Annonce

Réduire
Aucune annonce.

M'éloigner de l'alcoolisme.

Réduire
X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

    M'éloigner de l'alcoolisme.

    'lut.

    Il y a 11 mois, sans solution locale pour rejoindre un MAB (Mouvement d'Anciens Buveurs) je postais mes premiers messages sur le forum AA pour me libérer du poids de la honte, de la culpabilité et toute cette sorte de choses.

    Peu après je découvrais Atoute et m'inscrivais ici, car pas envie de devenir évangéliste, ce qui est in fine le but des AA et le fondement de leur méthode. Je le redis, je ne crache pas dans la soupe, tous les outils sont bons et ils m'ont aidé, mais la foi n'est pas ma tasse de thé...

    Mon premier fil ici suit mes premiers pas hors de l'alcoolisme pratiquant, avec son lot de découvertes de mes désordres intérieurs, le second m'a servi de bloc-note pour accompagner mon travail psychologique personnel (et m'a valu quelques déboires, mais on apprend de toutes les expériences) et il se trouve clôt car arrivé aux fatidiques 300 messages. Je suis content de pouvoir y retourner lire, mais ils n'ont sans doute pas grand intérêt comme "témoignage", pas de grande utilité pour la communauté.

    Ce nouveau fil me servira pour le moment à donner des nouvelles (éventuellement) de la suite de ma démarche. Je tente encore de trouver une/un psy. localement pour avancer et faire sauter quelques blocages, j'essaierai le CMP si pas moyen de trouver dans des délais raisonnables... Je continue donc à essayer de m'éloigner durablement du recours à l'alcool, pour construire la suite de ma vie, à bientôt 50 ans.

    Et comme ça ne se fait pas tout seul, cette page vous est évidemment grande ouverte, puisque le sous-titre est très clair :

    "Ce forum est destiné aux personnes ayant un problème avec l'alcool. Son objet est l'entraide et les échanges."

    Merci à vous. Portez-vous le mieux possible, dans les joies et les épreuves.

    *@ll




    PS : toujours pas de date car mon arrêt s'est fait en continuant à boire, depuis décembre 2018. Troisième et dernière cuite de 2019 fin mars donc environ six mois sans alcool, un petit début de chemin... Que les nouveaux ne prennent pas peur, ça passe vite, six mois, juste 24 heures à la fois
    fred, pas d'avoine

    #2
    Bonjour Rur,

    As tu peur maintenant de rechuter ?
    De quoi as tu peur aujourd’hui ?
    As tu identifié toutes tes peurs ?
    Bienvenu à ce nouveau fil en tous cas.

    Bises saturniennes
    ​​​​​​.
    Kenavo

    Commentaire


      #3
      Non, même pas peur

      Je sais où j'en suis par rapport à l'alcool : recours impossible sans risquer de plonger sévèrement, usage "récréatif" pas envisageable actuellement pour la même raison. Je n'ai pas peur de rechuter, connaissant le risque, je ne bois pas, c'est tout. J'en ai quand même un peu ch... pour arriver jusqu'ici (= hic et nunc) je ne vais pas recommencer juste pour le fun.

      Pour le reste, je vais chercher de l'aide auprès d'un pro. (après avoir défriché le terrain et balisé ici ce travail) justement parce qu'il reste à découvrir pour apprendre ensuite à ne pas/plus en souffrir sans savoir d'où ça vient. Apprendre à vivre avec moi-même sans me faire souffrir moi-même ni me laisser souffrir "à l'insu de mon plein gré", ouvrir les yeux enfin sur ce qui m'a déterminé jusque là. louvaji a raison de répéter qu'il faut apprendre la patience...

      *@+
      fred, pas d'avoine

      Commentaire


        #4
        bonjour Rur,

        moi c'était en 2013, avec un ou deux dérapages mais sans lendemain et sans m'engluer dans une rechute. Ce qui m'a aidé c'est d'intégrer le tout dans une vie sobre et saine à tous les niveaux, chuis un peu écolo donc je me dis qu'il y a d'autres choses à planter que des vignes ou du houblon, et à éviter de faire venir des trucs inutiles en avion, en cargo ou en camion. Comme tu as l'air un peu sportif par ailleurs ça rentre aussi dans le cadre d'une autre manière de vivre. Par contre, quand je suis devant un truc difficile qui risque de provoquer trop d'émotions, positives ou négatives, je ressorts encore les fondamentaux, quoiqu'il arrive, je ne boirai pas. En ce qui concerne ke travail psy, à terme, l'intérêt, une fois qu'on a identifié certaines choses, c'est qu'on a appris à faire des liens tout seul, sans les dramatiser, et à se connaître. Bonne suite à toi !

        Commentaire


          #5
          'lut.

          Faire des liens, calmement, c'est justement ce qu'elle se propose de me montrer, la psy vue hier. En attendant (15 jours), je suis tranquillement malade d'avoir déposé sur son bureau mon fatras intérieur en son état actuel. Logique, la tripe est souveraine...

          Portez vous bien.
          fred, pas d'avoine

          Commentaire


            #6
            Coucou, pourquoi je répète de la patience, parce qu'au bout de 6 ans, j'ai encore l'impression d'avancer, quand on boit on rumine, du coup stagne, abstinent, on fait avancer les choses mais en plus y'en a qui se mettent en place toutes seules, bonne journée
            arrêt avec soins pour moi, le 18 février 2014

            Commentaire


              #7
              'lut.

              Le rejet viscéral des conseils, pris comme une entrave à mon libre arbitre, parce que je veux faire tout seul, je veux être grand. C'est un symptôme qu'il faut que je regarde de plus près, tant ça m'a suivi longtemps et même encore...

              Devenu un réflexe, comme de se débattre si l'on est (ou plutôt si l'on se sent) étouffé. Quelque chose à voir avec le sentiment de subir l'arbitraire ?

              Bonne journée et *@ll
              fred, pas d'avoine

              Commentaire


                #8
                Coucou Ru@, on a été nombreux à vouloir faire seule déjà juste avec l'alcool, c'est là que le lâcher prise existe, le jour où tu te laisses prendre en main pour tes soins, ben dans la vie c'est pareille, es que pour toi c'est une impression de contrôle de la situation?

                Effectivement je pense qu'il est important que tu ailles voir ce qui se cache derrière ça te libérerait, pourtant tu travailles en équipe, c'est pas parce qu'on a son libre arbitre qu'on ne doit partager, bon enfin c'est pas très clair tout ca, l'important c'est de se remettre en cause mais de changer, surtout.

                J'ai beaucoup changé en 6 ans, ce passe je me rend compte m'a finalement beaucoup apporté.

                En formation j'ai rencontré une ancienne alcoolique 60 ans, elle a fait elle aussi tout un travail avec une super psy, elle fait de la relaxation, on a beaucoup parlé c'est dingue comme ca l'a fait changer, dans sa manière de vivre et de penser.

                Pour ca c'est "con", faut quand même un certain lâcher prise, c'est à dire ne pas toujours vouloir que les choses ce passent comme on le voudrait, faut plus avoir peur, ou presque, faut faire confiance un peu à la vie et en nous.

                Bon week end

                arrêt avec soins pour moi, le 18 février 2014

                Commentaire


                  #9
                  Coucou Rur,

                  Le côté obscur de la picole.
                  »que la picole soit avec vous »
                  Si l’on réécrivait la saga Star Wars,
                  Et que les chevaliers Jedi se congratulaient de la sorte.
                  Dark Vador deviendrait Sombre alcoolo.
                  Franchement, c’est un truc génial à faire, ça.
                  Vu que c’est le fond culturel de toute une génération.

                  Dans une lointaine galaxie....

                  Je vous assure que je n’ai rien bu.

                  Que la picole soit avec vous, non plutôt contre vous.
                  Le pouvoir de l'obscure picole.
                  Kenavo

                  Commentaire


                    #10
                    "Il y a très longtemps, dans une galaxie lointaine..."

                    Que la farce soit avec vous !
                    fred, pas d'avoine

                    Commentaire


                      #11
                      'lut.

                      Tiens, passage d'une émotion agréable en voyant MPi revenue, juste après avoir allumé le télephone. Une petite joie innocente. Un peu comme quand je trouve un post de l'indien, le matin tôt. Ou quand je suis surpris (souvent) d'une réponse de louva, qui a senti bien plus et mieux que moi.

                      C'est con mais ça fait du bien. Quoi ? Ben de se sentir un peu humain au milieu d'autres humains. De constater que l'on a sans doute raison de se débattre, de cesser d'étouffer une envie de vivre qui est légitime. De se constater légitime parce que vivant. Et sensible.

                      *@ll
                      fred, pas d'avoine

                      Commentaire


                        #12
                        ben ça me touche aussi, mon petit frère, de lire ton message, mais voila que mon temps de clavioter est terminé, ça passe vite dix minutes, je dois vous laisser et suis impatiente de vous retrouver... pi moi aussi je suis inconditionnelle de notre indien, mais pas le temps de développer, la bise, frèrot, porte toi bien, je pense à vous

                        Commentaire


                          #13
                          'jour.

                          Première intervention dans un nouvel EHPAD, hier, et un résident bouffait des yeux ma guitare. La peau sur les os, un grand bavoir autour du cou, posture étrange et cette lumière allumée dans un regard que je n'ai pu croiser...

                          En discutant avec l'animatrice, c'est l'alcool qui en a fait un presque légume. Lui-même jouait de la gratte, mais ne peux plus depuis longtemps.

                          Ça fait "drôle" car ça ne l'est pas, justement.

                          *@ll
                          fred, pas d'avoine

                          Commentaire


                            #14
                            Coucou, j'imagine oui que l'effet miroir à dû jouer un peu, oui l'alcool c'est la mort au bout de la route, pas une "belle" mort, a Montelimard un voisin, pas tres vieux 65ans, est mort seul dans son appartement, on l'a retrouvé quelques jours plus tard, tous seul, personne ne s'en était inquiété, bonne journée quand même
                            arrêt avec soins pour moi, le 18 février 2014

                            Commentaire


                              #15
                              Bonjour.

                              Rêves de picole, c'est la première fois. Lieux connus mais transformés, images de ma picole solitaire la plus glauque et mes parents étaient dans les parages donc le risque d'être découvert était maximal. Bref deux rêves parfaitement identifiables car pas réalistes (donc pas de stress d'avoir "fauté") mais un "message" certainement en lien avec ma conversation de jeudi avec la psy.

                              Je ne vais pas me prendre la tête à essayer d'analyser, je garde ces éléments dans un coin, ça participera peut-être à un décodage. prochain. Le noter me permettra de ne pas tout oublier.

                              Bonne journée @ll.
                              fred, pas d'avoine

                              Commentaire

                              Unconfigured Ad Widget

                              Réduire
                              Chargement...
                              X