Annonce

Réduire
Aucune annonce.

psy abus de faiblesse

Réduire
X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

    Re : psy abus de faiblesse

    Envoyé par Artémisia

    Pour moi c'est une affaire terminée, mon NON a été entendu et respecté.
    A la limite, je n'ai pas besoin de connaître la décison.
    Bravo encore. Tu y es arrivée, et en étant seule.

    Merci pour ton témoignage, et pour ce retour, car il va pouvoir servir à d'autres femmes, à n'en point douter.

    Bon courage à toi pour la suite

    Commentaire


      Re : psy abus de faiblesse

      Envoyé par Artémisia
      Bonjour,

      L'audience a eu lieu samedi.
      1 magistrat en civil, 9 médecins (6H /3F) en tenue de juge, je m'attendais à l'inverse, une greffière (je pense) le DR Q, son avocat,et moi.

      Le rapporteur a exposé la situation, j'ai demandé si tous avaient lu mon dossier, seul le magistrat le connaissait, les médecins en prennent connaissance pendant les délibérés.

      J'ai pu parler autant que nécessaire, dans une écoute neutre et respectueuse. Je n'avais pas de dossier, rien pour noter et contente de ne pas avoir d'avocat.
      Dès sa prise de parole son avocat a dit qu'il était honoré de plaider pour la première fois devant le CO mais que l'on s'appuie ici aussi sur des textes et non sur de la morale !!
      Le problème est justement le manque de ce fameux article. Donc c'est la vie privée du médecin.

      Objectivement, j'ai trouvé qu'ils s'embrouillaient pas mal dans leur défense, j'ai laissé dire, sans même lever les yeux au ciel et il y avait de quoi à certains moments.
      J'ai repris la parole en dernier et j'ai eu tout mon temps, j'ai encore dit qu'il fallait ajouter un article, un médecin m'a dit que ce n'était pas le CO qui faisait les lois.
      Je n'ai pas eu de question pour essayer de me déstabiliser, c'était trés respectueux, nous étions à égalité.

      J'étais en avance, j'ai marché dans les rues de Rennes, les souvenirs remontaient et ma combativité de l'époque aussi. A l'heure du rendez-vous, je n'étais pas impressionnée, c'est étrange, mais c'étaient pour moi un peu les médecins de Pontchaillou.

      Par contre depuis deux jours je suis ko, étonnée de mon comportement, alors que la veille je n'osais pas y aller.

      Pour moi c'est une affaire terminée, mon NON a été entendu et respecté.
      A la limite, je n'ai pas besoin de connaître la décison. Les médecins peuvent s'identifier à lui, ils sont tous sensiblement du même âge. Je n'ai pas dit que je n'étais pas la seule, je n'avais pas de preuve, donc ils peuvent penser que je suis la première. Mais pour le respect que je porte au milieu médical, j'aimerai qu'ils ne se laissent pas abuser au moment de prendre leur décision.

      Sur ce forum je n'ai pas été entendu, je n'ai pas eu de soutien, quand j'étais au plus mal, seule Maparole a toujours était là , puis Ambre, Fleuretbambou, sweety, ml44; Si entre nous, il n'y a aucune humanité, comment demander à une institution comme le CO dêtre impartiale, humaine. Qu'est-ce qui ferait que ces hommes là devraient se comporter mieux que nous ?
      Il est peut-être plus facile de donner à une association pour se donner bonne conscience, que d'écrire deux mots à une personne à terre.

      Je tiens quand même à remercier le forum d'exister, j'ai vécu une période trés difficile, avec des angoisses que je ne connaissais pas, j'avais peur de perdre la raison à certains moments. J'ai pu m'y accrocher comme à une bouée de sauvetage, ou encore une soupape de sécurité.
      Tu as fait le plus difficile Artémisia.
      Je connais au moins deux médecins siégeant en conseil de l'ordre, je sais par témoignage rapporté à quel point cette démarche au Conseil de l'Ordre est très importante, permettra de restaurer certaines choses à ton niveau et rétablira une situation faussée.

      Témoigner de cette manière là, n'est pas le plus simple, car tu l'as bien compris, l'avocat de la partie adverse n'a pas hésiter pas à employer des arguments très difficiles à entendre.
      Cette confrontation est malheureusement nécessaire et logique , c'est généralement le résultat d'une action devant une instance arbitrale, d'autant plus difficile à vivre que cela touche à l'intime.

      Pour en revenir au forum, ce qui a été difficile pour toi c'est d'aborder la question de la vie privée justement, c'est ce qui finalement est ressorti si j'ai bien compris de l'audience devant le conseil de l'ordre, et c'est probablement ce qui ressortira de l'ensemble de l'affaire : un avis du conseil de l'Ordre qui sera surement très nuancé, avec peut être une réprobation contre le praticien mais ce n'est pas certain.

      Tout simplement parce qu'aller plus loin, exposerait le conseil de l'ordre à en rendre compte devant d'autres tribunaux notamment pénaux, qui eux, demandent, c'est déplorable pour les victimes, mais c'est comme ça, un régime de preuve et l'observation de la loi.

      Or sur ce point, le médecin abuseur s'en remettra au régime de la vie privée et se défendra en arguant que tu étais consentante. Ce débat difficile a déjà eu lieu ici, et t'a conduit à t'éloigner du forum.

      Moi, je vois ça autrement, le débat du forum, t'a préparé d'une certaine manière à affronter cette audience, laquelle comme tu le dis, a été très respectueuse de ce que tu avais à dire et à témoigner. Bien que non versée je pense dans le domaine du droit, tu as tout de même remarqué que la défense s'est embrouillée, et n'était pas à la hauteur. C'est cela qui compte : personne dans le milieu ne sera désormais dupe des agissements du médecin qui a abusé de ta volonté. Cette audience devant le Conseil de l'Ordre t'a permis de retrouver une certaine dignité et une sérénité.

      Si tu obtiens plus, alors tant mieux pour toi.

      Commentaire


        Re : psy abus de faiblesse

        Félicitations à toi d'y avoir été seule !!!!!!!
        Tu as passé une grosse épreuve.

        Je ne sais pas quand tu auras le verdict (pour un passage début décembre, je l'avais eu fin janvier je crois).

        C'est normal que tu sois ko.

        Bonne soirée,

        Fleuretbambou

        Commentaire


          Re : psy abus de faiblesse

          Envoyé par fleuretbambou
          Félicitations à toi d'y avoir été seule !!!!!!!
          Tu as passé une grosse épreuve.

          Je ne sais pas quand tu auras le verdict (pour un passage début décembre, je l'avais eu fin janvier je crois).

          C'est normal que tu sois ko.

          Bonne soirée,

          Fleuretbambou
          Bonjour Artémisia, bravo pour ton courage. Je suis intéressé par le verdict.

          Commentaire


            Re : psy abus de faiblesse

            Merci Fleuretbambou et Francepaul

            Je ne pense pas que j'aurai été aussi confiante si j'avais du passer devant le COD, les médecins se connaissant tous ce ne doit pas être facile. Là avec le magistrat et dans un autre département c'était plus rassurant pour moi.

            Quant au verdict, je n'y pense pas du tout, je suis plus concernée par les conséquences, je ne vais pas bien, il y a eu un tel remue-ménage avec ce passage à l'acte que je me sens différente, j'essaie de tourner la page mais cette fois-ci elle est trop lourde...
            C'est vraiment catastrophique qu'un psy s'amuse à manipuler une patiente, je ne sais plus où j'en suis. Je me sens vulnérable, je n'avais pas confiance en moi face aux autres, maintenant je ne me fais plus confiance non plus. Il y a toujours un fond d'angoisses.
            Le Conseil de l'Ordre devrait prendre en charge ou s'assurer qu'il y a un suivi quand il y a défaillance d'un des leurs. Je me suis montrée forte, en fait j'ai vraiment besoin d'aide.

            En lisant certains témoignages ou avis de médecins sur les conséquences, je pensais que c'était peut-être un peu exagéré et que moi, bien sur, je saurai géré...
            "Rien n'est plus fort qu'une idée dont l'heure est venue "
            Victor Hugo
            "Même si vous êtes seul et que personne ne vous suit, défendez toujours ce qui vous parait juste"
            Abbé Pierre

            Commentaire


              Re : psy abus de faiblesse

              Envoyé par Artémisia
              Merci Fleuretbambou et Francepaul

              Je ne pense pas que j'aurai été aussi confiante si j'avais du passer devant le COD, les médecins se connaissant tous ce ne doit pas être facile. Là avec le magistrat et dans un autre département c'était plus rassurant pour moi.

              Quant au verdict, je n'y pense pas du tout, je suis plus concernée par les conséquences, je ne vais pas bien, il y a eu un tel remue-ménage avec ce passage à l'acte que je me sens différente, j'essaie de tourner la page mais cette fois-ci elle est trop lourde...
              C'est vraiment catastrophique qu'un psy s'amuse à manipuler une patiente, je ne sais plus où j'en suis. Je me sens vulnérable, je n'avais pas confiance en moi face aux autres, maintenant je ne me fais plus confiance non plus. Il y a toujours un fond d'angoisses.
              Le Conseil de l'Ordre devrait prendre en charge ou s'assurer qu'il y a un suivi quand il y a défaillance d'un des leurs. Je me suis montrée forte, en fait j'ai vraiment besoin d'aide.

              En lisant certains témoignages ou avis de médecins sur les conséquences, je pensais que c'était peut-être un peu exagéré et que moi, bien sur, je saurai géré...
              Tu sais ce que j'en pense...

              Je pense que tu as été très éprouvée et que tu es très courageuse.
              Mais maintenant il faut prendre soin de toi, tu es fragilisée, c'est normal...

              Quant à la "gestion" des passages à l'acte sexuels de certains soignants, je crois davantage au travail des associations là-dessus qu'aux remises en cause du Conseil de l'Ordre.
              Tu l'as dénoncé, tu as témoigné, tu t'es exprimée et tu as été entendue et respectée dans ta plainte, c'est bien et c'est un travail énorme et épuisant de ta part !
              Un jour grâce à cela et grâce à d'autres actions, et grâce à d'autres plaintes en justice comme celles d'autres intervenantes de ce forum, avec les réflexions de tous en conséquence, la situation évoluera, comme c'est déjà le cas dans d'autres pays.

              En attendant...mieux vaut prévenir que guérir !
              Prends soin de toi, aujourd'hui c'est toi la plus importante dans cette histoire-là, et tu mérites de ta part douceur, gentillesse, et compliments !
              Dernière modification par maparole94, 09/02/2016, 08h20.
              "On a deux vies : la seconde vie commence le jour où l'on se rend compte que l'on n'en a qu'une."
              Confucius

              Commentaire


                Re : psy abus de faiblesse

                Envoyé par Artémisia
                Bonjour,

                L'audience a eu lieu samedi.
                1 magistrat en civil, 9 médecins (6H /3F) en tenue de juge, je m'attendais à l'inverse, une greffière (je pense) le DR Q, son avocat,et moi.
                (...)
                J'ai pu parler autant que nécessaire, dans une écoute neutre et respectueuse.
                (...)

                Dès sa prise de parole son avocat a dit qu'il était honoré de plaider pour la première fois devant le CO mais que l'on s'appuie ici aussi sur des textes et non sur de la morale !!
                Le problème est justement le manque de ce fameux article. Donc c'est la vie privée du médecin.
                (...)
                J'ai repris la parole en dernier et j'ai eu tout mon temps, j'ai encore dit qu'il fallait ajouter un article, un médecin m'a dit que ce n'était pas le CO qui faisait les lois.
                Je souligne ceci dans ton compte-rendu de l'audience :



                - L'avocat du psychiatre accusé de transgression sexuelle ainsi que le Conseil de l'Ordre ont remarqué qu'il manquait un article au Code de déontologie médicale .
                C'est l'article de loi qui interdirait les relations sexuelles en consultation !
                Je renvoie à cette prise de position de 2014, "Il faut interdire les relations sexuelles entre médecin et patient" du Dr. G. Lopez, psychiatre et président de l'Institut de Victimologie de Paris :
                http://m.leplus.nouvelobs.com/contri...www.google.fr/

                - Faute de texte...c'est donc "la vie privée du Docteur" et "le consentement de la patiente" qui sont souvent invoqués sans problème pour régler le problème d'un abus en consultation.
                Même avec la preuve d'une relation sexuelle en consultation...

                - Or, une patiente est bien souvent sidérée par le comportement ou les "propositions" érotiques de son médecin !
                Elle s'est parfois déshabillée pour la consultation, a confié ses frustrations les plus intimes à son psychiatre qui connaît ses faiblesses psychologiques, et elle est en confiance avec un "professionnel de la santé" parce que sa maladie la met aussi hors d'état de réagir "normalement" dans le contexte spécifique d'un soin médical qui inclut parfois la prise de certains médicaments engourdissant les réflexes.
                Mais l'absence de texte officiel interdisant une relation sexuelle en consultation rend les explications des patientes considérablement moins convaincantes pour "la justice".

                - Et le Conseil de l'Ordre le sait parfaitement puisqu'il a lui-même pondu un texte pour pallier l'absence de réglementation officielle en rappelant l'interdit non écrit des relations sexuelles en consultation, surtout concernant un psychiatre.
                C'est le "Rapport du Pr.Hoerni" de l'an 2000, le Pr.Hoerni ayant été Président du Conseil National de l'Ordre.
                - "Rapport Hoerni" : Pratique médicale et sexualité" (2000) :
                https://www.conseil-national.medecin.../sexuelles.pdf
                - Commentaire de ce rapport par le Dr.Bensussan, psychiatre : "Pratique médicale et sexualité, le risque de la séduction" :
                http://www.e-sante.fr/pratique-medic.../actualite/678



                - Mais aujourd'hui, venant du Conseil de l'Ordre, c'est toujours :
                1°/ L'oubli des constats et consignes données dans ce fameux "Rapport du Pr.Hoerni".
                2°/ La réponse de l'avocat du médecin accusé que "ce n'est pas le Conseil de l'ordre qui fait les lois" !
                ...Sauf que c'est quand même le Conseil de l'Ordre qui fait la loi en matière disciplinaire, procédure distincte d'une autre action en justice.
                Sinon à quoi sert la "fonction disciplinaire" autonome du Conseil de l'Ordre ?
                Certains se le sont demandés très sérieusement :
                http://www.unof.org/+Petits-arrangem...-amis-au+.html

                Et c'est pourquoi d'autres pays que la France interdisent clairement "les relations sexuelles" en consultation (ou dans une relation professionnelle de confiance) dans leurs "Codes de déontologie" médicale ou professionnelle !
                Je renvoie au post 113 d'un autre fil concernant les "autres pays" :
                http://www.atoute.org/n/forum/showth...65#post5301565






                Mais en France, vu les réactions actuelles de beaucoup...et vu aussi les réactions du Conseil de l'Ordre pourtant seul responsable du "Code de déontologie médicale" applicable aux médecins, qui est bien distinct du "Code de la Santé publique" ou de toute autre "loi" généraliste...le changement des mentalités ne semble pas demain la veille !

                Et donc : "mieux vaut prévenir que guérir" !
                Dernière modification par maparole94, 20/02/2016, 09h24.
                "On a deux vies : la seconde vie commence le jour où l'on se rend compte que l'on n'en a qu'une."
                Confucius

                Commentaire


                  Re : psy abus de faiblesse

                  Je viens de lire ton histoire Artrmisia. Je trouve que tu as eu un courage incroyable d'etre allee jusqu'au bout de ta démarche. J'imagine à quel point ca a du Etre psychologiquement éprouvant.

                  Je te souhaite beaucoup de bonheur.

                  Commentaire


                    Re : psy abus de faiblesse

                    Merci Xéna, désolée pour la réponse tardive mais je suis comme morte, j'étais fatiguée après l'audience et sans m'en rendre compte je me suis comme éteinte. Mais c'est gentil d'avoir pris la peine de me laisser un petit mot.
                    "Rien n'est plus fort qu'une idée dont l'heure est venue "
                    Victor Hugo
                    "Même si vous êtes seul et que personne ne vous suit, défendez toujours ce qui vous parait juste"
                    Abbé Pierre

                    Commentaire


                      Re : psy abus de faiblesse

                      Bonjour,

                      J'ai suivi tout ton fil et je suis admirative de ta détermination.
                      Je comprends que tu ne te sentes pas bien, tu as besoin de repos maintenant après une telle bataille.

                      Je te souhaite le meilleur.
                      Dernière modification par passereau, 23/03/2016, 16h42.
                      Jouissez de la vie, il est beaucoup plus tard que vous ne le pensez. C. Lelouch

                      0 alcool 5/12/12 - 0 tabac 3/05/19

                      Commentaire


                        Re : psy abus de faiblesse

                        Merci Passereau, j'apprécie ton message.
                        Je crois que ma détermination vient du fait qu'il ait profité de mon état après Rennes, il a utilisé la santé de mon fils, aucune compassion,aucun respect. Manipuler une mère après un tel choc, je trouve ça ignoble.
                        Pour moi c'est une affaire terminée, j'ai tourné la page. Le problème ce sont les conséquences, le rêve récurrent est celui où je descends pour prendre le métro, je ne comprends pas le plan, ce n'est pas la bonne direction, je ne peux plus remonter. Où encore je suis avec des proches décédés, je réalise que je suis morte et je trouve que je suis mieux avec eux. Je suis avec des "zombies", personne ne se parle, ne se regarde. Plus tous les rêves où je m'occupe d'enfants, une petite fille triste. Bref, c'est usant et ça n'aide pas. Je ne me souviens pas de mon enfance, sauf de l'école,je me pose des questions sur certains rêves ou liens que je peux faire. Je ne veux tellement pas entendre que j'ai de l'eczéma dans le oreilles, ce n'est peut-être qu'un hasard, une interprétation de psy. Ce qui est certain, c'est que j'ai été bousculée par cette affaire, il faudrait que je puisse comprendre.
                        Pouvoir poster un message m'aide à reprendre contact avec l'extérieur, je ne pouvais même plus le faire, j'avais le sentiment de glisser. Et puis j'ai peur pour mon fils, c'est beaucoup d'énergie pour apprendre à vivre cette situation le plus sereinement possible au jour le jour.
                        Merci passereau, tu m'as donné l'occasion de m'exprimer, je me sens soulagée.
                        "Rien n'est plus fort qu'une idée dont l'heure est venue "
                        Victor Hugo
                        "Même si vous êtes seul et que personne ne vous suit, défendez toujours ce qui vous parait juste"
                        Abbé Pierre

                        Commentaire


                          Re : psy abus de faiblesse

                          Les psychiatres sont parfois plus malades que leurs patients. Ça fait peur !


                          C'est une grande victoire d'avoir réussi à tourner la page de cette affaire.

                          Commentaire


                            Re : psy abus de faiblesse

                            Si je peux t'aider, ce sera avec plaisir.

                            Je n'ai pas vécu la même chose que toi, j'ai été violé quand j'étais enfant par mon oncle. Huit ans plus tard quand j'ai voulu en parler à ma mère (avant je ne savais pas ce qui m'était arrivé), elle n'a pas voulu me croire et s'est mise en colère après moi et m'a dit que j'étais sale. Je n'ai jamais été reconnu comme victime, je me suis mal construite en mettant tous les hommes dans le même panier, sexe, sexe, sexe, ils me dégouttent tous.

                            Je vis seule et c'est très bien comme ça.

                            Prends soin de toi et de ta fille?
                            Dernière modification par passereau, 23/03/2016, 16h39.
                            Jouissez de la vie, il est beaucoup plus tard que vous ne le pensez. C. Lelouch

                            0 alcool 5/12/12 - 0 tabac 3/05/19

                            Commentaire


                              Re : psy abus de faiblesse

                              Envoyé par Artémisia
                              (...)
                              Je crois que ma détermination vient du fait qu'il ait profité de mon état après Rennes, il a utilisé la santé de mon fils, aucune compassion,aucun respect. Manipuler une mère après un tel choc, je trouve ça ignoble.
                              Pour moi c'est une affaire terminée, j'ai tourné la page. Le problème ce sont les conséquences, le rêve récurrent est celui où je descends pour prendre le métro, je ne comprends pas le plan, ce n'est pas la bonne direction, je ne peux plus remonter. Où encore je suis avec des proches décédés, je réalise que je suis morte et je trouve que je suis mieux avec eux. Je suis avec des "zombies", personne ne se parle, ne se regarde. Plus tous les rêves où je m'occupe d'enfants, une petite fille triste. Bref, c'est usant et ça n'aide pas. Je ne me souviens pas de mon enfance, sauf de l'école,je me pose des questions sur certains rêves ou liens que je peux faire. Je ne veux tellement pas entendre que j'ai de l'eczéma dans le oreilles, ce n'est peut-être qu'un hasard, une interprétation de psy. Ce qui est certain, c'est que j'ai été bousculée par cette affaire, il faudrait que je puisse comprendre.
                              Pouvoir poster un message m'aide à reprendre contact avec l'extérieur, je ne pouvais même plus le faire, j'avais le sentiment de glisser. Et puis j'ai peur pour mon fils, c'est beaucoup d'énergie pour apprendre à vivre cette situation le plus sereinement possible au jour le jour.
                              Merci passereau, tu m'as donné l'occasion de m'exprimer
                              Coucou Artémisia !


                              Excuse-moi j'étais un peu absente ces derniers temps...
                              Mais on peut échanger de nouveau si tu le souhaites ?
                              Et tu n'es pas seule sur ce fil...

                              Je te lis, je compatis...comme d'autres qui te le disent.
                              Oui, faut parler, ça aide quand même un peu (même si c'est pas assez).
                              Dernière modification par maparole94, 27/02/2016, 12h41.
                              "On a deux vies : la seconde vie commence le jour où l'on se rend compte que l'on n'en a qu'une."
                              Confucius

                              Commentaire


                                Re : psy abus de faiblesse

                                Envoyé par passereau
                                Si je peu t'aider, ce sera avec plaisir.

                                Je n'ai pas vécu la même chose que toi, j'ai été violé quand j'étais enfant par mon oncle. Huit ans plus tard quand j'ai voulu en parler à ma mère (avant je ne savais pas ce qui m'était arrivé), elle n'a pas voulu me croire et s'est mise en colère après moi et m'a dit que j'étais sale. Je n'ai jamais été reconnu comme victime, je me suis mal construite en mettant tous les hommes dans le même panier, sexe, sexe, sexe, ils me dégouttent tous.

                                Je vis seule et c'est très bien comme ça.

                                Prends soin de toi et de ta fille?
                                Bonjour Passereau,


                                Je suis toujours très sensible à tes posts, à ton histoire, à tes réactions, même si je n'ai pas vraiment échangé avec toi, sauf à une occasion très particulière.


                                Alors je voulais juste te le dire...
                                "On a deux vies : la seconde vie commence le jour où l'on se rend compte que l'on n'en a qu'une."
                                Confucius

                                Commentaire

                                Unconfigured Ad Widget

                                Réduire
                                Chargement...
                                X