Annonce

Réduire
Aucune annonce.

ça me pendait au nez...

Réduire
X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

    ça me pendait au nez...

    Bonjour à tous et toutes,

    Voilà, je m'inscris aujourd'hui car la réalité m'a éclaté en pleine figure il y de ça 16jours..Je suis dépendante à l'alcool.
    Le déclic s'est fait "bizarrement" , un matin j'avais rdv pour un travail (dans le domaine dont j'ai envie depuis très très jeune"), le rdv se passe divinement bien, j'ai l'espoir de signer un cdd assez long, bref c'est l'euphorie. Et là à 11h30 du mat' ma première envie en sortant du rdv c'est : j'ai envie d'une bière !! (que j'ai bu bien sûr) Puis le soir j'ai invité deux amies pour fêter ça, beaucoup d'alcool avalé, c'était chouette, mais voilà, après leur départ, je pète un câble, je suis triste, au fond du trou...Je fais des choses pas terribles puis m'endors comme une m**** sur le canap'. Le matin ma compagne me réveille et là je me vois dans ses yeux, les yeux de l’incompréhension. C'était moche, et l’ampoule s'est allumée, tu es malade, tu gâches même les belles choses à cause de l'alcool.

    Je le sentais depuis quelques temps cet enlisement, les envies de boire "l'apéro" le midi, puis si je pouvais, je buvais 2-3 bières, en ayant très hâte d'être à 18h pour recommencer...Les repas où j'allais avec plaisir mais où je m’intéressais plus à la carte des vins qu'à celle des mets...et puis la peur de manquer bien sûr.

    Bref, après une discussion avec mon compagne pour enfin "dire" la vérité, ne rien cacher, genre "je bois parce que j'aime la goût", j'ai plutôt dit : je bois parce que je cherche l'ivresse, j'ai stoppé depuis 14jours, et ça va !

    Sinon j'ai 30ans et l'alcool est rentré assez tôt dans ma vie. (j'ai d'ailleurs stoppé 9mois il y a quelques années "à cause d'une dépression violente".

    Merci de m'avoir lu.
    Edit : je n'ai pas précisé pourquoi je m'inscrivais ici, pour pouvoir discuter avec des personnes qui sont ou passent par là. Un peu d'aide ne fait jamais de mal.
    Dernière modification par Gris-bouille, 13/12/2017, 20h35.

    #2
    Re : ça me pendait au nez...

    Bravo !
    J'ai eu le même déclic il y a quelques mois, mais je n'ai toujours pas sauté le pas de l'arrêt et, forcément, même en limitant un peu, c'est toujours très excessif. Je reviens donc sur ce forum aujourd'hui après une cuite hier soir, qui me laisse honteuse et déprimée, j'évite mon compagnon justement parce que je sais qu'il sait...
    Nouvelle bonne résolution, il faut que je tienne...
    Bonne continuation !

    Commentaire


      #3
      Re : ça me pendait au nez...

      Bonsoir et merci :-)

      L'important est que le déclic se fasse je pense, même s'il ne fait pas tout car ensuite il se lancer dans l'inconnu...
      C'est pour ça que je me suis inscrite ici, pour pouvoir parler des difficultés présentes et futures.

      Je pense qu'il ne faut pas te culpabiliser, même si c'est facile à dire...Tu en as parlé à ton compagnon? Parfois ça aide de vider son sac. Moi ça m'a fait du bien d'être enfin franche et lucide.

      A bientôt

      Commentaire


        #4
        Re : ça me pendait au nez...

        Malheureusement, je lui ai tellement dit que j'en étais finalement consciente, tout en n'arrêtant jamais, que je pense qu'il faut d'abord que je passe une ou deux semaines d'abstinence pour en parler avec lui.

        ça finit par le rendre agressif mon attitude de girouette, et je me sens moins que soutenue, je me dis que je suis une moins que rien et qu'il n'a en effet aucune raison de croire en mes bonnes intentions.

        Donc pour répondre à la question, oui je lui en ai parlé, souvent, lui m'en a parlé, souvent. Mais pas récemment, car il me montre toujours (et a bien raison) qu'il n'a pas confiance et que ce sont des paroles en l'air.

        Je me disais même que j'attendrais d'avoir passé les fêtes, mais je sais qu'il faut un arrêt maintenant. Mon alcool nuit à notre relation, à celle avec les enfants un peu également (énervement, pas envie de faire certaines choses parce que j'ai bu ou que je suis en train de boire).

        Là, c'est dit, j'arrête, et j'ai vu que certaines personnes tenaient tous les jours une sorte de comptabilité des "gains" (familiaux, personnels, physiques, psychologiques). Je me suis acheté un cahier et ce sera une motivation supplémentaire.

        Commentaire


          #5
          Re : ça me pendait au nez...

          Et la première inscription de ce soir sur mon carnet sera financière : je suis allée faire les courses et j'ai économisé 20 euros à ne pas acheter les bières (je n'achète plus d'alcool fort depuis longtemps, ou très rarement, car j'en bois les mêmes doses et, forcément, c'est dur...) que j'aurais terminées en deux ou trois jours. Et demain, je pourrai inscrire dès le matin : fière de cette première soirée sans.

          Commentaire


            #6
            Re : ça me pendait au nez...

            Super si ta décision est prise ! Oui tenir une "liste" des bienfaits est une bonne idée, et aussi écrire le pourquoi tu décides d'arrêter ( toutes les choses que tu ne veux plus ta vie...), ça peut aider à ne pas oublier...

            Bon on se suit alors? :-) Allez crois en toi, beaucoup ici y arrive alors pourquoi pas nous?
            Nous aurons peut être des conseils prochainement

            Edit : oui le côté financier est un plus, quand on calcule ce que ça nous coûte :-(

            Commentaire


              #7
              Re : ça me pendait au nez...

              Oui, je vais suivre ta progression, comme je suis Verbatim et Patolo car ma première décision date à peu près de l'époque où eux-mêmes ont arrêté. Moi, j'ai 41 ans, il est vraiment temps, et c'est bien décidé. Je me sens déjà un peu plus fière... je ne doute même pas que je vais y arriver, contrairement à la première fois où le titre de mon post était "Résolution durable ?". Le "?" était déjà un aveu d'échec...

              Commentaire


                #8
                Re : ça me pendait au nez...

                Pareil pour moi la première fois, bien que ça a duré 9mois c'était plutot par obligation on va dire...Je sortais d'un séjour à l'hôpital je devais faire "profil bas", mais dans le fond je savais que c'était temporaire...Aujourd’hui c'est différent...

                Bon et bien si tu n'ouvres pas ton fil, donne des nouvelles ici.

                Commentaire


                  #9
                  Re : ça me pendait au nez...

                  J'ai quand même fait deux fois huit mois (grossesses...). J'ai trèèèèèès vite repris chaque fois mais c'est logique, je ne l'ai fait que par obligation, et je rêvais du moment où je reprendrais...

                  Commentaire


                    #10
                    Re : ça me pendait au nez...

                    Bonsoir,

                    Je pense que tu as franchi un premier palier en prenant conscience de ton problème d'alcool. Tu sais, bien souvent, l'alcoolisme est vicieux car on ne se rend pas vraiment compte de sa dépendance. C'est une étape de la journée. Cela fait partie de notre quotidien.

                    J'aimerais d'abord te confier de par mon expérience que l'alcool à souvent tendance à multiplier nos sentiments. Autant quand tout va bien, on est sur un petit nuage. Autant quand tout va mal, on peut vite broyer du noir et basculer dans une dépression. Je pense fortement que l'alcool accentue nos émotions.

                    Le chemin est encore long mais j'ai envie de te dire que tu es certainement sur la bonne voie. Tu as tout un tas de façon de te sortir de l'alcoolisme mais ça va être à toi de trouver le juste milieu pour t'amener vers la bonne route. Déjà, le fait de l'accepter, d'en parler autour de toi et sur ce forum, c'est une belle preuve de courage et de volonté. Beaucoup de personnes ont honte et préfère garder le silence car la douleur est trop importante.

                    Je crois que la première thérapie est d'en parler car au fond de soi, ça soulage d'un poids. Ensuite, tu vas devoir entamer le combat ou trouver la paix (tout dépend comment tu abordes le problème) pour partir du principe que l'alcool n'est et ne sera jamais la solution à tous tes problèmes, qu'il n'est pas non plus vitale dans ta vie de tous les jours et surtout qu'il faut accepter sa différence. L'alcoolisme, c'est une maladie, mais crois moi, la vie est bien plus belle sans alcool et même si les débuts sont très difficiles, après, ce n'est que du bonheur.

                    Je te souhaite vraiment de continuer sur cette même voie. J'ai tout comme toi 30 ans, ça fait sept ans que je n'ai pas touché à une goutte d'alcool. Quand tu es jeune, c'est dur, car en soirée, certains ont du mal à te comprendre, mais je sais qu'aujourd'hui tout mon entourage et mes ami(e)s sont fiers de moi.

                    Commentaire


                      #11
                      Re : ça me pendait au nez...

                      hello et bienvenue sur ce forum !

                      je vois que sur cette discussion il y un tir groupé de personnes souhaitant arrêter l'alcool, et que personne parmi les "anciens" n'a encore répondu.
                      Donc je me propose en renfort si besoin
                      comment se déroule cette première phase ? avez vous des aides pour le sevrage ? des contacts ? des questions ?
                      en tout cas c'est une super décision qui change la vie !
                      bonne journée

                      Commentaire


                        #12
                        Re : ça me pendait au nez...

                        Bonjour Gris-Bouille
                        Très bonne décision tu as prise
                        va voir message privé
                        amitiés sincères
                        jojo
                        http://www.atoute.org/n/forum/showthread.php?t=19872

                        Commentaire


                          #13
                          Re : ça me pendait au nez...

                          Bonjour 2lo&ctou

                          très bonne décision tu prends
                          félicitations
                          tu.nageras dans bonheur
                          va voir message privé
                          amitiés sincères
                          jojo
                          http://www.atoute.org/n/forum/showthread.php?t=19872

                          Commentaire


                            #14
                            Re : ça me pendait au nez...

                            Envoyé par M3RO87
                            Bonsoir,

                            Je pense que tu as franchi un premier palier en prenant conscience de ton problème d'alcool. Tu sais, bien souvent, l'alcoolisme est vicieux car on ne se rend pas vraiment compte de sa dépendance. C'est une étape de la journée. Cela fait partie de notre quotidien. Tout à fait, j'avais même l'impression que ma journée commençais enfin à 18h...ou quand j'ouvrais ma première bière.

                            J'aimerais d'abord te confier de par mon expérience que l'alcool à souvent tendance à multiplier nos sentiments. Autant quand tout va bien, on est sur un petit nuage. Autant quand tout va mal, on peut vite broyer du noir et basculer dans une dépression. Je pense fortement que l'alcool accentue nos émotions. D'accord encore, mes émotions me mettent souvent la tête à l'envers et l'alcool n'arrange rien

                            Le chemin est encore long mais j'ai envie de te dire que tu es certainement sur la bonne voie. Tu as tout un tas de façon de te sortir de l'alcoolisme mais ça va être à toi de trouver le juste milieu pour t'amener vers la bonne route. Déjà, le fait de l'accepter, d'en parler autour de toi et sur ce forum, c'est une belle preuve de courage et de volonté. Beaucoup de personnes ont honte et préfère garder le silence car la douleur est trop importante.

                            Je crois que la première thérapie est d'en parler car au fond de soi, ça soulage d'un poids. Ensuite, tu vas devoir entamer le combat ou trouver la paix (tout dépend comment tu abordes le problème) pour partir du principe que l'alcool n'est et ne sera jamais la solution à tous tes problèmes, qu'il n'est pas non plus vitale dans ta vie de tous les jours et surtout qu'il faut accepter sa différence. L'alcoolisme, c'est une maladie, mais crois moi, la vie est bien plus belle sans alcool et même si les débuts sont très difficiles, après, ce n'est que du bonheur. Mon médecin est au courant et m'aide beaucoup (bon ces derniers mois je lui mentais, car je voyais bien que je m'enfonçais....) Et je ne doute pas que la vie est plus sans, c'est tout ce que je souhaite.

                            Je te souhaite vraiment de continuer sur cette même voie. J'ai tout comme toi 30 ans, ça fait sept ans que je n'ai pas touché à une goutte d'alcool. Quand tu es jeune, c'est dur, car en soirée, certains ont du mal à te comprendre, mais je sais qu'aujourd'hui tout mon entourage et mes ami(e)s sont fiers de moi.
                            Bravo à toi ! D'avoir pris conscience si jeune de ton problème c'est assez rare je crois ! Et supporter le regard des amis à cette âge là n'est pas aisé. Je te remercie pour ton témoignage.

                            JoJo
                            : je vais voir ton message, merci !


                            Reine des près: Merci du renfort, pour le moment ça se passe plutôt bien mais ça vacille un peu parfois..Genre hier, à 19h, d'un coup je me suis dit "ça ferait 1h que tu aurais commencé l'apéro et tu aurais pu picoler encore un moment..." comme un moment de nostalgie Du coup je me suis fait à manger et c'est passé.

                            Question aide, j'ai mon médecin traitant qui me suis depuis mes 17ans, qui connait donc la plupart de mes "troubles". Je suis sous AD et régulateur de l'humeur depuis un bon moment et j'ai aussi un anxio "au cas où". Je pense rappeler la psy du centre d'addicto qui m'a suivi il y a quelques années. Même si je vois pas trop quoi le raconter, je me dis que c'est certainement un plus.
                            Ma difficulté principale c'est l'ennuie en fin de journée...j'essaie de m'occuper un peu mais il y a comme un vide au fond de moi, et dur de vraiment le combler Pour le moment je fais avec.
                            Si tu as des conseils, des trucs et astuces, je prends !!

                            Merci à tous !!

                            Commentaire


                              #15
                              Re : ça me pendait au nez...

                              Bonjour Gris-Bouille!

                              Envoyé par Gris-bouille
                              Ma difficulté principale c'est l'ennuie en fin de journée...j'essaie de m'occuper un peu mais il y a comme un vide au fond de moi, et dur de vraiment le combler Pour le moment je fais avec.
                              Si tu as des conseils, des trucs et astuces, je prends !!

                              Merci à tous !!
                              [/COLOR][/COLOR]
                              Oui, normal, c'est comme ça les premières semaines. Mais rassure-toi, bientôt tu ne penseras à boire en fin de journée (de l'eau, des jus) que si tu as besoin de te désaltérer.

                              Comment combler ce vide? En ayant envie de faire des trucs autres que de prendre l'apéro.

                              Au départ, n'attend pas forcément le dîner pour te caler un peu l'estomac, tu as vu que ça calmait aussi l'envie de boire. Un thé avec un truc à grignoter vers 17-18 h devrait te permettre d'aborder la soirée plus sereine.

                              Après, à toi te trouver ce qui te convient : prendre un bain, cuisiner, faire du sport, écouter de la musique... Te trouver un petit rituel qui remplacera celui de l'apéro.

                              Sinon, dis-toi bien que ta démarche est la meilleure décision que tu pouvais prendre pour toi. Attendre encore - quelques mois, quelques années - au motif que tu n'es pas si loin que ça dans l'alcool ne peut que te faire perdre du temps et rendre les choses de plus en plus difficiles. Il faut que tu penses à ça si tu es tentée de reprendre "juste à un verre".

                              J'ai passé plus de dix ans à tergiverser, à reprendre l'alcool après quelques mois, voire années d'abstinence, sous prétexte que j'étais certaine que, cette fois, promis-juré, je saurais "gérer". Et plus ou moins rapidement, je me suis retrouvée à ne plus rien gérer du tout, et à m'engluer chaque fois un peu plus profondément.

                              Demande-toi quelles fonctions remplit l'alcool pour toi : détente, récompense, fête, surmonter la timidité, l'ennui, le stress... Ca te permettra de mettre en place les stratégies qui te permettront de répondre autrement.

                              Et puis, plus fondamentalement, il faudra à un moment ou à un autre réfléchir à tes points de vulnérabilité, apprendre à les accepter, à te traiter toi-même avec bienveillance et te permettre de mener une vie satisfaisante.

                              C'est mieux de faire tout ça (c'est sur la durée) avec de l'aide, donc retourner voir ton psy est une bonne idée si le courant passait bien. Sinon, un mab (Vie Libre, Alcooliques Anonymes), c'est une aide précieuse aussi. J'ai aussi usé d'outils genre "développement personnel" pas spécialement orientés vers les addictions mais qui aident bien : méditation de pleine conscience, lectures plus ou moins édifiantes (allant de Montaigne à Christophe André en passant par Marc Aurèle et Sénèque)...

                              Ce n'est pas juste arrêter de boire, l'enjeu, c'est retrouver son libre arbitre pour pouvoir faire de sa vie ce qu'on a envie d'en faire. Ca mérite donc d'y réfléchir un peu!

                              Tous mes encouragements.

                              La Mouette

                              Commentaire

                              Unconfigured Ad Widget

                              Réduire
                              Chargement...
                              X