie pour l'Etat qui pourrait mieux gérer ses hôpitaux et le personnel hospitalier, de réduire les structures mais de favoriser les salaires, et une meilleure disponibilité des médecins.

        Cela sous-entend une plus grande responsabilité du patient, comme par exemple le développment de la CyberSanté comme au Danemark, le système de santé sundhed.dk, une sorte de DMP très évolué (à lire, la seconde partie de cet article, en milieu de page : TOLSTOÏ ne convient pas pour les services de santé.)
        Et nous pourrions ainsi réduire le système trop compliqué des organisations de santé française en limitant leur nombre. Cela ferait une autre économie pour l'Etat et les collectivités locales.
        Je n'ai évidemment pas de solution toute trouvée, cependant, je crois que multiplier de nouveaux organismes ou procédures, n'est pas la meilleure solution car celles ci s'accumulent avec le temps rendant notre système de Santé de plus en plus compliqué.

        Terence

        Dernière modification par Terence, 13/02/2010, 21h57.
        Sans le savoir, Einstein était TDAH (ADHD), il trouvait l'école ennuyeuse. La société a peu changé, elle docilise médicalement.

        Commentaire


          #5
          Bonsoir,

          mieux rémunerer des médecins de campagne, c'est leurs offrir une meilleure qualité de vie. La réalité de la vie à la campagne montre que le coût de la vie y est trés important. L'espace disponible est plus important, et c'est là le principal avantage (ou inconvénient de l'endroit), il faut le gérer, le chauffer, l'entretenir et tout est plus loin. Le médecin se remarque de loin dans les campagnes il paye tout les services comme un Anglais c'est à dire plein pôts, pas de cadeau car c'est un "riche" et privilégié.

          Un médecin actuellement s'en sort si il "abat de l'ouvrage", des journées presque sereine avec 15-20 patients et une présence continue de 7h à 20 h personnellement je pense que "ça le fait pas" et ont pourrait décompter les heures de disponibilités au service des gardes, les pseudo avantages de l'asv, plus l'AF partielle et la cotisation sécu quasi nulle , même au taux horaire je trouve le résultat affligeant et absolument pas motivant.

          Attirer des jeunes dans les contrées reculés c'est leurs demander des sacrifices personnels qui vont marquer la chair de leur famille,c'est un coût inestimable, que seul des inconscients, benêts optimistes ou des organismes "vocationnels ou sacerdotés" sont prêt à payer.

          Seul un trés petit nombre peuvent y être interessé sur le longcours. Des médecins de sexe masculins, marié avec femme au foyer et désireux de fonder quelque chose.

          Ailleurs ce sera un medecin qui retourne au pays pour y travailler, ... des statistiques la-dessus ?

          Comme il y a 70/80 % de médecins femmes jeunes diplomés maintenant et avec le compagnons travaillant généralement ... tout cela est mathématiquement trés difficile.

          Seulle une bonne carotte peux attirer les quelques médecins éligibles à la campagne, et il y aura alors même quelques mercenaires de passage, autrement ce ne sont que de belles illusions.


          Un service obligatoire dans des dispensaires/maison médicales se prépare déjà, une pléthore médicale voulue avec conventionnement sélectif (la gestion par objectif personnel est déjà en cours ainsi que le paiement individualisé des médecins), la paupérisation de la médecine de base, disparition du rapport singulier à son medecin generaliste, et voici l'officier de santé guichetier sécu du systéme de santé en réseau ou en monotube bureaucratique plutôt.

          Cordialement

          Commentaire


            #6
            Re : Refonder la médecine libérale.

            Bonjour,
            Je suis naïf sur ce forum et ne ferai pas long pour ce premier message.
            Je suis ophtalmo en zone semi-rurale, à 50 km de deux CHU et d'un CHR important doté d'un service d'ophtalmo.
            Je suis navré de lire ce que vous décrivez de l'état de la Médecine Générale dont nous avons essentiellement besoin, à tous les titres possibles et imaginables. D'autant que la situation de la Médecine de Spécialités n'est pas plus enviable à moyen terme, en cause la démographie au premier chef. Je ne trouverai jamais d'associé, la médecine n'est pour ainsi dire plus enseignée aux Internes de spécialités chirurgicales, tout un pan du service médical rendu à la population va s'effondrer (50 % de départs en retraite dans la spécialité, autour de moi, à l'horizon 2015) faute de formation et de renouvellement des cadres...

            A+ Atoute

            Commentaire


              #7
              Re : Refonder la médecine libérale.

              Manifestement cette discussion ne stimule pas grand monde. Il est vrai que c'est un chantier tellement important qu'il va sans doute nous être imposé par un quarteron de technocrates via le ministre de passage au moment. Une discussion démocratique prendrait sans doute quelques siècles... Il est vraisemblable que les généralistes vont être dispatchés sur le territoire sous l'autorité d'une structure administrative plus que médicale et que les spécialistes vont se retrouver à l'hosto, ou dans des structures semblables, chapeautés, eux aussi, par de zélés gestionnaires. J'espère échapper à ça grace à une période transitoire. Mais je n'en suis pas sûr.
              Tiens, me voilà gagné par le pessimisme ambiant !

              Commentaire


                #8
                Re : Refonder la médecine libérale.

                Envoyé par ncp
                Il est vraisemblable que les généralistes vont être dispatchés sur le territoire sous l'autorité d'une structure administrative plus que médicale et que les spécialistes vont se retrouver à l'hosto, ou dans des structures semblables, chapeautés, eux aussi, par de zélés gestionnaires.
                Jeune médecin généraliste (à la campagne) et souhaitant m'installer dès que possible (à la campagne), je suis loin d'être hostile à un exercice dans un centre médical, et pourquoi pas salarié.
                La peur d'une structure "administrative" (bouh le vilain mot) ou d'être "chapeauté (...) par de zélés gestionnaires", me fait un peu sourire. Le mythe du médecin libéral qui ne reçoit ses ordres de personnes (sauf peut être de l'industrie pharmaceutique) a vécu à mon avis. Si les dépenses de santé sont socialisées, je ne vois rien de choquant à ce que les dépenses soient décidées démocratiquement.
                Dernière modification par Bat le Ouf, 13/08/2010, 17h40.

                Commentaire


                  #9
                  Re : Refonder la médecine libérale.

                  Envoyé par Bat le Ouf
                  Jeune médecin généraliste (à la campagne) et souhaitant m'installer dès que possible (à la campagne), je suis loin d'être hostile à un exercice dans un centre médical, et pourquoi pas salarié.
                  La peur d'une structure "administrative" (bouh le vilain mot) ou d'être "chapeauté (...) par de zélés gestionnaires", me fait un peu sourire. Le mythe du médecin libéral qui ne reçoit ses ordres de personnes (sauf peut être de l'industrie pharmaceutique) a vécu à mon avis. Si les dépenses de santé sont socialisées, je ne vois rien de choquant à ce que les dépenses soient décidées démocratiquement.
                  Si ça t'intéresse je connais un bon plan pour s'installer urgemment à la campagne, clientèle abondante garantie et peut être cabinet fourni gratuitement.

                  Commentaire


                    #10
                    Re : Refonder la médecine libérale.

                    C'est gentil mais dans le coin où j'habite les propositions ne manquent pas non plus. Et surtout j eveux m'installer dans un cabinet de groupe.

                    Commentaire


                      #11
                      Re : Refonder la médecine libérale.

                      Envoyé par ncp
                      Manifestement cette discussion ne stimule pas grand monde. Il est vrai que c'est un chantier tellement important qu'il va sans doute nous être imposé par un quarteron de technocrates via le ministre de passage au moment.
                      Bonsoir,
                      Entre deux réunions, et deux déjeuners, Sarkozy n'a retenu de ce rapport qu'il faillait faire cadeau d'un euro sur les consultations (tactique politique oblige, la promesse est pour 2011...).
                      Rapport clos. Who's next ?

                      Un autre article pour en lire plus...

                      Terence

                      PS : Le rapport en PDF du Dr Legman.
                      Dernière modification par Terence, 20/09/2010, 23h59.
                      Sans le savoir, Einstein était TDAH (ADHD), il trouvait l'école ennuyeuse. La société a peu changé, elle docilise médicalement.

                      Commentaire


                        #12
                        Re : Refonder la médecine libérale.

                        bonjour,
                        je suis infirmière en Dordogne et je lis votre discussion et je vous comprends et je me questionne aussi sur l'avenir et comment sauvé la médecine dans nos communes ruraux.
                        en cherchant j'ai trouvé le système de coopérative de santé comme au Québec (d'ailleurs il y en a une qui s'est créer en France en clychi sous bois)
                        quand penser vous?
                        le fait de s'associer entre pluri professionnel pourrait permettre de garder des horaires et jours ouvrable ce qui permet également de garder une vie de famille.

                        Commentaire

                        Chargement...
                        X