Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Est-on conscient pendant et aprés les délires?

Réduire
X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Avatar de « Invité »
    Un invité a crée une discussion dans Est-on conscient pendant et aprés les délires?

    Est-on conscient pendant et aprés les délires?

    Bonjour à tous,

    J'ai été diagnostiquée schizophrène depuis peu.
    Je voudrai savoir si pendant les crises vous restez quand même conscient, et si vous avez des périodes de non délire dans une même journée?
    Après une bouffée délirante, vous rappelez-vous de tous vos délires et hallucinations? si oui quel sentiment éprouvez-vous dans ce cas?
    Est ce que vous arrivez à en parler avec votre psychiatre en lui décrivant toutes les hallucinations?

    Merci pour vos réponses.
    Rania.

  • Avatar de « Invité »
    Invité a répondu
    Re : Est-on conscient pendant et aprés les délires?

    Désolée, mais je ne suis pas psychiatre.
    Si tu tu es schizo et que le mot "bouffée délirante" te semble flou, je ne sais quoi penser.

    A+

    Laisser un commentaire:


  • Avatar de « Invité »
    Invité a répondu
    Re : Est-on conscient pendant et aprés les délires?

    Envoyé par rania
    Salut Axolon,

    Une boufée délirante c'est l'apparition soudaine d'un délire.

    Rania.
    Re,

    peut-on être schizo subitement?

    Axolon

    Laisser un commentaire:


  • Avatar de « Invité »
    Invité a répondu
    Re : Est-on conscient pendant et aprés les délires?

    Salut Axolon,

    Une boufée délirante c'est l'apparition soudaine d'un délire.

    Rania.

    Laisser un commentaire:


  • Avatar de « Invité »
    Invité a répondu
    Re : Est-on conscient pendant et aprés les délires?

    Envoyé par rania
    Bonjour à tous,

    J'ai été diagnostiquée schizophrène depuis peu.
    Je voudrai savoir si pendant les crises vous restez quand même conscient, et si vous avez des périodes de non délire dans une même journée?
    Après une bouffée délirante, vous rappelez-vous de tous vos délires et hallucinations? si oui quel sentiment éprouvez-vous dans ce cas?
    Est ce que vous arrivez à en parler avec votre psychiatre en lui décrivant toutes les hallucinations?

    Merci pour vos réponses.
    Rania.
    Bonjour Rania,

    c'est quoi une bouffée délirante?

    Axolon

    Laisser un commentaire:


  • Avatar de « Invité »
    Invité a répondu
    Re : Est-on conscient pendant et aprés les délires?

    Envoyé par JULIE54
    bonsoir DOM
    plus de nouvelles de ma fille depuis plusieurs jours : elle a disparu à nouveau
    ce soir je suis allée voir mon médecin qui m'a précisé que l'hôpital psy ne voulait plus s'occuper d'elle
    quant à ses frères, ce ne sont pas des ados : ils ont 34 et 35 ans en ce qui concernent les plus grands
    ma fille n'a que vingt ans : ils connaissent la maladie mais précisent qu'elle doit passer sa vie en hp: pour eux : elle est folle
    j'ai du malheureusement cesser de leur parler car ils pensent que moi aussi j'aurais besoin d'être hospitalisée

    c 'est bien compliqué et très dur à gérer : je pense que je suis au bord de craquer et il m'arrive bien souvent d'avoir envie de partir avec elle là oû la souffrance n'existe plus

    a bientot , quand mon moral sera au beau fixe et lorsque ma fille réapparaitra
    Bonjour Julie,

    Quand je voyais ma fille si mal, dans les débuts, j'ai pensé à la même chose que vous, c'était horrible, j'en ai parlé à mon ami qui m'a répondu calmement que ça n'était pas la solution, et c'est certain, mais je voyais sa vie fichue et ne voyais pas le bout du tunnel.

    Je pensais bien que vos fils étaient adultes, aussi vous êtes une famille, vous êtes leur mère, jusqu'au bout.

    Malgré tout, j'ai du mal à imaginer les membres proches abandonner leur maman dans les soucis! Là ils ont eu un avis catégorique, qui a sans doute été dicté par des problèmes que vous avez eu avec eux par la maladie de leur soeur, ou d'autres choses dans lesquelles elle était en cause, est ce cela ?

    Vous pourriez peut-être essayer de renouer le dialogue, en vous remettant également en question, revoir tout depuis le début, en respectant aussi leurs idées qui deviendront moins catégoriques. Vous avez plusieurs enfants dont un malade, mais ils sont tous vos enfants, aussi, cela sera sans doute bon pour vous aussi.

    Quand votre fille reviendra, vous pouvez aussi envisager les familles d'accueil, dont nous a parlé Luc.

    Je vous dirais à nouveau, prenez soin de vous, essayez de trouver le bon interlocuteur, cela peut-être votre généraliste, parlez lui, écoutez le.
    Bon courage Julie.



    dom

    Laisser un commentaire:


  • Avatar de « Invité »
    Invité a répondu
    Re : Est-on conscient pendant et aprés les délires?

    Envoyé par dom
    Bonjour Julie,

    Je ne pourrais rien vous dire de plus que je vous ai déja écrit. J'insisterai pour que vous trouviez le moyen de la soustraire à sa "bande" de nuit.
    Le traitement n'a pas l'air d'agir, parfois c'est long.

    Lui dire qu'elle est malade, ne sert à rien, à part la fâcher. Elle devra s'en rendre compte seule, ou qui sait, elle passera le cap et aura moins de délires, donc pourra mieux comprendre.

    Pour que ses frères l'aident, il serait bon que la famille soit plus unie peut-être, que vous parliez avec eux de la maladie en général, et pas seulement de leur soeur, leur demander de lire sur le sujet. Elle est malade mais ses frères sont aussi vos enfants au même titre que votre fille.
    Il est possible qu'il soit difficile pour vos fils d'admettre que leur soeur soit malade, et aussi qu'elle soit libre de n'en faire qu'à sa tête. Nos enfants sont encore des ados, ils ont besoin encore de limites, qu'ils ont souvent perdus par la maladie.
    Si vous voulez qu'ils vous aident, écoutez les aussi.

    Il faudrait que vous arriviez à connaître ce qui vous semble prioritaire et essayer de vous y tenir.
    Vous ne savez pas vraiment ce qui est bon pour elle, trouvez ce qui est bon pour vous, la maman, rien ne sera mauvais dans ces conditions pour votre fille.

    J'ai eu et ai encore des difficultés avec ma fille, je vous parle en tant que vécu, elle est également dans le déni, et se force à y rester. Mais en même temps, je vois que le traitement fonctionne même si elle a encore des hallus parfois. Elle ne désire pas en parler, il faut laisser le temps.
    Je me suis "battue" contre certaines de ses fréquentations, je pense que je n'avais pas le choix.

    Bon courage.

    dom
    bonsoir DOM
    plus de nouvelles de ma fille depuis plusieurs jours : elle a disparu à nouveau
    ce soir je suis allée voir mon médecin qui m'a précisé que l'hôpital psy ne voulait plus s'occuper d'elle
    quant à ses frères, ce ne sont pas des ados : ils ont 34 et 35 ans en ce qui concernent les plus grands
    ma fille n'a que vingt ans : ils connaissent la maladie mais précisent qu'elle doit passer sa vie en hp: pour eux : elle est folle
    j'ai du malheureusement cesser de leur parler car ils pensent que moi aussi j'aurais besoin d'être hospitalisée

    c 'est bien compliqué et très dur à gérer : je pense que je suis au bord de craquer et il m'arrive bien souvent d'avoir envie de partir avec elle là oû la souffrance n'existe plus

    a bientot , quand mon moral sera au beau fixe et lorsque ma fille réapparaitra

    Laisser un commentaire:


  • Avatar de « Invité »
    Invité a répondu
    Re : Est-on conscient pendant et aprés les délires?

    Envoyé par JULIE54
    bonsoir
    cela fait un certain temps que je ne laisse pas de message, mais lit chaque jour les vôtres
    Concernant les hallucinatins, en tant que maman d'une jeune fille de vingt ans souffrant de cette maladie depuis trois ans, je peux dire qu'elle se rappelle de tout.
    Le gros problème reste qu'elle est convaincue que ce ne sont pas des hallucinations , mais la réalité.
    Un exemple qui revient souvent : elle m'a vue à la télévision parler d'elle et m'en veut car depuis tout le monde la connait et la montre du doigt : je n'arrive pas à la convaincre que tout cela n'a jamais existé .
    Après plusieurs séjours en hp, je la vois chaque jour se détruire.
    Malgré le traitement pris en injection et régulièrement répété, les hallucinations deviennent de plus en plus fréquentes, c'est à ni rien comprendre. On refuse maintenant une hospitalisation plus longue pour essayer un nouveau traitement.
    Je suis complétement désemparée, et impuissante.
    Elle vit de plus en plus marginalement, sort de plus en plus la nuit, et fréquente des personnes qui la mettent en péril.
    Comment lui faire comprendre cette maladie: elle refuse que je lui dise qu'elle est malade, bien au contraire, elle reste persuadée que c'est moi qui suis atteinte de troubles.

    Merci de m'apporter un peu d'aide car je suis à bout de forces, forces que je dois ménager pour pouvoir continuer à m'occuper d'elle.
    Elle est toute jeune et moi sa maman m'approche à grands pas de la soixantaine.
    Ellle n'a aucun soutien de ses frères qui au contraire la considére comme une pestiférée :

    merci de m'aider POUR ELLE......
    Bonjour Julie,

    Je ne pourrais rien vous dire de plus que je vous ai déja écrit. J'insisterai pour que vous trouviez le moyen de la soustraire à sa "bande" de nuit.
    Le traitement n'a pas l'air d'agir, parfois c'est long.

    Lui dire qu'elle est malade, ne sert à rien, à part la fâcher. Elle devra s'en rendre compte seule, ou qui sait, elle passera le cap et aura moins de délires, donc pourra mieux comprendre.

    Pour que ses frères l'aident, il serait bon que la famille soit plus unie peut-être, que vous parliez avec eux de la maladie en général, et pas seulement de leur soeur, leur demander de lire sur le sujet. Elle est malade mais ses frères sont aussi vos enfants au même titre que votre fille.
    Il est possible qu'il soit difficile pour vos fils d'admettre que leur soeur soit malade, et aussi qu'elle soit libre de n'en faire qu'à sa tête. Nos enfants sont encore des ados, ils ont besoin encore de limites, qu'ils ont souvent perdus par la maladie.
    Si vous voulez qu'ils vous aident, écoutez les aussi.

    Il faudrait que vous arriviez à connaître ce qui vous semble prioritaire et essayer de vous y tenir.
    Vous ne savez pas vraiment ce qui est bon pour elle, trouvez ce qui est bon pour vous, la maman, rien ne sera mauvais dans ces conditions pour votre fille.

    J'ai eu et ai encore des difficultés avec ma fille, je vous parle en tant que vécu, elle est également dans le déni, et se force à y rester. Mais en même temps, je vois que le traitement fonctionne même si elle a encore des hallus parfois. Elle ne désire pas en parler, il faut laisser le temps.
    Je me suis "battue" contre certaines de ses fréquentations, je pense que je n'avais pas le choix.

    Bon courage.

    dom

    Laisser un commentaire:


  • Avatar de « Invité »
    Invité a répondu
    Re : Est-on conscient pendant et aprés les délires?

    Envoyé par rania
    Bonjour à tous,

    J'ai été diagnostiquée schizophrène depuis peu.
    Je voudrai savoir si pendant les crises vous restez quand même conscient, et si vous avez des périodes de non délire dans une même journée?
    Après une bouffée délirante, vous rappelez-vous de tous vos délires et hallucinations? si oui quel sentiment éprouvez-vous dans ce cas?
    Est ce que vous arrivez à en parler avec votre psychiatre en lui décrivant toutes les hallucinations?

    Merci pour vos réponses.
    Rania.
    bonsoir
    cela fait un certain temps que je ne laisse pas de message, mais lit chaque jour les vôtres
    Concernant les hallucinatins, en tant que maman d'une jeune fille de vingt ans souffrant de cette maladie depuis trois ans, je peux dire qu'elle se rappelle de tout.
    Le gros problème reste qu'elle est convaincue que ce ne sont pas des hallucinations , mais la réalité.
    Un exemple qui revient souvent : elle m'a vue à la télévision parler d'elle et m'en veut car depuis tout le monde la connait et la montre du doigt : je n'arrive pas à la convaincre que tout cela n'a jamais existé .
    Après plusieurs séjours en hp, je la vois chaque jour se détruire.
    Malgré le traitement pris en injection et régulièrement répété, les hallucinations deviennent de plus en plus fréquentes, c'est à ni rien comprendre. On refuse maintenant une hospitalisation plus longue pour essayer un nouveau traitement.
    Je suis complétement désemparée, et impuissante.
    Elle vit de plus en plus marginalement, sort de plus en plus la nuit, et fréquente des personnes qui la mettent en péril.
    Comment lui faire comprendre cette maladie: elle refuse que je lui dise qu'elle est malade, bien au contraire, elle reste persuadée que c'est moi qui suis atteinte de troubles.

    Merci de m'apporter un peu d'aide car je suis à bout de forces, forces que je dois ménager pour pouvoir continuer à m'occuper d'elle.
    Elle est toute jeune et moi sa maman m'approche à grands pas de la soixantaine.
    Ellle n'a aucun soutien de ses frères qui au contraire la considére comme une pestiférée :

    merci de m'aider POUR ELLE......

    Laisser un commentaire:


  • Avatar de « Invité »
    Invité a répondu
    Re : Est-on conscient pendant et aprés les délires?

    personnellement j'ai eu une très longue période pendant ma bouffée délirante qui s'est étalée sur six mois ou je ne croyais plus aux voix que j'entendais ( j'ai cru à mes voix pendant deux semaines seulement).Je savais donc que je délirais lorsque j'entendais ces voix et donc j'étais consciente pendant mon délire ( et bien sur après)...
    bises à toutes et à tous

    Laisser un commentaire:


  • Avatar de « Invité »
    Invité a répondu
    Re : Est-on conscient pendant et aprés les délires?

    Envoyé par rania
    Bonjour DaveMalt,

    Merci pour ton témoignage.
    Quand tu parlais d'interprétations, tu voulais dire par cela que comprenais autre chose par rapport à ce que tu entendais? Etait-ce volontaire?
    Merci.
    Rania.
    Bonjour,

    Je veux dire que je percevais les composantes de mon environnement différemment. Vous connaissez l'expression lire entre les lignes, décoder un langage dissimulé dans un texte, un journal, à la télévision. L'imagination devient sans limite et je me suis monté un scénario en analysant à ma manière les médias, les gens, les animaux, les arbres etc. J'ai fonctionné au départ sans voix pour me harceler mais seulement en réinterprétant les choses, donc c'était volontaire à cette période. Même que des fois, je me demande si j'ai pas couru après le délire, en le nourissant de mon bonheur initial, en plongeant toujours plus creux jusqu'à ce que je perde pied sans pouvoir remonter seul. Lorsque j'ai entendu des voix, presque tous leurs dires s'imbriquaient dans mes théories et analyses (interprétations) donc pour répondre à ta question, je raisonnais de la même manière que mes voix mais involontairement, on jouait au pantin jusqu'à ce que tout déraille où il y a eu rupture, mésentente, plus rien ne concordait bang TS, hdt (avec voix), cessation des voix, réapprendre à vivre dans la réalité (qui me rebutait en plus ) Et finalement me rendre compte que les étoiles brillent sur la tête de tous et chacun sans favoritisme ou presque.

    cordialement

    Laisser un commentaire:


  • Avatar de « Invité »
    Invité a répondu
    Re : Est-on conscient pendant et aprés les délires?

    Envoyé par rania
    Ben Ji, Felipe merci à vous deux,

    Dis-moi Felipe, tu as que ça t'arrive de parler tout seul.
    Tu n'es pas obligé de me répondre, mais je voudrai savoir au moment même trouve-tu ça normal?
    Cela t'arrive t-il alors que tu as un traitement?
    Merci d'avance pour ta réponse.
    Rania.
    Bonjour Rania,

    En fait, cela dépend. Parfois, je me rend compte au bout d'un certain temps que je parle tout seul, et puis il m'arrive aussi de parler tout en le sachant, probablement parceque je me sens seul. Pour ce qui est des délires, je suis presque sûr qu'on ne s'en rend pas compte, sauf au bout d'un certain temps. On peut avoir un éclat de lucidité, s'apercevoir que l'on délire dans un laps de temps assez court. Je crois que c'est en jaugeant le regard des gens qui m'entourent que je réalise que quelque chose ne va pas en moi, mais parfois, je me sens persécuté, ces regards m'inquiètent. Par contre, j'ai beaucoup de chances, je délire de moins en moins, voire plus du tout depuis quelques semaines, depuis que je vais au cattp et que je peux m'exprimer avec des gens bien réels.

    A bientôt.

    Felipe.

    Laisser un commentaire:


  • Avatar de « Invité »
    Invité a répondu
    Re : Est-on conscient pendant et aprés les délires?

    Envoyé par daveMalt
    Bonjour Rania

    Je me présente d'abord puisque ça fait un moment que j'ai pas écrit dans ce forum consacré à la schizophrénie. Je m'appelle Dave, 27 ans et j'ai fait une BDA sévère il y a quelques mois qui m'a conduit à me prendre pour un maître de lumière me poussant à une tentative de suicide ( Le sourire aux lèvres en plus ). Lorsque tu parle de bouffée d'une journée avec une reprise de contrôle dans cette même journée, je ne saisis pas parce que dans mon cas, l'enfer a duré trois mois sans interruption, sans comprendre que j'étais malade (jusqu'à ce qu'on m'enferme de force à l'HP sous hdt avec des droits minimaux). Mon délire se présentait sous l'apparition de voix intérieures, sensations tactiles, vision de fumée, paranoia totale à la fin et de multiples interprétations de tout ce que je voyais ou touchais. Ceci dit j'ai commencé à comprendre que j'étais malade après une semaine sous risperdal 5mg parce qu'avant ça, je croyais toujours qu'on avait comploté pour m'emprisonner et m'empêcher de réaliser ma mission .

    Ensuite, peu à peu, j'ai renoué contact avec la vraie réalité, saisir que le personnel voulait m'aider et que je ne communiquais pas vraiment avec les arbres etc. Toutefois, les trois mois de galère sont restés profondément ancrés dans ma mémoire, je me souviens des interprétations du chaos parfaitement, des messages qu'on m'envoyait, des gestes posés, de ma paranoia excessive, des gens que j'ai blessés, bref de tout ce long et périlleux film de sci-fi qui occupait mes pensées. Il m'arrive lorsque je parle avec mes parents de dire par exemple ''oui m'man pendant ma psychose, pour moi ceci voulait dire cela et autre chose m'emmenait à faire cela'' donc j'ai conservé tous ces souvenirs et honnêtement, je préfère cela à un blackout qui m'inquièterait davantage.

    Le déclic de ma reprise de contrôle, je le dois au risperdal qui a entre autre éteint les voix qui me persécutaient. Une fois les voix parties, j'ai senti 200 livres de cailloux qui partaient en poussière derrière moi, légèreté d'esprit

    Un hic cependant j'écoutais beaucoup de musique lors de mon délire et j'ai dû réapprendre à interpréter les messages dans les chansons, mais bon un hic parmi d'autres....
    Bonjour DaveMalt,

    Merci pour ton témoignage.
    Quand tu parlais d'interprétations, tu voulais dire par cela que comprenais autre chose par rapport à ce que tu entendais? Etait-ce volontaire?
    Merci.
    Rania.

    Laisser un commentaire:


  • Avatar de « Invité »
    Invité a répondu
    Re : Est-on conscient pendant et aprés les délires?

    Ben Ji, Felipe merci à vous deux,

    Dis-moi Felipe, tu as que ça t'arrive de parler tout seul.
    Tu n'es pas obligé de me répondre, mais je voudrai savoir au moment même trouve-tu ça normal?
    Cela t'arrive t-il alors que tu as un traitement?
    Merci d'avance pour ta réponse.
    Rania.

    Laisser un commentaire:


  • Avatar de « Invité »
    Invité a répondu
    Re : Est-on conscient pendant et aprés les délires?

    Bonjour Rania

    Je me présente d'abord puisque ça fait un moment que j'ai pas écrit dans ce forum consacré à la schizophrénie. Je m'appelle Dave, 27 ans et j'ai fait une BDA sévère il y a quelques mois qui m'a conduit à me prendre pour un maître de lumière me poussant à une tentative de suicide ( Le sourire aux lèvres en plus ). Lorsque tu parle de bouffée d'une journée avec une reprise de contrôle dans cette même journée, je ne saisis pas parce que dans mon cas, l'enfer a duré trois mois sans interruption, sans comprendre que j'étais malade (jusqu'à ce qu'on m'enferme de force à l'HP sous hdt avec des droits minimaux). Mon délire se présentait sous l'apparition de voix intérieures, sensations tactiles, vision de fumée, paranoia totale à la fin et de multiples interprétations de tout ce que je voyais ou touchais. Ceci dit j'ai commencé à comprendre que j'étais malade après une semaine sous risperdal 5mg parce qu'avant ça, je croyais toujours qu'on avait comploté pour m'emprisonner et m'empêcher de réaliser ma mission .

    Ensuite, peu à peu, j'ai renoué contact avec la vraie réalité, saisir que le personnel voulait m'aider et que je ne communiquais pas vraiment avec les arbres etc. Toutefois, les trois mois de galère sont restés profondément ancrés dans ma mémoire, je me souviens des interprétations du chaos parfaitement, des messages qu'on m'envoyait, des gestes posés, de ma paranoia excessive, des gens que j'ai blessés, bref de tout ce long et périlleux film de sci-fi qui occupait mes pensées. Il m'arrive lorsque je parle avec mes parents de dire par exemple ''oui m'man pendant ma psychose, pour moi ceci voulait dire cela et autre chose m'emmenait à faire cela'' donc j'ai conservé tous ces souvenirs et honnêtement, je préfère cela à un blackout qui m'inquièterait davantage.

    Le déclic de ma reprise de contrôle, je le dois au risperdal qui a entre autre éteint les voix qui me persécutaient. Une fois les voix parties, j'ai senti 200 livres de cailloux qui partaient en poussière derrière moi, légèreté d'esprit

    Un hic cependant j'écoutais beaucoup de musique lors de mon délire et j'ai dû réapprendre à interpréter les messages dans les chansons, mais bon un hic parmi d'autres....

    Laisser un commentaire:

Unconfigured Ad Widget

Réduire
Chargement...
X