Annonce

Réduire
Aucune annonce.

La crise financière et l'humour juif

Réduire
Cette discussion est fermée.
X
X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

    La crise financière et l'humour juif

    Ezra téléphone à Chlomo :
    - Dis-moi, j'ai un lot de pantalons en flanelle, top qualité, à 50 euros le pantalon, ça t'intéresse ?
    Bien sûr répond Chlomo, je prends.

    Chlomo appelle Benjamin
    - Dis-moi, j'ai un lot de pantalons en flanelle, top qualité, à 60 euros le pantalon, ça t'intéresse ?
    Bien sûr répond Benjamin, je prends.

    Benjamin appelle Yoha
    - Dis-moi, j'ai un lot de pantalons en flanelle, top qualité, à 90 euros le pantalon, ça t'intéresse ?
    Bien sûr répond Yoha, je prends.

    Yoha appelle Ouri
    - Dis-moi, j'ai un lot de pantalons en flanelle, top qualité, à 130 euros le pantalon, ça t'intéresse ?
    Bien sûr répond Ouri, je prends.

    Ouri appelle Jean-Paul
    - Dis-moi, j'ai un lot de pantalons en flanelle, top qualité, à 170 euros le pantalon, ça t'intéresse ?
    - 170 euros !!! S'exclame Jean-Paul, mais comment veux-tu que je vende des pantalons qui me coûtent 170 euros ???
    - Mais tu es bête ou quoi ? C'est pas des pantalons pour vendre, c'est des pantalons pour acheter !

    (je sais, ce n'est pas médical, mais j'ai besoin de la citer ailleurs)


    Variante

    Samuel rencontre son vieil ami Chlomo :
    - J'ai une affaire extraordinaire à te proposer, Simon. Un stock de pantalons du dernier cri à moitié prix !
    Chlomo est très intéressé et achète le lot. Malheureusement, en ouvrant les colis, il découvre que les pantalons n'ont qu'une jambe...
    - Qu'est-ce que tu m'as vendu, escroc ! dit-il furieux. Ces pantalons sont inutilisables !
    - Je sais bien Chlomo, répond Samuel. Mais tu te rends compte, moitié prix !
    - Oui... C'est vrai...
    Le lendemain, Chlomo appelle son vieil ami Jacob.
    - J'ai une affaire extraordinaire à te proposer Jacob. Un stock de pantalons du dernier cri à moitié prix !
    Jacob achète, découvre le défaut, râle pendant quelques heures et appelle dès le lendemain son vieil ami Nathanaël...
    Le stock de pantalons à une jambe tourne ainsi durant quelques années, jusqu'à ce qu'un acheteur ait l'idée de vendre les pantalons à son vieil ami Jean-Paul.
    - Mais qu'est-ce que c'est que cette saloperie ! crie Jean-Paul en découvrant le stock. Ces pantalons sont invendables !
    - Tu veux rire ! Répond son ami. Ça fait des années qu'ils font vivre tout le quartier !
    Dernière modification par d_dupagne, 03/01/2009, 15h33.

    #2
    Re : La crise financière et l'humour juif

    Variante (juste de la fin) :

    Jean-Paul :
    - Mais qui porterait ces pantalons si mal fichus, hein ?

    - Mais, ce ne sont pas des pantalons faits pour les porter ! c'est pour vendre, pour acheter, pour vendre, pour acheter, pour vendre...


    C'est devenu de l'humour () universel...
    Et on ne joue plus avec des vrais pantalons, mais avec du faux pognon... (qui est vrai pour celui qui avait juste besoin d'un pantalon).

    Tapez pas, chef, je ne fais pas de politique !

    Commentaire

    Unconfigured Ad Widget

    Réduire
    Chargement...
    X