Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Parmis vous

Réduire
X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

    Parmis vous

    Je poste dans ce groupe non sans honte ni peine. Je suis encore en pleine crise d'angoisse, elle monte, je suis tendu comme une branche, j'ai du mal à respirer, j'ai peur. Pourquoi ? À cause de moi, hier soir j'ai encore craqué, j'ai bu, beaucoup trop bu, une dizaine de verres et 3 cigarette . Le soir tout va bien, je me sens fort, lorsque je me couche, je ne me sens pas du tout alcoolisé, je me dis que tout ira bien le lendemain et le lendemain je pleure et je m'en veux. Je pense être alcoolique, je répète le même schéma comme un abruti en boucle : cuite--> lendemain de cuite malaise toute la journée pas d'alcool--> le lendemain en pleine forme et je repicole le soir. Je suis une merde... Je ne comprends pas pourquoi je n'arrive pas à arrêter, à me souvenir de ce putain de mal-être lorsque je commence à boire les soirs où tout va bien.

    #2
    bonjour
    vous avez le courage de dépasser la honte, et la peine, c'est un premier pas
    quand on se sent mal, on boit, quand on se sent bien, on boit...
    moi aussi, je me suis demandé pourquoi je buvais quand tout allait bien, la réponse est dans l'excès
    l'excès des émotions ressenties... on perd le contrôle, et du verre à la bouche, ça va très vite, ça devient automatique

    et tant que rien n'est entrepris pour comprendre et désamorcer, on est comme l'abeille contre la vitre
    Ecrire, et lire ici est un bon début

    Commentaire


      #3
      Bonjour et bienvenue.

      Envoyé par Cadillaco Voir le message
      Je suis une merde... Je ne comprends pas pourquoi je n'arrive pas à arrêter...
      Non, tu n'es pas "une merde" tu es dépendant, en souffrance et au stade délicat de la sortie du déni. Bravo déjà d'être venu jusqu'ici pour en parler et briser la boucle infernale.

      Pour le moment, il va te falloir des idées simples et efficaces : voir le comportement alcoolique comme une maladie ou une allergie, qu'il faut traiter pour laisser ton corps se rétablir. Ça ne prend que quelques jours (difficiles) pour le sevrage, mais quelques mois (3 à 6) sans alcool pour que le corps retrouve ses équilibres, sans la picole.

      Ça marche rarement du premier coup, il n'est pas rare de reboire après quelques jours, mais si tu te lances dans le processus, ces réalcoolisations vont se faire de plus en plus rares. Le sachant, la honte (surtout ici, où nous avons vécu ça, tous) est totalement inutile. La première chose, la seule importante, c'est de te soigner en te purgeant de l'alcool, le plus assiduement possible. Donc "Je ne boirai pas", l'heure qui vient, puis la suivante...

      Il faudra sans doute que tu cherches de l'aide dans la vraie vie (toubib, groupe de parole, psy. etc.), mais ça va se faire petit à petit.

      Courage, il y a à peine un an et demi j'étais dans ta situation et je n'ai rien bu depuis bientôt un an. Tu peux le faire aussi. C'est le début de tes soins et d'un nouveau chemin.



      fred, pas d'avoine

      Commentaire


        #4
        Merci pour vos encouragements, ce sont les lendemain qui mhandicape, comme si mon corps ne supportait plus la descente. Et ces crises d'angoisses à répétition, je n'en peux plus...
        Je parle de honte, parce que j'ai un petit bonhomme de 7 mois et j'ai honte d'être si faible alors que je devrais ne penser qu'à lui. Je suis deux jours sans boire et le troisième c'est foutu je m'en reprend une en sachant très bien que le lendemain sera un enfer.
        Mon médecin est au courant, il m'a prescrit un antianxiolitique et antidépresseur.

        Commentaire


          #5
          Bonjour Cadillaco
          Bienvenue au groupe
          Hesite pas a t'exprimer
          La parole est libre mais d'or
          Tu peux aller voir mon temoignage en message privé qui te permetra de me connaitre.
          si ti veux envoie sms avec ton pseudo et prenom au 0677499068
          A tres bientot de te lire.
          Amities sinceres
          Jojo

          Commentaire


            #6
            Bonjour jojo, je n'arrive pas à trouver ton témoignage

            Commentaire


              #7
              as tu adresse mail ?
              si oui envoie moi mail a: jojo49400@gmail.com
              et je te l'envoie

              Commentaire


                #8
                Merci jojo pour ce soutien et ton témoignage qui motive.

                Moi j'ai 32 ans, j'habite à Rennes également et je suis également postier. La poste est entrain de me tuer à petit feu, je suis la bas depuis 10 ans.
                J'ai toujours fait la fête étant jeune mais je n'ai jamais eu de dépendance à proprement parler, tout à commencé il ya 4 ans lors d'une rupture difficile ou j'ai complètement basculé, je buvais tout les soirs seul, puis un beau jour mais crise d'angoisse du lendemain de cuite ont débarqué, j'ai remarqué que l'alcool les atténuait et rebelotte, cercle vicieux.
                Depuis j'ai refait ma vie, j'ai une merveilleuse femme, un fils de 7 mois, mon trésor. Et pourtant quelques choses cloche chez moi, je ne pense qu'à me mettre ma cravache le soir, il ya que la que je me retrouve et que je reprends confiance et le lendemain patatra, j'ai l'impression que je vais crever et je suis obligé de prendre du lexomil. Mon boulot participe énormément à mon malaise malheureusement je ne vois pas comment le quitter et pour faire quoi d'autres, j'ai une famille à nourrir.

                Commentaire


                  #9
                  Cadillaco

                  laisse moi sms avec ton prenom au 0677499068 et je te contacte
                  que de points communs lol

                  Commentaire


                    #10
                    Salut Cadillaco,

                    Bienvenue. Sortir du déni est déjà un grand pas que tu as accompli . Bravo à toi . L'alcool est un vrai poison qui s'immisce dans la vie sans qu'on ne s'en aperçoive , tu n'es pas le seul dans le cas comme tu vois . Ton histoire vis à vis de l'alcool ( les pauses , rechutes, etc.) me fait penser à la mienne comme a beaucoup de personnes ici si je puis dire .
                    Je suis quasi encore dans le même cas que toi , je tente pour la première fois un sevrage après m'être enfin rendu compte et persuadé que JE SUIS ALCOOLIQUE .En effet , cela fait seulement mon quatrième jour d'abstinence aujourd'hui, chaque jour une victoire que , crois moi , tu savoure tous les soirs en allant coucher. D'ailleurs si ça peut t'aider tu peux toujours lire mon fil de discussion du 09 mars 20 où je raconte mes ressentis des premiers jours. Ce forum est un bon moyen de vider son sac avec une communauté très sympathique .
                    J'ai vu que tu prenais des anxiolytique , ça ne t'aide pas pour tes crises d'angoisse ?
                    En tout cas je te souhaite à nouveau la bienvenue et surtout un très gros courage à toi , on peut le faire .

                    Passe une bonne soirée

                    Commentaire


                      #11
                      Coucou, la vache tu es drôlement dur avec toi même, sais tu qu’on est juste malade, des malades alcooliques, bonne nouvelle ça se soigne, il faudrait que tu te fasses aider, il y a Jojo ici, si tu as peur au debut.

                      Les chiffres sont là avec des soins, on s’en sort.

                      Bravo d’être là et de cette prise de conscience, c’est le 1 er pas.

                      Bonne journée
                      arrêt avec soins pour moi, le 18 février 2014

                      Commentaire

                      Unconfigured Ad Widget

                      Réduire
                      Chargement...
                      X