Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Le management de Jean-François Zobrist

Réduire
X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

    Le management de Jean-François Zobrist

    C'est absolument génial ! Un patron qui est un mâle dominant social de la plus belle espèce, qui allie management hétérarchique et humain avec réussite industrielle totale.

    http://www.excellence-operationnelle...prise-favi.php
    Dernière modification par d_dupagne, 25/05/2013, 18h53.

    #2
    Re : Le management de Jean-François Zobrist

    Bonsoir
    je n'ai regardé que le début.
    Quelques contradictions:
    "C'est la tete du management qui décide du changement et que elle" et "la compétence ce sont les ouvriers qui l'ont pour savoir quoi changer".
    Ou "pour se marier, il faut savoir pourquoi" et plus loin "si on se demande pourquoi on se marie, on ne se marie pas".
    En fait, j'aime les contradictions, nécessaire à l'équilibre.
    Je n'aime pas trop la vanité que dégage ce Monsieur par contre, à mes yeux bien sur.
    Sinon tout ce que j'ai entendu en 10 mn (sur 46), vous l'avez déjà écrit.

    Commentaire


      #3
      Re : Le management de Jean-François Zobrist

      Envoyé par Anyu
      Bonsoir
      je n'ai regardé que le début.
      Quelques contradictions:
      "C'est la tete du management qui décide du changement et que elle" et "la compétence ce sont les ouvriers qui l'ont pour savoir quoi changer".
      Ou "pour se marier, il faut savoir pourquoi" et plus loin "si on se demande pourquoi on se marie, on ne se marie pas".
      En fait, j'aime les contradictions, nécessaire à l'équilibre.
      Je n'aime pas trop la vanité que dégage ce Monsieur par contre, à mes yeux bien sur.
      Sinon tout ce que j'ai entendu en 10 mn (sur 46), vous l'avez déjà écrit.
      Cet article constitue un résumé de la méthode Zobrist
      http://lentreprise.lexpress.fr/outil...p?k=3&id=14671

      Bien sûr, je diverge sur de nombreux points avec lui, tout en étant d'accord sur l'essentiel.

      Mon principal point de divergence est sur le concept "L'Homme est bon". Cela ne veut rien dire. Aucun être vivant n'est fondamentalement bon ou mauvais.

      Ce qui est vrai, c'est que l'Homme cherche fondamentalement à bien faire, car c'est en faisant bien son travail, en remplissant bien sa mission, qu'il améliore son sort et celui de ses gènes (au sens large, les siens et ceux de sa parentèle ou de son espèce). De plus, homo sapiens est un être inventif, imaginatif et coopératif. Lâcher la bride à un petit groupe au sein d'un cadre permet d'obtenir des résultats de très grande qualité, ces même résultats qui ont permis à l'Homme du néolithique de prendre le contrôle de la planète.

      Mais si vous donnez à l'Homme la possibilité d'accroître son bien être ou ses ressources en dominant les autres, en les faisant travailler pour lui, il s'en privera rarement. Tout chef nommé est un "petit chef" ou un tyran potentiel. Tout pouvoir conduit inexorablement à l'abus de pouvoir (sauf chez des Zobrist, j'y reviendrai).

      Jean-François Zobrist l'a très bien compris et il a reproduit la structure humaine primitive qui avait permis à notre espèce de trouver un équilibre pendant des centaines de milliers d'années :
      - Un effectif faible d'une trentaine d'individus, taille critique pour que tous le monde se connaisse et éprouve une empathie mutuelle.
      - Un "leader" (nom trouvé par JFZ pour ne pas dire "directeur" ou "chef") qui n'est là que pour des raisons fonctionnelles et non pour exercer un pouvoir. Si le leader dérape, le groupe le rejette.
      - Un travail en silo qui a du sens : chaque ouvrier sais ce qu'il fait et pourquoi il le fait. Ce sont les machines qui ont des contraintes, des contrôles et des procédures. Les hommes n'ont que des objectifs généraux de quantité et de qualité de la production et s'autocontrôlent : dans une petite équipe, celui qui fait mal son boulot est tout de suite identifié et rejeté par le groupe.

      Ce dirigeant est en fait un grand mâle dominant, mais d'une espèce rare que je cite dans mon livre : un dominant social. Son objectif n'est pas d'améliorer le sort des porteurs de ses gènes ou de ceux de ses proches, mais d'étendre cette amélioration a ses ouvriers, à ses partenaires, à son pays et peut-être même à son espèce.

      C'est un dominant car il explique lui même qu'il est à l'origine du changement, du management, des principes généraux de l'organisation. Il vire sans hésiter ceux qui refusent d'entrer dans son système. Il est catégorique dans son discours.

      C'est un dominant social car :
      - Il se verse la même prime que ses employés.
      - Il ne veut pas et n'a pas d'actions de ses entreprises
      - Il n'a pas de place de parking à son nom.
      - Il redistribue beaucoup à ses employés et reste en contact étroit avec eux.
      - Il témoigne de son expérience et de sa réussite sans chercher à en tirer un profit, mais avec la fierté du dominant social qui aime communiquer son enthousiasme et botter les fesses des dominants prévaricateurs et égoïstes.

      Une entreprise comme FAVI ne peut fonctionner qu'avec un homme (ou une femme) comme lui. Après son départ et une ou deux générations de dirigeants ou de rachats, FAVI redeviendra une entreprise comme une autre. Les grands dominants sociaux sont rares et surtout on leur confie rarement une usine. Ce sont des gens qui rejettent les systèmes établis par les hiérarchies de dominations et ils leur font donc très peur.

      Commentaire


        #4
        Re : Le management de Jean-François Zobrist

        Bonsoir
        Merci.
        Une question peut être stupide: mais un homme comme lui vote de quel bord à votre avis ?

        Merci

        Commentaire


          #5
          Re : Le management de Jean-François Zobrist

          Envoyé par Anyu
          Bonsoir
          Merci.
          Une question peut être stupide: mais un homme comme lui vote de quel bord à votre avis ?

          Merci
          Votre question est excellente au contraire : bien malin qui peut répondre.

          Pour moi, cet homme est fondamentalement écologique : il applique au fonctionnement de son entreprise le fonctionnement du monde vivant, en ayant néanmoins éliminé la domination : il l'interdit et sélectionne ses nouveaux employés après 18 mois d'observation. Il ne garde manifestement que les individus ouverts aux autres et coopératifs. C'est ce qui diminue la "portabilité" de sa technique de management.

          Néanmoins, je crois à la faiblesse du déterminisme de domination et à la plasticité de l'humain : si une attitude coopérative devient gagnante pour tous y compris pour l'individu, même les dominants égoïstes deviennent progressivement coopérants et ouverts aux autres. Par nécessité...

          Commentaire


            #6
            Re : Le management de Jean-François Zobrist

            J'ai un peu de mal à voir la vidéo intégralement (pbs avec mon iPad, probablement, mais avecv 1/2h (2x1/4h en fait), je rejoins vos conclusions et votre approbation.

            Je n'ai pas ressenti autant que Anyu la vanité dégagée par le monsieur. Je l'ai ressenti fier, mais pas à ce point vaniteux. J'ai eu au contraire l'impression que son âge lui donnait un recul suffisant pour ne plus avoir à se croire ou se montrer "plus beau qu'il ne l'est".

            Quand à son vote, si je trouve la question effectivement bien "subtile", je pense que la vraie réponse sera plus dans sa personnalité que dans ses convictions. Comme pour beaucoup d'entre nous, d'ailleurs.

            Commentaire


              #7
              Re : Le management de Jean-François Zobrist

              désolée pour moi qui suit du métier du management, ce genre de truc est de la pure propagande.

              Il faudrait savoir ce qu'en pense sincèrement les ouvriers qui triment là-dedans, là ce n'est que l'avis du leader.

              Je vérifie ça tous les jours dans des styles de management soi-disant "sans hiérarchie", pour moi ce sont les pires ... et les plus pervers ...

              Celui qui a la casquette du leader, le dominant comme vous l'appelez laissant les autres s'entre-déchirer pour la carcasse pendant qu'il savoure la viande fraîche, exactement comme cela se voit dans la nature ...

              Voyez par exemple le comportement des hyènes ...

              Dr Dupagne, je trouve l'énergie que vous mettez dans vos convictions très belle, mais je me demande si vous avez une idée de ce qu'est vraiment la vie sur le terrain, dans une entreprise ... je ne sais pas si c'est vraiment imaginable pour les médecins en fait, c'est une question que je me suis toujours posée et qui m'intéresse encore : celle de la représentation des mondes sociaux qui ne sont pas les nôtres ...

              Parce qu'il me semble, désolée de vous le dire, que vous pourriez être dans une forme de représentation assez éloignée du terrain de l'entreprise, pour soutenir vos propositions sur l'intérêt de l'hétérarchie.

              Pour moi, ayant travaillé avec une structure qui fonctionnait comme cela, j'en ai vu de près les dérives.

              Plus pour moi que la structure (organisation avec ou sans hiérarchie) ce sont les objectifs et les limites qui doivent être clairs pour toute l'équipe. Une fois que cela est assimilé par tout le groupe, il faut aussi que les besoins des individus soit compatibles et cohérents les uns avec les autres, première conditions nécessaire, et ces besoins aillent également dans le sens de l'objectif commun (deuxième condition nécessaire).

              Commentaire


                #8
                Re : Le management de Jean-François Zobrist

                Envoyé par oda
                désolée pour moi qui suit du métier du management, ce genre de truc est de la pure propagande.

                Il faudrait savoir ce qu'en pense sincèrement les ouvriers qui triment là-dedans, là ce n'est que l'avis du leader.

                Je vérifie ça tous les jours dans des styles de management soi-disant "sans hiérarchie", pour moi ce sont les pires ... et les plus pervers ...
                Bonjour Oda,

                C'est très bien décrit par François Dupuy dans "Lost in management", à propos de L'Oréal. Une jungle autorégulée et sans pitié.

                Dans le cas précis, je ne crois pas que ce soit de la propagande. Si c'était le cas, nous trouverions sur le web des témoignages discordants. Ce n'est pas le cas et ça dure depuis aussi longtemps que L'Oréal.

                Tout le monde essaye de démonter son système, mais personne n'y arrive, tout simplement parce que ça marche.



                Celui qui a la casquette du leader, le dominant comme vous l'appelez laissant les autres s'entre-déchirer pour la carcasse pendant qu'il savoure la viande fraîche, exactement comme cela se voit dans la nature ...
                La viande, ce sont les dividendes. Zobrist refuse d'avoir des actions de sa société. Ca ne colle pas.

                Voyez par exemple le comportement des hyènes ...
                Non. C'est le comportement des lions. Le femelles chassent. Le lion mange.

                Dr Dupagne, je trouve l'énergie que vous mettez dans vos convictions très belle, mais je me demande si vous avez une idée de ce qu'est vraiment la vie sur le terrain, dans une entreprise ... je ne sais pas si c'est vraiment imaginable pour les médecins en fait, c'est une question que je me suis toujours posée et qui m'intéresse encore : celle de la représentation des mondes sociaux qui ne sont pas les nôtres ...
                Je travaille à temps partiel depuis 20 ans dans une entreprise, en plus de mon cabinet. Dans mon activité, je vois tous les jours des gens en souffrance dans leur entreprise. Je connais bien ce monde, sauf le monde ouvrier peu représenté dans ma clientèle.

                Parce qu'il me semble, désolée de vous le dire, que vous pourriez être dans une forme de représentation assez éloignée du terrain de l'entreprise, pour soutenir vos propositions sur l'intérêt de l'hétérarchie.
                Pour moi, ayant travaillé avec une structure qui fonctionnait comme cela, j'en ai vu de près les dérives.
                Vous avez donc UNE expérience négative d'UNE structure ?

                Plus pour moi que la structure (organisation avec ou sans hiérarchie) ce sont les objectifs et les limites qui doivent être clairs pour toute l'équipe. Une fois que cela est assimilé par tout le groupe, il faut aussi que les besoins des individus soit compatibles et cohérents les uns avec les autres, première conditions nécessaire, et ces besoins aillent également dans le sens de l'objectif commun (deuxième condition nécessaire).
                Avez vous regardé les deux vidéos ? Zobrist l'explique très bien.

                Commentaire


                  #9
                  Re: Re : Le management de Jean-François Zobrist

                  Docteur Dupagne,

                  Un truc très hypocrite. Zobrist ne possède pas d'actions de la société.

                  Non, bien sûr. Favi-Le laiton n'a qu'un seul actionnaire. C'est la société Affinage Champagne ardennes.

                  Qui elle-même n'a qu'un seul actionnaire : SALVEPAR.

                  SALVEPAR a 6 actionnaires : ce sont 6 sociétés.

                  Ces 6 sociétés ont toutes plusieurs actionnaires, qui sont elles-même des sociétés.

                  Je n'ai pas la patience de remonter plus haut. Pour contrôler ces sociétés, faut 3 inspecteurs qui vont travailler à temps plein pendant un an. Au moins.

                  S'il n'a pas d'actions dans Favi-Le laiton, il en a dans une ou plusieurs autres sociétés dont dépend Favi-Le laiton

                  Il est un des dirigeants de l'entreprise (et d'autres entreprises aussi d'ailleurs). C'est donc un actionnaire. Il n'y a pas 36 solutions. Soit vous êtes salarié, soit vous êtes dirigeant. Et si vous êtes dirigeant, vous êtes actionnaire.

                  Pour ce qui est des dividendes, les actionnaires ne s'octroyent pas des dividendes chaque année. Bien loin de là. Il y a mille et une autre manières de s'octroyer des avantages. Et de toute façon, le revenu annuel d'un dirigeant peut être très élevé. Ou pas, lorsqu'il s'agit d'une petite PME. mais ici, c'est loin d'être le cas !





                  http://www.verif.com/societe/FAVI-LE...563/#dirigeant
                  Dernière modification par castor, 27/09/2012, 17h36.

                  Commentaire


                    #10
                    Re: Re : Le management de Jean-François Zobrist

                    Pour moi, il ne s'agit pas d'hétérarchie. Mais de paternalisme.

                    Le monde de management le plus courant. C'est très hypocrite, en fait.

                    La petite phrase qui fait tilt ? Chez nous pas de syndicat. ben voyons.

                    Nous sommes une grande famille. C'est cela... En ce qui me concerne, je prends les jambes à mon cou.

                    Commentaire


                      #11
                      Re : Re: Re : Le management de Jean-François Zobrist

                      Envoyé par castor
                      Pour moi, il ne s'agit pas d'hétérarchie. Mais de paternalisme.

                      Le monde de management le plus courant. C'est très hypocrite, en fait.

                      La petite phrase qui fait tilt ? Chez nous pas de syndicat. ben voyons.

                      Nous sommes une grande famille. C'est cela... En ce qui me concerne, je prends les jambes à mon cou.

                      Excuses moi, mais tant mieux si les gens qui veulent des syndicats prennent leur jambe à leur coup, grâce au discours clair de ce Monsieur.

                      Commentaire


                        #12
                        Re : Re: Re : Le management de Jean-François Zobrist

                        Envoyé par castor
                        Docteur Dupagne,

                        Un truc très hypocrite. Zobrist ne possède pas d'actions de la société.

                        Non, bien sûr. Favi-Le laiton n'a qu'un seul actionnaire. C'est la société Affinage Champagne ardennes.

                        Qui elle-même n'a qu'un seul actionnaire : SALVEPAR.

                        SALVEPAR a 6 actionnaires : ce sont 6 sociétés.

                        Ces 6 sociétés ont toutes plusieurs actionnaires, qui sont elles-même des sociétés.

                        Je n'ai pas la patience de remonter plus haut. Pour contrôler ces sociétés, faut 3 inspecteurs qui vont travailler à temps plein pendant un an. Au moins.

                        S'il n'a pas d'actions dans Favi-Le laiton, il en a dans une ou plusieurs autres sociétés dont dépend Favi-Le laiton

                        Il est un des dirigeants de l'entreprise (et d'autres entreprises aussi d'ailleurs). C'est donc un actionnaire. Il n'y a pas 36 solutions. Soit vous êtes salarié, soit vous êtes dirigeant. Et si vous êtes dirigeant, vous êtes actionnaire.

                        Pour ce qui est des dividendes, les actionnaires ne s'octroyent pas des dividendes chaque année. Bien loin de là. Il y a mille et une autre manières de s'octroyer des avantages. Et de toute façon, le revenu annuel d'un dirigeant peut être très élevé. Ou pas, lorsqu'il s'agit d'une petite PME. mais ici, c'est loin d'être le cas !
                        http://www.verif.com/societe/FAVI-LE...563/#dirigeant
                        Un pdg est un dirigeant et il peut très bien ne posséder aucune action.

                        Commentaire


                          #13
                          Re : Le management de Jean-François Zobrist

                          Je vous trouve bien péremptoires et bien "a charge", castor et oda. le monsieur n'est pas parfait, mais il ne s'agit pas non plus de faire des procès d'intention.

                          le monsieur dit toucher les mêmes primes que ses salariés : vrai ou faux, dividendes en plus ? combien ? nul ne le sait.

                          le monsieur dit avoir supprimé les contrôles inutiles, laissé les gens "qui savent",à savoir les ouvriers, organiser leur travail plutôt que laisser ce soin aux gens "du management",justement, et plein de choses de ce genre. ca je crois que c'est vrai, que c'est bien,, et je fais tous les jours le constat ô combien cruel qu'il serait bon que les dirigeants descendent sur le terrain, et laissent les gens du terrain donner au moins leur avis sur la manière dont il faut organiser leur travail (voire en décider tout seul) plutôt que de prendre des décisions inapplicables par simple ignorance, et surtout pour ne pas avoir le réflexe de demander aux gens qui font.

                          les syndicats, j'ai pas noté mais tu dois avoir raison, castor. c'est pas forcément sa tasse de thé, au monsieur, vu notamment la façon dont il licencie quelqu'un qui ne rentre pas dans son moule.

                          C'est pas un tendre et il ne se prétend pas forcément tel. sa préoccupation, c'est de faire tourner au mieux son usine et sur ce point, je trouve qu'il analyse très bien qui est utile, qui ne l'est pas, et quelle organisation est efficace (et désolé, oda, mais je pense comme lui que les "métiers du management" ne sont pas forcément ceux qui apportent,le plus de valeur dans une entreprise). Après, il ne se préoccupe pas de faire progresser ses ouailles, par exemple. de leur donner des perspectives. Ca n'est pas nécessaire à la production.

                          C'est sur l'organisation, les chefs et les contrôles, la qualité, les RH et autres parasites que je lui donne entièrement raison plus que sur le reste. mais c'est son sujet principal, quand même
                          Dernière modification par vazivaza, 29/09/2012, 06h22.

                          Commentaire


                            #14
                            Re : Le management de Jean-François Zobrist

                            L'absence de syndicats dans une entreprise peut avoir deux origines
                            - L'entreprise est un enfer et tout est fait pour empêcher les employés de se fédérer et de se défendre.
                            - L'entreprise est un paradis et les employés ne voient pas l'intérêt d'avoir un représentant syndiqué.

                            L'absence de syndicats ne permet donc pas de tirer des conclusions.

                            Commentaire


                              #15
                              Re : Le management de Jean-François Zobrist

                              Envoyé par d_dupagne
                              L'absence de syndicats dans une entreprise peut avoir deux origines
                              - L'entreprise est un enfer et tout est fait pour empêcher les employés de se fédérer et de se défendre.
                              - L'entreprise est un paradis et les employés ne voient pas l'intérêt d'avoir un représentant syndiqué.

                              L'absence de syndicats ne permet donc pas de tirer des conclusions.
                              les syndicats sont un moyen bien pratique pour certaines négociations (intéressement par exemple). rien que pour cela, si l'entreprise est un paradis, il y a un syndicat au moins, même s'il ne représente pas franchement les hautes instances. et dans tous les cas, il est bon d'avoir des representants formels des employés pour remonter cau boss,ce qui ne va pas, et qu'io n'a pas forcément vu (mais la, des délégués du personnels suffisent, sans nécessairement de syndicat)
                              S'il n'y en a pas, c'est mauvais signe.

                              Commentaire

                              Unconfigured Ad Widget

                              Réduire
                              Chargement...
                              X