Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Borderline et schéma particulier de relation amoureuse.

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

    Borderline et schéma particulier de relation amoureuse.

    Bonjour à tous

    Je me suis inscrite pour échanger avec vous au sujet du trouble de personnalité borderline, notamment sur la manière dont il s'articule dans les relations amoureuses.
    Sur le site de l'Aapel ainsi qu'à travers certains témoignages, j'ai pu voir qu'il y avait différents schémas que la personne pouvait utiliser pour gérer ses relations: le schéma où il ou elle va "s'accrocher" sans cesse à son conjoint/partenaire, le schéma où il ou elle va s'impliquer successivement dans des relations différentes, de manière à éviter les abandons, et enfin le schéma où il ou elle évite toute forme de relation, pour ne pas avoir à subir l'abandon.

    Mon "ami" souffre de ce trouble. J'utilise les guillemets car il utilise la troisième forme de schéma relationnel, et donc je ne sais jamais où on en est vraiment. Ca fait des années que ça dure. Ai-je moi-même un souci dans ma manière de vivre une relation amoureuse ? Oui je pense, c'est même certain. J'analyse notre relation et me dis que ses distances me permettent justement de ne pas avoir à m'engager au quotidien, engagement qui me fait peur et ceci n'a rien à voir avec lui. Je commence doucement à travailler sur cette problématique, car avant je ne m'en rendais pas compte.

    Toujours est-il que le schéma relationnel de mon ami ne semble pas être celui qui est le plus utilisé par les personnes borderlines, et même si j'ai eu quelques témoignages (niveau conjoints) allant dans ce sens, je peine quand-même à comprendre ce qui peut se jouer dans les périodes de distance, sachant qu'elle occupent la plus grande part de la relation.

    J'aurais en fait besoin de témoignages de personnes borderlines qui connaissent ou ont connu précisément ce schéma.

    Voici comment les faits se déroulent entre nous:
    Nous nous voyons, nous passons un moment très riche en partage (beaucoup de confidences, beaucoup de câlins, passion, amour, bref un vrai beau moment fort), et puis à l'instant où chacun retourne chez soi, il commence à prendre une distance. Dès lors, il va falloir que j'aille le chercher... que je le contacte... La plupart du temps, il ne répondra pas dans la semaine qui suit, il répondra davantage la suivante. Souvent, ça sera bref, distant. La semaine d'après, donc 2 semaines après qu'on se soit vus, généralement il est OK pour qu'on se voit. Parfois ça prend encore plus de temps. De manière générale, c'est moi qui fais donc la démarche d'aller vers lui, sinon je peux attendre longtemps mais il revient quand-même, quand je ne me manifeste pas. Mais ça peut durer longtemps...
    Voici ce qu'il m'a déjà dit concernant ces périodes de distance voire de repli total:
    -Je m'imagine le pire, du coup je suis dans l'évitement.
    -Je pense au mal que je peux faire, que je t'ai fait.
    -Je ne sais pas où j'en suis dans ma vie.
    -Je ne veux pas t'en parler, te dire ce qui se passe.
    -J'ai été occupé.
    Etc...

    J'ai donc déjà eu quelques infos concernant ces distances mais je sens qu'il a un malaise à l'évoquer, ça lui est difficile.
    Je souhaiterais savoir, si vous vous reconnaissez dans ce type de schéma relationnel marquée par la distance, ce qui se joue pour vous à ce moment-là, pour que vous soyez forcé(e) à imposer une telle distance entre vous et l'autre ? Pour que cette distance soit au centre de votre relation ?
    Je "comprends" ce que mon ami dit mais ça me dépasse tout de même... Des fois les moments passés ensemble sont tellement beaux et forts que ça m'est impensable de croire qu'il va fuir après. Mais si, et c'est un cycle difficile à briser, qui parfois montre quelques variations mais dans les grandes lignes ça reste ainsi.

    Mon ami me parle de thérapie, disons que l'idée commence à émerger chez lui, même si par la suite il se rétracte. Je trouve ça super car avant il ne le souhaitais pas du tout.

    Si vous vous retrouvez dans cette forme d'expression du trouble dans vos relations amoureuses, comment avez-vous fait pour déjouer ce mécanisme, quel rôle a pu jouer votre conjoint(e) pour vous aider à déjouer cela ?

    Je précise aussi que mon ami a beaucoup de connaissances, potes, amis, qu'il peut voir plusieurs fois par semaine, avec qui il part même en vacances sans problème. Ni vu ni connu. C'est uniquement avec ses "très proches" qu'il agit ainsi. Il vit actuellement chez ses parents, il m'a déjà dit qu'il évitait de leur parler, pour " éviter des conflits ".


    Merci de m'avoir lue et au plaisir de partager.


    [ne pas citer mon message, svp, au fur et à mesure j'effacerai certains passages, par souci d'anonymat)
    Dernière modification par sistina, 02/11/2016, 17h11.

    #2
    Re : Borderline et schéma particulier de relation amoureuse.

    bonjour
    dans cette situation, c'est à vous de savoir ce que vous pouvez, et voulez supporter, sans en souffrir.
    Même avec une thérapie, et un gros travail sur lui, les choses n'évolueront pas beaucoup...
    On ne pardonne pas tout, on comprend mieux, et ça n'excuse rien

    Commentaire


      #3
      Re : Borderline et schéma particulier de relation amoureuse.

      Bonjour Sistina,

      Ton ami s'exprime clairement sur son mode de fonctionnement.
      Qu'il soit pour toi "impensable" de fonctionner ainsi n'est pas un argument pour le faire changer

      Le diagnostic a t-il été posé par un professionnel ?
      Dans quel contexte ?

      Lui-même souffre t-il de sa façon de gérer les relations fortes ?


      Envoyé par savannah-bay
      Même avec une thérapie, et un gros travail sur lui, les choses n'évolueront pas beaucoup...
      Si, bien sûr que si, et heureusement

      Pour aller plus loin, on peut s'informer sur la théorie de l'attachement, qui est très éclairante pour les adultes que nous sommes.

      Bon courage, et protège-toi.
      C'est très éprouvant, ce genre de relation.

      Commentaire


        #4
        Re : Borderline et schéma particulier de relation amoureuse.

        Bonjour Savannah-Bay et Cléo,

        Merci de vos avis.
        Je pense aussi que chaque situation peut évoluer, dès lors qu'un travail sur soi et/ou une thérapie assidue est effectuée. Rien n'est figé, à mon sens, vraiment pas.


        Même s'il ne le dit pas ainsi, je pense qu'il souffre de la relation. J'ai exprimé ici uniquement sa manière de gérer (distance, fuite, silence radio), mais pas ses réactions quand il nous est arrivé de nous voir, dans ses périodes de distance. En fait on a longtemps fait partie d'un groupe d'amis, donc cela nous arrivait de nous voir tous ensemble, ça lui était "gérable" car nous n'étions pas rien qu'à deux. Et lorsque nous nous retrouvions à deux, ca pouvait aller du simple "je ne veux pas te parler", à des clashs terribles, des paroles blessantes sans queue ni tête, et des sortes de gros tests sur ma fidélité. Il me diabolisait car il pensait que je couchais avec d'autres gars. Il pouvait se montrer très cassant, comme s'il me détestait (clivage). Il m'a déjà parlé d'alcool, pour calmer tout ça. Actes autodestructeurs possibles aussi, en cas de mise à distance claire de ma part. Du moins à l'époque, car nous nous revoyons uniquement depuis deux ans (rupture de 5 ans entre temps, suite à une grosse crise). Il m'a toujours dit refuser de me faire du mal, il craint cela encore aujourd'hui, il a du mal à vivre avec ça. Et depuis 2 ans, on se voit uniquement lorsqu'il va bien, il n'y a jamais eu de crise, je pense que c'est ce qu'il redoute le plus, donc je pense que ses distances à l'heure actuelle viennent de là, surtout, il veut m'éviter le moindre écart.

        Avec lui, ça n'est pas une relation vécue et instable, avec des périodes de distances. C'est le processus inverse, c'est une distance avec des périodes où il baisse la garde, et on se retrouve et là ça va être hyper fusionnel. Je sais bien que le fait de ne pas concevoir qu'il puisse fonctionner ainsi ne le fera pas changer, mais j'essaie de savoir dans quelle mesure ce fonctionnement puisse être déjoué, de manière à s'inverser un minimum, par lui-même et aussi par le conjoint/e, car nous sommes toujours 2 dans une relation et je pense aussi que sans le vouloir j'induis peut-être chez lui un certain type de comportement. Je lui ai expliqué il y a quelques mois que je n'en pouvais plus d'avoir à nourrir cette relation seule, que j'avais besoin d'un échange, et que je devais donc aller de l'avant, sans pour autant lui fermer la porte car je serais là pour lui s'il en avait besoin. Au bout de plusieurs mois sans nouvelles j'ai avancé, j'ai accepté, j'ai vraiment cru qu'il reviendrait pas, et moi-même je ne suis pas revenue. Mais il m'a relancée avec un message très fort (thérapie) et il a essayé de venir vers moi de lui-même par la suite, de déjouer un peu cela, ça m'a plongée dans un état d'attente car j'ai eu de l'espoir, j'ai senti une évolution, j'ai été très contente. Et depuis ce temps là je souffre, oui, car je suis en attente.
        Néanmoins quand il alimente de lui-même, il le fait souvent quand il boit... Le niveau de blocage est... terrible
        J'essaie de comprendre ce qui se passe lorsque la personne expérimente un tel blocage. C'est peut-être mon tort, essayer de me mettre à la place de, du mieux que je peux.
        De mon côté, j'ai pris rdv avec un psy pour bosser sur ma peur de l'engagement (ses distances, même si elles me font souffrir, ont sûrement un côté rassurant), sur l'estime de soi, et la dépendance affective.

        [ne pas citer]
        Dernière modification par sistina, 07/12/2016, 14h46.

        Commentaire


          #5
          Re : Borderline et schéma particulier de relation amoureuse.

          Après avoir lu 85% du premier message, je savais déjà comment j'allais répondre ; et puis quand je suis tombé sur le "fait" qu'il vivait chez ses parents, toujours... et bien cela a conforté x100 ce que j'allais dire...

          Et qui était :

          Oui j'ai connu une partenaire comme ça (pas borderline), vivant depuis toujours chez un parent et montrant, de façon étrangement analogue, ces mêmes déchirements d'apparence "borderline" peut-être, mais très identiques oui.

          Comme si le couple en approche d'être formé était concurrentiel avec celui formé avec le(s) parent(s), et rendait "fou" celui ou celle ainsi qui ne peut réussir à choisir.

          Au cas où ses parents (de ton copain) n'auraient guère de vie à eux, sociale épanouie notamment, cela conforterait évidemment toujours plus mon idée, à savoir que quelque part, ils pourraient semi-inconsciemment œuvrer pour retenir leur "garçon", qui lui, adopterait des comportements semi-inconscients encore pour faire échec à ton couple, et rester loyalement auprès de papa-maman.

          Commentaire


            #6
            Re : Borderline et schéma particulier de relation amoureuse.

            ***
            Dernière modification par SheSaid, 29/11/2016, 21h10.

            Commentaire


              #7
              Re : Borderline et schéma particulier de relation amoureuse.

              Je suis bien d'accord ; à la réserve près que, si sur l'étiquette de l'autre c'est marqué "Éléphant 100% véritable de 5 tonnes" qui lui bouche la sortie vers l'indépendance, c'est dur de ne pas vouloir le voir, et de ne pas vouloir comprendre cet obstacle.

              A lui de pouvoir être amené à capter que rien d'autre réellement en lui-même ne lui empêche une libération pour pouvoir vivre librement avec sa partenaire, sinon une décision à poser, un choix, une rupture actée, et non juste éternellement souhaitée, rêvée.

              Commentaire


                #8
                Re : Borderline et schéma particulier de relation amoureuse.

                Merci beaucoup de vos nouvelles réponses !
                Mon topic était dernièrement resté très inactif je ne me suis pas connectée pendant un petit moment, et je découvre donc maintenant vos réponses.
                Mon ami a vécu seul pendant ces deux dernières années, cela se passait bien, mais à la fin de son contrat il a rompu le bail et est reparti chez ses parents... Pourtant il pouvait rester ou bien se prendre un autre appart. Dès qu'il est reparti chez ses parents il m'a dit que ça l'ennuyait très fortement d'avoir lâché son appart, que ça lui était très dur d'être chez eux !
                Mais il est conscient d'avoir comme une dépendance à ses parents, il m'en a déjà parlé.
                Je ne juge aucunement cela néanmoins, chacun ses problématiques, mais vous avez relevé là quelque chose d'intéressant en effet

                Commentaire


                  #9
                  Re : Borderline et schéma particulier de relation amoureuse.

                  Avec l'aide d'une bonne fatigue je vais tenter de répondre a tes "questionnements ".
                  Mais en réalité crois tu qu'il va changer meme si toi tu change !? bref tu dis qu'il fais partie du schéma" il ou elle évite toute forme de relation, pour ne pas avoir à subir l'abandon. Sauf que c'est pas son cas il n'evite pas si il est en relation avec toi, vous etes bien ensemble ,non!? c'est juste qu'il est "compliqué" ,non!? je m'excuse par avance si ce n'est pas très clair ,la fatigue m'empporte vraiment désolé .
                  Je suis un extra terrestre ...

                  Commentaire


                    #10
                    Re : Borderline et schéma particulier de relation amoureuse.

                    Bonsoir Madream, merci de ta participation.

                    Ce que je vais dire pourra paraître étrange, mais je nous sens liés dans le coeur coute que coute... Cela dit je ne peux pas considérer qu'on est un couple quand il y a autant de distance... C'est trop, c'est vraiment trop. Au bout d'un moment, c'est comme si la corde pétait, de mon côté j'ai le sentiment d'avoir tout fait et je vais de l'avant et je ne me manifeste plus non plus. Mais il n'est pas le seul à "blâmer" dans ce schéma, moi aussi j'ai une attitude qui fait que le scénario se répète inlassablement. Je vais d'abord essayer de changer moi-même mon comportement, en intégrant le fait que je suis aimable, et surtout en essayant d'accueillir l'autre, de recevoir de l'amour, sans peur. Car c'est en partie inconscient de ma part mais je crois que j'ai du mal à recevoir pleinement l'autre, ce qui dans ce cas de figure me "rassure" car je suis celle qui donne, et lui est celui qui a du mal à donner de lui. De ce fait je ne reçois jamais vraiment ce que j'aimerais recevoir. Ca me blesse consciemment, mais dans mon schéma inconscient ça me rassure, car je répète ce que j'ai appris dans l'enfance (souvenirs véridiques). Néanmoins je ne maintiens pas comme ça l'autre à distance, dans un mouvement quasi perpétuel. J'ai peur certes, mais pas au point de faire barrage. Je suis donc en thérapie pour essayer de me sortir de cette espèce de phobie de l'engagement qui me met mal à l'aise, et c'est je pense à la suite de ce travail que je vais voir si notre relation est viable. Si lui de son côté n'a pas essayé aussi de s'ajuster un peu, et que moi j'ai progressé de mon côté, je vais devoir aller de l'avant.
                    Sur ce, je vais me coucher, moi aussi grosse fatigue

                    Commentaire

                    Chargement...
                    X