Annonce

Réduire
Aucune annonce.

désarthrodèse de hanche

Réduire
X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • pozjibe
    a répondu
    Re : désarthrodèse de hanche

    Envoyé par arthrodèse 1
    Bonjour,

    J'ai 49 ans et je vis avec une arthrodèse de hanche depuis l'âge de 17 ans. L'arthrodèse a été réalisée après une épiphysiolyse de la hanche survenue à 14 ans et opérée sans succès. Je songe de plus en plus à me faire poser une prothèse de hanche, d'autant plus que je souffre d'une hernie inguinale récidivante aggravée par l'immobilisation de mon articulation. Certains médecins me conseillent d'attendre le plus longtemps possible (65 ans) , d'autres sont prèts à m'opérer.

    Je crains cette opération que je sais être délicate et pleine d'incertitudes quant aux possibilités de récupération d'une mobilité et d'une autonomie satisfaisantes.

    Merci de me faire partager vos connaissances où votre expérience sur ce point.

    A bientôt j'espère,
    Bonjour,

    La desarthrodèse-prothèse est pour moi, l'intervention la plus gratifiante et la plus spectaculaire en orthopèdie, mais un certain nombre de conditions sont nécessaires pour avoir ce résultat:
    1/ il est indispensable de connaitre l'activité du moyen fessier par un electromyogramme, avant de poser l'indication. Ce muscle n'ayant pas effectué son travail de bras de levier depuis plus de 30 ans, il faut être sûr qu'il pourra être rééduqué.
    2/ Le type de PTH/: l'indication rêvée d'une tige sur mesure qui va prendre en compte la géomètrie de la hanche, mais également le retentissement sur les autres articulations. Ceci est important sur le plan fonctionnel, mais aussi sur la durée (pourquoi attendre 65 ans ?) J'ai créé un site prothesedehanche.fr qui aborde dans le chapitre "chirurgie - planification d'une PTH"ce sujet de desarthrodese et de pth sur mesure, vous y trouverez peut etre quelques éléments de réponse, bien que ce soit plus destiné aux chirurgiens. Pour reprendre l'expression , très juste de SLY 69, vous êtes des cas uniques, et le sur mesure peut être une solution...
    3/ la rééducation est extremement importante, dans la façon de l'aborder, et de la façon dont elle est réalisée. C'est dire qu'il est primordial d'être motivé, et de ne pas avoir de zones d'ombre entre patient, chirurgien et kiné.

    Voilà pour moi, 3 des principales conditions pour le succès de cette intervention.

    @+POZJIBE

    Laisser un commentaire:


  • Syl69
    a répondu
    Re : désarthrodèse de hanche

    Bonjour,
    ça fait un moment que je n'ai pas posté sur le forum, mais là... je me sens obligée ! Car nous ne sommes pas nombreuses à vivre ce processus de désarthrodèse de hanche/PTH. Pour l'instant, ici, je n'ai vu que Pamina, et il y a déjà longtemps. Et moi, maintenant.
    Pur résumer mon histoire, je suis née avec une luxation des 2 hanches, multi-traitée et opérée depuis l'âge de la marche. J'ai 56 ans. Mon arthrodèse , personne ne sait à quand elle remonte. C'est peut-être lors d'une opération que j'ai eue à l'âge de 10 ans, peut-être avant. On ne sait pas vraiment non plus pour quelles raisons elle a été faite, chirurgicalement.
    Toujours est-il que ça fait au moins 45 ans que cette hanche droite était bloquée. Conséquences de l'arthrodèse : un genou très abîmé et des problèmes de colonne vertébrale. Et mes muscles se sont donc largement atrophiés, mais je marchais quand même sans cannes, compensant beaucoup avec le bassin et la jambe gauche. Ça ne m'a pas empêché de vivre une vie professionnelle très pleine.
    Mais voilà, de plus en plus de douleurs au genou, au dos. Les chirurgiens que j'ai consultés me conseillait la pose de prothèse totale, pour éviter que mon genou se détruise plus, en me disant que c'était à moi de décider du moment de le faire. Et en effet, sans rien garantir du côté de la récupération musculaire.
    J'ai été opérée le 24 octobre 2007. PTH + greffe osseuse pour consolider le fémur. Quelles drôles de sensation, quand on se met debout pour la 1ère fois, avec une hanche qui bouge. J'en ai déjà parlé ici en décembre ou janvier.
    Sortie de l'hôpital (une petite semaine), j'ai passé deux mois en centre de réadaptation fonctionnelle car 1) je n'avais pas droit à l'appui pendant 45 jours 2) il me fallait faire de la kiné intensive. Ensuite, retour la maison : kiné tout doux 3 fois par semaine. Je suis retournée deux semaines en février au même centre de réadaptation, puis 3 semaines en juin. Je dois même y retourner en octobre. Au centre, je fais jusqu'à 5 ou 6 heures de kiné par jour : travail contre poids, poulies, kinetec et maintenant stepper. Je viens même d'en acheter un pour chez moi. Médecins et kinés m'affirment que je dois essayer de regagner le maximum le plus vite possible, car tout ce qui ne sera pas revenu un an et demi ou deux ans après l'opération ne reviendra plus. Pour l'heure, j'ai repris quelques muscles mais malgré ces efforts, il m'en manque encore beaucoup surtout les fessiers. Je marche avec deux cannes à l'extérieur et, à la demande du chirurgien, je m'oblige à n'en prendre qu'une seule à l'intérieur (mais c'est encore très fatigant). Et quand je n'en prends aucune, je marche très mal.
    J'ai été autorisée à conduire (sur une voiture non aménagée) en février, après avoir fait une heure de conduite avec une auto-école spécialisée. Mais je n'ai recommencé vraiment que maintenant, car j'ai repris hier mon travail, en mi-temps thérapeutique.
    Dernière info : j'ai fait en janvier une demande de reconnaissance en affection longue durée (100%) hors liste, statut qui m'a été accordé par le médecin conseil de la sécu.
    Voilà, tu sais tout, ou presque. Je dois dire aussi que je n'ai quasiment pas de douleurs, et que mon genou va mieux. Mais huit mois après l'opération, le chemin est encore long...
    Si tu as d'autres questions, je veux essayer d'y répondre sur la base de mon expérience, sachant que nous ne sommes que des cas uniques.http://www.atoute.org/n/forum/images/smilies/mouai.png
    Syl

    Laisser un commentaire:

Unconfigured Ad Widget

Réduire
Chargement...
X