Annonce

Réduire
Aucune annonce.

J'ai tiré ma dernière cartouche ou chronique d'une défume verbeuse

Réduire
X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

    Re : J'ai tiré ma dernière cartouche ou chronique d'une défume verbeuse

    Envoyé par ly26
    Ce qui me frustre est de ne pas savoir encore,quand tu te mettras au Balzy 2....
    Celui qui me fera ressentir que tu vis, rien que pour t'aimer et te voir non plus te prouver et éprouver tes forces.... L'homme est-il ton miroir indispensable? Allez,creuse, ......

    je titille,je gratte,bref je veux mon tome 2 moi
    Ah ouais, carrément !
    Je reviens dans trente ans, quand je serai capable de répondre à ta question, alors
    Les aigles atteignent des sommets, les escargots aussi mais ils en bavent

    Commentaire


      ...

      ...

      Commentaire


        Re : J'ai tiré ma dernière cartouche ou chronique d'une défume verbeuse

        Up !
        “La science, la morale, l'histoire se passent très bien de Dieu. Ce sont les hommes qui ne s'en passent pas.” (Jean d'Ormesson)

        Commentaire


          ...

          ...

          Commentaire


            Re : ...

            Envoyé par Cicirette
            ...
            Mais encore ?
            Les aigles atteignent des sommets, les escargots aussi mais ils en bavent

            Commentaire


              ...

              ...
              Dernière modification par Cicirette, 11/09/2017, 10h54.

              Commentaire


                Re : J'ai tiré ma dernière cartouche ou chronique d'une défume verbeuse

                Bonjour,

                Dix-huit mois sans fumer, ça mérite bien un "petit" mot ici. Car oui, même si je suis bien occupée ailleurs, je n'oublie pas et n'oublierai jamais mes premières amours internetesques.

                Que dire de plus que je n'aie pas encore ressassé ?
                Oui, ça vaut le coup, vraiment, d'arrêter de fumer. Ça vaut le coup d'essayer et de ré-essayer encore quand on s'est vautré des dizaines de fois et qu'on se croit tout simplement nul, incapable de réussir. Tous les moyens sont bons pour ça et la seule bonne méthode, c'est celle qui te conviendra à toi, oui, toi, là, qui hésites encore.

                Aujourd'hui, je peux vraiment dire que je suis une ex-fumeuse et pas une stoppeuse, et surtout que j'ai enfin vraiment compris ce que cela veut dire.
                Aujourd'hui, je suis toujours vapeuse, à un taux symbolique de 1mg de nicotine, qui va disparaître à la prochaine fournée de liquide.
                Aujourd'hui, je commence à penser sérieusement à arrêter aussi ça, parce que c'est rigolo, mais il est peut-être temps de devenir grande.

                Depuis six mois, en revanche, je tourne et je retourne - pas tous les jours, mais quand même - la question de Ly et je me dis qu'il y a encore un sacré chantier.
                Oui, parce que ça, c'est la mauvaise nouvelle, amis défumeurs débutants : arrêter de fumer n'est que le début d'un long processus qui permet d'aller à la rencontre de soi-même. Aurais-je assez du reste de ma vie pour y parvenir ?

                Après quelques pétages de plomb où je ne pouvais décemment plus incriminer le sevrage, j'ai beaucoup hésité : reprendre les anti-dépresseurs, mais genre à vie ; entamer une psychanalyse ; me retirer dans un ashram au Tibet oriental...

                J'ai choisi de renouer avec ce qui me convient le mieux : la sophrologie. Après quelques rendez-vous individuels où j'ai pu évaluer que la sophrologue et son approche pas trop mystique des choses me convenaient, j'ai rejoint son atelier hebdomadaire comme un rendez-vous indispensable avec moi-même. Je progresse, à pas lents, mais j'ai vraiment le sentiment que c'est dans la bonne direction. J'espère que ça ne me prendra pas treize ans de plus pour me sentir vraiment bien
                Quoique ? Ne dit-on pas que c'est le chemin qui importe le plus, pas le but ?
                Dernière modification par Balzy, 22/08/2018, 06h57.
                Les aigles atteignent des sommets, les escargots aussi mais ils en bavent

                Commentaire


                  Re : J'ai tiré ma dernière cartouche ou chronique d'une défume verbeuse

                  ça c'est envoyé

                  Commentaire


                    Re : J'ai tiré ma dernière cartouche ou chronique d'une défume verbeuse

                    C'est la mienne la plus belle (de signature)

                    Commentaire


                      Re : J'ai tiré ma dernière cartouche ou chronique d'une défume verbeuse

                      Coucou Balzy et bravo pour ta défume !

                      Moi je m'y remets une fois de plus , ce qui explique que je traîne sur atoute.
                      En espérant que cette fois ci soit la bonne !

                      Commentaire


                        Re : J'ai tiré ma dernière cartouche ou chronique d'une défume verbeuse

                        bienvenue et crois en toi, tu vas y arriver il faut y croire, moi aussi j'ai fait beaucoup de tentatives et j'y crois
                        La bienveillance qui commence a le devoir d'aller plus loin.

                        Commentaire


                          Re : J'ai tiré ma dernière cartouche ou chronique d'une défume verbeuse

                          Bonsoir,
                          Eh oui, ma patchounette, il arrive vraiment un jour où c'est enfin la bonne. Je ne saurai malheureusement pas expliquer plus que par tous les verbiages le pourquoi du comment. La rencontre de la bonne méthode, celle qui te convient, et d'une maturation suffisante pour accepter de poursuivre la route quelles que soient les embûches qui la jalonnent.
                          Je te souhaite de tout cœur que ce soit également le cas pour toi
                          Les aigles atteignent des sommets, les escargots aussi mais ils en bavent

                          Commentaire


                            Re : J'ai tiré ma dernière cartouche ou chronique d'une défume verbeuse

                            Envoyé par Balzy
                            Bonsoir,
                            Eh oui, ma patchounette, il arrive vraiment un jour où c'est enfin la bonne. Je ne saurai malheureusement pas expliquer plus que par tous les verbiages le pourquoi du comment. La rencontre de la bonne méthode, celle qui te convient, et d'une maturation suffisante pour accepter de poursuivre la route quelles que soient les embûches qui la jalonnent.
                            Je te souhaite de tout cœur que ce soit également le cas pour toi
                            T'étais où ?
                            C'est la mienne la plus belle (de signature)

                            Commentaire


                              Re : J'ai tiré ma dernière cartouche ou chronique d'une défume verbeuse

                              Envoyé par gOuLpEtH
                              T'étais où ?
                              Toujours dans ma chemise, même si des fois, la tête ne dépasse pas beaucoup...
                              Les aigles atteignent des sommets, les escargots aussi mais ils en bavent

                              Commentaire

                              Unconfigured Ad Widget

                              Réduire
                              Chargement...
                              X