Annonce

Réduire
Aucune annonce.

La règle de la douleur

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

    La règle de la douleur

    Je me pose des questions sur la réglette à douleur.
    Pendant longtemps, comme les autres patients, j’ai subi la double peine soit la souffrance physique+la souffrance de l’indifférence à sa réalité.
    Il y a quelques années, on (à l’hosto) m’a sorti tout à coup la réglette magique avec pour consigne de déplacer le curseur.

    J’ai eu une réaction de rejet total face à l’objet et la démarche que je m’explique assez mal.
    Je vois bien la bonne volonté, la tentative, la politique même. Et le gars qui a fait le boulot n’était pas pire qu’un autre. Mais je l’ai ressenti pire que le déni antérieur, comme une manipulation psychologique perverse. Qu’en pensez-vous ?

    #2
    Re : La règle de la douleur

    Envoyé par Sybille
    Je me pose des questions sur la réglette à douleur.
    Pendant longtemps, comme les autres patients, j’ai subi la double peine soit la souffrance physique+la souffrance de l’indifférence à sa réalité.
    Il y a quelques années, on (à l’hosto) m’a sorti tout à coup la réglette magique avec pour consigne de déplacer le curseur.

    J’ai eu une réaction de rejet total face à l’objet et la démarche que je m’explique assez mal.
    Je vois bien la bonne volonté, la tentative, la politique même. Et le gars qui a fait le boulot n’était pas pire qu’un autre. Mais je l’ai ressenti pire que le déni antérieur, comme une manipulation psychologique perverse. Qu’en pensez-vous ?
    Bonjour,

    Rassurez-vous,cette attitude,qui consiste à vouloir immobiliser toutes les situations et tous les cas dans des cadres élaborés,des règles,des grilles,.. est absolument généralisée et ne concerne pas que la santé...
    Ce qui est amusant(je travaille actuellement en milieu hospitalier)c'est que tout ça prend bcp de temps à établir,et à contrôler en situation,puis à faire parvenir aux services compétents.
    On crée même des postes(médecins et IDE référents)pour tapoter sur le clavier et jaspiner à l'aide d'un nouveau dialecte,qui nécessite qques stages afin d'être bien utilisé.
    En cette période de restriction de postes,ça prend toute sa saveur...
    Je suppose que c'est destiné à donner l'illusion(à qui?)de gérer au mieux les situations.
    Il s'agit en tout cas d'une démarche résolument rationnelle,voire même scientifique.
    cath

    debout les crabes.. la mer monte !

    Commentaire


      #3
      Re : La règle de la douleur

      La règle permet simplement d'évaluer votre douleur qui est une valeur toujours subjective et donc d'adapter votre traitement.
      Bernard, kinésithérapeute
      www.somasimple.fr

      Commentaire


        #4
        Re : La règle de la douleur

        l'EVA (echelle visuelle analogique) est une méthode parmi d'autres pour évaluer la douleur. Elle ne convient pas à tout le monde et à toutes les situations.
        C'est la méthode la pus objective et la plus reproductible et elle est au centre du traitement de la douleur.
        Maintenent, elle nécessite des explications et un minimum d'écoute, sans ça, effectivement, elle peut être mal perçue

        Commentaire


          #5
          Re : La règle de la douleur

          Bonjour,
          Envoyé par Sybille

          Il y a quelques années, on (à l’hosto) m’a sorti tout à coup la réglette magique avec pour consigne de déplacer le curseur.

          J’ai eu une réaction de rejet total face à l’objet et la démarche que je m’explique assez mal.
          Ce que je comprends, mais peut-être que je me trompe, c'est que dans l'expression de la douleur il y a une part réaliste, une part de nous qui dit "docteur j'ai mal, faites quelque chose pour que cette douleur cesse", et une autre part qui s'approprie toute la somme des douleurs (douleurs physiques autant que psychiques) qu'on a en soi depuis toujours pour la crier. Cette partie-là voudrait être entendue, recevoir une consolation, partager son fardeau. Quand on lui présente une réglette... c'est une réponse technique, rationnelle, mais sans commune mesure avec ce qu'on voudrait exprimer à ce moment-là.
          Pandore

          « Les mots sont des planches jetées sur des abîmes, avec lesquelles nous traversons l’espace d’une pensée...»
          Paul Valéry



          Commentaire


            #6
            Re : La règle de la douleur

            ...
            Dernière modification par Claire, 06/03/2007, 18h14.

            Commentaire


              #7
              Re : La règle de la douleur

              Eh oui, c'est bien connu : la douleur, c'est dans la tête. Autrement dit : pensez à autre chose, ça ira mieux.
              La douleur est fabriquée dans le cerveau et c'est pour cette raison qu'elle est subjective. Elle est votre experience personnelle et un des moyens de partager votre experience est la règle.

              La douleur n'est pas un stimulus mais une réponse complexe élaborée et modulée par le cerveau.
              Bernard, kinésithérapeute
              www.somasimple.fr

              Commentaire


                #8
                Re : La règle de la douleur

                Bonjour,

                La "réglette à douleur" est une des choses qui m'énerve le plus. On explique ici ou là que l'on ne peut plus soigner la douleur sans cette règle.

                C'est idiot. Cette règle a été créée pour répondre à un besoin : pouvoir comparer la douleur d'un hôpital à un autre, d'un patient à un autre, d'un moment à un autre,dans le cadre de travaux scientifiques. Dans de tels travaux (évaluant par exemple l'efficacité de médicaments anti-douleur), il était indispensable de quantifier la douleur pour pouvoir faire des statistiques et des calculs d'efficacité.

                L'erreur est de croire que cette règle sert aussi à soigner les gens. Au contraire, cette mesure remplace le plus souvent le dialogue : "comment, ça va ? Le médicament vous a-t-il un peu soulagé ? Avez vous pu dormir ?

                Mais comme les centres anti-douleur, principal lieu d'expérimentation des médicaments antalgique, ont pris l'habitude d'utiliser cet outil, ils ont tenté de persuader tout le monde que la règle permettait de soigner mieux la douleur puisqu'eux, les spécialistes, l'utilisaient. C'est une aberration.

                De la même façon, on tente de nous convaincre qu'il faut utiliser une échelle de dépression pour savoir si quelqu'un est déprimé, ou une échelle de dépendance pour le tabac etc.

                Un soignant qui connaît son métier n'a pas besoin de ces outils qui réduisent l'humain à des chiffres.

                Mon fils, jeune étudiant en médecine, m'a parlé il y a deux jours de cette règle qu'on lui a remise dans le service de rhumatologie où il fait son stage. Il s'est senti mal à l'aise pour "mesurer" la douleur des patients comme on vérifie la pression des pneus et m'en a parlé spontanément.

                La règle qui lui avait été donnée comportait bien sûr le nom du laboratoire pharmaceutique qui avait offert les règles au service hospitalier.

                Nous vivons une époque moderne

                Commentaire


                  #9
                  Re : La règle de la douleur

                  En plus court, elle sert à mesurer mais ne soigne pas.
                  Bernard, kinésithérapeute
                  www.somasimple.fr

                  Commentaire


                    #10
                    Re : La règle de la douleur

                    ...
                    Dernière modification par Claire, 06/03/2007, 18h15.

                    Commentaire


                      #11
                      Re : La règle de la douleur

                      Envoyé par Claire
                      Cette réglette peut être imparfaite, elle peut être criticable, mais comparé au discours que je pointe plus haut, et que je trouve dangereux parce que la plupart ne vont pas plus loin que la première ligne, je la considère, personnellement, comme une avancée dans un changement long et difficile
                      La réglette c'est mieux que rien, c'est mieux que la bêtise, mais c'est moins bien qu'un médecin qui parle, qui écoute et qui s'intéresse à ce que vous dites.

                      La réglette désormais, c'est le stagiaire ou l'infirmière qui fait le tour des lits et qui fait un rapport au docteur qui ne se déplace même plus. Ou c'est le médecin qui mesure la douleur sans vous demander comment vous allez. C'est une régression.

                      Commentaire


                        #12
                        Re : La règle de la douleur

                        Je l’ai ressenti comme un gadget, presque insultant (pas si faux, d’après l’usage que vous en décrivez) et comme une fin de non-recevoir. Perverse, parce que cette fin de non recevoir répondait à une demande sollicitée, imposée même, et mise en scène.
                        Demander et ne rien recevoir, est une chose.
                        Ne rien demander et ne rien recevoir encore une autre.
                        Recevoir sans rien demander, c’est quasi impossible.
                        Mais être mis en situation de demande (on me tend cet objet donc je suis supposée souhaiter exprimer ma douleur ) pour se retrouver avec cet absurde machin en plastique dans les mains (fin de non-recevoir), c’est quand même drôlement tordu.
                        Mais « ça ne sert qu’à mesurer » dit- on . Mesurer quoi ?
                        Comment peut-on attendre de malades éperdus, concentrés pour survivre à la minute suivante, écrasés dans l’étau, à moitié fous de terreur, qu’ils soient aptes à évaluer leur état présent ou même qu’ils en aient le besoin ou l’envie ? N’est-ce pas ne rien connaître de la souffrance physique que d’imposer une telle démarche ?
                        S’agit-il alors (sous prétexte scientifique) de ne mesurer qu’une fausse idée de la douleur, vague notion aux prémisses flous qui fera l’affaire, pas besoin de s’appesantir ?
                        Ou, j’aurais tendance à le penser, d’en évacuer toute réalité par un geste propitiatoire ?
                        Geste bénéfique donc, au 1er chef, pour celui qui l’exécute.
                        En tous cas, je comprends qu’intuitivement les véritables soignants se sentent aussi agressés par cette mise en scène. Faites comme certains que j’ai connus qui, sortant l’objet de leur poche (protocole oblige), le rangeaient aussi sec en murmurant (public oblige), d’un clin d’œil : « Je ne vous ferais pas l’injure de… ». Du bon usage des mauvais outils !

                        Commentaire


                          #13
                          Re : La règle de la douleur

                          Cette réglette peut être imparfaite, elle peut être criticable, mais comparé au discours que je pointe plus haut, et que je trouve dangereux parce que la plupart ne vont pas plus loin que la première ligne, je la considère, personnellement, comme une avancée dans un changement long et difficile des mentalités. Et on est pas au bout de nos peines.

                          Cordialement
                          Claire
                          Regardez, Claire, ce qui est écrit sur la réglette, «un des moyens de partager » votre expérience personnelle de la douleur. C’est là qu’elle n’est pas du tout une avancée, mais un grotesque piège à c…, non ?
                          (PS : Je veux bien connaître les autres moyens ????).
                          Dernière modification par d_dupagne, 18/01/2007, 21h07.

                          Commentaire


                            #14
                            Re : La règle de la douleur

                            Envoyé par Claire
                            L'usage de cette règle est imposée par les protocoles ?
                            Rassurez moi, il est toujours possible au soignant de dialoguer en plus de sa réglette s'il le souhaite, non ?
                            Bonjour

                            Oui, on peut dialoguer en plus. Mais certains considèrent que l'on ne peut pas bien soigner la douleur sans règle, et c'est ça qui m'énerve.
                            Les recommandations officielles sont pourtant prudentes : http://www.sante.gouv.fr/htm/pointsu...ir/41-eval.htm

                            Commentaire


                              #15
                              Re : La règle de la douleur

                              Envoyé par Claire

                              Bon, on est quand même pas obligé de croire ce qui est écrit dessus. Moi, j'attends pas qu'on partage ma douleur, mais qu'on la soulage. Si certains n'ont pas l'humanité ou la carrure suffisante pour oser avoir un contact direct avec la douleur du malade, mais que la douleur est soulagée, c'est toujours ça.
                              La sédation de la douleur,avec les effets qui l'accompagnent,c'est vous qui la ressentez,au long des jours et des nuits,en fonction de votre activité et des évènements de tout ordre que vous vivez...
                              J'espère tout de même que le prescripteur se basera sur vos impressions et pas sur la règle...

                              Evidemment que ça ne remplace pas l'humanité mais ça, ce n'est pas prévu dans la formation. Si ?
                              Peut-on apprendre l'humanité dans une formation?
                              Une certaine forme de respect,de responsabilité,une façon de se conduire,oui.
                              Pour l'humanité,je n'ai pas trop la réponse..

                              (PS : Je veux bien connaître les autres moyens ????).

                              Chercher,ressentir cette douleur si subjective et si réelle,et croire,en dehors des périodes de découragement,qu'elle peut disparaître.
                              Après plus de huit ans d'une douleur absolument continue(névralgie symptomatique du trijumeau)le problème est résolu à 95%(sans règle..)mais au terme d'une longue et dure bataille!
                              Ca date de novembre 2006,et je trouve déjà que c'est normal!
                              Je vous souhaite de tout coeur la même chose...
                              cath

                              debout les crabes.. la mer monte !

                              Commentaire


                                #16
                                Re : La règle de la douleur

                                Je me suis mal exprimée - ou plutôt j’ai eu la flemme d’aller rechercher le post de
                                Somasimple - qui écrit donc supra que la réglette est « un des moyens de partager » sa douleur -.
                                Bref, c’est écrit sur ce forum, pas sur la réglette (quoique).
                                Pour Claire, oui, de fait, la réglette est intégrée à mon protocole de soins. Je prends des traitements expérimentaux dangereux et (surtout ?) très coûteux. Pas le droit à l’erreur,
                                faut une efficacité 3 étoiles (je vous dis pas le stress 3 étoiles) et la réglette est l’un des instruments d’évaluation de ces scores d’efficacité.
                                Ce n’est donc pas exactement l’usage classique mais ça démontre combien le geste est devenu réflexe (et généralisé, puisque le protocole en question est international).
                                En peu de temps, comme vous le soulignez, une dizaine d’années me semble-t-il.

                                Est-ce la préhistoire d’une véritable prise en compte de la souffrance physique ?
                                Hum.
                                Et faut-il viser une éradication systématique, comme vous semblez le penser ?
                                Moicat parle de vivre avec, ça me semble plus juste. Même si je note quand même
                                qu’il ne s’agit toujours en rien de « partager »…

                                Commentaire


                                  #17
                                  Re : La règle de la douleur

                                  Envoyé par Claire
                                  Excusez moi, mais c'est un raccourci qui me fait faire des bonds. Je constate que je suis bien la seule. Ce qui me conforte dans mon opinion qu'en France rien n'a vraiment évolué en la matière.
                                  Ce n'est pas un raccourci du tout et c'est l'opinion des meilleurs spécialistes mondiaux en la matière.
                                  Pour avoir mal, il faut être conscient (donc un cerveau) et il faut une attention à la chose. C'est d'ailleurs pourquoi les surfeurs mordus par un requin ne sentent rien car ils sont attentifs à la vague et pas à leur corps.

                                  Concernant la remarque sur la France, elle est parfaitement déplacée dans la mesure où je suis administrateur d'un site en Anglais et que notre audience est orientée sur les problèmes douloureux et la douleur... et que nous essayons de former les kinés français à ce qu'est la douleur.

                                  Toutes les douleurs sont réelles et toutes sont fabriqués dans la tête des malade car c'est là qu'est le cerveau. Ce n'est pas péjoratif et ne sous-entend pas du tout que les malades soient malades dans leur tête.
                                  Dernière modification par somasimple, 19/01/2007, 08h33.
                                  Bernard, kinésithérapeute
                                  www.somasimple.fr

                                  Commentaire


                                    #18
                                    Re : La règle de la douleur

                                    Envoyé par Claire

                                    J'ai une question : Pourquoi certains considèrent que l'on ne peut pas bien soigner la douleur sans règle ?
                                    Parce qu'il y a des imbéciles partout et que la médecine tombe souvent dans le piège de la technique.

                                    Parce que certains médecins ont tellement peur du patient et de sa souffrance que la règle leur sert de barrière.

                                    Parce que l'industrie pharmaceutique a surinvesti le champ de la douleur et distribue des prospectus déguisés en règle et a donc intérêt à accréditer cette idée.

                                    Parce que les médiocres qui maîtrisent une technique n'ont généralement de cesse que de l'imposer comme un standard.

                                    Commentaire


                                      #19
                                      Re : La règle de la douleur

                                      Envoyé par somasimple
                                      Toutes les douleurs sont réelles et toutes sont fabriqués dans la tête des malade car c'est là qu'est le cerveau. Ce n'est pas péjoratif et ne sous-entend pas du tout que les malades soient malades dans leur tête.
                                      Ce n'est certes pas péjoratif dans le cerveau de ceux qui en parlent sans souffrir.

                                      Mais un grand souffrant qui
                                      - Entend cela
                                      - N'est pas soulagé.

                                      En déduit que l'on n'a pas pris sa douleur au sérieux et a envie de tuer celui qui l'a dit.

                                      C'est le même problème pour l'utilisation des antidépresseurs dans les douleurs neurogènes : il est très difficile de faire accepter ce traitement au patient qui en déduit que l'on croit à des douleurs imaginaires.
                                      http://www.atoute.org/dcforum/DCForumID5/6025.html

                                      Il faut être très prudent dans l'expression de ces concepts, très mal perçus par les souffrants. Un peu comme "tumeur bénigne" compris comme "tu meurs".

                                      Commentaire


                                        #20
                                        Re : La règle de la douleur

                                        Je suis tout à fait d'accord et c'est pour cette raison que nous passons beaucoup de temps à expliquer la génese de la douleur et les moyens que nous possédons pour améliorer la condition du malade et il est malheureusement aussi vrai que beaucoup de soignants sont prêts à coller du "psy" dès que le malade ne répond pas "normalement" au traitement prescrit.
                                        Bernard, kinésithérapeute
                                        www.somasimple.fr

                                        Commentaire


                                          #21
                                          Re : La règle de la douleur

                                          Envoyé par Claire
                                          Elle est là où on la sent.
                                          Il est parfaitement comprehensible d'être aigrie et vindicative quand on souffre mais vos affirmations péremptoires ne sont que le pale reflet de la réalité.

                                          A savoir que votre affirmation est parfaitement fausse et balayée par les douleurs des amputés qui souffrent dans leur membres...
                                          Il est donc important de comprendre les mécanismes de formation de la douleur et de savoir pourquoi le cerveau y "joue" un role primordial.
                                          vos explications ne brillent pas par le temps que vous y passez.
                                          La concision peut préter à confusion quand on lit trop vite, en effet.
                                          Bernard, kinésithérapeute
                                          www.somasimple.fr

                                          Commentaire


                                            #22
                                            Re : La règle de la douleur

                                            Envoyé par Claire
                                            Tout ça pourquoi ? Parce que bon nombre de soignants, comme vous, sont convaincus de ça (je vous cite) :
                                            Pourquoi nier la verité ?
                                            La douleur est fabriquée par le cerveau ! En quoi cela vous gêne.
                                            Quand on se blesse, par exemple, un message nociceptif est transmis le long de nos nerfs jusqu'au cerveau et ce message est analysé et si et seulement si le cerveau estime qu'il y a danger pour l'intégrité du corps/organisme, il crée/fabrique une emotion : la douleur qui vous alerte que quelque chose ne va pas à un endroit donné.
                                            Quelques idées pour reflechir à l'importance du cerveau et à son indispensable présence :
                                            L'anesthésie supprime la sensation de douleur mais le cerveau n'est pas conscient. Il faut être conscient pour avoir mal.
                                            Il faut un système nerveux : Si mon membre est paralysé, je peux me blesser mais ne pas avoir mal parce que le message qui pourrait créer une douleur ne passe pas.
                                            Un amputé peut avoir mal dans le membre qu'il n'a plus : il n'est pas nécessaire d'avoir une blessure physique pour avoir mal. Le cerveau est capable de la créer.

                                            Pour encore finir avec cette règle, elle permet de voir si la médication traitement est efficace donc, elle peut avoir son utilité.

                                            la douleur c'est dans la tête, faut penser à autre chose
                                            Je n'ai jamais défendu ce genre de message imbécile.
                                            Bernard, kinésithérapeute
                                            www.somasimple.fr

                                            Commentaire


                                              #23
                                              Re : La règle de la douleur

                                              ...
                                              Dernière modification par Claire, 06/03/2007, 18h19.

                                              Commentaire


                                                #24
                                                Re : La règle de la douleur

                                                Bonsoir,

                                                Envoyé par Claire
                                                Je peux même ajouter le cas où on peut être parfaitement conscient, blessé, être attentif à sa douleur pour chercher où on est blessé, le sentir, et pourtant, ne pas ressentir de douleur fortes (à condition de ne pas bouger), pas de paralysie a priori, les extrémités étant mobiles, aucune anesthésie non plus.
                                                Comment expliquer ce phénomène ?
                                                Est-ce que le cerveau peut temporairement se mettre en situation de ne plus décoder les messages douloureux ?
                                                Une situation aux urgences,qui m'avait frappée.

                                                Une dame arrive avec son index sectionné au massicot dans un petit sac,sur de la glace fondante.
                                                L'interne lui explique les possibilités,c'est-à-dire soit les soins en vue de la cicatrisation,sans problème,soit partir au CHU tenter une greffe très aléatoire,alternative qu'elle choisit.
                                                Donc,il faut maintenant attendre l'hélico,qui arrive une demi-heure plus tard.
                                                Il s'est passé environ une heure depuis l'accident,et elle n'a toujours pas éprouvé de douleur,absolument aucune.

                                                Ca montre à quel point la douleur est difficile à cerner rationnellement.
                                                Par ailleurs,l'expression de la douleur a été très explorée et codifiée par la médecine clinique,à des fins diagnostiques.

                                                Certaines pathos donnent des douleurs typiques,comme les coliques néphrétiques,mais qui connaissent sans doute des exceptions..
                                                Il y a certainement bcp d'études sur les mécanismes neurologiques et psychiques de la douleur;ça ne m'a jamais tellement intéressée,et pas uniquement parcequ'elles me sont peu accessibles.

                                                Lorsque j'ai accepté d'admettre l'existence de la névralgie qui m'a accompagnée 8 ans,c'est l'évidence de sa cause externe que j'ai eu besoin de chercher à comprendre;les professionnels(dentistes et stomatos)que j'ai consultés m'ont tous conseillé la consultation anti-douleur,et ont tous(sauf un...)refusé toute idée d'intervention.
                                                Leur position consistait à nier autant que possible l'aspect "objectif" de cette douleur(la cause externe précise)et à me driver vers les anti-épileptiques.
                                                Ce qui m'a frappé,c'est le profond malaise qu'ils ressentaient.

                                                D'où la tentation peut-être de se réfugier derrière une règle,enfin une règlette..
                                                Je ne dis pas qu'elle est inutile,mais qu'elle me semble être un détail dans le traitement de la douleur;et,comme le disait le Dr Dupagne,elle risque d'être un refuge contre ce malaise,et de favoriser une attitude de fuite.

                                                Somasimple:"il faut être conscient pour avoir mal"
                                                c'est au nom de ce principe imbécile(excusez-moi...)qu'on a considéré jusque récemment que les animaux ne souffrent pas,alors que l'expression de leur douleur est si semblable à la nôtre;juste pour dire combien la notion de "conscience",comme celle de "douleur",est subjective et susceptible d'évoluer...
                                                cath

                                                debout les crabes.. la mer monte !

                                                Commentaire


                                                  #25
                                                  Re : La règle de la douleur

                                                  Euh ben, c’est une des raisons pour lesquelles j’avais abordé la question de la souffrance physique à travers le prisme limité de la réglette ; pour éviter la foire d’empoigne.
                                                  La douleur en général est un de ces sujets qui draine tant d’affects, de tristesses, d’egos (blessés ou bouffis de certitudes), bref toute la batterie de cuisine dans une cacophonie d’enfer, qu’elle ne peut pas se décliner en une conversation polie et rationnelle.
                                                  Soit- dit en passant, c’est déjà un renseignement pour ceux qui imaginent l’évaluer en chiffres ou même prétendre la circonscrire.
                                                  J’suis pas fan des foires d’empoigne donc, mais la pugnacité tous azimuts de Claire est une splendeur qui me réveille. Somasimple, bah, y s’explique mal, je crois.
                                                  Vrai que quand on le lit, plus que les propos eux-mêmes, c’est ce ton hiérarchique qui frappe : je connais le processus physiologique de la douleur CQFD je connais la douleur.
                                                  Je connais plein de choses théoriques moi aussi, la disposition du système solaire, les cycles végétaux, la philosophie kantienne, la recette du soufflé au fromage, l’histoire de l’Antiquité à nos jours (j’suis historienne de métier), la mode des ados de 15 ans en 2007 (j’en ai un) et j’en passe. Et alors ? Je vais expliquer au monde entier quelles sont les règles présidant à ces connaissances ? Ou je vais, grâce à mes savoirs minimalistes, écouter ce que le monde entier a à m’apprendre ? En bref, cher Monsieur Somasimple pas trop poli avec Mme Claire (à ce propos, si être aigri et agressif est symptôme de douleur physique ; de quoi souffrent donc tous les agressifs aigris que je croise ?), gardez vos esgourdes ouvertes.

                                                  Commentaire


                                                    #26
                                                    Re : La règle de la douleur

                                                    Bonsoir,
                                                    J'utilise rarement la "réglette" d'EVA (Echelle Visuelle Analogique) malgré toutes mes formations en soins palliatifs qui m'y ont incité, mais elle a tout de même son utilité.
                                                    • En équipe pour avoir un langage commun
                                                    • Pour certains patients dont l'expression orale est insuffisante ou déficiente
                                                    • Pour évaluer l'efficacité d'un traitement

                                                    Dans ma clientèle, je l'utilise très très rarement. Je connais "mes" patients et surtout leur façon d'exprimer leur souffrance.

                                                    A l'hôpital, quand vous avez une dizaine d'intervenants, il est parfois bon d'avoir des points de repères. Cette EVA est inutilisable pour beaucoup de patients et doit servir uniquement de comparaison pour un seul patient (un niveau 5 d'un patient, n'est pas le niveau 5 du voisin). Ce qui compte n'est pas le chiffre absolu, mais la variation sous l'effet du traitement. Si l'EVA pour une personne passe de 8 à 4, nous sommes sur la bonne voie.

                                                    Ce qu'il ne faut pas faire (et c'est précisé dans toutes les formations que j'ai eues) c'est décider d'un traitement en fonction d'une évaluation (il a 7 alors il a "droit" à sa morphine).

                                                    Ce n'est donc pas "normatif", mais simplement relatif. Et ce n'est qu'une partie de l'évaluation de la douleur. Mais c'est un outil utile.
                                                    Philippe, médecin à la campagne

                                                    Commentaire


                                                      #27
                                                      Re : La règle de la douleur

                                                      Envoyé par Cafe_Sante
                                                      Bonsoir,
                                                      J'utilise rarement la "réglette" d'EVA (Echelle Visuelle Analogique) malgré toutes mes formations en soins palliatifs qui m'y ont incité, mais elle a tout de même son utilité.
                                                      • En équipe pour avoir un langage commun
                                                      • Pour certains patients dont l'expression orale est insuffisante ou déficiente
                                                      • Pour évaluer l'efficacité d'un traitement
                                                      Dans ma clientèle, je l'utilise très très rarement. Je connais "mes" patients et surtout leur façon d'exprimer leur souffrance.

                                                      A l'hôpital, quand vous avez une dizaine d'intervenants, il est parfois bon d'avoir des points de repères. Cette EVA est inutilisable pour beaucoup de patients et doit servir uniquement de comparaison pour un seul patient (un niveau 5 d'un patient, n'est pas le niveau 5 du voisin). Ce qui compte n'est pas le chiffre absolu, mais la variation sous l'effet du traitement. Si l'EVA pour une personne passe de 8 à 4, nous sommes sur la bonne voie.

                                                      Ce qu'il ne faut pas faire (et c'est précisé dans toutes les formations que j'ai eues) c'est décider d'un traitement en fonction d'une évaluation (il a 7 alors il a "droit" à sa morphine).

                                                      Ce n'est donc pas "normatif", mais simplement relatif. Et ce n'est qu'une partie de l'évaluation de la douleur. Mais c'est un outil utile.

                                                      Aurait-il droit à la morphine, Monsieur, qui vous dit qu’il en veut ?
                                                      Pourquoi cette certitude?
                                                      C’est aussi ça qui ne va pas dans l’approche médicale de la souffrance.
                                                      Pas seulement le déni ou l’indifférence.

                                                      Cette certitude que tout (soit n’importe quoi) vaut mieux que la douleur physique.
                                                      C’est complètement faux.
                                                      On peut l’accepter, savez-vous. On peut se choisir d’autres joies, d’autres plaisirs, se construire d’autres bonheurs.
                                                      Eradiquer la souffrance, je peux comprendre que cela soit un désir de soignant.
                                                      Ne serait-il pas plus généreux d’accompagner ceux qui l’admettent ?

                                                      Ou d’aider ceux qui ne l’admettent pas à l’admettre ?
                                                      Ceux qui, excusez-moi de le faire remarquer, ne souhaitent pas devenir des camés aux cerveaux embrumés mais rester des malades simplement lourds de leur maladie.
                                                      J’ai détesté mon destin mais je n’ai jamais vu l’intérêt de le fuir. Et j’ai encore plus détesté ceux qui voulaient m’empêcher de le vivre au prétexte qu’il leur faisait peur.

                                                      Commentaire


                                                        #28
                                                        Re : La règle de la douleur

                                                        Claire,

                                                        Il n'est pas possible de discuter avec vous dans la mesure où vous ne souhaitez pas entendre le message.

                                                        Envoyé par Claire
                                                        Heureusement que je suis plus zen que vous.
                                                        Le ton de vos propos laisse supposer le contraire.

                                                        Envoyé par Claire
                                                        La douleur est un mécanisme complexe. Le cerveau aide, mais ne fait pas tout.
                                                        Non, et je remarque que vous avez évité de répondre au problème de l'amputé qui n'a pas de membre et qui à mal.

                                                        Envoyé par Claire
                                                        que vous n'avez rien d'autre à lui proposer.
                                                        J'ai dit ça ?

                                                        Envoyé par Claire
                                                        Je n'ai pas trop creusé et je n'ai pas les outils pour en discuter. Ca ne m'empêche pas de comprendre certaines choses.
                                                        Si malheureusement.

                                                        Envoyé par Claire
                                                        Est-ce que le cerveau peut temporairement se mettre en situation de ne plus décoder les messages douloureux ?
                                                        Oui.
                                                        Envoyé par moicat
                                                        c'est au nom de ce principe imbécile(excusez-moi...)qu'on a considéré jusque récemment que les animaux ne souffrent pas,alors que l'expression de leur douleur est si semblable à la nôtre;juste pour dire combien la notion de "conscience",comme celle de "douleur",est subjective et susceptible d'évoluer...
                                                        ET ce n'est pas moi qui soutenait cette thèse.

                                                        Je ne désespère pas de voir Somasimple comprendre et utiliser un autre mot que "fabriquer" pour toutes les raisons que j'ai longuement exposées.
                                                        Comment alors traduire la chose dans la mesure où il est à l'orignine de toute douleur.

                                                        Envoyé par Sybille
                                                        En bref, cher Monsieur Somasimple pas trop poli avec Mme Claire (à ce propos, si être aigri et agressif est symptôme de douleur physique ; de quoi souffrent donc tous les agressifs aigris que je croise ?), gardez vos esgourdes ouvertes.
                                                        Je suis poli avec les gens polis et moins avec les gens qui m"agressent sans raison,
                                                        Bernard, kinésithérapeute
                                                        www.somasimple.fr

                                                        Commentaire


                                                          #29
                                                          Re : La règle de la douleur

                                                          Envoyé par Claire
                                                          Fabriquer signifie aussi : inventer de toute pièce. Ne l'oubliez pas. Pour quelqu'un qui ne veut pas défendre un message imbécile... Vous en mettez une sacré couche.
                                                          Parler moi de la douleur de perdre un être cher ! Où prend elle naissance ?
                                                          Bernard, kinésithérapeute
                                                          www.somasimple.fr

                                                          Commentaire


                                                            #30
                                                            Re : La règle de la douleur

                                                            Bonjour,
                                                            Envoyé par Claire
                                                            La fuite, ils l'appliquent déjà. Beaucoup sont des techniciens et s'en tiennent à ça parce qu'ils n'aiment pas les humains, ils aiment leurs maladies, mais pas le support. Ca n'en fait pas des mauvais médecins au sens technique, mais ça les rend froids et rigides. Je crois aussi que le problème réside principalement dans la façon dont le soignant considère le soigné. Pourquoi il fait ce métier là plutôt qu'un autre.
                                                            Ce que le soignant ne partagera habituellement pas avec le soigné,c'est le profond sentiment d'impuissance qu'il est impossible de ne pas éprouver,parfois,si l'on s'investit vraiment dans le soin et qu'on est honnête...
                                                            La douleur chronique,très répandue,on pourrait dire presque "normale" audelà de 70 ans,amène facilement à ce sentiment...

                                                            Souvent,le patient se présente avec une demande simple en apparence,la douleur...
                                                            Tout un tas de lieux communs:
                                                            en l'an 2000 on a résolu ce problème,on n'est plus au Moyen-Age,si l'on souffre c'est que le médecin ne sait pas gérer les antalgiques ..,
                                                            entretenus par les émission de vulgarisation médicale et notre peur de la souffrance(soignants et soignés..)tentent de minimiser la complexité du phénomène de la douleur.

                                                            Envoyé par Sybille
                                                            Cette certitude que tout (soit n’importe quoi) vaut mieux que la douleur physique.
                                                            C’est complètement faux.
                                                            On peut l’accepter, savez-vous. On peut se choisir d’autres joies, d’autres plaisirs, se construire d’autres bonheurs.
                                                            Eradiquer la souffrance, je peux comprendre que cela soit un désir de soignant.
                                                            Ne serait-il pas plus généreux d’accompagner ceux qui l’admettent ?
                                                            Ou d’aider ceux qui ne l’admettent pas à l’admettre ?
                                                            Ceux qui, excusez-moi de le faire remarquer, ne souhaitent pas devenir des camés aux cerveaux embrumés mais rester des malades simplement lourds de leur maladie.
                                                            J’ai détesté mon destin mais je n’ai jamais vu l’intérêt de le fuir. Et j’ai encore plus détesté ceux qui voulaient m’empêcher de le vivre au prétexte
                                                            qu’il leur faisait peur.
                                                            Merci Sybille pour votre témoignage.
                                                            Le désir du soignant n'est pas d'éradiquer la souffrance mais de répondre à la demande;en toute bonne foi,si vous ne présentez pas votre douleur comme problèmatique,personne ne vous proposera de traitement...
                                                            Par contre,l'aide que vous proposera la médecine sera chimiothérapique essentiellement.
                                                            Dans de nombreux cas,un accompagnement psychothérapique,non pas dans le but de "vaincre" la douleur,mais en vue d'évoluer et de progresser intérieurement par l'exploration et l'interprétation de cette douleur serait passionnant et positif.
                                                            Il faut évidemment en avoir la capacité(financière,géographique,..)faire la démarche et trouver le psychothérapeute...
                                                            C'est frappant de voir à quel point la douleur efface les distinctions d'âge,de culture,de sexe et même d'espèce lorsqu'elle est intense...
                                                            La souffrance n'est pas qu'une manifestation pathologique,elle peut aussi être perçue comme l'autre face du bien-être,si l'on voit la mort comme l'envers de la vie et la haine comme l'autre face de l'amour..
                                                            Elle m'a amenée à des confrontations intérieures que je n'aurais pas connues sans elle.
                                                            Je partage votre ressenti:dans mon cas,l'indifférence et l'acceptation sont
                                                            de nature morbide.

                                                            Merci à vous pour votre sincérité...


                                                            Envoyé par Claire
                                                            J'ai supposé que Somasimple parlait de conscience dans le sens "réveillé" à l'inverse du coma ou du sommeil. Mais je peux me tromper...
                                                            Claire,la douleur ne vous a jamais réveillée la nuit??
                                                            cath

                                                            debout les crabes.. la mer monte !

                                                            Commentaire


                                                              #31
                                                              Re : La règle de la douleur

                                                              Envoyé par moicat
                                                              Claire,la douleur ne vous a jamais réveillée la nuit??
                                                              Ce n'est pas la douleur qui réveille la nuit mais le cerveau qui estime qu'il est nécessaire de vous informer. Encore une fois, la douleur n'a pas d'existence propre sans le cerveau qui procède à sa création/entretien/disparition.
                                                              Bernard, kinésithérapeute
                                                              www.somasimple.fr

                                                              Commentaire


                                                                #32
                                                                Re : La règle de la douleur

                                                                Envoyé par Somasimple
                                                                Pourquoi nier la verité ?
                                                                La douleur est fabriquée par le cerveau ! En quoi cela vous gêne.
                                                                Quand on se blesse, par exemple, un message nociceptif est transmis le long de nos nerfs jusqu'au cerveau et ce message est analysé et si et seulement si le cerveau estime qu'il y a danger pour l'intégrité du corps/organisme, il crée/fabrique une emotion : la douleur qui vous alerte que quelque chose ne va pas à un endroit donné.
                                                                Somasimple,c'est évidemment rassurant de donner une explication simple,scientiste de cette bonne vieille douleur qui inaugure notre entrée dans la vie:notre première inspiration,qui nous arrache au milieu aquatique et nous propulse en milieu aérien par un cri,qui n'est pas que de joie...
                                                                Il suffit de voir comme le débat se passionalise devant la douleur pour comprendre combien elle est importante individuellement,culturellement, éthiquement,...
                                                                Pour que le débat soit enrichissant,il faut à tout prix(ça peut être cher...) éviter le piège de la polémique;pour la plupart des protagonistes de ce fil,l'évidence et la certitude sont synonymes d'"erreur".

                                                                Si vous survolez avec aisance le problème de la douleur,cela signifie seulement que vous la connaissez mal,et que vous aurez une difficulté de communication avec ceux qui la vivent.

                                                                cath

                                                                debout les crabes.. la mer monte !

                                                                Commentaire


                                                                  #33
                                                                  Re : La règle de la douleur

                                                                  moicat,

                                                                  Utilisez le rasoir d'Occam.

                                                                  Ma connaissance se renforce chaque jour par l'experience et les études et m'aident à améliorer la communication que j'ai avec les malades et me permet de leur apporter une aide précieuse et toujours de meilleure qualité.

                                                                  Envoyé par moicat
                                                                  Si vous survolez avec aisance le problème de la douleur,cela signifie seulement que vous la connaissez mal,et que vous aurez une difficulté de communication avec ceux qui la vivent.
                                                                  Je la connais mal ? Qu'en savez vous ? Cette certitude que vous affirmez est la preuve que vous semblez détenir une vérité non "scientiste" qui m'interresse !

                                                                  Vous cherchez le débat polèmique et les attaques personnelles sont faibles comme arguments.
                                                                  Dernière modification par somasimple, 20/01/2007, 09h01. Motif: orthographe
                                                                  Bernard, kinésithérapeute
                                                                  www.somasimple.fr

                                                                  Commentaire


                                                                    #34
                                                                    Re : La règle de la douleur

                                                                    cette réglette permet d'adapter les doses d'antalgiques
                                                                    elle est bien utile là où je travaille
                                                                    personne n'aime souffrir
                                                                    nous travaillons maintenant avec des doses élevées de morphines
                                                                    choses que nous ne faisions pas il y a 10 ans
                                                                    les malades remontaient dans leur service réveillés mais très douloureux

                                                                    Commentaire


                                                                      #35
                                                                      Re : La règle de la douleur

                                                                      Envoyé par somasimple
                                                                      moicat,

                                                                      Utilisez le rasoir d'Occam.

                                                                      Ma connaissance se renforce chaque jour par l'experience et les études et m'aident à améliorer la communication que j'ai avec les malades et me permet de leur apporter une aide précieuse et toujours de meilleure qualité.

                                                                      Je la connais mal ? Qu'en savez vous ? Cette certitude que vous affirmez est la preuve que vous semblez détenir une vérité non "scientiste" qui m'interresse !
                                                                      Somasimple,
                                                                      Je ne détiens aucune vérité,et il s'agit plus ici de ressenti que de théorie.
                                                                      Le mécanisme neurologique de la douleur n'en est qu'un des aspects;je comprends qu'il ait une grande importance dans votre pratique,mais en ce cas donnez-en un témoignage un peu plus vivant et réel...
                                                                      La douleur ne se limite pas à un phénomène logique et rationnel;ses causes et ses incidences sont multiples,et concerne l'individu dans sa totalité:affectif,culturel(intéressez-vous aux rites d'initiation..),
                                                                      philosophique,religieux,...
                                                                      L'attitude qui consiste à en démonter le mécanisme pour proposer une explication et une solution rationnelles et bien sûr efficaces me semble un peu limitée,et arrogante si elle prétend être la seule vraie.
                                                                      C'est cette attitude qui me paraît être "scientiste".
                                                                      Je ne cherche pas la polémique,et d'ailleurs si vous me causez mal,je ne vous répondrai pas!
                                                                      Bon,peut-être pourrons-nous communiquer?
                                                                      cath

                                                                      debout les crabes.. la mer monte !

                                                                      Commentaire


                                                                        #36
                                                                        Re : La règle de la douleur

                                                                        Envoyé par moicat
                                                                        et concerne l'individu dans sa totalité:affectif,culturel(intéressez-vous aux rites d'initiation..),
                                                                        philosophique,religieux,...
                                                                        Je ne pense pas encore avoir abordé ce volet, ni avoir nié son existence.
                                                                        Envoyé par moicat
                                                                        Le mécanisme neurologique de la douleur n'en est qu'un des aspects;
                                                                        Il n'y en a pas d'autres connus à ce jour.
                                                                        D'autre part, quelle est le siège (physique) de ces aspects ?
                                                                        Envoyé par moicat
                                                                        et d'ailleurs si vous me causez mal,je ne vous répondrai pas!
                                                                        Na ! Je vous cause pas mais j'essaye de communiquer avec vous.
                                                                        Bernard, kinésithérapeute
                                                                        www.somasimple.fr

                                                                        Commentaire


                                                                          #37
                                                                          Re : La règle de la douleur

                                                                          Les multiples composants de la douleur sont tout ce qui participe à l'existence d'un être humain social en évolution...
                                                                          Le mécanisme neurologique de la douleur ne concerne que la matière médicale;la douleur a été abordée,plus ou moins directement,dans bien d'autres domaines.
                                                                          Autrement dit,la douleur,phénomène éminemment subjectif, ne se limite pas à ce qu'en connaît la recherche médicale;elle appartient étroitement
                                                                          à la vie individuelle et sociale.
                                                                          Et elle ne se manifeste pas que dans un siège physique(là,déjà ça devient difficile pour moi de communiquer..)
                                                                          cath

                                                                          debout les crabes.. la mer monte !

                                                                          Commentaire


                                                                            #38
                                                                            Re : La règle de la douleur

                                                                            ...
                                                                            Dernière modification par Claire, 06/03/2007, 18h21.

                                                                            Commentaire


                                                                              #39
                                                                              Re : La règle de la douleur

                                                                              Claire,

                                                                              vous avez parfaitement raison, cet échange est parfaitement stérile et vous persitez à supposer que le message que vous avez reçu est aussi celui que je transmets. Ce n'est pas le cas.

                                                                              Envoyé par Claire
                                                                              Je ne pense pas. Vous n'avez pas répondu à ma question.
                                                                              Quelle question ?

                                                                              Envoyé par Claire
                                                                              Quelle magnifique pirouette.
                                                                              Quelle pirouette ? Le cerveau est aussi le siège des emotions.
                                                                              Bernard, kinésithérapeute
                                                                              www.somasimple.fr

                                                                              Commentaire


                                                                                #40
                                                                                Re : La règle de la douleur

                                                                                lire pour comprendre
                                                                                http://www.inrp.fr/Acces/biotic/neur...ur/accueil.htm
                                                                                http://fr.wikipedia.org/wiki/Douleur
                                                                                http://www.sfetd-douleur.org/index1....accueil_public
                                                                                Bernard, kinésithérapeute
                                                                                www.somasimple.fr

                                                                                Commentaire


                                                                                  #41
                                                                                  Re : La règle de la douleur

                                                                                  Un lien très intéressant sur l'attitude du soignant face au soigné;la compréhension a son rôle,mais celui de l'écoute n'est pas moindre...
                                                                                  http://www.esculape.com/cqfd/decision_partagee.html
                                                                                  cath

                                                                                  debout les crabes.. la mer monte !

                                                                                  Commentaire


                                                                                    #42
                                                                                    Re : La règle de la douleur

                                                                                    Un exemple concret dans ce débat. Les kinés m’ont appris des techniques pour maîtriser certaines douleurs (je ne parle que de douleurs du corps).
                                                                                    Maîtriser ne veut pas dire supprimer ni oublier (travail des cames) mais en quelque sorte accompagner jusqu’à la sortie.
                                                                                    Ces techniques reposent sur un travail conscient du cerveau qu’il s’agit en quelque sorte de reprogrammer. Mais via le corps, c’est toute la question.
                                                                                    Mon cerveau va dire à mon cerveau qui va dire à mon corps, par exemple : respire correctement, laisse venir, ne résiste pas.
                                                                                    A ce moment là, le corps va commencer à envoyer des messages différents, puisqu’il traverse des expériences différentes.
                                                                                    Sur cette base, il devient ensuite possible de court-circuiter les stimuli douloureux en « prenant » par exemple (il y a des tas de démarches possibles) mentalement la douleur là où elle est et en la déplaçant dans une zone indolore, ce qui revient à l’inhiber.
                                                                                    Des fois, ça rate. Intéressant de savoir quand.
                                                                                    Pour x raisons (désir d’aller trop vite, souvent) le cerveau se contente de papoter avec le cerveau, vaines « prises de tête » qui n’arrangent rien.
                                                                                    Ou alors, le corps échoue à envoyer des messages différents, les nouvelles expériences qu’il vit n’étant pas assez fortes ou nettes (relaxation ratée, etc.).
                                                                                    Bref ça rate toujours quand le corps n’est pas de la partie.
                                                                                    En ce sens, il me semble aussi vain de poser la prédominance absolue du mental que d’affirmer l’autonomie absolue du corps ; ce sont à l’évidence leurs interactions qui « fabriquent » la douleur. En tous cas, c’est ce que semble suggérer les méthodes expérimentales pour la contenir.
                                                                                    Et, pour en revenir à la question du fil, je ne vois toujours pas en quoi la réglette intervient sur ces interactions – donc en quoi elle peut prétendre à une prise en compte de la douleur.

                                                                                    Commentaire


                                                                                      #43
                                                                                      Re : La règle de la douleur

                                                                                      Sybille,
                                                                                      Cette technique est-elle basée sur la respiration et la relaxation?
                                                                                      Ca me fait penser à certains exercices de yoga,où l'on va placer sa conscience dans les différentes parties du corps.
                                                                                      J'ignorais que des kinés proposent ce genre d'exercices.
                                                                                      cath

                                                                                      debout les crabes.. la mer monte !

                                                                                      Commentaire


                                                                                        #44
                                                                                        Re : La règle de la douleur

                                                                                        Envoyé par Sybille
                                                                                        Sur cette base, il devient ensuite possible de court-circuiter les stimuli douloureux en « prenant » par exemple (il y a des tas de démarches possibles) mentalement la douleur là où elle est et en la déplaçant dans une zone indolore, ce qui revient à l’inhiber.
                                                                                        Bonjour,

                                                                                        Je ne sais pas si c'est Milton Erickson qui a inventé cette technique, mais en tout cas il se l'est appliquée à lui-même comme c'est raconté dans cette biographie
                                                                                        Pandore

                                                                                        « Les mots sont des planches jetées sur des abîmes, avec lesquelles nous traversons l’espace d’une pensée...»
                                                                                        Paul Valéry



                                                                                        Commentaire


                                                                                          #45
                                                                                          Re : La règle de la douleur

                                                                                          « Le désir du soignant n'est pas d'éradiquer la souffrance mais de répondre à la demande; en toute bonne foi,si vous ne présentez pas votre douleur comme problématique,personne ne vous proposera de traitement... »

                                                                                          Comme vous le faites remarquer, la plupart des soignants souffrent sinon d’un « profond sentiment d’impuissance » du moins d’un désir (en soi parfaitement légitime) d’intervenir sur une situation pénible.
                                                                                          Mais au contraire de ce que vous suggérez, ils le font vivre à leurs patients.
                                                                                          Il n’y a en général pas lieu de « présenter sa douleur comme problématique » ;
                                                                                          elle est d’entrée considérée comme telle.
                                                                                          Vous êtes a priori crédité de la fameuse demande sans l’avoir jamais formulée.
                                                                                          Et non seulement on vous propose un traitement (ou un geste technique) pour y remédier mais on cherche bien souvent à vous l’imposer.
                                                                                          Et très rares sont ceux qui supportent que vous résistiez à leur bienfaisance.
                                                                                          J’ai vécu dans ce contexte, de la part de « soignants », des scènes ubuesques allant de l’injure aux sanglots en passant par toutes les manifestations d’ego blessés.
                                                                                          Bref, la demande a parfois bon dos

                                                                                          Commentaire


                                                                                            #46
                                                                                            Re : La règle de la douleur

                                                                                            Envoyé par Sybille
                                                                                            Comme vous le faites remarquer, la plupart des soignants souffrent sinon d’un « profond sentiment d’impuissance » du moins d’un désir (en soi parfaitement légitime) d’intervenir sur une situation pénible.
                                                                                            Mais au contraire de ce que vous suggérez, ils le font vivre à leurs patients.
                                                                                            Il n’y a en général pas lieu de « présenter sa douleur comme problématique » ; elle est d’entrée considérée comme telle.
                                                                                            Vous êtes a priori crédité de la fameuse demande sans l’avoir jamais formulée.
                                                                                            Si vous parlez de votre douleur à un médecin,il aura tendance à considérer qu'il y a demande;il cherchera dans l'arsenal thérapeutique ce qui peut convenir à votre cas...
                                                                                            La douleur est d'emblée considérée comme problématique,et particulièrement la douleur chronique.

                                                                                            Et non seulement on vous propose un traitement (ou un geste technique) pour y remédier mais on cherche bien souvent à vous l’imposer
                                                                                            Et très rares sont ceux qui supportent que vous résistiez à leur bienfaisance..

                                                                                            Chaque cas est particulier;si vous ne voulez pas de l'aide du médecin pour
                                                                                            l'amélioration de votre douleur,ou si le traitement qu'il vous propose ne vous convient pas,il doit être en principe capable d'admettre vos arguments.
                                                                                            La décision vous appartient,un traitement ne doit pas être imposé!
                                                                                            Mais évidemment,cela signifie,s'il a épuisé les solutions qu'il a à vous proposer,que vous preniez en charge vous-même le problème ou bien que vous changiez de médecin.

                                                                                            J’ai vécu dans ce contexte, de la part de « soignants », des scènes ubuesques allant de l’injure aux sanglots en passant par toutes les manifestations d’ego blessés.
                                                                                            Bref, la demande a parfois bon dos

                                                                                            Il semble que vous ayez eu des problèmes de communication avec l'équipe soignante;peut-être devez-vous clarifier votre demande(si vous consultez,on peut considérer qu'il y a demande...)et surtout trouver un médecin capable de vous entendre,et dont l'éventuelle incapacité à y répondre ne passe pas par le conflit.

                                                                                            La prise en charge de la douleur est toujours difficile pour le patient,et souvent pour le soignant,qui peut se trouver face à son impuissance.

                                                                                            Dans mon cas,c'est lorsque je commençais à perdre espoir après avoir entendu le dernier stomato me dire:"vous ne trouverez personne pour vous faire ça" qu'une semaine après,j'ai consulté un dentiste qui a considéré mon ressenti et ma demande comme évidents,et s'est courageusement engagé dans les travaux qui m'ont libérée.

                                                                                            J'ai tout-à-fait conscience d'avoir mis plusieurs médecins mal à l'aise,car ma demande était précise et ils ne pouvaient pas y répondre.
                                                                                            Il faut chercher,et garder espoir de résoudre ou d'améliorer le problème.
                                                                                            Il y a nécessairement quelqu'un qui peut vous aider.

                                                                                            Quelle est la technique que vous évoquez,est-ce l'hypnose Ericksonienne dont parle Pandore?
                                                                                            cath

                                                                                            debout les crabes.. la mer monte !

                                                                                            Commentaire


                                                                                              #47
                                                                                              Re : La règle de la douleur

                                                                                              Il me semble me souvenir que c’était inspiré au moins en partie de la méthode Mézières.
                                                                                              Avec une bonne dose d’auto - hypnose, sans aucun doute (merci à Pandore pour le lien).

                                                                                              De mon point de vue, la seule relaxation est insuffisante ; le yoga et la sophrologie classique excédant mes capacités physiques, je ne connais pas.
                                                                                              Ceci dit, c’est chacun sa sauce; je ne pense pas qu’il y ait LA méthode (ni LE gourou d’ailleurs…).

                                                                                              Commentaire


                                                                                                #48
                                                                                                Re : La règle de la douleur

                                                                                                Envoyé par Sybille
                                                                                                Et, pour en revenir à la question du fil, je ne vois toujours pas en quoi la réglette intervient sur ces interactions – donc en quoi elle peut prétendre à une prise en compte de la douleur.
                                                                                                Bonsoir,
                                                                                                L'EVA n'a jamais été donnée comme "une prise en charge de la douleur". C'est simplement un outil, avec ses limites, pour essayer d'apprécier et de communiquer en équipe sur l'efficacité d'un traitement.
                                                                                                Philippe, médecin à la campagne

                                                                                                Commentaire


                                                                                                  #49
                                                                                                  Re : La règle de la douleur

                                                                                                  Envoyé par moicat
                                                                                                  Cette technique est-elle basée sur la respiration et la relaxation?
                                                                                                  Ca me fait penser à certains exercices de yoga,où l'on va placer sa conscience dans les différentes parties du corps.
                                                                                                  J'ignorais que des kinés proposent ce genre d'exercices.
                                                                                                  Toute respiration "minimaliste entraine une baisse de la "tension" dans le corps. Tension qui existe dans beuxoup de manifestations douloureuses.
                                                                                                  Les kinés sont normalement formés à la rééducation respiratoire et à la relaxation.
                                                                                                  Une "bonne" respiration peut amener une relaxation et une diminution de la douleur.

                                                                                                  Envoyé par Sybille
                                                                                                  Il me semble me souvenir que c’était inspiré au moins en partie de la méthode Mézières.
                                                                                                  Avec une bonne dose d’auto - hypnose, sans aucun doute (merci à Pandore pour le lien).
                                                                                                  La Méthode Mézières n'a pas de vertu relaxante et n'utilise pas la respiration dans ce but.
                                                                                                  Il n'y a aucune hypnose dans ces techniques mais simplement l'utilisation d'un rythme respiratoire de base/ralenti qui diminue la réponse du système nerveau autonome impliqué dans une grande partie des douleurs chroniques.
                                                                                                  Bernard, kinésithérapeute
                                                                                                  www.somasimple.fr

                                                                                                  Commentaire


                                                                                                    #50
                                                                                                    Re : La règle de la douleur

                                                                                                    Désolée pour les imprécisions, ce n’est qu’un point de vue de patient -et je trouve affreux ces malades qui parlent d’eux-mêmes en termes médicaux, donc ne cherche même pas à maîtriser la terminologie. Résultat cependant, ça manque sans doute de clarté.
                                                                                                    Mais je ne voudrais surtout pas que, de cet exemple précis, quiconque

                                                                                                    puisse conclure selon l’adage « Détendez-vous, ça ira mieux » !
                                                                                                    Pour deux raisons au moins : se détendre en état de douleur (encore plus chronique, puisque se sur ajoutent les mémoires de douleur) est un exercice hautement civilisé en ce sens où il va à l’encontre de toutes les réactions mécaniques du corps et biologiques du cerveau (se crisper et hurler, pour simplifier). Donc un exercice qui exige une pratique+ une maîtrise de soi pas fastoche du tout. Ensuite, la relaxation seule n’a pas le pouvoir de bloquer le processus douloureux. Ce serait même le contraire ; elle ouvre les vannes et c’est parti pour l’invasion totale. D’autres étapes sont donc nécessaires, je crois, au-delà de la respiration. Peut-être n’ont-elles pour fonction que d’occuper l’esprit, histoire qu’il ne se noie pas dans le chaos – mais en tous cas, elles s’imposent.
                                                                                                    Balader sa douleur en est une(je dis auto- hypnose par analogie), il y en a sûrement d’autres. C’est d’ailleurs sans doute dans cet espace précis que s’immiscent les charlatans.

                                                                                                    Commentaire


                                                                                                      #51
                                                                                                      Re : La règle de la douleur

                                                                                                      Envoyé par Cafe_Sante
                                                                                                      Bonsoir,
                                                                                                      L'EVA n'a jamais été donnée comme "une prise en charge de la douleur". C'est simplement un outil, avec ses limites, pour essayer d'apprécier et de communiquer en équipe sur l'efficacité d'un traitement.
                                                                                                      Oui Monsieur, ça, on me l’a déjà répondu, vous inclus.
                                                                                                      Et si je comprends bien donc, évaluer la douleur, essayer de l’apprécier, communiquer autour par rapport au traitement ne relève pas d’une « prise en compte » (et non « en charge ») ?
                                                                                                      Ca ne vous semble pas un peu spécieux ?
                                                                                                      Tout comme le simple « outil » ; pensez-vous vraiment qu’un outil, dans une science aussi humaine que la médecine (et dans bien d’autres d’ailleurs, cf : les statistiques) puisse être neutre ? Qu’il est d’abord un outil de la pensée ? Et donc quelle pensée sur la douleur traduit aujourd’hui l’usage de ce bout de plastique ?
                                                                                                      Je ne doute pas que, personnellement, vous en fassiez un usage raisonné ; je crois qu’en la matière, imaginer le pire est cependant plus réaliste.

                                                                                                      Commentaire


                                                                                                        #52
                                                                                                        Re : La règle de la douleur

                                                                                                        Envoyé par Sybille
                                                                                                        Ensuite, la relaxation seule n’a pas le pouvoir de bloquer le processus douloureux. Ce serait même le contraire ; elle ouvre les vannes et c’est parti pour l’invasion totale.
                                                                                                        Ni la relaxation, ni la médecine n'ont pour but/pouvoir de soulager toutes les souffrances. Elles aident partiellement pour certains beaucoup pour d'autres.

                                                                                                        Par contre votre phrase semble contradictoire dans la mesure ou un état ralaxé est souvent/toujours moins douloureux et qu'il est possible par la relaxation de modifier la réponse douloureuse.
                                                                                                        Bernard, kinésithérapeute
                                                                                                        www.somasimple.fr

                                                                                                        Commentaire


                                                                                                          #53
                                                                                                          Re : La règle de la douleur

                                                                                                          Envoyé par Sybille
                                                                                                          Je ne doute pas que, personnellement, vous en fassiez un usage raisonné ; je crois qu’en la matière, imaginer le pire est cependant plus réaliste.[/SIZE][/FONT][/B][/COLOR]
                                                                                                          Ce genre de raisonnement se nomme un procès d'intention.
                                                                                                          Vous pouvez toujours imaginer le pire, c'est votre droit. Vous avez aussi le droit de vous tromper.
                                                                                                          Philippe, médecin à la campagne

                                                                                                          Commentaire


                                                                                                            #54
                                                                                                            Re : La règle de la douleur

                                                                                                            Envoyé par somasimple
                                                                                                            Ni la relaxation, ni la médecine n'ont pour but/pouvoir de soulager toutes les souffrances. Elles aident partiellement pour certains beaucoup pour d'autres.

                                                                                                            Par contre votre phrase semble contradictoire dans la mesure ou un état ralaxé est souvent/toujours moins douloureux et qu'il est possible par la relaxation de modifier la réponse douloureuse.
                                                                                                            D’une façon globale, vous avez sans doute raison. De façon spécifique, il me semble que c’est plus compliqué. Pour schématiser (vraiment très grossièrement), on fait sauter les résistances (respiration, relaxation en kiné), donc je dirais dans mon langage (c’est comme ça que je le vis) qu’on tempère la situation conflictuelle. Comme vous le décrivez, du coup, les neurones modifient leur message. Cette affaire roule à 100% si, par exemple, vous avez mal à un genou. Mais beaucoup moins bien avec une douleur multipolaire et/ou généralisée. Dans ce cas, au contraire, il arrive que les neurones qui font sagement leur boulot dans un coin soient complètement dépassés par la quantité de messages. Et c’est alors que l’état de relaxation offre un boulevard à ces derniers.
                                                                                                            Ce pourquoi dans ce cas, il me semble important d’accompagner au-delà de la relaxation.

                                                                                                            Ceci dit, je ne dénonce pas ces limites, loin de là. J’en parle par intérêt pour des pratiques qui m’ont tant aidée à tenir debout.

                                                                                                            Commentaire


                                                                                                              #55
                                                                                                              Re : La règle de la douleur

                                                                                                              Envoyé par Cafe_Sante
                                                                                                              Ce genre de raisonnement se nomme un procès d'intention.
                                                                                                              Vous pouvez toujours imaginer le pire, c'est votre droit. Vous avez aussi le droit de vous tromper.
                                                                                                              C’est super tentant de répondre par le cliché « Mieux vaut prévenir que… », mais je ne cherche pas la polémique.
                                                                                                              Bien sûr que je peux me tromper ; et d’autant plus que je ne fais que poser des questions.
                                                                                                              Si j’insiste, ce n’est pas pour médire du corps médical ou régler je ne sais quels comptes, relevés d’une attente déçue.
                                                                                                              C’est parce que je cherche vraiment à creuser le sujet – au moins un peu.

                                                                                                              Commentaire


                                                                                                                #56
                                                                                                                Re : La règle de la douleur

                                                                                                                Envoyé par Sybille
                                                                                                                Cette affaire roule à 100% si, par exemple, vous avez mal à un genou. Mais beaucoup moins bien avec une douleur multipolaire et/ou généralisée.
                                                                                                                Les douleurs "multipolaires" semblent répondre de la même manière mais il existe des douleurs qui hors de portée de toute médication.

                                                                                                                J'ai du mal à comprendre la notion de neurones "saturés" et silencieux qui deviendraient "actifs" quand on fait de la relaxation. Continuez à essayer d'expliquer votre point de vue.
                                                                                                                Bernard, kinésithérapeute
                                                                                                                www.somasimple.fr

                                                                                                                Commentaire


                                                                                                                  #57
                                                                                                                  Re : La règle de la douleur

                                                                                                                  Bonjour,
                                                                                                                  la lecture des post sur ce sujet m'a donné envie de réagir:

                                                                                                                  *partant du postulat que chaque douleur présente plusieurs critéres: siège, circonstances de la survenue (repos , mouvement,...),frequence d'apparition....etc
                                                                                                                  il me semble que la reglette ne permet d'évaluer qu'un seul de ces critéres: l'intensité, et encore en la rapportant à chaque localisation,type...
                                                                                                                  de ce fait ,la réglette reste à mon sens un tout petit outils d'évaluation des douleurs. Si cet outils présente un certain succés c'est parce que,me semble-t-il,
                                                                                                                  il a fait l'objet d'une validation scientifique, et qu'il est facilement reproductible
                                                                                                                  et compréhensible de tous. Son utilisation comme unique évaluation apparait donc contestable .
                                                                                                                  Dernière modification par fredoski2, 26/01/2007, 22h38.

                                                                                                                  Commentaire


                                                                                                                    #58
                                                                                                                    Re : La règle de la douleur

                                                                                                                    La réponse standard sera qu’il ne s’agit que d’une approche parmi d’autres.
                                                                                                                    Ca n’empêche pas d’estimer qu’il ne s’agit pas d’une approche neutre (ne serait-ce
                                                                                                                    que parce qu’elle simplifie) d’une part ; d’autre part qu’en pratique, elle n’en vienne
                                                                                                                    à remplacer, en particulier à l’hôpital, les fameuses « autres », coûteuses en temps et attention.
                                                                                                                    Sur le 1er point, je trouve cette échelle de Richter complètement insignifiante pour les douleurs chroniques, qui sont des palimpsestes dont on effleure là à peine la
                                                                                                                    1ère page dans une minute d’examen. Et complètement inopérante pour les douleurs aigues violentes, le patient n’étant pas en état d’évaluer quoique ce soit.
                                                                                                                    Cela permettrait donc d’évaluer les douleurs aigues pas trop violentes (qui ne font pas perdre la boule, pour résumer), soit sans doute la grosse majorité des cas.
                                                                                                                    Pourquoi pas, si ces limites sont précisées - ce qu’elles ne sont pas ; l’usage de la réglette étant généralisé à toutes les pathologies.
                                                                                                                    Sur le 2d point, je me base sur ce que j’ai pu observer dans les hôpitaux/cliniques depuis plus de 30ans en tant que patiente, établissements et services en tous genres.
                                                                                                                    Point de vue limité (pas statistique !) mais concret.
                                                                                                                    Donc avant, RAS sur la douleur, ça n’existait pas - inclus celles provoquées par les examens et conditions d’accueil (état du matelas, hauteur du lit, etc.), qui n’étaient
                                                                                                                    pas des moindres.
                                                                                                                    Depuis cette Préhistoire, il y a eu des changements notables ; distribution de pilules avant les examens invasifs et même, on ne vous flanque pas (toujours) sur le trottoir dans la demi-heure qui suit. Un environnement toujours non- conforme aux normes
                                                                                                                    de l’accessibilité handicapée mais on peut demander et obtenir de l’aide.
                                                                                                                    Plus donc, la réglette. Qui est le début, le milieu et la fin du discours médical sur la douleur, dans ce cadre là. Début : tendre l’objet. Milieu : déplacer le curseur.
                                                                                                                    Fin : Noter le chiffre. Point. On passe aux choses sérieuses.
                                                                                                                    Bref, l’usage que j’en ai vu faire est vraiment tout sauf « une approche parmi d’autres ».

                                                                                                                    Commentaire


                                                                                                                      #59
                                                                                                                      Re : La règle de la douleur

                                                                                                                      Envoyé par somasimple
                                                                                                                      Les douleurs "multipolaires" semblent répondre de la même manière mais il existe des douleurs qui hors de portée de toute médication.

                                                                                                                      J'ai du mal à comprendre la notion de neurones "saturés" et silencieux qui deviendraient "actifs" quand on fait de la relaxation. Continuez à essayer d'expliquer votre point de vue.
                                                                                                                      Bon, M.Somasimple, j’essaie de décrire un peu mieux.
                                                                                                                      Grosso modo, c’est comme si on ne pouvait agir que sur les données au préalable établies par la conscience.
                                                                                                                      J’ai mal au genou, la relaxation va me permettre de l’atténuer. Mais si au milieu de ce processus, d’autres douleurs « surprise » se manifestent, non seulement elles ne seront pas bloquées (les messages passent) mais
                                                                                                                      de plus aggravées, puisque les réflexes habituels de défense sont relâchés (un « boulevard », donc : ni défense naturelle ni défense concertée).
                                                                                                                      Pour aller même un peu plus loin, je ne suis pas certaine que la relaxation elle-même ne réveille pas le fond douloureux dans une pathologie chronique. Je m’en garderais bien d’en donner une définition précise, disons
                                                                                                                      ce maelström que forment la douleur+ le souvenir de la douleur. Un peu comme la psychanalyse remue le fond des casseroles de nos arrière-cuisines. Pas inintéressant par exemple de se retrouver à souffrir, en pleine séance de relaxation, d’un truc qui vous avait fichu la paix depuis 15 ans. Ca prend des allures de démarche archéologique. Mais à moins d’être maso, faut reconnaître que ce n’est pas exactement l’effet recherché !

                                                                                                                      Commentaire


                                                                                                                        #60
                                                                                                                        Re : La règle de la douleur et névralgie du trijumeau

                                                                                                                        Bonsoir,

                                                                                                                        C'est avec émotion que je lis le message de "Moicat", j'aimerais lui demander comment elle s'en est sortie car moi aussi, je souffre d'une névralgie symptomatique du trijumeau résistante à toute médication et ce depuis 8 ans, suite à d'importantes fractures de la face. Les trois branches du trijumeau sont concernées, les douleurs inimaginables, permanentes et épuisantes. Il y a quelques années j'ai fait une grosse tentative de suicide, je ne veux pas recommencer car j'ai plusieurs enfants que j'aime tant, mais comment tenir encore ?
                                                                                                                        D'avance, je la remercie très vivement si elle veux bien me répondre!

                                                                                                                        M.C.


                                                                                                                        Après plus de huit ans d'une douleur absolument continue(névralgie symptomatique du trijumeau)le problème est résolu à 95%(sans règle..)mais au terme d'une longue et dure bataille!
                                                                                                                        Ca date de novembre 2006,et je trouve déjà que c'est normal!
                                                                                                                        Je vous souhaite de tout coeur la même chose...[/quote]

                                                                                                                        Commentaire


                                                                                                                          #61
                                                                                                                          Re : La règle de la douleur et névralgie du trijumeau

                                                                                                                          Bonjour
                                                                                                                          Envoyé par Marie-Claire
                                                                                                                          Bonsoir,

                                                                                                                          C'est avec émotion que je lis le message de "Moicat", j'aimerais lui demander comment elle s'en est sortie car moi aussi, je souffre d'une névralgie symptomatique du trijumeau résistante à toute médication et ce depuis 8 ans, suite à d'importantes fractures de la face. Les trois branches du trijumeau sont concernées, les douleurs inimaginables, permanentes et épuisantes. Il y a quelques années j'ai fait une grosse tentative de suicide, je ne veux pas recommencer car j'ai plusieurs enfants que j'aime tant, mais comment tenir encore ?
                                                                                                                          D'avance, je la remercie très vivement si elle veux bien me répondre!
                                                                                                                          Malheureusement ma démarche ne s'applique pas à votre cas,car dans le mien,le traumatisme provenait de la pose de prothèses dentaires.
                                                                                                                          C'est un problème très occulté et vraisemblablement pas si rare,mais peu répertorié car il repose uniquement sur la douleur;la réponse médicale dans ce cas repose essentiellement sur la sédation chimique.
                                                                                                                          Il m'a fallu presque 3 ans pour trouver un praticien qui admette mon point de vue,alors que j'en arrivais à douter de mon ressenti devant les avis catégoriques réputés compétents.
                                                                                                                          Mais votre problème relève de la neurologie,éventuellement de la chirurgie.
                                                                                                                          Je suppose que vous avez consulté dans ce sens,dites-moi ce qu'il en ressort.
                                                                                                                          J'admire votre courage,car je ne crois pas que j'aurais été capable de supporter cette douleur continue,si elle n'avait pas été calmée par les AINS.
                                                                                                                          Dans l'attente de vous lire,
                                                                                                                          cath

                                                                                                                          debout les crabes.. la mer monte !

                                                                                                                          Commentaire


                                                                                                                            #62
                                                                                                                            Re : La règle de la douleur et névralgie du trijumeau

                                                                                                                            Envoyé par moicat
                                                                                                                            Bonjour

                                                                                                                            Malheureusement ma démarche ne s'applique pas à votre cas,car dans le mien,le traumatisme provenait de la pose de prothèses dentaires.
                                                                                                                            C'est un problème très occulté et vraisemblablement pas si rare,mais peu répertorié car il repose uniquement sur la douleur;la réponse médicale dans ce cas repose essentiellement sur la sédation chimique.
                                                                                                                            Il m'a fallu presque 3 ans pour trouver un praticien qui admette mon point de vue,alors que j'en arrivais à douter de mon ressenti devant les avis catégoriques réputés compétents.
                                                                                                                            Mais votre problème relève de la neurologie,éventuellement de la chirurgie.
                                                                                                                            Je suppose que vous avez consulté dans ce sens,dites-moi ce qu'il en ressort.
                                                                                                                            J'admire votre courage,car je ne crois pas que j'aurais été capable de supporter cette douleur continue,si elle n'avait pas été calmée par les AINS.
                                                                                                                            Dans l'attente de vous lire,
                                                                                                                            Merci de m'avoir répondu!

                                                                                                                            J'ai un traitement de fond avec 2 antiépileptiques et 1 antidépresseur + daffalagan codéiné ou propofan en quantité variable suivant les jours et du zomigoro(triptan) en cas de grosse migraine. Le nerf trijumeau étant aussi celui des migraines...
                                                                                                                            Pour le moment, j'essaie de reprendre rdvs avec le Centre antidouleur de Montpellier, je n'y ai plus été depuis quelques années car je trouve que tous ce médicaments ne guérissent pas et rendent un peu trop "légume"!
                                                                                                                            Je vais voir si il y a du nouveau et ai l'intention de me proposer comme cobaye pour un traitement qui pourrait "régénérer" le nerf plustôt que de taper ++ avec des antidouleurs... si il y a un jour de bonnes nouvelles, je ne manquerai pas de la faire savoir sur ce site. Je crains assez les opérations car je sais qu'il y a toujours un risque de séquelle. Je sais ce que j'ai maintenant et pas après. Un professeur d'un centre anti-douleur dans le Nord m'a dit un jour de ne JAMAIS me laisser réopérer...
                                                                                                                            Bon courage à tous !
                                                                                                                            Marie-Claire
                                                                                                                            PS : j'ai vu qu'il existe une association des névralgies faciales au Canada et en Angleterre mais pas d'assoc francophone... Y-a-t-il quelq'un doué pour cela ? (une bouteille à la mer...)

                                                                                                                            Commentaire


                                                                                                                              #63
                                                                                                                              Re : La règle de la douleur et névralgie du trijumeau

                                                                                                                              Bonsoir,
                                                                                                                              Envoyé par Marie-Claire
                                                                                                                              J'ai un traitement de fond avec 2 antiépileptiques et 1 antidépresseur + daffalagan codéiné ou propofan en quantité variable suivant les jours et du zomigoro(triptan) en cas de grosse migraine. Le nerf trijumeau étant aussi celui des migraines...
                                                                                                                              Vous aviez sans doute déjà un fond migraineux?

                                                                                                                              Envoyé par Marie-Claire
                                                                                                                              Je vais voir si il y a du nouveau et ai l'intention de me proposer comme cobaye pour un traitement qui pourrait "régénérer" le nerf plustôt que de taper ++ avec des antidouleurs... si il y a un jour de bonnes nouvelles, je ne manquerai pas de la faire savoir sur ce site.
                                                                                                                              Si vous en sentez l'envie,n'hésitez pas à nous faire partager votre expérience.
                                                                                                                              Ce serait très intéressant d'avoir des précisions sur le traitement que vous envisagez..

                                                                                                                              PS : j'ai vu qu'il existe une association des névralgies faciales au Canada et en Angleterre mais pas d'assoc francophone... Y-a-t-il quelq'un doué pour cela ? (une bouteille à la mer...)
                                                                                                                              Ce forum est très fréquenté,ce qui montre le nombre important de gens concernés par les névralgies essentielles ou symptômatiques(très souvent d'origine dentaire)du trijumeau.
                                                                                                                              Vous pouvez poser la question avec une chance d'obtenir une réponse.

                                                                                                                              http://www.e-sante.fr/fr/forums_sant...4254-6-5-4.htm

                                                                                                                              Bon courage,et à bientôt avec de bonnes nouvelles!
                                                                                                                              cath

                                                                                                                              debout les crabes.. la mer monte !

                                                                                                                              Commentaire


                                                                                                                                #64
                                                                                                                                Re : La règle de la douleur

                                                                                                                                Le soignant nous tend la réglette et nous demande d'évaluer la douleur dans une échelle de 1 à 10.

                                                                                                                                Bon. Mais comment fais-t-on pour répondre à cette question? Ben, on essaye de placer la douleur actuelle entre deux limites qu'il faut étalonner:
                                                                                                                                • pour le zéro douleur, pas de difficulté,
                                                                                                                                • pour le 10, douleur maximale vécue ou imaginable, cela demande en plus un travail mental, la réponse peut exiger un certain temps.
                                                                                                                                Or, on nous demande une réponse immédiate: déni des processus de la remémoration?
                                                                                                                                De plus, comme l'écrit Sybille, on n'est pas toujours en état de le faire:
                                                                                                                                Comment peut-on attendre de malades éperdus, concentrés pour survivre à la minute suivante, écrasés dans l’étau, à moitié fous de terreur, qu’ils soient aptes à évaluer leur état présent ou même qu’ils en aient le besoin ou l’envie ? N’est-ce pas ne rien connaître de la souffrance physique que d’imposer une telle démarche ?
                                                                                                                                #12

                                                                                                                                Il y a autre chose: donc, on va chercher dans notre vécu la pire douleur pour lui coller la note 10. Pour un vécu moyen ce n'est déjà pas toujours évident.
                                                                                                                                Mais il y a de l'inconscience, aucune précaution n'est prise pour le cas ou le patient aurait vécu des douleurs terrifiantes: accidents graves, agressions, séquestration avec tortures, etc. Ces douleurs terrifiantes, accompagnées d'autres fantômes, sont enfouies dans la mémoire des personnes car on ne peut pas vivre avec ces souvenirs, on deviendrait fou.

                                                                                                                                Et l'autre là, avec sa réglette, qui vous oblige à ressortir tout ça . . .


                                                                                                                                .
                                                                                                                                Douleurs intenses:
                                                                                                                                http://www.fichier-pdf.fr/2016/02/09/douleurs-intenses/

                                                                                                                                Commentaire


                                                                                                                                  #65
                                                                                                                                  Re : La règle de la douleur

                                                                                                                                  Bonjour, Campagnol.

                                                                                                                                  En fait, l'on doit faire abstraction de toute douleur connue, vécue ou ressentie lors d'évènements ultérieurs.
                                                                                                                                  Cette règle est prévue pour l'instant T : pour le suivi d'une pathologie spécifique en cours.
                                                                                                                                  Vous indiquez une graduation exprimant la douleur actuelle ressentie ( en général, par défaut au milieu ) puis, au cours des soins, l'évolution en crescendo ou en decrescendo ...

                                                                                                                                  La comparaison avec des douleurs antérieures ne peut être faite qu'à titre purement indicatif ( là, pour mon dos, je dirai "5" alors que lors de ma fracture ouverte, j'aurai dit "8" ).

                                                                                                                                  Commentaire


                                                                                                                                    #66
                                                                                                                                    Re : La règle de la douleur

                                                                                                                                    Bonjour La Rêveuse,

                                                                                                                                    Envoyé par La Rêveuse
                                                                                                                                    Bonjour, Campagnol.

                                                                                                                                    En fait, l'on doit faire abstraction de toute douleur connue, vécue ou ressentie lors d'évènements ultérieurs.
                                                                                                                                    comment font ceux qui ne peuvent pas en faire abstraction ?
                                                                                                                                    (je ne sais pas si c'est ça que veut dire Campagnol)

                                                                                                                                    Commentaire


                                                                                                                                      #67
                                                                                                                                      Re : La règle de la douleur

                                                                                                                                      Envoyé par Odalisque
                                                                                                                                      Bonjour La Rêveuse,



                                                                                                                                      comment font ceux qui ne peuvent pas en faire abstraction ?
                                                                                                                                      (je ne sais pas si c'est ça que veut dire Campagnol)
                                                                                                                                      Bonjour Odalisque,

                                                                                                                                      Ben tu as mal.
                                                                                                                                      Tu décides de pointer un niveau ( par exemple le 5 ).
                                                                                                                                      Ce niveau permettra après d'indiquer si tu as plus mal ( 6 ) ou moins (4 ).

                                                                                                                                      On ne te demande pas de comparer avec d'autres douleurs...
                                                                                                                                      C'est sût que l'on doit peut être repenser à d'autres situations, mais là n'est pas le but ...

                                                                                                                                      Quand Campagnol a de la fièvre lors d'un état grippal, je pense qu'il surveille la fluctuation de celle ci, et non le rapport avec celle qu'il avait eu pour un autre problème, non ?

                                                                                                                                      Commentaire


                                                                                                                                        #68
                                                                                                                                        Re : La règle de la douleur

                                                                                                                                        Envoyé par La Rêveuse
                                                                                                                                        Bonjour Odalisque,

                                                                                                                                        Ben tu as mal.
                                                                                                                                        Tu décides de pointer un niveau ( par exemple le 5 ).
                                                                                                                                        Ce niveau permettra après d'indiquer si tu as plus mal ( 6 ) ou moins (4 ).

                                                                                                                                        On ne te demande pas de comparer avec d'autres douleurs...
                                                                                                                                        C'est sût que l'on doit peut être repenser à d'autres situations, mais là n'est pas le but ...

                                                                                                                                        Quand Campagnol a de la fièvre lors d'un état grippal, je pense qu'il surveille la fluctuation de celle ci, et non le rapport avec celle qu'il avait eu pour un autre problème, non ?
                                                                                                                                        Ok mais je pense pas qu'on puisse faire l'analogie entre la douleur et la fièvre ... la réglette n'est pas l'équivalent d'un thermomètre à mon sens, même si ça aide à "prendre le pouls".

                                                                                                                                        Commentaire


                                                                                                                                          #69
                                                                                                                                          Re : La règle de la douleur

                                                                                                                                          Envoyé par Odalisque
                                                                                                                                          Ok mais je pense pas qu'on puisse faire l'analogie entre la douleur et la fièvre ... la réglette n'est pas l'équivalent d'un thermomètre à mon sens, même si ça aide à "prendre le pouls".
                                                                                                                                          C'était juste une image pour illustrer le fait que dans le cas d'utilisation de la réglette, il ne faut pas comparer entre 2 douleurs tout comme on ne compare pas entre 2 fièvres ..... il s'agit juste d'apprécier une variation sur un moment précis .....

                                                                                                                                          Commentaire


                                                                                                                                            #70
                                                                                                                                            Re : La règle de la douleur

                                                                                                                                            Envoyé par La Rêveuse
                                                                                                                                            C'était juste une image pour illustrer le fait que dans le cas d'utilisation de la réglette, il ne faut pas comparer entre 2 douleurs tout comme on ne compare pas entre 2 fièvres ..... il s'agit juste d'apprécier une variation sur un moment précis .....
                                                                                                                                            ben je pensais que la température c'était une mesure objective, parce que le thermomètre est un instrument étalonné ... par contre la réglette n'est pas étalonnable ... (mesure subjective qui ne vaut que pour cette personne à cet instant t)

                                                                                                                                            pour un exemple vécu, j'ai eu droit un jour à un anesthésiste qui soutenait mordicus que là je devais rien sentir alors je sentais tout avec en plus des décharges électriques dans les articulations (le truc du genre fulgurant) ...

                                                                                                                                            l'anesthésiste ne voulait pas admettre que c'était vrai ... et disait que c'était impossible d'avoir de telles sensations ...

                                                                                                                                            heureusement c'est vite passé ensuite (il a dû refaire le job quand même !)

                                                                                                                                            Commentaire


                                                                                                                                              #71
                                                                                                                                              Re : La règle de la douleur

                                                                                                                                              Il est temps d'actualiser cette discussion.

                                                                                                                                              Il y a plus de 35 ans, un kinésithérapeute devait me faire plier un genou après un immobilisation plâtrée. Il le faisait plier en exerçant une pression manuellement.
                                                                                                                                              Dialogue entre le Kiné et le Malade:

                                                                                                                                              K-Ça ne vous fait pas mal?
                                                                                                                                              M-Un peu.
                                                                                                                                              K-Mal comment?
                                                                                                                                              M-C'est une douleur diffuse dans tout le genou.
                                                                                                                                              K-C'est bon, on continue.
                                                                                                                                              K-Et là?
                                                                                                                                              M-Ouh! c'est plus aigu, je sens la douleur sur le trajet des tendons.
                                                                                                                                              K-bon, on va trop loin. Je reviens en arrière.

                                                                                                                                              Quelques séances plus tard:
                                                                                                                                              M-Oh!Là. La douleur deviens aiguë.
                                                                                                                                              K-Oui, je le vois.

                                                                                                                                              Il avait remarqué (sans doute le savait-il) que, lorsque le genou passait de la douleur diffuse à la douleur aigüe, le diamètre des pupilles se modifiait, et aussi d'autres signes. Il tenait compte de la réalité: à partir d'un certain seuil, la douleur déclenche des réflexes.
                                                                                                                                              Bien sûr, cette observation des signes objectifs de la douleur n'est qu'un apport à l'intérieur du principal: le dialogue avec le malade.

                                                                                                                                              En plus de ne pas être fiable, le reproche que je fais à l'imposition (aux patients comme aux soignants) des méthodes dites "d'auto-évaluation" est d'empêcher les soignants d'être attentifs à la parole du malade.
                                                                                                                                              Aussi bien la parole verbale que la parole du corps qui souffre.

                                                                                                                                              Envoyé par Sybille
                                                                                                                                              Plus donc, la réglette. Qui est le début, le milieu et la fin du discours médical sur la douleur, dans ce cadre là. Début : tendre l’objet. Milieu : déplacer le curseur.
                                                                                                                                              Fin : Noter le chiffre. Point. On passe aux choses sérieuses.
                                                                                                                                              Bref, l’usage que j’en ai vu faire est vraiment tout sauf « une approche parmi d’autres ».
                                                                                                                                              Lien.

                                                                                                                                              Entre le soignant qui doit absolument obtenir un chiffre et le malade plein de bonne volonté qui se tracasse pour répondre au soignant du mieux qu'il peut, il n'y a plus de place pour une relation normale entre soignant et soigné.
                                                                                                                                              Envoyé par D Dupagne
                                                                                                                                              L'erreur est de croire que cette règle sert aussi à soigner les gens. Au contraire, cette mesure remplace le plus souvent le dialogue : "comment, ça va ? Le médicament vous a-t-il un peu soulagé ? Avez vous pu dormir ?

                                                                                                                                              . . . . . . . . .

                                                                                                                                              Un soignant qui connaît son métier n'a pas besoin de ces outils qui réduisent l'humain à des chiffres.

                                                                                                                                              Lien.


                                                                                                                                              De plus, ce refus obstiné des institutions et d'un certain nombre de médecins de regarder en face la réalité du corps qui souffre apparaît pour ce qu'il est: un comportement irrationnel.


                                                                                                                                              Douleurs intenses:
                                                                                                                                              http://www.fichier-pdf.fr/2016/02/09/douleurs-intenses/

                                                                                                                                              Commentaire


                                                                                                                                                #72
                                                                                                                                                Re : La règle de la douleur

                                                                                                                                                Je regroupe ici ce qui concerne le sujet de cette discussion: la réglette et les méthodes d'auto-évaluation.

                                                                                                                                                Envoyé par Etoile33
                                                                                                                                                on a énormément publié sur l'EVA et l'échelle numérique, qui sont des outils validés.
                                                                                                                                                Lien.
                                                                                                                                                Dans la démarche scientifique, une théorie est validée lorsqu'elle explique l'ensemble des faits.

                                                                                                                                                Envoyé par Amical
                                                                                                                                                Demander au malade de déplacer un curseur sans lui demander (par exemple) "vous sentez-vous capable de faire ceci ou cela" ou d'autres questions pertinentes me parait insuffisant.
                                                                                                                                                Je me suis moi-même retrouvé plusieurs fois à devoir évaluer ma douleur et être bien indécis, la tentation étant grande de mettre le maxi en pensant qu'on allait s'intéresser plus à moi...
                                                                                                                                                Et d'autres fois, agacé pour de multiples raisons et préférant rentrer chez moi, j'ai minimisé la chose.
                                                                                                                                                Lien
                                                                                                                                                Témoignage représentatif: des malades donnent un chiffre qui ne correspond pas à leur évaluation de la douleur.

                                                                                                                                                Moi-même, je suis incapable de faire correspondre une valeur de douleur au chiffre 10 de la réglette. A une douleur très forte, au point de provoquer une tétanisation des muscles de la cage thoracique et de bloquer la respiration, j'ai répondu: 2!

                                                                                                                                                Il y a suffisamment de faits contradictoires pour ne pas valider les méthodes d'auto-évaluation et donc, la réglette EVA


                                                                                                                                                Douleurs intenses:
                                                                                                                                                http://www.fichier-pdf.fr/2016/02/09/douleurs-intenses/

                                                                                                                                                Commentaire


                                                                                                                                                  #73
                                                                                                                                                  Re : La règle de la douleur

                                                                                                                                                  Envoyé par Cafe_Sante
                                                                                                                                                  Ce qu'il ne faut pas faire (et c'est précisé dans toutes les formations que j'ai eues) c'est décider d'un traitement en fonction d'une évaluation (il a 7 alors il a "droit" à sa morphine).

                                                                                                                                                  Ce n'est donc pas "normatif", mais simplement relatif. Et ce n'est qu'une partie de l'évaluation de la douleur. Mais c'est un outil utile.
                                                                                                                                                  Dans ce document, le chiffre de l'EVA n'est pas du tout relativisé:
                                                                                                                                                  Ainsi, la douleur est qualifiée de modérée à intense lorsque l’EVA est supérieure à 3 et inférieure à 6 et/ou l’EVS égale à 1 ou 2. La douleur est qualifiée de sévère lorsque l’EVA est égale ou supérieure à 6 ou l’EVS supérieure à 2.
                                                                                                                                                  Lien
                                                                                                                                                  On peut constater aujourd'hui que les craintes annoncées dans cette discussion se sont réalisées: Les méthodes d'auto-évaluation, la réglette EVA, servent bien d'unique base à l'évaluation de la douleur en interdisant toute autre approche dans les institutions.
                                                                                                                                                  Douleurs intenses:
                                                                                                                                                  http://www.fichier-pdf.fr/2016/02/09/douleurs-intenses/

                                                                                                                                                  Commentaire


                                                                                                                                                    #74
                                                                                                                                                    Re : La règle de la douleur

                                                                                                                                                    Merci Campagnol pour cette intéressante synthèse.

                                                                                                                                                    Commentaire


                                                                                                                                                      #75
                                                                                                                                                      Re : La règle de la douleur

                                                                                                                                                      Envoyé par Campagnol
                                                                                                                                                      Je regroupe ici ce qui concerne le sujet de cette discussion: la réglette et les méthodes d'auto-évaluation.

                                                                                                                                                      Dans la démarche scientifique, une théorie est validée lorsqu'elle explique l'ensemble des faits.

                                                                                                                                                      Témoignage représentatif: des malades donnent un chiffre qui ne correspond pas à leur évaluation de la douleur.

                                                                                                                                                      Moi-même, je suis incapable de faire correspondre une valeur de douleur au chiffre 10 de la réglette. A une douleur très forte, au point de provoquer une tétanisation des muscles de la cage thoracique et de bloquer la respiration, j'ai répondu: 2!

                                                                                                                                                      Il y a suffisamment de faits contradictoires pour ne pas valider les méthodes d'auto-évaluation et donc, la réglette EVA


                                                                                                                                                      Bonjour Campagnol,
                                                                                                                                                      Pour ma part, je fais une distinction entre la souffrance et la douleur, et ce n'est pas qu'une question de vocabulaire.

                                                                                                                                                      Dans la situation personnelle que tu cites dans ton dernier message, ton corps souffrait, mais ton cerveau ne parvenait pas à évaluer un niveau de douleur.
                                                                                                                                                      (Comme disaient nos grands-mères : "Çui-ci est dur au mal !"... Estimation un peu rapide...)

                                                                                                                                                      Or, je te cite : "à partir d'un certain seuil, la douleur déclenche des réflexes", ce que certains soignants qui ne "s'accrochent pas à l'échelle" comprennent tout de suite !
                                                                                                                                                      Dans les services d'urgences, par exemple.

                                                                                                                                                      La sensation de douleur peut survenir plus tard, et c'est là que les soignants doivent être attentifs, et ne pas considérer leur patient comme un douillet, alors qu'il sort de souffrances intenses sans s'être plaint...

                                                                                                                                                      "Tu as été rabouté à vif sans broncher, tu ne vas tout de même pas te plaindre pour un simple changement de pansement !"
                                                                                                                                                      Ben si...
                                                                                                                                                      Lombric power !

                                                                                                                                                      Commentaire


                                                                                                                                                        #76
                                                                                                                                                        Re : La règle de la douleur

                                                                                                                                                        Envoyé par Eugénia
                                                                                                                                                        Bonjour Campagnol,
                                                                                                                                                        Pour ma part, je fais une distinction entre la souffrance et la douleur, et ce n'est pas qu'une question de vocabulaire.

                                                                                                                                                        .
                                                                                                                                                        Oui, c'est aussi mon avis et celui de pas mal de monde. Mes écrits manquent-ils de clarté sur ce sujet? Si c'est le cas je dois les rectifier.

                                                                                                                                                        Dans la situation personnelle que tu cites dans ton dernier message, ton corps souffrait, mais ton cerveau ne parvenait pas à évaluer un niveau de douleur.
                                                                                                                                                        (Comme disaient nos grands-mères : "Çui-ci est dur au mal !"... Estimation un peu rapide...)
                                                                                                                                                        Si, je parvenais à évaluer un niveau de douleur, mais pas dans une échelle de 0 à 10. C'est ce que j'explique dans le document Pdf en page 4. Mais en plus, c'était un cas compliqué où la douleur joue des tours. En fait, je ressentais très peu la douleur locale qui était la cause de tout cela: c'était dû à une inflammation aigüe de la vésicule biliaire, à droite sous la dernière côte. Le médecin des urgences n'a pas pu localiser le lieu de la douleur malgré une longue et méthodique palpation. N'empêche que les signes d'une douleur intense étaient bien présents: je disait que j'avais mal, blocage de la respiration thoracique par tétanisation des muscles et plusieurs autres signes encore. Il a bien fallu que ce médecin se passe de la réglette magique pour évaluer ma douleur et elle a parfaitement réussi à le faire.
                                                                                                                                                        Cela m'est arrivé une autre fois. Une intense douleur localisée qui ne se manifeste pas au siège de la douleur mais génère des effets ailleurs: pas évident pour le médecin.

                                                                                                                                                        La sensation de douleur peut survenir plus tard, et c'est là que les soignants doivent être attentifs, et ne pas considérer leur patient comme un douillet, alors qu'il sort de souffrances intenses sans s'être plaint...

                                                                                                                                                        "Tu as été rabouté à vif sans broncher, tu ne vas tout de même pas te plaindre pour un simple changement de pansement !"
                                                                                                                                                        Ben si..
                                                                                                                                                        Tu nous donne un exemple de plus de la difficulté à comprendre la douleur quand elle joue des tours. Il faut toujours se méfier.
                                                                                                                                                        Dernière modification par Campagnol, 07/02/2016, 17h56.
                                                                                                                                                        Douleurs intenses:
                                                                                                                                                        http://www.fichier-pdf.fr/2016/02/09/douleurs-intenses/

                                                                                                                                                        Commentaire


                                                                                                                                                          #77
                                                                                                                                                          Re : La règle de la douleur

                                                                                                                                                          Bonsoir,
                                                                                                                                                          Il semble que les patients sont obnubilés tout autant, sinon plus, que les médecins par la fameuse réglette.
                                                                                                                                                          L'EVA n'a aucun intérêt dans une douleur aiguë et/ou inhabituelle, qu'elle soit violente ou non. C'est l'exemple du ventre chirurgical cité. C'est alors l'examen clinique qui importe, voire quelques examens de débrouillage.
                                                                                                                                                          La réglette a un intérêt dans les douleurs chroniques, dont la cause est connue, pour adapter le traitement antalgique, en fonction du niveau de soulagement obtenu pour un patient donné. Ce n'est pas un outil diagnostic.
                                                                                                                                                          Cordialement.
                                                                                                                                                          ml44
                                                                                                                                                          Dernière modification par ml44, 08/02/2016, 00h24.

                                                                                                                                                          Commentaire


                                                                                                                                                            #78
                                                                                                                                                            Re : La règle de la douleur

                                                                                                                                                            Envoyé par ml44
                                                                                                                                                            Bonsoir,
                                                                                                                                                            Il semble que les patients sont obnubilés tout autant, sinon plus, que les médecins par la fameuse réglette.
                                                                                                                                                            L'EVA n'a aucun intérêt dans une douleur aiguë et/ou inhabituelle, qu'elle soit violente ou non. C'est l'exemple du ventre chirurgical cité. C'est alors l'examen clinique qui importe, voire quelques examens de débrouillage.
                                                                                                                                                            La réglette a un intérêt dans les douleurs chroniques, dont la cause est connue, pour adapter le traitement antalgique, en fonction du niveau de soulagement obtenu pour un patient donné. Ce n'est pas un outil diagnostic.
                                                                                                                                                            Cordialement.
                                                                                                                                                            ml44
                                                                                                                                                            Pensez-vous ? Quand on arrive (pour autre chose) dans un hosto avec une pathologie chronique vieille de + 20 ou 30 ans, mettons 1) que les soignants aient lu le dossier – ça arrive 1 fois sur 40 2) qu’ils sachent vraiment ce qu’est cette pathologie (et pas le vernis débile en 2 pages du Manuel de base) – ça n’arrive pratiquement jamais, hors services spécialisés ;
                                                                                                                                                            sont-ils 3) réellement formés à la fameuse « gestion de la douleur chronique » ?
                                                                                                                                                            La mode dans les CHU aujourd’hui est aux prescriptions « à la demande », soit l’exact inverse d’une démarche de traitement de la douleur, et au Tramadol, le nouveau truc miracle (ça change à peu près tous les 2 ans) qui doit agir +++.
                                                                                                                                                            Vous utilisez la réglette pour dire que vous gérez la douleur à heures fixes pour la prévenir et que le Tramadol, non merci, vous avez déjà essayé ; voyez les 5kg de pas assez sur la balance, souvenir de la tentative par ailleurs inefficace ?
                                                                                                                                                            Vous utilisez la réglette pour dire qu’au lieu de vous coller une énième infiltration dans l’épaule luxée, un oreiller de plus suffirait à la caler et éviter la luxation ?
                                                                                                                                                            Vous utilisez la réglette pour dire qu’avoir mal, vous avez l’habitude ; mais qu’avoir mal à cause de la bêtise des « soignants », c’est différent ? Ou pour, comme le remarquent d’autres ici, qu’on n’a pas nécessairement mal là où on est censé avoir mal, j’en passe et des meilleures ?
                                                                                                                                                            Quant à l’usage de la réglette en cabinet, connais pas ; quand j’ai le choix, je ne fréquente pas ce genre de médecins.
                                                                                                                                                            Enfin, comment ne pas être "obnubilés", comme vous dites, par ce machin qu'on vous agite sous le nez à longueur de temps avec sa ritournelle de questions débiles?

                                                                                                                                                            Commentaire


                                                                                                                                                              #79
                                                                                                                                                              Re : La règle de la douleur

                                                                                                                                                              [QUOTE=Sybille] Pensez-vous ? Quand on arrive (pour autre chose) dans un hosto avec une pathologie chronique vieille de + 20 ou 30 ans, mettons 1) que les soignants aient lu le dossier – ça arrive 1 fois sur 40 2) qu’ils sachent vraiment ce qu’est cette pathologie (et pas le vernis débile en 2 pages du Manuel de base) – ça n’arrive pratiquement jamais, hors services spécialisés ;
                                                                                                                                                              sont-ils 3) réellement formés à la fameuse « gestion de la douleur chronique » ?
                                                                                                                                                              QUOTE]

                                                                                                                                                              Bonjour,
                                                                                                                                                              Difficile de comprendre pourquoi, avec une telle mauvaise expérience s'étalant sur 30 ans, vous continuez à fréquenter des médecins, tous ignares, débiles, bêtes, incompétents..., sauf par perversité ou volonté d'auto-flagellation.
                                                                                                                                                              Cordialement.
                                                                                                                                                              ml44

                                                                                                                                                              Commentaire


                                                                                                                                                                #80
                                                                                                                                                                Re : La règle de la douleur

                                                                                                                                                                Bonjour,
                                                                                                                                                                Difficile de comprendre pourquoi, avec une telle mauvaise expérience s'étalant sur 30 ans, vous continuez à fréquenter des médecins, tous ignares, débiles, bêtes, incompétents..., sauf par perversité ou volonté d'auto-flagellation.
                                                                                                                                                                Cordialement.
                                                                                                                                                                ml44
                                                                                                                                                                Depuis longtemps, je n’entre au CHU que par la case urgences vitales, case où il n’y a place ni pour la com’ ni pour les simulacres. Et je rends un énième hommage reconnaissant à cette banche de la médecine française.
                                                                                                                                                                Par contre, ensuite, il y a les séjours dans les services dédiés (surveillance, examens, diagnostics, etc.), c’est là que ça se gâte.

                                                                                                                                                                Commentaire


                                                                                                                                                                  #81
                                                                                                                                                                  Re : La règle de la douleur

                                                                                                                                                                  Envoyé par Sybille
                                                                                                                                                                  Depuis longtemps, je n’entre au CHU que par la case urgences vitales, case où il n’y a place ni pour la com’ ni pour les simulacres.
                                                                                                                                                                  Bonjour,
                                                                                                                                                                  Trompe-la-mort ?
                                                                                                                                                                  Cordialement.
                                                                                                                                                                  ml44

                                                                                                                                                                  Commentaire


                                                                                                                                                                    #82
                                                                                                                                                                    Re : La règle de la douleur

                                                                                                                                                                    Envoyé par d_dupagne
                                                                                                                                                                    Merci Campagnol pour cette intéressante synthèse.
                                                                                                                                                                    La version corrigée tenant compte des discussions sur Atoute est téléchargeable ici:

                                                                                                                                                                    http://www.fichier-pdf.fr/2016/02/09/douleurs-intenses/



                                                                                                                                                                    Douleurs intenses:
                                                                                                                                                                    http://www.fichier-pdf.fr/2016/02/09/douleurs-intenses/

                                                                                                                                                                    Commentaire


                                                                                                                                                                      #83
                                                                                                                                                                      Re : La règle de la douleur

                                                                                                                                                                      Envoyé par ml44
                                                                                                                                                                      Bonsoir,
                                                                                                                                                                      Il semble que les patients sont obnubilés tout autant, sinon plus, que les médecins par la fameuse réglette.
                                                                                                                                                                      Bonjour ml44,

                                                                                                                                                                      On parle beaucoup de la réglette dans cette discussion: c'est normal, c'est le sujet de la discussion. Z'aviez pas remarqué?
                                                                                                                                                                      Aux urgences ou dans les services d'hospitalisation, c'est pas les malades qui demandent la réglette. Dès qu'on se plaint d'avoir mal, on nous la met sous le nez.
                                                                                                                                                                      Le prochain coup, si j'ai pas trop mal, je demanderai au soignant qui me la tend: "Sous l'aisselle ou dans l'anus?"


                                                                                                                                                                      L'EVA n'a aucun intérêt dans une douleur aiguë et/ou inhabituelle, qu'elle soit violente ou non. C'est l'exemple du ventre chirurgical cité. C'est alors l'examen clinique qui importe, voire quelques examens de débrouillage.
                                                                                                                                                                      La réglette a un intérêt dans les douleurs chroniques, dont la cause est connue, pour adapter le traitement antalgique, en fonction du niveau de soulagement obtenu pour un patient donné. Ce n'est pas un outil diagnostic.

                                                                                                                                                                      Moi, je veux bien. Allez donc en convaincre vos confrères dans les institutions que ça ne sert que pour les douleurs chroniques dont la cause est connue. La réalité aujourd'hui est que la réglette ou l'échelle numérique sont systématiquement utilisées comme base de l'évaluation de toutes les douleurs, chroniques ou pas, des urgences au post-opératoire et même au-delà. Exemple:

                                                                                                                                                                      http://sofia.medicalistes.org/spip/IMG/pdf/Le_sufentanil_comme_trairement_antalgique_aux_urge nces-_Interets_et_faisabilite.pdf
                                                                                                                                                                      Douleurs intenses:
                                                                                                                                                                      http://www.fichier-pdf.fr/2016/02/09/douleurs-intenses/

                                                                                                                                                                      Commentaire


                                                                                                                                                                        #84
                                                                                                                                                                        Re : La règle de la douleur

                                                                                                                                                                        Envoyé par Campagnol
                                                                                                                                                                        Bonjour ml44,
                                                                                                                                                                        On parle beaucoup de la réglette dans cette discussion: c'est normal, c'est le sujet de la discussion. Z'aviez pas remarqué?
                                                                                                                                                                        Bonsoir,
                                                                                                                                                                        Ah non, désolé. Vous êtes vache de me le faire remarquer.
                                                                                                                                                                        Cordialement.
                                                                                                                                                                        ml44

                                                                                                                                                                        Commentaire


                                                                                                                                                                          #85
                                                                                                                                                                          Re : La règle de la douleur

                                                                                                                                                                          Envoyé par Campagnol


                                                                                                                                                                          [/SIZE]

                                                                                                                                                                          Moi, je veux bien. Allez donc en convaincre vos confrères dans les institutions que ça ne sert que pour les douleurs chroniques dont la cause est connue. La réalité aujourd'hui est que la réglette ou l'échelle numérique sont systématiquement utilisées comme base de l'évaluation de toutes les douleurs, chroniques ou pas, des urgences au post-opératoire et même au-delà. Exemple:

                                                                                                                                                                          http://sofia.medicalistes.org/spip/IMG/pdf/Le_sufentanil_comme_trairement_antalgique_aux_urge nces-_Interets_et_faisabilite.pdf

                                                                                                                                                                          Mais en fait, d'où est ce que vous tirez vos affirmations?

                                                                                                                                                                          Commentaire


                                                                                                                                                                            #86
                                                                                                                                                                            Re : La règle de la douleur

                                                                                                                                                                            Envoyé par etoile33
                                                                                                                                                                            Mais en fait, d'où est ce que vous tirez vos affirmations?
                                                                                                                                                                            De là:
                                                                                                                                                                            Envoyé par Moi-même
                                                                                                                                                                            Aux urgences ou dans les services d'hospitalisation, c'est pas les malades qui demandent la réglette. Dès qu'on se plaint d'avoir mal, on nous la met sous le nez.
                                                                                                                                                                            Lien
                                                                                                                                                                            . . . mon propre témoignage et celui de nombreux autres. Vous allez sans doute me répondre que j'ai pas de pot parce que dans votre établissement ce n'est pas ainsi que cela se passe.

                                                                                                                                                                            Avec mon médecin généraliste, quand je lui parle de douleur il n'est jamais question de réglette ou d’échelle d'évaluation.
                                                                                                                                                                            Dernière modification par Campagnol, 10/02/2016, 23h38.
                                                                                                                                                                            Douleurs intenses:
                                                                                                                                                                            http://www.fichier-pdf.fr/2016/02/09/douleurs-intenses/

                                                                                                                                                                            Commentaire


                                                                                                                                                                              #87
                                                                                                                                                                              Re : La règle de la douleur

                                                                                                                                                                              Envoyé par ml44
                                                                                                                                                                              Bonsoir,
                                                                                                                                                                              Ah non, désolé. Vous êtes vache de me le faire remarquer.
                                                                                                                                                                              Cordialement.
                                                                                                                                                                              ml44
                                                                                                                                                                              C'est parce que je ne vois pas d'où vous tirez cette conclusion que les malades seraient obnubilés par la réglette.


                                                                                                                                                                              Douleurs intenses:
                                                                                                                                                                              http://www.fichier-pdf.fr/2016/02/09/douleurs-intenses/

                                                                                                                                                                              Commentaire


                                                                                                                                                                                #88
                                                                                                                                                                                Re : La règle de la douleur

                                                                                                                                                                                Envoyé par Campagnol
                                                                                                                                                                                C'est parce que je ne vois pas d'où vous tirez cette conclusion que les malades seraient obnubilés par la réglette.
                                                                                                                                                                                Post de départ par Sybille :
                                                                                                                                                                                "La règle de la douleur
                                                                                                                                                                                Je me pose des questions sur la réglette à douleur.
                                                                                                                                                                                Pendant longtemps, comme les autres patients, j’ai subi la double peine soit la souffrance physique + la souffrance de l’indifférence à sa réalité.
                                                                                                                                                                                Il y a quelques années, on (à l’hosto) m’a sorti tout à coup la réglette magique avec pour consigne de déplacer le curseur.
                                                                                                                                                                                J’ai eu une réaction de rejet total face à l’objet et la démarche que je m’explique assez mal.
                                                                                                                                                                                Je vois bien la bonne volonté, la tentative, la politique même. Et le gars qui a fait le boulot n’était pas pire qu’un autre. Mais je l’ai ressenti pire que le déni antérieur, comme une manipulation psychologique perverse. Qu’en pensez-vous ?"


                                                                                                                                                                                Cordialement.
                                                                                                                                                                                ml44

                                                                                                                                                                                Commentaire


                                                                                                                                                                                  #89
                                                                                                                                                                                  Re : La règle de la douleur

                                                                                                                                                                                  Envoyé par Campagnol
                                                                                                                                                                                  De là:
                                                                                                                                                                                  . . . mon propre témoignage et celui de nombreux autres. Vous allez sans doute me répondre que j'ai pas de pot parce que dans votre établissement ce n'est pas ainsi que cela se passe.

                                                                                                                                                                                  Avec mon médecin généraliste, quand je lui parle de douleur il n'est jamais question de réglette ou d’échelle d'évaluation.
                                                                                                                                                                                  On peut reprocher plein de choses aux études cliniques, tout ce que vous voulez, mais pour le moment, on a rien trouvé de mieux que l'auto-évaluation (par EVA ou échelle numérique) pour évaluer la douleur aigüe, notamment postopératoire, et suivre l'efficacité des traitements prescrits (parce qu'effectivement, ça ne traite pas la douleur, c'est bien là où il y a confusion, il y a peut-être des gens qui en font mauvais usage).

                                                                                                                                                                                  Alors je veux bien que vous partiez en croisade du fait de votre expérience personnelle, mais ça se base quand même sur peu de choses.


                                                                                                                                                                                  Au contraire, c'est justement en douleur chronique où l'intérêt est plus limité, mais bon, même là, pour le suivi et la reproductibilité, on l'évalue quand même (mais là les paramètres autres sont beaucoup plus importants).

                                                                                                                                                                                  Commentaire


                                                                                                                                                                                    #90
                                                                                                                                                                                    Re : La règle de la douleur

                                                                                                                                                                                    Je vais préciser ma position en vous donnant un exemple : ce n'est pas parce qu'un rouleau à peinture ne permet pas de bien dégager les angles que c'est un mauvais outil.

                                                                                                                                                                                    Pareil pour l'échelle de douleur : ce n'est pas l'outil magique et absolu, loin de la, mais c'est pour le moment le plus polyvalent.
                                                                                                                                                                                    Ca n'empêche pas de réfléchir quand même et d'utiliser autre chose quand on se rend compte que l'outil n'est pas adapté ou d'y associer autre chose (en postopératoire immédiat, j'aime bien la phrase "voulez-vous qu'on vous fasse des médicaments supplémentaires" par exemple).

                                                                                                                                                                                    Commentaire


                                                                                                                                                                                      #91
                                                                                                                                                                                      Re : La règle de la douleur

                                                                                                                                                                                      Envoyé par etoile33
                                                                                                                                                                                      On peut reprocher plein de choses aux études cliniques, tout ce que vous voulez, mais pour le moment, on a rien trouvé de mieux que l'auto-évaluation (par EVA ou échelle numérique) pour évaluer la douleur aigüe, notamment postopératoire, et suivre l'efficacité des traitements prescrits (parce qu'effectivement, ça ne traite pas la douleur, c'est bien là où il y a confusion, il y a peut-être des gens qui en font mauvais usage).
                                                                                                                                                                                      ...
                                                                                                                                                                                      Bonjour Etoile,

                                                                                                                                                                                      On n'a peut-être rien trouvé de mieux, mais est-ce que ça a changé quelque chose à la prise en charge de la douleur ? La douleur post-op est prévisible, donc écoutée et habituellement traitée sans problème avec une ordo préalable, d'autant qu'on dispose de la voie IV, et les douleurs aiguës posent rarement problème.
                                                                                                                                                                                      Je ne vois pas comment évaluer la douleur autrement que par auto-évaluation du patient concerné, avec ou sans réglette.

                                                                                                                                                                                      La douleur chronique, c'est une autre paire de manches, et bon, ça rassure sans doute l'AS ou l'IDE d'utiliser la règle EVA car ça permet une transmission simple et "efficace", mais ça ne passionne pas particulièrement le patient pour ce que j'en ai vu.
                                                                                                                                                                                      Jusqu'à présent, je n'ai vu ni patient ni soignant d'équipe qui pensait que la règle EVA pouvait traiter la douleur , mais les médecins utilisent peut-être aussi ce moyen trop élémentaire pour leur niveau ?
                                                                                                                                                                                      cath

                                                                                                                                                                                      debout les crabes.. la mer monte !

                                                                                                                                                                                      Commentaire


                                                                                                                                                                                        #92
                                                                                                                                                                                        Re : La règle de la douleur

                                                                                                                                                                                        Par exemple, dans mon institution, je sais qu'il y a un mésusage de l'évaluation de la douleur.

                                                                                                                                                                                        Elle est faite, mais pas suffisamment répétée pour être d'une quelconque efficacité dans les services.
                                                                                                                                                                                        C'est pour ça que j'insistais en disant que l'important n'est pas de l'avoir utilisé, mais de l'avoir utilisé correctement.
                                                                                                                                                                                        D'où peut-être cette impression pour certains que "ça ne sert à rien".

                                                                                                                                                                                        Commentaire


                                                                                                                                                                                          #93
                                                                                                                                                                                          Re : La règle de la douleur

                                                                                                                                                                                          Envoyé par ml44
                                                                                                                                                                                          Bonsoir,
                                                                                                                                                                                          Il semble que les patients sont obnubilés tout autant, sinon plus, que les médecins par la fameuse réglette.
                                                                                                                                                                                          L'EVA n'a aucun intérêt dans une douleur aiguë et/ou inhabituelle, qu'elle soit violente ou non. C'est l'exemple du ventre chirurgical cité. C'est alors l'examen clinique qui importe, voire quelques examens de débrouillage.
                                                                                                                                                                                          La réglette a un intérêt dans les douleurs chroniques, dont la cause est connue, pour adapter le traitement antalgique, en fonction du niveau de soulagement obtenu pour un patient donné. Ce n'est pas un outil diagnostic.
                                                                                                                                                                                          Cordialement.
                                                                                                                                                                                          ml44
                                                                                                                                                                                          Lien
                                                                                                                                                                                          Et là:
                                                                                                                                                                                          Envoyé par Etoile33
                                                                                                                                                                                          On peut reprocher plein de choses aux études cliniques, tout ce que vous voulez, mais pour le moment, on a rien trouvé de mieux que l'auto-évaluation (par EVA ou échelle numérique) pour évaluer la douleur aigüe, notamment postopératoire, et suivre l'efficacité des traitements prescrits (parce qu'effectivement, ça ne traite pas la douleur, c'est bien là où il y a confusion, il y a peut-être des gens qui en font mauvais usage).

                                                                                                                                                                                          Alors je veux bien que vous partiez en croisade du fait de votre expérience personnelle, mais ça se base quand même sur peu de choses.


                                                                                                                                                                                          Au contraire, c'est justement en douleur chronique où l'intérêt est plus limité, mais bon, même là, pour le suivi et la reproductibilité, on l'évalue quand même
                                                                                                                                                                                          Lien

                                                                                                                                                                                          Intéressant.


                                                                                                                                                                                          Dernière modification par Campagnol, 11/02/2016, 23h39.
                                                                                                                                                                                          Douleurs intenses:
                                                                                                                                                                                          http://www.fichier-pdf.fr/2016/02/09/douleurs-intenses/

                                                                                                                                                                                          Commentaire


                                                                                                                                                                                            #94
                                                                                                                                                                                            Re : La règle de la douleur


                                                                                                                                                                                            Oooooooh ! La belle inversion accusatoire, je la garde pour ma collection :


                                                                                                                                                                                            Envoyé par etoile33
                                                                                                                                                                                            Alors je veux bien que vous partiez en croisade du fait de votre expérience personnelle, mais ça se base quand même sur peu de choses.
                                                                                                                                                                                            Parce que bien sûr, ce n'est pas vous qui êtes en croisade pour nous imposer ce truc, malgré une conception théorique loufoque et le démenti des faits dont témoignent les malades

                                                                                                                                                                                            On vous voit.


                                                                                                                                                                                            Dernière modification par Campagnol, 11/02/2016, 23h50.
                                                                                                                                                                                            Douleurs intenses:
                                                                                                                                                                                            http://www.fichier-pdf.fr/2016/02/09/douleurs-intenses/

                                                                                                                                                                                            Commentaire


                                                                                                                                                                                              #95
                                                                                                                                                                                              Re : La règle de la douleur

                                                                                                                                                                                              Alors je veux bien que vous partiez en croisade du fait de votre expérience personnelle, mais ça se base quand même sur peu de choses.
                                                                                                                                                                                              Et puis bien sûr aussi, je ne critique pas la réglette EVA parce qu'elle présente de gros défauts et qu'elle est inapplicable dans de nombreux cas, mais parce que je pars en croisade.
                                                                                                                                                                                              Cela s'appelle une attaque ad hominem et c'est révélateur d'une défaillance d'arguments chez celui qui s'en rend coupable.

                                                                                                                                                                                              Il y a aussi le déni de réalité: il ne s'agit pas seulement de mon expérience personnelle, quelqu'un d'autre a créé cette discussion et critique aussi en connaissance de cause la réglette EVA. Pis Mamie-F qui torpille la base théorique des méthodes d'auto-évaluation: Lien.
                                                                                                                                                                                              Et puis . . . , et puis . . . , etc.


                                                                                                                                                                                              Douleurs intenses:
                                                                                                                                                                                              http://www.fichier-pdf.fr/2016/02/09/douleurs-intenses/

                                                                                                                                                                                              Commentaire


                                                                                                                                                                                                #96
                                                                                                                                                                                                Re : La règle de la douleur

                                                                                                                                                                                                Envoyé par Campagnol

                                                                                                                                                                                                Oooooooh ! La belle inversion accusatoire, je la garde pour ma collection :


                                                                                                                                                                                                Parce que bien sûr, ce n'est pas vous qui êtes en croisade pour nous imposer ce truc, malgré une conception théorique loufoque et le démenti des faits dont témoignent les malades

                                                                                                                                                                                                On vous voit.


                                                                                                                                                                                                Ca s'appelle le principe des essais cliniques : des tests sur de grands échantillons pour valider ou pas une méthode diagnostique, un médicament, ou autre...

                                                                                                                                                                                                L'EVA a été validée dans ces situations là.
                                                                                                                                                                                                Ce n'est pas moi qui veux absolument l'imposer à tous, ce sont les recommandations d'utilisation.

                                                                                                                                                                                                C'est pourquoi je vous demande sur quoi vous vous basez à part le témoignage de 3 personnes (ce qui ne remet d'ailleurs pas en cause les essais cliniques sur le sujet).


                                                                                                                                                                                                La contradiction entre ml44 et moi est d'ailleurs un bel exemple. Qui croire? Que savez-vous réellement de ml44 et de moi-même, de nos bagages respectifs? Et bien c'est valable pour à peu près tous les témoignages sur internet...

                                                                                                                                                                                                Commentaire


                                                                                                                                                                                                  #97
                                                                                                                                                                                                  Re : La règle de la douleur

                                                                                                                                                                                                  Envoyé par Campagnol
                                                                                                                                                                                                  Intéressant.
                                                                                                                                                                                                  Bonjour,
                                                                                                                                                                                                  Oui, organisons une RCP!
                                                                                                                                                                                                  Cordialement.
                                                                                                                                                                                                  ml44

                                                                                                                                                                                                  Commentaire


                                                                                                                                                                                                    #98
                                                                                                                                                                                                    Re : La règle de la douleur

                                                                                                                                                                                                    Envoyé par ml44
                                                                                                                                                                                                    Bonjour,
                                                                                                                                                                                                    Oui, organisons une RCP!
                                                                                                                                                                                                    Cordialement.
                                                                                                                                                                                                    ml44

                                                                                                                                                                                                    Commentaire


                                                                                                                                                                                                      #99
                                                                                                                                                                                                      Re : La règle de la douleur

                                                                                                                                                                                                      Envoyé par etoile33
                                                                                                                                                                                                      Ca s'appelle le principe des essais cliniques : des tests sur de grands échantillons pour valider ou pas une méthode diagnostique, un médicament, ou autre...

                                                                                                                                                                                                      L'EVA a été validée dans ces situations là.
                                                                                                                                                                                                      Ce n'est pas moi qui veux absolument l'imposer à tous, ce sont les recommandations d'utilisation.

                                                                                                                                                                                                      C'est pourquoi je vous demande sur quoi vous vous basez à part le témoignage de 3 personnes (ce qui ne remet d'ailleurs pas en cause les essais cliniques sur le sujet).
                                                                                                                                                                                                      Les essais cliniques, les recommandations officielles, c'est une garantie, bien sûr (quoique), mais pas une garantie absolue : je rappelle qu'une recommandation de la HAS a été annulée par le Conseil d’État sur recours du FORMINDEP.
                                                                                                                                                                                                      Pourquoi le FORMINDEP a-t-il contesté cette recommandation? Parce qu'ils ont observé et pris en compte des éléments mettant en doute cette recommandation ou étant contradictoires: c'est cela la véritable démarche scientifique. Ce n'est pas la vôtre, tout le monde peut le constater ici.


                                                                                                                                                                                                      En quoi les essais cliniques ont-ils une valeur explicative? Répondent-ils à cette question: comment font les malades pour répondre à cette injonction qui leur est faite de donner un chiffre à leur douleur dans une échelle qui leur est imposée?
                                                                                                                                                                                                      On a un élément de réponse ici :
                                                                                                                                                                                                      Posté par Amical
                                                                                                                                                                                                      Demander au malade de déplacer un curseur sans lui demander (par exemple) "vous sentez-vous capable de faire ceci ou cela" ou d'autres questions pertinentes me parait insuffisant.
                                                                                                                                                                                                      Je me suis moi-même retrouvé plusieurs fois à devoir évaluer ma douleur et être bien indécis, la tentation étant grande de mettre le maxi en pensant qu'on allait s'intéresser plus à moi...
                                                                                                                                                                                                      Et d'autres fois, agacé pour de multiples raisons et préférant rentrer chez moi, j'ai minimisé la chose.
                                                                                                                                                                                                      Lien
                                                                                                                                                                                                      Je me suis aperçu que j'avais fait la même chose au moins une fois. Les malades comprennent vite l'usage que vous faites de cette réglette et beaucoup donnent la réponse qui leur permet d'obtenir ce qu'ils veulent. On finit par comprendre qu'au dessus de trois on aura droit au tramadol et à la morphine à partir de sept.

                                                                                                                                                                                                      Sybille a parfaitement raison de parler de perversité : non seulement le malade a mal mais en plus il pense être obligé de jouer la comédie et de participer à cette mascarade pour obtenir d'être soulagé.



                                                                                                                                                                                                      Dernière modification par Campagnol, 13/02/2016, 18h05.
                                                                                                                                                                                                      Douleurs intenses:
                                                                                                                                                                                                      http://www.fichier-pdf.fr/2016/02/09/douleurs-intenses/

                                                                                                                                                                                                      Commentaire


                                                                                                                                                                                                        Re : La règle de la douleur

                                                                                                                                                                                                        Je suis actuellement dans un centre de rééducation fonctionnelle et la réalité confirme la réponse que j'avais faite à Amical ici : l'échelle d'évaluation de la douleur est bien un outil de productivité et rien d'autre. La question du médecin est : "Quel niveau de douleur entre 0 et 10?"
                                                                                                                                                                                                        Voilà, vite torché, pas question de s'embêter avec l'évaluation de la douleur. Il n'est même plus fait mention de la douleur maximale imaginable, pourtant prévue dans la procédure. Le patient doit répondre aussi sec par un chiffre. Point.



                                                                                                                                                                                                        Douleurs intenses:
                                                                                                                                                                                                        http://www.fichier-pdf.fr/2016/02/09/douleurs-intenses/

                                                                                                                                                                                                        Commentaire


                                                                                                                                                                                                          Re : La règle de la douleur

                                                                                                                                                                                                          Je remercie D Dupagne pour son article sur les stratégies absurdes (Lien ). On y trouve une explication de l'acharnement des institutions à nous imposer l'échelle "d'auto-évaluation de la douleur": la politique du chiffre.
                                                                                                                                                                                                          Traitement de la douleur : le taux d’utilisation d’une échelle visuelle pour mesurer la douleur des patients est le critère retenu. Là encore, 100% des hôpitaux ont un score maximal, même si le médecin qui discute pendant sa visite avec le malade souffrant a été remplacé par une élève infirmière qui fait la tournée des chambres en demandant à chaque malade “combien il a mal”.

                                                                                                                                                                                                          L'Autorité impose aux institutions médicales une utilisation maximale de la réglette en échange d'une bonne évaluation et, donc, d'une meilleure rémunération.



                                                                                                                                                                                                          Dernière modification par Campagnol, 04/05/2016, 00h04.
                                                                                                                                                                                                          Douleurs intenses:
                                                                                                                                                                                                          http://www.fichier-pdf.fr/2016/02/09/douleurs-intenses/

                                                                                                                                                                                                          Commentaire


                                                                                                                                                                                                            Re : La règle de la douleur

                                                                                                                                                                                                            Dans toute ma "carrière" de patient, je n'avais jamais entendu de malade déclarer spontanément un chiffre pour évaluer sa douleur.
                                                                                                                                                                                                            Surtout au dixième près!

                                                                                                                                                                                                            Généralement, nous plaçons l'intensité de notre douleur à l'intérieur d'une "boite" ou d'un "tiroir" dans un ensemble de quatre ou cinq boites au maximum:
                                                                                                                                                                                                            • la boite des douleurs faibles pour lesquelles nous ne demandons aucun traitement,
                                                                                                                                                                                                            • La boite des douleurs moyennes,
                                                                                                                                                                                                            • la boite des douleurs fortes,
                                                                                                                                                                                                            • La boite des douleurs atroces, insupportables ou intolérables, etc.
                                                                                                                                                                                                            Chaque boite désigne un ensemble de valeurs d'intensité de la douleur assez proches. Une fourchette de valeurs ou, plutôt, un nuage car la boite est un ensemble flou.
                                                                                                                                                                                                            Tout le contraire d'un chiffre: on donne un chiffre quand on a une idée précise de l'intensité de la douleur.

                                                                                                                                                                                                            Un chiffre précis de l'intensité de la douleur, c'est ce que veut obtenir le soignant soumis à l'autorité de l'institution; pas le malade, spontanément. Appeler ces échelles d'évaluation de la douleur avec des chiffres des méthodes d'"auto-évaluation" est donc abusif. C'est de la langue de bois, un mensonge éhonté.


                                                                                                                                                                                                            Douleurs intenses:
                                                                                                                                                                                                            http://www.fichier-pdf.fr/2016/02/09/douleurs-intenses/

                                                                                                                                                                                                            Commentaire


                                                                                                                                                                                                              Re : La règle de la douleur

                                                                                                                                                                                                              Envoyé par Campagnol
                                                                                                                                                                                                              Dans toute ma "carrière" de patient, je n'avais jamais entendu de malade déclarer spontanément un chiffre pour évaluer sa douleur.
                                                                                                                                                                                                              Surtout au dixième près!

                                                                                                                                                                                                              Généralement, nous plaçons l'intensité de notre douleur à l'intérieur d'une "boite" ou d'un "tiroir" dans un ensemble de quatre ou cinq boites au maximum:
                                                                                                                                                                                                              • la boite des douleurs faibles pour lesquelles nous ne demandons aucun traitement,
                                                                                                                                                                                                              • La boite des douleurs moyennes,
                                                                                                                                                                                                              • la boite des douleurs fortes,
                                                                                                                                                                                                              • La boite des douleurs atroces, insupportables ou intolérables, etc.
                                                                                                                                                                                                              Chaque boite désigne un ensemble de valeurs d'intensité de la douleur assez proches. Une fourchette de valeurs ou, plutôt, un nuage car la boite est un ensemble flou.
                                                                                                                                                                                                              Tout le contraire d'un chiffre: on donne un chiffre quand on a une idée précise de l'intensité de la douleur.

                                                                                                                                                                                                              Un chiffre précis de l'intensité de la douleur, c'est ce que veut obtenir le soignant soumis à l'autorité de l'institution; pas le malade, spontanément. Appeler ces échelles d'évaluation de la douleur avec des chiffres des méthodes d'"auto-évaluation" est donc abusif. C'est de la langue de bois, un mensonge éhonté.


                                                                                                                                                                                                              Une imposture, effectivement : on fait semblant de s’occuper de votre douleur réelle = on la déréalise = on vous nie jusqu’à l’os.
                                                                                                                                                                                                              Je ne pense pas en termes de « boites » pour ma part mais de fonctionnement : il y a un niveau où je ne peux plus penser, dit aussi « bouilli dans la tête », (inquantifiable car il varie selon les époques de la vie et les pathologies) ; quand je sens approcher cette situation, plouf plouf, je sors l’artillerie. Sinon, je navigue à vue en composant avec la torture mais pas question d’avouer !

                                                                                                                                                                                                              Commentaire