Annonce

Réduire
Aucune annonce.

U Topic

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

    #46
    Re : U Topic

    J'ai rêvé que je vivais mes derniers instants. Nous, qui, je ne sais pas et cela n'a pas d'importance, parce que c'était la fin du monde, nous, attendions. Ce rêve d'un Japon rapporté en ville côtière, balnéaire. La brise d'été, le vent du large. De petites maisons en bois, couleurs bariolées, des massifs de lilas. Compositions florales. Oui, des drapeaux claquant, le ciel bleu, cet azur. Dans une de ces maisons, pleine de bibelots, d'objets précieux, de meubles riches de tout ce qu'ils cachent à la vue. L'odeur de la cire, le parquet lustré. Et puis le silence. Tout est dit et joué. C'est l'attente. No birds do sing. Je m'allonge par terre sur un tapis persan. Ah, cette douceur. Je tiens, mais quoi, dans une de mes mains, quelque chose de tendre, mais quoi. Les fenêtres sont ouvertes au souffle léger léger de l'air embaumé. Vient ce moment dans le temps sans fin. La lumière assourdissante, soudaine. Comme ce qui remonte dans la veine, la vague d'une anesthésie générale, monte au cerveau, ni froid ni chaud. Une vague. Mais c'est de l'extérieur. À l'intérieur, extérieur nuit. Ce n'est pas ma fin, mais la nôtre. Au Fahrenheit de l'humanité. La consolation inouïe d'être au monde, enfin. La communion.

    Le rêve d'une fin du monde sans hommes. Une fin blanche, le souffle de la bombe. Et cette paix, en cet instant parfait, où tout, mais absolument tout disparaît. Le je est haïssable, le nous est solidaire.

    Ce rêve me porte, dans une tranquillité retrouvée. La certitude que tout peut et doit finir. Que toute entreprise humaine tend vers sa propre destruction collective, par peur, oui. Alors la pluie, les servitudes de cette acharnement à survivre, cela compte peu.
    Solidaire. L'amitié franco-américaine, les jeux de neige russes. De soi, en faire sa petite affaire. Les longueurs à la piscine, les cours de yoga et les légumes à la vapeur, pourquoi pas. Ou alors le divan et dire bonjour à la dame. La belle dame sans merci.

    La certitude que tout cela finira me réconcilie une bonne fois pour toutes les fois où j'ai pu en douter. Une vie.

    Un jour qui se lève enfin sur une nuit de lumière.
    Le désir revient. Chaque instant est comme béni.
    À chaque jour suffit sa joie.

    Ce n'était qu'un rêve. Que ma joie demeure. À chaque instant.

    Commentaire


      #47
      Re : U Topic

      Commentaire


        #48
        Re : U Topic



        Il paraît que ça s'utilise en cuisine aussi. Je ne cuisine plus. D'ailleurs j'envisage même de m'acheter un premier micro-ondes, moi qui ai toujours honni cette chose-là. Se nourrir, encore et toujours. Enfin. L'essentiel c'est de poursuivre vaillamment le doux labeur de sa mise au monde. Il paraît que ça prend toute une vie pour s'en remettre. Le jour où je me remettrai, moi, à la cuisine, ce sera déjà un bon signe. Une cuisine épicée, roborative, mais digeste. En attendant le déluge, quelle que soit sa forme.

        Et puis je vais me plonger dans la lecture du Code Civil. J'ai d'immenses projets. Très sexuels ou philatéliques. Le timbre, tout est dans le timbre.
        Dans le champ de ruine, les fleurs y sont de mauvaises herbes et les bêtes se meurent. Curieux cette propension archaïque à vouloir systématiquement travestir la réalité de manière publicitaire.

        Ca me fait penser au début des 'Malheurs de Sophie' de la Comtesse de Ségur, l'histoire des chemins, repris des tout premiers vers de 'L'Enfer' de Dante Alighieri.

        "Nel mezzo del cammin di nostra vita
        mi ritrovai per una selva oscura,
        ché la diritta via era smarrita.

        Ahi quanto a dir qual era è cosa dura
        esta selva selvaggia e aspra e forte
        che nel pensier rinova la paura!

        Tant' è amara che poco è piu morte;
        ma per tratar del ben ch'i' vi trovai,
        diro de l'altre cose ch'i' v'ho scorte."


        "Au milieu du chemin de notre vie
        je me retrouvai par une forêt obscure
        car la voie droite était perdue.

        Ah dire ce qu'elle était est chose dure
        cette forêt féroce et âpre et forte
        qui ranime la peur dans la pensée!

        Elle est si amère que mort l'est à peine plus;
        mais pour parler du bien que j'y trouvai,
        je dirai des autres choses que j'y ai vues." (trad. Jacqueline Risset)

        La beauté de la langue de Dante 'parle' presque d'elle-même dans ce rêve qui ouvre 'L'Enfer'. C'est dire l'ampleur de la besogne à se concevoir l'endroit où l'on est, pour ainsi dire 'réellement'. Et à en faire quelque chose, qui est là, par essence, mais que l'on ne voit pas.

        Que l'on doit comme 'extraire', comme pour fabriquer ce parfum unique qui va nous servir de viatique et nous porter au-delà de cette mort que nous portons en nous comme le plus précieux et le plus immonde des fardeaux. Laissons la donc faire, la mort, elle ne nous appartient pas. Elle 'est' tout simplement, là, aussi, en même temps.

        L'eau de rose? Décidément non.
        Peut-être un micro-ondes, en attendant mieux - ou pire. Mais en attendant la matière vraie. L'élixir de chair et de sang. Ce dont nous sommes faits, la matière onirique du corps en herbe. Dans un champ de blé mûr au pays d'elle était verte ma vallée.

        "We are such stuff as dreams are made on, and our little life is rounded with a sleep." ("Nous sommes de la même étoffe dont les rêves sont tissés, et notre vie est une parenthèse dans le sommeil") Shakespeare, 'La Tempête', IV,i.

        Le pot-au-feu, voilà mon rêve.
        Tiens, il est midi.

        Commentaire


          #49
          Re : U Topic

          Les gladiateurs entrent dans l'arène
          Petit Pharaon les scrute
          Prunelles de ses yeux bleus
          Le combat commence dans le sang et le feu

          Mais qui est-il ?
          Champs de ruines infertiles

          Les gladiateurs sont à terre
          Le combat est fini
          Petit Pharaon s'en réjouit

          L'heure est venue
          Temps immatériel
          Temps de l'infini
          Verticalité

          Petit Pharaon marche sur l'eau
          Rejoint le samouraï
          Pour sa propre bataille

          Bâtons contre bâtons d'acier
          Corps contre corps
          Enfer
          Sans cris
          Juste leur souffle
          Au loin s'évanouissent

          Petit Pharaon a perdu la guerre
          Il s'abandonne dans l'air
          Ses yeux sont clos
          Chair, os, sang
          Dans l'oubli
          Petit Pharaon n'est plus
          Le samouraï l'a vaincu.
          Dernière modification par Sola(*), 12/02/2014, 17h36. Motif: acier/terre

          Commentaire


            #50
            Re : U Topic

            Commentaire


              #51
              Re : U Topic

              L'homme libre

              Je me ris des honneurs que tout le monde envie,
              Je méprise des grands le plus charmant accueil,
              J'évite les palais comme on fait un écueil
              Où pour peu de sauvés mille ont perdu la vie.

              Je fuis la cour des rois autant qu'elle est suivie,
              Le Louvre me paraît un funeste cercueil,
              La pompe qui le suit, une pompe de deuil
              Où chacun va pleurant sa liberté ravie.

              Loin de ce grand écueil, loin de ce grand tombeau,
              En moi-même, je trouve un empire plus beau ;
              Rois, cour, honneurs, palais, tout est en ma puissance.

              Pouvant ce que je veux, voulant ce que je puis,
              Je tiens tout sous la loi de mon indépendance.
              Enfin les rois sont rois : je suis ce que je suis.


              ( Bonaventure de FOURCROY )
              https://unebullepourorphane.wordpress.com/


              Commentaire


                #52
                Re : U Topic

                Envoyé par Orphane
                L'homme libre

                Je me ris des honneurs que tout le monde envie,
                Je méprise des grands le plus charmant accueil,
                J'évite les palais comme on fait un écueil
                Où pour peu de sauvés mille ont perdu la vie.

                Je fuis la cour des rois autant qu'elle est suivie,
                Le Louvre me paraît un funeste cercueil,
                La pompe qui le suit, une pompe de deuil
                Où chacun va pleurant sa liberté ravie.

                Loin de ce grand écueil, loin de ce grand tombeau,
                En moi-même, je trouve un empire plus beau ;
                Rois, cour, honneurs, palais, tout est en ma puissance.

                Pouvant ce que je veux, voulant ce que je puis,
                Je tiens tout sous la loi de mon indépendance.
                Enfin les rois sont rois : je suis ce que je suis.


                ( Bonaventure de FOURCROY )
                Ouais, c'est pas faux. Mais faut surtout ne pas avoir de mère possessive, la vraie liberté commence par là
                Si tu veux ton petit-déjeuner au lit, t’as qu’à dormir dans la cuisine.

                Commentaire


                  #53
                  Re : U Topic

                  Tu connais sa mère ?
                  https://unebullepourorphane.wordpress.com/


                  Commentaire


                    #54
                    Re : U Topic

                    Envoyé par Orphane
                    Tu connais sa mère ?
                    coucou orphane

                    Commentaire


                      #55
                      Re : U Topic

                      Envoyé par Orphane
                      Tu connais sa mère ?
                      Non, mais je sais qu'un cordon peut se transformer en laisse
                      Si tu veux ton petit-déjeuner au lit, t’as qu’à dormir dans la cuisine.

                      Commentaire


                        #56
                        Re : U Topic

                        Envoyé par Le Gyapète Ventru
                        Non, mais je sais qu'un cordon peut se transformer en laisse
                        Je ne risque rien alors. Il n'en est pas de même pour toi, tentes- tu maladroitement de nous dire ?
                        Au micro ce soir, Ménie Grégoire chers auditeurs ...
                        https://unebullepourorphane.wordpress.com/


                        Commentaire


                          #57
                          Re : U Topic

                          Envoyé par Lé◌̃nard
                          coucou orphane
                          Yo ! Très joli avatar
                          https://unebullepourorphane.wordpress.com/


                          Commentaire


                            #58
                            Re : U Topic

                            Envoyé par Orphane
                            Yo ! Très joli avatar
                            comment tu vas depuis tout ce temps

                            toujours sur atoute à ce que je vois..

                            Commentaire


                              #59
                              Re : U Topic

                              Envoyé par Lé◌̃nard
                              comment tu vas depuis tout ce temps
                              Ce n'est pas trop le fil pour en parler mais, je vais pas trop mal ^^ . Je passe de temps à autre ...
                              Soares, promis nous ne pollutationnerons plus ton fil !!
                              https://unebullepourorphane.wordpress.com/


                              Commentaire


                                #60
                                Re : U Topic

                                Envoyé par Orphane
                                Ce n'est pas trop le fil pour en parler mais, je vais pas trop mal ^^ . Je passe de temps à autre ...
                                Soares, promis nous ne pollutationnerons plus ton fil !!
                                ah désolé, je vais te répondre ailleurs.

                                Commentaire

                                Chargement...
                                X