Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Présentation

Réduire
X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Un mec perdu
    a répondu
    Bonjour la mouette,
    Je te remercie pour ces précieux conseils, je comprends depuis quelques temps que c'est à moi de faire ce travail avant pour que pour ceux qui m'entourent. Honnêteté (j'y arrive aujourd'hui avec mes proches, amis et même mes collègues), patience (pas de trop, je veux que ça cesse mais je vais me mettre au boulot....), déterminé, je le suis.

    Laisser un commentaire:


  • La Mouette
    a répondu
    Bonjour Sébastien,

    Envoyé par Un mec perdu Voir le message
    je veux regagner l'image d'un père et d'un mari idéal.
    Il faut d'abord que tu le fasses pour toi et non pour "l'image" que tu donnes. Et ensuite, que tu abaisses un peu ton niveau d'exigence : personne n'est "idéal" et ton premier travail sera de t'accepter comme tu es. Mais tu ne pourras le faire vraiment qu'après avoir posé le verre et accepté l'idée que ta priorité, c'est de te soigner.

    La cure a été pour beaucoup d'entre nous le point de départ d'une belle aventure hors alcool.Il ne s'agit pas d'hospitalisation mais de parenthèse pendant laquelle tu essaies de comprendre les mécanismes qui te conduisent à l'alcool et surtout, où tu te familiarise avec des outils (relaxation, thérapie...) qui te permettront de ne pas replonger et que tu pourras réactiver plus tard en cas de besoin. J'ai mis cinq ans avant de me décider à en faire une, j'aurais pu gagner du temps en m'y prenant plus tôt.

    Comme d'autres sur ce forum, je l'ai faite au CALME. Il y a d'autres centres qui pratiquent des méthodes approchantes. Sur leur site Internet, tu trouveras déjà pas mal d'infos. Et c'est remboursé par la sécu.

    De l'honnêteté, de la détermination et de la patience : c'est en gros ce qu'il te faut pour te lancer. Oublie la recherche de la perfection.

    La Mouette

    Laisser un commentaire:


  • Un mec perdu
    a répondu
    Bonjour Theemin,
    Je ne découvre ton message que de ce matin (je vis au fin fond de la pampa), les miens ont du mal à partir également...
    Merci pour tes simples conseils, je les suivrais et mik ne donne que son point de vue ou sa raison d’arrêter. Je suis là justement pour comprendre tous notre façon d'être et penser.
    Bien à toi

    Laisser un commentaire:


  • Un mec perdu
    a répondu
    Bonjour Medji*, ma première et deuxième cure venait réellement de moi (javais besoin qu'on prenne soin de moi et j'étais au bout....). La dernière a été forcé lors d'un rdv médical par mon médecin car il ne voulait pas que ma sœur et ma compagne m'y emmène dans l'état ou j'étais, il fallait donc l'accord de ma sœur pour un transport médicalisé vers un CHS. Je me suis foutu HS dimanche devant ma famille pour dire stop à tout ce merdier. Mes épisodes alcooliques maintenant sont courts, si je vois que je me chauffe de trop (mik** ), je me fous directement hs pour tirer la sonnette d'alarme....

    J'ai un suivi psychiatrique chaque semaine dans le cadre de mon suivi en addictologie, des rdv quotidiens avec une infirmière spécialisée (je ne sais pas en en quoi car je la laisse sans voix à chaque fois) ainsi que les rdv avec mon addictologue. J'ai adhéré à un groupe d'alcoolique anonyme où je n'allais plus mais je vais reprendre (ça fait du bien de se retrouver et parler sans tabou de ce fléau).
    Mon psy je l'adore, il a donné le ton dès le premier rdv. J'étais arrivé en retard de 5min, je m'en suis excusé et il m'a répondu " Monsieur, vous êtes là pour vous, si vous ne venez pas, j'en ai rien à foutre...."

    On creuse Medji*, je t'assure avec lui. Lui a la réponse mais il veut qu'elle vienne de moi. D'après lui, je ne supporte pas la perte et "je ne suis pas fini". En gros je fais ma crise d'ado à 45 balais. Il me dit que j'étais le "Seb tout puissant" avant et que je me prends tout en pleine tronche aujourd'hui. Sa question depuis nombreuses semaines est 'Vous voulez quoi? Je n'ai pas encore trouvé la bonne réponse, j'en ai donné plein mais pas tapé dans le 1000.

    Je vivais à 300% dans ma vie avant, je fonçais, mon taf, ma deuxième occupation du week-end, je me foutais de tout, rien ne me mettait en difficulté. Je promettais d'aller poser du carrelage à un copain, j'y allais même après une journée de 12h mais je débarquais à 11h du soir. Un mec que je rencontre en soirée qui me dit je viens d'acheter une baraque mais j'y connait rien, je lui répond, je viendrais t'expliquer et te montrer demain et résultat j'y restais un mois. On me disait "tu serais capable de faire ce genre de fabrication", je fonçais et disais "oui pas de soucis" alors que je n'avais jamais fait. Je prenais le temps à travers tout cela de m'occuper de mes 2 filles, de faire les courses malgré cet emploi du temps chargé. A cette epoque, je ne buvais pas une bière dans une journée, juste quelques apéros bien dosés en fin de chantier ou en soirée entre amis. Aujourd’hui je me retrouve en difficulté à la moindre peine alors que je sais que j'en suis capable mais je renonce.

    Concernant ta cure, cela se situe dans quelle région? Hôpital privé ou public? Prise en charge sécu? Réflexologie, relaxation, magnétiseur, sophrologie et hypnotisme, j'ai essayé mais peu réceptif. Mais je veux veux bien en savoir un peu plus sur le déroulement cependant je suis contraint d'attendre ma convocation à la médecine du travail suite au rapport de mon proviseur.

    Jour 4, me retenir et les symptômes de sevrage m'épuisent, ma compagne est là mais distante car elle ne sait quoi penser. Je trouve ça long ce coup ci, mon corps tremble encore et beaucoup de mal à me tenir concentré (voir debout)...
    Je te remercie pour tes précieux conseils (J 'adore ton assurance )
    Bien à toi (à vous)

    Laisser un commentaire:


  • medji*
    a répondu
    Envoyé par Un mec perdu Voir le message
    Bonsoir Medji*,
    En effet, un suivi en addictologie régulier, 3 cures et multiples auto sevrage. Une première cure de 3 semaines il y a 4 ans dans un CHU très bien organisé. Il s'est mis en place à l'annonce de mon alcoolisme à ma compagne (j'avais pété sa nouvelle bécane avec 0.84gr), avec l'aide de mon addictologue de l'époque (et de la gendarmerie aussi). Deuxième cure de 2 semaines l'année dernière en hôpital suite à un contrôle auto routier et burn out (30km/h au dessus de la limite autorisée et re 0.8... qque gr).
    Troisième cure au mois de septembre d'un mois en centre spécialisé suite a un contrôle auto routier (je roulais avec un pneu crevé(explosé) avec 2gr80) à la demande de ma soeur (hospitalisation forcée) et de ma compagne. Hospitalisation ce dimanche sous conseil de ma compagne, ma soeur, ma mère et ma fille de 15 ans avec 4gr (J'avais bu en leur présence à moitié caché), je voulais que ça s'arrête....

    salut

    bon je note que tu as fait 3 cures forcé suite a un taux d'alcoolémie élevé au volant ... Donc cela n'a été a aucun moment "Ta" démarche de vouloir véritablement te soigner..

    donc , veut tu véritablement TE soigner ?

    Un addictologue super , il te manque un relaxologue et un psychologue ... j'ai tout ça dans un centre fermé pour 29 jours, tu peux en ressortir comme moi en 29 jours

    donc tu vois si tu es bien décidé ça peut aller très vite , mais ceci ne peut etre que "TA" décision, pour soigner "TON" mal-etre ...

    je savais prendre le temps pour être à l'écoute de mes amis en difficulté
    par contre peux tu prendre le temps d' êtres a l'écoute de tes difficultés ?? de tes angoisses ? des tes peurs ?

    moi qui était si parfait ou perfectionniste dans ma façon d'être
    je pense qu'il y a un truc a creuser là , va te falloir un fil d'ariane allez dans le labrynthe pour affronter ton minotaure ( c'est une jeune psychologue en psychiatrie , qui la première m'a fait réfléchir , je ne l'ai compris que 4 ans plus tard en sortant de mon dernier centre en 2004 )

    bien a toi







    Dernière modification par medji*, 19/02/2020, 20h39.

    Laisser un commentaire:


  • Un mec perdu
    a répondu
    Bonsoir Medji*,
    En effet, un suivi en addictologie régulier, 3 cures et multiples auto sevrage. Une première cure de 3 semaines il y a 4 ans dans un CHU très bien organisé. Il s'est mis en place à l'annonce de mon alcoolisme à ma compagne (j'avais pété sa nouvelle bécane avec 0.84gr), avec l'aide de mon addictologue de l'époque (et de la gendarmerie aussi). Deuxième cure de 2 semaines l'année dernière en hôpital suite à un contrôle auto routier et burn out (30km/h au dessus de la limite autorisée et re 0.8... qque gr).
    Troisième cure au mois de septembre d'un mois en centre spécialisé suite a un contrôle auto routier (je roulais avec un pneu crevé(explosé) avec 2gr80) à la demande de ma soeur (hospitalisation forcée) et de ma compagne. Hospitalisation ce dimanche sous conseil de ma compagne, ma soeur, ma mère et ma fille de 15 ans avec 4gr (J'avais bu en leur présence à moitié caché), je voulais que ça s'arrête....

    Laisser un commentaire:


  • Un mec perdu
    a répondu
    Bonjour à tous,
    Merci pour vos premiers conseils.
    Je comprends bien à travers les témoignages et vos retours que nous avons tous souffert de cette saloperie et bousillé pas mal de famille. Je recherche justement ici de l'aide et des conseils pour ne pas rechuter cette fois ci pour ainsi sauver ce qu'il me reste de plus cher, ceux pour qui j'ai toujours eu la conviction(parole d'alcoolo) que ça s’arrêterait à un moment et ce jour est arrivé, je l espère sincèrement(ce n'est pas le cas encore au bout de 3 jours car je suis dans un triste état). Ma compagne et ma sœur impuissante me tire vers le haut et j'en ai marre (de boire), oui en effet et je sais qu'il n'y a que moi qui peut à m'en sortir. Je voulais m'inscrire ici pour avoir un peu de soutien bien que j'en ai toujours eu par mon entourage et de précieux conseils.
    J'étais (ou je le suis peut être encore...) une personne dynamique mordant la vie à pleine dent mais je savais prendre le temps pour être à l'écoute de mes amis en difficulté mais j'avais du mal à comprendre ce qu'ils avaient, ce qu'ils ressentaient. Mon meilleur et fidèle ami qui s'est foutu en l'air il y a quelques années sans laisser présager ce triste geste. Comment peut on en arriver là!!! J'ai la réponse aujourd'hui, être au bout et (ou) ne pas savoir comment gérer sa souffrance. Je ne veux plus souffrir, encore moins faire souffrir mes proches et j'aime trop la vie pour me la gâcher et nuire à mon entourage. Je sais qu'un travail de longue haleine m'attend et ce, pour un bon moment mais le jeu en vaut la chandelle.
    Petite anecdote au passage, j'ai un oncle qui s'est tué il y a très longtemps dans un escalier après avoir bu et il est arrivé le même sort à son fils 20 ans après...

    Laisser un commentaire:


  • medji*
    a répondu
    Envoyé par Un mec perdu Voir le message
    Bonjour à toutes et à tous,
    Je me prénomme Sébastien,enseignant professionnel, en couple recomposé, 2 filles et compagne adorables.
    Je suis alcoolo-dépendant depuis environ 6 ans et abstinent depuis 3 jours.
    Je vis l'enfer depuis (depuis les 6 ans mais aussi depuis lundi...), moi qui était si parfait ou perfectionniste dans ma façon d'être et de rendre service à M. tout le monde...
    Entre problèmes de justice (permis...), moi père qui ne joue plus son rôle alors que je devrais être le piler de la famille. Un amour jamais connu auparavant encore moins bien réjouissant pour une femme qui pensait enfin avoir trouvé l'homme idéal, je ne sors pas la tête de l'eau (ou du vin....)
    J'ai retrouvé l'amour, oui (imaginez le vôtre (moi c'est puissance 10)), j'ai 2 filles adorables et très autonome (obligatoirement), j'ai un boulot super (que je vais perdre si je ne sors pas la tête du vin...), j'ai tout pour être heureux aujourd'hui et je fous tout en l'air. Ma compagne en est à sa 4ème mise en garde de me quitter (elle doit vraiment et sacrément m'aimer....) et mon proviseur senti obligé de faire un signalement pour éviter un pépin. Je tiens 3 jours, 15 ou même 90 et la tentation de déconner me revient toujours...
    Je ne suis plus moi et j'aimerais redevenir ce que j'étais. 3 cures et multiples auto sevrage ne m'ont pas aidé et ce coup ci, je ne veux plus baisser les bras parce que je veux regagner l'image d'un père et d'un mari idéal.
    Voilà messieurs mesdames, pourquoi je suis ici, j'ai besoin de ma famille certes mais j'ai besoin de personnes qui ont vécu cette malencontreuse expérience afin de me renforcer dans ma quête de bonheur...
    Bien à vous
    Sébastien
    bonsoir Sébastien et bienvenue sur le forum ,

    pour un mec perdu , c'est bien d'avoir eu ce reflexe de venir le "dire" sur le forum alors bravo a toi ...
    tu as déjà fait des démarches de soins , puisque tu as déjà fait 3 cures ( tu pourras m'expliquer ces 3 cures , si possible les nommer et combien de temps )

    j'en ai fait 9 dont 2 en psychiatrie et une post cure de 9 mois , tu vois tu as encore de la marge lol

    donc tu ne part pas de rien , tu as déjà pas mal d'expérience dans les arrêts alcool . Tu as fait 50 % du boulot , il te reste a faire les autres 50 % et ça , ça va passer par l'aide et par une meilleur compréhension de la maladie alcoolique ..

    Le forum va te permettre d'avancer plus vite dans ton cheminement , par l'échange et le partage et de prendre pour toi ce qui nécessaire a l'instant présent .


    Tes 3 sonnettes alarmes se sont mis sonner très fortement ( j'appelle alarme ( c'est femme/boulot/permis )

    alors la priorité pour avancer c'est de ne pas arreter l'alcool pour ces 3 sonnettes , mais de le faire pour toi , pour sauver TA PEAU . Meme mieux , pour vivre en accord avec toi-meme

    Je te propose de rester sur le forum jusqu'a temps que tu sois comme moi "hors alcool "
    parles en a ta compagne , qu'elle vienne lire aussi pour quelle comprenne ta démarche et qu'elle aussi comprenne mieux la maladie alcoolique ( pas obligé, bien sur )

    si je te dis que tu as utilisé le produit alcool non pas, par plaisir , mais comme un médicament qui t'aides a te soigner ton mal-etre inconscient, ton mal dans ta peau etc... Ton but va etre non seulement d'arreter le médicament alcool , mais surtout envisager de soigner ton mal-etre ... car arrêter l'alcool ne suffit pas..

    bien a toi , et installe toi bien sur le forum et encore bravo pour ta démarche tu peux déjà etre fier de toi




    Laisser un commentaire:


  • mik**
    a répondu
    salut sébastien

    Ben t'as pas trop le choix en fait . Faut pas chercher midi à quatorze heure . Faut arrêter avant que ça fasse encore plus mal . Ta motivation c'est ta famille d'abord et toi bien entendu.
    Tu vas tout perdre si tu continues , c'est sûr .
    Chercher le pourquoi du comment et le reste oui pourquoi pas si ça t'aide .
    Ca vaut pas le coup de gacher ce que tu as pour une bonne chauffe.
    Pour moi , c'est ma famille ( ma compagne et mes enfants ) qui m'a tiré vers le haut . J'imaginais pas ma vie sans eux , je n'imaginais pas continuer à passer à coté de moments importants pour mes enfants .
    Je n'ai pas essayer de comprendre pourquoi je buvais . Je savais .
    J'aimais ma chauffe des premiers verres , la suite on la connais , point barre .
    Je buvais quand j'étais triste, content bref pas de contexte particulier .

    T'as l'air d'en avoir marre de marre . C'est un bon début , le reste va suivre . Fait toi aider dans un cmp ou un addictologue. Ne reste pas tout seul dans ton coin à faire ta cuisine.

    kénavo Seb et prends le train en marche . Bonne chance .

    Laisser un commentaire:


  • Theemin
    a répondu
    Bonjour Sébastien,

    Bien venu au club !
    Problème de permis et alcoolisation en montagnes russes, je connais cela.
    Les anciens du forum pourront te donner quelques pistes, bien que le dit forum soit assez calme en ce moment.
    En gros, mais très gros, il existe deux méthodes :
    - la méthode comportementaliste qui t’apprend le comment rester abstinent.
    - la thérapie analytique qui creuse le pourquoi tu es tombé dans l’alcool.
    Cependant, il semblerait qu’aucune ne soit efficace à cent pour cent.
    D’ou combiner un mix des deux méthodes.

    En tous cas, mon conseil, reste sur le forum. A cette heure ci, les gens sont occupés par leurs obligations.
    Mais tu auras d’autres réponses, promis.

    Ce qui est sûr si tu souhaites vraiment devenir abstinent, c’est que tu ne pourras pas faire l’impasse d’un travail sur toi. Je n’aime pas trop ce mot à la mode, mais disons que tu auras de l’aide ici ou ailleurs, mais l’essentiel de l’aide viendra de toi. En gros, combien tu investis dans ton abstinence. Pas en terme d’argent, mais en terme d’actions, de réflexion et d’introspection.
    Rassures toi, ça a l’air barbare, dit comme cela, mais ça ne l’est pas.
    Tout voyage commence par un petit pas....

    Courage Sébastien.

    Laisser un commentaire:


  • RatonAvaleur
    a répondu
    Salut,
    A propos des cures, il est démontré que la durée de la cure influe considérablement sur le comportement à la sortie. Il est conseillé de faire un minimum de 3 mois pour avoir je ne sais plus, de l'ordre de 3 fois plus de chances de réussir à rester abstinent.

    Je ne sais pas comment t'aider autrement qu'en te disant ça, j'ai le même soucis que toi. Ma dernière cure de 3 mois m'a permis de tenir un an sans alcool.

    Laisser un commentaire:

Unconfigured Ad Widget

Réduire
Chargement...
X