Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Pourquoi est-ce que les gens crachent toujours sur leur thérapeute ?

Réduire
X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

    Pourquoi est-ce que les gens crachent toujours sur leur thérapeute ?

    Bonjour à tous,

    Aujourd'hui, j'ai eu envie d'écrire sur un forum parce que j'ai lu plusieurs messages sur plusieurs forums différents et il y a quelque chose qui m'a marqué. Les patients ont cette envie de cracher sur leur thérapeute qui ne fait jamais ce qu'il devrait faire et qui n'est jamais comme il faudrait. Ils écrivent donc sur un forum en disant "mon psy fait ci, mon psy est comme ça". Ils mentionnent 2-3 choses comme ça sorties totalement de leur contexte et qui sont en plus bourrées d'interprétation genre "mon psy s'en fiche complètement". Et les gens qui répondent, bien intentionnés peut-être, jugent la thérapie et le thérapeute basé sur ces quelques lignes écrites.

    Je ne suis pas psy, je suis une patiente. Et comme la bonne patiente que je suis, je crache énormément sur ma psy mais par contre je ne le fais pas sur un forum. Les réponses que j'y obtiendrais seraient biaisées par rapport à ce que je dis et comment je le dis. C'est très facile d'obtenir ce que l'on veut par ce biais, je sais exactement quoi dire et comment si j'ai envie que l'on me dise que ma psy est un charlatan tout comme je peux changer la manière de le dire pour qu'on me dise qu'elle est un bon psy.

    Mon venin, je le crache en face. Je lui dis ce que je pense et ce que je ressens. Ma psy, on peut dire qu'elle a ramassé parce que je lui en ai dit des choses horribles. Je l'ai accusée de tout (à m'écouter dans ces moments c'est la pire personne qui existe dans ce monde) et parfois avec une telle violence. Et que fait-elle ? Elle continue à m'écouter et à me soutenir et à penser à mon bien-être et à m'aider à exprimer ce que je ressens même si la communication est extrêmement difficile durant ces moments. La relation est mise à mal, elle le dit elle-même, mais elle ne baisse pas les bras pour autant. Comme elle le dit si bien, tant que ce sont des mots, tout est permis.

    J'ai vu 2 psys dans ma vie. La 1ère, je pensais que du bien d'elle. Elle était formidable, humaine, à l'écoute, toujours souriante et toujours à me soutenir. Elle partageait mes joies et mes tristesses, elle exprimait sa joie en voyant la mienne tout comme elle pouvait exprimer de la tristesse en voyant la mienne. J'avais l'impression que pour la 1ère fois de ma vie, j'avais quelqu'un qui se préoccupait de moi. Elle pratiquait une thérapie cognitive comportementale, je l'ai vue pendant 3 ans et demi à raison de 1 à 2 fois par semaine. Elle m'a diagnostiqué tout un tas de troubles différents, prescrit des médicaments et c'était un énorme plaisir d'aller aux séances. Jamais je ne l'ai critiquée, elle incarnait l'image parfaite que j'avais d'une psy digne de ce nom, une personne qui me guidait, me conseillait, m'écoutait, se préoccupait de moi, ...

    Quand j'ai fini ma thérapie, je l'aurais recommandée à n'importe qui les yeux fermés. Je me sentais beaucoup mieux, mes problèmes étaient derrière et la vie était belle. C'était la meilleure psy qui pouvait exister. Puis le temps a passé et j'ai fini par réaliser qu'elle avait simplement appliqué un pansement sur mes blessures mais vu que mes blessures ne guérissaient pas, le pansement était inutile. Avec le recul, elle était peut-être la psy dont j'avais besoin à ce moment-là mais inconsciemment, elle a comblé un manque que j'avais et cela ne m'a pas été d'une grande utilité au final. Du coup est-ce ça me donne le droit de cracher sur elle et cracher sur les TCC ? Pourtant, est-ce que ce n'est pas une thérapie toute désignée pour guérir dépression, anxiété, troubles compulsif, addictions et j'en passe ?

    La 2ème, c'est ma psy actuelle. C'est le jour et la nuit entre les 2, c'est le moins qu'on puisse dire. L'approche analytique est complètement différente et le comportement du psy également. Autant j'ai adoré ma 1ère psy, autant j'ai détesté ma 2ème. Pendant 5 ans je lui ai dit que sa thérapie était de la merde et que ça ne fonctionnait pas et pourtant j'ai persévéré car déjà je suis extrêmement têtue mais surtout parce qu'au fond de moi j'ai toujours eu conscience que mes problèmes m'appartiennent. La façon dont j'interprète les situations et la manière dont je réagis sont grandement influencées par mon histoire de vie et mon ressenti du moment. Il y a des jours où je parle à ma psy et j'ai l'impression qu'elle est vraiment là pour moi, qu'elle se préoccupe de moi et qu'elle comprend tout. Et la fois d'après, j'ai l'impression qu'elle s'en fout et qu'elle ne comprend rien. A-t'elle réellement changé de comportement entre les 2 séances ou est-ce plutôt ma perception qui a changé ?

    Oui, on aimerait que notre psy nous guide, nous conseille, nous rassure, nous réconforte et soit disponible 24 heures sur 24 mais le fait est que ce n'est pas son job. Oui on aimerait que notre psy soit façonné d'une certaine manière et qu'il/elle nous dise certains mots à certains moments. Ma psy n'est pas façonnée de la manière dont j'aimerais qu'elle soit. Elle n'est là pour me donner des conseils, elle n'est pas là pour diriger ma vie, elle n'est pas là pour répondre à mes attentes et elle n'est pas là pour combler mes manques. Par contre elle est là pour m'aider à avancer, pour mieux comprendre mon histoire et l'influence qu'elle a dans ma vie aujourd'hui. Elle m'aide à mieux comprendre mon mode de fonctionnement, à ce qui se passe en moi, ce que je ressens et pourquoi, d'où ça vient et qu'est-ce qui en jeu. Elle ne me donne pas les réponses, elle ne les a pas, mais elle m'aide à les trouver moi-même.

    Toutes ces années de galère avec elle. Il m'a fallu 5 ans pour enfin voir les progrès que j'avais fait et je compte bien continuer sur cette lancée, même si ça va me prendre quelques années de plus pour y arriver. Elle va continuer à s'en prendre plein la figure et je vais continuer à la détester et à l'accuser de dieu sait quoi par moment mais ça fait parti du traitement. Ma psy, elle n'est rien de ce que j'aimerais qu'elle soit et pourtant je ne la changerais pour rien au monde.

    #2
    En ce qui me concerne: cela fait 1 an et demie que j'ai des séquelles neurologiques, et aucune thérapie ne fonctionne sur mes troubles.
    Absolument aucune.

    Je crache pas sur les thérapeutes je constate juste qu'ils sont pas habilités à soigner certains troubles, malheureusement.

    Commentaire


      #3
      Envoyé par LittleSunny Voir le message
      Ma psy, elle n'est rien de ce que j'aimerais qu'elle soit et pourtant je ne la changerais pour rien au monde.
      Merci pour ce témoignage, très beau et très juste.
      Se connaître est la démangeaison des imbéciles
      G.Bernanos

      Commentaire


        #4
        "Elle va continuer à s'en prendre plein la figure et je vais continuer à la détester et à l'accuser de dieu sait quoi par moment mais ça fait parti du traitement."

        Whoua tu as de la chance d'avoir trouvé une telle psy.

        Mon ex-psy quand je lui ai dit les choses qui m'énervait chez elle ou qui me blessait, elle l'a prit personnellement et elle m'a - en tout cas c'est comme ça que je l'ai vécu - punie, humiliée.
        Alors ça a été la fin de la thérapie, j'ai arrêté de lui dire ce que je ressentais, j'ai mentit pour la quitter en bon terme et j'ai ressentit un immense soulagement de ne plus la voir ! Alors que j'en étais dépendante depuis des années, et qu'elle avait eu une (trop) grande influence sur moi je crois...

        Bon est-ce moi qui délire ou pas je n'en sais rien... Je ne lui crache pas dessus mais c'est vrai que parfois quand je pense à elle je la déteste. Encore maintenant j'ai envie de lui rendre cette douleur, en lui écrivant, mais je sais que je ne vais pas le faire et que je ne veux pas du tout la revoir, car je sens qu'elle ne va pas pouvoir accueillir tout ça, que ça ne sert à rien.

        En tout cas je n'ai pas eu de psy depuis presque 2 ans, mais j'ai vu un infirmier psy quelques fois depuis cette année.
        Je crois que cette thérapie m'a un peu traumatisé, en plus je l'avais commencé lors d'un trauma personnel, et je pense que ça avait coloré cette thérapie d'une façon un peu trop mortifère.

        Même si parfois je pense à des choses judicieuses qu'elle m'a dit, je pense qu'elle m'a apporté des éléments de compréhension sur moi-même, notamment sur mon inconscient... Sur le fait que beaucoup de choses se passent "là", et qu'en conscientisant un peu les choses on peut prendre du recul sur ces forces là, très puissantes... Mais pour moi elle était trop dans la théorie, trop dans les explications et les conseils, voire les injonctions. Elle n'était pas psychanalyste mais psychologue.

        J'ai peut-être peur d'y retourner... pas avec elle, car ça c'est niet, mais avec n'importe quel psy. Mais je ne vais plus avoir le choix à un moment...
        Dernière modification par obsolète, 17/05/2020, 10h48.

        Commentaire


          #5
          En relisant mon message, je me dis que je devrai peut-être la lui écrire cette lettre, même si je ne la lui envoie pas.

          Merci de m'avoir donné à réflechir là dessus par ricochets.

          Commentaire


            #6
            Salut Obsolète,

            Merci d'avoir pris le temps de répondre.

            Il est clair que les mauvais psys existent aussi. Après tout, ce sont des humains et certains sont plus compétents que d'autres. Une des règles de base est de pouvoir exprimer ce que l'on veut/doit car on ne peut pas s'ouvrir et travailler sur nous-mêmes si on a peur des conséquences ou du jugement.

            Je t'encourage vivement d'écrire cette lettre. Je me suis prêtée à cet exercise car il n'y a pas si longtemps, j'ai eu un gros clash avec ma psy. J'ai tout simplement claqué la porte en lui disant que je ne reviendrais plus. J'en avais tellement gros sur la patate que je lui ai écrit une lettre où je lui disais tout ce que je pensais et ressentais. Je ne me suis pas retenue, j'ai laissé sortir ma douleur et ma colère et j'ai continué d'écrire jusqu'à ce que je ne sache plus quoi écrire. Une fois fini, j'ai brûlé cette lettre et je l'ai regardée brûler lentement. Ca m'a fait un bien fou, il y a quelque chose dans ce rituel qui est libérateur. Il m'a fallu 2 lettres et 2 semaines de réfléxion et d'analyse de mes émotions pour que je puisse enfin prendre le téléphone et lui demander de la voir. Et la thérapie a pu continuer ...

            La peur d'y retourner, elle est compréhensible mais je pense que si c'est le chemin que tu veux suivre, tu le feras le jour où tu te sentiras prête à aller voir quelqu'un.

            Commentaire


              #7
              Peut-être que les personnes « crachant » sur leur psy ici ou dans d’autres forums le font aussi en face à face. Sinon, je ne vois en effet pas très bien l’intérêt. Déjà, a qui fait—on allusion, psychologue ou psychiatre ? Il en existe de plus ou moins compétents, plus ou moins à l’écoute.

              Il est vrai que lorsque des propos sont sortis de leur contexte ou carrément mal compris, on ne va pas les couvrir de lauriers. Les diagnostics peuvent être erronés avec une mauvaise compréhension, c’est logique. Et le nombre d’années d’études n’a rien à voir là dedans. Le meilleur des psys (chologue/chiatre) ne lira jamais dans vos têtes, ne vous connaîtra pas mieux que vous. Et ils ont beau avoir appris des dizaines de pathologies différentes, ils ne les ont pas toutes approchées, loin s’en faut. La théorie n’a jamais dépassé la pratique, études ou pas.

              Se « défouler » verbalement lors d’une séance pour balancer tout ce que je viens de dire (par exemple) sera bien plus bénéfique que faire ça sur internet. Cependant, l’un n'empêche pas l’autre.

              Commentaire

              Unconfigured Ad Widget

              Réduire
              Chargement...
              X