Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Comment gérez-vous ?

Réduire
X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

    #16
    Moi aussi, puisque je me servais de l’alcool comme médicament, forcément un traitement adapté fais effet, sans le côté dépressif, sans les effets indésirables de l’alcool.

    Bonne journée
    arrêt avec soins pour moi, le 18 février 2014

    Commentaire


      #17
      +2

      J'ajouterai que l'alcool empêche la maturation psychologique (affronter soi et sa vie). C'est pour cette raison (dans mon cas au moins) que l'arrêt est douloureux les premiers mois (voire les premières années) : on se retrouve tout nu, sans recours, subterfuge, anesthésiant.

      Commentaire


        #18
        Coucou, c’est ça faut un peu tout réapprendre, apprendre à avoir du plaisir et du déplaisir dans les choses de tous les jours, qui font la vie puisque avant on ne pensait qu’alcool, ou je vais mal pas d’autres émotions.

        En schématisant toujours ce cercle vicieux, on tourne en rond, ça fait drôle d’avancer on ne sait plus faire.

        Bonne journée

        arrêt avec soins pour moi, le 18 février 2014

        Commentaire


          #19
          Envoyé par Eyota Voir le message

          Moi, c'est toujours lorsque je suis hyper angoissée que j'ai envie de m'alcooliser. L'alcool est la seule chose qui aide à calmer mes angoisses chroniques.

          Je refuse de transférer mon addiction de l'alcool aux médicaments. Si je dois être dépendante de quelque chose, alors autant que ce soit l'alcool car je trouve les effets beaucoup moins pervers que les médicaments.
          Bonjour Eyota,

          Oui, je suis d'accord avec toi. En effet, une addiction se substituant à une autre, après, je ne sais pas s'il faut préférer l'alcool (ou alors mon abstinence, 15 j ce soir, n'aurait pas de sens et ça reste mortel), c'est pas très vendeur.
          Cependant, je ne me permettrai pas de considérer mon médecin comme un lobbyiste, comme il me l'a dit fort justement l'autre fois, il m'accompagne et c'est à moi de prendre le relais. Donc, là, oui, pas question de considérer le sevrage comme une source de défiance, c'est le minimum...Et désolé, mais l'alcool est bcp plus "pervers" et nocif que le tiercan ou autres trucs de ce genre....

          Commentaire


            #20
            L’alcool et mortel, un traitement bien pris parce qu’on est sois dépressif, sois bipolaire non, je vois pas le problème.

            Ce ne sont que des excuses pour ne pas arrêter l’alcool, et ça on n’en a pleins tous dans le placard.

            Bonne soirée
            arrêt avec soins pour moi, le 18 février 2014

            Commentaire


              #21
              Envoyé par mik** Voir le message
              ca reste discutable ce que tu dis Eyota

              Oui, bien sûr que ça reste discutable mais je trouve tout de même assez étonnant que bien des gens qui ont un problème d'addiction à une substance ne voient aucun problème à prendre une autre qui peut l'être également (et l'addiction aux médocs est un véritable fléau). Mon but est de vivre libre de mon addiction (et gérer ce qui m'habite différemment) et non de la transférer à un médicament, voilà pourquoi je dis que si je dois être dépendante à quelque chose (parce que je n'arrive pas à vivre sans nourrir mon addiction), autant que ce soit à l'alcool au final.

              Après, il faut aussi dire que des médicaments, on m'en a prescrit pour toute une vie et plus, soit disant que ça allait m'aider. Les effets des médicaments, j'ai dégusté pendant plusieurs années et pour les arrêter ensuite, ça a été encore pire. Alors quand on me dit que l'alcool est plus pervers que les médicaments, eh ben je dis non. Au moins avec l'alcool on sait à quoi s'en tenir.

              Mais bon, chacun choisit la façon qui lui convient.

              Commentaire


                #22
                Envoyé par louvaji Voir le message
                L’alcool et mortel, un traitement bien pris parce qu’on est sois dépressif, sois bipolaire non, je vois pas le problème.

                Ce ne sont que des excuses pour ne pas arrêter l’alcool, et ça on n’en a pleins tous dans le placard.

                Bonne soirée
                je suis assez d'accord avec ce que t'écris . L'alcool est un poison si pas consommé correctement . Je veux dire modérément . Mon traitement pour la bipo , je le prends et j'ai pas forcément l'impression que c'est une forme d'addiction . Bon ok en ce moment pour être franc , j'abuse des benzos . Mais ce n'est que passager je pense . J'evite d'en prendre le soir . Seulement la journée au boulot . Mais même là dans la balance je prefère le xanax à quelques bouteilles de bière. J'ai arrêté l'alcool , point final .
                Je suis loin d'être un modèle.
                Je fais beaucoup d'erreur d'appréciation .
                Par exemple ce midi , j'avais peur dans ma voiture en attendant de reprendre le boulot . J'ai gobé 4 xanax pour finalement passer une bonne après midi . C'était pas utile en fait .
                C'est ça mes erreurs .
                Si je reprends ton raisonement eyota , ca voudrait dire que ce midi , il aurai mieux valu que je descende 3 ou 4 bières pour calmer ma peur . Ben non en fait .
                Bonne soirée .
                ma signature, c'est la meilleure et picétout !

                arrêt alcool 5 decembre 2015, tabac 6 avril 2016

                Commentaire


                  #23
                  Salut Milk,

                  Moi aussi, j'ai tendance à prendre des médocs (plutôt Tercian, je réserve le Seresta aux grandes occasions ) par anticipation. Quand je sens mes nerfs s'affoler. Je pourrais presque toujours m'en passer par un exercice de relaxation/respiration/mentalisation). Il faudrait que je creuse cette voie.

                  Commentaire


                    #24
                    Envoyé par mik** Voir le message
                    Si je reprends ton raisonement eyota , ca voudrait dire que ce midi , il aurai mieux valu que je descende 3 ou 4 bières pour calmer ma peur .
                    Non justement, tu n'as pas du tout l'air de comprendre mon raisonnement car ce que je dis est qu'il aurait mieux fallu ne rien prendre du tout, que ce soit alcool ou médicament, et de gérer ta peur différemment.

                    Franchement je ne sais pas où tu lis que je préconise de s'alcooliser ...

                    Commentaire


                      #25
                      Bonjour Eyota, en faite on a Mik, J365 et moi bu pour soigner une maladie psy mal ou non diagnostiqué, personnellement dés l'âge de 13 j'ai commencé à boire(c'était le "medoc") pour me soigner de cette maladie, je n'ai jamais, jamais bu "normalement" 2 ou 3 verres, je me m'étais minable direct, j'étais alcoolique à 18 ans.

                      Donc oui pour moi aujourd'hui il faut accepter je suis bipolaire, j'ai besoin d'un traitement médicamenteux, si je n'en prend pas je repars direct dans un mal être profond.

                      Après c'est vrai que si tu es juste alcoolique sans autre probléme, tu peux vivre une vie sans alcool et sans médocs.

                      Bonne journée
                      arrêt avec soins pour moi, le 18 février 2014

                      Commentaire


                        #26
                        Envoyé par Eyota Voir le message

                        Non justement, tu n'as pas du tout l'air de comprendre mon raisonnement car ce que je dis est qu'il aurait mieux fallu ne rien prendre du tout, que ce soit alcool ou médicament, et de gérer ta peur différemment.

                        Franchement je ne sais pas où tu lis que je préconise de s'alcooliser ...
                        j'ai du mal interpréter alors . Mille excuse.
                        ma signature, c'est la meilleure et picétout !

                        arrêt alcool 5 decembre 2015, tabac 6 avril 2016

                        Commentaire


                          #27
                          Envoyé par J365 Voir le message
                          Salut Milk,

                          Moi aussi, j'ai tendance à prendre des médocs (plutôt Tercian, je réserve le Seresta aux grandes occasions ) par anticipation. Quand je sens mes nerfs s'affoler. Je pourrais presque toujours m'en passer par un exercice de relaxation/respiration/mentalisation). Il faudrait que je creuse cette voie.
                          salut j365
                          moi les grandes occasions , c'est le boulot . C'est un vrai problème . J'ai beau essayer la respiration , ca ne marche pas . Mon esprit s'affole et du coup je prends un xanax . Mais depuis le temps , je suis même plus certain que ça fasse un effet . C'est je dirais , placebo . JE me sens rassuré à peu près quand je le prends.
                          Le tercian , j'en ai pris pendant longtemps mais c'est pareil , on s'habitue à la molécule en fait .
                          Louvaji a raison des fois , je me dis , qu'il faudrait que je fasse du yoga ou un truc dans le genre .
                          ma signature, c'est la meilleure et picétout !

                          arrêt alcool 5 decembre 2015, tabac 6 avril 2016

                          Commentaire


                            #28
                            Je pense aussi qu'il y a un effet placebo. Sauf à augmenter les doses ce qui est fortement déconseillé. Les médicaments fonctionnent comme l'alcool. L'idéal serait de ne rien prendre, c'est certain.

                            Commentaire


                              #29
                              Coucou, je pense que c'est comme l'alcool il faut du temps, il faut essayer de la prendre de plus en plus tard, diminuer les doses doucement, on réapprend à vivre, Tierset disait il n'y a pas longtemps qu'il avait tout arrêter.

                              Bonne soirée
                              arrêt avec soins pour moi, le 18 février 2014

                              Commentaire


                                #30
                                C'est ce que j'espère faire (diminuer puis arrêter les médocs). Très progressivement, à mon rythme. Et ça n'ira pas sans un nouvel équilibre de vie. Je pense que les bipolaires plus encore ont besoin d'un cadre et d'un rythme apaisants, quasi routiniers.

                                Commentaire

                                Unconfigured Ad Widget

                                Réduire
                                Chargement...
                                X