Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Je t'aime

Réduire
X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

    Je t'aime

    J'ai pas grand chose d'autre à dire.
    Tu sais au fond de moi, je pense à mes actes brutaux envers toi, qu'ils soient physique ou psychique. Je m'excuse.
    Je m'éloigne lorsque je pense que tout est fini, je ne suis pas fait d'un autre bois que celui du reniement, pour la simple et bonne raison que je m'en sens pas d'en avoir le mérite, ni les faveurs.
    Qu'ai je à t'offrir, mes troubles, mes luttes et mes souffrances, tout ce qui me caractérise comme une plaie béante et que je n'arrive plus à contenir, ni à sutturer.
    Mais je veux que tu le saches, je t'aime.
    Dans mon coeur j'ai oublié la peur et la mortà force d'y être confrontée et, d'y avoir longuement pensé, lorsque je me sentais affaibli, la vie avait depuis, longtemps disparu... La résignation la fatalité et l'oubli...
    Si il faut mourir je préfère être seul la vie doit bien s'arrêter un jour, enfin ma vie.
    Voilà ne m'en veux pas de trop d'être débile, j'ai fait de mon mieux.

    #2
    Envoyé par Oyan Voir le message
    J'ai pas grand chose d'autre à dire.
    Tu sais au fond de moi, je pense à mes actes brutaux envers toi, qu'ils soient physique ou psychique. Je m'excuse.
    Je m'éloigne lorsque je pense que tout est fini, je ne suis pas fait d'un autre bois que celui du reniement, pour la simple et bonne raison que je m'en sens pas d'en avoir le mérite, ni les faveurs.
    Qu'ai je à t'offrir, mes troubles, mes luttes et mes souffrances, tout ce qui me caractérise comme une plaie béante et que je n'arrive plus à contenir, ni à sutturer.
    Mais je veux que tu le saches, je t'aime.
    Dans mon coeur j'ai oublié la peur et la mortà force d'y être confrontée et, d'y avoir longuement pensé, lorsque je me sentais affaibli, la vie avait depuis, longtemps disparu... La résignation la fatalité et l'oubli...
    Si il faut mourir je préfère être seul la vie doit bien s'arrêter un jour, enfin ma vie.
    Voilà ne m'en veux pas de trop d'être débile, j'ai fait de mon mieux.
    reste pas avec cette souffrance oyans, va au moins voir un infirmier enfin fais quelque chose!
    velours

    Commentaire


      #3
      Ça va passer. C'est gentil je vais me remettre debout.
      ​​​​​​

      Commentaire


        #4
        Toi je veux pas te perdre, pas avant que je crève.

        Commentaire


          #5
          Je te veux comme épouse et lier nos vies jusqu'à la fin des temps. ​​​​​​
          Et que tous nos souhaits de bonheur et de joie se réalisent. Je serai sage. Je t'aime.

          Commentaire


            #6
            Il y a une chose qui me préoccupe, c'est mon état de santé.
            J'ai toujours cette arrière pensée, de me dire tu te détruis et t'es même pas capable de te battre pour t'améliorer. C'est à rendre dingue.
            Après je me dis qu'une fois vieux t'es inutile et foutue.
            Tu sais, j'ai dû t'en parler, que mon premier psy m'avait demandé, si je serais comme avant ?
            J'ai répondu d'emblée non...
            Et là il a sourit.
            Comprenne que ça me pose des problèmes.
            Lorsque on me serine avec la réalité.
            Je pense pas être plus faible que les autres, du moins je l'étais pas avant...
            Aujourd'hui j'en sais rien parce que j'aime pas me mesurer dans un but compétitif aux gens.
            J'apprécie la véritable camaraderie, même si elle aussi déçoit à un moment où à un autre.
            Alors je reste sur ma réserve.
            C'est un peu comme les vautours autour d' une bête blessée, ils attendent qu'elles tombent, pour en bouffer la chair et les organes. C'est un peu ça le social non ?
            Enfin je dis des bêtises

            Commentaire


              #7
              Je me souviens aussi de ton grand père condamné à mourir, à survécu jusqu'à la naissance de sa petite fille, il voulait la voir avant de mourir, c'est ça hein.
              Du coup je transposé mon cas à celui de ton aïeul, va savoir pourquoi ?
              Moi je vais m'en sortir. Enfin je crois

              Commentaire


                #8
                Il y a ma dépouille, et la cambrure de mes reins.
                Puis il y a ton visage et la brûlure de ton parfum,
                Debout ou dans la mort je n'aime que toi.
                Un baiser à tes lèvres. Tu es si jolie...

                Commentaire


                  #9
                  J'ai besoin de toi, tu me manques. Je t'attends même si tu m'en veux.

                  Commentaire


                    #10
                    Tu sais qu'en ce moment en t'écrivant tout ces mots je risque ma vie ?
                    Tu m'as toujours manqué et il m'était difficile de m'y soustraire.

                    Commentaire


                      #11
                      Dois je mourir pour te plaire ?

                      Commentaire


                        #12
                        Tu obnubilé mes pensées, je pense à toi et je me suis remis à fumer, comme j'avais mal j'ai encore pris du tramadol. Mais je ne dépasse pas la dose prescrite tu sais 2 par jour et c'est tout...
                        Je suis sur le canapé allongé et plutôt zen.
                        J'espère que pour toi tout va bien. J'aimerai te voir pour que nous fassions des projets d'avenir, tu es belle quand tu souris.

                        Commentaire


                          #13
                          Tu vois j'ai envie de toi, de ton corps de l'éraflure de tes lèvres sur ma peau et de ma main maintenant ta nuque, pour que j'y engouffré de profonds baisers à ta jugulaire palpitante et épouser les formes rêveuses de ton corps bouillonant.
                          Soutenir la longueur de ta cuisse tout en la carressant, afin que tu sentes en toi le brute fléau des aller retours qui ne cessent, jusqu'à la limite de la garde et alors je planterai mes canines dans ta chair indolente et enfoncerai mon désir au plus profond de tes entrailles où en suspend nous écouteront, les plaisirs haletés, d'une colère sauvage au rythme de nouveau débridé.
                          J'aurai l'impatience d'envisager d'autres chemins,là où se fécondent des interdits décevants et que d'un coup de rein puissant violerais impunément dans la fièvre insolente de nos accords brutaux.

                          ​​​​

                          Commentaire


                            #14
                            c'est-du-haut-niveau-ce-que-tu-écris-Oyan!

                            Commentaire


                              #15
                              Envoyé par potre Voir le message
                              c'est-du-haut-niveau-ce-que-tu-écris-Oyan!
                              Merci potre. C'est pour celle que j'aime, afin de lui montrer à quel point mon désir est aiguisé par la flamme de mon esprit. Bon après je fais pas de muscu c'est vrai, je ne pèse pas non plus 120 kilos.

                              Commentaire

                              Unconfigured Ad Widget

                              Réduire
                              Chargement...
                              X