Annonce

Réduire
Aucune annonce.

La revue prescrire 1/4

Réduire
X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

    La revue prescrire 1/4

    La Revue Prescrire est l'une des meilleures revues médicales françaises, et certainement la plus indépendante des lobbies du fait de son financement exclusif par ses abonnés.

    J'y suis abonné depuis 25 ans, et son destin ne m'est pas indifférent. J'y ai rencontré des gens de grande qualité, à commencer par Martin Winckler, et bien sûr son génial fondateur, Gilles Bardelay.

    Sur la liste de discussion de ses lecteurs, j'ai évoqué le mouvement 2.0, à l'occasion de la politique internet de la revue, aussi paranoïaque qu'obsolète, et j'ai cru avoir été entendu.

    Las, il n'en est rien. Je pourrais être flatté d'être visé personnellement par le poisson d'avril du numéro 241 :
    http://www.prescrire.org/aLaUne/doss...sentation2.php

    Mais j'ai plus envie de pleurer qu'autre chose. Cela me rappelle trop l'article de Newsweek montré dans une des vidéos fondatrices du 2.0 :
    http://www.dailymotion.com/video/x3a...linformation-m


    Cet article n'est pas une blague, c'est vraiment ce qui va arriver et faute d'avoir su le prévoir, cette institution va décliner avant de finir par disparaître (pas tout de suite, heureusement). Après un tel éditorial, je doute qu'un revirement soit possible.

    Nous sommes rentré dans l'ère "post Prescrire". Pourquoi pas après tout
    Dernière modification par d_dupagne, 28/03/2008, 14h16.

    #2
    Re : La revue prescrire 1/4

    Cher Dupagne,
    Comme toi, je suis un fidèle de Prescrire depuis plus de 20 ans et je regrette que tu prennes si mal l'article, "Libérés", de la page 241 du numéro 294 d'avril 2008, qui est à l'évidence une "charge" contre tes thèses sur le Web 2.0...Il s'agit d'un poisson d'avril que je qualifierais de "mauvais goût" ( Ne le sont-ils pas tous ?...) car il s'attaque à un concept, que je n'approuve pas, mais que tu as défendu et argumenté avec ton talent habituel et qui donc ne méritait pas d'être brocardé de la sorte dans un "anonymat narquois". Ce n'était pas à l'évidence un bon sujet de poisson d'avril surtout traité de cette façon ! Ceci dit je ne partage pas ton pessimisme sur l'avenir de cette revue et mets sur le compte de la colère tes réflexions à ce sujet.
    Amicalement.
    C.Lamy.

    Commentaire


      #3
      Re : La revue prescrire 1/4

      Envoyé par kador
      Cher Dupagne,
      Comme toi, je suis un fidèle de Prescrire depuis plus de 20 ans et je regrette que tu prennes si mal l'article, "Libérés", de la page 241 du numéro 294 d'avril 2008, qui est à l'évidence une "charge" contre tes thèses sur le Web 2.0...Il s'agit d'un poisson d'avril que je qualifierais de "mauvais goût" ( Ne le sont-ils pas tous ?...) car il s'attaque à un concept, que je n'approuve pas, mais que tu as défendu et argumenté avec ton talent habituel et qui donc ne méritait pas d'être brocardé de la sorte dans un "anonymat narquois". Ce n'était pas à l'évidence un bon sujet de poisson d'avril surtout traité de cette façon ! Ceci dit je ne partage pas ton pessimisme sur l'avenir de cette revue et mets sur le compte de la colère tes réflexions à ce sujet.
      Amicalement.
      C.Lamy.
      Bonjour

      Je ne suis pas en colère, je me fiche de voir brocarder la Médecine 2.0 n'ayant aucune forme de susceptibilité. Je suis simplement triste de voir cette revue où j'ai travaillé, que j'ai vu naître, que j'admire, foncer dans le mur en pouffant. Pour rester dans le domaine de l'humour, je pense irrésistiblement à l'histoire du type qui tombe d'un gratte-ciel en disant à chaque étage "jusqu'ici tout va bien".

      Commentaire


        #4
        Re : La revue prescrire 1/4

        Envoyé par d_dupagne
        Bonjour

        Je ne suis pas en colère, je me fiche de voir brocarder la Médecine 2.0 n'ayant aucune forme de susceptibilité. Je suis simplement triste de voir cette revue où j'ai travaillé, que j'ai vu naître, que j'admire, foncer dans le mur en pouffant. Pour rester dans le domaine de l'humour, je pense irrésistiblement à l'histoire du type qui tombe d'un gratte-ciel en disant à chaque étage "jusqu'ici tout va bien".
        Bonjour à tous les deux

        N'ayant pas suivi la discussion, sur une liste sans doute interne, qui aurait entrainé la rédaction de ce "poisson d'avril", il est fort difficile de se faire une opinion.

        Mais si ce texte vise uniquement Dominique Dupagne, c'est regrettable. D'autant que la revue Prescrire nous a habitué à justifier, par des références bibliographiques sérieuses, ses prises de position. Même un gag, si c’est seulement un gag, doit être solidement argumenté.

        Commentaire


          #5
          Re : La revue prescrire 1/4

          Envoyé par Jean-Jacques Fraslin
          Bonjour à tous les deux

          N'ayant pas suivi la discussion, sur une liste sans doute interne, qui aurait entrainé la rédaction de ce "poisson d'avril", il est fort difficile de se faire une opinion.
          Je peux citer mon propre mail. En pratique, une discussion était lancée pour savoir comment convaincre la revue de permettre le copier-coller dans les pages du site réservées aux abonnés.

          En effet, les abonnés peuvent accéder aux articles en pdf, mais ne peuvent faire de copier coller de fragments de texte car cette fonction a été bloquée. Ce n'est pas très commode quand on veut utiliser Prescrire comme référence dans un email ou en copier un extrait dans un document de formation.

          J'avais répondu ceci le 14 janvier 2008

          Bonjour Jean-Luc,

          C'est rigolo ton argumentaire. Ca fait un peu gag. Je te propose une transposition :

          La marque de voiture Truc ne veut pas de démarreur électrique et impose une manivelle.

          Nous trouvons cela peu commode, essayons d'imaginer un argumentaire pour convaincre la marque Truc qui craint que le démarreur électrique facilite le travail des voleurs de voiture.

          - La manivelle c'est fatigant
          - On passe pour un con auprès de ses potes
          - Trop nul pour draguer les filles
          - Ca salit les mains
          - Le retour de manivelle peut casser un poignet etc.

          Plus sérieusement la réponse à "Pourquoi faut-il supprimer cette limitation" est :
          Parce que nous sommes en 2008. Il ne devrait pas y en avoir d'autre.

          Cette limitation n'a aucun sens. Elle fait passer ses promoteurs pour des ringards paranos.
          Elle donne une image négative et vieillote de LRP qui n'en a pas besoin.
          Elle alimente la parano en retour : le proverbe africain "méfie toi du méfiant".
          Imagine-t-on un défilé de mode où les photographies et caméras seraient interdites de peur des copieurs asiatiques ?

          Le fait de ne pouvoir transmettre d'extraits de LRP par email auprès de non-abonnés la prive du principal moteur d'achat actuel, ce qu'on appelle le buzz ou le marketing viral (un article brillant peut être diffusé spontanément à des milliers d'exemplaires et déclencher des actes d'abonnement en nombre significatif).
          Imaginer que le copier-coller va permettre des chaines de diffusion parallèles et des pertes d'abonnement ne repose sur rien de solide. Et quand bien même ce serait finalement le cas, il suffirait de revenir en arrière ce qui est facile avec l'électronique.

          Priver de cette possibilité des abonnés crée une irritation et des pertes de vente. Par exemple, je ne me suis jamais abonné à la bibliothèque électronique à cause de cela.

          Le temps passé à débattre de ce sujet dépassé est perdu pour avancer dans des domaines qui sont vraiment d'actualité : modernisation du site, passage d'une information en pdf (destinée à être imprimée) à une information sur une seule colonne (destinée à être lue à l'écran) avec une mise en page électronique spécifique. Allez sur le site de journaux y compris scientifiques : avez vous vu une information exclusivement en pdf ? Les liens cités dans les notes devraient permettre de naviguer d'article en article, d'aller directement sur les sources citées (je dois reconnaître que je n'ai pas pu tester,désolé si c'est déjà le cas).

          Bref, il faudrait arrêter de faire un coffre-fort et produire un outil fonctionnel.

          Il n'est peut-être pas trop tard. Le contenu de LRP reste d'une qualité exceptionnelle. Mais la concurrence arrive doucement. Allez jeter un oeil sur http://en.wikipedia.org/wiki/Wikipedia:WikiProject_Pharmacology
          La médecine 2.0 arrive à grands pas. Il est temps pour LRP de se réveiller, il est des lauriers qui se fanent et des lendemains qui déchantent. Qui se souvient de WordPerfect, maître du monde avant l'arrivée de MSWord et son absence de protection contre la copie.

          En 1975, les français ont compris que ce qui n'étaient pas publié en anglais n'existait pas.
          Actuellement, ce qui n'a pas une forte visibilité sur le Net n'existe pas non plus. Et il n'est pas question de mettre tout le contenu en accès libre, mais de lui donner de la visibilité avec des extraits ou une sélection importante d'articles. Et pour la bibliothèque électronique, il faut ajouter des fonctionnalités permettant d'en utiliser toute la richesse.

          Nous vivons une époque moderne.

          --
          Dominique Dupagne
          Il n'y avait pas eu de réponse de la revue sur la liste (elle n'y intervient pas habituellement), je considère ce poisson d'avril comme une réponse.

          Commentaire


            #6
            Re : La revue prescrire 1/4

            Envoyé par d_dupagne
            Mais j'ai plus envie de pleurer qu'autre chose. Cela me rappelle trop l'article de Newsweek montré dans une des vidéos fondatrices du 2.0 :
            http://www.dailymotion.com/video/x3a...linformation-m


            Cet article n'est pas une blague, c'est vraiment ce qui va arriver et faute d'avoir su le prévoir, cette institution va décliner avant de finir par disparaître (pas tout de suite, heureusement). Après un tel éditorial, je doute qu'un revirement soit possible.

            Nous sommes rentré dans l'ère "post Prescrire". Pourquoi pas après tout
            Un poisson d'avril, c'est toujours destiné à être pris avec légèreté... mais on sent dans cet édito un mélange d'amertume et de rancoeur façon "derniers des mohicans".

            Il me semble que la question qui se pose après lecture, c'est bien de savoir si la qualité éditoriale ne peut s'inscrire que dans des modèles de publications surannés.

            La vidéo citée par Dominique est beaucoup trop intellectuelle ; ici on est plutôt au niveau des "grandes interrogations sur l'usage des nouvelles technologies", comme c'est parfaitement illustré par cette vidéo :







            Un article tout neuf sur le sujet s'intitule "Are you taking advantage of Web 2.0?" (Tirez-vous profit du Web 2.0 ?)


            En résumé, pour celui qui a l'esprit ouvert, le Web 2.0 est un moyen de se rapprocher de ses clients, de mieux les comprendre, de mieux les satisfaire, et surtout de ne pas se réfugier derrière une image marketing glaciale qui les tient "en respect" (dans les différents sens du terme).
            Celui qui n'a pas l'esprit ouvert trouvera mille bonnes raisons de railler le Web 2.0... mais démontrera avant tout son conservatisme !

            Si Prescrire avait compris de quoi il s'agit, il aurait au moins ouvert un espace de discussion sous l'éditorial ; il aurait certainement pu apprendre du débat beaucoup plus qu'il ne l'imagine... et même eu l'occasion de transformer un acte assez ringard en véritable clin d'oeil.
            Dernière modification par pameline, 29/03/2008, 13h13.

            Commentaire


              #7
              Re : La revue prescrire 1/4

              Envoyé par d_dupagne
              Je peux citer mon propre mail. En pratique, une discussion était lancée pour savoir comment convaincre la revue de permettre le copier-coller dans les pages du site réservées aux abonnés.

              En effet, les abonnés peuvent accéder aux articles en pdf, mais ne peuvent faire de copier coller de fragments de texte car cette fonction a été bloquée. Ce n'est pas très commode quand on veut utiliser Prescrire comme référence dans un email ou en copier un extrait dans un document de formation.

              J'avais répondu ceci le 14 janvier 2008


              Il n'y avait pas eu de réponse de la revue sur la liste (elle n'y intervient pas habituellement), je considère ce poisson d'avril comme une réponse.

              Donc tu affirmes que la tribune "poisson d'avril" publié fin mars 2008 est la réponse de la revue Prescrire à ta contribution du 14 janvier 2008 ?
              Diantre, plus de 3 mois pour réagir, la situation est encore plus grave que tu ne le pensais...

              Commentaire


                #8
                Re : La revue prescrire 1/4

                Envoyé par Jean-Jacques Fraslin

                Donc tu affirmes que la tribune "poisson d'avril" publié fin mars 2008 est la réponse de la revue Prescrire à ta contribution du 14 janvier 2008 ?
                Diantre, plus de 3 mois pour réagir, la situation est encore plus grave que tu ne le pensais...

                C'est à dire qu'il est difficile d'avancer le 1er avril

                De plus Prescrire est réputée pour la qualité de ses circuits de relecture. Il faut du temps pour valider un article.

                Commentaire


                  #9
                  Re : La revue prescrire 1/4

                  Envoyé par d_dupagne
                  C'est à dire qu'il est difficile d'avancer le 1er avril

                  De plus Prescrire est réputée pour la qualité de ses circuits de relecture. Il faut du temps pour valider un article.
                  Aujourd'hui certes, je te l'accorde le 1er avril tombe pile poil le 1er avril. C'est d'ailleurs un 1er avril 1976 que choisirent les deux (2.0) Steve Jobs et Wozniak pour fonder Apple. Mais changeons de paradigme comme aime à le rappeler Philippe Ameline. Bientôt c'est le réseau social des plaisantins, qui votera pour choisir une meilleure date.
                  Et le 1er avril 2.0 pourrait être un autre jour !

                  Commentaire


                    #10
                    Re : La revue prescrire 1/4

                    Envoyé par Jean-Jacques Fraslin
                    Aujourd'hui certes, je te l'accorde le 1er avril tombe pile poil le 1er avril. C'est d'ailleurs un 1er avril 1976 que choisirent les deux (2.0) Steve Jobs et Wozniak pour fonder Apple. Mais changeons de paradigme comme aime à le rappeler Philippe Ameline. Bientôt c'est le réseau social des plaisantins, qui votera pour choisir une meilleure date.
                    Et le 1er avril 2.0 pourrait être un autre jour !
                    Bonjour,

                    Le 1er avril 1976, ils n'étaient pas deux mais trois :

                    Un troisième homme assista à la naissance d'Apple : il s'agit de Ronald Gerald Wayne. C'est en quelques sortes l'équivalent du "cinquième Beatles" chez Apple. Employé d'Atari avec Steve Jobs, il rejoint Apple à la demande de ce dernier, pour servir d'arbitre en cas de désaccords entre lui-même et Steve Wozniak. Peu confiant dans l'avenir d'Apple, Wayne garde son travail chez Atari, où il travaille le jour, et passe ses nuits à créer les documentations de l'Apple et le logo de la firme. Wayne reçu 10 % du capital d'Apple, mais il s'en débarrassa deux semaines plus tard, pour 800 dollars...

                    sources : http://en.wikipedia.org/wiki/Ronald_Wayne
                    http://www.aventure-apple.com/chrono/7684.html

                    Commentaire


                      #11
                      Re : La revue prescrire 1/4

                      Les références sur le Web 2.0 sont généralement en anglais et tiennent malheureusement à l'écart ceux qui ne sont pas très à l'aise avec cette langue.

                      Pour le plaisir de l'art, je vais pré-digérer tout ça et traiter le "cas Prescrire" à l'aune de deux citations.

                      La position actuelle de Prescrire est qu'un groupe fermé d'experts travaille à produire des articles, qui sont publiés dans une revue au format papier et, nous dit Dominique Dupagne, également disponibles sous forme de PDF verrouillé (y compris contre le copier-coller d'une citation).

                      Ce n'est pas du Web 1.0, c'est, de façon assez typique de la mentalité médicale française, du Web 0.5 : en gros, la médecine est une chose trop sacrée pour la rendre accessible au profane. Rappelons que si le Web était limité à la France, il n'y aurait à ce jour aucun article médical en accès libre.

                      En l'occurrence, puisque la revue Prescrire vit de l'information qu'elle produit, cette limitation de la publication est justifiée par des raisons commerciales... il reste, comme nous le verrons par la suite, que le chemin est d'autant plus long vers le 2.0 que la communauté médicale reste encore très méfiante vis à vis du 1.0 !

                      L'article du New-York Times exprime deux idées intéressantes :

                      Primo permettre un espace de discussion en ligne, et ouvert à tous, au sujet des articles publiés permet une richesse de réactions qui constitue en soi un nouvel espace d'information. Ces réactions peuvent être positives ou négatives, la modération ne s'appliquant qu'aux spams ou aux malpolis ; c'est un jeu qu'on ne joue pas à moitié.

                      Secundo, s'ouvrir encore d'un cran, c'est à dire mettre en ligne son espace de discussions interne, comme l'a fait Microsoft pour la préparation de Vista, peut amener deux nouveaux avantages : rendre plus perméable les barrières avec ses clients et bénéficier de leur intelligence en amont de la publication. Je détaille :

                      L'article du New-York Times nous cite le cas de Microsoft, où un développeur lance l'idée qu'il faudrait remplacer le démineur de Vista par autre chose, car il y a des pays où les mines constituent réellement une menace pour les gens. Il propose un "démimeur" où le but serait d'éviter de tomber sur l'effigie du Mime Marceau.
                      C'est complètement anecdotique (d'ailleurs le démineur est resté un démineur, d'ailleurs Vista est une catastrophe ), mais ça ouvre une fenêtre sur une forme d'humanité qui adoucit l'image "papier glacé" de découvrir qu'à un moment, un être humain - de l'intérieur de la boite - a pensé à ça.

                      Par "bénéficier de l'intelligence de ses clients", j'entends, dans l'axe d'un articles cité par Philippe Eveillard sur la "sagesse des foules", que l'assemblé restreinte qui "phosphore" sur les statistiques afin de donner des conseils à ses lecteurs pourrait parfaitement, en ouvrant avant publication une partie de son travail, bénéficier de la critique des internautes. Tout simplement parce que 5 ou 10 personnes qui se penchent sur un problème sont moins efficaces que 20, 50, 100 ou 1000 ; surtout parce que, au sein de ce cercle élargi, vont se trouver des compétences multidisciplinaires fort utiles dans tout ce qui touche la sphère médicale où les axes à traiter sont nombreux (stats, bénéfices individuels et sociétaux, finances publiques, etc).

                      En résumé, j'ai cité 3 axes de réflexion sur la façon dont Prescrire pourrait "tirer bénéfice du Web 2.0". Aucun n'est évident ni obligatoire, aucun ne prétend que c'est la plèbe qui devrait tenir le stylo.
                      Leur point commun, c'est que tous partent du principe que les "sages sur la montagne qui répandent la vérité sur les foules" est un schéma dépassé.

                      Là où le bat blesse dans l'éditorial de Prescrire, c'est à la fois qu'ils font une description caricaturale du Web 2.0, qui démontre qu'ils ne se sont pas sérieusement penché sur le sujet (ou n'ont rien compris) et par ailleurs, en raillant la capacité de la "société extérieure" à produire, ils revendiquent une forme de "quality by obscurity", comme si la qualité éditoriale provenait de l'isolement des membres "de la secte" vis à vis du monde extérieur.

                      C'est assurément de mauvaise augure pour l'avenir !

                      Commentaire


                        #12
                        Re : La revue prescrire 1/4

                        Bonjour,
                        Il y a aussi la presse 2.0 qui se met au papier pour plus d'audience, mouvement intéressant.


                        http://fr.techcrunch.com/2008/03/30/...de-techcrunch/
                        [fr] TechCrunch France lance “FranceCrunch”, une version papier hebdomadaire de TechCrunch

                        Rédigé par Ouriel Ohayon

                        Les demandes commençaient à devenir nombreuses et nous avons enfin trouver le temps de faire cela (avant même TechCrunch.com qui y viendra certainement). TechCrunch France existe depuis plus de 2 ans et nous avons accumulé pas mal de contenu depuis notre lancement. Mais il est vrai que TechCrunch reste pour l’instant un blog qui n’est connu que par quelques milliers d’initiés alors qu’il reste encore des millions de lecteurs potentiels à intéresser.

                        Dans les tous prochains jours vous retrouverez TechCrunch France chaque semaine dans les kiosques à journaux près de chez vous. FranceCrunch sera un magazine qui comprendra un résumé des meilleures news de la semaine, une mise en avant des meilleurs commentaires, un récapitulatif des dernières offres d’emploi de CrunchBoard France et des jeux spéciaux comme des mots croisés spécial web2.0 et plus classique comme du Sudoku ou encore une version innovante de Tetris conçue spécialement pour ce magazine.. La distribution sera in fine nationale mais nous commencerons par une approche ciblée dans certains arrondissements de Paris, à Poitiers (considéré comme une ville test pertinente) et à Lille.
                        La plupart des photos seront issues de Flickr pour limiter les paiement de royalties et il sera livré avec un CD ROM gratuit des meilleures applications du web. Nous dévoilerons la première maquette (qui est déjà prête) dans les prochains jours avant le lancement officiel.
                        Dans le premier numéro vous y retrouverez également quelques scoops et informations mises à jours sur le marché des noms de domaines gratuits et le lancement prochain d’un nouveau service qui va révolutionner l’industrie de la musique payante et du CD. Vous y trouverez également une rubrique ‘trucs et astuces’ où l’on apprendra qu’il est possible de faire tourner Android sous l’iPhone (merci à notre hacker de service). Un formulaire en fin de magazine vous permettra de réagir et de publier vos commentaires (à scanner et envoyer par email ou par fax). Les meilleurs seront repris sur le numéro suivant
                        Le magazine sera vendue au prix de 1 euro et l’abonnement annuel pour 52 numéros plus bonus sera de 40 euros qui est assez attractif (enfin nous verrons). Alors que le débat concernant la différence entre les blogs et les journaux fait toujours rage, TechCrunch France a décidé de franchir le pas et de se tourner vers l’industrie des médias et devenir accessible au plus grand nombre. Un site web accompagnera le lancement de ce journal qui pourra être téléchargé gratuitement
                        Ce blog continuera sa route en parallèle du magazine bien sûr. A dans quelques jours près de chez vous donc.

                        Commentaire


                          #13
                          Re : La revue prescrire 1/4

                          Beau poisson d'avril ;-)

                          Amicalement

                          Envoyé par Rapsody
                          Bonjour,
                          Il y a aussi la presse 2.0 qui se met au papier pour plus d'audience, mouvement intéressant.


                          http://fr.techcrunch.com/2008/03/30/...de-techcrunch/
                          [fr] TechCrunch France lance “FranceCrunch”, une version papier hebdomadaire de TechCrunch

                          Rédigé par Ouriel Ohayon

                          Les demandes commençaient à devenir nombreuses et nous avons enfin trouver le temps de faire cela (avant même TechCrunch.com qui y viendra certainement). TechCrunch France existe depuis plus de 2 ans et nous avons accumulé pas mal de contenu depuis notre lancement. Mais il est vrai que TechCrunch reste pour l’instant un blog qui n’est connu que par quelques milliers d’initiés alors qu’il reste encore des millions de lecteurs potentiels à intéresser.

                          Dans les tous prochains jours vous retrouverez TechCrunch France chaque semaine dans les kiosques à journaux près de chez vous. FranceCrunch sera un magazine qui comprendra un résumé des meilleures news de la semaine, une mise en avant des meilleurs commentaires, un récapitulatif des dernières offres d’emploi de CrunchBoard France et des jeux spéciaux comme des mots croisés spécial web2.0 et plus classique comme du Sudoku ou encore une version innovante de Tetris conçue spécialement pour ce magazine.. La distribution sera in fine nationale mais nous commencerons par une approche ciblée dans certains arrondissements de Paris, à Poitiers (considéré comme une ville test pertinente) et à Lille.
                          La plupart des photos seront issues de Flickr pour limiter les paiement de royalties et il sera livré avec un CD ROM gratuit des meilleures applications du web. Nous dévoilerons la première maquette (qui est déjà prête) dans les prochains jours avant le lancement officiel.
                          Dans le premier numéro vous y retrouverez également quelques scoops et informations mises à jours sur le marché des noms de domaines gratuits et le lancement prochain d’un nouveau service qui va révolutionner l’industrie de la musique payante et du CD. Vous y trouverez également une rubrique ‘trucs et astuces’ où l’on apprendra qu’il est possible de faire tourner Android sous l’iPhone (merci à notre hacker de service). Un formulaire en fin de magazine vous permettra de réagir et de publier vos commentaires (à scanner et envoyer par email ou par fax). Les meilleurs seront repris sur le numéro suivant
                          Le magazine sera vendue au prix de 1 euro et l’abonnement annuel pour 52 numéros plus bonus sera de 40 euros qui est assez attractif (enfin nous verrons). Alors que le débat concernant la différence entre les blogs et les journaux fait toujours rage, TechCrunch France a décidé de franchir le pas et de se tourner vers l’industrie des médias et devenir accessible au plus grand nombre. Un site web accompagnera le lancement de ce journal qui pourra être téléchargé gratuitement
                          Ce blog continuera sa route en parallèle du magazine bien sûr. A dans quelques jours près de chez vous donc.

                          Commentaire


                            #14
                            Re : La revue prescrire 1/4

                            Envoyé par Jean-Jacques Fraslin
                            Beau poisson d'avril ;-)

                            Amicalement

                            La vérité est là :
                            En fait la blague n’est pas ou on le croit, en vérité Techcrunch sera bel et bien vendu en kiosque mais pas en format papier, il sera gravé sur une plaque en pierre et un disque 78 tours sera donné en cadeau.

                            Commentaire

                            Unconfigured Ad Widget

                            Réduire
                            Chargement...
                            X