Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

    Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

    bonjour,

    Je souffre toujours après plusieurs années de sevrage d'un symptôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines.
    Ce syndrôme me pourrit la vie et m'empêche de vivre depuis de nombreuses années. Les souffrances que je dois endurées sont exclusivement physiques mais terribles. C'est l'état de manque. Nous ne ne sommes que 15% des sevrés a éprouver ces souffrances horribles sur une aussi longue période pouvant se prolonger sur une période de 10ans et plus.
    Quelle est la position d'atoute sur le sujet?

    Merci

    minou
    Dernière modification par minou8, 17/09/2007, 08h41.

    #2
    Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

    Cou²,

    Quel(s) benzodiazépine(s) prenais-tu ?

    Bises !
    Ondine,
    Modératrice "très patiente" de Santé-Psy.

    "Science sans conscience n'est que ruine de l' âme."

    Commentaire


      #3
      Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

      Ces benzos prescritent par mon généralistes ont été changées plusieurs fois aux fils des années.
      On m'a attaqué direct a l'halcion 0.5 jusqu'a son interdiction.
      Puis 1 stilnox et 1 havlane.... ( de tout )... et pour finir 1 rohypnol et 1 seresta.

      Commentaire


        #4
        Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

        Envoyé par minou8
        bonjour,

        Je souffre toujours après plusieurs années de sevrage d'un symptôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines.
        Ce syndrôme me pourrit la vie et m'empêche de vivre depuis de nombreuses années. Les souffrances que je dois endurées sont exclusivement physiques mais terribles. C'est l'état de manque. Nous ne ne sommes que 15% des sevrés a éprouver ces souffrances horribles sur une aussi longue période pouvant se prolonger sur une période de 10ans et plus.
        Quelle est la position d'atoute sur le sujet?

        Merci

        minou
        Bonjour

        Atoute n'est pas une personne morale et n'a donc aucune position en rien.

        Je suis médecin et administrateur principal d'Atoute. Je peux vous donner mon point de vue personnel de médecin généraliste.

        Je ne crois pas à un sevrage "chimique" du à une benzodiazépine durant plus de quelques mois.

        Je crois en revanche qu'une personne ayant subi (ou bénéficié d'...) une modification de la pensée sous benzodiazépine, peut avoir mis en place de nouveaux mécanismes de pensée et se trouver en déséquilibre après son sevrage, de la même façon qu'après une psychothérapie, il est possible de garder des troubles durables voire définitifs du fait de la révélation d'affects profondément enfouis.
        Peut-on parler de sevrage ? Cela me paraît bien difficile.

        De plus et pour compliquer les choses, de nombreuses personnes qui vont mal cherchent à tout prix une explication physique ou chimique, tant le fait d'envisager un dysfonctionnement psychique autonome les panique ou leur déplaît. On voit ainsi en consultation (ou ici) des gens faire une fixation sur leur taux de magnésium, la ligne à haute tension voisine, les pesticides, un vaccin, un nodule à leur thyroïde, un plombage au mercure, la prise d'hormones, de psychotropes divers, de médicaments de la ménopause, de lait, de gluten etc. Et je passe sur les civilisations empreintes de magie comme celles d'afrique ou des antilles ou les choses sont encore plus compliquées.

        Bref, ce n'est pas simple est je pense que dans tous les cas, le terme de sevrage est inadapté après 3 mois. Pour éviter toute polémique, il faudrait parler par exemple de "syndrome post benzodiazépine" que personne ne pourrait alors contester, et qui n'est pas plus verbeux que "blessé du divan" ou "syndrome post traumatique".

        Commentaire


          #5
          Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

          bonjour

          Je souffre bien d'un syndrome prolongé de sevrage aux benzodiazépines et non d'un "syndrome post benzodiazépine" ou syndrôme du canapé ou je ne sais quoi encore. Un chat est un chat pourquoi s'obstiner a vouloir l'apeller autrement.
          Mon "mécanisme de pensée" est parfaitement intact.
          Et ma souffrance n'a absolument rien de psychique comme le confirme tout les patients du professeur Ashton et le professeur lui même ainsi que tous les livres des victimes de ce poison ayant subit cette torture chimique à travers le monde... et ils sont nombreux (mais pas encore assez... pour l'instant...), nous sommes également et malgré tout quelques milliers a parler le même langage et a affirmer les mêmes choses sur les divers forums dans le monde sur internet.

          http://translate.google.com/translat...language_tools

          http://translate.google.com/translat...FR219%26sa%3DX

          Je ne fait aucune fixation sur...ni...ni...(c'est n'importe quoi), je souffre physiquement est uniquement physiquement tout simplement mais terriblement.

          Code HTML:
          le terme de sevrage est inadapté après 3 mois

          Tu sais que cela est parfaitement faux !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

          Protracted Withdrawal From Benzodiazepines: The Post-Withdrawal Syndrome
          Professor C Heather Ashton, DM, FRCP
          et references medicales

          http://www.benzo.org.uk/pha-1.htm

          traduction Google

          http://translate.google.com/translat...fpha%2d1%2ehtm


          Mais merci de ta réponse toubib.

          Toutefois je me permet de pensé que la négation de toutes ces souffrances physiques horribles qui nous ont été imposé par notre empoisonnement aux benzodiazépines et plus particuliérement par notre sevrage devront être le jour venu sanctionné par de très lourdes peines de prison ferme. Pour que la justice soit enfin effectivement rendu dans notre pays.
          Dernière modification par minou8, 04/11/2007, 14h05.

          Commentaire


            #6
            Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

            Benzodiazépine :
            "Clairement, l'URSS n'a pas le monopole pour la torture chimique. La différence est que dans le monde démocratique, les personnes visées étaient et sont les citoyens innocents."

            J'avalise et je confirme l'effet torturant immonde de ces poisons et drogues dures que sont les benzodiazépines qui sont les mêmes qui ont étés ressentis par la génération précédente avec les barbituriques donc très très bien connu.

            Ces pratiques barbares de torture chimique sont en principe réservées en Chine ou en URSS aux dissidents ou aux espions, elles sont dignes des médecins de la Waffen SS des camps de concentration pendant la guerre.
            Mais elles sont l'objet de la pratique la plus élevé au monde en France par les médecins généralistes, et ne sont justifié que par un soucis de prix de revient de la drogue (benzodiazépine) très très bas et au fait que certaines personnes ne ressentent pas de syndrome de sevrages (environ 20 à 25 %) tandis que pour certain cela peu duré plus de 10 ans (15%) source du professeur Ashton et professeur Lader.

            Elles sont pratiquées par nos généralistes sur les personnes de touts âges et sans raison particulière bien précise. C'est bien souvent à la tête du client. Ces actes duent à nos généralistes en France qui prescrivent n'importe quoi à n'importe qui et pour n'importe quoi (professeur Zarifian) ce qui a pour conséquence 66% d'erreurs dans les prescriptions de benzodiazépines.

            En faite, en France, on torture ( ce qui en soit est immonde)........ mais en plus (comme si cela n'était pas suffisant)......on ne torture pas les bons.......

            source :

            benzodiazepine
            http://cid-1a9bf45e79c64b0c.spaces.live.com/

            ou l'on parle du syndrome prolongé de sevrage aux benzodiazépines
            http://cid-1a9bf45e79c64b0c.spaces.live.com/lists/cns!1A9BF45E79C64B0C!341/

            Dernière modification par minou8, 11/11/2007, 18h51.

            Commentaire


              #7
              Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

              Cou²,

              Il ne faut pas généraliser "nos généralistes" !
              Le mien évite de prescrire des benzodiazépines ; il m'avait presrit de l'atarax il y a quelques temps, qui est un anti-hystaminiques connu pour ses vertu sédatives qui ne provoquent pas d'accoutumance car ce n'est pas un benzo ; l'atarax est aussi donné dans certains hôpitaux et cliniques avant une opération.

              Ondine,
              Modératrice "très patiente" de Santé-Psy.

              "Science sans conscience n'est que ruine de l' âme."

              Commentaire


                #8
                Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                Envoyé par minou8
                Benzodiazépine :
                "Clairement, l'URSS n'a pas le monopole pour la torture chimique. La différence est que dans le monde démocratique, les personnes visées étaient et sont les citoyens innocents."

                J'avalise et je confirme l'effet torturant immonde de ces "P....n" de drogues dures que sont les benzodiazépines qui sont les mêmes qui ont étés ressentis par la génération précédente avec les barbituriques donc très très bien connu.

                Ces pratiques barbares de torture chimique sont en principe réservées en Chine ou en URSS aux dissidents ou aux espions, elles sont dignes des médecins de la Waffen SS des camps de concentration pendant la guerre.
                Mais elles sont l'objet de la pratique la plus élevé au monde en France par les médecins généralistes, et ne sont justifié que par un soucis de prix de revient de la drogue (benzodiazépine) très très bas et au fait que certaines personnes ne ressentent pas de syndrome de sevrages (environ 20 à 25 %) tandis que pour certain cela peu duré plus de 10 ans (15%) source du professeur Ashton et professeur Lader.

                Elles sont pratiquées par nos généralistes sur les personnes de touts âges et sans raison particulière bien précise. C'est bien souvent à la tête du client. Ces actes duent à nos généralistes en France qui prescrivent n'importe quoi à n'importe qui et pour n'importe quoi (professeur Zarifian) ce qui a pour conséquence 66% d'erreurs dans les prescriptions de benzodiazépines.

                En faite, en France, on torture ( ce qui en soit est immonde)........ mais en plus (comme si cela n'était pas suffisant)......on ne torture pas les bons.......

                source :
                http://cid-1a9bf45e79c64b0c.spaces.live.com/

                Bonjour,

                Qu'il y ait bon nombre de prescriptions abusives d'anxiolytiques de la part de certains médecins généralistes, c'est un fait. Que ces prescriptions soient établies pour des durées trop longues, soit.

                Maintenant, comparer la prescription de benzodiazépines à des tortures chimiques, là je te dis stop, on arrête les divagations, les propos outranciers ne sont pas les bienvenus sur ce forum.

                Ok pour que tu nous livres ton expérience personnelle, Ok aussi pour que tu nous apportes des liens pertinents, études scientifiques fiables, etc., mais merci de ne pas nous bombarder de liens fumeux ni nous infliger des généralisations absurdes et des comparaisons de très mauvais goût. Un ton plus posé rendrait également tes messages plus agréables à lire.

                Si tes prochains messages ne tiennent pas compte de ces remarques, ils seront effacés.

                Cordialement.
                Pandore

                « Les mots sont des planches jetées sur des abîmes, avec lesquelles nous traversons l’espace d’une pensée...»
                Paul Valéry



                Commentaire


                  #9
                  Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                  Envoyé par Pandore
                  Bonjour,

                  Qu'il y ait bon nombre de prescriptions abusives d'anxiolytiques de la part de certains médecins généralistes, c'est un fait. Que ces prescriptions soient établies pour des durées trop longues, soit.

                  Maintenant, comparer la prescription de benzodiazépines à des tortures chimiques, là je te dis stop, on arrête les divagations, les propos outranciers ne sont pas les bienvenus sur ce forum.

                  Ok pour que tu nous livres ton expérience personnelle, Ok aussi pour que tu nous apportes des liens pertinents, études scientifiques fiables, etc., mais merci de ne pas nous bombarder de liens fumeux ni nous infliger des généralisations absurdes et des comparaisons de très mauvais goût. Un ton plus posé rendrait également tes messages plus agréables à lire.

                  Si tes prochains messages ne tiennent pas compte de ces remarques, ils seront effacés.

                  Cordialement.
                  Tout à fait d'accord avec Pandore

                  Nous sommes partisans de la liberté d'expression, donc nous ne censurons pas votre message, qui contient pourtant des énormités, des insultes pour une profession (la mienne) et une appréciation fausse de la chimie du cerveau.

                  Pour autant, nous ne vous laisserons pas vous répandre dans d'autres discussion sur ce sujet. Merci de ne pas poursuivre ce débat ailleurs que dans cette discussion.

                  J'attire également votre attention sur le point Godwin que vous franchissez bien vite et qui dessert toujours les propos de son auteur.

                  Commentaire


                    #10
                    Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                    Envoyé par Ondine
                    Cou²,

                    Il ne faut pas généraliser "nos généralistes" !
                    Le mien évite de prescrire des benzodiazépines ; il m'avait prescrit de locatrax il y a quelques temps, qui est un antihistaminiques connu pour ses vertu sédatives qui ne provoquent pas d'accoutumance car ce n'est pas un benzo ; latéraux est aussi donné dans certains hôpitaux et cliniques avant une opération.



                    Merci du conseil mais en sevrage aux benzos nous n'avons plus droit aux divers drogues qui agissent sur les récepteurs Gaba, même si les sous recepteurs sont differents comme pour l'atarax.

                    Et de toutes façons l'atarax provoque également de la dependance et est une pillule anti-sommeil comme les autres (beta-bloquant, neuroleptique cache, neuroleptique, les corticostéroïdes, les barbituriques...).





                    Ceci n'est qu'une mauvaise traduction Google que je n'ai pas le temps de corriger.

                    extrait de :
                    http://translate.google.com/translat...o%2dfaq%2ehtml

                    QUESTIONS FRÉQUEMMENT POSÉES

                    (1) question : Pourquoi ainsi beaucoup de gens obtiennent-elles des symptômes tels que le tintement, la brûlure et l'engourdissement etc. du côté gauche du corps plutôt que du bon côté du corps ?

                    Réponse : Ceci est généralement rapporté. Les raisons exactes de ce phenomenon n'est pas connues mais il se peut que les récepteurs de GABA-BZD soient plus denses dans le bon hémisphère du cerveau ou plus sensible au affecte des benzos que la gauche.

                    (2) question : Au cas où réemployer le phénobarbital pour me dégager des benzodiazépines ?

                    Réponse : Ne pas employer le pheno. Les barbiturates sont tolérants en travers avec des benzodiazépines mais ils ne fonctionnent pas exactement la même chose. Phenobarbital travaille aux récepteurs de barbiturate qui directement déclenchent ou ouvrent le canal d'ion de chlorure tandis que les benzodiazépines augmentent la fréquence d'ouverture. Elles ont un mécanisme différent d'action au récepteur de GABAa que les benzodiazépines et les drogues de Z et vous peuvent seulement finir ainsi vers le haut de compliquer des sujets en employant le pheno.

                    (3) question : Quelle est une demi vie de drogue ?

                    Réponse : La demi vie est la quantité d'heure pour une drogue d'être éliminé du jet de sang.

                    Dire que la demi vie d'une drogue est de 10 heures par exemple : Après avoir fallu par exemple à 20 le magnésium alors après 10 heures il diminuerait le magnésium 10 et puis 10 heures à plus tard au magnésium 5 et puis 10 heures ensuite qui 2.5 le magnésium, alors le magnésium 1.25 et ainsi de suite jusqu'à la drogue est indétectable. En termes de retrait de drogue, plus la demi vie est courte, plus rapidement et intensément des symptômes de retrait sera expérimentée sur la réduction de dosage. En outre les drogues temporaires courtes peuvent produire le retrait diantrefosse où les symptômes de retrait sont expérimentés inbetween des doses pendant que la dose précédente commence à porter au loin.

                    (4) question : Quel est un métabolite actif ?

                    Réponse : Quelques drogues produisent également ce qui s'appelle un métabolite actif pendant le métabolisme. Un métabolite actif est un métabolite d'une drogue qui partage les mêmes propriétés pharmacologiques de la drogue beoriginal ou de parent.

                    (5) question : J'ai manqué une dose de diazepam. Au cas où je le prendre maintenant ?

                    Réponse : Quand parler des doses manquées de diazepam, un principe de base général est si vous oubliez de la prendre à un instant spécifique et elle a été moins de 24 heures depuis la dose manquée quand vous vous rappelez alors la prise juste il. Si elle est plus de 24 heures puisque vous avez manqué la dose juste continuent avec votre régime de dosage normal. Car le diazepam est action très longue il peut être pris réellement pendant qu'un quotidien simple dose avec la fluctuation très petite dans des niveaux de sang sur des 24 périodes. Il est différent si vous prenez les composés sous peu de action mais avec du diazepam tant que la même dose est prise au cours des 24 périodes d'heure cela si est parfait.

                    (6) question : Que stabilizing signifie-t-il ?

                    Réponse : Stabilizing est votre corps s'habituant à une dose fixe de benzodiazépine. Stabilizing peut se rapporter à la période après avoir croisé de votre benzodiazépine au long diazepam temporaire de benzodiazépine. Stabalisation peut également se rapporter à des symptômes de attente de retrait pour diminuer après fabrication d'une réduction de dosage. Stabalisation ne signifie pas qu'une personne sentira 100%, beaucoup de gens ont quelques symptômes défavorables sur les benzodiazépines chroniques et ne se sentent pas bien sur la drogue qui est souvent pourquoi elles veulent se retirer. De Stabilisation moyens souvent ayant des symptômes tolérables qui sont supportables d'être sur une dose constante stable.

                    (7) question : Au cas où jupiter le sucre ?

                    Réponse :Il ne devrait pas y avoir aucun besoin de couper entièrement le sucre pour la plupart des personnes. Cependant, le sucre peut être stimulant et la réduction la quantité consommée peut aider à réduire des symptômes particulièrement en premiers semaines et mois de retrait quand le système est très sensible. La meilleure manière de la réduction le sucre est de s'assurer vous manger les hydrates de carbone complexes et se remplir de eux ayant avant toutes les nourritures sucrées. Ainsi pour le déjeuner vous pourriez prendre vos cornflakes ou pour des repas vous pourriez prendre la pomme de terre ou les pâtes ou quoi que, ainsi après qu'un repas que vous trouverez vous-même presque plein et vous aurez besoin seulement d'un petit casse-croûte sucré pour satisfaire votre appétit tandis que si vous sautez des repas ou prenez les casse-croûte sucrés peu avant vos repas principaux vous finirez vers le haut de manger deux fois les nourritures plus sucrées et la moitié ce que vous devriez être manger des hydrates de carbone complexes. Un peu de nourritures sucrées par jour ne devrait faire aucun mal. Dans la mesure où le sucre disparaît la modération est la clef !
                    (8) question : Est-ce que je peux boire l'alcool pendant ou après le retrait ?
                    Réponse : Non. Vous ne devriez boire aucun alcool. L'alcool est tolérant en travers avec des benzodiazépines et est benzo comme. Beaucoup de gens constatent que l'utilisation d'alcool cause un retour ou une détérioration des symptômes de retrait les jours et les semaines après exposition à l'alcool. Ceci devient encore plus d'un problème une fois qu'une personne est bas bas sur le benzo dosage ou dans le retrait. Si vous voulez récupérer des benzodiazépines on l'évite fortement que l'alcool est évité entièrement et pour une tout à fait certaine heure après plein rétablissement.
                    (9) question : Pourquoi est-ce que je ne devrais pas prendre des antibiotiques de fluoroquinolone ?
                    Réponse : Fluoroquinolones ne devrait pas être pris pendant la dépendance de benzodiazépine ou dans le retrait pendant qu'ils déplacent des benzodiazépines de leur récepteur, dans le laboratoire étudie, elles ont des effets d'antagoniste de GABA et sont renommés pour poser le problème principal pour la majorité de personnes qui les prennent pendant la dépendance et le retrait de benzodiazépine. Je ne peux pas avertir plus fort au sujet des risques de prendre ces drogues. Nous avons eu des personnes admises avec l'epilepticus de statut aux équipements et aux suicides intensifs de soin sur de benzo groupes de soutien de la consommation des antibiotiques de fluoroquinolone pendant la benzo dépendance ou retrait. Des réactions défavorables aux fluoroquinolones bien qu'ils semblent beaucoup plus communs dans la population dépendante de benzodiazépine des personnes, ils ruinent beaucoup des vies des personnes « non benzo » causant la neuropathie périphérique permanente et les dommages à long terme de système nerveux central, le joint, les dommages de tendon, les dommages musculaires et un éventail d'autres problèmes. Vous pouvez visiter ces sites Web pour avoir connaissance des victimes de ces drogues Agresearch, de sites Web de FQvictims et de Fluoroquinolones à avoir connaissance des effets de ces drogues. Je prévois que la vérité sortira au sujet de ces drogues ou au moins de la vérité partielle dans un couple des décennies (après que les brevets expirent), comme ce semble être combien de temps il prend la vérité pour sortir au sujet de beaucoup de lariam escroc de ces drogues par exemple, ROaccutane etc. comme cela a pris 30 ans pour que la vérité partielle sorte au sujet des benzodiazépines. Fluoroquinolone est une classe de drogue et elles ont beaucoup de générique et noms de marque ainsi si vous êtes prescrits un antibiotique que vous devrez vérifier que ce n'est pas un fluoroquinolone.

                    (10) question : Les sweeteners artificiels synthétiques tels que l'aspartame sont-ils bons à prendre ?

                    Réponse :Les sweeteners artificiels synthétiques devraient être particulièrement un aspartame évité qui a été lié aux tumeurs de cerveau et à une foule d'autres conditions et reste controversé à ce jour après des décennies sur le marché. Un des sous-produits qu'il est métabolisé à est cancérogène et les autres métabolites affectent la chimie de cerveau avec des rapports desperate causant des saisies, la manie, le vertige, le brouillard de cerveau, des crampes de muscle, le tintement, l'engourdissement, l'insomnie, des éruptions de peau, l'inquiétude et la dépression. Un autre métabolite est un méthanol qui est seulement très lentement éliminé du corps et s'accumule et est 200 fois plus toxique que méthanol (alcool). Le formaldéhyde est un autre métabolite desperate. Puisque des effets toxiques de stimulant despiertame sur le CNS il est classifiés comme excitotoxin. De loin l'aspect le plus controversé de l'aspartame est sa tumeur de cerveau favorisant des effets en épreuves preclinical avec certains des scientifiques beoriginal parlant dehors au sujet de la façon dont le Searl ferme pharmaceutique essayé pour dissimuler ces résultats et de la façon dont la FDA a au commencement refusé de l'approuver jusqu'à une intervention par Donald Rumsfeld dans les années 80. Une des polémiques est la grande augmentation des tumeurs de cerveau diagnostiquées après que l'approbation de l'aspartame qui continue à ce jour qui alledgedly et de façon controversée est prétendu être le résultat de l'aspartame et de son métabolite cancérogène d'acide aspartique.
                    Les sources communes de l'aspartame est gomme et boissons et nourritures sans sucre de régime. Le sucre normal ordinaire est une alternative beaucoup plus sûre que l'aspartame.
                    D'autres sweentners artificiels synthétiques ont également une certaine polémique liée à eux par exemple sucralose (Splenda).
                    Davantage de lecture sur l'effet de l'aspartame comme poison de fourmi
                    Rapport de FoxNews sur l'aspartame sur le youtube.

                    (11) Question : Au cas où j'éviter la caféine ?

                    Réponse : La caféine est un stimulant et est bien connue pour causer l'inquiétude et l'insomnie dans un bon nombre de gens. Les personnes dans le retrait de benzodiazépine peuvent être plus sensibles à la caféine qu'habituelles. La caféine est une drogue provoquant une dépendance et soudainement l'arrêt de elle peut mener aux effets de retrait tels que la dépression, implorer, l'irritabilité et généralement les maux de tête. Les travaux de caféine sur les récepteurs complètement différents des benzodiazépines et ne devraient pas arrêter le retrait de benzodiazépine du progrès. Cependant nous sommes tous différents et la caféine de trouvaille de certains irrite leurs symptômes et sensation qu'ils doivent stopper ceci. Car la caféine est une drogue provoquant une dépendance elle est probablement la meilleure pour effiler graduellement la dose de caféine vers le bas pendant un mois ou deux afin d'éviter des effets de retrait.
                    La caféine est trouvée en quantité élevée dans le chocolat et également de diverses boissons de film publicitaire.
                    (12) Question : Y a-t-il des drogues que je peux prendre aux effets de retrait d'aide ?
                    Réponse : Il est très peu probable que vous trouverez n'importe quelle drogue qui aura n'importe quel effet significatif sur des symptômes de retrait à moins que ce soit une drogue qui a les propriétés semblables aux benzodiazépines, par exemple travaillant au complexe de récepteur de GABA dans le cerveau. La prise des drogues avec les propriétés semblables aux benzodiazépines par exemple des comprimés somnifères hypnotiques de prétendue de « nonbenzodiazepine » drogue de Z qui travaillent aux récepteurs de benzodiazépine maintiennent simplement le penchant et de la même chose est vraie pour l'alcool comme mentionné ci-dessus. Il est probable plus probables que vous vous sentiez qu'aucun avantage ou plus mauvais de prendre aux drogues additionnelles autant de personnes se retirant des benzos ne sont très drogue sensible car leur CNS est compromis de l'utilisation à long terme et le retrait des benzodiazépines et donc sera beaucoup pour souffrir des effets nuisibles que le grand public. En outre bien que les benzodiazépines soient les drogues les plus difficiles à se retirer de, il est assez sûr de déclarer que toutes les drogues qui affectent le système nerveux central causeront probablement un syndrome de retrait lors de la discontinuation.
                    (13) Question : Comment est-ce que je me retire d'autres médicaments que je suis sur ce qui ne sont pas des benzodiazépines ?
                    Réponse :Nous sommes seulement expérimentés dans le retrait des benzodiazépines et de la benzodiazépine comme les drogues ainsi lui seraient impossibles de donner des conseils sur chaque drogue ou classe individuelle de drogue car il y a littéralement des milliers de différentes classes de drogue sur le marché. On lui recommande qu'aucune drogue ne soit abruptement discontinuée particulièrement si elle affecte le système nerveux central. Le retrait d'autres drogues devrait être effectué d'une mode semblable aux benzodiazépines avec une réduction progressive du dosage toutes les quelques semaines approximativement de 10%. Trouve le nom générique de votre médicament et fait un google simple ou pubmed la recherche comprenant le nom générique de votre drogue et la demi vie de limite devrait produire de comment rapidement éliminé la drogue et ceci devrait te donner une idée approximative de à quelle rapiditè (ou lentement) la drogue est éliminée du jet de sang. En règle générale des drogues avec une demi vie de 24 heures ou de plus peuvent être prises une fois ou deux fois par jour. Des drogues avec une demi vie de 12 heures ou plus probablement de besoin d'être pris 3 fois quotidiennement et ceux avec une demi vie plus courte devront être prises 4 fois quotidiennement et graduellement effilant les doses vers le bas en conséquence. Google peut être un grand ami en recueillant la pharmacocinétique de base (par exemple la demi vie) de votre médicament afin que vous puissiez pour formuler un plan de retrait pour de « autres drogues » indépendantes de benzo ou de benzo comme des drogues.

                    (14) Question : Comment est-ce que je sais si mes symptômes sont des benzos ou de mes autres médicaments ?
                    Comme indiqué dans la réponse ci-dessus il y a des milliers de drogues dehors sur le marché et il est impossible que nous déterminent pour chaque personne si une drogue est ou ne cause pas un symptôme ou si on le lie au retrait de benzodiazépine. On lui recommande que toi recherche Google votre médicament avec les effets secondaires de mots clés ou le nom de votre médicament et du symptôme si vous avez des soucis. Par exemple le propranolol de bêtas dresseurs par exemple peut causer l'insomnie et les statins peuvent poser des problèmes musculaires et de mémoire, inquiétude de cause du bidon de SSRI et ainsi de suite. Ce sont tous les symptômes qui on peut obtenir de se dégager des benzos. Comme ce qui juste a été dit il y a simplement des milliers de médicaments dehors là et il devra appartenir à l'individu pour faire leur propre recherche pour déterminer quant à ce qui cause quel symptôme.
                    (15) Question : Après que je me sois retiré des benzos puisse je les prendre de temps en temps ?

                    Aucun vous ne pouvez pas. Une fois que votre corps a été intoxiqué à une drogue vous ne pouvez pas re-l'exposez à la drogue sans conséquences. La plupart d'entre toi des lecteurs aura entendu parler des fumeurs qui ont stoppé pour des années ou même des décennies et ils ont une cigarette et tous leurs retraits et cravings reviennent et ils sont en arrière sur fume. Cela vaut pour d'autres drogues de tolérance et de dépendance telles que l'alcool et malheureusement aussi les benzos. C'est un problème physiologique pas un problème psychologique. Beaucoup de gens pensent qu'elles peuvent juste prendre un et employer leur détermination pour la garder à l'utilisation occasionnelle et ne comprennent pas que le corps reste hypersensible à la drogue pendant des années après avec la tolérance de persistance. Un bon nombre de gens constatent que le retour et elles d'effets de retrait sont plus mauvais après la prise du benzo occasionnel qu'avant qu'ils l'aient pris dans ce scénario. Le cerveau reste tolérant à la drogue et sensibilisé à la drogue. Tellement souvent la prise de la drogue causera typiquement un retour des effets de retrait après que la benzo dose porte au loin et ait ralenti votre rétablissement à temps. Parfois les effets de retrait peuvent retourner très fortement après la prise d'un benzo occasionnel.
                    (16) Question : Je suis dans le retrait prolongé et est-ce que je considère rétablissant, devrais je ?

                    Le rétablissement ou « retourner sur » après avoir été outre des benzos pour plus qu'un couple des semaines est assez imprévisible et est généralement conseillé contre à moins que la personne soit sévèrement suicidaire. Les résultats du rétablissement pour le retrait prolongé sont très imprévisibles. Il semble que beaucoup de trouvaille de personnes les pillules ne fonctionnent pas la manière qu'ils ont faite avant qu'ils se soient dégagés. Certains obtiennent le soulagement des effets de retrait par le rétablissement pour le retrait prolongé mais peuple souvent n'obtenir aucun soulagement ou seulement quelques jours de soulagement avant le sentiment comme ils sont de retour dans le retrait encore même sur une dose stable. Peupler de temps en temps réellement la sensation plus mauvaise, réactions paradoxales graves se développantes parfois en rétablissant pour le retrait prolongé. Quand vous vous dégagez les pillules vos récepteurs de cerveau de benzodiazépine commutent des états et il y a toutes les sortes de produit chimique complexe et de changements physiologiques comportant le codage de transcription de gène quand vous entrez dans la phase de retrait de poteau et retourner de ce fait sur des pillules a des effets imprévisibles dans un bon nombre de gens. Certains du rétablissement pour le retrait prolongé obtiennent le soulagement mais pour beaucoup d'autres elles obtiennent peu ou pas de soulagement et pour certains elles même se sentent plus mauvaises et vont paradoxales. En termes de laymans vous ne devriez pas généralement interupt le processus curatif sensible du système nerveux central une fois qu'il a commencé. Un autre problème est d'employer la terminologie médicale, est l'effet d'inflammation, l'effet d'inflammation est où les retraits multiples, mettant le corps dans le retrait et hors des temps multiples de retrait peuvent causer un hypersensitisation des systèmes de récepteur et de ce fait entraînant le système nerveux être hypersensitised qui peut mener des personnes à ne pas pouvoir en mesure au stabalise sur leurs benzos comme elles ont employé et aussi bien qu'au sentiment toxique sur les drogues et aussi bien que constater que chaque retrait est plus mauvais que précédent. En termes simples de laymans il est souvent mais pas toujours plus dur la 22eme fois autour et plus dur encore la 3ème fois autour au retrait, dans les personnes qui se sont complètement retirées et a alors retourné dessus. Ceci ne semble pas être le cas pour les personnes qui ont partiellement effilé en bas de leur dosage et dose alors levée. Ce semble seulement le cas pour ceux qui se sont complètement retirés pour plus qu'un couple des semaines et est puis revenu sur des périodes multiples.
                    (17) Question : Au cas où je prendre des suppléments ou des herbes pour le retrait de benzodiazépine ?

                    Il ne devrait pas y avoir aucun besoin de suppléments à moins que vous ayez une insuffisance sérieuse dont je doute que beaucoup de lecteurs auront. Une analyse de sang simple peut vérifier votre statut biochimique et alimentaire de base. Les vitamines de B sont tout à fait bien connues pour causer l'inquiétude et la stimuler comme des effets dans les personnes se retirant des benzos. Il est bien mieux si vous essayez d'obtenir votre nutrition de la nourriture normale de sources par exemple ainsi votre corps prend de ce qu'il a besoin de la nourriture dans un peu en jour. Avec des suppléments il y a une grande inondation d'un seul trait des aliments beaucoup davantage que les besoins et ceci de corps peuvent avoir une drogue douce comme l'effet avec quelques symptômes et effets secondaires désagréables dans certains. Je ne dis pas que les suppléments sont aussi mauvais que des benzos naturellement mais je sois énonciation juste qu'un bon nombre de gens sont sensible aux suppléments particulièrement dans le retrait. En outre il est peu probable que vous bénéficieriez à moins que vous ayez été véritablement déficient. Si vous voudriez s'assurer que vous obtenez assez de nutrition que vous devriez faire de la recherche sur le google sur Omega 3 nourritures riches, peut-être mangez des fruits plus frais et des légumes (de préférence organiques), prenez une salade un couple des périodes par semaine et toi aurez le régime le plus sain sur votre rue sans des effets secondaires et tous aliments dont vous avez besoin. S'assurer que vous manger des riches d'un régime dans omega3, protéine, vitamines et minerais et toi aurez toute nutrition que vous avez besoin. Quelques légumes crus une fois ou deux fois une semaine est encore meilleur pour obtenir la meilleure nutrition.
                    Quelques herbes par exemple KAVA et valériane et beaucoup d'autres réellement sont benzo comme des drogues et travaillent aux récepteurs de benzodiazépine ! Ceci a été étudié dans les beaucoup d'animal de neurologie radiolabled des études d'obligatoire et la plupart de ces herbes avec du sédatif comme des propriétés ont été démontrées au travail par l'intermédiaire du complexe de récepteur de GABA-benzodiazépine. Infact KAVA est une drogue commandée interdite est quelques pays autour du monde dû au potentiel de toxicité et d'abus ! Bien que la plupart des herbes vendues au-dessus du compteur soient beaucoup plus faibles que les pharmaceutiques bon nombre d'entre elles exercent toujours les propriétés pharmacologiques. Tellement essentiellement elles sont les drogues moins efficaces. Les extraits normaux de fines herbes d'Infact et d'usine composent certaines des drogues les plus efficaces que nous connaissons comprenant le diamorphine (héroïne) on pourrait dire que qui dans l'intéret d'arguments est un extrait de fleur et la cocaïne dans l'intéret d'arguments pourrait être classée comme extrait et aspirin de feuille d'usine car extrait d'écorce. Les exemples extrêmes mais toi voyez le point du FAQ que les drogues normales ne sont pas sans activité et ainsi effets secondaires et interactions pharmacologiques quoique probablement moins que beaucoup de drogues concentrées de prescription.
                    (18) Question : Au cas où j'essayer la thérapie comportementale cognitive pour mes symptômes ?

                    Ceci dépend de plusieurs facteurs. Premièrement si vous prenez actuellement des benzodiazépines vous ne devriez pas recevoir le CBT parce que simplement au mieux vous êtes susceptibles de perdre votre temps. Il y a eu des études sur le CBT et les la plupart ont constaté que le CBT est inefficace tandis qu'une personne est toujours sur des drogues de benzodiazépine. C'est parce que les benzodiazépines empêchent l'étude de certaines nouvelles qualifications particulièrement cognitives et de qualifications émotives. Les gens qui sont toujours sur des benzodiazépines répondent mieux à l'appui psychologique, tel que la réassurance, la confirmation du problème, l'arrangement et le conseil et l'information pratiques de retrait. Qui s'assure que l'appui peut être un membre de famille, un conseiller, un groupe de soutien ou chef religieux, n'importe qui qui est disposé à écouter, apprendre, encourager et rassurer. il devrait être considéré la plupart des personnes à moins qu'ils aient été par le benzo retrait ne puissent pas comprendre ainsi le but n'est pas souvent de trouver quelqu'un bien informé dans les benzos mais le but est plus pour trouver quelqu'un qui est disposé à écouter et à vous apprendre et croire temps d'excédent.
                    Une fois qu'une personne est outre des benzos que le CBT devient plus efficace. Il peut être efficace dans les personnes qui ont quelques problèmes de la phobie ou de l'inquiétude avant les benzodiazépines qui restent toujours. Je suis sceptique d'à quel point le CBT réussi est pour des symptômes de retrait car les symptômes de retrait ne sont pas un problème psychologique mais un problème physiologique en raison de tolérance et de toxicité et des améliorations vues dans les personnes recevant le CBT peut probablement n'avoir ainsi rien à faire avec le CBT mais avoir tout à faire avec des symptômes de retrait et après des effets des drogues s'améliorant pendant que les mois passent près pendant que le corps guérit et il n'est pas ainsi probablement d'aucun grand ou d'aucun avantage du tout en améliorant le retrait de benzodiazépine selon l'opinion de ce FAQ. Les symptômes de retrait deviennent meilleurs indépendamment du CBT.
                    Ce n'est pas de frapper le CBT en général cependant, il est certainement semble être benefitial à un bon nombre de gens qui ont de diverses autres conditions et est certainement une grande amélioration sur le modèle pharmaceutique de poly-dopage conduit par argent. Le FAQ de Th est seulement sceptique des avantages du CBT spécifiquement dans la dépendance, la toxicité et le retrait de benzodiazépine. Le CBT est semble benefitial dans d'autres secteurs tels que la santé mentale et une bonne alternative de non-drogue pour différentes conditions.
                    (19) Question : Y a-t-il une différence entre différents preperations génériques des drogues ?

                    Oui. Il peut y avoir quelques différences entre les différentes marques génériques. J'ai entendu et ai lu que le ther peut être des différences jusqu'à de 20% dans le dosage entre les différentes drogues génériques.






                    Il peut légalement y a une variation pensent près 20% dans le dosage entre différentes drogues génériques. Si vous notez quelques effets de retrait des noms de marque de changement vous avez deux choix. L'un ou l'autre commutateur à une autre marque ou font de la drogue en question ou bien le traitent comme une coupe et une attente de dose votre corps pour s'habituer à la différence dans la dose. Vous pourriez demander votre pharmacie s'il y a un nom de marque alternatif qu'elles stockent que vous pourriez employer ou essayer. S'il y a une différence dans le dosage, comme moins, alors toi pourrait juste le traiter comme réduction de dose et attendre votre corps pour s'égaliser là-dessus. Votre docteur et pharmacie seraient votre meilleur pari pour voir s'ils pourraient vous juger sur un nom de marque générique différent si vous éprouvez n'importe quelle commutation de difficulté entre les noms de marque de la même drogue.
                    (20) Question : Que la tolérance croisée signifie-t-elle ?







                    Les drogues tolérantes en travers sont les drogues qui travaillent sur les mêmes systèmes dans le cerveau ou le corps, à côté d'un semblable ou le même mécanisme. Typiquement si vous êtes tolérant à une drogue et toi prendre une autre drogue qui est tolérante en travers vous aura un effet réduit car vous serez déjà tolérant à la drogue. Dire ainsi que quelqu'un prend le lorazepam régulièrement et décide alors de prendre le zopiclone au lieu du lorazepam qu'ils constateront que le zopiclone a un effet sensiblement réduit que quelqu'un qui n'a régulièrement jamais pris une drogue tolérante en travers de GABAergic avant.
                    En outre les drogues tolérantes en général en travers allégeront les effets de retrait d'une autre drogue tolérante en travers. Par exemple les familles de drogue de GABAergic telles que les barbiturates, benzodiazépines et « non » - les benzodiazépines allégeront le retrait d'alcool et vice-versa.
                    Les drogues tolérantes en travers ont également les possibilités de réactiver des effets de retrait dans quelqu'un qui a discontinué une drogue qu'ils ont étée physiquement dépendants dessus et également augmentant un niveau de tolérance de personnes s'il est pris sur la drogue ils sont actuellement personne à charge dessus. Par exemple si quelqu'un dépend tolérant et physiquement de zopiclone ou d'alcool de prises de diazepam, leur niveau de tolérance peut alors être élevé et ceci peut avoir comme conséquence des effets de sevrage et de rebond le jour suivant.
                    L'alcool, les benzodiazépines, les non benzodiazepines, les corticostéroïdes et les barbiturates sont tout le tolérants en travers entre eux et tout le travail sur le complexe de récepteur de GABAa par l'intermédiaire d'augmenter sa fonction.
                    Dernière modification par minou8, 24/09/2007, 13h45.

                    Commentaire


                      #11
                      Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                      Envoyé par d_dupagne
                      Tout à fait d'accord avec Pandore

                      Nous sommes partisans de la liberté d'expression, donc nous ne censurons pas votre message, qui contient pourtant des énormités, des insultes pour une profession (la mienne) et une appréciation fausse de la chimie du cerveau.

                      Pour autant, nous ne vous laisserons pas vous répandre dans d'autres discussion sur ce sujet. Merci de ne pas poursuivre ce débat ailleurs que dans cette discussion.

                      J'attire également votre attention sur le point Godwin que vous franchissez bien vite et qui dessert toujours les propos de son auteur.
                      OK toubib

                      Commentaire


                        #12
                        Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                        Le 1 octobre 2007 va faire date en France.
                        Un professeur de médecine français m'a déclare "Je vais vous aidez à faire reconnaître en France le syndrome prolongé de sevrage aux benzodiazépines, cela ne devrait pas posé de problême" "ainsi que les pratiques "....." dont vous avez été la victime"

                        Certains médecins qui nient l'accumulation des toxiques (benzodiazépines) dans les corps gras, en particulier dans le cerveau et qui peuvent perdurer pendant une periode pouvant atteindre 10 ans apres l'arret des prises des benzodiazépines et invente n'importe quoi... vont devoir revoir leurs copies !!!
                        Dernière modification par minou8, 18/10/2007, 00h24.

                        Commentaire


                          #13
                          Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                          Envoyé par minou8
                          Le 1 octobre 2007 va faire date en France.
                          Un professeur de médecine français m'a déclare "Je vais vous aidez à faire reconnaître en France le syndrome prolongé de sevrage aux benzodiazépines, cela ne devrait pas posé de problême" "ainsi que les pratiques "....." dont vous avez été la victime"

                          Certains médecins qui nient l'accumulation des toxiques (benzodiazépines) dans les corps gras, en particulier dans le cerveau (visible par un IRM) et qui peuvent perdurer pendant une periode pouvant atteindre 10 ans apres l'arret des prises des benzodiazépines et invente n'importe quoi... vont devoir revoir leurs copies !!!
                          Bonjour Minou,

                          Je partage votre opinion.

                          Il existe naturellement un syndrome prolongé de sevrage aux benzodiazépines et il n'est pas utile de l'appeler autrement. Il me semble par ailleurs qu'il n'est pas opportun de refuser à une personne l'analyse qu'elle fait de sa souffrance en des termes assez blessants. Si le point Godwin a été atteint dans cette discussion, il me semble que les responsabilités en sont partagées.

                          Dans mon opinion, deux composantes sont à prendre en compte pour expliquer le syndrome prolongé de sevrage aux benzodiazépines ; la composante comportementale qui concerne principalement les troubles d'ordre psychique, et la composante chimique qui concerne les symptômes PHYSIQUES du sevrage aux benzodiazépines.

                          Minou se plaint de troubles PHYSIQUES. Comment expliquer la persistence de spasmes et douleurs musculaires et des troubles gastro-intestinaux autrement que par la présence résiduelle de benzodiazépines dans les graisses ?

                          Il me semble qu'on peut encourager Minou à s'exprimer au contraire, pour nous en apprendre plus sur le syndrome prolongé de sevrage aux benzodiazépines. Laissons la médecine moderne continuer à s'enrichir de l'apport de ses patients.

                          Commentaire


                            #14
                            Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                            Envoyé par coccinelleneufpoints
                            Bonjour Minou,

                            Je partage votre opinion.

                            Il existe naturellement un syndrome prolongé de sevrage aux benzodiazépines et il n'est pas utile de l'appeler autrement. Il me semble par ailleurs qu'il n'est pas opportun de refuser à une personne l'analyse qu'elle fait de sa souffrance en des termes assez blessants. Si le point Godwin a été atteint dans cette discussion, il me semble que les responsabilités en sont partagées.

                            Dans mon opinion, deux composantes sont à prendre en compte pour expliquer le syndrome prolongé de sevrage aux benzodiazépines ; la composante comportementale qui concerne principalement les troubles d'ordre psychique, et la composante chimique qui concerne les symptômes PHYSIQUES du sevrage aux benzodiazépines.

                            Minou se plaint de troubles PHYSIQUES. Comment expliquer la persistence de spasmes et douleurs musculaires et des troubles gastro-intestinaux autrement que par la présence résiduelle de benzodiazépines dans les graisses ?

                            Il me semble qu'on peut encourager Minou à s'exprimer au contraire, pour nous en apprendre plus sur le syndrome prolongé de sevrage aux benzodiazépines. Laissons la médecine moderne continuer à s'enrichir de l'apport de ses patients.
                            Bonsoir,

                            Puisque vous êtes amateur d'histoire fantaisiste, je vous propose une autre hypothèse : la présence de benzodiazépines dans l'eau de boisson, due au retraitement des eaux usées contenant les urines des patients traités.

                            Des études ont été faites, au USA notamment, qui montrent que certains médicaments sont retrouvés à des taux de 1 microgramme par litre dans l'eau des rivières.

                            Vous croyez avoir arrêté le médicament et vous en prenez encore

                            J'insiste sur le fait que cette réalité (la présence de médicaments dans l'eau) est une réalité physique, mais qu'en tirer des conséquences est en revanche totalement idiot. Il en est de même pour des taux résiduels dans la graisse un an après la prise.

                            Puisque le débat est ouvert, je rappelle donc qu'un sevrage physique de benzodiazépines 6 mois après l'arrêt ne peut être qu'une vue de l'esprit.

                            Commentaire


                              #15
                              Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                              Envoyé par d_dupagne
                              Bonsoir,

                              Puisque vous êtes amateur d'histoire fantaisiste, je vous propose une autre hypothèse : la présence de benzodiazépines dans l'eau de boisson, due au retraitement des eaux usées contenant les urines des patients traités.

                              Des études ont été faites, au USA notamment, qui montrent que certains médicaments sont retrouvés à des taux de 1 microgramme par litre dans l'eau des rivières.

                              Vous croyez avoir arrêté le médicament et vous en prenez encore

                              J'insiste sur le fait que cette réalité (la présence de médicaments dans l'eau) est une réalité physique, mais qu'en tirer des conséquences est en revanche totalement idiot. Il en est de même pour des taux résiduels dans la graisse un an après la prise.

                              Puisque le débat est ouvert, je rappelle donc qu'un sevrage physique de benzodiazépines 6 mois après l'arrêt ne peut être qu'une vue de l'esprit.
                              Bonsoir
                              C'est lumineux tes histoires fantaisistes, mais gardent les pour toi.
                              Nous souffrons physiquement (pour ma part, uniquement physiquement) et ce n'est pas tes histoires mensongeres sortant direct des milles et une nuit qui vont y changer grand chose.
                              Ton esprit : il ne voit pas grand chose, je crois
                              Je rappel toutefois l'exemple des veterans du Vietnam qui apres avoir ete en contact avec le defoliant (toxique) sont mort il n'y a pas longtemps simplement suite a un regime alimentaire qui on fait fondre les graisses et ressortir les toxiques.
                              Mais j'ai bien compris ta version "officielle" qui clos le debat (pour ma part)face a des gens bornés et aux ordres.
                              Dernière modification par minou8, 14/10/2007, 19h14.

                              Commentaire


                                #16
                                Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                                Bonjour,

                                j'ai l'impression que votre duel aux sabres tient d'un malentendu.

                                vous souffrezphysiquementsuite à l'arrêt des benzos non que cela soit du au sevrage ou encore à une décompensation psy(cosomatique, ça peut jouer aussi )
                                je crois pour ma part que c'est du au fait que les médocs vous ont abimé, physiquement parlant : tant qu'on les prends on appelle ça les effets secondaires
                                quand on arrête, on peut se rendre compte, malgrés les bénéfices qu'on a pu en tirer, de certains dégats physiques.
                                pour prendre un exemple : la dyskinésie tardive due aux neuroleptiques est un effet définitif qui altère le physique de la personne de mouvements incontrolables et ce donc à vie.
                                c'est pas du sevrage dont vous souffrez mais de la part de nocivité du médicament.

                                mowak

                                Commentaire


                                  #17
                                  Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                                  Envoyé par d_dupagne
                                  Bonsoir,

                                  Puisque vous êtes amateur d'histoire fantaisiste, je vous propose une autre hypothèse : la présence de benzodiazépines dans l'eau de boisson, due au retraitement des eaux usées contenant les urines des patients traités.

                                  Des études ont été faites, au USA notamment, qui montrent que certains médicaments sont retrouvés à des taux de 1 microgramme par litre dans l'eau des rivières.

                                  Vous croyez avoir arrêté le médicament et vous en prenez encore

                                  J'insiste sur le fait que cette réalité (la présence de médicaments dans l'eau) est une réalité physique, mais qu'en tirer des conséquences est en revanche totalement idiot. Il en est de même pour des taux résiduels dans la graisse un an après la prise.

                                  Puisque le débat est ouvert, je rappelle donc qu'un sevrage physique de benzodiazépines 6 mois après l'arrêt ne peut être qu'une vue de l'esprit.
                                  Bonsoir à vous,

                                  Je remarque que vous êtes incapable de répondre à un message sans automatiquement le tourner en dérision.

                                  Je me permets de vous diriger vers le lien suivant. J'espère que vous ne trouverez pas la source de ce texte trop fantaisiste.

                                  http://www.cbip.be/Folia/2002/F29F10B.cfm
                                  (dérouler jusqu'au titre Quelles sont les manifestations de sevrage ?)

                                  Mowak, merci pour votre apport. Le débat est en effet ouvert. Comment se fait-il que l'on puisse souffrir d'innombrables symptômes physiques aussi longtemps après la dernière prise de benzodiazépines ?
                                  Dernière modification par coccinelleneufpoints, 15/10/2007, 01h55. Motif: oubli lien

                                  Commentaire


                                    #18
                                    Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                                    Au Docteur Dupagne,

                                    Bonjour,

                                    Je vous écris pour vous proposer de reprendre le débat de façon plus apaisée. J'ai parcouru vos contributions et j'ai remarqué que vous n'hésitez pas à prendre position contre l'opinion scientifique majoritaire sur des sujets controversés, ce qui est tout à votre honneur.

                                    Un certain nombre de scientifiques isolés (Dr Heather Ashton en Grande-Bretagne, Dr Peter Breggin aux Etats-Unis, entre autres) reconnaissent le syndrome prolongé de sevrage aux benzodiazépines. La cause n'en est pas démontrée scientifiquement (ainsi la présence résiduelle de benzodiazépines dans les graisses) mais le fait est qu'un certain nombre de personnes (ainsi Minou et moi-même) continuent à souffrir de symptômes physiques divers des mois (dans mon cas) voire des années (dans celui de Minou) après le sevrage.

                                    Dans mon cas, les symptômes physiques sont les suivants : céphalées, douleurs musculaires, douleurs des articulations, nausées, diarrhées, vomissements, vertiges, asthénie.

                                    Je reconnais que le débat a été mal engagé, j'espère simplement que nous pourrons le poursuivre sur de meilleures bases.

                                    Sincèrement,

                                    Coccinelle
                                    Dernière modification par coccinelleneufpoints, 19/10/2007, 16h59.

                                    Commentaire


                                      #19
                                      Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                                      Bien qu'un sevrage aux benzodiazepinies soit deja en lui meme une torture chimique horrible. Il existe une forme agrave de cette torture.

                                      La torture chimique
                                      consiste a droguer une personne sujet a un syndrome prolongé de sevrage pendant de nombreuses annees (10, 20 ans...) avec une drogue au pouvoir addictif jamais égalé (semblable aux barbituriques): les benzodiazépines, la sevrer pendant plusieurs années puis la droguer a nouveau puis la sevrer...et encore...

                                      Afin d'auguementer les effets de cette torture certains medecins vont meme jusqu'a traiter les victimes avec des "medicaments" de type amphetamine pendant le sevrage prolongé (alors que tout exitant est interdit pendant un sevrage principlement a cause de l'akatisie)...puis des ISRSN (ayant des effets similaire à la cocaîne)...

                                      Quand on sait que le café est fortement déconseillé pendant un sevrage aux benzodiazépines ! en particulier en cas d'akatisie ! alors les amphétes et les ISRSN !!

                                      Nous comprenons fort bien ici le sadisme particuliérement cruel de ces médecins-tueurs et le peu d'importance que represente la santé de la victime.

                                      J'ai subi cette torture en France et peu en temoigne a qui me le demandera.

                                      Les medecins m'ont presque tué !
                                      Dernière modification par minou8, 06/09/2008, 11h01.

                                      Commentaire


                                        #20
                                        Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                                        Envoyé par minou8
                                        Les medecins m'ont presque tuer !
                                        Bonjour,

                                        Pour quelqu'un qui a été presque tuée, je te trouve encore très vivace
                                        Pandore

                                        « Les mots sont des planches jetées sur des abîmes, avec lesquelles nous traversons l’espace d’une pensée...»
                                        Paul Valéry



                                        Commentaire


                                          #21
                                          Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                                          Envoyé par Pandore
                                          Bonjour,

                                          Pour quelqu'un qui a été presque tuée, je te trouve encore très vivace
                                          Ce qui me reste de vie n'est en tout cas pas du aux medecins.
                                          La maladie iatrogénique...oui !!!!!!!

                                          Merci les medecins !!
                                          Dernière modification par minou8, 01/11/2007, 16h05.

                                          Commentaire


                                            #22
                                            Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                                            Bonjour,

                                            cette discution m'intérresse énormement,pour cause j'ai une préscription de benzo (divers benzo) depuis 1999.

                                            Par contre je souhaiterai préciser quelques petites choses.

                                            Quand j'entend minou8 parler de "torture chimique horrible " en parlant de sevrage au benzo,je suis a la fois d'accord et sa me fait a la fois sourire.

                                            petit resumer sommaire de mon parcour.

                                            J'ai 27 ans,je suis sorti de plus de 10 ans de toxicomanie depuis le 1er juillet 2006 (date que je n'oublirais jamais).
                                            J'ai subit des sevrage au benzo,c'est vrai que ce n'est pas agréable c'est sur.

                                            Cela dit minou8 je t'assure que des sevrages [comme on disait a l'époque avec "mes potes" : "a la dure".C'est a dire que l'on arretait volontaire du jour au lendemain toutes prise d'un produit ou medicaments],j'en ai fait avec des produits bien plus puissant que les benzo.

                                            J'ai abimer mon corp et mon esprit (décompensation psychotique dus a des prise énorme de LSD,ketamine,micro pointe ect...),mais je ne me presente pas comme "une victime" des medecins "voyous" qui te "torture chimiquement".

                                            Pour moi (je l'ai vecu,plusieurs fois) le manque de benzo est une miette de pain par rapport a d'autres sevrage.Cela dit je ne dit pas que c'est une partie de plaisir non plus.

                                            Bref tous cela pour dire (apres ce trés rapide résumer),que quand on parle de souffrance physique,faire attention,il y a toujour pire que soit.
                                            Toujours mieu aussi.

                                            Je suis surement dans le schema du consomateur de benzo qui va peut etre subir ce syndrome.

                                            Car, durant mon époque toxicoman,je consomé les benzo pas comme un traitement,mais comme une défonce.Prenant des quantitées énormes de benzo trés puissant (comme le trenxen 50,interdit maintenant ,il me semble).

                                            Tous cela mélangé évidement avec tous ce qui passait (alcool et toutes la drogue que je pouvais trouver).

                                            J'ai commencé a avoir un traitement au benzo en 1999/2000,suite a ma décompensation psychotique.(alternance de xanax 50 et hexomile).evidement consmation abusive comme je l'ai dit d'autres benzo en parrallèle.

                                            A ce jour j'ai un traitement methadone (j'ai diminuer et je suis a 30),plus 3 xanax 50/jour + 4 xanax 0.25/jour en cas de besoin.

                                            Soit certain mois (car maintenant je prend ces medicaments uniquement en cas de besoin,et plus pour me defoncer),150 xanax 50 par mois!!!

                                            C'est pour cela ,mit a part le coté "qui souffre le plus",j'aimerai avoir de vrai échange,calme et fondés sur les dangers des benzo.

                                            Afin de pouvoir (de toute façon je le ferais) en parler a ma psychiatre pour voir ce qu'elle me conseille.

                                            Pour conclure je pense que les benzo (entre autres) devrait etre prescrient uniquement par des psychiatre,avec si possible au moin un rendez vous chez une psychologue,avant la préscription.
                                            Sa eviterai de donner des medicaments quand meme puissant a quelqu'un qui a juste une petite période de stress du a son travail ou autre.

                                            De plus il ne faut pas etre dupe,derriere chaque médicament il y a une entreprise,c'est donc un buisnness.

                                            Donc il y a forcement certaine personne qui pousse les gens a consomer ces traitements.

                                            @ +++++

                                            PS: merci de pas me sortir des trucs du style: "la drogue t'a bien voulu la prendre ,faut assumer maintenant."
                                            D'un coté oui d'un autre non,car j'ai sombré dans ce fleau suite a un grave traumatisme dans mon enfance.... (pas besoin de vous faire un dessin...)
                                            Dernière modification par Bob 911, 05/11/2007, 03h49.

                                            Commentaire


                                              #23
                                              Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                                              Envoyé par Bob 911
                                              Bonjour,

                                              cette discution m'intérresse énormement,pour cause j'ai une préscription de benzo (divers benzo) depuis 1999.

                                              Par contre je souhaiterai préciser quelques petites choses.

                                              Quand j'entend minou8 parler de "torture chimique horrible " en parlant de sevrage au benzo,je suis a la fois d'accord et sa me fait a la fois sourire.

                                              petit resumer sommaire de mon parcour.

                                              J'ai 27 ans,je suis sorti de plus de 10 ans de toxicomanie depuis le 1er juillet 2006 (date que je n'oublirais jamais).
                                              J'ai subit des sevrage au benzo,c'est vrai que ce n'est pas agréable c'est sur.

                                              Cela dit minou8 je t'assure que des sevrages [comme on disait a l'époque avec "mes potes" : "a la dure".C'est a dire que l'on arretait volontaire du jour au lendemain toutes prise d'un produit ou medicaments],j'en ai fait avec des produits bien plus puissant que les benzo.

                                              J'ai abimer mon corp et mon esprit (décompensation psychotique dus a des prise énorme de LSD,ketamine,micro pointe ect...),mais je ne me presente pas comme "une victime" des medecins "voyous" qui te "torture chimiquement".

                                              Pour moi (je l'ai vecu,plusieurs fois) le manque de benzo est une miette de pain par rapport a d'autres sevrage.Cela dit je ne dit pas que c'est une partie de plaisir non plus.

                                              Bref tous cela pour dire (apres ce trés rapide résumer),que quand on parle de souffrance physique,faire attention,il y a toujour pire que soit.
                                              Toujours mieu aussi.

                                              Je suis surement dans le schema du consomateur de benzo qui va peut etre subir ce syndrome.

                                              Car, durant mon époque toxicoman,je consomé les benzo pas comme un traitement,mais comme une défonce.Prenant des quantitées énormes de benzo trés puissant (comme le trenxen 50,interdit maintenant ,il me semble).

                                              Tous cela mélangé évidement avec tous ce qui passait (alcool et toutes la drogue que je pouvais trouver).

                                              J'ai commencé a avoir un traitement au benzo en 1999/2000,suite a ma décompensation psychotique.(alternance de xanax 50 et hexomile).evidement consmation abusive comme je l'ai dit d'autres benzo en parrallèle.

                                              A ce jour j'ai un traitement methadone (j'ai diminuer et je suis a 30),plus 3 xanax 50/jour + 4 xanax 0.25/jour en cas de besoin.

                                              Soit certain mois (car maintenant je prend ces medicaments uniquement en cas de besoin,et plus pour me defoncer),150 xanax 50 par mois!!!

                                              C'est pour cela ,mit a part le coté "qui souffre le plus",j'aimerai avoir de vrai échange,calme et fondés sur les dangers des benzo.

                                              Afin de pouvoir (de toute façon je le ferais) en parler a ma psychiatre pour voir ce qu'elle me conseille.

                                              Pour conclure je pense que les benzo (entre autres) devrait etre prescrient uniquement par des psychiatre,avec si possible au moin un rendez vous chez une psychologue,avant la préscription.
                                              Sa eviterai de donner des medicaments quand meme puissant a quelqu'un qui a juste une petite période de stress du a son travail ou autre.

                                              De plus il ne faut pas etre dupe,derriere chaque médicament il y a une entreprise,c'est donc un buisnness.

                                              Donc il y a forcement certaine personne qui pousse les gens a consomer ces traitements.

                                              @ +++++

                                              PS: merci de pas me sortir des trucs du style: "la drogue t'a bien voulu la prendre ,faut assumer maintenant."
                                              D'un coté oui d'un autre non,car j'ai sombré dans ce fleau suite a un grave traumatisme dans mon enfance.... (pas besoin de vous faire un dessin...)
                                              bonjour


                                              Tu sais le syndrome prolongé de sevrage aux benzodiazépines ne concerne que 15% des personnes sevrees. C'est genetique et tu n'y seras peut etre pas sujet, en tout cas je te le souhaite.

                                              Il est par contre domage que cela te fasse sourire, je pense, car je sais de quoi je parle et mes mots sont helas tres pesés.

                                              Si la dureté du sevrage aux benzos est confimee par de nombreux temoignages de personnes polyconsomateurs sur le net, la duré du sevrage aux benzodiazépines n'a aucune équivalence dans le monde des drogues illegales.

                                              Mai nous sommes tous differant face a ces drogues durs.

                                              Un internaute a laissé un temoignage en français pour des personnes comme toi je pense (mais il sont nombreux sur le net) :

                                              [...] Passage supprimé par la modératrice [...]


                                              Il terminait son témoignage par ces paroles : je ne veux plus voir un medecin de ma vie...

                                              Je pense qu'il est libre de toute drogue a ce jour ou je le souhaite.


                                              Si tu veux ce temoignage je te le communiquerai en MP pour rester en régle avec le forum.
                                              Dernière modification par minou8, 09/11/2007, 00h33.

                                              Commentaire


                                                #24
                                                Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                                                Envoyé par Bob 911
                                                Bonjour,

                                                cette discution m'intérresse énormement,pour cause j'ai une préscription de benzo (divers benzo) depuis 1999.

                                                Par contre je souhaiterai préciser quelques petites choses.

                                                Quand j'entend minou8 parler de "torture chimique horrible " en parlant de sevrage au benzo,je suis a la fois d'accord et sa me fait a la fois sourire.

                                                petit resumer sommaire de mon parcour.

                                                J'ai 27 ans,je suis sorti de plus de 10 ans de toxicomanie depuis le 1er juillet 2006 (date que je n'oublirais jamais).
                                                J'ai subit des sevrage au benzo,c'est vrai que ce n'est pas agréable c'est sur.

                                                Cela dit minou8 je t'assure que des sevrages [comme on disait a l'époque avec "mes potes" : "a la dure".C'est a dire que l'on arretait volontaire du jour au lendemain toutes prise d'un produit ou medicaments],j'en ai fait avec des produits bien plus puissant que les benzo.

                                                J'ai abimer mon corp et mon esprit (décompensation psychotique dus a des prise énorme de LSD,ketamine,micro pointe ect...),mais je ne me presente pas comme "une victime" des medecins "voyous" qui te "torture chimiquement".

                                                Pour moi (je l'ai vecu,plusieurs fois) le manque de benzo est une miette de pain par rapport a d'autres sevrage.Cela dit je ne dit pas que c'est une partie de plaisir non plus.

                                                Bref tous cela pour dire (apres ce trés rapide résumer),que quand on parle de souffrance physique,faire attention,il y a toujour pire que soit.
                                                Toujours mieu aussi.

                                                Je suis surement dans le schema du consomateur de benzo qui va peut etre subir ce syndrome.

                                                Car, durant mon époque toxicoman,je consomé les benzo pas comme un traitement,mais comme une défonce.Prenant des quantitées énormes de benzo trés puissant (comme le trenxen 50,interdit maintenant ,il me semble).

                                                Tous cela mélangé évidement avec tous ce qui passait (alcool et toutes la drogue que je pouvais trouver).

                                                J'ai commencé a avoir un traitement au benzo en 1999/2000,suite a ma décompensation psychotique.(alternance de xanax 50 et hexomile).evidement consmation abusive comme je l'ai dit d'autres benzo en parrallèle.

                                                A ce jour j'ai un traitement methadone (j'ai diminuer et je suis a 30),plus 3 xanax 50/jour + 4 xanax 0.25/jour en cas de besoin.

                                                Soit certain mois (car maintenant je prend ces medicaments uniquement en cas de besoin,et plus pour me defoncer),150 xanax 50 par mois!!!

                                                C'est pour cela ,mit a part le coté "qui souffre le plus",j'aimerai avoir de vrai échange,calme et fondés sur les dangers des benzo.

                                                Afin de pouvoir (de toute façon je le ferais) en parler a ma psychiatre pour voir ce qu'elle me conseille.

                                                Pour conclure je pense que les benzo (entre autres) devrait etre prescrient uniquement par des psychiatre,avec si possible au moin un rendez vous chez une psychologue,avant la préscription.
                                                Sa eviterai de donner des medicaments quand meme puissant a quelqu'un qui a juste une petite période de stress du a son travail ou autre.

                                                De plus il ne faut pas etre dupe,derriere chaque médicament il y a une entreprise,c'est donc un buisnness.

                                                Donc il y a forcement certaine personne qui pousse les gens a consomer ces traitements.

                                                @ +++++

                                                PS: merci de pas me sortir des trucs du style: "la drogue t'a bien voulu la prendre ,faut assumer maintenant."
                                                D'un coté oui d'un autre non,car j'ai sombré dans ce fleau suite a un grave traumatisme dans mon enfance.... (pas besoin de vous faire un dessin...)
                                                Je t'ajoute une tres mauvaise traduction partiel d'un autre temoignage :


                                                [...] Passage supprimé par la modératrice [...]




                                                Comme les témoignages semblent interdits de citation je te met l'adresse d'une conférence sur les benzodiazépines ou tu trouveras ce temoignage :


                                                http://www.benzact.org/croyden%20talks.htm

                                                en traduction google :

                                                http://translate.google.com/translat...language_tools


                                                la traduction en français est disponible maintenant ici :

                                                http://cid-1a9bf45e79c64b0c.spaces.l...4B0C!384.entry
                                                Dernière modification par minou8, 01/02/2008, 06h31.

                                                Commentaire


                                                  #25
                                                  Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                                                  Bonjour,

                                                  Ce forum est destiné à recevoir les témoignages personnels des participants. Il n'est pas autorisé de recopier des textes tirés d'autres forums ou d'autres sites.

                                                  Merci de bien vouloir tenir compte de notre Charte.
                                                  Pandore

                                                  « Les mots sont des planches jetées sur des abîmes, avec lesquelles nous traversons l’espace d’une pensée...»
                                                  Paul Valéry



                                                  Commentaire


                                                    #26
                                                    Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                                                    Salut,

                                                    Alors moi je souhaiterai sortir d'un debat "qui a raison ,qui a tord".C'est dire sortir de debat bourer de lien de conference ou autre (désole minou8,mais tu va comprendre ce n'est en rien contre toi).

                                                    En fait je me dit qu'elle sont les solutions ? (et c'est ça qui m'intérresse,les causes,pour mon cas je les connaient)

                                                    -si c'est génetique : on devrait pouvoir savoir a l'avance pendant le traitement si le(s) gene(s) responsable sont présent ou non.

                                                    -le syndrome est apparement comme une crise de manque au benzo interminable.Mais alors on fait comment,on donne un autre medicament,et on repart dans cette logique d'addiction mais avec une autre molucule.
                                                    (Chose que j'ai bien connu,car dans la toxicomanie on a souvent a procéder comme cela."Etouffer" un manque (une molecule) avec une autre qui repond bien a ce besoin.)

                                                    Donc finalement comment on s'en sort de ce syndrome et comment on l'anticipe ?

                                                    Et comment savoir si on sera sujet ou non a celui ci ?

                                                    @++++

                                                    PS: quand je disait dans mon précédent post qu'il fallait (peut etre) que les benzo soit préscrit uniquement par des psychiatres,sa éviterait de "mauvaise" préscription.

                                                    J'ai eu un exple trés concret il y a quelques mois.J'ai recroisé ma nounou qui me garder mon frere et moi etant petit.
                                                    En discutant avec elle ,elle m'aprend qu'elle a une dependance a l'hexomile me disant je cite: "si j'arrete je tremble de partout,c'est insuportable".

                                                    Et elle m'explique qu'elle a commencé a avoir une petite préscription de benzo en allant chez un généraliste (qui est au passage est mon medecin de famille,et bon medecin),pour un problème de stress qui lui donnait des insomie et une anxiété.

                                                    Resultat 20 ans apres elle est dépendante.

                                                    Ce que je veut dire par cette anecdote ces 2 choses.

                                                    -les médecins généraliste (pas tous evidement) meme si il sont bon médecin,ne se rendre pas forcement compte de la puissance de ce qu'il prescrive.Il oublient que c'est pas eux qui prenne le médicament.
                                                    Des phsychiatres ont plus de retour de personne aillant un traitement benzo et savent peut etre mieu les risques d'addiction que sa peut engendrer.

                                                    -heuu pardon j'ai oublié
                                                    Dernière modification par Bob 911, 07/11/2007, 16h58.

                                                    Commentaire


                                                      #27
                                                      Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                                                      Envoyé par Bob 911
                                                      Salut,
                                                      -si c'est génetique : on devrait pouvoir savoir a l'avance pendant le traitement si le(s) gene(s) responsable sont présent ou non.

                                                      -le syndrome est apparement comme une crise de manque au benzo interminable.Mais alors on fait comment,on donne un autre medicament,et on repart dans cette logique d'addiction mais avec une autre molucule.
                                                      (Chose que j'ai bien connu,car dans la toxicomanie on a souvent a procéder comme cela."Etouffer" un manque (une molecule) avec une autre qui repond bien a ce besoin.)

                                                      Donc finalement comment on s'en sort de ce syndrome et comment on l'anticipe ?

                                                      Et comment savoir si on sera sujet ou non a celui ci ?
                                                      Oui, on doit pouvoir le savoir par une analyse genetique.
                                                      Mais c'est chére et tous le monde s'en fout a part ceux qui y sont sujet.
                                                      Et cela ne fait pas de chiffre d'affaire pour les medecins qui renouvellent toutes ces ordonnances chaque mois...

                                                      Mais il semblerait que l'on ait un profil a etre sujet a ce syndrome prolongé.
                                                      (Nous stockons ces neurotoxiques (substance vénéneuse) et il nous faut des années pour nous en débarrasser)


                                                      En France une politique pondue par des personnes sans aucune cervelle a ete mise en place pour les benzodiazépines :
                                                      Si prescription de moins de 10 ans : sevrage
                                                      Si prescription de plus de 10 ans : pas de sevrage et empoisonnement a vie.


                                                      En France pour un sevrage c'est : debrouille toi tout seul, si il n'y a pas de prescription ton cas ne nous interresse plus. Ou on te refile autre chose.


                                                      Pour savoir si tu sera sujet au syndrome prolonge de sevrage aux benzodiazépines...ben... c'est quand tu te sevre doucement et que ça dur des annees apres ta derniere prise.

                                                      Et en plus de ta souffrance physique, tu vas te taper des tas de connards de medecins qui vont t'affirmer que ça existe pas (ou qui vont te dire qu'ils le savent bien mais qu'ils ne veulent pas le dire officiellement, cela s'apppel de la désinformation médical organisée sur les effets secondaire des médicaments par les médecins) et c'est ce que fait Dupagne sur ce forum en matière de benzodiazépines : donc a eviter a tout prix, ça sert a rien et on va te balader pour rien.

                                                      Je sais que c'est pas une reponse mais....





                                                      pour respecter la loi :
                                                      Un traitement aux benzodiazépines ne doit en aucun cas être arreter brutalement et doit être supervisé par un médecin compétant en la matière ( bonne chance pour en trouver un seul en France).
                                                      Dernière modification par minou8, 25/01/2008, 13h18.

                                                      Commentaire


                                                        #28
                                                        Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                                                        Salut,

                                                        j'aimerais avoir l'avis du docteur Dupagne sur ce que j'ai dit comme:

                                                        -est ce que ce ne serait pas mieu que des pshychiatres prescrivent des benzo?

                                                        -pensez vous que ce syndrome est "dans la tete" ou est il vraiment réel ?

                                                        -Ne pense t'il pas qu'il y a (comme dans tous d'ailleur) une economie qui pousse certain medecin a prescrire pour faire tourner la machine ?

                                                        Comme disait Renaud :" la medecine est une putain sont macro c'est le pharmacien".

                                                        Désole pour ces mots cru mais sa veut bien dire ce que sa veut dire.

                                                        Enfin bref en gros son avis general sur tous ça.

                                                        Merci.

                                                        PS: en cherchant le topic je suis tombé sur un autre topic sur les benzo,et sa parle de suicide,de vie mise en danger ect...

                                                        Combien de témoignage aussi grave faudra t-il,ces 2 seuls topics montrent que ces n'est pas un cas unique,mais bien beaucoup de gens qui sont touché par le "coté obscure" de ces traitements.

                                                        PS²:Au niveau des medecins competent je suis quand meme assez d'accord,car je me souvient a une époque,mes parent m'avait hospitalisé car j'avait prit des antiparkisonien pour me defoncer (javait rien d'autre sous la main.Bah oui c'est ça etre toxico on fait nimp...)

                                                        J'arrive a l'hopital psychatrique,la psy apre m'avoir vu allé 1 min (pas en consultation hein juste elle m'a regardé).

                                                        Et la cache: "on arréte l'hexomile" (sa fesait + de 2ans que j'avait une préscription de 3 l'hexomile par jour.

                                                        C'EST ECRIT SUR LA NOTICE QU'IL NE FAUT JAMAIS ARRETER D'UN COUP,CAR EFFET DE REBOND.

                                                        Du coup 2 semaine a faire les 100 pas dans les couloir de l'hosto,en manque de benzo.Vous assure c'est une torture,surtout quand on a autour de nous des pathologies trés lourde.

                                                        Quand je suis sorti mon psy qui a prit sa retraite,mais qui etait a Lyon tres reconnu pour sa compétence et son travaille avec les toxicomane.
                                                        M'as dit que s'etait du délir de faire ce genre de chose.

                                                        Alor que cette psy pense que les benzo ne soit pas necessaire ok,mais qu'on ne les arrete pas comme ça d'un coup.C'est dingue sa a force de voir des malade ils en oublient qu'on est des être humain et que l'on souffre.

                                                        On est pas des machine quand meme!!!

                                                        Ha apre mon sevrage FORCER,quand je lui ai demandé pourquoi elle a fait ça,elle me repond trés tranquilement: "s'etait pour vous tester"

                                                        J'avait envie de lui coller une droite a ce moment
                                                        Dernière modification par Bob 911, 11/11/2007, 15h49.

                                                        Commentaire


                                                          #29
                                                          Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                                                          Envoyé par Bob 911
                                                          Salut,

                                                          j'aimerais avoir l'avis du docteur Dupagne sur ce que j'ai dit comme:

                                                          -est ce que ce ne serait pas mieu que des pshychiatres prescrivent des benzo?

                                                          -pensez vous que ce syndrome est "dans la tete" ou est il vraiment réel ?

                                                          -Ne pense t'il pas qu'il y a (comme dans tous d'ailleur) une economie qui pousse certain medecin a prescrire pour faire tourner la machine ?

                                                          Comme disait Renaud :" la medecine est une putain sont macro c'est le pharmacien".

                                                          Désole pour ces mots cru mais sa veut bien dire ce que sa veut dire.

                                                          Enfin bref en gros son avis general sur tous ça.

                                                          Merci.

                                                          PS: en cherchant le topic je suis tombé sur un autre topic sur les benzo,et sa parle de suicide,de vie mise en danger ect...

                                                          Combien de témoignage aussi grave faudra t-il,ces 2 seuls topics montrent que ces n'est pas un cas unique,mais bien beaucoup de gens qui sont touché par le "coté obscure" de ces traitements.

                                                          PS²:Au niveau des medecins competent je suis quand meme assez d'accord,car je me souvient a une époque,mes parent m'avait hospitalisé car j'avait prit des antiparkisonien pour me defoncer (javait rien d'autre sous la main.Bah oui c'est ça etre toxico on fait nimp...)

                                                          J'arrive a l'hopital psychatrique,la psy apre m'avoir vu allé 1 min (pas en consultation hein juste elle m'a regardé).

                                                          Et la cache: "on arréte l'hexomile" (sa fesait + de 2ans que j'avait une préscription de 3 l'hexomile par jour.

                                                          C'EST ECRIT SUR LA NOTICE QU'IL NE FAUT JAMAIS ARRETER D'UN COUP,CAR EFFET DE REBOND.

                                                          Du coup 2 semaine a faire les 100 pas dans les couloir de l'hosto,en manque de benzo.Vous assure c'est une torture,surtout quand on a autour de nous des pathologies trés lourde.

                                                          Quand je suis sorti mon psy qui a prit sa retraite,mais qui etait a Lyon tres reconnu pour sa compétence et son travaille avec les toxicomane.
                                                          M'as dit que s'etait du délir de faire ce genre de chose.

                                                          Alor que cette psy pense que les benzo ne soit pas necessaire ok,mais qu'on ne les arrete pas comme ça d'un coup.C'est dingue sa a force de voir des malade ils en oublient qu'on est des être humain et que l'on souffre.

                                                          On est pas des machine quand meme!!!

                                                          Ha apre mon sevrage FORCER,quand je lui ai demandé pourquoi elle a fait ça,elle me repond trés tranquilement: "s'etait pour vous tester"

                                                          J'avait envie de lui coller une droite a ce moment
                                                          Salut

                                                          Je te rappel que selon :
                                                          arrêté du 7 Octobre 1991 Prescription des hypnotiques et anxiolytiques
                                                          un traitement datant de plusieurs semaines ne doit pas être arrêté brutalement.

                                                          et que :
                                                          Un sevrage brusque aux benzodiazépines a comme conséquence un syndrome plus grave et beaucoup plus handicapant. En plus il peut y avoir comme conséquence : Convulsions, qui peuvent avoir comme conséquence la mort.

                                                          Alors pour ton sevrage brutal.......cela s'appel vraiment du sadisme gratuit...ce sont de vrais tortionaires...

                                                          Mais il ya aussi :


                                                          Respecter la durée de prescription Elle doit être aussi brève que possible, notamment de 8 à 12 semaines dans les troubles anxieux, réduction de posologie comprise, de 2 à 5 jours en cas d'insomnie occasionnelle et 2 à 3 semaines en cas d'insomnie.
                                                          Dernière modification par minou8, 13/11/2007, 12h01.

                                                          Commentaire


                                                            #30
                                                            Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                                                            Envoyé par minou8
                                                            Salut

                                                            Je te rappel que selon :
                                                            arrêté du 7 Octobre 1991 Prescription des hypnotiques et anxiolytiques
                                                            un traitement datant de plusieurs semaines ne doit pas être arrêté brutalement.
                                                            Bonjour,

                                                            L'arrêté dont tu donnes les références ne précise pas que l'on doit arrêter progressivement un traitement. Il fixe la liste des substances dont la prescription est limité dans le temps et la durée maximale de la prescription (12 semaines pour les anxiolytiques).
                                                            Pandore

                                                            « Les mots sont des planches jetées sur des abîmes, avec lesquelles nous traversons l’espace d’une pensée...»
                                                            Paul Valéry



                                                            Commentaire


                                                              #31
                                                              Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                                                              Envoyé par Pandore
                                                              Bonjour,

                                                              L'arrêté dont tu donnes les références ne précise pas que l'on doit arrêter progressivement un traitement. Il fixe la liste des substances dont la prescription est limité dans le temps et la durée maximale de la prescription (12 semaines pour les anxiolytiques).
                                                              arrêté du 7 octobre 1991 :
                                                              un traitement datant de plusieurs semaines ne doit pas être arrêté brutalement.
                                                              http://books.google.com/books?id=kKK...hhBxSa9j4RSG9w


                                                              Mais si en France il faut un arrêté pour dire à nos médecins ce qu'il faut faire intelligement car il y a un risque vital, alors qu'ils se mettent balayeur...
                                                              Dernière modification par minou8, 13/11/2007, 14h58.

                                                              Commentaire


                                                                #32
                                                                Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                                                                Envoyé par Pandore
                                                                Bonjour,

                                                                L'arrêté dont tu donnes les références ne précise pas que l'on doit arrêter progressivement un traitement. Il fixe la liste des substances dont la prescription est limité dans le temps et la durée maximale de la prescription (12 semaines pour les anxiolytiques).
                                                                Mais si... c'est indiqué :
                                                                Un traitement datant de plusieurs semaines ne doit pas être arrêté brutalement.

                                                                Commentaire


                                                                  #33
                                                                  Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                                                                  Envoyé par Bob 911
                                                                  Salut,
                                                                  Combien de témoignage aussi grave faudra t-il,ces 2 seuls topics montrent que ces n'est pas un cas unique,mais bien beaucoup de gens qui sont touché par le "coté obscure" de ces traitements.

                                                                  Du coup 2 semaine a faire les 100 pas dans les couloir de l'hosto,en manque de benzo.Vous assure c'est une torture,surtout quand on a autour de nous des pathologies trés lourde.
                                                                  En France nous sommes 5 à 7 millions a subir un traitement à long terme aux benzodiazépines et je dis bien subir.

                                                                  Pour les 100 pas, cela s'appel de l'akatisie voir de la taskinésie et c'est effectivement une torture 100% physique.


                                                                  En ce qui te concerne je te conseil (sans être médecin ni 'avoir aucune formation médical) un sevrage lent, plus tot tu l'entreprendras moins celui-ci sera difficile et moins ce sera long en cas de syndrome prolongé.
                                                                  Pour t'aider dans cette démarche, il y a un manuel qui devrait bien t'informer, c'est le manuel du professeur Ashton :
                                                                  http://www.benzo.org.uk/freman/bzcha03.htm

                                                                  Tu as tout de même 85% de chance de ne pas faire un syndrome prolongé de sevrage aux benzodiazépines qui dure 10 ans uniquement pour les personnes ayant subient un traitement compris entre 10 et 30 ans
                                                                  Dernière modification par minou8, 14/11/2007, 15h58.

                                                                  Commentaire


                                                                    #34
                                                                    Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                                                                    Bonjour,
                                                                    Je prends du seresta 50 tous les soirs pour dormir et aimerais essayer de m'en débarasser. Ma question: le syndrôme de sevrage est-il systématique ou y-a-til des personnes qui passent à travers? Peut-il être court (juste quelques jours)? En fait je suis à la recherche de témoignages positifs sur le sujet car ce post m'affole un peu.
                                                                    Merci d'avance,
                                                                    Anna

                                                                    Commentaire


                                                                      #35
                                                                      Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                                                                      Envoyé par Anna80
                                                                      Bonjour,
                                                                      Je prends du seresta 50 tous les soirs pour dormir et aimerais essayer de m'en débarasser. Ma question: le syndrôme de sevrage est-il systématique ou y-a-til des personnes qui passent à travers? Peut-il être court (juste quelques jours)? En fait je suis à la recherche de témoignages positifs sur le sujet car ce post m'affole un peu.
                                                                      Merci d'avance,
                                                                      Anna
                                                                      Bonjour,
                                                                      Oui, 20% des personnes subissant un traitement aux benzodiazépines ne ressentent pas ou peu de syndrôme de sevrage à l'arrêt.
                                                                      Pour le syndrome de sevrage et la durée, le cas échéant, tout dépend de la durée et de la dose.
                                                                      On t'en prescrit depuis combien de temps ?
                                                                      Je connais une personne (un infirmier psychiatrique) qui est passé de 2 rohynol 1 mg à 0 sans ressentir aucune gène après trois ans de traitement (environ) pour le sommeil.
                                                                      Dernière modification par minou8, 14/11/2007, 16h27.

                                                                      Commentaire


                                                                        #36
                                                                        Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                                                                        Envoyé par minou8
                                                                        Bonjour,
                                                                        Oui, 20% des personnes subissant un traitement aux benzodiazépines ne ressentent pas ou peu de syndrôme de sevrage à l'arrêt.
                                                                        Pour le syndrome de sevrage et la durée, le cas échéant, tout dépend de la durée et de la dose.
                                                                        On t'en prescrit depuis combien de temps ?
                                                                        Je connais une personne (un infimier psychyatrique) qui est passé de 2 rohynol 1 mg à 0 sans ressentir aucune gène après trois ans de traitement pour le sommeil.
                                                                        J'en prends depuis 2 ans maintenant. j'en ai pris à des doses bien plus fortes mais là j'ai déjà baissé. A côté je prends du risperdal et du déroxat et il paraît que le déroxat peut jouer sur l'anxiété et que donc, je devrais pouvoir me passer du seresta. Merci pour ta réponse, c'est plutôt une bonne nouvelle même si 20% , ce n'est pas beaucoup.

                                                                        Commentaire


                                                                          #37
                                                                          Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                                                                          Envoyé par Anna80
                                                                          Bonjour,
                                                                          Je prends du seresta 50 tous les soirs pour dormir et aimerais essayer de m'en débarasser. Ma question: le syndrôme de sevrage est-il systématique ou y-a-til des personnes qui passent à travers? Peut-il être court (juste quelques jours)? En fait je suis à la recherche de témoignages positifs sur le sujet car ce post m'affole un peu.
                                                                          Merci d'avance,
                                                                          Anna
                                                                          Bonjour

                                                                          Un syndrome de sevrage immédiat est quasi obligatoire : insomnie à l'arrêt après traitement prolongé. Cela dure quelques jours et plus rarement semaines.

                                                                          On peut l'éviter en demandant à un médecin une prescription de benzodiazépines en gouttes, pour arrêter très progressivement (ou faire une collection de miettes de comprimés et les trier par taille...) ou encore le remplacer par un autre somnifère qui ne crée pas de dépendance (Donormyl en France, en vente libre).

                                                                          Il est question dans cette discussion d'autre chose : le syndrome de sevrage prolongé, sur plusieurs années, qui s'il existe ce dont je doute personnellement, touche au maxium un utilisateur sur un million.

                                                                          Commentaire


                                                                            #38
                                                                            Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                                                                            bonsoir,

                                                                            Ceci est juste une petite parenthèse pour remercier un des rare médecins français qui par sa signature sur la pétition internationale benzodiazépinie de BAN soutient la lutte contre les prescriptions abusives de benzodiazépines dans le monde et particulièrement en France, la reconnaissance du syndrome de sevrage et du syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines, ainsi qu'au texte de cette pétition dont je rappel le texte et quelques témoignages :

                                                                            Appel aux fabricants de benzodiazépines, aux médecins prescripteurs, aux pharmaciens, à la F.D.A. , à l'OMS et à l'Afssaps.
                                                                            Nous, individus nommés ci-dessous, avons électroniquement signé cette pétition afin de faire savoir que la prise des benzodiazépines telles que prescrites par nos médecins, a eu pour chacun de nous comme résultat, une grave intoxication, une dépendance au produit, une maladie chronique mal diagnostiquée, générant une angoisse émotionnelle profonde et une incapacité globale de fonctionner normalement pendant des périodes prolongées au cours des phases de tentatives de sevrage.
                                                                            Nous savons tous que prendre des médicaments prescrits par les médecins inclut quelques risques et qu'un certain pourcentage de patients est susceptible d'éprouver des résultats défavorables. Cependant nous ressentons fortement que les risques impliqués par les prises de médicaments appelés benzodiazépines sont beaucoup plus importants que le milieu médical et nos gouvernements ne le réalisent. Certainement beaucoup plus grand qu'il ne nous l’a jamais été dit. Ces médicaments sont extrêmement addictifs. Le degré de douleur physique provoquée par le syndrome de sevrage aux benzodiazépines est énorme comparé à celui d'autres prescriptions et même comparée à celui du sevrage aux drogues illicites. Nous estimons également que le pourcentage des patients défavorablement affectés par les médicaments de la famille des benzodiazépines (anxiolytiques) est beaucoup plus grand que ce que nos médecins, nos gouvernements et peut-être les fabricants de ces drogues tel que Roche, Wyeth et Upjohn ne veulent nous le faire croire.
                                                                            Nous espérons que cette pétition aidera à faire prendre conscience à nos médecins, à nos gouvernements comme aux industries pharmaceutiques responsables de leur fabrication que la dépendance aux anxiolytiques n'est pas un petit problème qui touche seulement une poignée de personnes, comme ils voudraient nous le faire croire. C'est un problème global qui a les proportions d'une épidémie. Le constat doit être dressé immédiatement, mais en premier lieu : il doit être reconnu.
                                                                            À la différence des dépendances aux drogues illicites telles que la cocaïne et l'héroïne il n'y a à cette heure aucun protocole de traitement ni antidote pour cette maladie iatrogénique (maladie induite par le médecin). Les symptômes de sevrage sont graves et débilitants. La période de sevrage (avant rétablissement) est de durée beaucoup plus longue que celle nécessaire pour les drogues illégales mentionnées ci-dessus ou pour toutes autres médicaments ou drogues que nous connaissions à ce jour.
                                                                            Les profits réalisés par la vente de ces benzodiazépines non seulement pour Roche et d'autres fabricants mais pour les médecins qui les prescrivent et pour les pharmacies qui les vendent dépassent l'imagination. Il y a certainement un intérêt commun à nier l'ampleur du phénomène : le nombre des personnes dépendantes aux benzodiazépines, et la nature de la maladie provoquées par cette famille de médicaments afin de suggérer que le problème est dû aux patients et non aux médicaments. Cette pétition a pour but de prouver le contraire. Nos vies ont été inopinément brutalisées par l'impact négatif d'un médicament de la famille des benzodiazépines. Nous sommes unis en esprit par le désir que la vérité éclate enfin au grand jour et pour que d'autres soient épargnés par la douleur physique que nous avons éprouvée de façon directe.

                                                                            http://www.petitiononline.com/benzo/petition.html

                                                                            C'est une pétition internationale : vos commentaires devrons être ou en anglais ou en français ou dans votre langue habituelle.

                                                                            lire les témoignages si vous le désirez


                                                                            http://translate.google.com/translat...language_tools

                                                                            [...] passage supprimé par la modératrice [...]

                                                                            Donc merci au docteur Guilhem Peremarty (médecin du sommeil) http://www.sommeil-mg.net
                                                                            Dernière modification par minou8, 15/11/2007, 02h31.

                                                                            Commentaire


                                                                              #39
                                                                              Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                                                                              Envoyé par d_dupagne
                                                                              Bonjour

                                                                              Un syndrome de sevrage immédiat est quasi obligatoire : insomnie à l'arrêt après traitement prolongé. Cela dure quelques jours et plus rarement semaines.

                                                                              On peut l'éviter en demandant à un médecin une prescription de benzodiazépines en gouttes, pour arrêter très progressivement (ou faire une collection de miettes de comprimés et les trier par taille...) ou encore le remplacer par un autre somnifère qui ne crée pas de dépendance (Donormyl en France, en vente libre).

                                                                              Il est question dans cette discussion d'autre chose : le syndrome de sevrage prolongé, sur plusieurs années, qui s'il existe ce dont je doute personnellement, touche au maxium un utilisateur sur un million.

                                                                              En ce qui concerne le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines, je rappel que chaque utilisateur à long terme est suceptible d'y être exposé, donc chacun a un interet a se renseigner sur le sujet.

                                                                              Ce risque concerne bien 15% des victimes à long terme de benzodiazépines et non un utilisateur sur un million comme affirme les divagations de Dupagne.

                                                                              Soit en France : 750000 à plus d'un million de personnes !!!!!!!!!

                                                                              Alors chaque victime des benzodiazépines est concerné !!!!!!!

                                                                              Expert reconnu mondialement pour sa compétence et son expérience clinique de 12 ans dans le sevrage aux benzodiazépines la professeure Heather Ashton qui est auteure du célèbre manuel portant son nom qui fait autorité partout dans le monde.
                                                                              Or dans ce manuel, il est indiqué :
                                                                              LES SYMPTÔMES PROLONGÉS DU SEVRAGE
                                                                              On estime que peut-être entre 10 et 15 pour cent de consommateurs à long terme d'une benzodiazépine développent "un syndrome post-sevrage".

                                                                              http://www.benzo.org.uk/freman/bzcha03.htm

                                                                              Les preuvent que Dupagne ment sont nombreuses sur internet et une partie est ici :
                                                                              http://cid-1a9bf45e79c64b0c.spaces.live.com/lists/cns!1A9BF45E79C64B0C!341/

                                                                              "Pour certains utilisateurs chroniques de benzodiazépine, le sevrage peut être trés long. Une importante minorité, peut-être 10% à 15% développent un syndrome prolongé de sevrage aux benzodiazépines."

                                                                              "Il est devenu évident que les symptômes de sevrage des benzodiazépines peuvent être longues, qui durent des mois ou des années, pour 15% des utilisateurs à long terme"

                                                                              ....


                                                                              En ce qui concerne le donormyl, il est évident que c'est un mensonge de plus, car évidement le donormyl provoque une dépendance si il est pris à long terme.

                                                                              On se croirait vrament dans "mensonge et propagande"

                                                                              Commentaire


                                                                                #40
                                                                                Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                                                                                Envoyé par minou8
                                                                                Ce risque concerne bien 15% des victimes à long terme de benzodiazépines et non un utilisateur sur un million comme affirme les divagations de Dupagne.
                                                                                Ba le problème est que rien ne prouve que les effets "gênants" soit effectivement liés aux benzodiazépines :s
                                                                                Ondine,
                                                                                Modératrice "très patiente" de Santé-Psy.

                                                                                "Science sans conscience n'est que ruine de l' âme."

                                                                                Commentaire


                                                                                  #41
                                                                                  Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                                                                                  Envoyé par Ondine
                                                                                  Ba le problème est que rien ne prouve que les effets "gênants" soit effectivement liés aux benzodiazépines :s
                                                                                  Face à la souffrance il y aura toujours des personnes pour la nier.
                                                                                  Certaines personnes sifflent même pendant ces moments là..........

                                                                                  Dans tout les cas, comme toi, ils prennent leur pieds rien que d'y penser...

                                                                                  C'est bien souvent leure seule et unique manière possible pour le prendre...leur pieds à ces pauvres types.
                                                                                  Dernière modification par minou8, 26/03/2008, 07h36.

                                                                                  Commentaire


                                                                                    #42
                                                                                    Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                                                                                    Envoyé par minou8
                                                                                    arrêté du 7 octobre 1991 :
                                                                                    un traitement datant de plusieurs semaines ne doit pas être arrêté brutalement.
                                                                                    http://books.google.com/books?id=kKK...hhBxSa9j4RSG9w


                                                                                    Mais si en France il faut un arrêté pour dire à nos médecins ce qu'il faut faire intelligement car il y a un risque vital, alors qu'ils se mettent balayeur...
                                                                                    Envoyé par minou8
                                                                                    Mais si... c'est indiqué :
                                                                                    Un traitement datant de plusieurs semaines ne doit pas être arrêté brutalement.
                                                                                    Bonjour,

                                                                                    Le texte de l'arrêté est ici http://www.ameli.fr/fileadmin/user_u...arrete1991.pdf

                                                                                    Est-ce que tu peux m'indiquer où tu lis, dans le texte de cet arrêté ministériel, qu'un traitement de plusieurs semaines ne doit pas être arrêté brutalement ???

                                                                                    J'aimerais que tu veilles à apporter sur ce forum des informations pertinentes, avec des liens menant sur de véritables textes de référence.

                                                                                    Si ce n'est pas le cas, dorénavant j'effacerai tout lien non pertinent, et toute partie de message ou message entier contenant des informations erronées. Notre forum n'a pas vocation à désinformer.

                                                                                    D'autre part je souhaiterais un langage un peu plus mesuré sur ce forum destiné à des personnes fragiles.

                                                                                    Merci de bien vouloir tenir compte de ces mises en garde.
                                                                                    Pandore

                                                                                    « Les mots sont des planches jetées sur des abîmes, avec lesquelles nous traversons l’espace d’une pensée...»
                                                                                    Paul Valéry



                                                                                    Commentaire


                                                                                      #43
                                                                                      Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                                                                                      Envoyé par Pandore
                                                                                      Bonjour,

                                                                                      Le texte de l'arrêté est ici http://www.ameli.fr/fileadmin/user_u...arrete1991.pdf

                                                                                      Est-ce que tu peux m'indiquer où tu lis, dans le texte de cet arrêté ministériel, qu'un traitement de plusieurs semaines ne doit pas être arrêté brutalement ???

                                                                                      J'aimerais que tu veilles à apporter sur ce forum des informations pertinentes, avec des liens menant sur de véritables textes de référence.

                                                                                      Si ce n'est pas le cas, dorénavant j'effacerai tout lien non pertinent, et toute partie de message ou message entier contenant des informations erronées. Notre forum n'a pas vocation à désinformer.

                                                                                      D'autre part je souhaiterais un langage un peu plus mesuré sur ce forum destiné à des personnes fragiles.

                                                                                      Merci de bien vouloir tenir compte de ces mises en garde.
                                                                                      Pour en finir avec des références qui partent dans tous les sens, un document de référence récent qui, s'il concerne plus spécifiquement les personnes âgées, donne des indications pour les personnes plus jeunes :
                                                                                      http://www.has-sante.fr/portail/type...sp?id=c_601507

                                                                                      On rappelle en effet le risque de syndrome de sevrage aigu (quelques jours) et non chronique, considéré comme une rechute.

                                                                                      Et pourtant, ce document indique bien la nécessité d'un arrêt progressif, parfois sur plusieurs mois. Ce sont deux choses différentes qui expliquent sans doute la confusion de notre hégérie.

                                                                                      Il faut faire un arrêt progressif après un traitement prolongé pour éviter un syndrome de sevrage aigu.

                                                                                      Le reste n'est que balivernes et sans censurer, on peut tout de même exiger des liens lisibles et non des traductions automatiques sans intérêt.

                                                                                      Ce document de la HAS, que l'on ne peut accuser d'être bienveillant pour les benzos, me paraît être une référence solide.

                                                                                      Commentaire


                                                                                        #44
                                                                                        Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                                                                                        Envoyé par coccinelleneufpoints
                                                                                        Au Docteur Dupagne,

                                                                                        Bonjour,

                                                                                        Je vous écris pour vous proposer de reprendre le débat de façon plus apaisée. J'ai parcouru vos contributions et j'ai remarqué que vous n'hésitez pas à prendre position contre l'opinion scientifique majoritaire sur des sujets controversés, ce qui est tout à votre honneur.

                                                                                        Un certain nombre de scientifiques isolés (Dr Heather Ashton en Grande-Bretagne, Dr Peter Breggin aux Etats-Unis, entre autres) reconnaissent le syndrome prolongé de sevrage aux benzodiazépines. La cause n'en est pas démontrée scientifiquement (ainsi la présence résiduelle de benzodiazépines dans les graisses) mais le fait est qu'un certain nombre de personnes (ainsi Minou et moi-même) continuent à souffrir de symptômes physiques divers des mois (dans mon cas) voire des années (dans celui de Minou) après le sevrage.

                                                                                        Dans mon cas, les symptômes physiques sont les suivants : céphalées, douleurs musculaires, douleurs des articulations, nausées, diarrhées, vomissements, vertiges, asthénie.

                                                                                        Je reconnais que le débat a été mal engagé, j'espère simplement que nous pourrons le poursuivre sur de meilleures bases.

                                                                                        Sincèrement,

                                                                                        Coccinelle
                                                                                        Bonjour

                                                                                        Je vous réponds tardivement mais je n'avais pas vu votre message, minou m'ayant découragé de revenir dans cette discussion.

                                                                                        La source belge que vous citez est habituellement d'excellente qualité. On y lit

                                                                                        "Chez 10 à 15% des patients, les manifestations de sevrage ne disparaissent qu’après plusieurs mois, voire plusieurs années. On n’en connaît pas clairement la raison. Les principaux symptômes de sevrage de longue durée sont l’angoisse, l’insomnie, la dépression, divers symptômes sensoriels et moteurs, des troubles gastro-intestinaux, ainsi que des troubles de la mémoire et des troubles cognitifs."

                                                                                        Qui correspond à ce que vous ressentez.

                                                                                        Le problème est de faire le lien de cause à effet entre le médicament, qui a disparu de votre organisme à quelques traces près dans votre graisse, et les symptômes obervés.
                                                                                        Du fait du terrain sur lequel ces médicaments sont prescrits, il est très difficile de faire la part entre la rechute et un effet résiduel.

                                                                                        Je vais faire des recherches bibliographiques plus fouillées.

                                                                                        Commentaire


                                                                                          #45
                                                                                          Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                                                                                          J'ai donc poussé mes recherches.

                                                                                          Parmi les textes cité, un au moins émane d'un scientifique reconnu : H. Asthon

                                                                                          Il a beaucoup publié sur les benzos, et notamment sur les risques de dépendance et d'acoutumance, notoirement sous-estimés pendant les années 70 - 80 notamment sous la pression du marketing pharmaceutique.
                                                                                          Ces effets sont faciles à mettre en évidence et sont établis à partir de travaux solides.

                                                                                          Voir un article de 1989 dans une revue de haut niveau (BMJ) :
                                                                                          http://www.pubmedcentral.nih.gov/pag...geindex=1#page

                                                                                          En revanche, sur le problème plus spécifique du syndrome de sevrage durable (mois ou années) cité par le document belge, je ne trouve que des références qui se recopient entre elles.

                                                                                          Notamment ce document : http://www.benzact.org/ashton%20hsc.htm où Ashton se cite essentiellement lui-même, et pour des documents publiés dans des supports mineurs.

                                                                                          On y trouve l'origine des 15% d'utilisateurs prolongés qui auraient des effets à long terme après l'arrêt : Référence 6
                                                                                          http://www.benzact.org/ashton%20hsc%20refs.htm

                                                                                          Soit Dupont R., L. &Saylor K.,E.:in Clinical Textbook of Addictive Disorders,N.Y., Guildford Press,(1991),69-102.

                                                                                          Il faudrait vous procurer ce livre et en copier les pages significatives, pour voir comment cette donnée est étayée. Si ce phénomène a été étudié, il est étonnant de ne trouver que si peu de travaux pour l'étayer.

                                                                                          En fait, pour prouver cette assertion, il faudrait faire une étude chez l'animal, avec un groupe placebo, pour pouvoir mesurer après un an de prise et un an de sevrage par exemple, l'existence d'une différence entre les deux groupes.

                                                                                          Mais même une telle étude poserait problème. Je m'explique.

                                                                                          Imaginez une personne stressée, qui supporte à peu près son stress, grace à un bon "coping" comme ont dit chez les anglosaxons.

                                                                                          Vous lui donnez des benzos pendant 3 ans. Elle s'habitue à être moins stressée, modifie son coping.

                                                                                          Vous lui arrêtez les benzos : elle ne sera plus jamais la même car elle aura "goûté à l'état de détente" et en gardera peut-être éternellement la nostalgie.

                                                                                          Alors oui, on peut parler d'effet à long terme de l'arrêt de la benzo, mais s'agit-il vraiment d'un effet pharmacologique ? Je trouve que le terme "syndrome de sevrage prolongé est inadapté".

                                                                                          Commentaire


                                                                                            #46
                                                                                            Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                                                                                            Bonjour,

                                                                                            Bon je pense que cette discution ne mene a rien,car c'est des debat "d'expert" sur des conference,recherche ect....

                                                                                            Mais on sait tous que des experts peuvent dire tout et son contraire en utilsant les meme mot pour le dire.

                                                                                            Moi je suis cartesien,je vient sur ce forum je voit 2 topic sur les benzo,on parle de risque vital engendré par ce médicament,de suicide ,de souffrance ect...Et ce n'est qu'un forum parmit tant d'autre.

                                                                                            Les medecin ne prenne pas les medicaments,ensuite dans la medecine on ne peut etre specialisé en tout.Le docteur dupagne est peut etre un bon generaliste.
                                                                                            Mais ne peut rivaliser avec le psychiatre qui ma suivit pendant des années.Qui a consacre toutes sa vie a l'aide au toxicomane,et donc de ce faite une experience bien plus grande des traitement au benzo.

                                                                                            Car tout les toxico on un traitement benzo.

                                                                                            Ce que je voit c'est que l'on balance de liens et que en cherchant 5 min sur google on va trouver une etude qui dit le contraire.

                                                                                            Mais HoOoo quand est ce que l'on va prendre en compte ce que dit le patient!!!!!

                                                                                            C'est quand meme lui le 1er concerné.

                                                                                            Faire des etude sur les effet sur le cerveau des benzo ok,mais prendre le medicament et vivre les effet positif et negatif du traitement en est une autre.


                                                                                            Sur l'anecdote de mon dernier post sur la psychiatre en chef du service psychiatre de l'hopital ou j'ai etait.
                                                                                            Je signale que cette hopital est l'un des plus grand et des plus reputer de Lyon.

                                                                                            On voit la l'empleur du probleme.Etre medecin c'est soigner des etre humain pas reparer une voiture.
                                                                                            Quand les gens du corps medical a force de cotoyer la soufrance ne se rende plus compte de celle ci,la sa devient dangereux.

                                                                                            Alor batter vous a coup d'etude qui dit tout et rien,mais regardez le nombre de temoignagne de personne qui on d'énorme soufrance dut au benzo!!!

                                                                                            Quand au fait que le doc.dupagne dit que sa touche 1 personne sur 1 millions.Ok c'est un chiffre sur un bout de papier,demain on peu trouver exactement le contraire.

                                                                                            Les medecin generaliste prescrive des benzo pr des gens qui on des petit probleme ,insomnie passagere,petit stress ect...

                                                                                            Moi si j'avait un conseil a donner a ce docteur c'est d'aller voir un centre pour toxicomane,rencontrer des psychaitre competent (et deja sa c'est difficile).

                                                                                            Puis de voir les "vrai "patient qui on recourt au benzo,pour des bouffé delirante,pas une petite angoisse passagere!!!

                                                                                            Et la je suis sur qu'il verra l'ampleur du probleme.

                                                                                            Pour finir je commence a voir minou8,que quand on parle de ça on se heurte soit a des gens qui vont dire que sa n'existe pas ou qui ne veulent pas le voir et le dire.

                                                                                            Bref on est pas ds la m...de.
                                                                                            Et pendant ce temp les gens souffre,c'est toujour facile quand on est de l'autre coté de la barriere .C'est pas nous qui souffront.

                                                                                            @+++

                                                                                            Commentaire


                                                                                              #47
                                                                                              Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                                                                                              Envoyé par Bob 911
                                                                                              Mais HoOoo quand est ce que l'on va prendre en compte ce que dit le patient!!!!!

                                                                                              C'est quand meme lui le 1er concerné.
                                                                                              Bonjour

                                                                                              La prise en compte des dires du patient est un des élément de la révolution médicale en marche qui s'intègre dans la "Révolution 2.0". J'en suis un ardent défenseur. C'est une nouveauté. Jusqu'ici, le patient devait se taire et c'est le médecin qui savait. Cela ne va pas se faire facilement.

                                                                                              Si les patients sous benzos considèrent globalement qu'il y a un sevrage à long terme avec des arguments statistiques solides, je les croiraient ou en tout cas je leur signalerai cette possibilité comme je parle du risque de dépendance ou de sevrage aigu. Ce type de problèmes finit toujours par arriver au grand jour, même en cas pressions contraires par des lobbies.

                                                                                              Pour l'instant, je constate que malgré des centaines de millions de prescriptions, tout le monde voit des dépendances et des sevrages aigus, mais que les syndromes de sevrage à long terme ne paraissent concerner qu'une centaine d'individus qui se sont fédérés sur internet.

                                                                                              Mais comme vous le soulignez à juste titre, après tout, pourquoi vouloir vous convaincre que vous vous trompez ? Vous, vous ressentez un sevrage long terme donc après tout on se fout de savoir si ça existe en général puisque ça existe chez vous et que vous êtes sur que le médicament est en cause.

                                                                                              Le problème apparaît quand, à propos de votre expérience personnelle, vous tentez de faire règle et de communiquer auprès d'autres personnes.
                                                                                              Vous sortez de votre vécu pour faire de la science, de la médecine et là, nous sommes en droit de vous demander d'étayer ce que vous affirmez par des travaux scientifiques ou des statistiques solides. Et ce sont ces travaux qui manquent.

                                                                                              Donc, pour l'instant, la seule réalité scientifique intangible, c'est que parmi les centaines de millions d'utilisateurs de benzos, quelques centaines affirment toujours souffrir de sevrage à ces produits plusieurs années après leur arrêt.

                                                                                              De même que parmi plusieurs dizaines de millions de français, des centaines de milliers constatent et croient que le soleil tourne autour de la terre.

                                                                                              La science ne peut reposer sur la seule observation.

                                                                                              Commentaire


                                                                                                #48
                                                                                                Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                                                                                                Envoyé par d_dupagne
                                                                                                Bonjour

                                                                                                La prise en compte des dires du patient est un des élément de la révolution médicale en marche qui s'intègre dans la "Révolution 2.0". J'en suis un ardent défenseur. C'est une nouveauté. Jusqu'ici, le patient devait se taire et c'est le médecin qui savait. Cela ne va pas se faire facilement.
                                                                                                Cou² doc,

                                                                                                N'était-ce pas ce désintérêt du vis-à-vis du patient que l'on a souvent reproché aux médecins français ?
                                                                                                Ondine,
                                                                                                Modératrice "très patiente" de Santé-Psy.

                                                                                                "Science sans conscience n'est que ruine de l' âme."

                                                                                                Commentaire


                                                                                                  #49
                                                                                                  Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                                                                                                  Envoyé par d_dupagne

                                                                                                  De même que parmi plusieurs dizaines de millions de français, des centaines de milliers constatent et croient que le soleil tourne autour de la terre.

                                                                                                  La science ne peut reposer sur la seule observation.
                                                                                                  Bonjour,

                                                                                                  personne n'a en effet observer que la terre tourne autour du soleil si ce n'est peut-être une poignée astronautes qui, armés de leurs appareils photos spaciaux confirment cette theorie proposée.
                                                                                                  Paparazzis de la star Terre, ils ont facilités ainsi par exemple le démarrage médiatique des sciences et techniques de l'espace.
                                                                                                  Très interessant ce que je dis

                                                                                                  Commentaire


                                                                                                    #50
                                                                                                    Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                                                                                                    Envoyé par Ondine
                                                                                                    Cou² doc,

                                                                                                    N'était-ce pas ce désintérêt du vis-à-vis du patient que l'on a souvent reproché aux médecins français ?
                                                                                                    Bonjour Ondine

                                                                                                    Entre le médecine qui "ordonne" et le maladie qui "patiente", il y avait comme une hiérarchie. Cette hiérarchie va disparaître (article à paraître sur le site).

                                                                                                    Commentaire


                                                                                                      #51
                                                                                                      Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                                                                                                      Envoyé par Pandore
                                                                                                      Bonjour,

                                                                                                      Le texte de l'arrêté est ici http://www.ameli.fr/fileadmin/user_u...arrete1991.pdf

                                                                                                      Est-ce que tu peux m'indiquer où tu lis, dans le texte de cet arrêté ministériel, qu'un traitement de plusieurs semaines ne doit pas être arrêté brutalement ???

                                                                                                      J'aimerais que tu veilles à apporter sur ce forum des informations pertinentes, avec des liens menant sur de véritables textes de référence.

                                                                                                      Si ce n'est pas le cas, dorénavant j'effacerai tout lien non pertinent, et toute partie de message ou message entier contenant des informations erronées. Notre forum n'a pas vocation à désinformer.

                                                                                                      D'autre part je souhaiterais un langage un peu plus mesuré sur ce forum destiné à des personnes fragiles.

                                                                                                      Merci de bien vouloir tenir compte de ces mises en garde.


                                                                                                      http://agmed.sante.gouv.fr/htm/5/5210c.htm#hypno

                                                                                                      4. Prescription des hypnotiques et anxiolytiques
                                                                                                      La prescription des hypnotiques et des anxiolytiques doit reposer sur une analyse soigneuse de la situation clinique, en cherchant à séparer ce qui relève des difficultés transitoires et des réactions à une pathologie somatique, de la pathologie psychiatrique confirmée. Elle doit être régulièrement réévaluée et tenir compte des indications de l'AMM, de la fiche de transparence et de l'arrêté du 7 Octobre 1991. Un traitement datant de plusieurs semaines ne doit pas être arrêté brutalement.
                                                                                                      Dans le cadre de cette prescription :
                                                                                                      1. Il n'y a pas lieu, dans le traitement de l'anxiété, d'associer deux anxiolytiques (benzodiazépine ou autre).
                                                                                                      2. Il n'y a pas lieu d'associer deux hypnotiques.
                                                                                                      3. Il n'y a pas lieu de prescrire des anxiolytiques et/ou des hypnotiques sans tenir compte des durées de prescription maximales réglementaires (incluant la période de sevrage) et de les reconduire sans réévaluation régulière.
                                                                                                      Les durées de prescription doivent être courtes et ne pas excéder :
                                                                                                      • 4 à 12 semaines pour les anxiolytiques ;
                                                                                                      • 2 à 4 semaines pour les hypnotiques (2 semaines pour le triazolam).
                                                                                                      4. Il n'y a pas lieu de prescrire un anxiolytique ou un hypnotique sans débuter par la posologie la plus faible, sans rechercher la posologie minimale efficace pour chaque patient, ni de dépasser les posologies maximales recommandées.



                                                                                                      C'est l'anglais, les traductions google, le français ou les trois que tu ne comprend pas ?
                                                                                                      Dernière modification par minou8, 20/11/2007, 05h22.

                                                                                                      Commentaire


                                                                                                        #52
                                                                                                        Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                                                                                                        Un clip sympa sur les médicaments:

                                                                                                        http://www.cyril-llorens.com/news/mo...monmedecin.php

                                                                                                        Regarde pas le vide du verre; regarde plutôt tout ce qu'il y a de bien en toi!
                                                                                                        Courage, les medicaments servent à pallier de façon temporaire: tu as plein de ressources et de capacités pour arrêter les médocs. Un conseil: si tu es dépendant aux médicaments passe à une dépendance moins forte et ainsi de suite jusqu'à ne plus être dépendant; tu peux aussi développer une activité (chant, musique, peinture, poterie...), ça peut aider vraiment! Courage!C'est possible!!
                                                                                                        luky insomniaque

                                                                                                        Commentaire


                                                                                                          #53
                                                                                                          Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                                                                                                          ???

                                                                                                          Commentaire


                                                                                                            #54
                                                                                                            Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                                                                                                            Envoyé par Bob 911
                                                                                                            Bonjour,

                                                                                                            Bon je pense que cette discution ne mene a rien,car c'est des debat "d'expert" sur des conference,recherche ect....

                                                                                                            Mais on sait tous que des experts peuvent dire tout et son contraire en utilsant les meme mot pour le dire.

                                                                                                            Moi je suis cartesien,je vient sur ce forum je voit 2 topic sur les benzo,on parle de risque vital engendré par ce médicament,de suicide ,de souffrance ect...Et ce n'est qu'un forum parmit tant d'autre.

                                                                                                            Les medecin ne prenne pas les medicaments,ensuite dans la medecine on ne peut etre specialisé en tout.Le docteur dupagne est peut etre un bon generaliste.
                                                                                                            Mais ne peut rivaliser avec le psychiatre qui ma suivit pendant des années.Qui a consacre toutes sa vie a l'aide au toxicomane,et donc de ce faite une experience bien plus grande des traitement au benzo.

                                                                                                            Car tout les toxico on un traitement benzo.

                                                                                                            Ce que je voit c'est que l'on balance de liens et que en cherchant 5 min sur google on va trouver une etude qui dit le contraire.

                                                                                                            Mais HoOoo quand est ce que l'on va prendre en compte ce que dit le patient!!!!!

                                                                                                            C'est quand meme lui le 1er concerné.

                                                                                                            Faire des etude sur les effet sur le cerveau des benzo ok,mais prendre le medicament et vivre les effet positif et negatif du traitement en est une autre.


                                                                                                            Sur l'anecdote de mon dernier post sur la psychiatre en chef du service psychiatre de l'hopital ou j'ai etait.
                                                                                                            Je signale que cette hopital est l'un des plus grand et des plus reputer de Lyon.

                                                                                                            On voit la l'empleur du probleme.Etre medecin c'est soigner des etre humain pas reparer une voiture.
                                                                                                            Quand les gens du corps medical a force de cotoyer la soufrance ne se rende plus compte de celle ci,la sa devient dangereux.

                                                                                                            Alor batter vous a coup d'etude qui dit tout et rien,mais regardez le nombre de temoignagne de personne qui on d'énorme soufrance dut au benzo!!!

                                                                                                            Quand au fait que le doc.dupagne dit que sa touche 1 personne sur 1 millions.Ok c'est un chiffre sur un bout de papier,demain on peu trouver exactement le contraire.

                                                                                                            Les medecin generaliste prescrive des benzo pr des gens qui on des petit probleme ,insomnie passagere,petit stress ect...

                                                                                                            Moi si j'avait un conseil a donner a ce docteur c'est d'aller voir un centre pour toxicomane,rencontrer des psychaitre competent (et deja sa c'est difficile).

                                                                                                            Puis de voir les "vrai "patient qui on recourt au benzo,pour des bouffé delirante,pas une petite angoisse passagere!!!

                                                                                                            Et la je suis sur qu'il verra l'ampleur du probleme.

                                                                                                            Pour finir je commence a voir minou8,que quand on parle de ça on se heurte soit a des gens qui vont dire que sa n'existe pas ou qui ne veulent pas le voir et le dire.

                                                                                                            Bref on est pas ds la m...de.
                                                                                                            Et pendant ce temp les gens souffre,c'est toujour facile quand on est de l'autre coté de la barriere .C'est pas nous qui souffront.

                                                                                                            @+++
                                                                                                            Fait attention aux benzodiazépines :

                                                                                                            Ce texte est pour les ISRS mais va tres bien aux benzos.

                                                                                                            "Ce que nous savons, c'est que la plupart des drogues de rue[c'est-à-dire: l'héroïne et la cocaïne] sont solubles dans l'eau. Ainsi, on peut aller dans en Detox Center et se sevrer de ces drogues en quelques jours (7 à 10 maxi). Ce n'est pas possible avec les benzodiazépines, car le médicament met des mois ou des années pour se libérer de l'organisme.

                                                                                                            La drogue n'est plus absorbé, mais elle est stockée dans diverses parties du corps, comme les ISRS sont liposolubles et que ces drogues sont connus pour se lier à la protéine. Nous n'avons aucun moyen de savoir quand cette situation se termine parce que beaucoup ont connus l'expérience "des poches de drogues" où la drogue qui a été stocké dans le corps et rejetés - en raison de l'exercice, la perte de poids, sueurs, ou un certain nombre d'autres raisons. Le corps naturel expulse ce qui est anormal et toxiques. Cela semble être une raison que ces drogues peuvent être si difficile a sevrer."

                                                                                                            Sans source.

                                                                                                            Je te rappel que :
                                                                                                            C’est le Rohypnol qui est dangereux !
                                                                                                            http://asso.nordnet.fr/gt-nord/rflexion/rohypcm.html



                                                                                                            Ce débat d'expert (je n'ai aucune formation médical) doit t'interresser car il détermine pour toi la fourchette de la duré du sevrage qui peut varier de quelques jours à plusieurs années...
                                                                                                            Je pense que cela doit etre important pour toi et pour ta decision d'un sevrage...non ?

                                                                                                            Il est souvent necessaire et préférable d'etre en arret maladie pendant toute la periode du sevrage (le syndrome de sevrage aux benzodiazépines est une maladie iatrogénique).
                                                                                                            Ne pas employer de substituts, mais reduire uniquement les doses doucement et a son rithme.



                                                                                                            Et en prévention : attention aux neuroléptiques et neuroleptiques cachés qui entrainent

                                                                                                            7-Dyskinésies tardives +++
                                                                                                            # Bucco- linguo - faciales surtout
                                                                                                            # Peuvent survenir plusieurs années après l'arrêt du traitement et sont irréversibles
                                                                                                            # Surviennent dans 20 à 40 % des traitements chroniques

                                                                                                            http://www.paris-nord-sftg.com/cr.psychotropes.96.htm


                                                                                                            et
                                                                                                            worstpills

                                                                                                            http://www.worstpills.org/public/page.cfm?op_id=5

                                                                                                            en traduction google : http://translate.google.com/translat...fm%3Fop_id%3D5


                                                                                                            Les réactions indésirables aux médicaments sont une des principales causes de décès aux Etats-Unis. La plupart du temps, ces événements dangereux auraient pu et dû être évitée.




                                                                                                            Environ 163000 anciens Américains souffrent de graves déficiences mentales (pertes de mémoire, démence), soit causée ou aggravée par la drogue. Selon une étude menée dans l'Etat de Washington, dans 46% des patients à qui l'ont prescrit de la drogue mental, le problème est Causés par les tranquillisants légers ou somnifères et dans 14%, par des médicaments contre l'hypertension artérielle , et dans 11%, par des médicaments antipsychotiques.(Voir la liste des médicaments qui peuvent provoquer ou aggraver la démence.)



                                                                                                            Induits par les médicaments, la dyskinésie tardive est développé chez 73000 adultes âgés; cette condition est la plus grave et la commune de réactions indésirables aux médicaments antipsychotiques, et il est souvent irréversible. La dyskinésie tardive se caractérise par des mouvements involontaires du visage, des bras et des jambes. Environ 80% des personnes âgées reçoivent les médicaments antipsychotiques n'ont pas de la schizophrénie ou d'autres conditions qui justifient l'utilisation de ces médicaments puissants, un si grand nombre de ces patients ont de graves effets secondaires de médicaments qui ont été prescrits à tort. (Voir la liste des médicaments qui peuvent causer Dyskinésie tardive ou d'autres troubles du mouvement.)

                                                                                                            Induits par les médicaments, le parkinsonisme s'est développée dans 61000 adultes âgés également dues à l'utilisation de médicaments antipsychotiques tels que l'halopéridol (HALDOL), la chlorpromazine (THORAZINE), la thioridazine (MELLARIL), trifluoperazine (STELAZINE), et fluphénazine (PROLIXIN). Il existe d'autres parkinsonisme Inducteurs de la drogue, tels que le métoclopramide (REGLAN), prochlorperazine (COMPAZINE), et promethazine (PHENERGAN), prescrits pour des problèmes gastro-intestinaux. (Voir la liste des médicaments qui peuvent causer parkinsonisme.)


                                                                                                            Un homme de 58 ans développe le parkinsonisme du aux drogues antipsychotique employée pour traiter son problème « d'entrailles irritables (douleurs intestinales »

                                                                                                            Larry, un homme autrement en bonne santé de 58 ans avec la diarrhée pensée pour être dû « au syndrome irritable d'entrailles, » a été donné Stelazine, un tranquillisant antipsychotique puissant « à calmer en bas » de sa région intestinale. Stelazine n'est pas même approuvé pour traiter de tels problèmes médicaux. Pendant six mois après avoir commencé Stelazine, le parkinsonisme grave développé par Larry et a été commencé sur la L-dopa, une drogue pour traiter le :maladie de Parkinson. Vraisemblablement, le docteur n'a pas réalisé que le parkinsonisme était induit par la drogue, et le Stelazine suite. Pendant sept années, Larry a pris les deux drogues. Alors un neurologue spécialisé dans le :maladie de Parkinson a vu Larry, a identifié la vraie cause de son problème, arrêtée le Stelazine, et lentement a retiré la L-dopa au-dessus d'un semestre. Larry grave, parkinsonisme de neutralisation s'est dégagé complètement.

                                                                                                            Comme mentionné ci-dessus, 61.000 adultes plus âgés développent le parkinsonisme drogue-induit tous les ans. Au moins 80% d'entre eux, comme Larry, devrait jamais n'avoir été mis sur les drogues causant le parkinsonisme en premier lieu. En outre, comme dans la situation de Larry, une grande proportion de ces personnes ont des médecins qui pensent que leur parkinsonisme s'est développé spontanément.

                                                                                                            Les médecins non seulement ne suspectent pas qu'il soit provoqué par une drogue telle que Stelazine, ou d'autres drogues antipsychotiques (Reglan, Compazine, ou Phenergan), mais ils ajoutent une deuxième drogue pour traiter la maladie qui a été provoquée par la première drogue.

                                                                                                            Le même neurologue qui « a guéri » Larry de son parkinsonisme drogue-induit a vu, depuis juste trois années, 38 autres patients présentant le parkinsonisme drogue-induit et 28 avec le dyskinesia tardive drogue-induit.

                                                                                                            Aucune de ces personnes n'était psychotique, l'une justification pour les médicaments antipsychotiques. Les raisons les plus communes pour l'usage des drogues induisant le parkinsonisme étaient l'inquiétude chronique et des plaintes gastro-intestinales. Le coupable le plus fréquent (dans 19 de ces 39 patients) était le metoclopramide (REGLAN), habituellement prescrit pour la brûlure d'estomac, ou pour la nausée et le vomissement. Les médecins prescrivent souvent Reglan avant d'essayer d'autres méthodes plus conservatrices et plus sûres. D'autres drogues qui ont apporté sur le parkinsonisme ont inclus Compazine, Haldol, et Thorazine
                                                                                                            Dernière modification par minou8, 10/02/2008, 08h45.

                                                                                                            Commentaire


                                                                                                              #55
                                                                                                              Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                                                                                                              Envoyé par minou8
                                                                                                              Fait attention aux benzodiazépines :

                                                                                                              Ce texte est pour les ISRS mais va tres bien aux benzos.

                                                                                                              Ce que nous savons, c'est que la plupart des drogues de rue[c'est-à-dire: l'héroïne et la cocaïne] sont solubles dans l'eau. Ainsi, on peut aller dans en Detox Center et se sevrer de ces drogues en quelques jours. Ce n'est pas possible avec les benzodiazépines, car le médicament met des mois ou des années pour se libérer de l'organisme.
                                                                                                              Bonjour,

                                                                                                              Vous dites toujours autant de bêtises. C'est fatigant.

                                                                                                              Vous mélanger la persistance du produit dans l'organisme, la dépendance et le syndrome de sevrage ou les troubles liés au manque.

                                                                                                              Se débarrasser de la dépendance à l'héroïne en quelques jours ? Mais vous vivez au pays des fées ! Quelle insulte pour les toxicomanes qui vous lisent.

                                                                                                              Le haschich est un des produits les plus lentement éliminé. Il crée pourtant un syndrome de sevrage faible, même si elle est réelle chez certains.

                                                                                                              Enfin, que viennent faire les neuroleptiques dans cette discussion ?

                                                                                                              Je ne pourrai pas vous laisser éternellement dire n'importe quoi sur ce forum. Laissez la parole a vos amis qui sont capables de soutenir un échange sensé et constructif.

                                                                                                              Commentaire


                                                                                                                #56
                                                                                                                Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                                                                                                                Bonjour,

                                                                                                                Je voudrait revenir sur ce qu'a dit le Doc.Dupagne,c'est a dire que le syndrome prolonger de sevrage touche quelques centaine de personne sur des millions d'ordonnance.

                                                                                                                Bon moi j'ai pas fait d'etude de medecine ou meme scientique.Mais je raisone de façon logique.

                                                                                                                Je pense que dans ces millions de prescription,il faut différiencier les patients qui pour un petit stress vont avoir un traitement au benzo de 1,2 semaines,a la limite 1 mois mais pas plus.

                                                                                                                Et les gens comme moi qui prenne des benzo depuis 1999--->2007 (et c'est loin d'etre finit).Soit deja 8ans de traitement.Plus les abus lors de ma toxicomanie.

                                                                                                                Je pense que c'est les gens qui on un traitement a long terme au benzo qui risque de souffrir de ce syndrome.

                                                                                                                Donc sur les millions d'ordonnace,en prennant les traitement a long terme,sa enleve a mon avis pas mal de personne.

                                                                                                                C'est pour cela a mon avis qu'il faudrait faire des etude par "type de patient".Les toxicoman,les gens tres angoissé de nature ou pour des raison psychologique grave,et les gens (comme ma mere par exple) qui on un passage a vide et qui prenne des benzo pendant une courte durée.

                                                                                                                Apres evidement y a plein de facteur a prendre en compte ,on ne reagit pas tous pareil face a une meme molecule.

                                                                                                                Cela dit,moi sa me fait flipper car je suis sorti de la drogue depuis juillet 2006,donc un peu plus d'1 an.
                                                                                                                Et je me rend compte que c'est maintenant que le combat commence :me reinserer dans la societé (socialement,professionellement,sentimentalement)

                                                                                                                Sa engendre beaucoup de demarche et d'efforts.Alor si le jour ou je me suis stablisé dans ma vie et que j'arrete progressivement mon traitement.
                                                                                                                Et que là je me retrouve avec ce syndrome,mais y a de quoi devenir fou.

                                                                                                                Je veut bien me battre pour m'en sortir mais je suis humain,au bout d'un moment sa risque d'etre insuportable et je pourrai replonger dans la solution de facilité ---> la drogue.

                                                                                                                J'ai en plus un traitement de neuroléptiques,donc serieu j'avou que sa me fait vraiment flipper tous ça.

                                                                                                                @+++

                                                                                                                PS: j'ai vu dans un post que l'on parler du donormile,j'en ai prit pendant un temp (prblm d'insomnie aussi).un gros defaut a ce medicament c'est que le matin on se reveille on est cassé en deux,extremement fatigué.
                                                                                                                Le stilnox m'a semblait mieu,mais a aussi des coté sombre: dependance,et peut etre detourner comme une defonce.

                                                                                                                A chacun a ce niveau de voir ce que va le mieu.De toutes façon aucun traitement n'est parfait.

                                                                                                                PS²: doc dupagne dans mon dernier post j'ai etait un peu virulant,vous donnant meme des conseils (sursaut d'orgeuil...)
                                                                                                                Bon j'etait un peu enervé,je ne peut pas savoir si oui ou non vous etes competent,et je ne le sortait jamais.
                                                                                                                C'est pas en lisant des lignes sur un ecran que l'on peut savoir ça.
                                                                                                                Je veut bien vous croire ou pas,le seul truc c'est que je me pose beaucoup de question.Et que j'ai l'impression que dans ce topic l'un dit blanc,2 posts après on dit noir,donc....

                                                                                                                Commentaire


                                                                                                                  #57
                                                                                                                  Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                                                                                                                  Re bonjour,

                                                                                                                  J'ai vu ma psychiatre ce vendredi et on a parlé longuement de ce syndrome.

                                                                                                                  Elle a reconnu qu'il existait mais etait rare,me disant qu'en plus de 15 ans de suivit et d'aide au sevrage au benzo.Elle n'a jamais eu de patient qui on etait atteind par ça.

                                                                                                                  Elle m'a expliquer qu'effectivement c'est genetique,on est programmer pour avoir certaine reaction a certaine addiction.

                                                                                                                  Par exple (c'est les exple qu'elle m'a donné) : quelqu'un va toucher une fois a la cocaine,10ans apre il y pensera toujours.
                                                                                                                  Ou quelqu'un qui fume 2 paquet par jour et qui arrete du jour au lendemain sans trop de mal et ne refume jamais.

                                                                                                                  Puis elle ma dit que malheureusement si j'avait ce syndrome il n'y a pas 36 milles solution:

                                                                                                                  -soit je souffre le temp qu'il faut (sa peut allé jusqu'a 10ans)

                                                                                                                  -soit un traitement (meme leger) au benzo a vie.

                                                                                                                  Elle ma aussi expliqué que ce syndrome arrivait generalement a des gens qui avait consommer vraiment beaucoup de benzo.Quand je dit vraiment beaucoup,c'est enormement.Car elle m'a assurer que mes excet de benzo on etait eliminer depuis plus d'1 ans que j'ai decrocher de la came et que je me tiens a une prescription de 3 xanax 50/jour ,et 2 0.25/jour.

                                                                                                                  Tout cela est plutot une bonne nouvelle pour moi.

                                                                                                                  Sinon minou8 comme ma psy m'a expliqué un petit traitement au benzo (2 xanax 0.25/jour par exple) a vie peut etre la solution.C'est toujour mieu que de souffirir pendant des années.

                                                                                                                  @+++

                                                                                                                  Commentaire


                                                                                                                    #58
                                                                                                                    Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                                                                                                                    Envoyé par minou8
                                                                                                                    C'est l'anglais, les traductions google, le français ou les trois que tu ne comprend pas ?
                                                                                                                    Bonjour,

                                                                                                                    C'est toi qui confonds "arrêté ministériel" et "recommandation de l'Afssaps". Ce sont deux sources différentes. Merci d'essayer de citer des sources fiables et de les nommer correctement.
                                                                                                                    Pandore

                                                                                                                    « Les mots sont des planches jetées sur des abîmes, avec lesquelles nous traversons l’espace d’une pensée...»
                                                                                                                    Paul Valéry



                                                                                                                    Commentaire


                                                                                                                      #59
                                                                                                                      Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                                                                                                                      Envoyé par Bob 911
                                                                                                                      Re bonjour,

                                                                                                                      J'ai vu ma psychiatre ce vendredi et on a parlé longuement de ce syndrome.

                                                                                                                      Elle a reconnu qu'il existait mais etait rare,me disant qu'en plus de 15 ans de suivit et d'aide au sevrage au benzo.Elle n'a jamais eu de patient qui on etait atteind par ça.

                                                                                                                      Elle m'a expliquer qu'effectivement c'est genetique,on est programmer pour avoir certaine reaction a certaine addiction.

                                                                                                                      Par exple (c'est les exple qu'elle m'a donné) : quelqu'un va toucher une fois a la cocaine,10ans apre il y pensera toujours.
                                                                                                                      Ou quelqu'un qui fume 2 paquet par jour et qui arrete du jour au lendemain sans trop de mal et ne refume jamais.

                                                                                                                      Puis elle ma dit que malheureusement si j'avait ce syndrome il n'y a pas 36 milles solution:

                                                                                                                      -soit je souffre le temp qu'il faut (sa peut allé jusqu'a 10ans)

                                                                                                                      -soit un traitement (meme leger) au benzo a vie.

                                                                                                                      Elle ma aussi expliqué que ce syndrome arrivait generalement a des gens qui avait consommer vraiment beaucoup de benzo.Quand je dit vraiment beaucoup,c'est enormement.Car elle m'a assurer que mes excet de benzo on etait eliminer depuis plus d'1 ans que j'ai decrocher de la came et que je me tiens a une prescription de 3 xanax 50/jour ,et 2 0.25/jour.

                                                                                                                      Tout cela est plutot une bonne nouvelle pour moi.

                                                                                                                      Sinon minou8 comme ma psy m'a expliqué un petit traitement au benzo (2 xanax 0.25/jour par exple) a vie peut etre la solution.C'est toujour mieu que de souffirir pendant des années.

                                                                                                                      @+++
                                                                                                                      bonsoir
                                                                                                                      Je te remercie pour ta confirmation médical de l'existance du syndrome pronlongé de sevrage aux benzodiazépines qui peut duré 10 ans pour certaines victimes des benzodiazépines comme moi.
                                                                                                                      Vivant celui-ci de l'interieur depuis plusieurs années, il est évident que je le savais.
                                                                                                                      Cela m'avait deja ete confirmé par le médecin de la secu, le médecin du travail et par un autre médecin.
                                                                                                                      Mais cela t'éclaire toi, parcequ'il est vrai que ce qui est raconté ici par l'équipe d'atoute peut vraiment preter a confusion (pour ne pas dire : un tissus de connerie).
                                                                                                                      J'apporterai juste une petite bemole à ce que t'as dit ton médecin,en effet ce symptome prolongé peut faire suite à un traitement à dose thérapeutique et non forcement à forte dose.
                                                                                                                      Pour ce qui est de la duré de 10 ans, cela n'arrive qu'aux personnes victimes de traitements tres long, soit 10, 20 ans. Pour ceux qui le désir, plus tot on arrete, plus "rapide" est le sevrage.
                                                                                                                      Les témoignages de sevrage reussis sont nombreux sur internet.

                                                                                                                      En ce qui concerne le traitement à vie et à faible dose, je te remercie mais c'est un choix que j'ai fait il y a plusieurs années déjà, pour moi la liberté est un élément essentiel de la vie. Les benzodiazépines ont été pour moi un piège et une prison dont on ne m'a jamais informé des dangers. La fin du sevrage sera un retour à la liberté poour moi.


                                                                                                                      Je te conseil à ce sujet la lecture de l'article du professeur Cohen :

                                                                                                                      "En d'autres termes, aucune caractéristique chimique ne peut distinguer entre un psychotrope appelé " drogue " et un autre appelé " médicament ""

                                                                                                                      http://www.personnalitelimite.org/dr...dicaments.html

                                                                                                                      Que j'ai trouvé sur :

                                                                                                                      benzodiazépine
                                                                                                                      http://cid-1a9bf45e79c64b0c.spaces.live.com/

                                                                                                                      et rappel toi que malgré l'apparente honneteté de ta psy :

                                                                                                                      "Going to a psychaitrist has become on of the most dangerous thinks a person can do."
                                                                                                                      professeur peter Breggin

                                                                                                                      http://www.benzo.org.uk/kwotez.htm

                                                                                                                      professeur peter Breggin

                                                                                                                      ou

                                                                                                                      http://www.harborside.com/~equinox/welcome.htm

                                                                                                                      http://64.233.179.104/translate_c?u=http%3A%2F%2Fwww.harborside.com%2F~e quinox%2Fwelcome.htm&langpair=en%7Cfr&hl=fr&ie=UTF8


                                                                                                                      En attendent bravo pour ton arret de la drogue de rue, en espérant pour toi que ce n'est qu'un début du chemin vers la liberté, si tu le desir et non vers la camisole de force chimique que sont ces médicaments (poisons serait plus juste).

                                                                                                                      Je rappel une nouvelle fois :

                                                                                                                      "Il est plus difficile de sevrer des gens des benzodiazépines que de l'héroïne. Il semble juste que la dépendance est très ancré et les symptômes sevrage sont si intolérables que les gens ont beaucoup de problèmes à s'en défaire. L'autre aspect est que avec de l'héroïne, généralement, le sevrage est terminé sous une semaine ou deux. Avec les benzodiazépines, une proportion de patients ont des symptômes à long terme, ceux-ci sont très difficilement supportable mois après mois, et je reçois des lettres de gens disant que cela peut dure pour deux ans ou plus. Certains de ces groupes de victimes des tranquillisants peuvent documenté sur des personnes qui ont encore des symptômes de sevrage dix ans après l'arrêt. "
                                                                                                                      Professeur Malcolm H Lader , Royal Maudesley Hospital,

                                                                                                                      et

                                                                                                                      "Les pires ravages attribués à la drogue ne passent pas l'action véreuse d'un dealer propriétaire d'un coin de rue, mais par celle d'un vénérable médecin lové dans son cabinet."

                                                                                                                      http://www.ledevoir.com/2002/09/25/9827.html

                                                                                                                      et

                                                                                                                      Les dépendances tranversales aux autres drogues et alcool se produisent dans 73% d'utilisateurs de benzodiazépine - pour beaucoup de victimes qui n'avaient jamais employé ou euent de problèmes avec l'alcool ou d'autres drogues précédemment.

                                                                                                                      Cela conduit souvent les médecins prescripteurs a augmenté les doses et / ou de prescrire un autre benzodiazépine et / ou de la toxicomanie pour les autres drogues, principalement l'alcool, pour supporter les symptômes de sevrage.

                                                                                                                      http://translate.google.com/translat...jegshock%2ehtm
                                                                                                                      Dernière modification par minou8, 26/03/2008, 07h39.

                                                                                                                      Commentaire


                                                                                                                        #60
                                                                                                                        Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                                                                                                                        Envoyé par minou8
                                                                                                                        et rappel toi que malgré l'apparente honneteté de ta psy :

                                                                                                                        "Going to a psychaitrist has become on of the most dangerous thinks a person can do."
                                                                                                                        professeur peter Breggin

                                                                                                                        http://www.benzo.org.uk/kwotez.htm

                                                                                                                        Allez voir un psychiatre est la chose la plus dangereuse qu’une personne puisse faire.
                                                                                                                        professeur peter Breggin


                                                                                                                        En attendent bravo pour ton arret de la drogue de rue.
                                                                                                                        Ce qui est pratique avec vous Minou, c'est que l'on n'a même plus besoin de vous apporter la contradiction, vous vous discréditez vous-même par vos excès, votre incapacité à débattre et à entendre l'autre.

                                                                                                                        Commentaire


                                                                                                                          #61
                                                                                                                          Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                                                                                                                          De la lecture sur le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines durant 10 ans de joan Gadsby

                                                                                                                          Dernière modification par minou8, 27/12/2007, 14h26.

                                                                                                                          Commentaire


                                                                                                                            #62
                                                                                                                            Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                                                                                                                            Salut Minou,

                                                                                                                            J'espère que je ne suis pas grossier en disant "minou".

                                                                                                                            C'est un message bien concis que le tien mais qui montre bien ce qu'il a à dire.

                                                                                                                            J'abonderai dans ton sens.
                                                                                                                            Les anxiolytiques/hypnotiques ne sont pas anodins, on doit éviter de les prendre sur le long terme(3 mois maximum).
                                                                                                                            En effet, ils deviennent difficiles à sevrer, entraînent une dépendance psychologique et deviennent inefficaces contre l'anxiété et l'insomnie à la longue.
                                                                                                                            De plus, ils entraînent des effets indésirables qui perdurent: troubles de mémoire, concentration, coordination.
                                                                                                                            De plus , les anxio ne couvrent que les manifestations physiques de l'anxiété à la différence des AD qui sont préventifs de l'anxiété psychique.
                                                                                                                            Ils ont un rôle de barrage mais pas de régulation.
                                                                                                                            Les anxio sont principalement utilisés dans des moments ponctuels ou pour faciliter le début d'une prise d'AD.

                                                                                                                            Quand on veut renforcer un AD sur le long terme au niveau de l'anxiété, il est préférable de le remplacer par un anxio non benzodiazépine ou par un neuroleptique sédatif: de toute façon, c'est le praticien qui décide.

                                                                                                                            J'aime bien radoter.

                                                                                                                            Il fallait que je mette mon petit message citoyen.

                                                                                                                            A bientôt

                                                                                                                            Commentaire


                                                                                                                              #63
                                                                                                                              Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                                                                                                                              Envoyé par Brice974
                                                                                                                              Salut Minou,

                                                                                                                              J'espère que je ne suis pas grossier en disant "minou".

                                                                                                                              C'est un message bien concis que le tien mais qui montre bien ce qu'il a à dire.

                                                                                                                              J'abonderai dans ton sens.
                                                                                                                              Les anxiolytiques/hypnotiques ne sont pas anodins, on doit éviter de les prendre sur le long terme(3 mois maximum).
                                                                                                                              En effet, ils deviennent difficiles à sevrer, entraînent une dépendance psychologique et deviennent inefficaces contre l'anxiété et l'insomnie à la longue.
                                                                                                                              De plus, ils entraînent des effets indésirables qui perdurent: troubles de mémoire, concentration, coordination.
                                                                                                                              De plus , les anxio ne couvrent que les manifestations physiques de l'anxiété à la différence des AD qui sont préventifs de l'anxiété psychique.
                                                                                                                              Ils ont un rôle de barrage mais pas de régulation.
                                                                                                                              Les anxio sont principalement utilisés dans des moments ponctuels ou pour faciliter le début d'une prise d'AD.

                                                                                                                              Quand on veut renforcer un AD sur le long terme au niveau de l'anxiété, il est préférable de le remplacer par un anxio non benzodiazépine ou par un neuroleptique sédatif: de toute façon, c'est le praticien qui décide.

                                                                                                                              J'aime bien radoter.

                                                                                                                              Il fallait que je mette mon petit message citoyen.

                                                                                                                              A bientôt
                                                                                                                              Salut

                                                                                                                              Merci pour ton message.

                                                                                                                              Toutefois je rappel que comme toutes les drogues dures, la dependance aux benzodiazépines est principalement physique et non psychologique pour les personnes sujettes aux symptômes de sevrage.

                                                                                                                              En ce qui concerne les ad, le sujet de la toxicomanie aux ad est traité sur :
                                                                                                                              antidepresseur
                                                                                                                              http://cid-c74a0cfabf3a4232.spaces.live.com/

                                                                                                                              Pour la toxicomanie aux neuroleptiques a long terme et les risques de dyskinésie tardive pour 30 a 40% des personnes traitées et les risques de symptômes de maladie de parkinsonne induite par les neuroleptiques, la dépendance, le sevrage, un vrai poison aussi...merci...(les neuroleptiques sont encore pire que les benzos)

                                                                                                                              A bientot
                                                                                                                              Dernière modification par minou8, 18/01/2008, 05h24.

                                                                                                                              Commentaire


                                                                                                                                #64
                                                                                                                                Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                                                                                                                                Un autre livre parlant du sydrôme prolongé de sevrage aux benzodiazepines pouvant duré 10 ans


                                                                                                                                et une citation :
                                                                                                                                Pour de nombreuses personnes, les benzos sont beaucoup plus difficile a stopper que de l'héroïne, la cocaïne, le crack et d'autres substances illicites, même si pris dans le cadre d'un contrôle du médecin. Le sevrage aux benzodiazepines peut durer des mois, voire des années.
                                                                                                                                Dernière modification par minou8, 27/12/2007, 19h12.

                                                                                                                                Commentaire


                                                                                                                                  #65
                                                                                                                                  Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                                                                                                                                  J'ai pris jusqu'a 6 lexo par jours, j'ai toujours assez bien réussi mon sevrage
                                                                                                                                  en allant doucement, aujourd'hui j'en suis seulement à 2,5 j'espère diminuer le dosage prochainement

                                                                                                                                  Commentaire


                                                                                                                                    #66
                                                                                                                                    Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                                                                                                                                    Envoyé par Imtasare
                                                                                                                                    J'ai pris jusqu'a 6 lexo par jours, j'ai toujours assez bien réussi mon sevrage
                                                                                                                                    en allant doucement, aujourd'hui j'en suis seulement à 2,5 j'espère diminuer le dosage prochainement
                                                                                                                                    Bravo !
                                                                                                                                    Pour certain c'est plus facile que pour d'autre...
                                                                                                                                    Mais bon courage pour la suite de ton sevrage, tu vas dans le bon sens.

                                                                                                                                    Commentaire


                                                                                                                                      #67
                                                                                                                                      Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                                                                                                                                      Merci pour tes encouragements

                                                                                                                                      Commentaire


                                                                                                                                        #68
                                                                                                                                        Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                                                                                                                                        Envoyé par Imtasare
                                                                                                                                        Merci pour tes encouragements
                                                                                                                                        De rien, du courage tu nous montre bien que tu en as.

                                                                                                                                        J'ajoute juste que pour les benzodiazepines :

                                                                                                                                        Les benzodiazepines peuvent causer de l'anxiété !


                                                                                                                                        Il ne semble guère que les benzodiazépines conservent leur efficacité après quelques mois. En fait, à long terme l'utilisation des benzodiazépines peut même aggraver les troubles anxieux
                                                                                                                                        .
                                                                                                                                        De nombreux patients trouvent que les symptômes d'anxiété augmente progressivement au fil des années en dépit de l'utilisation continue des benzodiazépines, et les crises de panique et l'agoraphobie peut apparaître pour la première fois après des années d'utilisation chronique
                                                                                                                                        .
                                                                                                                                        Une telle aggravation des symptômes à long terme au cours de l'utilisation des benzodiazépines est probablement dû au développement de la tolérance aux effets anxiolytiques, de sorte que les symptômes de sevrage apparaissent même dans le maintien de la présence de la drogue. Toutefois, la tolérance ne peut pas être complet et les usagers chroniques parfois rapport continué d'efficacité, qui peut être en partie due à la suppression des effets de sevrage. Néanmoins, dans la plupart des cas, ces symptômes disparaissent progressivement, s'affine après le succès et le sevrage des benzodiazépines.

                                                                                                                                        http://translate.google.com/translate?hl=fr&sl=en&u=http://agmedad.wordpress.com/2006/12/18/end-of-benzodiazepine/&sa=X&oi=translate&resnum=9&ct=result&prev=/search%3Fq%3Dpetition%2Bbenzodiazepine%26start%3D1 0%26hl%3Dfr%26rlz%3D1T4ADBF_frFR241FR242%26sa%3DN

                                                                                                                                        Commentaire


                                                                                                                                          #69
                                                                                                                                          Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                                                                                                                                          ...
                                                                                                                                          Dernière modification par ellipse, 16/03/2008, 21h26.

                                                                                                                                          Commentaire


                                                                                                                                            #70
                                                                                                                                            Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                                                                                                                                            Envoyé par ellipse
                                                                                                                                            Hello Minou8,

                                                                                                                                            T'en a pas marre ? Car moi perso tu me fais franchement ch*$, T'as un autre mode de communication que celui du robot ? Observe toi mince... Tu cherches à convaincre ? T'as rien compris alors...

                                                                                                                                            Ellipse
                                                                                                                                            Merci pour ton message, il m'encourage beaucoup.

                                                                                                                                            Commentaire


                                                                                                                                              #71
                                                                                                                                              Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                                                                                                                                              ou il est question de syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                                                                                                                                              Commentaire


                                                                                                                                                #72
                                                                                                                                                Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                                                                                                                                                Bonjour Minou8,

                                                                                                                                                Tu devrais changer ton pseudo et mettre "Benzovirus".

                                                                                                                                                Tiré de l'assemblée nationale:

                                                                                                                                                "Les risques liés au sevrage ne doivent pas être confondus avec les risques liés à la dépendance

                                                                                                                                                En termes de santé publique, le problème majeur généré par l'usage de médicaments psychotropes n'est pas celui de la dépendance, laquelle ne concerne qu'une très faible minorité d'usagers, mais celui de la prévention et du traitement du syndrome de sevrage.

                                                                                                                                                Le risque concerne essentiellement les anxiolytiques et hypnotiques de la famille des benzodiazépines.
                                                                                                                                                La fréquence d'apparition d'un syndrome de sevrage chez les consommateurs chroniques de benzodiazépines se situe entre 15 et 26 %, mais les fréquences augmentent avec l'ancienneté du traitement (autour de 80 % pour des traitements supérieurs à 3 ans).
                                                                                                                                                Si les causes ayant motivé l'instauration du traitement n'ont pas significativement régressé et qu'une stratégie de sevrage n'a pas été mise en place, les tentatives de sevrage ont alors toutes les chances d'être compromises. "

                                                                                                                                                Ca confirme bien ce que tu dis.

                                                                                                                                                Mais je te trouve un peu trop à sens unique.
                                                                                                                                                Les anxio n'ont pas été inventés pour tuer les gens mais pour soigner( provisoirement certes) l'anxiété physique dans ses aspects les plus aigus.
                                                                                                                                                Il est important de le souligner.
                                                                                                                                                Si j'étais toi, pour passer pour quelqu'un de plus impartial, je rajouterai quand même les côtés positifs des anxio benzo , car tu ne peux nier qu'ils peuvent être utiles: à moins de vouloir refaire le monde.

                                                                                                                                                En conclusion, ne pas dépasser 3 mois, sinon le faire de manière non chronique ou en prenant par périodes plateaux selon les médecins et les sites médicaux.
                                                                                                                                                De même, il est judicieux de les remplacer par des anxio non benzo sur le long terme: style Atarax, Buspar.
                                                                                                                                                Parler comme ça je pense est plus convaincant et évite d'effrayer inutilement certains qui prennent par exemple depuis 5 mois.
                                                                                                                                                Sinon tu renforces leur peur: n'est ce pas à cause de ça justement qu'ils prennent des anxio ?
                                                                                                                                                Ne fais pas le lit de leur malheur non plus surtout si tu ne proposes rien en échange.
                                                                                                                                                "Pour se débarrasser de son chien, on dit qu'il a la rage".

                                                                                                                                                A bientôt

                                                                                                                                                Commentaire


                                                                                                                                                  #73
                                                                                                                                                  Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                                                                                                                                                  Envoyé par Brice974
                                                                                                                                                  Bonjour Minou8,

                                                                                                                                                  Tu devrais changer ton pseudo et mettre "Benzovirus".


                                                                                                                                                  De même, il est judicieux de les remplacer par des anxio non benzo sur le long terme: style Atarax, Buspar.
                                                                                                                                                  benzoantivirus peut-être

                                                                                                                                                  L'atarax provoque également de la dépendance, donc un syndrôme de sevrage ce qui revient au même et le buspar que je ne connais pas vraisemblablement aussi si il agit sur les recepteurs gaba.

                                                                                                                                                  Tu nous fais une presentation de toute la gamme de poisons connus ?
                                                                                                                                                  Dernière modification par minou8, 18/01/2008, 05h26.

                                                                                                                                                  Commentaire


                                                                                                                                                    #74
                                                                                                                                                    Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                                                                                                                                                    Envoyé par minou8
                                                                                                                                                    benzoantivirus peut-être

                                                                                                                                                    L'atarax provoque également de la dépendance, donc un syndrôme de sevrage ce qui revient au même et le buspar que je ne connais pas vraissemblablement aussi si il agit sur les recepteurs gaba.

                                                                                                                                                    Tu nous fais une presentation de toute la gamme de poisons connus ?
                                                                                                                                                    EN ce qui concerne l'atarax, pas d'accord, j'en ai pris et l'ai arrété car la boite était vide lol et aucun manque lié à une dépendance..
                                                                                                                                                    C'est un anti-hystaminique au départ hein
                                                                                                                                                    Ondine,
                                                                                                                                                    Modératrice "très patiente" de Santé-Psy.

                                                                                                                                                    "Science sans conscience n'est que ruine de l' âme."

                                                                                                                                                    Commentaire


                                                                                                                                                      #75
                                                                                                                                                      Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                                                                                                                                                      Envoyé par minou8
                                                                                                                                                      benzoantivirus peut-être

                                                                                                                                                      L'atarax provoque également de la dépendance, donc un syndrôme de sevrage ce qui revient au même et le buspar que je ne connais pas vraissemblablement aussi si il agit sur les recepteurs gaba.

                                                                                                                                                      Tu nous fais une presentation de toute la gamme de poisons connus ?
                                                                                                                                                      bonsoir minou, j'ai suivi tes commentaires qui m'ont beaucoup intéressée.. d'autant plus que je suis très concernée par le problème étant dépendante du lexomil depuis plus de 15 ans et peut être plus.. j'ai déjà essayé plusieurs fois de suite le sevrage sans succès même en réduisant à très petite dose... je suis d'accord avec toi sur le terme torture chimique sur les effets secondaires dues à ce sevrage.. car c'est une torture physique il faut bien le reconnaitre.. donc j'ai préféré continuer qu'endurer ça...

                                                                                                                                                      et puis pour une raison de santé différente j'ai du consulté très récemment un professeur en médecine interne qui m'a prescrit entre autre de l'atarax pour dormir.. hors je prennais déjà ce fameux lexomil... si je n'avais pas posé la question à son assistante je me voyais donc avec deux anxiolitiques.. donc ce même professeur m'a conseillé d'arrêter le lexomil me disant que c'était une cochonnerie et de prendre à la place de l'atarax. hors c'est en consultant sur le net que j'ai vu que l'atatax appartenait aussi à cette famille mais que le molécule était différent...

                                                                                                                                                      ça fait le deuxième jour que jai arreté mon demi comprimé de lexomil le soir directement sans diminuer auparavant et pris en remplaçement un comprimé d'atarax 25 mg... que dire j'écoute le professeur il doit savoir ce qu'il fait.. mais c'est pas simple, je dirais même assez dur..

                                                                                                                                                      premier jour abrutie complètement et envie de dormir avec en plus les effets sevrage connue lexomil..

                                                                                                                                                      deuxième jour c'est à dire aujourd'hui ça va un peu mieux car j'ai pris qu'un demi comprimé d'atarax ..

                                                                                                                                                      ma conclusion... là je tiens sans lexomil le soir depuis 2 jours .. donc à se poser la question si l'atarax serait un relais dans le sevrage du lexomil je ne sais... en tout cas j'ai l'impression que mon reflux gastrique que j'ai depuis des années me semblerait moins fort.. donc est ce que le lexomil en plus ne favorisait pas ce problème? car je n'ais pas vu de personnes témoignant ce cette forte gène qui pourtant est assez invalidante.. gorge irritée en permanence..

                                                                                                                                                      je vais donc essayer de tenir , j'ai peur de ne pas y arriver car c'est pas la joie j'ai l'impression d'être complètement déconnectée .. si j'avais su je n'aurais jamais pris ce lexomil qui en fait n'a jamais résolu mes problèmes d'anxiété..

                                                                                                                                                      je viendrai tenir au courant sur mon sevrage ..si j'arrive à tennir le coup..

                                                                                                                                                      amicalement

                                                                                                                                                      Commentaire


                                                                                                                                                        #76
                                                                                                                                                        Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                                                                                                                                                        Bonsoir Mercedès,

                                                                                                                                                        15 ans de Lexomil, c'est énorme.
                                                                                                                                                        Je comprends que le sevrage puisse être aussi difficile.
                                                                                                                                                        Tu aurai du rencontrer Minou8 avant
                                                                                                                                                        Par contre, c'est un bon signe qu'un jour après, tu te sentes mieux.
                                                                                                                                                        Apparemment l'Atarax aurait pris le relais de Lexomil.
                                                                                                                                                        Ca pourrait être le cas si Atarax joue sur les mêmes récepteurs que Lexomil.
                                                                                                                                                        Ce serait intéressant de le savoir pour se rassurer.
                                                                                                                                                        Mais déjà là tu peux être plus rassurée.
                                                                                                                                                        Tu es un peu dans les choux, parce qu'Atarax est un anti histaminique(contre les allergies) et est utilisé comme hypnotique pour ses propriétés sédatives: donc en général, il est préférable de le prendre le soir.

                                                                                                                                                        Je suis étonné que la dépendance du Lexomil soit aussi forte même avec ½ cp.
                                                                                                                                                        La dépendance psychologique devait être aussi assez forte.

                                                                                                                                                        Par contre, je ne connais pas du tout ce problème de gorge irritée.

                                                                                                                                                        Prends tu un antidépresseur ou en as tu déjà pris ?

                                                                                                                                                        Accroches toi, il y a de bons signes, le côté sédatif d'Atarax est un moindre mal, en tout cas, il calme et permettrait le sevrage de l'autre ce qui serait déjà beaucoup.

                                                                                                                                                        Commentaire


                                                                                                                                                          #77
                                                                                                                                                          Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                                                                                                                                                          Bonsoir

                                                                                                                                                          L'Atarax n'est ni une benzodiazépine, ni un anxiolytique. C'est un antiallergique qui fait dormir et que l'on utilise pour son effet secondaire. L'utilisation dans l'anxiété est accessoire et liée surtout à cet effet sédatif.

                                                                                                                                                          Commentaire


                                                                                                                                                            #78
                                                                                                                                                            Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                                                                                                                                                            Bonsoir,

                                                                                                                                                            Si j'ai bien compris, comme ce n'est pas un anxio, il est donc sûr qu'il n'agit pas du tout sur les mêmes récepteurs que Lexomil, donc n'aiderait pas au sevrage proprement dit.
                                                                                                                                                            Donc son effet calmant ne ferait que masquer l'anxiété produite par le sevrage de Lexomil.
                                                                                                                                                            L'anxiété est là mais ne se ressent pas vraiment.

                                                                                                                                                            Merci pour la réponse, mais je ne sais plus maintenant si ça va la rassurer tout ça.
                                                                                                                                                            On va dire que ça peut marcher alors.

                                                                                                                                                            Commentaire


                                                                                                                                                              #79
                                                                                                                                                              Re : Le syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

                                                                                                                                                              bonjour

                                                                                                                                                              Juste une nouvelle paranthèse pour quelques liens ISRS :
                                                                                                                                                              1. AOÛT 2007: Nouvelles sur les ISRS, les autres Psych drogue et des questions connexes View Complete Thread - admin le 1 Août
                                                                                                                                                              2. Les subventions de l'industrie pharmaceutique abusé de la santé et d'influencer les décisions politiques - admin le Aug 3
                                                                                                                                                              3. Témoignage du Dr Sidney Wolfe et al avant de la FDA sur Avandia, Appel pour l'interdiction des mines - admin le Aug 3
                                                                                                                                                              4. Malgré les preuves, seulement 1 membre de la commission de la FDA a fait valoir de retrait d'Avandia - admin le Aug 3
                                                                                                                                                              5. Prénatal antidépresseurs (pas dépression) Lié à Preterm Naissances - admin le Aug 17
                                                                                                                                                              1. JUILLET 2007: Actualités sur les ISRS, les autres Psych drogue et des questions connexes View Complete Thread - admin le 11 Juillet
                                                                                                                                                              2. US: les formes et les détails sur la façon de demander de remboursement pour les enfants qui ont pris PAXIL - admin le Jul 11
                                                                                                                                                              3. FORMULAIRES DE DEMANDE DOIVENT ETRE RECUES PAR PAXIL PEDIATRIC SETTLEMENT ADMINISTRATOR le 31 AOÛT - admin le 11 Juillet
                                                                                                                                                              4. "Chef de la FDA pour Exécuté Prenant Bribes d'entreprise" - admin le Jul 11
                                                                                                                                                              5. A BULLET pour ZHENG - utiles pour tuer les fonctionnaires chinois FDA et al - admin le Jul 13
                                                                                                                                                              6. AVANDIA Sablé encore une fois que GSK prend un autre coup au menton - admin le Jul 19
                                                                                                                                                              7. US parents: Votre enfant at-prendre PAXIL? Vous pouvez demander un remboursement de GSK - admin le Jul 19
                                                                                                                                                              8. SmithKline Beecham / GSK - leur culpabilité. Exercer leur responsabilité en prétendant - admin le Jul 19
                                                                                                                                                              9. Pfizer NE visage "Accusations criminelles au Nigéria Plus Drug Trials" - "FACE ET NE JAIL" le Jul 26
                                                                                                                                                              10. Pfizer cas: "Deux des neuf inculpés sont déjà en état d'arrestation" ... - admin le Jul 26
                                                                                                                                                              11. Pfizer DEFENDERESSES NOMMÉ Gov nigériane dans la négation de «retirée» procès - admin le Jul 26
                                                                                                                                                              12. Pfizer passer à Quash Rapport du comité sur Controversial (Nigéria) Drug Test - admin le Aug 1
                                                                                                                                                              13. 2006 résultats du rapport dit être absolument épouvantable-demande à Pfizer de montrer les enregistrements - admin le Aug 1
                                                                                                                                                              14. Nouvelle études montrent RITALIN endommage le cerveau, la croissance et cascades soulève la délinquance - admin le Jul 26
                                                                                                                                                              15. Mais les experts espèrent continuer à étudier Ritalin pour tout changement dans ses propriétés - admin le Jul 26
                                                                                                                                                              16. Pristique échoue approbation de la FDA comme «ménopause pilule" - coeur et le foie risque préoccupations soulevées - admin le Jul 26
                                                                                                                                                              17. La FDA n'a * PAS * soulèvent des préoccupations re MEME Pristique risques dans l'utilisation comme un antidépresseur - admin le Jul 26
                                                                                                                                                              1. JUIN 2007: Actualités sur les ISRS, les autres Psych drogue et des questions connexes View Complete Thread - admin le 5 Juin
                                                                                                                                                              2. UK: Americanised NICE orientation - 4 ANS à face jeu-questionnaire sur leur santé mentale - admin le Jun 18
                                                                                                                                                              3. Big Pharma Doesn't Like Comment Ça al'air sur YouTube - admin le Jun 18
                                                                                                                                                              4. US: Enfant Dépression Diagnostic & Traitement décline FDA antidépresseur après des avertissements - admin le Jun 18
                                                                                                                                                              5. Nigéria Sues Pfizer sur l'expérience conduisant à des enfants morts et des infirmes mise à jour - admin le 18 Juin
                                                                                                                                                              6. Pfizer ADMET, à la mort de onze enfants dans le procès de drogue nigérians - admin le Jul 11
                                                                                                                                                              7. US: Condamnés Felons Bristol-Myers voulez approbation de ABILIFY (antipsychotique) pour les enfants - admin le 18 Juin
                                                                                                                                                              8. États-Unis: la FDA officielle puni pour re avertissement faites par AVANDIA GSK criminel coupable - admin le Jun 18
                                                                                                                                                              9. États-Unis: Minnesota médecins Continuer à Recevez Pharma Company Paiements dépit de sanctions - admin le 18 Juin
                                                                                                                                                              10. "Hypothyroïdie CLAIREMENT Lié à Mood Swings" (traitable par thryroid hormone) - admin le 18 Juin
                                                                                                                                                              11. Royaume-Uni: Les craintes sur l'épilepsie enfant drogue - Urgent besoin d'Études de sécurité - admin le Jun 18
                                                                                                                                                              12. US: SANOFI's Weight Loss Pill ZIMULTI Lié aux pensées suicidaires, selon la FDA - admin le Jun 18
                                                                                                                                                              13. Royaume-Uni: Même Weight Loss Pill en cours d'évaluation par NICE pour une utilisation sur le NHS - admin le Jun 18
                                                                                                                                                              14. Weight Loss pilule peut causer GRAVE physiques et psychologiques NAISSANCE ET DEFAUTS - admin le Jun 19
                                                                                                                                                              15. US: South Carolina Cour confirme dans la conviction ZOLOFT HOMICIDE Chris Pittman - admin le Jun 18
                                                                                                                                                              16. US: Condamnés Felons ELI LILLY régler les revendications plus ZYPREXA - admin le Jun 18
                                                                                                                                                              17. UK: les délinquants sexuels à être offert traitements médicamenteux ..
                                                                                                                                                                including ANTIDEPRESSANTS - admin on Jun 18
                                                                                                                                                                Y compris ANTIDEPRESSANTS - admin le Jun 18
                                                                                                                                                              18. Norvège: HORDALAND étude - Huile de Foie de Morue utilisation dans la dépression Symptômes - admin le 18 Juin
                                                                                                                                                              19. États-Unis: La recherche montre 'schizophrènes' PAS prendre les antipsychotiques plus de chances de récupérer - admin le Jun 18
                                                                                                                                                              20. Irlande: Les antidépresseurs pour les titulaires de carte médicale coût État 40M Euros - admin le 18 Juin
                                                                                                                                                              21. BLAIR UK: Suspect terroristes et des malades mentaux (pas de crimes) pour être en PSYCH TENUE DES HÔPITAUX - admin le Jun 18
                                                                                                                                                              22. UK: Préoccupée Psychiatre rejette OBE Blair pour protester contre le racisme dans le re de santé mentale - admin le Jun 19
                                                                                                                                                              23. "Bennett enquête révèle NHS infestée de racisme" DEATH gardée secrète - admin le Jun 19
                                                                                                                                                              24. US: Cour examine Vaccine lien vers Autisme - admin le 18 Juin
                                                                                                                                                              25. UK: Communiqué de presse sur Linda Hurcombe le nouveau livre - Dépression: Healing Emotional Distress - admin le Jun 18
                                                                                                                                                              26. CANADA: 12% des antipsychotiques aller aux enfants de 3 à AGED AGED 8 - admin le 20 Juin
                                                                                                                                                              27. ** AUSTRALIA ** CLASS ACTION LAWSUIT ELY LILLY'S ZYPREXA - CLASS ACTION LAWSUIT ZYPREXA-AUSTRALIA on Jun 19
                                                                                                                                                                ** ** AUSTRALIE CLASS ACTION LAWSUIT ELY LILLY'S ZYPREXA - CLASS ACTION LAWSUIT ZYPREXA-AUSTRALIE le Jun 19
                                                                                                                                                              28. UK: Pétition au 10 Downing Street à nouveau la surprescription des ISRS / SNRI drogues - admin le Jul 11
                                                                                                                                                              29. «Appelle monter pour repenser de" Big Pharma "modèle - admin le Jul 11
                                                                                                                                                              30. Postmortem étude montrent OMEGA-3 DÉFICIT dans ceux avec dépressifs majeurs Commander - admin le Jul 11
                                                                                                                                                              31. NIH workshop Vidéos sur Omega 3 - admin le 11 Juillet
                                                                                                                                                              32. Prejudiced médecins contre patients avec troubles de la santé mentale - admin le Jul 11
                                                                                                                                                              33. MDU met en garde les médecins sur la maladie de Lyme disparus diagnostic - admin le Jul 11
                                                                                                                                                              34. Obésité: Des milliers de personnes gagnent des médicaments sur ordonnance, de grandes quantités de poids - admin le Jul 11
                                                                                                                                                              35. Johnson & Johnson d'utiliser des éclaireuses de vendre des médicaments antalgiques et de la toux à des amis - admin le Jul 11
                                                                                                                                                              36. PSYCHIATRISTS haut dans la liste des drogues Makers Cadeaux - admin le 11 Juillet
                                                                                                                                                              37. Folates bas niveaux significativement liée à la dépression.
                                                                                                                                                                Folic Acid. - admin on Jul 11
                                                                                                                                                                Acide folique. - Admin le Jul 11
                                                                                                                                                              38. ISRS liée à OSTEOPOROSE (amincissement des os) risque - admin le Jul 11
                                                                                                                                                              39. ZYPREXA juge fédéral permet à la classe d'action pour aller Forward - admin le 11 Juillet
                                                                                                                                                              40. Alors que ZYPREXA décideurs (Eli Lilly) Survey constate contentieux nuit patients (!) - Admin le Jul 11
                                                                                                                                                              41. En tout état de cause - La recherche montre schizophrènes PAS sur les antipsychotiques plus de chances de récupérer - admin le Jul 11
                                                                                                                                                              42. Et les gens ont IMPORTANTS SUR antipsychotiques risque de problèmes cardiaques et métaboliques - admin le Jul 11
                                                                                                                                                              43. Mais Marjorie Wallace, de SANE encore "heureux" de voir Invega-UN AUTRE antipsychotique atypique - admin le Jul 13
                                                                                                                                                              44. Malgré "INVEGA" ayant les mêmes effets secondaires mortels comme tous les autres antipsychotiques atypiques - admin le Jul 13
                                                                                                                                                              45. Clinical Guide for Psychs sur la gestion de la Anomalies métaboliques qu'ils donnent à leurs patients - admin le Jul 13
                                                                                                                                                              1. MAI 2007: Actualités sur les ISRS, les autres Psych drogue et des questions connexes View Complete Thread - admin le 5 Juin
                                                                                                                                                              2. 24% des enfants dont la mère avait pris pendant la grossesse Depakote montré retard mental - admin le 18 Juin
                                                                                                                                                              3. Autres mises en garde de nouveau Depakote (Valproate) - admin le 18 Juin
                                                                                                                                                              4. La FDA propose NOUVEAUX AVERTISSEMENTS nouveau médicament induit suicideal idéation jusqu'à 24 ans, puis - admin le Jun 18
                                                                                                                                                              5. Aka 'FDA PROTÈGE ISRS MAKERS' avec trompeuse Suicide Avertissement - admin le 18 Juin
                                                                                                                                                              6. Royaume-Uni: Appel à la MHRA de retirer YENTREVE / duloxétine / Cymbalta du marché - admin le 18 Juin
                                                                                                                                                              7. US: INDEPENDANT étude a montré PLUS suicides de jeunes susceptibles d'avoir des ISRS dans le système - admin le Jun 18
                                                                                                                                                              8. ELI LILLY & Q Comme pour les professionnels sur la manière de traiter les litiges ZYPREXA - admin le Jun 18
                                                                                                                                                              9. US: UTAH s'associe aux autres Etats de poursuivre ELI LILLY plus de ZYPREXA - admin le Jun 18
                                                                                                                                                              10. Royaume-Uni: Les experts conseillent aux parents de recherche établies pour confirmer le lien entre les comportements et les additifs - admin le Jun 18
                                                                                                                                                              11. GSK et WYETH admettre que Paxil et Effexor conduire à l'abus d'alcool - admin le Jun 18
                                                                                                                                                              12. US: Condamnés criminel, PFIZER psychiatre Trey Sunderland III, «retire» de la part du gouvernement - admin le Jun 18
                                                                                                                                                              13. US: Condamnés Felons Perdue Pharma cadres coût cabinet 634M $ en amendes - admin le Jun 18
                                                                                                                                                              14. US: Analyse regarde Psychs qui reçoivent des paiements de Drug Companies - admin le 18 Juin
                                                                                                                                                              15. US: SENATEURS qui AFFAIBLI Drug Bill got MILLIONS de BIG PHARMA - admin le Jun 18
                                                                                                                                                              16. UK: Bob Johnson Psychiatre (Auteur de l'insalubrité à tout Dose) Video - «Guérir la douleur mentale - admin le Jun 18
                                                                                                                                                              17. De douleurs à la dépendance à l'itinérance aux antidépresseurs - cos il espère médecin - admin le Jun 18
                                                                                                                                                              18. US: Common Sense dans la salle d'audience (pour changer) - admin le 18 Juin
                                                                                                                                                              19. Royaume-Uni: Les antidépresseurs prescriptions en Angleterre atteint un niveau record - admin le Jun 18
                                                                                                                                                              20. OZ: 17% des doctorants rapporté de graves complications de la combinaison des antidépresseurs - admin le Jun 18
                                                                                                                                                              21. Felons PFIZER coupable face à des accusations criminelles d'expérimenter à nouveau sur l'enfance nigériane - admin le Jun 18
                                                                                                                                                              22. PFIZER and CRIME - admin on Jun 18
                                                                                                                                                                PFIZER et CRIME - admin le Jun 18
                                                                                                                                                              23. UK: BLAIR à utiliser PSYCHIATRIE - lock up SUSPECTS sans procès - POUR PROTEGER VIPs - les politiciens et la paranoïa sur Jun 18
                                                                                                                                                              24. PFIZER's ZOLOFT - LUSTRAL - Pas plus efficace que le placebo dans le SSPT - admin le Jun 18
                                                                                                                                                              25. États-Unis: La violence au Western Hospital, et al Pfizer et augmenté les prescriptions médicales - admin le Jun 18
                                                                                                                                                              26. Bristol-Myers Admettez ils sont criminels - admin le Jun 18
                                                                                                                                                              27. Chine: Chef de la FDA condamné à mort - admin le Jun 18
                                                                                                                                                              28. Europe - Coming Soon: Shopping Channel Les entreprises dirigées par des drogues - WOW!
                                                                                                                                                                A * REAL* SCIENCE FICTION CHANNEL on Jun 18
                                                                                                                                                                A * REAL * SCIENCE FICTION CHANNEL sur Jun 18
                                                                                                                                                              1. AVRIL 2007: Actualités sur les ISRS, les autres Psych drogue et des questions connexes View Complete Thread - admin le 5 Juin
                                                                                                                                                              2. Black Box médecins ignorent les avertissements sur les ISRS. Kids 15,6 x plus élevé de suicide des antidépresseurs - admin le Jun 18
                                                                                                                                                              3. Les dépenses en médicaments relig Jusqu'à 150%, le diagnostic de dépression de 25% Inflated "- admin le 18 Juin
                                                                                                                                                              4. Royaume-Uni: PFIZER - BOTTES OFT relation dans le cadre de l'enquête - admin le Jun 18
                                                                                                                                                              5. Le sénateur Charles Grassley à Lilly "Retournez Zyprexa fichiers" par 25 Avril 07 - admin le 18 Juin
                                                                                                                                                              6. Les patients diagnostiqués et étiquetés Schizophrenic & Bipolar pour stimuler les ventes antipsychotiques - admin le Jun 18
                                                                                                                                                              7. Internet offre la possibilité de détection de la dépression - 9 minutes de diagnostic / étiquetage - admin le 18 Juin
                                                                                                                                                              8. OZ: STRATTERA (ADHD médicament antidépresseur aka échoué) saute restrictions - admin le Jun 18
                                                                                                                                                              9. «Lorsque des médicaments sont dangereuses" Qu'est-il arrivé à la médecine fondée sur des preuves? - Admin le Jun 18
                                                                                                                                                              10. Royaume-Uni: Après Virginia Tech: «Les pilules qui pourraient sur la gâchette" en trop écoles britanniques - admin le Jun 18
                                                                                                                                                              11. Psychiatrie's Experiment "Ces voix qui dit Thud" - l'absurdité de diagnostic relig - admin le Jun 18
                                                                                                                                                              12. Royaume-Uni: NICE modifie la dépression et l'anxiété orientation re Effexor - admin le Jun 18
                                                                                                                                                              13. «Schizophrenic» qui buvaient peu meurt d'une maladie du foie sur antipsychotique, Zoloft, Statine - admin le Jun 18
                                                                                                                                                              14. États-Unis: le juge approuve Final Terms of Pediatric nationale Paxil Class Action - admin le 18 Juin
                                                                                                                                                              15. Aucun signe de "schizophrénie" ou "bipolaire" étant liés à chromosome X ou Y failles - admin le 18 Juin
                                                                                                                                                              16. Eire: Une mauvaise influence de l'industrie pharmaceutique critiquée - admin le Jun 18
                                                                                                                                                              17. Eire: "LES MEDICAMENTS NE PAS DE TRAVAIL" avertir Haut gaélique Pyschiatrists - admin le Jun 18
                                                                                                                                                              18. "Le groupe demande instamment Suicide Screening for Psychiatrists" caractéristiques de David Schaffer TeenScreen - admin le Jun 18
                                                                                                                                                              19. OZ: ENFANTS dès l'âge de 3 donné antidépresseurs - admin le Jun 18
                                                                                                                                                              20. US (!): PLANS pour la santé mentale des traitements' DE NAISSANCE - admin le Jun 18
                                                                                                                                                              21. US: Consumers Union demande que le Congrès D'AGIR MAINTENANT SUR LA SÉCURITÉ DES DROGUES - admin le Jun 18
                                                                                                                                                              1. MARS 2007: Actualités sur les ISRS, les autres Psych drogue et des questions connexes View Complete Thread - admin le Mar 1
                                                                                                                                                              2. Suédois article: "CREER UN MARCHE - Long Lines TDAH et la drogue" - admin le Mar 1
                                                                                                                                                              3. Plus de 85% des médecins "ignorent SEROTONINE SYNDROME" qui peut entraîner la mort - admin le Mar 1
                                                                                                                                                              4. Utilisation des neuroleptiques de 31 ans, a causé l'atrophie cérébrale et de l'épaississement de la voûte crânienne - admin le Mar 6
                                                                                                                                                              5. GLAXOSMITHKLINE visages enquête judiciaire sur les essais du vaccin russe ENFANTS - admin le Mar 6
                                                                                                                                                              6. Gongressman Waxman Seeks Infos sur la Drug Marketing, incl.
                                                                                                                                                                Lilly's ZYPREXA - admin on Mar 6
                                                                                                                                                                Lilly's ZYPREXA - admin le Mar 6
                                                                                                                                                              7. «Les victimes d'[TGN1412] Drug Trial avoir lu firme américaine d'agir en justice pour des millions" - admin le Mar 9
                                                                                                                                                              8. "UK Mental Health Bill ne fera rien pour la sécurité du public, la recherche montre" - admin le Mar 9
                                                                                                                                                              9. "L'UTILISATION D'[Enfant] Hyperactivité Soars drogue". A augmenté de 274% en 10 ans - admin le Mar 9
                                                                                                                                                              10. "La Grande TDAH Mythe» Dr Spitzer admet que beaucoup ne peuvent pas être malade - admin le 10 Mars
                                                                                                                                                              11. BBC 2, le dimanche 11 mars, 9.10 h: Le piège: Qu'est-il arrivé à nos rêves de la liberté - admin le 10 Mars
                                                                                                                                                              12. Clip vidéo et transcription partielle de la "Thud Expérimentale» de The Trap ... - admin le 25 Avril
                                                                                                                                                              1. FÉVRIER 2007: Actualités sur les ISRS, les autres Psych drogue et des questions connexes View Complete Thread - admin le 1 Février
                                                                                                                                                              2. Panorama "Secrets of the Drug Trials» et des articles connexes depuis déménagé à - admin le 1 Février
                                                                                                                                                              3. «Pourquoi vous devriez Never Trust New Wonder Drugs" Daily Mail - admin le 7 Février
                                                                                                                                                              4. Certains des Seroxat documents peuvent être trouvés ici - admin le 13 Février
                                                                                                                                                              5. «Blessure ZYPREXA Clock Keeps Ticking Away" salle d'audience par le biais de cirque - admin le 2 Février
                                                                                                                                                              6. "Nobody's Buys Lilly Innocence de routine sur Zypreza" Lilly assureurs recule - admin le 5 Février
                                                                                                                                                              7. Downing Street a fui plans de vacciner les nourrissons NOUVEAU-NÉ avec des produits chimiques du cerveau altérant '- admin le 5 Février
                                                                                                                                                              8. MERCK lobbies États à MANDAT-vaccin contre le cancer du col de l'utérus pour les écolières - admin le 5 Février
                                                                                                                                                              9. MERCK'S GARDISIL pour la vaccination des écolières "RISQUÉE et coûteuse" - admin le 5 Février
                                                                                                                                                              10. FuturePharm's HAVIDOL pour quand est plus "NOT ENOUGH" - admin le 9 Février
                                                                                                                                                              11. Zyprexa: NY Times décline tribunal pour demander à témoigner Alex Berenson - admin le 7 Février
                                                                                                                                                              12. "Les combats à l'EFF Unmuzzle Citizen journalistes sur Eli Lilly» (Zyprexa «secret» des documents) - admin le 9 Février
                                                                                                                                                              13. **** US SITE A 'SECRET' ZYPREXA DOCUMENTS ENUMERES DE TÉLÉCHARGEMENT **** - admin le 7 Février
                                                                                                                                                              14. ".. SYSTÈME DE JUSTICE APPARTIENT A TOUS DE NOUS" et ne doit pas être utilisée pour garder publique dans le noir - admin le 12 Février
                                                                                                                                                              15. JUGE AUJOURD'HUI COMPROMIS "DISSUASIF LA FONCTION DU SYSTÈME DE JUSTICE" par COUR STATUE - admin le 14 Fev
                                                                                                                                                              16. Eli Lilly, à l'aide d'un tribunal des États-Unis, ont fait une MOCKERY SCIENCE. - Admin le 14 Fev
                                                                                                                                                              17. La FDA enjoint à l'industrie des médicaments pour le TDAH Informer les patients sur Cardiac & Psych ADRs - admin le Mar 1
                                                                                                                                                              1. JANVIER 2007: Actualités sur les ISRS, les autres Psych drogue et des questions connexes View Complete Thread - admin le 23 Décembre
                                                                                                                                                              2. UN AUTRE Nouvel an - et nous avons un NEUVES MHRA AMÉLIORÉE?
                                                                                                                                                                Er - Lets take a look - admin on Dec 28
                                                                                                                                                                Er - Let's take a look - admin le Dec 28
                                                                                                                                                              3. Et qu'en est-il des États-Unis? Puis ils se félicitent de la nouvelle année avec une nouvelle version améliorée de la FDA? - Admin le Dec 29
                                                                                                                                                              4. Quel est clair EST ELI LILLY n'avait pas l'intention de voir en 2007 avec nouvellement découvert ÉTHIQUE - admin le 2 janvier
                                                                                                                                                              5. Cont juridique efforts visant à réprimer Zyprexa Documents & Fed Cour Protective Commander 30/12/06 - admin le 2 janvier
                                                                                                                                                              6. Quand avez-DROIT dispenser JUSTICE, et au lieu de devenir LA DÉFENSE DE L'INDUSTRIE CORRUPTION? - Admin le Jan 4
                                                                                                                                                              7. TRANSCRIPTION de l'affaire le 3 Janvier 07. Le 16 Janvier juridiction américaine devra décider si - admin le Jan 9
                                                                                                                                                              8. Procureur appelle à POURSUITES PENALES de LILLY EXECUTIFS re ZYPREXA - admin le Jan 9
                                                                                                                                                              9. Lilly Tirals cliniques ont montré 16% gagné plus de 66 livres de poids sur Zyprexa - admin le Jan 5
                                                                                                                                                              10. Lilly pour régler un autre * 18000 * ZYPREXA-NDUCED DIABETE cas - admin le Jan 5
                                                                                                                                                              11. COMMENT Lilly continuer à BENEFICE pour les diabétiques de la vie - malgré le règlement des revendications diabète - admin le Jan 9
                                                                                                                                                              12. Pour plus de renseignements sur la corruption derrière ELI LILLY's DIABETIQUE traitement - admin le Jan 9
                                                                                                                                                              13. Le public ont un "DROIT DE SAVOIR Secrets Revealed en Zyprexa Documents" - admin le Jan 14
                                                                                                                                                              14. J. Weinstein: «PAS DE PROTECTION DE COMMANDES devrait protéger ceux qui cachent des blessures .." ... - admin le Jan 15
                                                                                                                                                              15. Quand avez-létales dissimuler les effets secondaires d'un médicament pendant 10 ans, devenu un secret commercial? - Admin le Jan 16
                                                                                                                                                              16. "News Media Update" Le juge a ordonné à nouveau Zyprexa documents contestés - Anonymous le Jan 19
                                                                                                                                                              17. ETAT DES PROCUREURS LILLY afin de remettre ZYPREXA DOCUMENTS! - Admin le 20 Janvier
                                                                                                                                                              18. Que ELI LILLY SALES REPS sont VRAIMENT comme quand UNOBSERVED PAR LES MÉDECINS - admin le Jan 20
                                                                                                                                                              19. LILLY REP RECONNAIT qu'il / elle SAIT Eli Lilly drogues KILL ENFANTS - admin le Jan 20
                                                                                                                                                              20. Eli Lilly - LE CONTREVENANT HABITUEL - admin le Jan 26
                                                                                                                                                              21. Zyprexa Cat hors de Sac - New Legal Motion - admin le 26 Janvier
                                                                                                                                                              22. "Reputation for Sale" Panorama met en lumière l'intégrité de ré & KOL académique ghostwriting - admin le Jan 27
                                                                                                                                                              23. ZYPREXA: Cour l'a "invité" Alex Berenson (NYTimes) Testify - admin le Jan 31
                                                                                                                                                              24. "Le Juge, Le rapporteur et le Zyprexa documents secrets" - admin le 1 Février
                                                                                                                                                              25. "ALZHEIMERS - Doped Gardez-les au calme" (avec les antipsychotiques) - admin le 31 Janvier
                                                                                                                                                              26. BBC Panorama vidéo en ligne "Les secrets de la Drug Trials" - admin le 31 Janvier
                                                                                                                                                              27. LE MAUVAIS "PROFONDÉMENT BETRAYED" PAR L'INDUSTRIE PHARMA & TOUS LES EXPERTS OMS LEND LEURS NOMS - admin le Jan 31
                                                                                                                                                              28. LES EXPERTS: "REPUTATION FOR SALE?"
                                                                                                                                                                Fiona Godlee, Editor BMJ - admin on Jan 31
                                                                                                                                                                Fiona Godlee, rédactrice BMJ - admin le Jan 31
                                                                                                                                                              29. "Ce qu'ils ont accompli EST JUSTE DESPICABLE ..." Charles Medawar, Social Audit - admin le 1 Février

                                                                                                                                                              Commentaire