Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Déshumanisation

Réduire
X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

    Déshumanisation

    Bonjour,

    Je m'inscris aujourd'hui, j'ai envie d'écrire sur la souffrance de vivre dans un monde incompréhensible qui court à sa perte.

    Quelque chose me touche particulièrement en ce moment, c'est la déshumanisation en cours... cette course à la technologie, à la science, à la consommation et à la performance qui fabrique de la solitude et de l'angoisse en masse.

    Je ne sais pas trop encore ce que je veux dire, j'ouvre cet espace pour y revenir plus tard.

    Si quelqu'un a envie d'écrire à ce sujet c'est ouvert.

    #2
    Salut Obsolète ,

    Perso, je me suis enfoncé dans ce sujet pendant des années, à lire les infos, à regarder des documentaires sur ces sujets là (conso, pollution, individualisation etc...)...

    Et depuis un moment déjà, je me suis dis "fuck", j'en ai marre d'écouter et de voir des choses mauvaises, je vais déjà assez mal, j'en ai ras le bol de voir ces choses. Aujourd'hui, je ne m'informe que très peu, enfin plus autant qu'avant, je ne regarde plus de trucs déprimants.. Même si certains pourraient dire "tu te maintiens dans l'ignorance" eh bien je m'en fous complètement, je pense à ma santé mentale, je suis déjà dans une sale merde psychologique depuis trèès longtemps je veux plus en rajouter par dessus.

    Donc "fuck" les culpabilisateurs, ceux qui m'emmerdent avec des sujets comme le réchauffement climatique, la diminution des espèces vivantes sur Terre, (sujet qui me touche bien sûr), eh bien je réponds "que veux-tu que j'y fasse ??", est-ce que m'en faire des cheveux blancs va aider ? Alors que les responsables c'est loin d'être le peuple mais les méga industriels bref..

    Je vois aussi également l'individualisation qu'a crée la technologie, les réseaux sociaux etc... Mais encore une fois à quoi ça sert de se faire des cheveux blancs, de gueuler contre ça ? J'ai décidé d'ignorer, je me concentre sur la vie réelle, parler avec des gens en dehors d'internet.

    J'ai en fait décidé de voir la vie de manière "égoïste", pas de vivre égoïstement (nuance), juste voir la vie comme j'ai envie de la voir, pour ma santé santé mentale, car je ne peux pas, je ne peux plus supporter le poids du monde sur mes épaules.

    Commentaire


      #3
      Je partage cette impression de vivre dans un monde de plus en plus déshumanisé … et il est tentant de ne plus s'informer pour se protéger des mauvaises nouvelles dont nous sommes abreuvées jour après jour. Nous vivons dans un monde très anxiogène ( réforme des retraites qui signifie surtout travailler plus longtemps pour gagner moins , gouvernement sourd aux revendications qui me donne l'impression de vivre en dictature, réchauffement climatique qui nous mène à notre perte …) . Je ne vois pas comment de telles nouvelles ne déprimeraient pas le plus optimiste des hommes …
      Autre chose qui me choque dans ce monde : on rit de tout et même et surtout du pire! J'ai du mal à comprendre comment on peut tout tourner en dérision à moins que ce monde ne soit qu'une vaste blague …
      La déshumanisation, c'est aussi accepter l'inacceptable : ne plus s'émouvoir du sort des SDF dans nos rues ...
      Dernière modification par orangeblossom, 30/01/2020, 20h25.

      Commentaire


        #4
        Bonsoir,

        Merci pour vos messages.

        Je ne lis ni n'écoute pas beaucoup les informations, je les lis de loin en loin. Même si c'est vrai que je peux me renseigner plus profondément sur des sujets particuliers, comme l'environnement ou la souffrance psychologique.

        Ce dont je parle c'est plus quelque chose que je constate, que je ressens, que je vois au quotidien.

        Je suis d'accord qu'on est impuissant et vite découragé par tout ce qui se passe, comme par exemple la souffrance des gens au travail ou la surconsommation. C'est pas parce que moi je vais refuser de commander sur l'amazone que ça va changer grand chose je le sais bien.

        Mais il me semble qu'il y a quelque chose là qui pourrait s'apparenter à un nouveau combat universel... Ce qui pourrait être une nouvelle force humaniste et porteuse de rêves.

        Oui on a aussi notre propre souffrance à gérer, c'est déjà énorme je suis d'accord. Mais je me dis aussi que ma souffrance à moi elle est forcément liée au monde qui m'entoure, monde qui semble fabriquer de la souffrance à gogo...

        Ce que je ressens c'est qu'il y a une déshumanisation, une fragmentation de la société mais aussi un sentiment d'irréalité, comme si on devait entrer de grés ou de force dans un jeu vidéo où les humains deviennent des marchandises consommables, usables et jetables, et où toutes les angoisses sont décuplées via des écrans amplificateurs, sans donner aux personnes la possibilité de ralentir, de respirer et de remettre en question ce qui leur arrive.

        Enfin voilà les pensées du soir, c'est l'heure de se déconnecter, bonne soirée.


        Commentaire


          #5
          Obsolète et orangeblossom, je vous comprends bien.
          Vous avez, comme moi et tout le monde, une vision de l'évolution du monde extrêmement noircie et biaisée, et généralement inversée, par la systémique de l'information.
          N'y trouvez surtout pas la raison de votre mal-être. La source de votre souffrance est en votre passé occulté, refoulé ou trop lointain pour être remémorable, et nulle part ailleurs.

          What a Wonderful World !(et bien plus aujourd'hui que de son temps)
          Louis Armstrong.

          Commentaire


            #6
            Envoyé par obsolète Voir le message


            Oui on a aussi notre propre souffrance à gérer, c'est déjà énorme je suis d'accord. Mais je me dis aussi que ma souffrance à moi elle est forcément liée au monde qui m'entoure, monde qui semble fabriquer de la souffrance à gogo...

            Ce que je ressens c'est qu'il y a une déshumanisation, une fragmentation de la société mais aussi un sentiment d'irréalité, comme si on devait entrer de grés ou de force dans un jeu vidéo où les humains deviennent des marchandises consommables, usables et jetables, et où toutes les angoisses sont décuplées via des écrans amplificateurs, sans donner aux personnes la possibilité de ralentir, de respirer et de remettre en question ce qui leur arrive.

            Est ce que tu fais allusion aux réseaux sociaux? Je pense qu'ils sont nocifs pour la santé mentale pour plusieurs raisons.
            La première, c'est qu'ils sont chronophages et rendent addict alors qu'on aurait sans doute mieux à faire de nos vies.
            La seconde, c'est qu'on se fabrique une image ( on est donc dans quelque chose d'inauthentique ) , on essaie de projeter une image de soi meilleure, plus fun , plus cool : où est le vrai humain derrière? Caché derrière un égo qu'on cherche à magnifier … et dans la quête de " likes" pour exister! C'est triste au fond ...
            La troisième, c'est qu'à cause de ces images fabriquées, on entre dans une ère de la compétition ( être le plus populaire etc …) et de comparaison qui induit un complexe d'infériorité si on ne brille pas autant, qu'on n'a pas la vie rêvée. C'est à dire qu'au lieu d'être dans l'échange authentique entre humains, on devient des robots qui essaient à tout prix de se conformer à diverses injonctions censées nous rendre plus heureux. Comment expliquer le succès des influenceurs/ influenceuses? Leur succès s'explique par cette volonté stupide de ressembler à ces gens qui nous font la publicité de leur soi-disant vie parfaite? Et pour cela, il faut t'acheter tel jean, tel parfum pour leur ressembler! Ils sont prêts à vous vendre tout et n'importe quoi d'ailleurs … avec le plus grand cynisme.
            La 4ème, ce sont les sites de rencontre sur internet où l'être humain se vend comme de la vulgaire bidoche sous son " meilleur profil " : c'est pathétique, au fond … l'être humain est il une marchandise consommable, usable et jetable comme tu le dis ? Trop souvent, oui dans notre société actuelle à la fois dans la sphère du privé et dans la sphère professionnelle où il faut se montrer compétitif et sans faille aucune …. pas étonnant que cela génère de la souffrance !
            Dernière modification par orangeblossom, 04/02/2020, 23h43.

            Commentaire


              #7
              Toutes ces choses sont inquiétantes mais il faut accepter qu'on ne peut pas faire grands choses.
              L'un des problèmes est qu'on est pas assez à résister à tout ça.
              Un autre problème est que toutes les associations existantes et autres types d'organisations sont trop dispersé au niveau local , national et international malgré leurs objectifs en commun.

              Commentaire


                #8
                Envoyé par Ronald. Voir le message
                Obsolète et orangeblossom, je vous comprends bien.
                Vous avez, comme moi et tout le monde, une vision de l'évolution du monde extrêmement noircie et biaisée, et généralement inversée, par la systémique de l'information.
                N'y trouvez surtout pas la raison de votre mal-être. La source de votre souffrance est en votre passé occulté, refoulé ou trop lointain pour être remémorable, et nulle part ailleurs.
                Bonsoir

                Je me connecte rarement, pour ça que je réponds pas vite...

                Ronald, je suis d'accord, mon histoire, mon inconscient, mon enfance sont au coeur d'un travail que je peux faire sur moi, oui tu as raison.
                Mais là je parle de l'environnement présent dans lequel je vis.
                Je ne suis pas un electron libre imperméable et coupé de ce qui se passe autour de moi.

                Je pense que ça tourne mal, malgré les prises de conscience... Les nouvelles technologies sont hyper aliénantes et les humains sont de plus en plus noyés dans des protocoles absurdes ou dans des logiques de consommation.

                Logiques qui sont en train de tout détruire, notre environnement, mais aussi les liens sociaux et les acquis sociaux.

                J'ai l'impression d'assister impuissante à un gros déclin.

                Je ne sais pas si je noircie le tableau à cause de l'information, mais j'ai peur d'assister de mon vivant à une catastrophe nucléaire (c'est déjà fait... mais je veux dire en france) ou à la disparition des oiseaux... parce qu'on est dans un système où l'humain vaut moins que le profit et que ça ne s'arrête pas. Je me demande jusqu'où ça va aller pour que ça s'arrête.


                Commentaire


                  #9
                  Envoyé par orangeblossom Voir le message

                  Est ce que tu fais allusion aux réseaux sociaux? Je pense qu'ils sont nocifs pour la santé mentale pour plusieurs raisons.
                  La première, c'est qu'ils sont chronophages et rendent addict alors qu'on aurait sans doute mieux à faire de nos vies.
                  La seconde, c'est qu'on se fabrique une image ( on est donc dans quelque chose d'inauthentique ) , on essaie de projeter une image de soi meilleure, plus fun , plus cool : où est le vrai humain derrière? Caché derrière un égo qu'on cherche à magnifier … et dans la quête de " likes" pour exister! C'est triste au fond ...
                  La troisième, c'est qu'à cause de ces images fabriquées, on entre dans une ère de la compétition ( être le plus populaire etc …) et de comparaison qui induit un complexe d'infériorité si on ne brille pas autant, qu'on n'a pas la vie rêvée. C'est à dire qu'au lieu d'être dans l'échange authentique entre humains, on devient des robots qui essaient à tout prix de se conformer à diverses injonctions censées nous rendre plus heureux. Comment expliquer le succès des influenceurs/ influenceuses? Leur succès s'explique par cette volonté stupide de ressembler à ces gens qui nous font la publicité de leur soi-disant vie parfaite? Et pour cela, il faut t'acheter tel jean, tel parfum pour leur ressembler! Ils sont prêts à vous vendre tout et n'importe quoi d'ailleurs … avec le plus grand cynisme.
                  La 4ème, ce sont les sites de rencontre sur internet où l'être humain se vend comme de la vulgaire bidoche sous son " meilleur profil " : c'est pathétique, au fond … l'être humain est il une marchandise consommable, usable et jetable comme tu le dis ? Trop souvent, oui dans notre société actuelle à la fois dans la sphère du privé et dans la sphère professionnelle où il faut se montrer compétitif et sans faille aucune …. pas étonnant que cela génère de la souffrance !
                  Bonsoir orangeblossom

                  Je voulais copier un texte mais là je ne l'ai pas encore retrouvé, sur l'intériorité et le culte de l'image... Qui disait en substance que plus l'image est présente, plus l'intériorité en souffre. Je reviendrai quand je l'aurai retrouvé car il fait écho à ce que tu écris il me semble.

                  Je me dis aussi que les écrans, les réseaux sociaux amplifient les choses, comme le désir adolescent d'appartenance, de ressemblance, qui existe depuis toujours. Mais c'est comme une loupe grossissante, qui démultiplie, déforme et donc fabrique peut-être de la souffrance supplémentaire ?

                  Ou alors c'est comme un habit qu'ils se fabriquent pour se trouver eux mêmes... sauf que là ça passe par un écran, et les écrans "font écran" justement, et peuvent aussi dissoudre les angoisses... Alors ils y trouvent quelque chose qui les soulagent...

                  Bref je me perds un peu dans mes réflexions, je fais une pause jusqu'à la prochaine fois, bonne soirée.

                  Commentaire


                    #10
                    Bonjour Obsolète,
                    Si tu retrouves ce texte, je le lirai avec plaisir : ça m'a l'air intéressant! Bonne soirée à toi!

                    Commentaire


                      #11
                      Envoyé par orangeblossom Voir le message
                      Bonjour Obsolète,
                      Si tu retrouves ce texte, je le lirai avec plaisir : ça m'a l'air intéressant! Bonne soirée à toi!
                      Ah je l'ai retrouvé ! En fait ça parle de la peur de l'intériorité, c'est un extrait de texte de l'anthropologue David Le Breton que j'ai lu dans le magazine "papiers", la revue de france culture (le # 24, dans un article intitulé "l'intériorité permet la rencontre") :

                      " Le plus profond c'est la peau ", disait Paul Valéry. Cette phrase, je la trouve extraordinaire. Je la connais depuis bien longtemps. Quand j'écrivais cela il y a quinze ou vingt ans, cela n'avait pas le même sens qu'aujourd'hui. Aujourd'hui nous vivons dans la tyrannie de l'apparence. On peut dire en effet, dans le monde d'aujourd'hui, que "Le plus profond c'est la peau". Parce que nous sommes avant tout ce que nous affichons au regard des autres. Les jeunes générations, pour le meilleur et pour le pire, l'ont bien compris puisqu'elles sont en permanence dans ces jeux d'apparence. Que ce soit l'écran de l'ordinateur ou l'écran de la peau, nous sommes dans les mêmes logiques de nous bricoler des identités provisoires en étant strictement à la surface. Ce refus de l'intériorité me parait l'un des traits les plus tragiques du monde d'aujourd'hui. Cette peur de l'intériorité, c'est la peur du silence, ça peut être aussi la peur du livre, d'ailleurs, la peur de la création où il faut réflechir un peu. On préfère les produits. Tout est apparence. On joue sur les signes, dans un sens que Baudrillard était même loin de soupçonner quand il écrivait son grand livre sur la société de consommation. Ca a prit une ampleur absolument saisissante.

                      Bonne soirée

                      Commentaire


                        #12
                        Et je vois qu'il a aussi écrit sur la marche et sur le silence, voici un autre extrait que j'ai trouvé cette fois sur le net :

                        "Le flâneur, c'est la lenteur, l'observation, l'écoute du monde, le rythme de l'intériorité,... La flânerie, c'est disparaître dans une certaine félicité. Marcher, c'est une forme de disparition de soi, on laisse derrière soi cette tyrannie de l'identité qui nous ramène toujours à nos multiples responsabilités. Ce qui importe, c'est la liberté de conscience et d'imagination, qui nous est arrachée quand on est dans un rythme de travail qu'on ne choisit plus. Il devient difficile alors d'assumer son personnage social. On peut alors glisser vers la sensation de ne plus avoir sa place dans le monde."

                        J'aime bien, ça me parle.

                        Commentaire


                          #13
                          Envoyé par obsolète Voir le message

                          Bonsoir

                          Je me connecte rarement, pour ça que je réponds pas vite...

                          Ronald, je suis d'accord, mon histoire, mon inconscient, mon enfance sont au coeur d'un travail que je peux faire sur moi, oui tu as raison.
                          Mais là je parle de l'environnement présent dans lequel je vis.
                          Je ne suis pas un electron libre imperméable et coupé de ce qui se passe autour de moi.

                          Je pense que ça tourne mal, malgré les prises de conscience... Les nouvelles technologies sont hyper aliénantes et les humains sont de plus en plus noyés dans des protocoles absurdes ou dans des logiques de consommation.

                          Logiques qui sont en train de tout détruire, notre environnement, mais aussi les liens sociaux et les acquis sociaux.

                          J'ai l'impression d'assister impuissante à un gros déclin.

                          Je ne sais pas si je noircie le tableau à cause de l'information, mais j'ai peur d'assister de mon vivant à une catastrophe nucléaire (c'est déjà fait... mais je veux dire en france) ou à la disparition des oiseaux... parce qu'on est dans un système où l'humain vaut moins que le profit et que ça ne s'arrête pas. Je me demande jusqu'où ça va aller pour que ça s'arrête.

                          Salut obsolète !
                          C'est marrant comme notre fonctionnement affectivo-cognitif et la systémique de l'information se conjuguent pour nous faire voir le monde,son évolution et ses perspectives, notamment, beaucoup plus noirs que la réalité.
                          Et cette mécanique donne du carburant sans fin à ceux qui ont tendance à voir tout en noir.
                          Les effets interactifs cumulatifs de nos croyances erronées et des automatismes de l'information produisent sans cesse des aliments dépressogènes, nourrissent une sinistrose collective qui a, moins que jamais auparavant, raison d'être… sauf pour ceux qui se sentiront toujours frustrés dès lors qu'ils ne sont pas au paradis !

                          Le nucléaire est exemplaire en matière de tragi-comique global, c'est le grand paradoxe écologique :
                          Depuis des dizaines d'années, ceux qui se sentent le plus concernés par l'environnement et le réchauffement rejettent la seule solution réaliste, et en outre la plus sûre et la plus écologique : les réacteurs de fusion de 4ème génération et le thermonucléaire qui permettra d'avoir pour toujours une énergie parfaitement sûre, écologique, et résoudra les problèmes de l'air, de l'eau et des déchets, de même ceux des espaces naturels et de la vie sauvage.
                          En démocratie, même les politiques les plus éclairés n'osent pas déclarer ce qu'ils pensent afin de ne pas heurter les phobies et fantasmes de l'opinion publique majoritaire... ce qui conduit à des décisions abracadabrantes et, elles, vraiment catastrophiques pour l'environnement et le réchauffement !
                          Mieux vaut en rire qu'en pleurer !
                          Si ça t'intéresse je peux te fournir de nombreuses références vraiment sérieuses par mp qui t'aideront à considérer tout cela avec un regard serein pour te forger une opinion.
                          Bien sûr quelle que soit l'époque où l'on vit il y a toujours moyen de trouver de quoi nourrir son désespoir… ou l'inverse… car j'estime, en essayant de rester calme et rationnel, que je mourrai bien avant de voir une humanité de moins en moins nombreuse après le pic que l'on connaîtra bientôt et puis diminuant fortement avant de se stabiliser, au gré des hommes, à moyen terme, et avant de voir, après les hoquets d'adaptation structurelle auxquels on assiste, dont le nucléaire, l'amélioration des conditions de vie moyennes des hommes s'accélérer, l'évolution positive tendancielle se confirmer, en quelque domaine que ce soit. Bien sûr toute nouvelle avancée crée de nouveaux problèmes à résoudre et aucun processus d'évolution n'est linéaire.
                          En tout cas, selon moi (et je suis loin d'être le seul, ouf) le principal danger, actuellement, il est dans notre tête, pas sur la terre !
                          What a Wonderful World !(et bien plus aujourd'hui que de son temps)
                          Louis Armstrong.

                          Commentaire


                            #14
                            Envoyé par Ronald. Voir le message

                            Salut obsolète !
                            C'est marrant comme notre fonctionnement affectivo-cognitif et la systémique de l'information se conjuguent pour nous faire voir le monde,son évolution et ses perspectives, notamment, beaucoup plus noirs que la réalité.
                            Et cette mécanique donne du carburant sans fin à ceux qui ont tendance à voir tout en noir.
                            Les effets interactifs cumulatifs de nos croyances erronées et des automatismes de l'information produisent sans cesse des aliments dépressogènes, nourrissent une sinistrose collective qui a, moins que jamais auparavant, raison d'être… sauf pour ceux qui se sentiront toujours frustrés dès lors qu'ils ne sont pas au paradis !

                            Le nucléaire est exemplaire en matière de tragi-comique global, c'est le grand paradoxe écologique :
                            Depuis des dizaines d'années, ceux qui se sentent le plus concernés par l'environnement et le réchauffement rejettent la seule solution réaliste, et en outre la plus sûre et la plus écologique : les réacteurs de fusion de 4ème génération et le thermonucléaire qui permettra d'avoir pour toujours une énergie parfaitement sûre, écologique, et résoudra les problèmes de l'air, de l'eau et des déchets, de même ceux des espaces naturels et de la vie sauvage.
                            En démocratie, même les politiques les plus éclairés n'osent pas déclarer ce qu'ils pensent afin de ne pas heurter les phobies et fantasmes de l'opinion publique majoritaire... ce qui conduit à des décisions abracadabrantes et, elles, vraiment catastrophiques pour l'environnement et le réchauffement !
                            Mieux vaut en rire qu'en pleurer !
                            Si ça t'intéresse je peux te fournir de nombreuses références vraiment sérieuses par mp qui t'aideront à considérer tout cela avec un regard serein pour te forger une opinion.
                            Bien sûr quelle que soit l'époque où l'on vit il y a toujours moyen de trouver de quoi nourrir son désespoir… ou l'inverse… car j'estime, en essayant de rester calme et rationnel, que je mourrai bien avant de voir une humanité de moins en moins nombreuse après le pic que l'on connaîtra bientôt et puis diminuant fortement avant de se stabiliser, au gré des hommes, à moyen terme, et avant de voir, après les hoquets d'adaptation structurelle auxquels on assiste, dont le nucléaire, l'amélioration des conditions de vie moyennes des hommes s'accélérer, l'évolution positive tendancielle se confirmer, en quelque domaine que ce soit. Bien sûr toute nouvelle avancée crée de nouveaux problèmes à résoudre et aucun processus d'évolution n'est linéaire.
                            En tout cas, selon moi (et je suis loin d'être le seul, ouf) le principal danger, actuellement, il est dans notre tête, pas sur la terre !
                            Salut Ronald

                            Tu as raison ça fait peut-être moins de morts et de maladies que les centrales à charbon... mais ça reste quand même une technologie dangereuse que l'on ne maîtrise pas tant que ça à mon avis. Je vis à côté d'une vieille centrale nucléaire et je sais qu'il y a souvent des incidents et des problèmes. Et l'on ne sait pas trop comment ça va se passer si le climat se dérègle car ça va avoir un impact sur les centrales. Il ne faut pas oublier aussi l'impact psychologique car il y a eu des catastrophes nucléaires. C'est flippant de vivre à côté d'une centrale.

                            Mais oui je suis un peu trop pessimiste, je n'aime pas la tournure des événements et l'envahissement des technologies dans notre quotidien. Il y a quelque chose d'aliénant et de menacant pour moi, je ressens que l'on perd peu à peu de notre humanité à vouloir toujours plus.

                            Tu parles de déchets mais je trouve qu'on en produit beaucoup trop. On oublie qu'on fait partie d'un écosystème et que les êtres vivants sont interdépendants les uns des autres. On ne fait pas assez attention aux plus fragiles, êtres humains ou êtres vivants dans leur ensemble. Il y a une violence que je ressens au quotidien mais elle est comme plus insidieuse. Une saturation, comme la publicité qui envahit tout les champs de la vie, le fait qu'on est obligé d'entendre et de voir la pub, même dans les espaces publics, dans les transports en commun etc. Une sorte de viol des consciences qui se passe un peu tous les jours et qui bouffe un peu notre âme. Il faut vivre caché pour y échapper j'ai l'impression.

                            Si les gens deviennent anxieux c'est pas pour rien non plus. Il y a quelque chose qui enlève le bonheur, c'est peut-être l'immédiateté, le manque de rêves et de trêves, j'en sais rien...

                            Enfin ce serait quand même bien que je mette un peu moins de noir dans mes pensées.
                            Dernière modification par obsolète, 12/02/2020, 08h47.

                            Commentaire


                              #15
                              Je voulais effacer les messages trop négatifs que j'ai écrit mais je vais les laisser car ça ne va pas changer grand chose de les effacer.

                              Je sais que ce n'est pas la solution de chercher à l'extérieur la cause de ma souffrance. En ce moment je me sens seule avec mes difficultés. Je ne trouve pas beaucoup de résonnances en moi avec l'extérieur, je me sens en décalage, et c'est compliqué de trouver des espaces d'expression. Il n'y a pas trop de place pour ça. Je dois chercher où je peux trouver ces espaces, en moi et autour de moi. Ou les créer si je ne trouve pas. Et peut-être un peu ici.

                              Bonne journée à tous.

                              Commentaire

                              Unconfigured Ad Widget

                              Réduire
                              Chargement...
                              X