Annonce

Réduire
Aucune annonce.

AA n00b isolé

Réduire
Cette discussion est fermée.
X
X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

    Envoyé par rur@lcoolique Voir le message
    je ne sais pas ce qui m'a fait quitter le confort (?) de l'autodestruction (...) Il a fallu que quelque chose mûrisse* en moi pour que je me "réveille" et accepte ce que je savais depuis de nombreuses années déjà.

    C'est bien une question de volonté (dans le sens strict de "vouloir" : jusque là, je ne voulais pas essayer de quitter l'alcool). Pas à cause d'une quelconque anticipation des difficultés (physiques et psychologiques) à sortir de l'alcool, juste j'étais "heureux" d'être prisonnier volontaire, en quelque sorte... Peut-être fallait-il le temps que mon marais intérieur ait assez décanté pour que mes traumatismes fondateurs puissent enfin émerger un peu et que je me mette à les dégager de leur vase.
    tu es clair
    et tu peux enlever le (?) : la vie habituelle dans l'autodestruction depuis longtemps a fait de notre autodestruction, et de notre prison privée aussi (voir Chéana), une sorte de cocon confortable
    Et l'habitude fait de nos geôliers une compagnie dont on croit avoir encore besoin comme on a eu besoin du père-sécuteur et/ou de la pieuvre maternelle et/ou de leurs substituts.

    Ton lapsus me semble évident : les intrus en toi ont mûri, pourri et sont tombés quasi naturellement

    Pas encore entièrement tombés de chez moi par contre ; malgré une beaucoup plus longue sobriété, il en reste, en moi, des miasmes ascendentaux vivants et actifs... à qui je me refuse d'ouvrir la porte, que je refuse de laisser aspirer par le vide intersidéral.

    à chacun sa route, à chacun son chemin.... chemin à tracer personnellement... avec de la volonté...
    oui aussi à ça

    Dernière modification par Ronald, 12/04/2019, 08h17.
    "What a Wonderful World" Louis Armstrong

    Commentaire


      Il y a aussi "pûrir" dans le sens de devenir plus pur, dégagé des scories... Sans idée de bien ou mal, nocif ou bénéfique, juste pur dans le sens chimique d'un corps, d'une matière homogène...

      Un souvenir précis d'un instant fort bref m'occupe depuis quelques temps. Sa permanence, sous la même forme stricte depuis fort longtemps, me laisse à penser qu'il n'est pas le fruit de mon imagination, alors que je suis beaucoup plus circonspect pour les détails (mobilier etc.) qui le complètent. Je n'arrive pas à retrouver quelle fut ma réaction d'enfant de cinq ans (je crois, en tout cas moins de six, puisque je suis absolument certain du lieu et que nous avons déménagé ensuite).

      Black out sur les souvenirs, ensuite. "Creuse, mon gars, creuse !".

      @+

      fred

      fred, pas d'avoine

      Commentaire


        PS : je ne cherche pas des "pourquoi", puisque de toute façon ça me constitue. Un "comment" même grossier m'aiderait sans doute à mieux vivre avec ce que je suis devenu...
        fred, pas d'avoine

        Commentaire


          Coucou, mon frère dormait avec une chaise derrière sa porte, il a découvert à 44ans qu'on avait un papa PN, comment deviner, pourtant on a cherché, des fois on a les clefs on ne sait pas ce qu'il y a derrière la porte, bonne journée
          arrêt avec soins pour moi, le 18 février 2014

          Commentaire


            'lut !

            ​​​​​​Ma 'tite infirmière me parlait de l'hypnose, par un psy. C'est vrai qu'il y a un gros blocage qui tourne autour d'un unique souvenir, que je me remémore avec constance, un truc "sans importance" ou presque d'adultes préoccupés, une réaction sur l'agacement, où la violence n'est que symbolique et encore pour moi seulement. Je ne me souviens pas quelle fût ma réaction de gamin de 5 ans (environ, moins de 6 car déménagement en juin 1976).

            Pas d'extériorisation des sentiments, depuis, ou si peu, gros besoin de laisser sortir une énergie débordante, gros besoin d'être un Super, de réussir l'exceptionnel et d'être reconnu.

            L'ennui, c'est que comme la mécanique, la psychologie ne s'apprend pas seulement dans les bouquins. Une courroie de distribution ne me fait plus peur, j'ai l'expérience, mais là... Surtout que le sujet c'est moi-même, donc pour le diagnostique objectif, ben...

            Je ne sais si je me berlure ou si je tiens le nœud du problème. Des expériences d'hypnose, chez vous ? Si oui, merci d'avance de vos témoignages

            Portez vous bien, loin du verre.

            @+




            PS : la cervelle continuant à travailler après avoir écrit, je me demande si je ne vais pas me faire une bonne dépression, avec ce qui émerge depuis tout à l'heure (qq jours en fait). Le poids des mots/maux...
            Dernière modification par rur@lcoolique, 12/04/2019, 04h25. Motif: Post Scriptum
            fred, pas d'avoine

            Commentaire


              Coucou Ru@, si je suis tu n'as pas le souvenir, par contre tu sais que 6 ans est un age chaniére pour toi? la depression je connais bien difficile d'en sortir, tous les outils sont bon à essayer, bonne journée
              arrêt avec soins pour moi, le 18 février 2014

              Commentaire


                Je me souviens très précisément SAUF pour ce que j'ai extériorisé. Pleurs et cris ? Ou rien ?

                Il y a une autre image associée, mais là je ne peux absolument pas être sûr du lien temporel, donc ce n'est pas un indice utilisable.

                Le bonhomme aux allumettes, vous connaissez ? C'est un cousin de la Belle Province qui a mis ça au point, on en trouve des tas de "versions" sur l'interweb, je n'ai pas eu le temps de chercher mieux.

                *@+

                fred
                fred, pas d'avoine

                Commentaire


                  Il serait possible de clore le fil, mais si vous le permettez jevuendrai encore y réfléchir, au moins le temps de me reconstruire un peu...

                  Belles 24h @ll.

                  fred
                  fred, pas d'avoine

                  Commentaire


                    Envoyé par rur@lcoolique Voir le message
                    Il serait possible de clore le fil, mais si vous le permettez jevuendrai encore y réfléchir, au moins le temps de me reconstruire un peu...

                    Belles 24h @ll.

                    fred
                    Mais pourquoi le clore ???
                    Même si je n'y réponds pas souvent, je trouve toutes tes interventions au minimum intéressantes.


                    Et tant que j'y suis, après t'avoir lu ce matin, j'ai pensé que tu es le mec idéal pour faire une psychanalyse sérieuse (API) ou un autre traitement analytique (associé à la mentalisation ou à la thérapie des schémas).

                    Tu es lucide, tu oses aller au fond de toi, et tu sais mettre des mots sans t'y laisser enfermer.
                    Mais à procéder sans guide compétent, tu t'éparpilles trop, me semble, pas vraiment d'axe majeur et de pondération appropriée des facteurs du "comment" à défaut de ceux du "pourquoi".

                    La difficulté c'est d'en trouver un bon !
                    Il faut beaucoup chercher.

                    En tout cas pour éclairer et désactiver ton fond dépressif, il n'y a pas d'autre moyen radical, sinon, la lave mortifère remontera toujours d'une façon ou d'une autre.
                    Dernière modification par Ronald, 12/04/2019, 11h11.
                    "What a Wonderful World" Louis Armstrong

                    Commentaire


                      Je n'ai plus de problème... sauf celui de retaper un peu, tant bien que mal, ce que j'ai détruit méthodiquement ces quarante-trois dernières années.

                      ' pas lâché prise, encore, par contre, ça risque de remuer un peu. Mais je sais, donc je pourrai faire, en conscience et non plus malgré moi.

                      "Tuez l'père, Tell fils !"
                      fred, pas d'avoine

                      Commentaire


                        Envoyé par rur@lcoolique Voir le message
                        'lut !

                        ​​​​​​Ma 'tite infirmière me parlait de l'hypnose, par un psy. C'est vrai qu'il y a un gros blocage qui tourne autour d'un unique souvenir, que je me remémore avec constance, un truc "sans importance" ou presque d'adultes préoccupés, une réaction sur l'agacement, où la violence n'est que symbolique et encore pour moi seulement. Je ne me souviens pas quelle fût ma réaction de gamin de 5 ans (environ, moins de 6 car déménagement en juin 1976).

                        Pas d'extériorisation des sentiments, depuis, ou si peu, gros besoin de laisser sortir une énergie débordante, gros besoin d'être un Super, de réussir l'exceptionnel et d'être reconnu.

                        L'ennui, c'est que comme la mécanique, la psychologie ne s'apprend pas seulement dans les bouquins. Une courroie de distribution ne me fait plus peur, j'ai l'expérience, mais là... Surtout que le sujet c'est moi-même, donc pour le diagnostique objectif, ben...

                        Je ne sais si je me berlure ou si je tiens le nœud du problème. Des expériences d'hypnose, chez vous ? Si oui, merci d'avance de vos témoignages

                        Portez vous bien, loin du verre.

                        @+




                        PS : la cervelle continuant à travailler après avoir écrit, je me demande si je ne vais pas me faire une bonne dépression, avec ce qui émerge depuis tout à l'heure (qq jours en fait). Le poids des mots/maux...
                        tu as trop vite répondu à mon mail
                        j'ai ajouté qqch et tu avais déjà répondu !

                        tu dis que tu n'as plus de problème sauf celui de "retaper un peu… ", mais, par ailleurs, tu subis des remontées dépressives récurrentes et tu en appréhendes une au vu de ton texto supra tout récent, mais ça, c'est un grave, énorme problème de fond de fond !

                        tu sembles croire trouver ou pouvoir trouver LE nœud, il n'y a pas UN nœud, sinon un nœud gordien ; le défaire exigerait beaucoup de temps, de patience, et de distance sereine, et une aide à cette fin, sinon impossible de le décomposer en ses multiples composants en interactions continues et mouvantes, variées, changeantes

                        en ce qui concerne l'hypnose, j'ai essayé, une fois une classique, et une fois une PNL (programmation neuro-linguistique) centrée sur mon alcoolisme
                        je crois être non hypnotisable
                        j'ai surtout dû retenir mes fous-rires !

                        par ailleurs je trouve émouvante la préoccupation que tu exprimes concernant ta compagne

                        avec sympathie


                        "What a Wonderful World" Louis Armstrong

                        Commentaire


                          (Vu l'ajout)

                          J'ai trouvé le déclencheur principal, je vois une multitude de conséquences qui étaient pourtant évidentes. Il faut juste que je tue le père (je croyais l'avoir déjà fait, fol naïf) maintenant que je vois le lien que je dois briser.

                          Après, je vais pouvoir réellement procéder à mon inventaire personnel, dans le tas de gravats à déblayer, essayer de réparer (?) ce que j'ai pu abîmer chez les autres, assumer enfin MES choix et non les chimères derrière lesquelles je courrais en pure perte.

                          Sûr qu'il en reste pas mal, caché dans les coins, mais le gros morceau et là, devant moi. Je ne sais pas si je vais m'effondrer ou entrer en paix, je verrai bien, mais au moins je m'attends à tout, en conscience.
                          fred, pas d'avoine

                          Commentaire


                            Envoyé par rur@lcoolique Voir le message
                            (Vu l'ajout)

                            J'ai trouvé le déclencheur principal, je vois une multitude de conséquences qui étaient pourtant évidentes. Il faut juste que je tue le père (je croyais l'avoir déjà fait, fol naïf) maintenant que je vois le lien que je dois briser.

                            Après, je vais pouvoir réellement procéder à mon inventaire personnel, dans le tas de gravats à déblayer, essayer de réparer (?) ce que j'ai pu abîmer chez les autres, assumer enfin MES choix et non les chimères derrière lesquelles je courrais en pure perte.

                            Sûr qu'il en reste pas mal, caché dans les coins, mais le gros morceau et là, devant moi. Je ne sais pas si je vais m'effondrer ou entrer en paix, je verrai bien, mais au moins je m'attends à tout, en conscience.
                            Beh non tu ne vas pas t'effondrer, tout le contraire, tu vas te rassembler et enfin te ressembler
                            Tu vas ramasser et recoller les morceaux du petit garçon sans défense que le Père archaïque tout puissant a cru pulvériser

                            Et tu vas le passer à la sulfateuse ce vieux père intégré en toi, le désintégrer, t'en nettoyer, le réduire en confettis de toutes les couleurs, et pfouiiiit, tu souffles par la fenêtre ouverte et les p'tits confettis s'envolent à tous vent, pour toujours, bye bye et vive la liberté !


                            mouais me demande si pour d'autres que moi ça peut marcher aussi facilement mais pourquoi pas...

                            "What a Wonderful World" Louis Armstrong

                            Commentaire


                              'soir !

                              Pour le psychiatre, mon aamie me conseillait de ne pas attendre, tout à l'heure au téléphone. J'aurais au mieux un RdV dans six mois Allez, je pose quelques trucs ici, en attendant...

                              Pour mon père, il n'a pas fait exprès (fatigue, préoccupations, discussion de grands, pas disposé à s’intéresser à ce que je lui montrai à ce moment là, alors que je découvrais l'amour dans l'image d'une femme...). Consciemment du moins. Par contre il a parfaitement réussi son coup avec son geste d'énervement (pas de violence à mon égard) : du haut de mes 5 ans, j'ai senti une telle menace symbolique que j'ai immédiatement et définitivement caché puis nié mes sentiments à l'égard de ma mère. Et tous les autres avec, tant qu'à y être... Pour ça que je suis "handicapé" du sentiment depuis longtemps.

                              Ensuite, je me suis ingénié à marcher dans ses traces et à lui montrer que je pouvais même faire mieux que lui, en apprenant tout seul, comme un grand, avec des bouquins et ma cervelle. Ses valeurs. Pour ne pas risquer ses foudres (œdipe) et mériter son attention, d'après ce que je viens de comprendre... J'ai parfois réussi assez bien ; mais je ne pensais vraiment pas m'être passionné pour la mécanique seulement pour gagner son estime (entre autre compétences perso. acquises à force d'efforts solitaires). Je lui dois aussi mes plus beaux échecs, je ne vous fait pas la liste.

                              Accessoirement, j'ai sans doute "hérité" de son incroyable violence intérieure. En tout cas j'ai été nettement gueulard et "exigeant", en particulier avec le grand (l'aîné de nos deux garçons), précisément quand il a continué à faire comme si j'étais un ennemi (œdipe encore ; pourtant nous étions plutôt discrets, avec sa mère, pas d'excès d'effusions en présence des gamins). Période où la manipulation faisait fureur au boulot, période où j'ai commencé l'alcool après déjà 4 ans de souffrance sous les coups tordus d'une collègue PN...

                              Bon, avec tout ça, ça me fait pas mal de monde à qui parler, dans les semaines-mois qui viennent. Je ne sais pas comment je vais encaisser, quand les sentiments vont se remettre en marche... et quand je vais avoir dressé un inventaire de mes choix personnels (et de tous ceux qui ont été induits). C'est fait, donc pas la peine de se morfondre, il faut apprendre à vivre avec et s'adapter, petit à petit. J'ai survécu jusque là, donc ça va faire. Mais il y a du taf

                              *@ll

                              fred



                              PS : pour le psychiatre, je ne suis pas encore décidé. Mais comme tout ceci est tout frais, je peux bien prendre quelques jours de réflexion. Pas envie de boire, en tout cas, c'est déjà ça.
                              fred, pas d'avoine

                              Commentaire


                                Coucou, surtout attends d'être bien solide, sur de toi, bonne soirée
                                arrêt avec soins pour moi, le 18 février 2014

                                Commentaire

                                Unconfigured Ad Widget

                                Réduire
                                Chargement...
                                X