Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Merci pour ce moment...

Réduire
X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

    #31
    Sencha, à l'inverse de ce que je viens d'écrire pour Basta, me semble (c'est subjectif, bien sûr, et tu peux m'envoyer sur les roses, pour ça, te gêne pas, 'toute façon, à ce point de vue suis drôlement cicatrisé et ma peau est bien durcie ) que tu fais partie de ceux qui ne peuvent se permettre l'économie d'un travail de fond à long terme !
    Je le dis comme je le sens, et je ne juge rien du tout, je te livre le tout grossièrement, en brut de brut.

    donc m'étonnerait que tu franchisses relativement aisément la ligne de démarcation derrière laquelle on ressent enfin, vachement soulagé, qu'on est "de l'autre côté"
    on se rend compte alors que se considérer dangereusement vainqueur ou que reconnaître humblement sa défaite face à l'alcool, est une question qui ne se pose plus, qui est devenue hors de propos.
    on a alors franchi la ligne, on est "ailleurs", c'est tout, et on fait partie de ceux pour lesquels l'alcool, c'est pas leur truc, point barre et on s'en bat !

    certains n'ont pas besoin de faire un giga travail sur eux pour franchir la ligne, ils se réveillent parfois un jour de l'autre côté sans s'en rendre compte ou tout étonnés de se retrouver dans le monde libre (mais attention aux illusions !)
    Toi pas je crois, ça se fera lentement, progressivement, à terme, pas très long mais moyen j'dirais (?), je m'aventure là, mais on peut sourire un peu…

    donc dans ton cas mieux vaut
    ne pas suivre le chemin/impasse de ceux que je connais qui, après des dizaines d'années de Zéro Alcool, sont toujours dans le "tenir" jour après jour, et doivent impérativement se raccrocher à des branches externes - comme les textes AA - ou alors se lancer éperdument dans une fuite en avant - ce qui est fécond à brève échéance mais insuffisant à long terme - et ces derniers craquent assez vite, on ne court pas un marathon comme un demi-fond !
    pour ne pas céder, rechuter, replonger, 'fin peu importe l'exemple, on a pigé,

    ceux-là souffriront toujours inutilement, ils seront toujours potentiellement soumis à l'attraction externe car ils n'ont pas découvert et activé leur noyau central,
    ils resteront toujours prisonniers d'un monde fictif

    parce qu'ils ont toujours refusé de faire ce qu'ils appellent, parfois avec mépris, "plonger dans la merde" ou, bien alors, parce qu'ils se font croire - mais sont-ils vraiment dupes ? - que ce ne serait que se regarder le nombril, que s'élire comme premier centre de préoccupation dans un sens quelque peu exclusif, alors que justement, c'est la seule démarche qui leur permettrait d'enfin faire exactement le contraire, de s'ouvrir sainement avec lucidité
    vers l'extérieur, et de se rendre capables d'y apporter un plus, un mieux à ce qu'ils apportent déjà et ce, avec moins de tension, de dépense d'énergie, avec plus d'efficacité tranquille, sans plus besoin de Reconnaissance, mais seulement un p'tit espoir sans illusion d'un chouïa de reconnaissance appropriée,
    et si elle fait défaut, ce s'ra plus la fin du monde !

    en tout cas en attendant, patience et travail sur soi, car s'y jeter, dans cet extérieur, ou s'y laisser entraîner avant d'avoir découvert et activé son noyau interne… ça comporte des risques…

    Dernière modification par Ronald, 23/11/2018, 14h16.

    Commentaire


      #32
      +1 avec Ronald, comme bien souvent!
      je pense aussi que le lâcher prise-introspection- délivrance, est bien aidé par l’avancée de l’âge.
      28-6-2012.
      "On a deux vies. La deuxième commence quand on réalise qu'on n'en a qu'une" Confucius

      Commentaire


        #33
        Bonsoir Sencha,

        et merci Ronald. Tenir par sens de la discipline et du devoir c'est ce que j'ai fait. Travailler sur mes défauts de caractère, je m'y suis appliquée. C'est bien, j'ai été malheureuse mais appliquée. Aujourd'hui, j'essaie juste de vivre. Tout ne va pas Côme je le voudrais, mais.... Les choses se font tout parei, et moi j'ai de vrais moments détendus. Donc je continue.

        Commentaire


          #34
          Brise de mer, je pense que l'âge m'aide aussi. Mais les jeunes de ce forum ( les moins de 60 ans) m'apportent énormément. A leur âge, je n'étais pas aussi futée. J'ai 3 grandes filles trentenaires.
          Ronald, je rejoins tes propos, savoir trouver sa place est tout un équilibre. Ça se travaille, comme tout.
          Je vous souhaite une bonne nuit.

          Commentaire


            #35
            Bonsoir toutes et tous,

            Ronald, j'ai bien compris en ce qui me concerne, l'utilité, le besoin et la nécessité de cette introspection.
            Je précisais simplement que lorsque j'aurais suffisamment creusé, il me faudra aussi savoir relever la tête et regarder un autre jour se lever.
            Parce qu'à force de peigner les cheveux pour y trouver des poux, on finit sûrement par se les arracher et les couper en quatre.

            Il faut savoir, à un moment, profiter d'une certaine sérénité et peut-être ne pas continuer à creuser inutilement, sous peine de se trouver dans un tunnel sans jamais profiter du soleil.

            Pas le temps d'en dire plus, il faut que je m'absente !

            Sencha.

            Commentaire


              #36
              De retour, et juste avant dodo !

              J'oubliais de préciser qu'en matière de creusage et d'excavation, je n'en suis qu'au premières pelletées...et je ne sais évidemment pas encore ce que je vais trouver en dessous !
              Il y a du travail en perspective pour le fossoyeur de l'âme dont j'ai endossé le costume, mais j'ai pas l'intention de me payer au lance-pierre, alors je vais prendre mon temps pour déterrer mes cadavres.

              Bonne nuit les petits.

              Commentaire


                #37
                Envoyé par SENCHA Voir le message
                Devenir abstinent, ce n'est pas juste arrêter de boire de l'alcool,
                Effectivement.

                Et pour faire simple; il me semble qu'arrivé à un certain niveau de réflexion, à un certain niveau de remise en question, à une certaine "compréhension de sa personne"...

                avec ces nouveaux acquis, il faut juste savoir lâcher prise sur cette introspection et simplement VIVRE.
                Voilà, exactement.

                Et vivre en apprenant à se faire du bien, sans trop d'arrière-pensées. Sans trop penser "uniquement" à soi et sans penser "trop" à ce qu'en pensent les autres.
                Ou, si, ce qu'ils pensent, mais pas de nous-même.
                Envoyé par SENCHA Voir le message
                Je précisais simplement que lorsque j'aurais suffisamment creusé, il me faudra aussi savoir relever la tête et regarder un autre jour se lever.
                Parce qu'à force de peigner les cheveux pour y trouver des poux, on finit sûrement par se les arracher et les couper en quatre.
                Bonne image.

                Il faut savoir, à un moment, profiter d'une certaine sérénité et peut-être ne pas continuer à creuser inutilement, sous peine de se trouver dans un tunnel sans jamais profiter du soleil.
                Entendu hier une citation d'Alexandre le Bienheureux. Parlant à son chien, il lui dit : "T'as déjà regardé une fleur de carotte... ? Ben, voilà, c'est ça la vie... ! " Et, de fait, la splendeur d'une fleur de carotte vaut bien mieux, mais un milliard d'autres choses aussi, tant qu'à occuper son regard et son attention, que nos méandres internes. Ou bien on aura vécu pour quoi ? Pour se demander jusqu'à 125 berges qui était ce "je" qui a vécu et comment il était conformé et d'où venait ses problèmes, de papa, de maman, des deux et ce qui pourrait le combler ? Vient un moment où ça n'est plus de saison.
                Comme toujours, Sencha, tu as très bien dit, en peu de mots simples, ce que je n'avais pas réussi à exprimer clairement en beaucoup plus de mots compliqués.
                Classe.

                et BJAT
                Dernière modification par Al!ce, 24/11/2018, 06h13.
                Un truc que j'ai compris : ça. Un autre, plus intéressant :
                "Those who don't believe in magic will never find it." Lewis Carroll

                Commentaire


                  #38
                  Envoyé par SENCHA Voir le message
                  à force de peigner les cheveux pour y trouver des poux, on finit sûrement par se les arracher et les couper en quatre.
                  c'est amusant cette expression, je l'ai entendue des centaines de fois dans mon entourage et aux AA depuis… incapable de dire combien de temps tellement ça remonte
                  tout gosse mon cher papa me traitait déjà de "coupeur de cheveux en huit dans le sens de la longueur" et c'était pas en rigolant c'était avec rage et fureur

                  mais je comprends ce type de remarques, entendues aussi régulièrement aux AA sur l'inutilité "d'aller fouiller dans la merde" etc.
                  car, d'une part, pour beaucoup, c'est effectivement inutile ou nuisible et, d'autre part, ceux qui en auraient le plus besoin développent forcément le plus de résistances.

                  Quand qqn s'arrête sciemment à la première apparence de ce type de travail, il s'avère souvent que justement il serait particulièrement fructueux pour ce sujet
                  Plus vous avez peur d'y toucher, de retirer l'emballage, plus c'est un signe qu'il vous serait particulièrement utile

                  Vos démons intérieurs se défendent en vous faisant croire que ce travail n'est pas ce qu'il est, qu'il est inutile, que l'entreprendre vraiment sérieusement c'est de la perte de temps, de la peur d'agir et de sortir de soi - voire que c'est de la fainéantise !

                  et ainsi j'en connais qui ont toujours refusé de l'entreprendre et qui sont restés prisonniers de leurs démons internes, de leur monde à eux (sans être psychotiques), qui ont navigué toute leur vie entre dépressions et regains (comme Bill un des fondateurs des AA) ou, plus grave, qui ont rechuté dans l'alcool et y ont vite crevé (comme le fondateur des AA en Belgique) ou se sont simplement flingués

                  C'est normal la peur de retirer les barrières de sécurité qui interdisent l'entrée de la grotte, dont on sait, confusément, qu'elle peut être peuplée de "monstres", non matériels mais nous agissant bien concrètement, et ... il faut un fameux courage pour y pénétrer avec sa lampe torche et aussi, si possible, avec un équipier éclairé et éclairant, ce qui est beaucoup plus sûr, pour les premiers temps en tout cas

                  Envoyé par SENCHA
                  Il faut savoir, à un moment, profiter d'une certaine sérénité

                  Oh que oui, et la sérénité que tu es en mesure de te préparer, pour dans quelques années est quelque chose que tu ne peux même pas concevoir maintenant
                  mais c'est du boulot, pas à temps plein mais quotidien,




                  et du boulot parfois très pénible

                  Envoyé par SENCHA
                  ne pas continuer à creuser inutilement, sous peine de se trouver dans un tunnel sans jamais profiter du soleil.

                  Là y aurait comme l'indice d'une hésitation à faire le premier pas - ou un pas supplémentaire que tu appréhendes particulièrement, et donc important - dans la vraie merde, ou le magma, ou la grotte, encore une fois peu importe l'image du moment qu'on sente de quoi il s'agit ? non ?

                  Amicalement
                  Dernière modification par Ronald, 24/11/2018, 11h09.

                  Commentaire


                    #39
                    Envoyé par brise de mer Voir le message
                    +1 avec Ronald, comme bien souvent!
                    je pense aussi que le lâcher prise-introspection- délivrance, est bien aidé par l’avancée de l’âge.
                    Hello brise de mer, ça fait un bail !

                    Et oui, tu as raison, l'âge a de l'importance, j'ignore si j'eus été capable d'arriver en cet état quand j'étais un jeunot dans la quarantaine !

                    Mais nul doute qu'on peut résolument entreprendre ce type de chemin, en parallèle et en interaction avec la vie de tous les jours, dès le plus jeune âge, et surtout je crois qu'il faut éviter de s'enliser dans un monde fallacieux (comme via une secte pour prendre l'exemple extrême) pour se protéger des démons internes acquis en général dans la petite enfance sans les débusquer, les désactiver et les éjecter

                    et surtout sans avoir jamais découvert et activé son noyau interne propre :

                    car ce qui me frappe le plus chez les addicts graves aux drogues dures (ce qu'est devenu l'alcool pour beaucoup d'entre nous ici), en tentative ou en début "allongé" d'abstinence, c'est ce besoin de trouver un soleil extérieur, et cette vulnérabilité vis-à-vis de toute attraction externe
                    Dernière modification par Ronald, 24/11/2018, 10h58.

                    Commentaire


                      #40
                      Ronald

                      Je ne vais pas t'envoyer sur les roses, mais je te trouve bien extrême dans tes propos.

                      Mon avis, je ne vais pas le redonner, je l'ai livré un peu plus haut, et comme le dit Alice, avec des mots simples, complétés "justement" par le denier paragraphe sur la fleur de carotte.

                      Alors, oui, il faut prendre le taureau par les cornes et mettre les pieds dans le purin. Mais c'est pour assainir mon air ambiant, car si c'est pour sentir la merde jusqu'à la fin de mes jours...Donc, je suis d'accord, il faut faire le job, se donner le moyen de bien le faire, oser, bien fouiller, bien remuer...mais c'est pour un jour profiter d'une paisible retraite.

                      Peut-être je me trompe et ça, libre à toi de m'envoyer sur les roses...; j'ai comme l'impression que dans cette dernière intervention, ou peut-être une autre un peu plus haut, désolé il faudrait que je relise, j'ai comme l'impression qu'il y aurait une image subliminale, comme si tu voulais dire sans le dire vraiment, qu'il y aurait des personnes ici qui n'auraient pas fait le job à fond, qui n'auraient remué que la merde en surface ou pas assez...
                      Enfin, je sais pas trop si tu vises quelqu'un ou quelqu'une, ou bien si tu généralises ?
                      C'est juste mon ressentiment.

                      Quant à savoir si "j'hésite à faire un premier pas ou un pas supplémentaire avec appréhension" ? Je crois que j'ai déjà les pieds dans le caca et comme je l'ai dit plus haut, je ne fais que commencer le travail. Donc, par définition, je ne vais pas m'arrêter là, mais à chaque jour suffit sa peine.

                      Amicalement.

                      Sencha.

                      PS : Je ne vais pas forcément avoir beaucoup de temps pour répondre aujourd'hui (TAF !) ou demain...mais j'essaierai de vous lire.

                      Commentaire


                        #41
                        je crois que l'image de la merde, utilisée à hue et à dia aux AA pour dissuader les gens de penser par eux-mêmes , ce n'est pas la bonne façon d'aborder la boîte noire de notre cerveau et surtout de ses abysses inconscients, là où se cachent et d'où nous agissent les monstres nés de notre histoire personnelle.

                        nous avons assez de réticences spontanées pour ne pas devoir en rajouter
                        au contraire, essayons de lever les barrières en abordant la chose de façon positive,
                        ainsi que tu l'as toi-même fait en écrivant ici que tu voyais dans ton alcoolisme une opportunité, la chance d'aller plus au fond de toi

                        et de révéler et réveiller non pas de la merde, mais les forces persos bien réelles, les principes d'actions positives, les réserves d'amour (et ici je ne fais pas de la pub pour quelque méthode de "développement personnel" , rien à voir) qui sont bloquées en tes tréfonds , y a pas que des monstres au fond de nos grottes inconscientes, ceux-ci ne sont que les gardiens d'un soi emprisonné !

                        et à nous, à toi de choisir : préserver tes démons chéris et laisser dans ta geôle interne la part de toi qui y croupit, ou les démasquer et leur faire subir ce qu'ils ne supportent pas : la lumière de la vérité

                        si tu fais le bon choix, tu te verras un jour libéré de toute attraction extérieure n'exposant que des mirages et cachant un enfer bien réel, comme une terrasse de bistro au printemps qui nous invite à y boire un verre de drogue dure ou comme la gare d'Auschwitz, qui était, paraît-il, fleurie et guillerette



                        tout comme la planète terre et comme tout le monde, tu as un noyau central propre,
                        comme celui de la terre, et comme celui des gens "normaux", il est hors de vue,

                        Mais, à la différence du noyau terrestre et du noyau perso des gens "normaux", des gravats, des acquis, des mensonges intégrés, des démons créés à partir des percepts des attentes des premiers êtres rencontrés, des défenses inappropriées (des couches de merde durcie on pourrait dire aussi ) empêchent le noyau central des addicts comme nous de dégager sa force, sa chaleur propres et font obstacle à l'exercice de l'attraction qui maintient naturellement la plupart des gens sur orbite, avec une stabilité et un équilibre basique solides,

                        ce noyau dur central, en partie inaltérable, propre et naturel, d'être, de pensée et de savoir, quand rien ni personne ne l'en empêche, évite aux gens "normaux" de se faire entraîner, parfois sans possibilité de résister, par des attractions externes, telle l'attraction de l'alcool, mais pas seulement

                        mais oui nous avons quand même de la chance, car les failles ouvertes par notre pathologie, l'alcoolisme, dégagent une voie royale vers la découverte du centre caché de notre terre à nous, lequel restera invisible aux gens "normaux", leur vie durant
                        la plupart des gens n'ont nulle raison raisonnable d'entreprendre une telle expédition
                        beaucoup d'entre nous oui
                        et quand on y arrive on peut goûter parfois à - mais inutile de nommer, y faut vivre ça pour le savoir
                        Dernière modification par Ronald, 25/11/2018, 07h40.

                        Commentaire


                          #42
                          Coucou Sencha,
                          si possible, avec un équipier éclairé et éclairant, ce qui est beaucoup plus sûr, pour les premiers temps en tout cas
                          je me souviens plus si tu es aidé, c'est important pour avancer plus vite et surtout éviter de tourner en rond, surtout on se prend des grosses claques, j'ai eu l'impression de perdre des boulets, forcément quand tu n'ai plus maître de ta "vie", j'ai pas toujours les mots
                          tu l'as toi-même fait en écrivant ici que tu voyais dans ton alcoolisme une opportunité, la chance d'aller plus au fond de toi

                          et de révéler et réveiller non pas de la merde, mais les forces persos bien réelles, les principes d'actions positives, les réserves d'amour
                          , je trouve que Ron l'exprime bien dans cette phrase , bonne journée
                          arrêt avec soins pour moi, le 18 février 2014

                          Commentaire


                            #43
                            Bonjour Ronald,

                            J'aurais beaucoup à répondre et je ne le ferai pas, simplement parce que ce serait inutile et que j'ai passé l'âge d'avoir raison, et même passé l'âge d'expliquer aux autres que ce qu'ils disent d'eux ne vaut pas pour moi, ou pour d'autres, que ce qu'ils disent de moi, ou d'autres, ils ne le disent que de leur place à eux - parler de sa place seulement, ce qu'on appelle "échange", qui diffère de la "leçon".

                            "Il faut cultiver notre jardin." , concluait l'autre.
                            Certes, on doit passer un moment à retourner la terre et à l'amender, mais seulement pour y faire venir après des choux et des carottes qui se mangeront.
                            On peut choisir, plutôt, de creuser le terrain jusqu'au centre de la terre, jusqu'à ce "noyau" (qui, remarquons-le quand même au passage, n'est jamais rien d'autre qu'une image et ne correspond, dans la réalité, simplement à... rien - une image ou un objet de croyance, puisqu'il en faut bien, semble-t-il ; j'ai les miens que je reconnais pour objets de croyance et ne proclame pas vérités universelles.)
                            Cela relève d'un choix, de creuser putôt que de planter. Que je respecte. Pourquoi pas ? Mais on peut au moins trouver raisonnable de ne pas considérer ce choix comme le meilleur et le seul possible.
                            Moi, à la spéléologie, je préfère la soupe et le pot-au-feu. C'est plus modeste, de rester sur le plancher des vaches, mais plus nourrissant.
                            Et on peut aussi donner des légumes autour de soi ; on ne donne pas le fumier qu'on retourne, ni les cailloux du sous-sol, ni des bouts d'un noyau imaginaire. Je l'ai constaté. Ce que donne ceux qui sont obsédés d'eux-mêmes, il faut vraiment être affamé(e) pour le manger.

                            J'ai beaucoup creusé et j'ai été très obsédée de moi-même..., pas seulement, je crois, mais aussi ; ça ne m'a guère apporté, que des pattes griffues en forme de pelle et le beau regard des taupes. Et je suis contente de ne plus creuser, ni prétendre - mais je ne l'ai et je n'y ai jamais prétendu - arriver triomphante au magma interne en ébullition, expérience telle qu'elle ne serait simplement pas transmissible (Tu m'étonnes !) Je suis contente, simplement, aujourd'hui, de produire de méchants petits légumes tout mal foutus, et délicieux. Je sais que d'autres, quelques uns, parfois, produisent des multitudes de tomates savoureuses et des courges de concours, je les envie bien encore un peu mais je ne serai pas de ceux-là, je n'ai pas ce talent, et j'ai appris à me contenter de ce qui est tel que c'est.

                            Bon dimanche, Sencha.
                            Dernière modification par Al!ce, 25/11/2018, 06h32.
                            Un truc que j'ai compris : ça. Un autre, plus intéressant :
                            "Those who don't believe in magic will never find it." Lewis Carroll

                            Commentaire


                              #44
                              Alice, ah, si tu savais combien j'aimerais croire que tu aies raison !
                              Et c'est peut-être le cas en ce qui te concerne, en tout cas c'est tout ce que je te souhaite.

                              Commentaire


                                #45
                                Il importe peu que qui que ce soit le croie. Et c'est même précisément cela l'essentiel.

                                Je retourne donc ne pas cultiver mon absence de jardin.
                                Dernière modification par Al!ce, 25/11/2018, 08h25.
                                Un truc que j'ai compris : ça. Un autre, plus intéressant :
                                "Those who don't believe in magic will never find it." Lewis Carroll

                                Commentaire

                                Unconfigured Ad Widget

                                Réduire
                                Chargement...
                                X