Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Contamination après l'utilisation d'une sonde echograohique endocavitaire

Réduire
X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

    #16
    Re : Contamination après l'utilisation d'une sonde echograohique endocavitaire

    Envoyé par Alpeg'Art

    moicat

    C'est sur qu'il est difficile de faire le tri, à notre esprit critique et notre discernement de faire ce travail, et surtout du temps que l'on va accordé au sujet... Je pourrais vous dire que non je suis une citoyenne sans aucun rapport avec des industriels juste en phase avec ma conscience
    c'est justement parce qu il est dur de faire le tri qu'une pétition ou tout mouvement de ce genre se doit d'etre clairement identifié, l'anonymat de quelqun amenant une information doit mécaniquement se traduire par une méfiance et une remise en question, un gros point faible de votre pétition est qu 'elle est émise de façon anonyme et non vérifiable.

    Commentaire


      #17
      Re : Contamination après l'utilisation d'une sonde echograohique endocavitaire

      finwe, le fait de signer cette pétition ou non, je vous avoue que je n'y ai simplement pas pensé puisque avaaz me demande mon nom et que je l'ai donné, je n'ai pas du tout pensé à le rajouter en bas de pétition !

      Commentaire


        #18
        Re : Contamination après l'utilisation d'une sonde echograohique endocavitaire

        Mais bon même avec un nom, qui ne s'associe à rien, comment être sûr et faire confiance, reste l'étude du sujet et l'esprit critique car un nom peut être emprunter, ou inconnu et pourtant malhonnête, l'important c'est le sujet et nos propres recherches

        Commentaire


          #19
          Re : Contamination après l'utilisation d'une sonde echograohique endocavitaire

          Envoyé par Alpeg'Art
          mariammin,non je n'avais pas lu cet article, intéressant mais dommage qu'il soit d'une tonalité abaissante et menaçante...
          (malheureusement chose courante lorsqu'on touche à la vérité qui aimerais rester bien cachée...)

          moicat

          C'est sur qu'il est difficile de faire le tri, à notre esprit critique et notre discernement de faire ce travail, et surtout du temps que l'on va accordé au sujet... Je pourrais vous dire que non je suis une citoyenne sans aucun rapport avec des industriels juste en phase avec ma conscience

          Désolée que vous sentiez blessée, ce n’était pas le but des réponses.
          Il faut se méfier des certitudes dans le domaine de la santé; d’abord, un agent infectieux est très fréquemment d’origine interne, alors que notre culture pasteurienne nous porte à croire qu’on l’a “attrapé”.
          Les témoignages que vous citez sont des interprétations non documentées, et l’escherichia coli de votre amie provient vraisemblablement de son colon, dont il compose la flore habituelle. L'introduction de la sonde génère un traumatisme local minime, mais qui peut suffire à déstabiliser la flore et entraîner ce genre de problème infectieux; les personnes à qui vous faites part de vos inquiétudes et de vos déductions risquent de retrouver des anecdotes du même tonneau en toute bonne foi..
          Quant à la réflexion de votre gynéco, elle mériterait d'être approfondie

          Les conflits d’intérêts dominent les marchés de la santé, dont les industriels sont extrêmement professionnels en marketing et en communication; je me suis sincèrement demandé si votre apparente naïveté était feinte ou réelle..
          Relisez tranquilement l’article du Dr Dupagne en prenant votre temps, vous verrez qu’il n’a rien de menaçant et qu’il mérite réflexion... J'ai tendance à lui faire confiance pour ce qui est de la qualité de ses informations et de sa capacité à les analyser; si vous souhaitez que les pétitions, qui sont un excellent moyen citoyen de s'exprimer, aient un certain poids et conservent une activité, il faut bien peser ses arguments avant d'en lancer une..

          Il est très difficile de faire le tri, c’en est même vertigineux; ce qui fait que beaucoup de professionnels de santé également se réfugient dans des certitudes faciles, et rappelez-vous que le marché du soin et de la santé est le premier en terme de chiffre d’affaires. Ca a malheureusement une influence déterminante sur tout ce qui s'y déroule..
          cath

          debout les crabes.. la mer monte !

          Commentaire


            #20
            Re : Contamination après l'utilisation d'une sonde echograohique endocavitaire

            "Quant à la réflexion de votre gynéco, elle mériterait d'être approfondie" Effectivement, c'est elle qui involontairement m'a poussé à continuer mes recherches et a créer cette pétition... Dans un premier temps elle m'a dit : "non, il n'y a aucun risque", mais j'ai quand même préféré aller aux toilettes (pour vider ma vessie) et conserver mon refus. Et retour des toilettes, elle me dit ceci (que je vous ai cité dans l'autre post), vous pensez bien que dans cette phrase elle avouait être consciente du phénomène risqué qu'inclus la sonde. Pour mon amie, la gynéco lui a dit ne vous interrogez pas plus, cela vient de la sonde, vous n'êtes pas la première à avoir ce genre de problème au lendemain d'un examen... Comme je cite dans la pétition c'était le même problème avec les soins dentaires, pour une cavité non stérile pas besoin de tout stériliser... et pourtant... On sait aujourd'hui ce qu'il en est... Je pense également que si autant de pays refuse une décontamination de bas niveau (pourquoi l'appeler ainsi) ce n'est pas que pas lobbying. Vous avez totalement raison sur le fait que c'est un gros marché et qu'il faut se méfier, mais n'oublions pas que la maladie rapporte gros, notre alimentation, la médecine classique... sont les premiers à nous intoxiquer et à détruire notre santé pour derrière nous "soigner" mais jamais vraiment dans le but de nous guérir... Je vais suivre votre conseil et relire l'article de Mr Dupagne

            Commentaire


              #21
              Re : Contamination après l'utilisation d'une sonde echograohique endocavitaire

              Envoyé par Alpeg'Art
              Bonjour ml44 Pourrais-tu m'en dire davantage ?
              Bonsoir,
              Cela me parait de bon sens.
              Un préservatif de qualité plus ou moins bonne, non stérile, qui peut être poreux ou se rompre, n'empêchera pas le passage de germes (et de spermatozoïdes) d'un organe difficilement stérilisable vers le vagin.
              Il y a donc un risque (d'IST ou de grossesse).
              Cordialement.
              ml44
              ps : à lire au 2ème degré
              Dernière modification par ml44, 13/07/2013, 06h42.

              Commentaire


                #22
                Re : Contamination après l'utilisation d'une sonde echograohique endocavitaire

                J'ai bien relu l'article, et en tant que simple patiente à la recherche d'un maintien de ma santé et également de la santé de tous, je ne suis toujours pas convaincue que tout ceci soit absurde, même si j'aurais grandement préférée !!! Pour ceux que ça intéresse en voici mon interprétation...
                En résumé :
                Un nettoyage désinfectant qui peut être insuffisant car l'on retrouve des germes, la nécessité de pouvoir voir s'il y a des salissures microscopiques et de les nettoyer car la gaine peut se déchirer...

                "Et pourtant, cette histoire de contamination est absurde, voici pourquoi"
                "application d’une solution antiseptique "

                Soit une lingette désinfectante... sous réserve que la personne se soit appliquée à un nettoyage consciencieux et apparemment insuffisant pour certains virus et bactéries qui ne serait pas sensible à ce genre de nettoyage

                "gaine élastique ressemblant à un préservatif"
                Là ou je suis allée c'était un simple préservatif enfin d'après la gynéco ça suffirait... mais bon elle refuse de me faire l'examen si l'écho externe ne suffit pas...

                "Si la gaine se rompt pendant l’examen, ou si l’essuyage de la sonde après l’ablation de la gaine à usage unique montre des salissures, la sonde doit subir une désinfection par trempage avant l’examen suivant"
                Donc il y a bien un risque que la protection ne soit pas efficace. Les salissures composées de bactéries et virus sont évidemment invisible à l’œil nu vu la taille d'un virus ! Donc s'il y a fissure de la gaine le patient risque une contamination par une invisible salissure...

                "Que veut-on nous faire croire ? Cette gaine, dont la paroi est semblable à celle des gants des chirurgiens et plus épaisse que celle des préservatifs à usage sexuel, serait suffisamment poreuse pour laisser passer ces virus qui vont donc contaminer la sonde d’échographie."
                L'infiniment petit est d'une autre dimension qu'une histoire de poreux, épais ou lisse... On parle de molécules microscopiques...

                "Comme vous le concevez, c’est abracadabrant."
                Pas tant que ça si on regarde le sujet attentivement, d'un point de vue logique et que l'on tient compte que tout le monde ne ment pas à la solde de l'industrie.

                "Mais supposons que cet enchaînement tragique soit plausible. Il aurait comme corollaire immédiat que les préservatifs ne protègent pas lors des rapports sexuels, et surtout que ce risque est également présent pour la pratique de l’examen gynécologique manuel, de la chirurgie et des soins dentaires. Or, il est impossible de stériliser aux ultra-violets les pénis humains et les mains des chirurgiens, ni de les faire tremper durablement dans des solutions agressives. Il faudrait donc cesser toute sexualité hors mariage et ne plus se faire ni examiner, ni opérer ni se faire soigner les dents."
                C'est ce qui commence à m’inquiéter les failles du préservatif, (d'ailleurs cet article va me le confirmer à plusieurs reprises) la pratique manuelle est bien évidemment un risque et on a pu le constater au niveau de la cavité buccal... Sans aseptiser la vie car nombreuses bactéries sont utiles et salvatrices, minimiser un risque réel quand cela est possible pourquoi s'en priver, surtout lorsque cela peut toucher un fœtus. En ce qui concerne les rapports entre humains, si déjà on peut éviter de se faire contaminer ça évitera que l'on contamine à notre tour.

                "Vous commencez à comprendre l’absurdité de cette alerte ? Ce risque de contamination est de l’ordre de celui d’être frappé par une météorite en faisant son marché."
                Pas vraiment car encore une fois, nous ne voyons pas tout et nos connaissances dans le domaine du macrocosme sont limitées, et les choses infimes sont les plus tenaces.

                "En fait, les articles inquiétants cités en appui font des projections, des supputations, des déductions à partir de quelques germes retrouvés."
                Donc des germes sont retrouvés... Cela devient contradictoire et perd de son absurdité... Un nettoyage désinfectant qui peut être insuffisant car l'on retrouve des germes, la nécessité de pouvoir voir s'il y a des salissures microscopiques et de les nettoyer car la gaine peut se déchirer...

                "Mais les cas réels de contamination sont absents"
                Que faire de tous ces témoignages... Tous des menteurs, même ces femmes enceintes, tous pris par les intérêt des entreprises... mouai... Parlons plutôt de la non reconnaissance de ce genre de contamination impossible à prouver qui prétexte systématiquement que les contaminations viennent d'un rapport sexuel non protégé ou autre.

                "Il convient de souligner l’extrême rareté des publications rapportant des contaminations bactériennes ou virales lors de ce types d'exploration (en regard de celle concernant l'endoscopie digestive ou pulmonaire...)"
                Les publications sont choisies, beaucoup sont mises sur le bas côté pour ne pas contrarier les choix en place et c'est pas les exemples qui manquent !! Je souligne qu'ici il y a une reconnaissance d'un risque pour les endoscopies mais que rien n'est mis en place pour y remédier et informer le patient... et de plus l'emploi du terme EXTRÊME RARETÉ ne signifie pas aucune !

                "la réalité qui est simple : le nettoyage de la sonde et le changement de gaine suffisent à empêcher la transmission des infections, bien mieux que le préservatif à usage sexuel"
                Pourtant il peut y avoir des germes, des salissures et que c'est à l’œil du gynéco d'en faire bon nettoyage et qu'une gaine peut se déchirer...
                BIEN MIEUX... Que penser des préservatifs, sont-ils inutiles ? Serait-ce un commerce de plus, qui inculque la peur du rapport sexuel, protégeant contre l'épidémie d'un virus, qui peut mettre 20 ans avant de contaminer son hôte, du jamais vu en virologie... A peine entrée il se sert de nos cellules pour se démultiplier...

                "Je ne m’étendrai pas sur la naïveté des politiques, journalistes et représentants de patients qui ont gobé cette fable."
                Tous ces témoignages y compris de professionnels consternés par ce qu'ils voient et constatent sont tous issus de menteurs ou naïfs ou encore financés par une entreprise qui ne manquent pas de client à travers le monde... (États-Unis, l'Espagne, le Royaume-Uni...)

                "Il existe à la source de cette affaire deux acteurs principaux : Les comités et structures dédiés à la lutte contre les infections hospitalières et les maladies nosocomiales. Ces gens n’existent et ne survivent que par la peur qu’ils entretiennent, (...). Les fabricants de machines de stérilisation pour sonde."
                Comité de lutte mais aussi de soutien, ces comités se sont crées suite aux nombreuses victimes qui d’accumulées, leur mission est aussi de les aider dans des démarches de reconnaissance (vous vous imaginez avec l'idée générale comment leurs plaintes sont bien accueillis). Après que des fabricants profitent de l'occasion pour faire leur promo rien d'étonnant ! Mais en se basant sur des faits simples et logiques, et en tenant compte de notre incapacité d'humain à voir ce que l’œil ne peut pas voir et du potentiel risque que la gaine se fissure il me semble que le risque est réel et que pour une fois le lobbying de ces entreprises n'est pas à notre défaveur (Ce qui est rare !)

                " le rapport alarmant qui sert de support à cette campagne a été financée par la société Germitec®"
                Oui possible, mais à ma connaissance il n'existe pas qu'un rapport à ce sujet ! Tous aussi alarmant les uns que les autres ! Faut-il encore que l'on autorise leurs publications...

                "extrapolations hasardeuses"
                Pas tant que ça je trouve au contraire qu'elle sont logiques et pleine de bon sens mais je vais pas me répéter...

                "Il faut que ce genre de manipulation stupide et malhonnête cesse, c’est un problème de santé publique : ruiner la confiance du public dans des examens importants et utiles n’est pas un acte anodin."
                Ruiner sa santé non plus, utile pas toujours et j'en ai eu la preuve quand à 2 reprises j'ai refusé la sonde on a pu obtenir le même résultat sans ! L'homme ne devrait pas oublier cette phrase de Socrate "Tout ce que je sais c'est que je ne sais rien", beaucoup de chose nous échappe, chaque théorie est remise en question par une suivante, nous avons découvert l'atome puis le proton, la terre n'est pas plate, il y a de la vie dans les abysses... L'échelle d'un virus ou d'une bactérie nous échappe si nous n'avons pas un appareillage spéciale et une attention minutieuse. Affirmer qu'il n'existe aucun risque, en pleine conscience de mes limites et en me fiant à ma logique, je ne me le permettrais pas, ni de considérer comme manipulateurs ou naïfs ceux qui affirme le contraire...

                "Il ne s’agit pas de faire des remontrances, mais de poursuivre au civil et au pénal les initiateurs de cette désinformation."
                Il me semble qu'en ce monde il y a beaucoup de personnes à poursuivre en justice pour leur hypocrisie et malhonnêteté, inutile d'en faire la liste elle nous prendrait toute une vie, à l'heure actuelle nous sommes entourés de toxiques, de toute part on nous incite à consommer une nourriture empoisonnée, et je fais court, alors poursuivre en justice des mouvements je trouvent ça un peu limite car si leurs dires s'avèrent erronés par une vérité limpide venant des autorités, ils s'éteindront simplement et avec joie car le problème sera réglé et le risque aura disparu. Pour les industriels ils chercheront un autre marché, mais bon eux ne seront pas poursuivie ^^ Et quand on voit ce qu'on trouve dans un supermarché et en pharmacie il en faudrait des juges et des avocats ^^

                "Ces empilements de "principes de précautions" font mourir notre système de santé et finissent par paralyser la médecine sans apporter la moindre sécurité supplémentaire"
                Dommage que l'on ne les applique pas sur les réels risques mais seulement à ce qui arrange les multinationales... Ce qui sclérose la médecine c'est plutôt son égo démesuré à ne rien vouloir entendre des méthodes douces, il y a en a tellement qui font leur preuve chaque jour là où la médecine classique trouve ses limites et ne fait qu'empirer la mauvaise santé des patients. Je ne remet pas l'entière médecine en question juste les hommes plein d'égo qui refuse d'intégrer la nature à leurs potions synthétiques...
                Sans apporter la moindre sécurité supplémentaire... Faudrait-il encore tenir compte d'un long terme et non d'un simple court terme non significatif...

                "Il faudrait aussi que des acteurs publics respectables comme le Le Lien de Michel Ceretti ou le groupe de Michèle Rivasi soient plus vigilants quand ils s’investissent dans ce type de combat."
                Alors soit ce sont des acteurs respectables, soit ce sont des "manipulation stupide et malhonnête", "campagne de désinformation non dénuée d’arrières-pensées commerciales", "naïveté des politiques, journalistes et représentants de patients"... ? J'ai du mal à suivre... Que penser du terme vigilent ?

                "La réalité est donc que nettoyage de la sonde et le changement de préservatif à chaque examen constituent des précautions nécessaires et suffisantes pour protéger les patient(e)s lors d’échographies vaginales ou rectales non invasives. Et heureusement, car sinon, c’est toute l’asepsie médicale, chirurgicale et dentaire qui serait remise en cause."
                Et c'est bien ça le vrai problème, la fameuse remise en cause !

                "Et si l’on soupçonne certains praticiens de ne pas appliquer scrupuleusement la procédure gaine à usage unique + désinfection manuelle, il est inutile d’en imposer une plus complexe."
                Cela signifie que dans la mesure ou les praticiens sont déjà eux mêmes négligeant avec du simple, pour éviter de les bousculer on va pas leur imposer du compliqué... Sympa comme argument ^^

                Finissons sur une touche d'humour

                "Il est préférable de se donner les moyens de veiller à ce que la procédure actuelle, simple et efficace, soit réellement mise en œuvre."
                On va aller éduquer les gynécos et quand on aura que des adultes responsables et plus des ado en rébellion on passera à la grande épreuve de la désinfection efficace...
                Soyons patient les amis bientôt on tiendra compte des patients mais pour le moment on s'occupe des praticiens

                "Je ne pratique pas d’échographies et je n’ai aucun lien d’intérêt dans ce domaine."
                Je tiens à préciser que moi non plus j'ai juste pas envie d'avoir une mauvaise surprise ou de contaminer un enfant

                Commentaire


                  #23
                  Re : Contamination après l'utilisation d'une sonde echograohique endocavitaire

                  Envoyé par Alpeg'Art
                  J'ai bien relu l'article, et en tant que simple patiente à la recherche d'un maintien de ma santé et également de la santé de tous, je ne suis toujours pas convaincue que tout ceci soit absurde, même si j'aurais grandement préférée !!! Pour ceux que ça intéresse en voici mon interprétation...
                  En résumé :
                  Un nettoyage désinfectant qui peut être insuffisant car l'on retrouve des germes, la nécessité de pouvoir voir s'il y a des salissures microscopiques et de les nettoyer car la gaine peut se déchirer...
                  Bonjour
                  Votre résumé est en effet une bonne synthèse. Il existe un raccourci abusif entre la découverte de germes sur la sonde et l'existence d'un risque de contamination de la patiente suivante. Tout d'abord parce qu'il faut plus que quelques germes isolés pour provoquer une infection : la charge virale ou bactérienne doit être suffisante. Donc, même si la gaine suivante se déchire, le risque de contamination n'est pas avéré. Ensuite parce que la solution antiseptique de nettoyage de bas niveau continue à agir sous la gaine neuve.

                  100% des chirurgiens ou des gynécologues qui enlèvent leurs gants ont des germes sur les mains, et pourtant, cela ne pose heureusement pas de problème.

                  "Et pourtant, cette histoire de contamination est absurde, voici pourquoi"
                  "application d’une solution antiseptique "

                  Soit une lingette désinfectante... sous réserve que la personne se soit appliquée à un nettoyage consciencieux et apparemment insuffisant pour certains virus et bactéries qui ne serait pas sensible à ce genre de nettoyage
                  Il est clair que la désinfection de bas niveau n'est efficace que si elle est pratiquée... Cela est valable pour les autres méthodes. La solution appliquée est efficace sur la totalité des bactéries et de virus, ce n'est pas un antibiotique, mais un antiseptique.

                  "gaine élastique ressemblant à un préservatif"
                  Là ou je suis allée c'était un simple préservatif enfin d'après la gynéco ça suffirait... mais bon elle refuse de me faire l'examen si l'écho externe ne suffit pas...
                  Un préservatif sexuel suffirait. Mais êtes vous certaine qu'il s'agissait d'un condom, avec un petit réservoir à sperme au bout ? La gaine élastique utilisée ressemble beaucoup à un préservatif sexuel.

                  "Si la gaine se rompt pendant l’examen, ou si l’essuyage de la sonde après l’ablation de la gaine à usage unique montre des salissures, la sonde doit subir une désinfection par trempage avant l’examen suivant"
                  Donc il y a bien un risque que la protection ne soit pas efficace. Les salissures composées de bactéries et virus sont évidemment invisible à l’œil nu vu la taille d'un virus ! Donc s'il y a fissure de la gaine le patient risque une contamination par une invisible salissure...
                  Non, cela ne veut pas dire qu'il y a un risque, mais que l'on prend une précaution supplémentaire. L'examen à l'oeil nu est aussi un précaution : l'existence de salissures visibles signifie qu'il y a une rupture et donc potentiellement une charge infectieuse suffisante. Pourtant, rien ne prouve que le simple essuyage de cette salissure par une lingette désinfectante ne serait pas suffisante.

                  "Que veut-on nous faire croire ? Cette gaine, dont la paroi est semblable à celle des gants des chirurgiens et plus épaisse que celle des préservatifs à usage sexuel, serait suffisamment poreuse pour laisser passer ces virus qui vont donc contaminer la sonde d’échographie."
                  L'infiniment petit est d'une autre dimension qu'une histoire de poreux, épais ou lisse... On parle de molécules microscopiques...
                  Non, pas "infiniment petit". Il ne s'agit pas de molécules, qui ne peuvent pas être infectantes, mais de virus, beaucoup plus gros. Une molécule mesure 1 nanomètre, un papillomavirus 50 nm et une bactérie 500 nm.

                  "Comme vous le concevez, c’est abracadabrant."
                  Pas tant que ça si on regarde le sujet attentivement, d'un point de vue logique et que l'on tient compte que tout le monde ne ment pas à la solde de l'industrie.
                  Excusez-moi, mais je ne vous trouve pas très logique.

                  "Mais supposons que cet enchaînement tragique soit plausible. Il aurait comme corollaire immédiat que les préservatifs ne protègent pas lors des rapports sexuels, et surtout que ce risque est également présent pour la pratique de l’examen gynécologique manuel, de la chirurgie et des soins dentaires. Or, il est impossible de stériliser aux ultra-violets les pénis humains et les mains des chirurgiens, ni de les faire tremper durablement dans des solutions agressives. Il faudrait donc cesser toute sexualité hors mariage et ne plus se faire ni examiner, ni opérer ni se faire soigner les dents."
                  C'est ce qui commence à m’inquiéter les failles du préservatif, (d'ailleurs cet article va me le confirmer à plusieurs reprises) la pratique manuelle est bien évidemment un risque et on a pu le constater au niveau de la cavité buccal... Sans aseptiser la vie car nombreuses bactéries sont utiles et salvatrices, minimiser un risque réel quand cela est possible pourquoi s'en priver, surtout lorsque cela peut toucher un fœtus. En ce qui concerne les rapports entre humains, si déjà on peut éviter de se faire contaminer ça évitera que l'on contamine à notre tour.
                  Non, vous ne pouvez pas aller dans ce sens là et remettre en cause tout l'asepsie médicale et chirurgicale par gants stériles pour valider votre théorie. La pratique manuelle gantée n'est pas "bien évidemment un risque" et l'on n'a rien constaté au niveau buccal en terme de transmission d'infection de patient à patient par l'intermédiaire des doigts d'un dentiste ganté qui se lave les mains entre deux patients.
                  Il ne s'agit pas de minimiser un risque réel, mais de prendre des précautions inutiles pour un risque purement théorique et non prouvé par la pratique.

                  "Vous commencez à comprendre l’absurdité de cette alerte ? Ce risque de contamination est de l’ordre de celui d’être frappé par une météorite en faisant son marché."
                  Pas vraiment car encore une fois, nous ne voyons pas tout et nos connaissances dans le domaine du macrocosme sont limitées, et les choses infimes sont les plus tenaces.
                  Vous voulez sans doute parler du microcosme. Le problème, et n'y voyez aucun mépris, c'est que vos connaissances dans ce domaine sont très limitées, ce qui fait de vous quelqu'un d'influençable.

                  "En fait, les articles inquiétants cités en appui font des projections, des supputations, des déductions à partir de quelques germes retrouvés."
                  Donc des germes sont retrouvés... Cela devient contradictoire et perd de son absurdité... Un nettoyage désinfectant qui peut être insuffisant car l'on retrouve des germes, la nécessité de pouvoir voir s'il y a des salissures microscopiques et de les nettoyer car la gaine peut se déchirer...
                  Je reconnais que c'est difficile à comprendre, et c'est le noeud du problème : la présence de quelques germes avant l'application d'une nouvelle gaine ne signifie pas qu'il existe un risque infectieux réel.

                  "Mais les cas réels de contamination sont absents"
                  Que faire de tous ces témoignages... Tous des menteurs, même ces femmes enceintes, tous pris par les intérêt des entreprises... mouai... Parlons plutôt de la non reconnaissance de ce genre de contamination impossible à prouver qui prétexte systématiquement que les contaminations viennent d'un rapport sexuel non protégé ou autre.
                  Vous avez rapporté deux témoignages.
                  - Un cas de papillomavirus. Ce virus est si répandu qu'il touche presque une femme sur deux. Comment accuser l'échographie ? Comment être sûr que cette femme n'avait pas été contaminée avant, sachant que le virus peut mettre plusieurs années à se manifester.
                  - Un cas d'Escherichia Coli (colibacilles). Les infections à colibacilles ne sont pas externes mais interne : la femme est infectée par ses propres germes, à l'occasion d'une stimulation vaginale qui peut être un rapport sexuel ou l'introduction d'une sonde parfaitement stérile.

                  Les choses sont très compliquées. Un vrai témoignage, ce serait une femme hospitalisée pour une grossesse, indemne du VIH, et qui sortirait séropositive après l'échographie pratiquée pendant son hospitalisation. Mais ça, justement, ça n'existe pas.


                  "Il convient de souligner l’extrême rareté des publications rapportant des contaminations bactériennes ou virales lors de ce types d'exploration (en regard de celle concernant l'endoscopie digestive ou pulmonaire...)"
                  Les publications sont choisies, beaucoup sont mises sur le bas côté pour ne pas contrarier les choix en place et c'est pas les exemples qui manquent !! Je souligne qu'ici il y a une reconnaissance d'un risque pour les endoscopies mais que rien n'est mis en place pour y remédier et informer le patient... et de plus l'emploi du terme EXTRÊME RARETÉ ne signifie pas aucune !
                  Non, en fait c'est le contraire : la sélection des études est le fait de ceux qui prônent la désinfection de niveau intermédiaire.
                  Le problème des endoscopes non gainable est différent.
                  L'extrême rareté concerne les signalements, et un signalement n'est pas un preuve. Par ailleurs, il y aura toujours quelques professionnels peu consciencieux pour ne pas appliquer les consignes de sécurité, quelles qu'elles soient. C'est pour cela que je prône un contrôle des procédures de base, plutôt que leur complication.

                  "la réalité qui est simple : le nettoyage de la sonde et le changement de gaine suffisent à empêcher la transmission des infections, bien mieux que le préservatif à usage sexuel"
                  Pourtant il peut y avoir des germes, des salissures et que c'est à l’œil du gynéco d'en faire bon nettoyage et qu'une gaine peut se déchirer...
                  BIEN MIEUX... Que penser des préservatifs, sont-ils inutiles ? Serait-ce un commerce de plus, qui inculque la peur du rapport sexuel, protégeant contre l'épidémie d'un virus, qui peut mettre 20 ans avant de contaminer son hôte, du jamais vu en virologie... A peine entrée il se sert de nos cellules pour se démultiplier...
                  Non, les préservatifs ne sont pas inutiles et ils apportent une excellent protection. Ne globalisez pas tout.

                  "Je ne m’étendrai pas sur la naïveté des politiques, journalistes et représentants de patients qui ont gobé cette fable."
                  Tous ces témoignages y compris de professionnels consternés par ce qu'ils voient et constatent sont tous issus de menteurs ou naïfs ou encore financés par une entreprise qui ne manquent pas de client à travers le monde... (États-Unis, l'Espagne, le Royaume-Uni...)
                  Encore une fois, je ne connais aucun professionnel sérieux consterné par la pratique du changement de gaine et du nettoyage par lingette antiseptique.

                  "Il existe à la source de cette affaire deux acteurs principaux : Les comités et structures dédiés à la lutte contre les infections hospitalières et les maladies nosocomiales. Ces gens n’existent et ne survivent que par la peur qu’ils entretiennent, (...). Les fabricants de machines de stérilisation pour sonde."
                  Comité de lutte mais aussi de soutien, ces comités se sont crées suite aux nombreuses victimes qui d’accumulées, leur mission est aussi de les aider dans des démarches de reconnaissance (vous vous imaginez avec l'idée générale comment leurs plaintes sont bien accueillis). Après que des fabricants profitent de l'occasion pour faire leur promo rien d'étonnant ! Mais en se basant sur des faits simples et logiques, et en tenant compte de notre incapacité d'humain à voir ce que l’œil ne peut pas voir et du potentiel risque que la gaine se fissure il me semble que le risque est réel et que pour une fois le lobbying de ces entreprises n'est pas à notre défaveur (Ce qui est rare !)
                  Victimes ? Quelles victimes ? Je parle de victimes d'une désinfection de bas niveau pratiquée correctement. Maintenant, il y aura toujours des gens pour rechercher ailleurs que dans la contamination sexuelle l'origine de leur maladie.


                  " le rapport alarmant qui sert de support à cette campagne a été financée par la société Germitec®"
                  Oui possible, mais à ma connaissance il n'existe pas qu'un rapport à ce sujet ! Tous aussi alarmant les uns que les autres ! Faut-il encore que l'on autorise leurs publications...
                  Il n'y a aucun frein à la publication des ces rapports et études, tous financés par des sociétés ayant des intérêts dans l'affaire.

                  "extrapolations hasardeuses"
                  Pas tant que ça je trouve au contraire qu'elle sont logiques et pleine de bon sens mais je vais pas me répéter...
                  Le "bon sens" fait souvent mauvais ménage avec la science.

                  "Il faut que ce genre de manipulation stupide et malhonnête cesse, c’est un problème de santé publique : ruiner la confiance du public dans des examens importants et utiles n’est pas un acte anodin."
                  Ruiner sa santé non plus, utile pas toujours et j'en ai eu la preuve quand à 2 reprises j'ai refusé la sonde on a pu obtenir le même résultat sans ! L'homme ne devrait pas oublier cette phrase de Socrate "Tout ce que je sais c'est que je ne sais rien", beaucoup de chose nous échappe, chaque théorie est remise en question par une suivante, nous avons découvert l'atome puis le proton, la terre n'est pas plate, il y a de la vie dans les abysses... L'échelle d'un virus ou d'une bactérie nous échappe si nous n'avons pas un appareillage spéciale et une attention minutieuse. Affirmer qu'il n'existe aucun risque, en pleine conscience de mes limites et en me fiant à ma logique, je ne me le permettrais pas, ni de considérer comme manipulateurs ou naïfs ceux qui affirme le contraire...
                  50 ans de chirurgie et d'examens gynécologiques gantés sans problème, ce n'est pas une théorie, c'est une preuve. L'efficacité du préservatif contre le sida, l'herpès ou le papillomavirus, ce n'est pas une théorie, c'est une preuve.

                  En revanche, les extrapolations de risque à partir de quelques germes, ça c'est une théorie

                  "Il ne s’agit pas de faire des remontrances, mais de poursuivre au civil et au pénal les initiateurs de cette désinformation."
                  Il me semble qu'en ce monde il y a beaucoup de personnes à poursuivre en justice pour leur hypocrisie et malhonnêteté, inutile d'en faire la liste elle nous prendrait toute une vie, à l'heure actuelle nous sommes entourés de toxiques, de toute part on nous incite à consommer une nourriture empoisonnée, et je fais court, alors poursuivre en justice des mouvements je trouvent ça un peu limite car si leurs dires s'avèrent erronés par une vérité limpide venant des autorités, ils s'éteindront simplement et avec joie car le problème sera réglé et le risque aura disparu. Pour les industriels ils chercheront un autre marché, mais bon eux ne seront pas poursuivie ^^ Et quand on voit ce qu'on trouve dans un supermarché et en pharmacie il en faudrait des juges et des avocats ^^
                  J'ai peur que vous n'ayez pas compris de quel côté vous êtes. Votre combat est l'équivalent de ceux qui veulent plus de pesticides dans l'alimentation pour tuer des bactéries et moisissures présents sur les plantes alors qu'elles ne font pas courir de risque aux consommateurs. Vous êtes du mauvais côté, vous avez été manipulée par la peur.

                  "Ces empilements de "principes de précautions" font mourir notre système de santé et finissent par paralyser la médecine sans apporter la moindre sécurité supplémentaire"
                  Dommage que l'on ne les applique pas sur les réels risques mais seulement à ce qui arrange les multinationales... Ce qui sclérose la médecine c'est plutôt son égo démesuré à ne rien vouloir entendre des méthodes douces, il y a en a tellement qui font leur preuve chaque jour là où la médecine classique trouve ses limites et ne fait qu'empirer la mauvaise santé des patients. Je ne remet pas l'entière médecine en question juste les hommes plein d'égo qui refuse d'intégrer la nature à leurs potions synthétiques...
                  Sans apporter la moindre sécurité supplémentaire... Faudrait-il encore tenir compte d'un long terme et non d'un simple court terme non significatif...
                  Justement, vous êtes en train de vous battre pour faire appliquer une méthode dure. Encore le mauvais côté.

                  "Il faudrait aussi que des acteurs publics respectables comme le Le Lien de Michel Ceretti ou le groupe de Michèle Rivasi soient plus vigilants quand ils s’investissent dans ce type de combat."
                  Alors soit ce sont des acteurs respectables, soit ce sont des "manipulation stupide et malhonnête", "campagne de désinformation non dénuée d’arrières-pensées commerciales", "naïveté des politiques, journalistes et représentants de patients"... ? J'ai du mal à suivre... Que penser du terme vigilent ?
                  Ce ne sont pas eux qui sont manipulateurs et malhonnêtes. Ils sont manipulés comme vous.

                  "La réalité est donc que nettoyage de la sonde et le changement de préservatif à chaque examen constituent des précautions nécessaires et suffisantes pour protéger les patient(e)s lors d’échographies vaginales ou rectales non invasives. Et heureusement, car sinon, c’est toute l’asepsie médicale, chirurgicale et dentaire qui serait remise en cause."
                  Et c'est bien ça le vrai problème, la fameuse remise en cause !
                  Oui, car si vous faites cette remise en cause, on arrête tous les soins, et il va y avoir beaucoup de morts. Oui, c'est le problème.

                  "Et si l’on soupçonne certains praticiens de ne pas appliquer scrupuleusement la procédure gaine à usage unique + désinfection manuelle, il est inutile d’en imposer une plus complexe."
                  Cela signifie que dans la mesure ou les praticiens sont déjà eux mêmes négligeant avec du simple, pour éviter de les bousculer on va pas leur imposer du compliqué... Sympa comme argument ^^

                  Finissons sur une touche d'humour
                  Triste réalité. En alourdissant les procédures, vous compliquez la tâche des médecins consciencieux, tandis que les médiocres s'en fichent : ils ne l'appliqueront pas plus que la précédente.

                  "Il est préférable de se donner les moyens de veiller à ce que la procédure actuelle, simple et efficace, soit réellement mise en œuvre."
                  On va aller éduquer les gynécos et quand on aura que des adultes responsables et plus des ado en rébellion on passera à la grande épreuve de la désinfection efficace...
                  Soyons patient les amis bientôt on tiendra compte des patients mais pour le moment on s'occupe des praticiens
                  Ne croyez pas ça. Le web est une arme redoutable au service des patients pour faire descendre les médecins de leur piédestal. J'ai beaucoup écrit sur ce sujet http://www.atoute.org/n/-medecine-2-.html

                  "Je ne pratique pas d’échographies et je n’ai aucun lien d’intérêt dans ce domaine."
                  Je tiens à préciser que moi non plus j'ai juste pas envie d'avoir une mauvaise surprise ou de contaminer un enfant
                  Rassurez-vous, ce risque est imaginaire.

                  Commentaire


                    #24
                    Re : Contamination après l'utilisation d'une sonde echograohique endocavitaire

                    Envoyé par Alpeg'Art




                    Ce qui sclérose la médecine c'est plutôt son égo démesuré à ne rien vouloir entendre des méthodes douces, il y a en a tellement qui font leur preuve chaque jour là où la médecine classique trouve ses limites et ne fait qu'empirer la mauvaise santé des patients. Je ne remet pas l'entière médecine en question juste les hommes plein d'égo qui refuse d'intégrer la nature à leurs potions synthétiques...
                    Je me doutais bien que ça tournait autour de ça : la vilaine médecine arrivée à bout et les merveilleuses médecines douces qui font des miracles...
                    Ben y'a qu'à stériliser les appareils avec du jus de radis noir.
                    L'univers a t-il des limites alors que la bétise n'en a pas?
                    ♫♫♫

                    Commentaire


                      #25
                      Re : Contamination après l'utilisation d'une sonde echograohique endocavitaire

                      Amical et non la bêtise n'a pas de limite... Une question qui de l'homme ou de la nature est un apprenti, qui apprend à qui ? Permet moi d'avoir davantage confiance en celle qui résistera à la bêtise humaine Et de reconnaitre que l'homme dans son apprentissage n'est pas exempt d'erreurs C'est juste de la logique ni plus ni moins, un simple regard suffit à le confirmer... Il faut rester humble et mettre les choses à leur place Je ne suis contre rien, l'homme a aussi du génie, je suis pour la Vie et le Respect de celle-ci Parfois l'homme dans sa quête de savoir et de résultat commet des erreurs et parfois il n'est pas le seul à en subir les conséquences, la médecine est bien le lieu où une multitude en paye le prix bon ou mauvais ! Ouverte d'esprit, je ne me fige pas dans un cadre mais au contraire explore toutes les contrées

                      Commentaire


                        #26
                        Re : Contamination après l'utilisation d'une sonde echograohique endocavitaire

                        Un exemple parmi tant d'autre... (Et ne m'en croyait pas ravi, avant j'avais toute confiance et j'en suis bien consternée d'avoir appris tous ça)

                        http://www.reponseatout.com/pratique...gereux-a108214

                        Extrait...
                        "Avec la sortie de leur « Guide des 4 000 médicaments utiles, inutiles ou dangereux », Bernard Debré, député UMP de Paris, et Philippe Even, directeur de l'institut Necker, lâchent une véritable bombe dans le secteur pharmaceutique. Les deux médecins ont compilé pas moins de 20 000 études internationales, pour en arriver aux conclusions suivantes : 50 % des médicaments que nous utilisons sont « inutiles », 20 % « mal tolérés » et 5 % « potentiellement dangereux ». Et paradoxalement, 75 % d'entre eux sont remboursés. Entre 10 et 15 milliards d'euros sont ainsi gaspillés, chaque année."

                        Commentaire


                          #27
                          Re : Contamination après l'utilisation d'une sonde echograohique endocavitaire

                          Envoyé par Alpeg'Art
                          Un exemple parmi tant d'autre... (Et ne m'en croyait pas ravi, avant j'avais toute confiance et j'en suis bien consternée d'avoir appris tous ça)

                          http://www.reponseatout.com/pratique...gereux-a108214

                          Extrait...
                          "Avec la sortie de leur « Guide des 4 000 médicaments utiles, inutiles ou dangereux », Bernard Debré, député UMP de Paris, et Philippe Even, directeur de l'institut Necker, lâchent une véritable bombe dans le secteur pharmaceutique. Les deux médecins ont compilé pas moins de 20 000 études internationales, pour en arriver aux conclusions suivantes : 50 % des médicaments que nous utilisons sont « inutiles », 20 % « mal tolérés » et 5 % « potentiellement dangereux ». Et paradoxalement, 75 % d'entre eux sont remboursés. Entre 10 et 15 milliards d'euros sont ainsi gaspillés, chaque année."
                          Ce livre contient beaucoup de choses intéressantes, comme je l'ai écrit quand il est sorti.

                          Et bien vous n'allez pas me croire, mais en terme de sécurité des soins et d'asepsie, c'est pareil : 50% des précautions que nous subissons au nom de la "science" sont inutiles. Et le trempage prolongé de la sonde entre deux échographies en fait justement partie.

                          Depuis le début de ce débat, vous ne comprenez pas que vous vous êtes trompée de camp, car des gens du calibre de Monsanto ont manipulé votre angoisse pour que vous souteniez leur business.

                          Je ne sais pas si vous avez bien réalisé que vous êtes sur un site très critique avec les médicaments et les méthodes de l'industrie pharmaceutique.

                          Commentaire


                            #28
                            Re : Contamination après l'utilisation d'une sonde echograohique endocavitaire

                            Envoyé par Alpeg'Art
                            Amical et non la bêtise n'a pas de limite... Ouverte d'esprit, je ne me fige pas dans un cadre mais au contraire explore toutes les contrées
                            Etre ouvert d'esprit ne signifie pas béer d'admiration devant toutes les pseudo médecines qui n'ont pour la plupart aucun fondement scientifique.
                            Le jour ou vous serez en réanimation avec 15 tuyaux dans le corps et qu'on vous remettra sur pieds vous ferez la différence ...
                            L'univers a t-il des limites alors que la bétise n'en a pas?
                            ♫♫♫

                            Commentaire


                              #29
                              Re : Contamination après l'utilisation d'une sonde echograohique endocavitaire

                              Bonjour et merci d'avoir pris la peine de répondre à cette analyse. (je n'avais pas vu votre réponse hier)

                              J'ai vraiment envie de vous croire et de me dire que tout ceci est une manipulation, mais une chose est sûre, je continuerais à refuser cette sonde parce que tout ce que j'ai pu lire à son sujet à installer un doute qui demandera des preuves pour s'effacer. Si par malheur je vous faisais confiance et que j'en ressortais contaminée, je sais que je ne pourrais ni le prouver, ni me faire entendre, et comme je ne vais pas dormir chez mon gynéco histoire d'être prise au sérieux, je préfère éviter.

                              Attendre qu'une femme qui fait attention à elle avec son petit enfant qui vient de naitre, soit effectivement reconnu comme porteuse d'un VIH, et que l'on lui décèle avant sa sortie d'hospitalisation, parce que si c'est 2 jours après on lui dira qu'elle a surement attrapée ça ailleurs... Il faut toujours des victimes et de grandes victimes pour que les choses changent... Et même quand il y en a à la pelle on trouve toujours des excuses pour maintenir la source du problème en place. Mais vous savez très bien que lorsqu'on attrape un virus, il va mettre au moins quelques heures à infecter le corps (et donc à être décelé), la personne sera surement rentrée chez elle entre temps, et dans ce cas... plus rien ne pourra prouver sa provenance.

                              De plus vous dites que quelques germes ne suffissent pas à contaminer, mais que penser d'une personne qui est déjà affaibli, quelques germes peuvent-ils suffirent à la contaminer ?

                              Je ne remet pas en doute votre bonne foie, je pense que vous parlez de bon cœur, mais j'ai du mal à comprendre votre certitude face à des situations qui doivent être prise au cas par cas...

                              Un corps en pleine santé ne sera pas sensible à quelques germes... OK Mais dans le cas d'un corps affaibli... ?

                              Une gaine protège suffisamment de grosses molécules qui s'exprime en nanomètre... Pour moi la nano est de l'ordre de extrêmement petit... A ce sujet que penser vous du Dr Yahia Mekki du laboratoire de virologie des HCL qui nous explique « La gaine plongée dans le corps, à 37°, subit des effets thermiques, qui permettent, entre autres facteurs, le passage des virus, même lorsqu’elle n’est pas percée ».

                              "La solution appliquée est efficace sur la totalité des bactéries et de virus, ce n'est pas un antibiotique, mais un antiseptique."
                              J'ai une nouvelle interrogation à ce sujet, l'emploi de détergent désinfectant pourrait-il apporter une détérioration de la gaine ? Pour éliminer correctement ces parasites, j'imagine que ce produit très efficace est donc très puissant... Serait-il envisageable qu'un détergent puisse attaquer la gaine ? Des examens ont-ils étaient effectués mettant en contact une gaine imprégnée tout d'abord de ces solutions et ensuite mise en contact avec chaque virus, bactéries et champignons afin de déterminer si une modification avait entraîné un passage ?

                              "Non, les préservatifs ne sont pas inutiles et ils apportent une excellent protection. Ne globalisez pas tout."
                              Alors pourquoi "bien mieux" pourquoi ce terme ? Si la gaine protège bien mieux c'est que le préservatif protège moins bien et si c'est moins bien c'est qu'il peut être inefficace... non ?

                              "Je reconnais que c'est difficile à comprendre, et c'est le nœud du problème : la présence de quelques germes avant l'application d'une nouvelle gaine ne signifie pas qu'il existe un risque infectieux réel."
                              Non mais cela signifie que la lingette désinfectante ne suffirait pas, car j'imagine que les examens à ce sujet n'ont pas été fait chez des médecins négligents. Le contrôle passe par les yeux du praticien, il doit déterminer s'il y a fissure ou salissures, mais que penser des fissures non remarquées ou de salissures trop petites... Vous allez me dire, si c'est infime c'est qu'il n'y a aucun risque, pourtant attrapé un virus ou une bactérie relève de l'infime (l'air, l'eau, la nourriture...) mais surtout de l'état général de l'individu et de son système immunitaire.

                              "L'examen à l'oeil nu est aussi une précaution : l'existence de salissures visibles signifie qu'il y a une rupture et donc potentiellement une charge infectieuse suffisante. Pourtant, rien ne prouve que le simple essuyage de cette salissure par une lingette désinfectante ne serait pas suffisante."
                              Si l'on retrouve des germes c'est bien que cela ne suffit pas non ?

                              "Encore une fois, je ne connais aucun professionnel sérieux consterné par la pratique du changement de gaine et du nettoyage par lingette antiseptique."
                              Que pensez-vous de cet article... http://www.humanite.fr/node/22078

                              "Victimes ? Quelles victimes ? Je parle de victimes d'une désinfection de bas niveau pratiquée correctement. Maintenant, il y aura toujours des gens pour rechercher ailleurs que dans la contamination sexuelle l'origine de leur maladie."
                              Compte tenu du fait qu'une fois sorti du cabinet il n'y a aucun moyen de prouver que l'infection provient de l'examen, oui on peut dire qu'officiellement il n'y a pas de victime... Et laisser peut être le doute d'un adultère survoler la cause de l'infection... Bref, d'après vous, tant qu'une femme venant d'accoucher ne sera décelée porteuse du VIH, que l'on aura pu constater en analysant son sang avant et à la fin de son hospitalisation, prouver qu'elle était saine puis contaminée, alors qu'il faut combien... 3 mois pour déceler le VIH, donc il faudrait pour avoir une réelle PREUVE :
                              - Qu'une femme soit hospitalisée au moins 3 mois pour une grossesse
                              - Que des examens à son entrée soit effectués et qu'avant sa sortie d'autres soient fait...
                              Mais réalise-t-on vraiment ce genre d’examen et peut-on déceler dans son sang l'arrivée du VIH en quoi 5 jours ?
                              Effectivement il n'y aura aucune PREUVE... Un chemin bien improbable pour prouver qu'il existe bien des cas avéré de contamination.

                              "Le "bon sens" fait souvent mauvais ménage avec la science."
                              La science n'a donc pas de sens ? ^^

                              "50 ans de chirurgie et d'examens gynécologiques gantés sans problème, ce n'est pas une théorie, c'est une preuve. L'efficacité du préservatif contre le sida, l'herpès ou le papillomavirus, ce n'est pas une théorie, c'est une preuve. En revanche, les extrapolations de risque à partir de quelques germes, ça c'est une théorie"
                              Toute théorie est à la base de toute recherche de preuve
                              La preuve reste attachée à un certain protocole d'acceptation pour être reconnu.
                              Toutes théories sont révoquées lorsqu'une nouvelle théorie prend place.

                              "J'ai peur que vous n'ayez pas compris de quel côté vous êtes. Votre combat est l'équivalent de ceux qui veulent plus de pesticides dans l'alimentation pour tuer des bactéries et moisissures présents sur les plantes alors qu'elles ne font pas courir de risque aux consommateurs. Vous êtes du mauvais côté, vous avez été manipulée par la peur."
                              Je suis du côté de la Vie, ni plus ni moins, mon combat est celui de la Vérité et de la Paix. Votre comparaison entraînerait l'inutilité d'une désinfection même de bas niveau (sauf en cas de salissures car germes en trop grand nombres) étant donné que le corps peut par lui même régir à quelques micro germes par sa flore protectrice. L'utilisation de produits détergents et antiseptiques (comparable aux pesticides) deviennent donc également inutiles. Pour aller un peu plus loin, il y a des pesticides chimiques et des pesticides biologique et naturels (coccinelle, bouillie bordelaise, plantes...). La question est alors de savoir s'il serait plus logique, plus humain, d'avoir un nettoyant pour la sonde qui est crée d'un assemblage de molécules naturelles, qui ont les propriétés correspondante à l'effet recherché, c'est à dire avoir une sonde saine, étant donné qu'un corps affaibli pourrait être sensible à quelques germes.
                              Je vais continuer mes recherches car effectivement je n'ai reçu aucun enseignement ce qui m’amène à manquer de connaissance, je fais juste appel à mon esprit critique et à ma curiosité qui me permettent d'assimiler des informations et connaissances diverses, et je vous remercie de m'aider à éclaircir ce sujet, j'espère vraiment me tromper, dans ce cas je ne me fais pas de souci pour cette pétition qui n'a aucun succès.

                              "Ce ne sont pas eux qui sont manipulateurs et malhonnêtes. Ils sont manipulés comme vous."
                              En avez-vous parler avec eux, que pensent-t-ils de vos affirmations ?

                              "Rassurez-vous, ce risque est imaginaire."
                              J'espère
                              Encore merci pour le temps que vous accorder à avancer dans ce sujet
                              Dernière modification par Alpeg'Art, 14/07/2013, 18h06.

                              Commentaire


                                #30
                                Re : Contamination après l'utilisation d'une sonde echograohique endocavitaire

                                De plus au niveau de l'argument lobbying financier, il me semble que le commerce de la gaine à usage unique et du désinfectant doit rapporter des milliard à quelques uns... Il n'est pas exclu que face à ce risque de perte d'un marché colossal, ils pourraient également interférer dans le discernement de cette alerte... Et apporter eux aussi une désinformation...

                                Ils seraient également intéressant de recherche des liens d'intérêts de ce côté là aussi...

                                Commentaire

                                Unconfigured Ad Widget

                                Réduire
                                Chargement...
                                X