Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Pénis captivus

Réduire
X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

    Pénis captivus

    Paul passe son service militaire en Allemagne, il n'a pas vu Sylvie depuis 2 mois...

    Le train de Paul arrive à 20 h 50. Mais depuis le milieu de l'après-midi, Sylvie ne tient plus en place, s'avère incapable de se concentrer sur quoi que ce soit. Elle prend un livre et le repose au bout d'une page, allume la radio pour l'éteindre aussitôt. Sa tête est toute entière occupée au scénario de leurs retrouvailles, qu'elle réécrit inlassablement. Elle se dit qu'il faut qu'elle se montre ferme, un peu distante, qu'elle apprenne à se maîtriser, qu'elle ne se jette pas comme une folle sur lui.
    Mais quand elle voit Paul sur le quai de la gare, elle oublie toutes ses résolutions et se précipite dans ses bras. Ils n'ont qu'une hâte, l'un et l'autre, se retrouver chez eux, dans l'intimité de leur studio, situé par chance à deux pas de là. A peine arrivés, ils se jettent sur le lit, en se déshabillant mutuellement, ont l'impression de se redécouvrir. Comme une première fois. A plusieurs reprises, Paul est sur le point de jouir, mais Sylvie lui demande de se retenir encore.
    C'est alors que Paul réalise subitement qu'il ne peut plus se retirer. Sylvie bouge dans tous les sens, gesticule comme une forcenée, mais rien n'y fait. Ils sont prisonniers l'un de l'autre, bloqués dans cette situation, cocasse pour autrui, mais terriblement angoissante pour eux-mêmes. Sylvie se met à pleurer. Paul essaie de la calmer, réussit à atteindre le téléphone portable situé sur la table de chevet, appelle un médecin en urgence et lui demande de passer chez la gardienne prendre la clé de l'appartement. 20 minutes vont s'écouler avant son arrivée. 20 longues minutes, interminables. Paul et Sylvie sont épuisés ; le médecin découvre avec étonnement cette curieuse situation et comprend immédiatement qu'il s'agit d'un pénis captivus.

    Diagnostic

    Le pénis captivus est une situation exceptionnelle. Il est très rare de rencontrer des praticiens confrontés à cette situation qui amuse toujours et que l'on se raconte de médecins en médecins. Elle est le fait d'une contraction du muscle vaginal avec emprisonnement du pénis. Le rôle du médecin est d'abord de rassurer les patients, de les détendre et de les faire respirer doucement. Si la situation n'évolue pas, il est nécessaire d'effectuer un toucher rectal chez la femme, ce qui entraîne une dilatation des muscles vaginaux libérant le pénis emprisonné. Des injections de décontracturant musculaire ou d'anxiolytiques sont parfois pratiquées.

    (Extrait de "histoires extraordinaires de la médecine" Dr Pierrick Hordé)

    amicalement

    Luc
    Dernière modification par d_dupagne, 13/08/2012, 18h10.
    Mon blog
    Témoignage vidéo sur ma schizophrénie
    Mon site

Unconfigured Ad Widget

Réduire
Chargement...
X