Annonce

Réduire
Aucune annonce.

psy abus de faiblesse

Réduire
X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

    Re : psy abus de faiblesse

    ;;;
    Dernière modification par Artémisia, 11/07/2015, 09h01.
    "Rien n'est plus fort qu'une idée dont l'heure est venue "
    Victor Hugo
    "Même si vous êtes seul et que personne ne vous suit, défendez toujours ce qui vous parait juste"
    Abbé Pierre

    Commentaire


      Re : psy abus de faiblesse

      Envoyé par Artémisia
      Je suis allée me promener et lire sur un banc au soleil, ça fait du bien.

      Maparole, j'ai bien dit que je comprenais intellectuellement mais ça ne suffit pas, ma mère je ne la vois plus depuis le décès de mon frère il y a 7 ans ( et j'étais partie très tôt m'installer loin d'elle). A ce moment là, j'ai compris qu'il fallait que l'on fasse chacune avec sa douleur et que je ne devais pas prendre la sienne en plus, j'adorais mon frère, il est parti brutalement, il fallait que je reste debout.
      Mes parents ont eu la chance d'avoir des enfants en bonne santé, dès qu'il y avait une catastrophe avec des enfants aux infos,ils se l’appropriaient "et si c'était x (l'un de nous), j'en mourrais... comment font les parents pour survivre etc ..." Inutile de dire que je n'ai pas la télé, je trouve que ce n'est pas la place des enfants de manger devant les infos. J'ai bien compris qu'ils nous on transmis la peur de vivre, mais eux étaient bien dans leur monde, nous on croyait que c'était normal et puis j'ai commencé à réagir, je sentais bien que ça n'allait pas, je n'avais pas les mots à cette époque, je pleurais et le médecin a mis une étiquette : dépression " je connais bien, j'ai fait 10 ans de psychiatrie avant de revenir à la médecine générale, c'est comme un ordinateur..." Elle en est sortie rassurée sur son rôle de mère, j'étais malade !
      En fait, elle ne méritait même pas que je la laisse tomber (je l'ai complètement zappée), ce n'était pas de la méchanceté de sa part, elle a fait avec ce qu'elle a reçu sans se poser de questions, j'aurai pu reproduire ça ne s'est pas fait, malheureusement je n'ai pas réussi à vivre libre pour autant. Il faut sacrifier une génération pour rompre le cercle vicieux, pas de bol c'est moi, mais au moins mon fils est libre.

      Oui, Artémisia, ce que tu dis est juste, et c'est bien pour ton fils tout ce que tu as compris. Mais c'est quand même triste pour toi.
      Je partage ton analyse, y compris sur le fait que l'équilibre et le bonheur sautent une génération quand on doit se battre pour ça, malheureusement.

      A mon âge, je mise sur l'imprévu positif de la vie : quelque chose de bien qui arrive plutôt que quelque chose de terrible. Et au point de non-retour où je me trouve, j'apprécie quand ça arrive. Si ça arrive...
      Je pense que ta rencontre amoureuse avec ton psy aurait pu être positive s'il t'avait vraiment aimée, alors qu'il me semble t'avoir prise pour un objet de plaisir sans investissement de sa part, bien qu'il connaisse tes problèmes.
      Il t'a lâché en tant que thérapeute, et aussi en tant qu'être humain compréhensif et bienveillant pour toi, il me semble.
      En fait, il me semble aussi comprendre ton amertume et ton sentiment d'échec, malgré ton amour pour la vie et ta vitalité exceptionnelle, je trouve.
      En ce qui me concerne, j'ai trouvé de l'aide dans la "pensée positive" avec des réflexions simples et des sensations simples devant des choses simples, un peu comme l'esprit zen à la fois détaché et attaché aux détails...comme "lire sur un banc au soleil".

      Bonne journée.
      "On a deux vies : la seconde vie commence le jour où l'on se rend compte que l'on n'en a qu'une."
      Confucius

      Commentaire


        Re : psy abus de faiblesse

        ;;;
        Dernière modification par Artémisia, 11/07/2015, 09h01.
        "Rien n'est plus fort qu'une idée dont l'heure est venue "
        Victor Hugo
        "Même si vous êtes seul et que personne ne vous suit, défendez toujours ce qui vous parait juste"
        Abbé Pierre

        Commentaire


          Re : psy abus de faiblesse

          Envoyé par Artémisia
          Maparole, ce n'était pas une rencontre amoureuse avec mon psy, il m'a tendu un piège, j'ai été troublée oui, j'ai laissé faire et je n'arrivais plus à en sortir, c'était impossible pour moi d'accepter de m'être trompée en m'adressant à lui, je ne voulais pas le reconnaître. Rien que de l'écrire j'en ai les larmes aux yeux, pourtant je pensais que c'était réglé, à croire que non.

          Je n'ai jamais été amoureuse de lui, je ne lui ai pas menti, il le savait et si lui m'avait aimée ce n'est pas pour autant que j'aurai accepté de vivre une histoire avec lui, ce n'est pas parce que je suis seule que je dois accepter n'importe qui, n'importe quoi.

          J'ai revu la kiné, elle est vraiment efficace, elle est obligée de me masser eûin profondeur tellement je suis tendue, ce qui explique aussi les douleurs aux épaules. " Je tends le dos " c'est ce que je fais depuis la greffe, je vis avec le peur, je l'ai maitrisée, elle ne m'empêche pas de "vivre" mais n'empêche qu'il faut que je la "supporte" au quotidien. (...)


          Ca y est je m'égare, j'ai encore envie de papoter...
          Mais pourquoi penser que tu t'égares ? Normal que tu aies envie de papoter...


          J'essaye parfois de trouver ce qui m'échappe dans une histoire qui n'est pas la mienne, alors c'est moi qui m'égare parfois dans ce que je dis !
          Sur de nombreux fils de ce forum, j'ai été frappée de voir que beaucoup de patientes défendaient le fait de pouvoir vivre librement une "histoire d'amour" avec un soignant : l'éthique médicale officielle ne semble pas connue, le contexte médical inégalitaire n'est pas bien vu, et le rôle spécifique d'un analyste échappe aussi à beaucoup.
          Alors je compare parfois cette situation à un inceste parental : on croit à une relation affective privilégiée sans voir le piège de la sexualité interdite pour protéger l'enfant, ou l'adulte en consultation.
          Mais quelle que soit la relation vécue, ce n'est jamais la faute à l'enfant ou l'adulte qui sont ainsi piégés par un cadre parental ou médical qui semblent responsables et sécurisants.
          C'est pour déjouer ce genre d'illusion affective, et la culpabilité parfois ressentie en conséquence, que je m'exprimais ainsi, mais tu as raison d'insister sur le fait que ce n'est pas ton vécu.
          Et je te cite, parce que ce que tu dis est important :
          ..."Ce n'était pas une rencontre amoureuse avec mon psy, il m'a tendu un piège, j'ai été troublée oui, j'ai laissé faire et je n'arrivais plus à en sortir, c'était impossible pour moi d'accepter de m'être trompée en m'adressant à lui, je ne voulais pas le reconnaître.
          Rien que de l'écrire j'en ai les larmes aux yeux, pourtant je pensais que c'était réglé, à croire que non."


          Pour ce que j'ai vécu, le sentiment de manipulation et de trahison m'a atteinte très profondément et demeure encore au fond de moi, comme un coup de poignard donné dans le dos (...et j'en ai parfois plein le dos, comme toi !).
          J'aime beaucoup cette formulation de Shakespeare :..."Quant à ceux qui se prétendent mes amis et cachent des poignards dans leur sourire...."
          Fauchée en plein élan, atteinte en plein coeur, ma vie s'est écoulée de cette blessure-là, comme une hémorragie incontrôlable de mes forces vitales.
          Ensuite j'ai pratiqué "l'auto-transfusion" de tout ce que j'aimais contre tout ce qui m'avait détruite !
          Cela a mobilisé beaucoup d'énergie de ma part, en me demandant aussi une confiance aveugle en la vie après ce constat de destruction et de désespoir.
          J'ai deux grands fils ados et l'un a encore à passer l'oral du bac français, alors même si on a le même âge... je suis un peu décalée dans les activités d'éveil partagées : l'année prochaine, ce sera la philo !
          J'aimerais parfois moi-aussi papoter moins sérieusement, mais c'est le sérieux de la vie qui me rattrape, alors tant mieux si c'est possible de papoter plus légèrement, je ne suis pas contre...


          Bonne journée et bon soleil, Artémisia !
          Moi je vais à la piscine...
          Dernière modification par maparole94, 15/07/2015, 01h17.
          "On a deux vies : la seconde vie commence le jour où l'on se rend compte que l'on n'en a qu'une."
          Confucius

          Commentaire


            Re : psy abus de faiblesse

            ;;;
            Dernière modification par Artémisia, 11/07/2015, 09h01.
            "Rien n'est plus fort qu'une idée dont l'heure est venue "
            Victor Hugo
            "Même si vous êtes seul et que personne ne vous suit, défendez toujours ce qui vous parait juste"
            Abbé Pierre

            Commentaire


              Re : psy abus de faiblesse

              Envoyé par Artémisia
              Avec un psy c'est évident qu'il ne peut y avoir de relation, jamais ! Ou alors le psy est aussi névrosé, voire plus que la patiente.

              J'ai lu dernièrement un message d'une femme qui était dans cette situation "qui avait basculée" dans le privé avec son psy et qu'elle continuait à accepter, est-ce que c'est ce qu'elle souhaitait en allant consulter un psy, devenir une ou deux fois par semaine un passe-temps pour un homme ? Peut-être qu'un jour elle fera comme moi et osera ouvrir les yeux...

              Tu t'étonnes que certaines patientes trouvent acceptable une relation avec un médecin (qui est rarement libre d'ailleurs), mais je n'ai pas eu de soutien ici au moment où j'étais au plus mal, il en a fallu pourtant de l'énergie pour rester debout et porter plainte pour dire "non". Je peux compter sur les doigts de la main les messages que j'ai eus, j'en déduis que les abus sont largement cautionnés et que les médecins sont excusables. Pourquoi, je ne sais pas, peut-être que le médecin reste un fantasme, c'est le sauveur, un rempart contre la grande faucheuse.

              D'ailleurs, je ne sais même pas si j'irai au tribunal.

              Le coup de poignard tu l'as reçu deux fois Maparole, c'est normal que ce soit insupportable, ça fait mal la trahison, la manipulation venant d'un parent et d'une image parentale. Et bien sur que non, ce n'est ni la faute de l'enfant, ni celle de l'adulte qui se fait piéger.

              Bon courage pour tes fils, chaque âge à ses plaisirs

              ET si vous vous murmuriez l'immortelle chanson d'edith piaf
              " non, rien de rien non je ne regrette rien......"
              ça irait mieux

              Commentaire


                Re : psy abus de faiblesse

                Envoyé par doc94
                ET si vous vous murmuriez l'immortelle chanson d'edith piaf
                " non, rien de rien non je ne regrette rien......"
                ça irait mieux


                les psys, c'est de la daube
                Un de mes beaux frères croupit dans un hôpital psy depuis deux mois.....a raison d'un quart d'heure tous les deux jours avec le psy
                quand ressortira t'il ????????????
                à mon humble avis : demain !

                Commentaire


                  Re : psy abus de faiblesse

                  Envoyé par doc94
                  ET si vous vous murmuriez l'immortelle chanson d'edith piaf
                  " non, rien de rien non je ne regrette rien......"
                  ça irait mieux
                  Edith Piaf c'était aussi le genre "il m'fout des coups mais c'est mon hommeeeeeee !"

                  Ce genre de pensées et de positionnement soumis et masochiste n'est pas immortel, en tout cas ce n'est pas le mien, ni celui de certaines personnes qui s'expriment sur ce fil.


                  Et ce n'est pas seulement "regretter" son histoire qu'espérer qu'une histoire destructrice d'abus par un soignant ne se reproduira plus.
                  En espérant également que les victimes d'abus seront un jour mieux traitées.

                  Cherchez le mot intrus qui dérange dans cette histoire : c'est le mot "abus" !
                  Si vous le remplacez l'air de rien par le mot "amour", l'histoire d'abus se transforme comme par magie en une belle histoire d'amour qui fait rêver tout le monde, pour ce que j'ai lu partout.
                  On peut toujours rêver, mais faut aussi savoir regarder en face certaines réalités et certaines histoires de VIOL en consultation.
                  Tant que ce n'est pas le cas, vous aurez beau chanter la joie de vivre, il y aura beaucoup de patientes empêchées de vivre par la tolérance de certains abus intolérables en thérapie.
                  Mais je connais le refrain : non, rien de rien...
                  De quoi parle-t-on ici ? De tout, de rien : toujours rien à dire ni à redire d'un viol par un soignant...alors à l'Ouest rien de nouveau, mais c'est gentil quand même de passer pour le dire.
                  Merci...de rien !
                  Dernière modification par maparole94, 29/06/2015, 18h44.
                  "On a deux vies : la seconde vie commence le jour où l'on se rend compte que l'on n'en a qu'une."
                  Confucius

                  Commentaire


                    Re : psy abus de faiblesse

                    ;;;
                    Dernière modification par Artémisia, 11/07/2015, 09h02.
                    "Rien n'est plus fort qu'une idée dont l'heure est venue "
                    Victor Hugo
                    "Même si vous êtes seul et que personne ne vous suit, défendez toujours ce qui vous parait juste"
                    Abbé Pierre

                    Commentaire


                      Re : psy abus de faiblesse

                      Envoyé par Artémisia
                      J'ai écouté cette chanson après mon premier chagrin d'amour avec un homme, quand j'étais jeune, là il s'agit d'une histoire d'abus avec un psy qui représentait le père, d'où la confusion dans laquelle je me trouve. Mais finalement ce n'est pas si grave, il suffit de chanter Piaf et ça repars à zéro.
                      Après ce conseil je suis restée sans voix, ça j'y suis habituée , mais dans l'incapacité d'écrire, j'étais tellement mal que je suis allée racheter un paquet de cigarettes alors que je n'y pensais plus. Et là je n'arrive pas à dormir, oui je me sens mal et même si ça parait incompréhensible, c'est comme ça.
                      J'essaie d'être positive, d'apprécier le soleil, d'apprécier de moins souffrir et de pouvoir remarcher normalement, je m'occupe à garnir le lit de poupée pour ma petite fille, mais je voudrais tellement que ce ne soit pas arrivé .Et pourtant, il n'y a pas le choix, il faut que je fasse avec, bien que ce soit une répétition et que le sachant, il en ait "remis une couche".
                      Je suis seule, je ne peux pas me soulager de temps en temps avec une amie et puis c'est le fait que le passage à l'acte a eu lieu en juin, c'est aussi le mois de mon anniversaire, un an de plus et celui qui devait m'aider m'a fait perdre des années, alors que j'avais tant de confiance en ses compétences supposées. Je sens que je rumine un peu plus ces temps-ci et que je le gère moins bien.
                      J'étais si bien en revenant de Rennes, c'était superficiel, c'était un trop plein d'émotions mais on aurait pu en parler et consolider,j'aurai toujours ce regret de ce travail non fait.

                      Gamine j'ai vécu des humiliations, et j'ai bien peur de revivre la même chose si je vais au Conseil de l'Ordre quand je serai convoquée, lui aura ses confrères et son avocat, comment je vais en sortir ? et si je n'y vais pas, je m'en voudrais. Je sais bien que je ne suis plus une gamine mais c'est le genre de choses qui remontent à la surface facilement.

                      Je vais essayer de dormir, il ne faudrait pas que je soies décalée dans mon rythme de sommeil, je suis déjà assez contrariée avec mes cigarettes.
                      Même si tu ne vas pas très bien en ce moment...bon anniversaire à toi !
                      Tu mérites ta confiance et ton amour, pour avoir un an de plus en ayant survécu à cette année si difficile.
                      Dis-toi que l'année prochaine cela ira forcément mieux, ce sera sans doute une période moins angoissée.
                      Le travail sur soi et le temps font prendre un peu de distance.
                      C'est normal que tu n'en aies pas beaucoup en ce moment.


                      Je pense qu'aller à la convocation du Conseil de l'Ordre sera une bonne chose.
                      Quoi qu'il arrive, tu en auras le coeur net, comme on dit.
                      Par contre, n'y vas pas toute seule (et tu connais ma disponibilité pour cela si tu me préviens à l'avance).
                      C'est important que tu sois bien entourée y compris après l'audience, car tu peux craquer.
                      Mais ce serait bien, je trouve, d'aller jusqu'au bout de la démarche où tu t'es investie. Ce n'est pas forcément le résultat officiel qui compte, c'est la démarche d'expression sincère et personnelle que tu défends : là tu seras forcément écoutée pour ce que tu dis.
                      Etre entendue c'est autre chose...Mais tu seras allée jusqu'au bout, et tu te sentiras un peu délivrée de ton histoire, je pense que tu en as besoin.

                      En tout cas, j'aime bien avoir de tes nouvelles en ce moment, je sens comme tu le dis que tu es angoissée, même si tu es comme d'habitude courageuse et vivante dans tout ce que tu dis et fais...
                      "On a deux vies : la seconde vie commence le jour où l'on se rend compte que l'on n'en a qu'une."
                      Confucius

                      Commentaire


                        Re : psy abus de faiblesse

                        Voilà une autre chanson que celle de Piaf, c'est une autre image de notre histoire...C'est une évasion un peu triste, mais le coeur y est !
                        Connais-tu Lucid Beausonge ? Ce pseudo est à lui-seul remarquable



                        L'AMOUR VIOLÉ...(c'est dit ainsi sur Internet) ou plus officiellement "LETTRE À UN RÉVEUR".


                        Lettre à un rêveur qui s'ignore
                        Qui jongle avec les "faudrait" et les "y a qu'à"
                        Retourne coucher dans son décor
                        Quand le réel reprend ses droits
                        Vendez-moi une île déserte, vendez-moi une île déserte...

                        Il pensait tout haut dans sa tête
                        Que la petite avait de quoi
                        Qu'il pourrait profiter peut-être
                        De la fille qui vient d'en bas
                        Vendez-moi une île déserte, vendez-moi une île déserte...

                        Quand le vieux, lui, la regarde
                        Avec ses yeux de vieux cochon
                        Sexe rongé de phallocrate
                        Qui voit en chaque femme le ballon
                        Vendez-moi une île déserte, vendez-moi une île déserte...

                        Ne parlons pas d'elles qui se terrent
                        Encore moins d'elles qui, de surcroît,
                        En vertu d'une morale précaire
                        Leur laissent volontiers tous les droits
                        Vendez-moi une île déserte, vendez-moi une île déserte...

                        Silence digne des catacombes
                        Silence digne des morts vivants
                        Quand la violence se tient dans l'ombre
                        Quand la violence tient bien son rang
                        Vendez-moi une île déserte, vendez-moi une île déserte...

                        Je vais mais je suis somnambule
                        Et j'ai presqu'oublié le nom
                        De ces violeurs dont la minuscule
                        Se tient dans l'fond d'leur pantalon
                        Vendez-moi une île déserte, vendez-moi une île déserte...

                        Lucid Beausonge, 1981.
                        Dernière modification par maparole94, 30/06/2015, 09h00.
                        "On a deux vies : la seconde vie commence le jour où l'on se rend compte que l'on n'en a qu'une."
                        Confucius

                        Commentaire


                          Re : psy abus de faiblesse

                          "Si un individu s’expose avec sincérité, tout le monde, plus ou moins, se trouve mis en jeu. Impossible de faire la lumière sur sa vie sans éclairer, ici ou là, celles des autres"
                          Simone de Beauvoir – La force de l’âge


                          "L’information est le seul bien qu’on puisse donner à quelqu’un sans s'en déposséder."
                          Thomas Jefferson
                          L'un des rédacteurs de la Déclaration d'Indépendance des États-Unis
                          "On a deux vies : la seconde vie commence le jour où l'on se rend compte que l'on n'en a qu'une."
                          Confucius

                          Commentaire


                            Re : psy abus de faiblesse

                            ;;;
                            Dernière modification par Artémisia, 11/07/2015, 09h02.
                            "Rien n'est plus fort qu'une idée dont l'heure est venue "
                            Victor Hugo
                            "Même si vous êtes seul et que personne ne vous suit, défendez toujours ce qui vous parait juste"
                            Abbé Pierre

                            Commentaire


                              Re : psy abus de faiblesse

                              Envoyé par Artémisia
                              Bonjour Maparole

                              Heureusement que tu es là, je me sens moins seule. C'est difficile de garder tout pour moi (...) ce n'est pas étonnant si je suis mal, tout me revient, hier je ne comprenais pas pourquoi les cigarettes, le sentiment de mal être et cette nuit j'ai fait un rêve, je voyais une femme recevoir un appel, on lui annonçait le décès d'un jeune homme et elle a reçu cet appel à quatre reprises, je voyais la famille arriver, j'étais triste pour cette femme. Ce matin, la date sur l'ordi m'a sauté aux yeux, c'est ma grande peur de recevoir un appel, bien sur je n'y pense pas en permanence, je "gère" mais cette angoisse est au fond de moi et se manifeste malgré moi, ce rêve vient me rappeler la réalité. Et tout se mélange, tu vois dans quel contexte le psy a profité du fait que j'étais "trop heureuse" que ça se termine bien. J'ai besoin de parler pour évacuer un peu, par la force des choses je suis obligée de faire avec et d'étouffer mes émotions, je n'ai personne avec qui les partager, j'essaie de faire au mieux pour rester debout parce qu'il n'y a pas le choix.
                              Oui, c'est bien que tu parles ici, je t'entends, je te comprends...
                              C'est vrai que beaucoup de personnes ont un psy ou un thérapeute pour exprimer des choses personnelles, mais je suis comme toi, je n'en ai pas, et pour finir je trouve vraiment bien de venir ici, c'est plus ouvert.
                              Comme toi, de temps en temps, j'en ai besoin.
                              Et cela m'apporte la lumière des autres.
                              Dernière modification par maparole94, 15/07/2015, 01h19.
                              "On a deux vies : la seconde vie commence le jour où l'on se rend compte que l'on n'en a qu'une."
                              Confucius

                              Commentaire


                                Re : psy abus de faiblesse

                                ;;;
                                Dernière modification par Artémisia, 11/07/2015, 09h02.
                                "Rien n'est plus fort qu'une idée dont l'heure est venue "
                                Victor Hugo
                                "Même si vous êtes seul et que personne ne vous suit, défendez toujours ce qui vous parait juste"
                                Abbé Pierre

                                Commentaire

                                Unconfigured Ad Widget

                                Réduire
                                Chargement...
                                X