Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Arrêt des neuroleptiques

Réduire
X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

    Arrêt des neuroleptiques

    Bonjour,

    Je souhaiterait m'adresser ici à ceux qui ont arrêté les neuroleptiques avec l'accord de leur médecin traitant. (que vous aiez repris des médicaments depuis ou non). Merci de bien vouloir me faire part de vos expériences, meme si vous n'avez pas la patience de répondre à toutes mes questions, vous pouvez répondre seulement à celles que vous voulez.

    - Comment s'est passé le sevrage de manière générale ?

    - A quel rythme avez vous baissé les doses ?

    - Pendant combien de temps avez vous pris des neuroleptiques régulièrement avant d'envisager d'arrêter ? Etiez vous stabilisé(e) d'après votre médecin ?

    - Est-ce que des symptômes de la maladie sont réapparus ou se sont accentués ? Ont ils diminués avec le temps ? Comment les avez vous vécu/traité ?

    - Quels autres effets secondaires (syptomes pas directement liés à votre maladie comme par exemples des maux de tete) avez vous eu ?

    - Si vous arriviez à travailler sous neuroleptiques, comment s'est passé votre vie au travail durant l'arrêt des médicaments ? Avez vous été absent(e) ? Moins concentrée ? (cette question est très importante pour moi car j'ai un travail en ce moment et j'ai peur de ne plus assurer si je commence un sevrage)

    - Avez vous constaté des changements dans vos relations entre avant / pendant / après le sevrage ? Etiez vous soudain plus ou moins sociable, sensible ou paranoiaque ?

    - L'arrêt des neuroleptiques vous a-t-il rendu plus ou moins angoissé(e) ?

    Je m'arrête là avec mes questions... excusez cette inquisition ! J'hésite encore à demander à ma psy si elle serait d'accord que j'essaie d'arrêter les neuroleptiques car je vais beaucou mieux depuis 1 an. Je suis pas sure de vouloir me lancer dans cette aventure, surtout à cause de mon travail et de mon petit ami (je n'ai pas envie de lui faire subir ca). vos expériences m'aideraient vraiment à y voir plus clair....

    Merci d'avance à ceux qui me répondront.
    titi-le-soleil
    [I]Et lorsqu'elle sera passée, je tournerai mon œil intérieur sur son chemin. Et là où elle sera passée, il n'y aura plus rien. Rien que moi.[/I

    #2
    Re : Arrêt des neuroleptiques

    bonjour,
    moi aussi je suis dans le meme cas, je pense arreter mes neuroleptique, mais je souhaite l'accord de mon medecin, j'ai deja arreter le traitement il y a trois ans, celon mes proche j'ai rechuter au bout d environ 1 ans, on m'a rehospitaliser et cela a ete tres dur de m'en remettre,
    pour te repondre il faudrait savoir que ma vie a completement changer si tu arrete tes comprimés , je n'avais pas de manque au contraire j'ete plein d'energie, j'ai retrouve mon poids correct 15kg en moins ,je me sentais mieux,
    avec le recul j'avais changer de personnalitée,
    j'aimerai poser une question a mon tour
    comment est on diagnostiquer schizophrene est ce que l'on peut voir le flux de dopamine ou est ce seulement par le comportement et le diagnostic d'un psychatre?

    Commentaire


      #3
      Re : Arrêt des neuroleptiques

      Bonjour titi,

      Envoyé par titi-le-soleil
      - Comment s'est passé le sevrage de manière générale ?
      Moyen... j'ai eu beaucoup de sueurs froides, de nausées, même de la fièvre ; heureusement, au bureau, à l'étage au-dessus du mien, il y a une pièce où il y a des lits, où j'allais parfois me reposer. J'ai eu quelques journées très difficiles, comme si mon corps se désintoxicait trop brutalement. En même temps, et paradoxalement, je crois que j'étais contente d'en baver, j'avais l'impression d'évacuer du poison.

      Ici, on a beaucoup d'alcooliques qui ont suivi des cures, qui parfois replongent ; en fait, j'ai eu des symptômes similaires à un sevrage alcool.

      Pourtant, il paraît qu'il n'y a pas de dépendance et de symptômes de sevrage aux neuroleptiques ! (faut dire que j'ai tout arrêté d'un coup, l'abilify, mais aussi l'effexor et le lithium).

      Envoyé par titi-le-soleil
      - Pendant combien de temps avez vous pris des neuroleptiques régulièrement avant d'envisager d'arrêter ? Etiez vous stabilisé(e) d'après votre médecin ?
      J'ai pris des neuros (et d'autres medocs) à 19 ans, pendant plusieurs années. Puis j'ai arrêté tout traitement avec succès pendant une douzaine d'années. Puis j'ai rechuté (insidieusement d'abord). Et retraitement au neuros (et autres medocs) depuis un peu plus de 2 ans.

      A part ça, j'avais déjà arrêté fin de l'été dernier (à ce moment là, ça a été une catastrophe !). Je ne sais pas sinon si mon médecin (mon psychiatre) me considère "stabilisée" ; il considère que j'ai besoin d'un traitement à vie ; il considère que le travail m'a permis d'aller mieux, bien mieux (même si aussi le travail m'a fait aller mal, très mal, en février et mars dernier : arrêt maladie d'ailleurs).

      Envoyé par titi-le-soleil
      - Est-ce que des symptômes de la maladie sont réapparus ou se sont accentués ?
      Non, pas pour l'instant, je suis au contraire très en forme !

      Envoyé par titi-le-soleil
      - Si vous arriviez à travailler sous neuroleptiques, comment s'est passé votre vie au travail durant l'arrêt des médicaments ? Avez vous été absent(e) ? Moins concentrée ? (cette question est très importante pour moi car j'ai un travail en ce moment et j'ai peur de ne plus assurer si je commence un sevrage)
      Pendant la période de sevrage (1 semaine), difficultés au travail (voir plus haut). Depuis 1 semaine, je fonctionne bien, je me sens même beaucoup mieux concentrée et plus énergique qu'avant !

      Envoyé par titi-le-soleil
      - Avez vous constaté des changements dans vos relations entre avant / pendant / après le sevrage ? Etiez vous soudain plus ou moins sociable, sensible ou paranoiaque ?
      Plus sociable, je trouve (et dans les faits, c'est flagrant !). Pas d'épisodes "parano". Je le répète, je me sens bien.

      Envoyé par titi-le-soleil
      - L'arrêt des neuroleptiques vous a-t-il rendu plus ou moins angoissé(e) ?
      Par contre, une grosse (très grosse !) angoisse, liée au fait que j'ai peur de me planter ; j'ai peur de rechuter, je me dis que je vais bien (trop bien ?), j'ai peur que ça ne dure pas. Mais je ne prends pas de Xanax. Je veux être vierge de tout médicament maintenant !
      Dernière modification par Valerianne, 22/06/2007, 16h17.

      Commentaire


        #4
        Re : Arrêt des neuroleptiques

        Diagnostic de psychose dissociative dysthymique

        - Comment s'est passé le sevrage de manière générale ?
        Bien

        - A quel rythme avez vous baissé les doses ?
        Zyprexa 20 au début
        Zyprexa 10 ensuite
        Zyprexa 5 1 an au moins
        Zyprexa 2,5 1 an au moins


        - Pendant combien de temps avez vous pris des neuroleptiques régulièrement avant d'envisager d'arrêter ? Etiez vous stabilisé(e) d'après votre médecin ?

        4 ans, parfaitement stabilisé

        - Est-ce que des symptômes de la maladie sont réapparus ou se sont accentués ? Ont ils diminués avec le temps ? Comment les avez vous vécu/traité ?

        2 crises d'hypomanie la première année d'arrêt, résolutives en 10 jours à 2,5mg de zyprexa. Depuis un an plus rien.
        Certains symptômes négatifs sont toujours présents


        - Quels autres effets secondaires (syptomes pas directement liés à votre maladie comme par exemples des maux de tete) avez vous eu ?

        Aucuns

        - Si vous arriviez à travailler sous neuroleptiques, comment s'est passé votre vie au travail durant l'arrêt des médicaments ? Avez vous été absent(e) ? Moins concentrée ? (cette question est très importante pour moi car j'ai un travail en ce moment et j'ai peur de ne plus assurer si je commence un sevrage)

        J'ai travaillé sous traitement, à diverses doses, puis sans traitement.
        Avec peu de différences, les troubles les plus importants viennent de la maladie, pas du traitement (pour moi).


        Si tu n'assures plus pendant le sevrage, c'est que tu ne peux pas arréter, tout simplement.

        - Avez vous constaté des changements dans vos relations entre avant / pendant / après le sevrage ? Etiez vous soudain plus ou moins sociable, sensible ou paranoiaque ?

        NON

        - L'arrêt des neuroleptiques vous a-t-il rendu plus ou moins angoissé(e) ?

        NON





        Salut titi,

        Parles en à ta psy, l'arrêt, comme je l'ai dit sur de nombreux posts est une prise de risque importante, à ne pas prendre à la légère, ça implique aussi une hygiène parfaite, une discipline de fer, une vie équilibrée et une vigilance constante.
        Une nouvelle décompensation mettrait tout par terre et reprolongerait le traitement de plusieurs années. D'après les spécialistes, plus le nombre de crises est important, plus le traitement devient long avant d'envisager un arrêt, s'il est encore envisageable.
        Je précise que je considère mon cas moins grave que beaucoup de personnes que je lis sur le forum, mes délires ont cessé assez rapidement, par contre les symptômes négatifs lourds ont duré longtemps.

        Ne pas tenter cette expérience sans avis médical, vous risquez en essayant trop tôt de vous priver définitivement de la possibilité d'arrêter un jour.
        Dernière modification par piel, 22/06/2007, 11h43.

        Commentaire


          #5
          Re : Arrêt des neuroleptiques

          Envoyé par julien123
          bonjour,
          moi aussi je suis dans le meme cas, je pense arreter mes neuroleptique, mais je souhaite l'accord de mon medecin, j'ai deja arreter le traitement il y a trois ans, celon mes proche j'ai rechuter au bout d environ 1 ans, on m'a rehospitaliser et cela a ete tres dur de m'en remettre,
          pour te repondre il faudrait savoir que ma vie a completement changer si tu arrete tes comprimés , je n'avais pas de manque au contraire j'ete plein d'energie, j'ai retrouve mon poids correct 15kg en moins ,je me sentais mieux,
          avec le recul j'avais changer de personnalitée,
          j'aimerai poser une question a mon tour
          comment est on diagnostiquer schizophrene est ce que l'on peut voir le flux de dopamine ou est ce seulement par le comportement et le diagnostic d'un psychatre?
          Salut,

          Seule l'analyse des symptômes par un psy permettent le diagnostic

          Commentaire


            #6
            Re : Arrêt des neuroleptiques

            Envoyé par Valerianne
            Par contre, une grosse (très) angoisse, liée au fait que j'ai peur de me planter ; j'ai peur de rechuter, je me dis que je vais bien (trop bien ?), j'ai peur que ça ne dure pas. Mais je ne prends pas de Xanax. Je veux être vierge de tout médicament maintenant !
            Grosse erreur Val, tu augmentes ton stress.
            Fais ce que je t'ai dit!
            Prends ton Xanax, pour l'instant si tu es angoissée
            C'est quoi cette salade "vierge de tout médicament" tu veux une fessée?

            Commentaire


              #7
              Re : Arrêt des neuroleptiques

              le xanax a un effet de sevrage, il faut le reduire progressivement,
              moi qui suis un grand stresse j"evite d'en prendre,mais quant j'ai une grosse angoisse j'en prends 50mg. combien en prends tu?
              merci pour la reponse sur le diagnostic, il n'existe donc pas de machine capable de voir notre flux de dopamine, alors qu'est ce qui prouve que l'on est malade? l'avis d'un docteur?ou de plusieurs? je me pose vraiement des questions sur ma premiere hospitalisation, demain je vais voir mon psy et je lui demande de me montrer mon dossier medical, je vais discuter avec lui de l'arret de mon traitement.

              Commentaire


                #8
                Re : Arrêt des neuroleptiques

                Envoyé par julien123
                le xanax a un effet de sevrage, il faut le reduire progressivement,
                moi qui suis un grand stresse j"evite d'en prendre,mais quant j'ai une grosse angoisse j'en prends 50mg. combien en prends tu?
                merci pour la reponse sur le diagnostic, il n'existe donc pas de machine capable de voir notre flux de dopamine, alors qu'est ce qui prouve que l'on est malade? l'avis d'un docteur?ou de plusieurs? je me pose vraiement des questions sur ma premiere hospitalisation, demain je vais voir mon psy et je lui demande de me montrer mon dossier medical, je vais discuter avec lui de l'arret de mon traitement.
                A mon avis, il te dira que c'est trop tôt, puisque d'après mes calculs tu ne serais de nouveau sous traitement que depuis 2 ans.
                Les durées nécessaires sont plutôt de l'ordre de 5 ans lorsqu'il y a eu au moins 2 crises avec diminution progressive des doses.
                Tu peux peut être attendre un peu encore.
                Tu as essayé et rechuté et comme je l'ai expliqué, tu as prolongé ainsi d'autant une nécessaire prise d'anti psychotiques.
                Je précise aussi que le diagnostic n'a pas tant d'importance que cela et tu peux avoir deux diagnostics différents par deux psys différents. Tout le monde s'accorde pour parler de schizophrénies au pluriel.

                Devant la recrudescence actuelle d'envies de forumeurs d'arrêter les traitements, je ne peux qu'insister sur le fait qu'il vaut mieux attendre le meilleur moment après un traitement suffisamment long, avec un accord ferme du psychiatre, l'empressement risquant de tout foutre par terre, parce que là il faut tout recommencer et même attendre encore plus longtemps.
                Et malheureusement, beaucoup de malades ne pourront pas arrêter leur traitement, l'avenir réside donc dans l'espoir de neuros de plus en plus performants et avec le moins d'effets secondaires possibles.
                Je précise aussi qu'il ne faut pas attendre de miracles de l'arrêt du traitement, l'arrêt permettant juste la disparition de certains effets secondaires, prise de poids, somnolence, risques de dyskynésies tardives.
                Mais je précise aussi qu'à dose faible, 2,5mg de zyprexa par exemple, il n'y a plus de prise de poids ni de somnolence, du moins pour moi.
                Les symptômes négatifs ne disparaitront probablement pas, j'en ai encore...
                Les symptômes positifs risquent toujours de réapparaitre, cela m'est arrivé..., d'où l'intérêt de reprendre le traitement sans tarder dès les premier signes. Ne vous croyez pas plus forts que vous n'êtes, si vous loupez le signal d'alerte, il sera probablement trop tard. On ne reprend pas le traitement quand on délire (parce que là ce n'est plus possible et trop tard), mais quand on sent que l'on ne va pas bien, même la plus petite anomalie doit vous faire réagir, vous voyez avec votre psy l'évolution et la possibilité ou non de poursuivre la démarche d'arrêt. Personnellement, je suis parfaitement bien depuis 1 an mais si ça se dégradait, je reprendrai sans discuter le traitement.
                Dernière modification par piel, 22/06/2007, 14h40.

                Commentaire


                  #9
                  Re : Arrêt des neuroleptiques

                  Et puis pour finir, il faut arrêter de croire que les psys sont pour les traitements à vie pour tous les schizophrènes, mais ils sont responsables de votre santé et doivent peser le pour et le contre avec toujours l'angoisse que ça finisse mal, tout comme moi j'ai la trouille quand je lis certains d'entre vous.

                  Commentaire


                    #10
                    Re : Arrêt des neuroleptiques

                    Bonjour,

                    En ce qui me concerne j'ai renoncé à l'arrêt des antipsychotiques, mais j'en prends le minimum. Je vais chez le nutritionniste, pour essayer de redevenir présentable (j'y crois), je ne m'attache plus trop à chercher sur moi des effets secondaires, sauf dans les discussions sur le forum, et mon idée c'est surtout de réaliser des projets, de me décentrer, en tentant de me raccrocher à la vie ordinaire, comme les autres.

                    Bon ces dernières et prochaines semaines, c'était/c'est plutôt l'inactivité, bien au chaud chez moi, mais je fais des démarches.

                    C'est la chronicité de mes délires qui me convainc.



                    Marcan

                    Commentaire


                      #11
                      Re : Arrêt des neuroleptiques

                      Envoyé par marcan
                      Bonjour,
                      En ce qui me concerne j'ai renoncé à l'arrêt des antipsychotiques, mais j'en prends le minimum.
                      Marcan
                      tu as tout compris, toi

                      Commentaire


                        #12
                        Re : Arrêt des neuroleptiques

                        Merci Piel & Valérianne pour vos expériences.

                        Je me sens vraiment bien avec mes 200 mg de Seroquel. J'ai essayé de descendre à 150 mg il y a 3 ou 4 mois, je n'ai pas eu de délires mais de gros symptomes négatifs, j'avais plus envie de communiquer.

                        Je voudrais juste "y arriver", pouvoir avoir une vie normale, arrêter de me dire que tant que j'aurais pas arreté je pourrais pas faire d'enfants, pouvoir boire de l'alcool et retrouver ma silhouette d'avant...

                        J'en ai marre d'attendre. J'aimerai que ca bouge un peu dans ma vie... La je suis en train de m'enbourber dans mes petites habitudes de grand-mère alors que j'ai que 23 ans.

                        Jevoudrais en parler à ma psy lundi quand je la verrai, mais j'ai un ptit problème avec elle.
                        Elle était fachée après moi parce que la dernière séance était il y a 1 mois et qu'elle voulait me voir 1 fois entre deux. Malheureusement avec mes horaires de travail et ses horaires à elle, il n'y avait pas de possibilités avant, sauf les matins des jours ou je travaille l'après midi. Quand j'ai essayé de lui expliquer que c'était trop de stress pour moi de faire les trajets en train le matin (normalement on m'amène en voiture mais le matin ma mère travaille) alors que je travaille l'après midi elle m'a sorti un truc comme quoi je faisais pas d'efforts. Je lui ait dit que c'était déja arrivé qu'on se voie pas pendant plusieurs semaine quand elle partait en vacances et que c'était pas grave et elle m'a dit "moi je trouve ca grave"... du coup j'ai peur de me la ramener avec mes histoires de médocs...

                        J'ai vraiment pas compri sa réaction et ca m'a fait de la peine qu'elle réagisse comme ca. Elle devrait plutot etre contente que j'aie trouvé un travail non ? C'est quand meme pas de ma faite si le bled ou elle consulte est à 10 min de voiture mais à 30 min de train (+ 5 min à pied + les temps d'attente parce que les trains arrivent et partent pas forcément aux moment ou ca nous arrange) flute à la fin.

                        J'ai peur de me retrouver en face d'une autre incompréhension. Elle va me sortir que c'est elle le médecin et qu'elle sait mieux que moi. Punaise ! Elle voudrait me prescrire du Serdolect, neuroleptique réputé pour provoquer des troubles cardiaques et recommandé à ne donner que aux personnes qui ne supportent pas les autres traitements... Le Serdolect, quand vous le prenez vous devez faire des électrocardiogrammes régulièrement ! C'est flippant quand même ! Toute ma vie j'ai eu des problèmes de tension trop basse, j'ai une très mauvaise endurance et elle voudrait me prescrire ca, elle est frappée ! Moi je voudrais arreter les neuros, pas en prendre un qui me fasse tomber dans les vapes...

                        Voila pourquoi j'hésite à lui en parler...

                        Vous en pensez quoi ?
                        [I]Et lorsqu'elle sera passée, je tournerai mon œil intérieur sur son chemin. Et là où elle sera passée, il n'y aura plus rien. Rien que moi.[/I

                        Commentaire


                          #13
                          Re : Arrêt des neuroleptiques

                          Envoyé par titi-le-soleil
                          Vous en pensez quoi ?
                          Que si une diminution des neuros augmente tes symptômes négatifs, ty ne me sembles pas prête pour un arrêt.
                          Qu'il faut peut être trouver un anti psychotique qui te convienne mieux
                          et peut être changer de psy, si elle ne te convient pas
                          Pour les enfants, 23 ans tu as le temps

                          Commentaire


                            #14
                            Re : Arrêt des neuroleptiques

                            Envoyé par piel
                            Que si une diminution des neuros augmente tes symptômes négatifs, ty ne me sembles pas prête pour un arrêt.
                            Qu'il faut peut être trouver un anti psychotique qui te convienne mieux
                            et peut être changer de psy, si elle ne te convient pas
                            Pour les enfants, 23 ans tu as le temps
                            Je suis d'accord.

                            Je crois qu'il y a (en tout cas pour moi), toute une période avec un besoin de tester les limites de la maladie, pour bien savoir avec "quoi" il faut cohabiter. C'est important néanmoins que ça ne tourne pas mal (décompensation ).

                            Sinon, j'essaierais quand même d'en parler avec ma psychiatre.

                            Marcan

                            Commentaire


                              #15
                              Re : Arrêt des neuroleptiques

                              bonjour,

                              je n'ai pas eu de parcours permettant de répondre à cette question. Je n'ai jamais pris auparavent avant de suivre à la lettre la prescription de mon psy la peine de suivre un traitement à lon terme.
                              Il m'est arrivé maintes hospitalisations où je n'avais jamais pris conscience de mes troubles et comme j'étudiais la psychanalyse en psychologie, je me disais que je pouvais tout régler sans l'aide des médicaments.
                              Donc des parcours sous médicaments pendant les hospitalisations (3semaines le plus souvent) puis arret brutal du traitement peu de temps après la sortie. tout cela parce que la durée de l'hospitalisation m'avait pas permis de comprendre que je délirais depuis très longtemps (pensées magiques, croyances erronées, croyance de pouvoirs, voix) qui perduraient malgré les diverses hospitalisations. Je souhaitais à chaque fois que reviennent ces troubles considérés comme normaux et reservé à une élite dont j'appartenais.

                              Tout cela à changé depuis ma dernière hospitalisation : j'ai pris conscience de toutes mes idées et croyances erronées. Depuis tout va mieux. Je suis sous traitement depuis presque 1 an maintenant et je suis stabilisé depuis maintenant plusieurs mois. En vous lisant je vois qu'il y aura encore quelques années avant de convenir avec mon psy d'un arret thérapeutique de traitement. Je suis cependant sur la bonne voix car j'ai pris conscience de mes idées délirantes et que je n'ai besoin que d'une dose minime de Risperdal (3mg).

                              Cependant il y a encore quelques choses qui me perturbe. Des automatismes mentaux, pas dans le sens de clérambaud meme si cela m'arrive encore quelques fois, mais dans le sens de pensées obsessionnelles automatique qui viennnent s'imposer à moi d'ordre culpabilisante et morale. Je n'ai toujours pas compris que l'on pouvait tout penser et les pensées que l'on voudrait ignorée reviennent le plus avec force. Ces symptomes schizo-obsessionnels ou schizo-obsessifs m'empechent de penser à un éventuel arrêt car reviennent le plus souvent en m'imposant comme réaction face à ces troubles un retrait psychique jusqu'à un évitement de l'action. ( d'où fuite de situation stressante comme passer un examen - ce n'est donc pas la peur de l'échec). Ces symptomes plutôt d'ordre névrotiques sont la causes directes de mes troubles psychotiques et schizophreniques.

                              Tout cela pour dire que pour moi, ce n'est pas une question de temps dans l'arret probable du traitement mais une question de régler les différents complexes et conflits produisant mes réactions schizophreniques et névrotiques. Une fois réglé, cela me permettra d'envisager plus clairement l'arret des médicaments.

                              Tout cela pour dire, qu'en racontant quelque peu mon histoire personnelle, il faut savoir en quelque sorte si 'lon peut arreter le traitement et calculer les risques de rechutes où non. Moi, les pensées automatiques que j'ai, ne me permettent pas d'arreter mon traitement qui réussit à mettre à distance la production d'état de retrait psychique si handicapant dans mes relations avec les autres, mes souvenirs qui se perdent, mon fil conducteur qui se disloque, la concentration qui n'est plus là, etc ... ce qui me fait dire que je suis vraiment beaucoup mieux avec un traitement.

                              Ce ne sera donc pas le fait d'avoir pris les medoc pendant un certain temps qui fera que je pourrais faire un essai thérapeutique mais une thérapie TCC ou psychanalytique réussie qui me permettra peut etre de mettre fin aux medicaments...

                              Je me demande une chose : y-a-t-il aussi une angoisse permanente qui fait que vous ne pouvez sensiblement pas arreter votre traitement, ce qui mettrait en péril votre santé psychique, tout comme moi ?

                              En tout cas, je me demande si je redélirerais mais je pense que je suis "vacciné". Cependant ce que je veux éviter ce sont les réactions (comme des symptomes négatifs avec une cause chez moi) due à ces pensées schizo-obsessives.

                              Lou

                              Desolé de ne pas avoir répondu à la question mais je trouve ce questionnement intéressant. Moi, je ne pense pas arreter de suite, pas parce que je suis stabilisé mais pour d'autres raisons qui sont liées à des symptomes plutot névrotiques précurseurs d'un état schizophrenique, qui me perturbent toujours mais moins avec le traitement. J'aimerais que des personnes dans mon cas puissent me répondre sur une volonté d'arret mais ayant le meme parcours que moi.
                              NIL NOVI SUB SOLE ? ...
                              ...en tout cas pour le moment, j'espère...

                              Commentaire

                              Unconfigured Ad Widget

                              Réduire
                              Chargement...
                              X