Annonce

Réduire
Aucune annonce.

J'ai tiré ma dernière cartouche ou chronique d'une défume verbeuse

Réduire
X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

    #16
    Re : J'ai tiré ma dernière cartouche ou chronique d'une défume verbeuse

    Salut la verbeuse

    Bon courage à toi pour cette pré defume

    Tiens nous au courant ...


    Ps perso j'aime bien les grandes bafouilles
    Tentative n° heu... Chai pu vraiment hein... Mais on va prendre un chiffre rond ... Donc

    Tentative n°10 : aujourd'hui et maintenant

    Commentaire


      #17
      Re : J'ai tiré ma dernière cartouche ou chronique d'une défume verbeuse

      Bonjour Kweb et merci pour tes encouragements.
      J'ai lu que toi non plus tu n'en es pas à ton premier essai.

      Je commence à lire un peu vos aventures, aux uns et aux autres, et c'est très curieux : il y a quinze jours de cela, je me disais que ça faisait tellement longtemps que je n'avais pas arrêté de fumer qu'il ne me restait qu'un souvenir assez vague des différentes étapes que j'avais traversées.
      Et puis, à picorer sur quelques fils ici et là, je m'aperçois que la mémoire me revient, et j'aurais déjà envie d'intervenir partout, en me fiant à ce que j'avais moi-même expérimenté.
      Mais un peu de pudeur, quand même : je me l'interdis avant d'avoir écrasé la dernière ! Bon, d'accord, j'ai fait une exception pour Edmie, mais c'est pas pareil
      Parce que là, je me sens très forte, très sure de moi, mais je pense que dans une semaine, je ferai moins la maline...
      Les aigles atteignent des sommets, les escargots aussi mais ils en bavent

      Commentaire


        #18
        Re : J'ai tiré ma dernière cartouche ou chronique d'une défume verbeuse

        Bonjour Balzy,

        Voilà les pavés revenusre_bienvenue! il y a beaucoup de courageux prêts à te soutenir pas de souci pour ça!

        Pour les grains de café; je connaissais leur pouvoir de changer l'haleine un peu encombrée de fumeuse que je fus, en croquant allègrement dedans et pour le reste pourquoi pas, j'ai machônné pendant des mois des cure-dents, ce n'est pas très élégant , j'en conviens, mais cela avait une certaine efficacité!

        Bonne défume! tu as raison de t'y recoller, les mesures à venir contre le tabagisme, sont drastiques.


        Amo, Spero, Credo.



        Gaby!

        Commentaire


          #19
          Re : J'ai tiré ma dernière cartouche ou chronique d'une défume verbeuse

          Bonjour Gaby,

          Effectivement, je me sens comme "portée" par cet accueil chaleureux.
          Je n'en attendais pas moins, pour être tout à fait honnête

          Merci de me rappeler un des premiers plaisirs de la défume : ne plus retrouver ce goût de cendrier qui empâte la bouche dès le réveil (si mes souvenirs sont bons, en deux jours, c'est une affaire réglée).
          Envoyé par gabrielle elise
          Pour les grains de café; je connaissais leur pouvoir de changer l'haleine un peu encombrée de fumeuse que je fus, en croquant allègrement dedans

          Je ne sais pas si les grains de café "compensent" le manque de nicotine, comme le disait Sijarrete, mais c'est une bonne alternative aux bonbons par rapport au manque comportemental.

          Quant à les croquer, heu... chacun ses goûts, moi je préfère le boire sous forme liquide
          Les aigles atteignent des sommets, les escargots aussi mais ils en bavent

          Commentaire


            #20
            Re : J'ai tiré ma dernière cartouche ou chronique d'une défume verbeuse

            Envoyé par Balzy
            Mais c'est plein de copines, ici !
            Faut dire que je ne cherche jamais à savoir de quel forum viennent les gens que je croise sur blabla...
            Bon, alors il faut que je fonce lire tes messages s'ils sont autant à rallonge que les miens
            Bonjour,

            J'suis pas sure que mes messages soient aussi longs que les tiens....... mais vu la quantité, ça devrait t'occuper un moment (j'crois que mon message le plus long c'est mon témoignage (page 7 normalement )

            bonne continuation
            On ne prépare pas l'avenir sans éclaircir le passé
            Germaine Tillion



            me faire CE cadeau de retrouver ma Liberté .......

            Commentaire


              #21
              Re : J'ai tiré ma dernière cartouche ou chronique d'une défume verbeuse

              Envoyé par Balzy
              un libertab ainsi qu'un flacon d'huile essentielle de menthe poivrée : ça, je suis contente de l'avoir encore, car, apparemment, ça ne se vent plus en France depuis bien longtemps et j'avais trouvé ça complètement magique.
              Ho pinaise de pinaise !!!
              Ce bon vieux Libertab que j'avais acheté sut tes conseils à l'époque ...
              J'en rigole encore de ce truc, je tirais dessus comme un malade et mes potes me demandaient si j'étais pas taré ...

              J'ai même retrouvé une petite discussion à ce sujet, punaise c'était il y à plus de 6 ans déjà... http://www.atoute.org/n/forum/showthread.php?t=105&pa

              Sinon ça va ou ça va ?
              J'adore Claire, Gégette et Lolo ce sont mes petits lapins n'a moi
              Je kiffe grave Marjo vivement qu'on fasse n'gologolo
              Arrêt de la clope le 01/03/05 à 8h20

              Commentaire


                #22
                Re : J'ai tiré ma dernière cartouche ou chronique d'une défume verbeuse

                Envoyé par SCHNAPS
                Ho pinaise de pinaise !!!
                Ce bon vieux Libertab que j'avais acheté sut tes conseils à l'époque ...
                J'en rigole encore de ce truc, je tirais dessus comme un malade et mes potes me demandaient si j'étais pas taré ...

                J'ai même retrouvé une petite discussion à ce sujet, punaise c'était il y à plus de 6 ans déjà... http://www.atoute.org/n/forum/showthread.php?t=105&pa

                Sinon ça va ou ça va ?
                Mazette ! J'ai même retrouvé un John au fin fond de mes placards
                Ça fait trop plaisir
                Les aigles atteignent des sommets, les escargots aussi mais ils en bavent

                Commentaire


                  #23
                  Re : J'ai tiré ma dernière cartouche ou chronique d'une défume verbeuse

                  l'artillerie va débarquer pour t'aider

                  bonjour balzi

                  Commentaire


                    #24
                    Re : J'ai tiré ma dernière cartouche ou chronique d'une défume verbeuse

                    Envoyé par B@bette
                    l'artillerie va débarquer pour t'aider

                    bonjour balzi
                    Je vois ça !
                    Lourde, l'artillerie, s'il te plaît, Babette.
                    J'ai lu ton témoignage, Véro, effectivement, j'ai encore un peu de marge, mais je ne m'avoue pas vaincue
                    Les aigles atteignent des sommets, les escargots aussi mais ils en bavent

                    Commentaire


                      #25
                      Re : J'ai tiré ma dernière cartouche ou chronique d'une défume verbeuse

                      Finalement, ça ne va pas chercher bien loin, ma bibliothèque personnelle sur le sujet : je n'ai remis la main que sur deux livres de Robert MOLIMARD : La fume et Petit manuel de défume
                      J'ai du bazarder tout le reste, parce que qu'est-ce que j'en ai lus, des bouquins, à l'époque.
                      C'est pas grave, c'est un bon début, et puis je suis sure que ma médiathèque aura d'autres titres à me proposer.

                      Hors de question que j'achète le moindre bouquin dans les six mois qui viennent

                      Quoique cette dernière résolution soit peut-être encore plus difficile à tenir pour moi que celle d'arrêter de fumer
                      Dernière modification par Balzy, 09/12/2012, 14h40. Motif: modification des liens
                      Les aigles atteignent des sommets, les escargots aussi mais ils en bavent

                      Commentaire


                        #26
                        Re : J'ai tiré ma dernière cartouche ou chronique d'une défume verbeuse

                        Reprise de boulot aujourd'hui et une motivation supplémentaire vient de me revenir à l'esprit - c'est fou ce qu'on peut oublier en 15 jours !!!
                        J'ai juste pas le temps d'aller cloper dehors aussi souvent que j'en éprouverais le besoin et l'envie et c'est INFERNAL

                        Enfin, c'est surtout moi qui suis sur les nerfs à longueur de journée et j'ai suffisamment de raisons extérieures pour m'énerver dans mon quotidien professionnel pour supprimer celle-là.

                        Alors, oui, c'est l'affaire de quelques jours, de quelques semaines tout au plus, à gérer le manque, les envies qui reviennent en boucle - je sais, ça dure quelques minutes, mais quand il y en a 40 par heure les premiers temps =
                        Et, très rapidement, ce sera moins de frustration finalement que dans une journée de boulot ordinaire. Sans parler des longs repas au resto où on n'a pas vraiment envie de quitter la table mais qu'il FAUT "prendre sa dose", des films de plus de deux heures que j'ai renoncé à aller voir au ciné ou la possibilité de prendre le TGV sans me manger les dents parce que je n'ai plus d'ongles (© Sanseverino)

                        Bon, je ne pense pas encore à l'avion, parce qu'entre autres tares, j'ai le vertige et je suis claustrophobe, mais sait-on jamais ?
                        Les aigles atteignent des sommets, les escargots aussi mais ils en bavent

                        Commentaire


                          #27
                          Re : J'ai tiré ma dernière cartouche ou chronique d'une défume verbeuse

                          C'est curieux comme je suis impatiente que cette semaine s'achève.
                          J'en ai déjà fixé des dizaines, de dates d'arrêt, mais il me semble me souvenir qu'à chaque fois, c'était une angoisse sourde qui montait devant l'arrivée de l'échéance, et j'étais parfois tellement mal le jour "J" que je renonçais avant même d'avoir commencé.
                          Cette fois-ci, mes clopes ne sont pas du tout agréables, je regarde mon stock diminuer sans aucune angoisse, juste ne me demandant ce que je vais faire de celles qui resteront vendredi soir. Oui, parce qu'à moins de fumer jour et nuit d'ici là, il m'en restera. Irai-je jusqu'à le détruire, moi qui déteste le gaspillage ?

                          Les autres fois aussi, l'insomnie s'installait dès que j'avais décidé d'arrêter. Là, ce n'est pas le cas : je dors peu, d'accord, mais c'est une constante chez moi depuis près de 15 ans, et surtout, je ne me réveille pas épuisée, avec la rage de ne pas avoir assez dormi. Est-ce parce que j'ai déjà commencé à prendre des cachets d'euphytose ?

                          Du coup, je me prends à rêver que ce sera peut-être beaucoup plus serein que je ne l'imagine. Mon programme des premiers jours est blindé : début sur un weekend, histoire qu'aucune contrainte extérieure ne m'empêche de fumer et que je puisse passer deux jours à me dire que c'est moi qui l'ai décidé. Samedi, je nettoie ma voiture et je l'asperge de pschitt pschitt qui sent bon et je dévalise la médiathèque ; dimanche, je fais l'ouverture de la piscine et peut-être même irai-je voir si je sais encore faire du vélo - même s'il me faut des conditions météo assez rares en région parisienne pour vraiment apprécier cet exercice.

                          Ce sur quoi je m'appuie pour afficher un tel optimisme, c'est le fait d'avoir réussi à perdre 27 kilos en un an, alors que je ne m'en croyais pas du tout capable, étant aussi adepte du saucisson que du chocolat - en évitant malgré tout de mélanger les deux Je me dis que je vais peut-être me prendre au jeu de la même façon, et cela me permet d'envisager sans trop d'inquiétude d'en reprendre deux ou trois - mais pas plus, ça ne se discute même pas : je me sens trop bien d'avoir retrouvé un poids raisonnable, de ne plus dévorer tout et n'importe quoi de façon quasi-compulsive.

                          Non, j'ai décidé de remplacer la clope autrement que par la bouffe, de remplir ma vie par des choses que j'aime et qui me donnent un certain sentiment de fierté : bouger, écrire, par exemple, sans me priver de découvrir ou de redécouvrir ce qui me fera envie.

                          Alors, bien sûr, ça me traverse l'esprit de me dire mais pourquoi attendre ? Ne vaudrait-il pas mieux commencer tout de suite, puisque je suis impatiente ? Mais une sorte de superstition me fait penser que j'ai dit le 10 mars et que ce sera le 10 mars. Je suis convaincue que ce cheminement intérieur n'est pas inutile, qu'il fait partie intégrante de mon succès futur. J'ai besoin de "visualiser" ce que sera mon arrêt.
                          Les aigles atteignent des sommets, les escargots aussi mais ils en bavent

                          Commentaire


                            #28
                            Re : J'ai tiré ma dernière cartouche ou chronique d'une défume verbeuse

                            Je viens de parcourir le fil "J'ai la trouille" et retrouvé sous le clavier d'Arganoma ce conseil, que je vais m'empresser de suivre :

                            Je t'ai rencontrée, non pas par hasard, mais parce que tu étais pour mes 15 ans un symbole d'émancipation féministe, de liberté et d'entrée dans le monde des adultes. Cela ne plaisait pas beaucoup à ma mère, que je te fréquente avec autant d'assiduité, mais je mettais cela sur le compte d'une volonté de m'enfermer dans le statut qui avait été le sien, et j'ai balayé avec une insolence toute adolescente ses réticences, comme j'avais rejeté les petites robes à smocks qu'elle s'obstinait à vouloir me faire porter dans mon enfance dès que j'ai su dire "non" avec suffisamment de force. Elle a donc toléré mon tabagisme comme elle subissait depuis des années celui des "hommes" de la maison.

                            Je serais bien incapable de lister toutes les choses, bonnes ou mauvaises - voire très bonnes ou très mauvaises - que nous avons vécu ensemble. Tu m'as presque toujours accompagnée, aidée à surmonter les moments les plus sombres, comblé mon impatience lorsque j'étais contrainte à l'attente, créé des complicités - parfois factices - avec d'autres qui t'aimaient aussi.

                            Je ne sais pas si tu as changé depuis notre rencontre, mais je dois t'avouer que ça ne m'intéresse pas trop, car, ce dont je suis sûre, c'est que moi, j'ai changé, et vraiment, je ne t'aime plus. J'ai encore besoin de toi, mais je ne t'aime plus. Et justement, prendre conscience que j'ai un tel besoin de toi, que je te suis si dépendante, c'est exactement l'inverse de ce qui m'a poussée vers toi : l'envie de liberté.

                            On n'est pas libre quand on est toxico, et, même si je sais que ce ne sera pas facile pour moi, que tu feras tout pour t'imposer à moi et revenir envahir ma vie, j'ai décidé de trouver en moi la force, les ressources nécessaires pour me séparer de toi pour toujours.

                            Aujourd'hui, je sais que je peux les trouver, ces ressources, que je peux éviter cette facilité qui consiste à renouer avec toi, quelles que soient les ruses que tu déploieras pour me séduire à nouveau. Je sais aussi que ce combat sera âpre, qu'il me fera sans doute entrer en moi bien plus profondément que je n'ai jamais osé le faire, mais je n'ai plus peur de ce que je vais y trouver.

                            Je crois que j'ai cessé de t'aimer parce qu'enfin, vraiment, je m'aime et j'ai confiance en moi. Mieux vaut tard que jamais !
                            Les aigles atteignent des sommets, les escargots aussi mais ils en bavent

                            Commentaire


                              #29
                              Re : J'ai tiré ma dernière cartouche ou chronique d'une défume verbeuse

                              Envoyé par SCHNAPS
                              J'ai même retrouvé une petite discussion à ce sujet, punaise c'était il y à plus de 6 ans déjà... http://www.atoute.org/n/forum/showthread.php?t=105&pa
                              J'en ai même retrouvé une autre.
                              Pinaise, j'avais complètement oublié ce surnom de Balzytron que tu lui avais donné
                              L'occasion aussi de me rappeler que la thérapie par le rire avait été une de mes meilleures armes et toi et la BAN leurs agents les plus efficaces
                              Rien de tel pour démarrer cette journée dans la bonne humeur !
                              Les aigles atteignent des sommets, les escargots aussi mais ils en bavent

                              Commentaire


                                #30
                                Re : J'ai tiré ma dernière cartouche ou chronique d'une défume verbeuse

                                Salut balzy

                                Just a hi
                                Tentative n° heu... Chai pu vraiment hein... Mais on va prendre un chiffre rond ... Donc

                                Tentative n°10 : aujourd'hui et maintenant

                                Commentaire

                                Unconfigured Ad Widget

                                Réduire
                                Chargement...
                                X