Annonce

Réduire
Aucune annonce.

sur le chemin de l'abstinence

Réduire
X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

    #31
    Re : sur le chemin de l'abstinence

    bonjour vanda
    j'avais rechuté au mois de janvier et
    m'étais reprise rapidement
    Disons que lorsque l'idée refait surface je trouve cela anxiogène, je réalise encore plus que même abstinente on reste alcoolique a vie, tu vois c'est ça qui est pénible.

    pour être vraie, je sais qu'en cas de pépins je devrais donc me battre 2 fois plus pour rester sobre, et sobre je veux sincèrement le rester pour toujours, je mesure a présent pourquoi je dis je suis abstinente alcoolique

    je te fais un gros beuk sur ton oreille vanda
    Dernière modification par pépite*, 12/04/2017, 14h45.

    Commentaire


      #32
      Re : sur le chemin de l'abstinence

      Envoyé par marie éclaire
      bonjour vanda
      j'avais rechuté au mois de janvier et
      m'étais reprise rapidement
      Disons que lorsque l'idée refait surface je trouve cela anxiogène, je réalise encore plus que même abstinente on reste alcoolique a vie, tu vois c'est ça qui est pénible.

      pour être vraie, je sais qu'en cas de pépins je devrais donc me battre 2 fois plus pour rester sobre, et sobre je veux sincèrement le rester pour toujours, je mesure a présent pourquoi je dis je suis abstinente alcoolique

      je te fais un gros beuk sur ton oreille vanda
      coucou marie

      et oui on est alcoolique a vie

      on ne guérit pas de cette maladie mais l' on peut se soigner par labstinence

      bonne soirée

      gros

      nath
      09/10/2015

      Commentaire


        #33
        Re : sur le chemin de l'abstinence

        Bonjour Marie,

        Je ne sais pas si c'est le cas pour tout le monde, mais arrive un moment où tu te situes hors alcool… Oui tu peux y penser, peut être même en avoir envie, mais cela n'a plus aucun attrait, ni intérêt… alors bof… c'est plus vraiment anxiogène… de mauvais souvenirs, certes, mais passés.

        Je te souhaite que tu puisses avancer dans ce sens, on se sent vraiment libéré des "tentations", des invitations, des messages subliminaux ou carrément explicites autour de nous… Je t'assure que l'on peut passer devant sans sourciller (j'ai pas dis sans y jeter un œil ! L'autre jour j'ai vu de la bière "bio"… je me suis dit et pourquoi pas de la coke "commerce équitable" !)

        Se reconnaître alcoolique abstinent, ça me semble important pour être au clair vis-à-vis du produit. Mais j'avoue que je n'arrive pas m'approprier ce terme (je dis plutôt alcoolique non pratiquant !). L'abstinence induit l'idée d'une privation, or je ne le vis pas (plus) du tout comme ça. Et alcoolique… je trouve que c'est compliqué de se considérer dépendant d'un produit… qu'on ne consomme plus, mais dont on sait qu'on le redeviendra si on en prend ! (euh… c'est clair là ?)
        J'entends bien qu'on porte cette fragilité à vie en soi… mais je ne me sens pas plus malade… que guéri, je me considère plutôt "en rémission"… il faut attendre … et surveiller…

        Bref… tout ça pour te dire… ne te morfond pas… n'imagine pas que ce que tu vis maintenant sera là tout le temps ! Je suis sûr qu'un jour tu ne trouveras plus pénible du tout d'être sobre et lucide 100% du temps, y compris par gros temps !!!

        De tout cœur avec toi…
        Dernière modification par vik, 12/04/2017, 17h19.
        Jouis et fais jouir, sans faire de mal ni à toi, ni à personne, voilà je crois, toute la morale.Chamfort

        Commentaire


          #34
          Re : sur le chemin de l'abstinence

          merci, a vous tous pour vos réponses

          Commentaire


            #35
            Re : sur le chemin de l'abstinence

            Envoyé par vik
            je me suis dis et pourquoi pas de la coke "commerce équitable" !)

            (Quoique je ne sois pas d'accord avec l'idée : la bière est mauvaise pour nous, la coke pour tous.)

            Sur tout le reste, +++.
            Tellement bien dit !
            Un truc que j'ai compris : ça. Un autre, plus intéressant :
            "Those who don't believe in magic will never find it." Lewis Carroll

            Commentaire


              #36
              Re : sur le chemin de l'abstinence

              Salut Al!ce,

              Envoyé par Al!ce
              (Quoique je ne sois pas d'accord avec l'idée : la bière est mauvaise pour nous, la coke pour tous.)
              C'était plus une boutade intérieure qu'autre chose, mais ta parenthèse m'a fait réagir, j'étais intuitivement pas d'accord, (non plus!). En y réfléchissant, j'en suis arrivé à me dire :
              - que je suis de plus en plus convaincu que l'accès articificiel à des états conscience modifiés, quelle que soit la substance… ben c'est bon pour personne.
              - l'alcool est quand même considéré comme une drogue (dure). Je voulais vérifier la définition, je suis pas allé plus loin que Wikipédia mais j'ai vu un graphique qui m'a quand même fait tomber de ma chaise : https://commons.wikimedia.org/wiki/F...svg?uselang=fr
              Dans l'article, il y aussi un tableau issue d'une étude qui indique que l'alcool score de manière forte ou très forte en termes de dangerosité (dépendance physique, psychique, toxicité, neurotoxité et dangerosité sociale). C'est la seule drogue qui est dans le rouge sur tous les facteurs… je ne pensais pas…

              Donc, je ne suis effectivement pas d'accord avec ton désaccord, et je pense bien que l'alcool, comme la coke […], c'est dangereux pour tous (entendu, à titre personnel et à titre social).
              Bon enfin, c'est pour faire la causette (et squatter le fil de Marie !)
              Jouis et fais jouir, sans faire de mal ni à toi, ni à personne, voilà je crois, toute la morale.Chamfort

              Commentaire


                #37
                Re : sur le chemin de l'abstinence

                Envoyé par marie éclaire
                cet après midi je suis allée en Belgique, acheter du tabac, avant d'entrer dans le magasin je me suis mise a saliver, je me suis rappelée le rayon immense des bieres belges,.
                j'ai eu l'impression d'être a l'état animal, en effet je ressentais a l'avance la griserie de l'alcool, mon cœur battait plus vite

                j'imaginais ma tête embuée(enfin libre), cela a duré 3 mn.
                puis j'ai ressenti un grand dégout de moi même, j'ai réfléchis au lendemain, a ma honte devant mon fils, le besoin d'alcool s'est transformé en dégout SAUVEE, je voudrais temps que ce dégout revienne a chaque fois que l'idée se pointe

                ceci dit c'est moins fort et moins souvent qu'avant, sinon ce serait terrible je crois

                ps: je n'ai donc pas achetée de bière
                Mille fois Bravo ! Je pense que c'est la pire situation dans laquelle je pourrais me trouver.

                Commentaire


                  #38
                  Re : sur le chemin de l'abstinence

                  Bonjour Marie, passe une belle journée

                  Commentaire


                    #39
                    Re : sur le chemin de l'abstinence

                    encore parfois, des envies de me mettre la tête en l'air, a chaque fois je me dis et me redis la même chose, je vais me sentir artificiellement mieux quelques heures, pour ensuite être mal pendant 2 jours, avec le grand risque de replonger

                    ça a duré pendant le temps d'un après midi, et puis cela s'est calmé puis enfin arrêté!
                    j'ai repéré que cela arrivait quand je pensais au passé, ou que je culpabilisé.

                    je m'efforce donc de vivre au présent, et d'accepter la réalité

                    je me demande donc est-ce un craving, ou un coup de déprime
                    y a t-il d'autres personnes qui ressentent cela???

                    un a celle ou celui qui passe par la
                    Dernière modification par pépite*, 16/05/2017, 04h55.

                    Commentaire


                      #40
                      Re : sur le chemin de l'abstinence

                      Envoyé par marie éclaire
                      encore parfois, des envies de me mettre la tête en l'air, a chaque fois je me dis et me redis la même chose, je vais me sentir artificiellement mieux quelques heures, pour ensuite être mal pendant 2 jours, avec le grand risque de replonger

                      ça a duré pendant le temps d'un après midi, et puis cela s'est calmé puis enfin arrêté!
                      j'ai repéré que cela arrivait quand je pensais au passé, ou que je culpabilisé.

                      je m'efforce donc de vivre au présent, et d'accepter la réalité
                      Bonjour Marie,

                      Réflexion du jour, à part moi-même - elle sera pour toi aussi puisqu'elle me paraît s'accorder avec ce que tu dis :

                      Pour un alcoolique, plâne sur chaque instant un peu intense, que cet instant soit heureux ou malheureux, tourné vers le passé ou l'avenir, long ou bref, plein ou vide, comme le spectre d'un dénouement tragique.
                      Il s'agit toujours en tout et pour tout, en ce qui nous concerne, de dé-jouer la fin d'une tragédie.

                      (J'ajouterais, puisqu'un ami vient de m'en faire souvenir, que Jules Renard vaut toute les tragédies.)


                      Dernière modification par Al!ce, 16/05/2017, 11h38.
                      Un truc que j'ai compris : ça. Un autre, plus intéressant :
                      "Those who don't believe in magic will never find it." Lewis Carroll

                      Commentaire


                        #41
                        Re : sur le chemin de l'abstinence

                        Envoyé par Al!ce
                        Bonjour Marie,

                        Réflexion du jour, à part moi-même - elle sera pour toi aussi puisqu'elle me paraît s'accorder avec ce que tu dis :

                        Pour un alcoolique, plâne sur chaque instant un peu intense, que cet instant soit heureux ou malheureux, tourné vers le passé ou l'avenir, long ou bref, plein ou vide, comme le spectre d'un dénouement tragique.
                        Il s'agit toujours en tout et pour tout, en ce qui nous concerne, de dé-jouer la fin d'une tragédie.

                        (J'ajouterais, puisqu'un ami vient de m'en faire souvenir, que Jules Renard vaut toute les tragédies.)




                        à vous deux

                        Commentaire


                          #42
                          Re : sur le chemin de l'abstinence

                          Pour un alcoolique, plane sur chaque instant un peu intense, que cet instant soit heureux ou malheureux, tourné vers le passé ou l'avenir, long ou bref, plein ou vide, comme le spectre d'un dénouement tragique. Il s'agit toujours, en tout et pour tout, en ce qui nous concerne, de dé-jouer la fin d'une tragédie.



                          .
                          Dernière modification par Al!ce, 16/05/2017, 16h46.
                          Un truc que j'ai compris : ça. Un autre, plus intéressant :
                          "Those who don't believe in magic will never find it." Lewis Carroll

                          Commentaire


                            #43
                            Re : sur le chemin de l'abstinence

                            Désolée pour le radotage, c'était pour une manip.
                            Un truc que j'ai compris : ça. Un autre, plus intéressant :
                            "Those who don't believe in magic will never find it." Lewis Carroll

                            Commentaire


                              #44
                              Re : sur le chemin de l'abstinence

                              merci Alice pour ce joli et sage message

                              Je te souhaite de passer une douce nuit

                              quant a moi je reste sur mes gardes, ce soir je suis allée gigoter dans une salle de sport, seul moyen de couper court a mes drôles de pensées

                              Commentaire


                                #45
                                Re : sur le chemin de l'abstinence

                                Bonjour Marie, sais tu pour quoi tu as des envies de retourner la tête, 6h c'est long, super que tu sois motivée, je me souviens pas te fais tu soigner bonne journée
                                arrêt avec soins pour moi, le 18 février 2014

                                Commentaire

                                Unconfigured Ad Widget

                                Réduire
                                Chargement...
                                X