Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Alcool Et Création Artistique

Réduire
X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

    #46
    Re : Alcool Et Création Artistique

    ...
    Dernière modification par lisaange, 04/09/2006, 15h33.



    Commentaire


      #47
      Re : Alcool Et Création Artistique

      Bonjour l' Ange,

      Je fais une brève incursion sur ton thème.

      Bien entendu, ce que j' exprime m' est entiérement personnel, ne délivre aucune verité autre que celle qui me correspond.
      Je dirais que la verité, semblablement à l' Abstinence prend la forme de celui qui la contient.Se demander quelle forme peut bien avoir l' Abstinence ? C' est se poser la question de la forme de l' Eau:?????????????................. celle du verre qui la contient.

      L' alcool a été pour moi une négation de mon écriture, l' écriture n' étant qu' un prolongement de moi même.J' ai toujours écri, souvent très mal.
      J' ai écri pour m' échapper, pour me tirer de la réalité, comme une course, je n' ai pas écri assez vite.Retour de plume au milieu d' un verre,j' ai brisé ma pointe, et fait crisser la ligne de mon existence.

      Qu' est venu faire l' alcool dans tout ça ?

      Elle s' est installé en territoire propice,vivifiant pour elle, celle de mon extrême fragilité.J' ai cru longtemps comme tous mes écrivains que l' alcool étaient un compagnon de route, ni plus,ni moins.Je voyais même une certaine grandeur dans tout cela, un pied de nez à la morale.

      La morale est que j' avais totalement tort.

      L' alcool est une intrusion, une arnaque de grande ampleur, elle est l' anti-création par excellence.

      Ma proximité avec tout mon monde litteraire,musicale était une proximité de sensibilité.Je comprenais mes frères et soeurs de fragilité.Je faisais parti de cette immense tribu, dans laquelle vivent artistes,mais aussi ouvriers,mère de famille,chef d' entreprise, celles d' humains qui a un moment donné de leur vie avait subi un choc tel qu ' ils n' avaient par la suite jamais pu le dépasser, qu' ils en avaient fait la matrice de leur existence. Que consciemment ou non, ils garderaient une grande fragilité de ces instants.

      L' alcool, la rencontre avec l' alcool ne pouvait dans ce contexte particulier à ces hommes et femmes qu' à terme très mal tourner.

      L' alcool "déshinibant" allait invariablement être extraordinaire pour des gens pour la plupart de très grands "inhibiteurs de leurs fêlure", plus loin encore elle les ferait paraître autres, niant non seulement ce qu'ils sont au plus profond mais encore ce qu' ils étaient devenus.Non seulement orphelin de Soi même depuis des lustres, avec l' alcool, ils deviendraient orphelins des Autres.

      Dans ces conditions, comment s' étonner que se pose alors la question pour certains de continuer à vivre ?
      Et la société dans tous cela ?

      Elles les porteraient au nues, y voyant des êtres sensibles, capables d' exprimer les sentiments les plus nobles, les plus bouleversant aussi, mais pas un seul mot, une seule ligne, un seul recul capable pour ceux qui ne boivent pas sur le fait que ces artistes se détruisaient, que le prix à payer de leur pseudo-lucidité était un aveuglement exceptionnel sur leurs rapports à l' alcool.Non seulement l' alcool n' apportait rien à leur art mais en plus l' explosait car même une plaie à besoin de bords, d' être bordée par quelque chose d' autres,par quelque choses de vivant, d' existant.
      L' alcool est une plaie qui finit par devenir qu' un trou, celui au fond duquel termine celui qui vivait en ses abords.

      Je vais terminer, mais je pourrais continuer longtemps, sur un constat:

      J' ai honte pour moi, pour ma société qui chaque année durant trouve à rire du visionnage d' un immense artiste, aux multiples textes, un artiste au bord du gouffre mais d' abord un alcoolique qui demande "I want to fuck you" à sa voisine, ne comprenant rien à ce qui se jouait là.Ce soir là, l' artiste était absent mangé par l' alcoolique, et le peuple riait et je riais.


      Je ne savais pas.

      Je ne revois jamais depuis ma maladie sans une tristesse ce "fameux document d' archive", en me disant "si vous saviez vous qui riez ce qu 'il peut avoir comme drames,larmes et miséres derriére vos rires".

      Ceux qui à ce stade doutent ou trouvent mes propos exagérès imaginent quelques secondes chaque nouvel an, en famille, qu' on vous face l' honneur de visionner le jour où ivre mort vous aviez proposé de "baiser la fille de votre voisin" ou je ne sais qui d' autres, et pourtant c' est de cet ordre que les choses se passent.

      Vivre est un art, artiste nous le sommes tous, fragiles certains un peu plus que d' autres, et dans cette expression là, l' alcool est un non sens, et si tel n' est pas le cas alors un jour ou l' autre, elle le devient.

      Triple A


      Ecrire,peindre,parler, etc.......... en resumé vivre sous alcool, c' est vivre sous influence.
      Vivre sous l influence, omnipotente de l' alcool est une maniére de vivre de la maniére la plus irréelle possible, jusqu' aux cauchemars........

      L' alcool est si étrangére à la notion de réalité qu' elle empêche l' alcoolique de se voir tel qu' il est.
      Dernière modification par TRIPLE A, 05/05/2006, 11h40.
      "Les anciens disent qu'à leur mort les vieux alcooliques abstinents ont le regard aux couleurs Arlequin"
      UN SEVRAGE D' ALCOOL NE S' IMPROVISE PAS.FAITES VOUS TOUJOURS ACCOMPAGNER PAR UN MEDECIN.

      Commentaire


        #48
        Re : Alcool Et Création Artistique

        BonjourJ'ai longtemps partagé l'opinion d' Alfred de Musset : "Les chants désespérés sont les chants les plus beaux".Lorsque j'ai arrêté la consommation éffrenée d'alcool, le premier changement qui m'est apparu, c'est que ce que j'écrivais me parraissait insipide, inodore, incolore, comme l'eau que je ne buvais plus depuis longtemps.Effectivement lorsque la vie dépend de l'alcool on est souvent désespéré et ce que l'on écrit nous paraît fort, plein d"émotions, dramatique, désespéré, donc beau.Puis je me suis demandé pourquoi j'associais "beau" à "désespéré".Le temps a passé et je me suis remis à écrire. D'autres choses effectivement. Moins dramatiques peut être, mais plus lucides.J'écris différement, mais je ressens maintenant cette différence, non comme une perte, mais plutôt comme une ouverture, une nouvelle voie, une voix nouvelle, dont je me privais à cause de l'alcool.Bien à vous Walter

        Commentaire


          #49
          Re : Alcool Et Création Artistique

          Où peut-on lire tes écrits ?

          Merci.

          Marylou.


          [quote=Himal]
          L'ivresse est toute bonne, c'est un vrai baume. Le hic, c'est qu'elles n'émanent pas du dedans, celles que procurent les drogues, et que leurs molécules, si elles tombent fort à propos pour pallier à nos carences d'humeurs, n'en sont pas moins de grossières imitations de celles que nous secrétons. Qui sont vachement mieux.

          ]

          Je suis entièrement d'accord avec ça.

          Commentaire


            #50
            Re : Alcool Et Création Artistique

            ...
            Dernière modification par lisaange, 04/09/2006, 15h33.



            Commentaire


              #51
              Re : Alcool Et Création Artistique

              salut
              Dernière modification par Himal, 13/05/2012, 15h13.

              Commentaire


                #52
                Re : Alcool Et Création Artistique

                Salut tous.

                Sujet extêmement prégnant et intéressant.

                En ce qui me concerne l'écriture s'apparente plus à un hobby qu'à une vocation. Sauf quand il s'agit d'écrire un texte pour une chanson, mais là le travail est très différent puisque la principale qualité du texte est sa capacité à être chanté. Ceci pour dire que malgré quelques nouvelles, écrites la plupart du temps défoncé et ne parlant pratiquement que d'alcool, drogues et déchéances diverses et variées (je crois écrite pour l'esthétique morbide plus que pour la communication, même si je vois bien de quelle petite musique il s'agit quand je vous lis) je ne suis pas très qualifié pour parler de création littéraire. Juste une manière de mettre en scène et d'idéaliser ma propre déchéance.

                Je suis musicien, je composais beaucoup à une période ou je n'avais pas encore la bride sur le cou et que mes excès n'étaient encore que des excès. J'écrivais 2 3 des fois 4 chansons dans la semaine (j'en bennais les 3/4) mais j'avais toujours le neurone prompt à produire de la musique. Je pré-entendais les harmonies, j'étais capable d'entendre l'ensemble dans une simultanéité comme si je pouvais voir la chanson du dessus et pas sur un ruban temporel.
                Et puis la picole et autres additifs sont entrés dans la ronde.
                Pendant un moment ça a été bien. Ca ne m'aidais pas sur le plan créatif mais ça levait suffisamment les inhibitions pour oser des trucs et m'étonner à nouveau.
                Très vite j'ai cessé de m'étonner... on ne s'étonne pas eternellement avec un procédé.
                A savoir que je n'ai en aucun cas bu pour créer, mais plutôt pour alleger la pression de la vie de saltimbanque. Plus de repères, plus de réel domicile, l'hotel dans les bon jours, sinon on dormait dans le camion. J'en étais arrivé à amener des bibelots familiers que je posais ca et là dans les chambres d'hotel pour avoir un semblant d'univers stable.... Le stress avant de jouer et paf un (que dis-je un) godet dans le cornet.... Sortie de scène : "Je tuerais père et mère pour un bourbon-bière" (là aussi que dis je un).
                Résultat je n'ai rien écrit qui aie le moindre intérêt depuis 1998.
                Aujourd'hui, j'attaque mon 58eme jours sec et les envies et les idées reviennent (j'ai même commencé quelques démos et mené à bien certaines experiences). Ce qui me manque c'est le temps. J'ai une fringale incroyable d'exercice physique. Je ne tiens pas en place, alors paf un tour de vélo, puis comme ça suffit pas un peu de roller puis re-vélo.
                Mon doc me dis que c'est naturel, que tout l'organisme reprends son rôle normal et que ces besoins s'estomperont quand l'equilibre si durement éprouvé par les bitures au long cours sera revenu.
                Je suis redevenu le gamin turbulent et agité que j'étais.
                ( à préciser, j'ai également arrété de fumer, tant qu' a en ch..r, je me suis dis. ça m'arrange pas la "calmitude".... mais j'ai gagné 2 ton 1/2 presque 3 en un mois et demi de défume)

                Tout ça pour dire que :
                1/ l'alcool peut lever les inhibitions mais ne donnera jamais les idées (sinon ca se saurait et ça couterait beaucoup plus cher ). C'est ce qui peut donner l'illusion de la beauté. Les inhibitions peuvent se lever tout aussi efficacement avec de la relaxation ou la pratique d'arts martiaux qui eux peuvent en plus stimuler la boîte à gamberge.

                2/ Je crois, pour ceux qui pensent avoir perdu quelque chose dans leur créativité avec l'arrêt de l'alcool, que c'est temporaire et que c'est la question du temps que la tuyauterie physique et psychique se remette en place.

                3/ j'ai longtemps cherché à imaginer un tableau de Van Gogh peint avec l'oeil frais et la main sûre, plutôt qu'avec la vue glauque et la main tremblante que donne l'absinthe...A mon avis ça aurait été mieux.

                4/ Je crois que la créativité accordée a l'artiste maudit si magnifié par notre société occidentale est plus dans le voyeurisme morbide du public que dans la production de l'artiste lui même. Le dit public y voit sa propre image mais il la laisse à quelqu'un d'autre le soin de faire le boulot.... Trop peur d'être ça.

                Voila, j'ai été long, ce n'est que mon avis mais je crois ne pas être totalement hors sujet.

                Commentaire


                  #53
                  Re : Alcool Et Création Artistique

                  Bonjour tout le monde,

                  J'aime cette discussion !

                  Je rajouterai à tout ce qui a déja été évoqué, la notion de talent !

                  Il arrive que certains artistes en aient et qu'ils soient boulversés par ça au point d'avoir si peur de le perdre qu'ils se détruisent avant que d'autres le fassent.

                  Je ne sais pas si c'est trés clair, je crois que non

                  J'écrirais plus tard, je n'ai pas le temps tout de suite, mais je reviendrai !

                  Marylou.

                  Commentaire


                    #54
                    Re : Alcool Et Création Artistique

                    Envoyé par Jack
                    Salut tous.

                    Sujet extêmement prégnant et intéressant.

                    En ce qui me concerne l'écriture s'apparente plus à un hobby qu'à une vocation. Sauf quand il s'agit d'écrire un texte pour une chanson, mais là le travail est très différent puisque la principale qualité du texte est sa capacité à être chanté. Ceci pour dire que malgré quelques nouvelles, écrites la plupart du temps défoncé et ne parlant pratiquement que d'alcool, drogues et déchéances diverses et variées (je crois écrite pour l'esthétique morbide plus que pour la communication, même si je vois bien de quelle petite musique il s'agit quand je vous lis) je ne suis pas très qualifié pour parler de création littéraire. Juste une manière de mettre en scène et d'idéaliser ma propre déchéance.
                    Voila, j'ai été long, ce n'est que mon avis mais je crois ne pas être totalement hors sujet.
                    Bonjour,

                    Ca me pose une question, je ne peux pas dire si j' écris par hobby, vocation ou je ne sais.
                    J' écris par envie, sans aucun sens précis que celui qui sera révèlé au fur et à mesure.
                    J' écris parce que c' est le mode d' expression qui par instant me convient le mieux.
                    Je fais avec ce que j' ai, aucune oreille,aucune expression corporelle capable de faire passer un message ( sauf quand je pratiquais la boxe mais là l' emetteur connaissait les intentions du recepteur et réciproquement).
                    Comme toi, je ne me sens pas qualifié pour parler création litteraire.

                    J' écris.

                    Tu n'es pas hors sujet et Je souscris à beaucoup de tes propos.

                    Bien à toi,

                    Triple A
                    "Les anciens disent qu'à leur mort les vieux alcooliques abstinents ont le regard aux couleurs Arlequin"
                    UN SEVRAGE D' ALCOOL NE S' IMPROVISE PAS.FAITES VOUS TOUJOURS ACCOMPAGNER PAR UN MEDECIN.

                    Commentaire


                      #55
                      Re : Alcool Et Création Artistique

                      Salut à tous!

                      Super, génial, merci infiniment pour vos contributions, je suis vraiment contente que le sujet vous semble intéressant, j'y reviendrai évidemment plus tard car pour l'instant je dois, euh, "créer" -enfin c'est un bien grand mot, écrire un truc pour un canard, plus simplement...

                      Triple A, si cela t'intéresse (et les autres aussi d'ailleurs), je peux si tu me fournis une adresse mail en mp t'envoyer "Je suis venu te dire que je m'en vais", un papier sur les derniers mois de Gainsbourg.

                      Il s'agit d'une suite d'extraits d'interviews de lui-même, ses proches, ses voisins, ses amis, ses femmes, ses docteurs, ses biographes, ses collaborateurs, etc... Qui, ainsi compilée, raconte de façon assez poignante la solitude extrême de Gainsbourg devenu inexorablement Gainsbarre...


                      à tous, à plus

                      Lola
                      Delenda carthEGO est

                      Commentaire


                        #56
                        Re : Alcool Et Création Artistique

                        Envoyé par marylou
                        Bonjour tout le monde,

                        J'aime cette discussion !

                        Je rajouterai à tout ce qui a déja été évoqué, la notion de talent !

                        Il arrive que certains artistes en aient et qu'ils soient boulversés par ça au point d'avoir si peur de le perdre qu'ils se détruisent avant que d'autres le fassent.

                        Je ne sais pas si c'est trés clair, je crois que non

                        J'écrirais plus tard, je n'ai pas le temps tout de suite, mais je reviendrai !

                        Marylou.
                        Comme l' écrivait Char,
                        "la lucidité est la blessure la plus proche du soleil"
                        alors quand tu es extra-lucide, il advient "une béance solaire"....qu' inévitablement devra être rempli............"d' alcool de mente"...au singulier d' abord et au pluriel pour finir.
                        Dernière modification par TRIPLE A, 05/05/2006, 13h12.
                        "Les anciens disent qu'à leur mort les vieux alcooliques abstinents ont le regard aux couleurs Arlequin"
                        UN SEVRAGE D' ALCOOL NE S' IMPROVISE PAS.FAITES VOUS TOUJOURS ACCOMPAGNER PAR UN MEDECIN.

                        Commentaire


                          #57
                          Re : Alcool Et Création Artistique

                          Envoyé par Jack

                          1/ l'alcool peut lever les inhibitions mais ne donnera jamais les idées (sinon ca se saurait et ça couterait beaucoup plus cher ). C'est ce qui peut donner l'illusion de la beauté. Les inhibitions peuvent se lever tout aussi efficacement avec de la relaxation ou la pratique d'arts martiaux qui eux peuvent en plus stimuler la boîte à gamberge.

                          2/ Je crois, pour ceux qui pensent avoir perdu quelque chose dans leur créativité avec l'arrêt de l'alcool, que c'est temporaire et que c'est la question du temps que la tuyauterie physique et psychique se remette en place.

                          3/ j'ai longtemps cherché à imaginer un tableau de Van Gogh peint avec l'oeil frais et la main sûre, plutôt qu'avec la vue glauque et la main tremblante que donne l'absinthe...A mon avis ça aurait été mieux.

                          4/ Je crois que la créativité accordée a l'artiste maudit si magnifié par notre société occidentale est plus dans le voyeurisme morbide du public que dans la production de l'artiste lui même. Le dit public y voit sa propre image mais il la laisse à quelqu'un d'autre le soin de faire le boulot.... Trop peur d'être ça.

                          Voila, j'ai été long, ce n'est que mon avis mais je crois ne pas être totalement hors sujet.
                          Bonjour Jack,

                          ton message m'interpelle à des tas de niveaux, j'ai l'impression de voir écrit ma vie et celle de mon jules (qui lui aussi est musicien). Globalement, j'ai été confrontée au même type de réflexion et ça a duré longtemps.
                          En effet, la tuyauterie finit par se remettre en route ... on s'en aperçoit quand les gens commencent à revenir bosser sur des projets, que la création renaît spontanément, et surtout quand on a fini d'avoir peur. On recommence à éprouver du plaisir, en mieux ....

                          Commentaire


                            #58
                            Re : Alcool Et Création Artistique

                            [quote=lolangel]Bonsoir Dad!



                            J'aime bien l'image de l'"ondulation", je la trouve très ... parlante.



                            Si, tu sais très bien le dire, sauf que ce que tu dis m'évoque en fait plus... un trip au LSD! A cause du côté "montée", "vision d'ensemble", etc. Paraît qu'on n'utilise que 15% de notre cerveau et, sous acide, beaucoup plus.


                            Bonjour l' Ange,

                            Comme je le dis souvent en réunion ou aux toubibs, "ce n' est peut être pas pour rien qu' on utilise que 15 %, moi, devant vous qui ai arrosé 100 % de mes neurones, je peux vous certifier que ce qu' elles m' ont permis d' exprimer n' est peut être pas ce que j' ai fait de mieux.Mes neurones "saoulent" se sont parfaitement exprimées, elles ne sont pas restés assises bien gentiment dans un coin, elles ont exprimées ce qu' il y a de pires en moi: haine, violence,mensonges,....Le problème c' est que l' alcool n' arrose pas que les 15%, ce n' est pas aussi facile, ça desherbe tout azimut.Alors soyez heureux qu' en temps normal, la majorité n' utilise que 15 % de leur cerveau parce que ce serait Sarajevo tous les jours!"
                            "Les anciens disent qu'à leur mort les vieux alcooliques abstinents ont le regard aux couleurs Arlequin"
                            UN SEVRAGE D' ALCOOL NE S' IMPROVISE PAS.FAITES VOUS TOUJOURS ACCOMPAGNER PAR UN MEDECIN.

                            Commentaire


                              #59
                              Re : Alcool Et Création Artistique

                              Envoyé par Marie-Thérèse
                              Bonjour Jack,

                              ton message m'interpelle à des tas de niveaux, j'ai l'impression de voir écrit ma vie et celle de mon jules (qui lui aussi est musicien). Globalement, j'ai été confrontée au même type de réflexion et ça a duré longtemps.
                              En effet, la tuyauterie finit par se remettre en route ... on s'en aperçoit quand les gens commencent à revenir bosser sur des projets, que la création renaît spontanément, et surtout quand on a fini d'avoir peur. On recommence à éprouver du plaisir, en mieux ....
                              Salut Marie Thérèse.

                              Oui oui, c'est exactement le symptôme juste. Tu reprends les projets là ou t'avais oublié de les finir pour cause de taux d'alcoolémie indécents mais en mieux, en plus complet, plus clair, avec une vision plutôt qu'avec juste une esthétique. Là ça veut dire qu'on est passé du bon côté de la vie.
                              On est jamais à l'abri de rien, mais on connaît le goût de la vitalité naturelle qui est en nous. C'est toujours ça de gagné .

                              Commentaire


                                #60
                                Re : Alcool Et Création Artistique

                                [quote=TRIPLE A]
                                Envoyé par lolangel
                                Bonsoir Dad!

                                J'aime bien l'image de l'"ondulation", je la trouve très ... parlante.

                                Si, tu sais très bien le dire, sauf que ce que tu dis m'évoque en fait plus... un trip au LSD! A cause du côté "montée", "vision d'ensemble", etc. Paraît qu'on n'utilise que 15% de notre cerveau et, sous acide, beaucoup plus.


                                Bonjour l' Ange,

                                Comme je le dis souvent en réunion ou aux toubibs, "ce n' est peut être pas pour rien qu' on utilise que 15 %, moi, devant vous qui ai arrosé 100 % de mes neurones, je peux vous certifier que ce qu' elles m' ont permis d' exprimer n' est peut être pas ce que j' ai fait de mieux.Mes neurones "saoulent" se sont parfaitement exprimées, elles ne sont pas restés assises bien gentiment dans un coin, elles ont exprimées ce qu' il y a de pires en moi: haine, violence,mensonges,....Le problème c' est que l' alcool n' arrose pas que les 15%, ce n' est pas aussi facile, ça desherbe tout azimut.Alors soyez heureux qu' en temps normal, la majorité n' utilise que 15 % de leur cerveau parce que ce serait Sarajevo tous les jours!"
                                tu me sidère un peu toi ....

                                Concernant le LSD (et bien que ce ne soit pas le forum ad hoc), il y a des expériences qui ont été réalisées avec et sans défonce d'ailleurs, dans des caissons d'isolation sensorielle et qui modifient les états de conscience, probablement aussi l'éveil des neurones endormis ... (John C. Lilly, neurophysicien et inventeur).

                                Cela dit, que nous explorions 2 neurones, 15% ou 30 ... je ne vois pas très bien en quoi il faut se réjouir de n'en utiliser si peu ? Certes l'alcool peut mener à des états de haine et de violence, mais ça n'a rien de systématique. Si tu racontes des choses comme ça à des médecins, je pense qu'ils doivent bien se marrer pendant tes réunions .... je trouve ta réaction un peu catégorique, voire sectaire .... il existe des violents non alcooliques qui n'utilisent pas leur cerveau du tout ...

                                Commentaire

                                Unconfigured Ad Widget

                                Réduire
                                Chargement...
                                X