Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Médicaments génériques...!?

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

    #46
    Re : Médicaments génériques...!?

    ...
    Dernière modification par Tabatha, 07/03/2007, 08h24.

    Commentaire


      #47
      Re : Médicaments génériques...!?

      La consommation de médicaments génériques est en forte progression

      http://fr.news.yahoo.com/14112006/20...ogression.html

      "PARIS (AFP) - La consommation de médicaments génériques a progressé en France depuis le début de l'année, après la signature d'un accord incitant les pharmaciens à substituer ces médicaments moins chers à leur équivalent de marques, mais des progrès restent à faire dans certaines régions.

      Le taux de délivrance des médicaments génériques a atteint 67,8% fin octobre, alors qu'il était de 63% fin décembre 2005, et de seulement 56,8% en 2004, a indiqué mardi la Caisse nationale d'assurance maladie (Cnam) lors d'une conférence de presse.

      A l'origine de cette accélération, figure la signature, en janvier 2006, d'un accord entre l'assurance maladie et les syndicats de pharmaciens, qui a pour but de parvenir à un taux de délivrance de 70% de médicaments génériques d'ici la fin de l'année.

      Cet objectif "en passe d'être atteint" selon l'assurance maladie, concerne les seuls médicaments délivrés sur ordonnance et pour lesquels un générique existe.

      La consommation de ces médicaments, qui sont des copies de produits de marque dont le brevet est tombé dans le domaine public, et sont vendus à des prix environ 30% moins cher, a généré 263 millions d'euros d'économies au premier semestre 2006, a rappelé la Cnam.

      Chaque point supplémentaire de pénétration des génériques génère 15 millions d'euros d'économie par an pour la Sécu.

      Six régions ont déjà dépassé l'objectif national de 70%, a souligné l'assurance maladie, en pointant les bons résultats des Pays-de-la-Loire (77,1%), de la Bretagne (73,9%), de la Basse-Normandie (72,1%), de la Champagne-Ardenne (72,2%) de la région Centre (71%) et de Poitou-Charentes (70,9%).

      Par contre, la Corse (52,9%), Provence-Alpes-Côte-d'Azur (61,7%) et le Limousin (63%) ont encore des progrès à faire.

      L'Ile-de-France pour sa part est sortie tout récemment du peloton de queue des mauvais élèves, en passant d'un taux de 58,2% début octobre à 65,2% fin octobre.

      Cette forte progression s'explique par le nouveau dispositif mis en place début octobre par quatre départements franciliens (Paris, Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis et Yvelines), et qui a privé du bénéfice du tiers payant les assurés refusant des médicaments génériques.

      Ce dispositif avait déjà été expérimenté pour la première fois dans le département des Alpes-Maritimes, dont le taux de génériques consommé a bondi à 68,9% fin octobre contre 53,8% début janvier.

      Fort des résultats enregistrés par ces cinq départements pilotes, la commission des Affaires sociales de l'Assemblée nationale a d'ailleurs voté un amendement au Projet de loi pour la Sécurité sociale qui viserait à généraliser ce dispositif sur tout le territoire. Reste à voir si cette disposition sera votée par le Parlement.

      Pour poursuivre cette progression d'ici la fin de l'année, l'assurance maladie a annoncé de nouvelles initiatives.

      Des courriers personnalisés vont être adressés à 200.000 assurés qui consomment peu de génériques pour les inciter à changer de comportement.

      Une opération similaire conduite fin 2005 auprès de 417.000 assurés avait donné des résultats positifs, a souligné la Cnam, avec "plus de 50% des assurés contactés (qui) ont opté ensuite pour les génériques".

      L'assurance maladie a également ciblé 650 officines pharmaceutiques qui ont les plus faibles taux de vente de génériques et dans lesquelles vont se rendre les pharmaciens-conseils de la Cnam."

      Commentaire


        #48
        Re : Génériques ?

        Envoyé par d_dupagne
        Bonjour

        Un petite coup de gueule personnel à propos des génériques

        1) Il est scandaleux que les génériques ne soient pas identiques aux médicaments copiés. Les excipients parfois importants changent et l'agence du médicament est forcée de reconnaître la non équivalence dans certains cas (excipients à effet notoire). Cela sème un doute grave et pas toujours injustifié dans l'esprit du public sur la réelle équivalence de ces médicaments avec l'original. La règle devrait être la stricte identité (goût, parfum, forme, couleur) entre le générique et l'original.

        2) Le fait que certains génériques portent des noms de fantaisie au lieu de porter celui de la molécule constitutive est une source d'erreurs importante pour le patient (notamment âgé) et l'infirmière à hôpital. Cela n'a jamais été évalué mais je suis certain que le coût social et financier (hospitalisations) de ces erreurs est important.

        3) En privant les laboratoires pharmaceutiques de leur fond de commerce, ont les contraint à des politiques marketing agressives sur les nouvaux produits qu'ils sortent : ils doivent rentabiliser leur investissement dans les 5 à 10 premières années de commercialisation et ne peuvent compter sur des revenus réguliers apportés par leurs "vieux" produits. Ces politiques agressives fonctionnent et induisent des surcoûts qui ne sont peut-être pas inférieurs aux économies réalisées avec les génériques.

        4) La recherche pharmacologique ayant été abandonnée par l'INSERM et l'université en général, elle devient inexistante pour les médicaments génériqués. Il n'est plus possible pour un chercheur de dire à un labo "j'ai l'impression que votre médicament X est efficace dans la maladie Y, voulez vous m'aider pour mes recherches ?" Le champ de la connaissance pharmacologique se rétrécit d'année en année.

        5) On arrive à des comportements débiles : visite d'un agent de la sécu dans une pharmacie
        "M. le pharmacien, vous ne "faites" pas assez de générique ! Par exemple pour l'amoxicilline (nom de marque Clamoxyl)"
        - Pharmacien : "Je sais, mais le Clamoxyl est au même prix que le générique le moins cher, dans ces conditions, je préfère donner l'original"
        - Sécu : "Ah non, ce n'est pas possible car il n'est pas considéré comme un générique et vous allez être mal noté".

        En bref, je ne suis pas du tout certain que l'introduction des génériques soit une bonne chose pour la santé en général et l'économie de la santé en particulier. A ma connaissance, cette politique n'a pas été évaluée. En tout cas, une chose est sûre, le coût de la santé n'a pas baissé depuis l'introduction des génériques.
        Bonjour et bonne année 2007,

        J'ai reçu un courrier de la sécu (enfin de la MGEN pour moi), daté du 8 novembre, comportant toutes mes références, me "reprochant" noir sur blanc de prendre du SOLIAN et non ses génériques. On lit dans cette lettre, je cite:

        "Son prix est moins cher que votre médicament actuel car il n'inclut plus le surcoût de sa recherche scientifique."

        Je passe l'affirmation de l'identité de l'original et de ses génériques.

        Evidemment, je prends toujours du SOLIAN, me disant que si une entreprise pharmaceutique a réussi à sortir un bon médicament, il y a des chances qu'elle en mette au point d'autres ou en rachète d'autres (clairvoyance qui doit être récompensée).

        J'ajoute qu'il à remarquer que cette année Sanofi-Aventis a subitement baissé le prix de la boîte de SOLIAN 200 de 85,42 euros à 50,71 euros, soit en dessous du prix des génériques d'alors. Maintenant SOLIAN 200 (60 comprimés) et amisulpride 200 (60 comprimés) tous génériques sont au même prix et le Vidal indique qu'en dessous de 400 mg/j, le SOLIAN sera administré en une seule prise journalière (ce qui est par ailleurs contestable puisque la demi-vie du SOLIAN n'est que de 12 h, mais reste la possibilité de 2 prises de 200 mg pour le dosage 400 mg/j. Les comprimés sont bisécables).

        Bien à vous. Sulpiride.

        Commentaire


          #49
          Re : Médicaments génériques...!?

          http://www.challenges.fr/actualites/...iques_en_.html

          912 millions d'euros d'économies grâce aux génériques en 2006

          La Mutualité française a indiqué, mardi 12 juin, que le développement des médicaments génériques avait permis de réduire les dépenses de santé de la Sécurité sociale, des mutuelles et des ménages de 912 millions d'euros en 2006, après une économie de 873 millions en 2005.
          Copiés sur des médicaments de marque dont le brevet est tombé dans le domaine public, les médicaments génériques sont généralement 30% moins chers que leurs modèles.

          Leur diffusion plus large a permis de faire progresser les économies "de 4,5% entre 2005 et 2006", selon le "Mémento médicament" de la Mutualité.

          Celle-ci chiffre néanmoins à 603 millions d'euros les économies potentielles encore réalisables grâce aux génériques.
          Un objectif qui serait plus facilement atteignable, selon elle, si les prescriptions se faisaient en Dénomination commune internationale (DCI), comme le paracétamol, plutôt qu'en marque, comme le Doliprane, l'Efferalgan ou le Dafalgan.

          Dans l'Union Européenne, la France se situerait loin derrière l'Allemagne ou le Royaume-Uni pour ce type de prescriptions, qui ne concerne que 12% des médicaments prescrits

          Commentaire


            #50
            Re : Médicaments génériques...!?

            Bonsoir

            Mon médecin m'avait prescrit un médicament générique une fois et le pharmacien voulait me l'échanger contre un autre générique , je m'y suis doublement opposé , car le produit qu'il voulait m'échanger coutait plus cher que celui que le médecin m'avait prescrit

            Bonne soirée Momie

            Commentaire

            Chargement...
            X